banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (5275)

Sport

Qui accompagnera l’Us Ouakam et Guédiawaye Fc Pro en L2 ? Le début de la réponse pourrait tomber ce week-end. Diambars, Ngb Niary Tally et le Casa Sports en sursis sont dos au mur.

Le malheureux compagnon d’infortune de l’Us Ouakam et Guédiawaye Fc en Ligue 2 pourrait être connu ce week-end. Et il devrait sortir du trio composé de Diambars, Ngb Niary Tally et le Casa Sports, voire Dakar Sacré Cœur. Ces trois clubs n’ont plus leur destin en main.

Notamment, les Académiciens de Saly, actuellement relégables et qui n’ont plus le choix lors des deux dernières journées. Et le dernier baroud d’honneur débute dimanche à domicile, contre la Sonacos déjà sauvée et qui se bat désormais pour une place sur le podium. Une défaite serait un pas de plus vers le purgatoire pour Diambars. En déplacement, le Casa Sports est aussi condamné à gagner devant Dakar Sacré Cœur pour se rassurer. Mais, les Sudistes seront en péril au stade Amadou Barry de Guédiawaye devant une équipe dakaroise pas encore assurée de poursuivre l’aventure dans l’élite qu’elle vient à peine d’intégrer. Toutefois, les Sicapois ont l’avantage de compter plus de match encore à leur calendrier. Contrairement aux trois autres équipes en sursis (Diambars, Ngb Niary Tally et le Casa Sports) et qui comptent chacune 2 matches à disputer, Dakar Sacré Cœur en a encore 3 à son calendrier. De l’électricité, il y en aura dans ce stade de la banlieue dakaroise dimanche après-midi. Au même instant, à quelques encablures des lieux, le stade Alassane Djigo de Pikine sera aussi sous haute tension. Niary Tally, interdit de défaite, y reçoit le Jaraaf déjà sacré champion à l’issue de la précédente journée. Un gros morceau pour les Galactiques, contrairement à la Linguère qui aura une proie facile à la maison. Hôte de Guédiawaye Fc Pro déjà larguée, la Linguère a ainsi l’occasion de se rapprocher davantage du podium. En recevant une équipe du Ndiambour physiquement usée par son match retard perdu (1-2) jeudi dernier contre Génération Foot, Teungueth Fc a aussi l’opportunité de garder le contact avec le podium. Mbour PC qui « accueille » cet après-midi l’Us Ouakam, à … Alassane Djigo de Pikine a aussi l’occasion de se rapprocher de la locomotive. Des Ouakamois, lanterne rouge qui jouent désormais pour l’honneur. Auteurs d’une victoire durant toute la saison (contre Niary Tally), les Requins de Ouakam ont perdu 17 matches sur les 22 disputés.    

Ansoumana SAMBOU     

Samedi 2 Juin 2018 : A Alassane Djigo, 16h30 :
Mbour PC (6e, 39 pts) – Us Ouakam (15e, 7 pts)
Dimanche 3 Juin : A Mawade Wade, 16h30 : Linguère (8e, 37 pts) – Guédiawaye Fc Pro (14e, 10 pts) ; A Léopold S Senghor, 16h30 : Teungueth Fc (4e, 41 pts) – Ndiambour (9e, 36 pts) ;
A Alassane Djigo, 16h30 : NGB Niary Tally (12e, 33 pts) – Jaraaf (1er, 56 pts) ; A Deni Biram Ndao, 16h30 : Génération Foot (2e, 43 pts) – Stade de Mbour (7e, 38 pts) ;
A Fodé Wade, 16h30 : Diambars (13e, 31 pts) – Sonacos (3e, 42 pts) ; A Amadou Barry, 16h30 : Dakar Sacré Cœur (10e, 33 pts) – Casa Sports (11e, 33 pts)

L’Etat du Sénégal, par le biais du ministère des Sports, a accordé, hier, un appui financier de 50 millions de FCfa à la presse sportive en prélude à la Coupe du monde. Un geste magnifié par le président de l’Association nationale de la presse (Anps). Abdoulaye Thiam a rassuré que la presse fera son travail comme d’habitude avec professionnalisme et l’objectivité essentielle à la pratique journalistique. La cérémonie s’est déroulée hier dans les locaux du ministère, sous la présidence de son secrétaire général, Paul Dionne, et en présence de la directrice marketing de Orange, Awa Niang, du douzième « Gaïndé » et des supporters du comité « Allez Casa ». « C’est une bonne chose que l’Etat décide d’accompagner la presse sportive en vue d’une bonne couverture médiatique de la Coupe du monde », a réagi avec satisfaction, le président de l’Anps. Abdoulaye Thiam a aussi souligné que ce geste des pouvoirs publics n’est pas une nouveauté. L’Etat, a-t-il laissé entendre, a toujours été présent aux côtés de la presse dans le cadre des grands événements sportifs. Tout en se réjouissant de ces appuis, le président de l’Anps a mis en avant le sens de la responsabilité et le professionnalisme de la presse. Selon lui, la presse fera son travail comme d’habitude avec l’objectivité essentielle à la pratique journalistique en ne se focalisant que sur les faits. Lors de cette cérémonie, Orange a également mis la main à la pâte au profit des supporters sénégalais. La société de téléphonie mobile a octroyé 10 millions de FCfa au 12e « Gaïndé » et 5 millions FCfa au comité « Allez Casa ». Un geste apprécié à sa juste valeur par les bénéficiaires. « C’est un acte fort symbolique qui traduit toute la confiance de Orange à l’endroit des supporters », a dit avec satisfaction le président du 12e « Gaïndé », Issa Laye Diop.

Il a appelé tous les citoyens sénégalais à participer à cet élan de solidarité afin de permettre à l’équipe nationale de réussir une belle coupe du monde en Russie. Le président du comité « Allez Casa », Malamine Tamba, s’est lui aussi réjoui de l’appui de la société de téléphonie mobile. Les supporters, s’est-il engagé, s’évertueront à jouer leur partition afin que Aliou Cissé et ses hommes aillent le plus loin possible dans cette coupe du monde Russie 2018. Rappelant le compagnonnage de vingt ans entre sa structure et les supporters, la directrice marketing de Orange espère que cet appui permettra d’alléger les charges relatives au séjour en terre russe. Le secrétaire général Paul Dionne a, au nom du ministre des Sports, Matar Bâ, salué le geste de Orange, soulignant que cette société ne se limite pas à apporter un appui constant à toutes nos fédérations sportives, « car elle s’est également alignée sur les objectifs du Plan Sénégal émergent (Pse) ».

Paul Dionne a lancé un appel aux autres sociétés à s’inspirer de Orange, l’objectif ultime étant de pousser les Lions à la victoire finale.

Diégane SARR

 

Le match nul (0-0) imposé par le Luxembourg au Sénégal en amical joué jeudi à Josy-Barthel n’avait pas fini de soulever des vagues de critiques qu’une nouvelle pas rassurante vient s’inviter dans la gestion du groupe des Lions. Car au sortir de ce match, le 3e nul d’affilée depuis le début de la préparation, on apprend que trois joueurs qui avaient été alignés au départ sont à l’infirmerie. Le latéral gauche Saliou Ciss, l’excentré Ismaïla Sarr et l’attaquant Mame Biram Diouf sont tous blessés. Une nouvelle qui ne doit pas plaire à coach Aliou Cissé et son staff à une semaine de son prochain match amical celui-là contre la Croatie le 8 juin. Selon des sources proches de la Tanière, Mame Biram Diouf a même été transporté à l’hôpital juste après le match pour subir des tests suite au choc reçu dans un contact avec le milieu de terrain luxembourgeois Carlson Drik. C’est vrai que Mame Biram avait tenu sa place après ce choc et avait terminé le match, mais c’est au niveau des vestiaires qu’il avait ressenti des douleurs qui ont obligé le staff médical à l’évacuer à l’hôpital. Quant à Ismaïla Sarr et Saliou Ciss, ils ont été blessés au niveau de la cheville.

Les Lions qui étaient en quête de confiance, après les deux nuls récoltés contre l’Ouzbékistan (1-1) et la Bosnie (0-0), ont encore buté contre une solide formation luxembourgeoise ; celle-là même qui avait tenu la France en échec sur ses terres lors des éliminatoires du mondial 2018. Il est vrai que Cheikhou Kouyaté et ses coéquipiers ont tout tenté dans ce match de jeudi dernier, mais l’adversaire avait tenu bon. Malgré une ligne d’attaque de feu, avec Mbaye Niang, Moussa Konaté, Diao Baldé Keïta et Ismaïla Sarr, les Lions ont manqué d’efficacité devant un adversaire qui avait, il faut le souligner, la baraka dans ce match. N’empêche, Aliou Cissé qui avait pesté contre le nul, a trouvé quand même un bon contenu au match car, à son avis, ses joueurs avaient la conservation du ballon et la progression dans le jeu. Mais cela n’est pas suffisant pour une équipe qui veut rassurer ses supporters qui, eux, attendent de voir des buts. Pour les deux prochaines sorties, contre la Croatie et la Corée du Sud, on attend mieux de cette équipe. Et d’ici-là, Aliou Cissé aura son groupe de choc sous la main avec la liste définitive des 23 joueurs.

A Vittel où ils ont rejoint leur camp de base, les Lions vont poursuivre la préparation en direction du prochain match amical contre la Croatie le 8 juin au stade Osijek et face à la Corée du Sud le 11 juin en Autriche.

Au programme pour le reste de la préparation, des séances d’entraînement tous les jours sur la pelouse du stade Jean Bouloumié de Vittel.

Cheikh Fantamady KEITA

 

L'AC Milan, qualifié pour l'Europa League la saison prochaine, risque l'exclusion de toutes les compétitions européennes pour violation des règles du fair-play financier, rapporte vendredi le New York Times. "Une exclusion des compétitions continentales est désormais probable", écrit le grand quotidien américain, qui cite "deux sources impliquées dans le processus" ayant demandé l'anonymat.

La semaine dernière, la chambre d'instruction de l'instance européenne de contrôle financier des clubs (Icfc) avait refusé d'accorder au grand club italien un "accord de règlement", qui aurait impliqué des pénalités financières et sportives. Elle a au contraire transmis directement le dossier à la chambre de jugement, ouvrant ainsi la porte à des sanctions plus graves. Et selon le NYT, les enquêteurs de l'Uefa "ont recommandé d'exclure (...) l'AC Milan des compétitions européennes". Le prestigieux club italien a été officiellement racheté le 13 avril 2017 par des investisseurs chinois menés par le mystérieux Li Yonghong à l'ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, pour 740 millions d’euros. Depuis lors, l'Uefa s'est inquiétée de la stabilité financière du consortium qui a dépensé quelque 200 millions d'euros l'été dernier pour recruter de nouveaux joueurs et qui a dû contracter un prêt colossal auprès du fonds d'investissement américain Elliott. Le club lombard, sept fois vainqueur de la Ligue des champions, perd des dizaines de millions d'euros chaque année depuis près de dix ans et est très loin de répondre aux critères de gestion financière prévus par le fair-play financier.

En cas de confirmation de l'information du NYT, le Milan deviendrait le club le plus important à subir une exclusion des coupes européennes liée au fair-play financier. Par le passé, Malaga, l'Etoile rouge de Belgrade ou Galatasaray ont été sanctionnés d'un an sans coupe d'Europe.
La décision pourrait être rendue publique le 7 juin, selon plusieurs médias sportifs italiens.

AFP

 

Serena Williams et Maria Sharapova n'en sont plus très loin: encore une victoire et les deux stars du tennis se retrouveront en huitièmes de finale de Roland-Garros.
Mais le dernier obstacle n'est pas une formalité, surtout pour Sharapova, opposée à Karolina Pliskova. La Tchèque, qui avait atteint le dernier carré à Paris l'an passé et la finale de l'US Open en 2016, court toujours après un premier trophée majeur à 26 ans. Propulsée brièvement au sommet du classement WTA la saison dernière, l'actuelle 6e mondiale a réussi une préparation prometteuse, avec un titre à Stuttgart, une demi-finale à Madrid mais a subi une élimination dès son entrée en lice à Rome. A Paris, elle reste sur deux matches accrochés et a même perdu un set lors du dernier, contre une ancienne finaliste (2015), sa compatriote Lucie Safarova. Jusqu'ici, elle n'a croisé qu'une fois Sharapova, en finale de la Fed Cup 2015, et la championne russe s'était imposée en deux manches (6-3, 6-4). Serena Williams n'a elle jamais perdu un set en deux rencontres face à Julia Görges. Elle avait même donné une leçon de tennis à la grande Allemande (1,80 m) au premier tour de Roland-Garros en 2010 (6-1, 6-1 au 2e tour). Mais huit ans après, cette serveuse habile - 17 aces à Paris, 2e au classement derrière Williams (22) - a fait du chemin. Trois trophées d'affilée entre fin octobre et mi-janvier (Moscou, Masters bis à Zhuhai, Auckland) lui ont permis de décrocher son meilleur classement (10e).
Aujourd'hui 11e, Görges a atteint une autre finale cette année, sur la terre battue de Charleston). A Paris, elle a lâché un set en route, au premier tour, face à la Slovaque Dominika Cibulkova.

AFP

 

L’entraîneur des Lions, Abdourahmane Ndiaye Adidas, est déterminé à mettre en place une équipe forte lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2019.
Une équipe, dit-il, qui sur le terrain se donne à fond, à l’esprit de la gagne et se respecte. Sur ce, le coach des Lions a défini ses critères de sélection avant-hier lors de la dernière journée du stage de l’équipe. « J’ai été clair dès le départ, j’ai dit que l’équipe nationale est ouverte à tout le monde. J’ai également confirmé publiquement qu’il n’y a pas de place attitrée, ce sont les meilleurs qui seront sur le terrain.

Je veux toucher l’esprit et le cœur des joueurs ; s’ils adhèrent, ils sont dedans, sinon je fais avec. Je veux une équipe de combattants, pas une équipe de prestige », a-t-il fait savoir. Par ailleurs, après trois jours de stage, Abdourahmane Ndiaye Adidas a dressé un bilan pour cette première phase de préparation des Lions.

Le coach est revenu sur le travail effectué avec le groupe. Il a salué l’engagement et la détermination des joueurs. « C’est un bilan largement positif sur le plan humain d’abord parce qu’il fallait qu’on n’essaie de se connaître un peu mais également que les meilleurs joueurs locaux soient dans ce groupe. On a appris à se connaître et à créer une cohésion affective. C’est important en équipe nationale et c’est la base de tout. Ce rapport de confiance et de respect envers les individus est très important », a-t-il dit.

Sur le plan du contenu, les Lions ont pu travailler pas mal de secteurs et selon le sélectionneur national, le niveau était assez élevé. Il s’est rendu compte aussi que pendant les trois jours d’entraînements, il y avait une évolution sur le plan technique.

Absa NDONG

 

Golden State a, comme largement anticipé, remporté le premier match de la finale NBA jeudi, mais le grand favori a dû passer par la prolongation (124-114) pour terrasser Cleveland et sa superstar LeBron James, monumental avec ses 51 points. Pour sa huitième finale consécutive, la neuvième de sa carrière, King James n'a pas manqué son entrée. Il a frappé les esprits par son audace vestimentaire en arrivant à l'Oracle Arena en blazer, bermuda et chaussettes mi-mollets, et surtout par sa prestation surréaliste sur le parquet.

Déjà phénoménal depuis le coup d'envoi des play-offs (34 points par match avant cette rencontre), le N.23 de Cleveland a encore haussé son niveau et a écrit une nouvelle page de sa légende. Il est seulement le sixième joueur à atteindre les 50 points dans un match de finale Nba et s'est offert un nouveau record personnel de points en play-offs. Et pour relancer l'éternel débat entre ceux qui le présentent comme le meilleur joueur de l'histoire et ceux qui plébiscitent Michael Jordan, James a égalé le record de 109 matchs de play-offs à 30 points et plus du légendaire joueur des Chicago Bulls.

"C'est le meilleur joueur du monde, il enchaîne les matchs de ce calibre cette saison pour nous, mais il s'est fait voler la victoire, ce n'est pas juste", a regretté son entraîneur Tyronn Lue, très remonté contre les arbitres. Dans son viseur, la décision des arbitres à 36 secondes de la fin du temps réglementaire d'accorder deux lancers francs à Kevin Durant après recours à l'arbitrage vidéo alors qu'ils avaient initialement estimé que le joueur de Golden State avait fait un passage en force face à LeBron James.

Du côté de Golden State, c'est le soulagement qui l'emportait, car les champions en titre sont passés tout près de la catastrophe. "C'était un match fou (...) Le plus important est d'avoir gagné, il va falloir hausser notre niveau", a résumé Stephen Curry qui a fini la rencontre avec 29 points. Ils ont ensuite surclassé les Cavaliers en prolongation, mais ils ont reçu un sérieux avertissement pour cette quatrième finale de suite entre les deux équipes.
Les Warriors ont couru après le score jusqu'à la pause, car Cleveland, poussé dans ses derniers retranchements au 1er tour contre Indiana (4-3) et en finale de conférence contre Boston (4-3), a pris le meilleur départ.
Cleveland a compté jusqu'à onze points d'avance (51-40) en deuxième période, avant que Golden State n'égalise juste avant la pause (56-56) grâce à un insolent panier à trois points de Stephen Curry.
Comme souvent cette saison, les Warriors ont dominé le 3e quart-temps qu'ils ont terminé avec six points d'avance, mais n'ont pas réussi à lâcher les Cavaliers.

AFP

Ils avaient l’opportunité de s’installer dans le fauteuil de dauphin, ils ne l’ont pas raté. Ils, ce sont les Académiciens de Génération Foot qui ont profité hier de l’accueil du Ndiambour en match retard comptant pour la 21e journée du championnat de L1. Les boys d’Olivier Perrin ont été décisifs (2-1) à domicile dans ce match de rattrapage, en attendant de conforter leur place de dauphin, dimanche prochain lors de la 29e journée contre le Stade de Mbour.
Auteur des deux buts de Génération Foot, Amadou Dia Ndiaye, l’attaquant des Académiciens, porte son capital à 12 buts et met la pression sur Thierno Thioub (15 buts), actuel meilleur buteur du championnat.

Ansoumana SAMBOU

 

Il aura 31 ans pendant le Mondial-2018 et n'a jamais gagné de trophée majeur avec l'Argentine: pour Lionel Messi, c'est le moment où jamais de briller au sommet.
Car c'est bien ça le drame pour Leo. Il a tout gagné avec le FC Barcelone, y compris cinq Ballons d'or, mais on le compare toujours avec Diego Maradona, qui lui avait gagné la Coupe du monde en 1986 avec l'Albiceleste. Les Argentins sont tombés dans un groupe piège avec la Croatie de Luka Modric, l'Islande, équipe surprise de l'Euro-2016 qui avait éliminé l'Angleterre en 8e de finale, et le Nigeria, un client réputé. Surtout que le parcours de qualification de l'Argentine n'a pas été de tout repos dans la zone Amérique du Sud. On a même cru à un moment que Lionel Messi allait rester à quai, comme d'autres grands joueurs qui n'ont à pas réussi à se qualifier à l'image de Gianluigi Buffon (Italie) ou encore Arjen Robben (Pays-Bas).Jorge Sampaoli, sélectionneur argentin, sait en tout cas ce qu'il a à faire: "Le football doit un Mondial à Messi".

L'ailier islandais Johann Berg Gudmundsson attend avec impatience de croiser l'Albiceleste: "Je l'avais dit avant le tirage, je voulais le Brésil ou l'Argentine. Pour le premier match de l'Euro, nous avons joué Cristiano Ronaldo, cette fois, ce sera Messi".

Comment arrêter Messi ? Chacun a sa petite idée. Gernot Rohr, coach du Nigeria, a sa vision comme il l'explique à l'Afp: "Ce n'est pas comme à mon époque où tu disais: +Tu marques Platini, Maradona ou Susic...+. C'est collectivement qu'on pourra l'arrêter, en doublant le marquage, en bloquant les passes qui lui sont destinées, en coupant à la source". "Une fois qu'il a le ballon, il faut une extrême vigilance collective: deux voire trois personnes qui doivent être sur sa route. Il va être, à mon avis, très motivé, il sera là", conclut le technicien des Super Eagles.

AFP

Robert Lewandowski (Pologne), Radamel Falcao (Colombie), Sadio Mané (Sénégal): une pluie de buts semble assurée dans le groupe H du Mondial où les attaquants de classe vont chercher à faire trembler les filets, tandis que le Japon apparaît plus fragile.

Avec 16 buts en dix matches à son actif, le 9 polonais du Bayern Munich est devenu le meilleur buteur des qualifications européennes. Sous sa houlette, les Aigles blancs sont de retour dans un Mondial, 12 ans après leur dernière participation. Dans cette équipe de Pologne bâtie autour de Lewandowski par le sélectionneur Adam Nawalka, aux manettes depuis fin 2013, le point faible reste la défense, avec 14 buts encaissés, soit bien davantage que les autres qualifiés de la zone. Mais les Polonais, troisièmes en 1974 et 1982, trouveront la Colombie sur le chemin de la première place du groupe. Les hommes de José Pekerman ont réalisé leur meilleure prestation au Brésil en 2014, en atteignant les quarts de finale pour la première fois.

Falcao (AS Monaco), meilleur buteur de l'Histoire des Cafeteros, et James Rodriguez (Bayern Munich), meilleur buteur du Mondial-2014 avec six buts, sont les deux atouts d'une formation dont le jeu est axé sur la possession et le jeu court.

Troisième postulant, le Sénégal, qui participe à sa deuxième Coupe du monde après ses débuts en Corée du Sud et au Japon en 2002, où il était arrivé en quarts.
Le capitaine d'alors, Aliou Cissé, est le sélectionneur de l'équipe. Les Lions de la Terranga, menés par l'attaquant vedette de Liverpool Sadio Mané, s'appuient sur une quinzaine de joueurs évoluant dans les championnats européens.
Derrière les trois candidats aux deux billets pour les 8e de finale, le Japon aborde le mondial en situation délicate après le limogeage du sélectionneur Vahid Halilhodzic en avril, alors que la presse nippone pointait un "manque d'unité dans l'équipe". Lui a succédé le Japonais Akira Nishino, qui possède une solide expérience en championnat (J-League). Mais aucune sur la scène internationale...

 

AFP

La Russie franchira-t-elle le premier tour de son Mondial ? Rien n'est moins sûr tant le pays organisateur peine à élever son niveau et tant il se retrouve dans un groupe compliqué composé notamment de l'Uruguay et de l'Égypte.
Ce n'est sans doute pas le match d'ouverture d'un Mondial le plus excitant de l'histoire, mais sportivement, le Russie-Arabie saoudite du 14 juin aura une importance cruciale. Face à l'adversaire a priori le plus faible du groupe A, une contre-performance des coéquipiers d'Igor Akinfeev contrecarrerait déjà leurs espoirs d'accéder aux 8es de finale.

Car après l'Arabie saoudite, la Russie, modeste 66e au classement Fifa, devra composer avec l'Uruguay de Luis Suarez et Edinson Cavani et l'Egypte de Mohamed Salah, le héros de Liverpool, meilleur buteur de Premier League et prétendant sérieux au Ballon d'Or. La marche sera haute pour la sélection russe, décimée par les blessures et qui n'a remporté aucun de ses cinq derniers matchs amicaux. En trois participations à une Coupe du Monde depuis la chute de l'Urss, la Russie n'a encore jamais franchi le premier tour. Et les joueurs de Stanislav Cherchesov ne veulent à aucun prix rejoindre l'Afrique du Sud, seul pays organisateur à n'avoir pas franchi ce premier tour.

Côté égyptien, Mohamed Salah sera attendu au tournant... s'il est là. Car la star de la sélection égyptienne s'est blessée à une épaule samedi en finale de la Ligue des champions avec Liverpool et sa participation au Mondial a été remise en question par les premiers commentaires de son entraîneur Jürgen Klopp. Le joueur, lui, s'est ensuite voulu rassurant en affirmant "être confiant sur le fait (qu'il) sera en Russie".

Auteur d'une saison époustouflante avec Liverpool, l'homme aux 32 buts en 38 journées de Premier League devra montrer, s'il va en Russie, qu'il peut aussi porter sa sélection, composée essentiellement de joueurs évoluant chez eux. Quant aux Uruguayens, menés par leurs deux superstars Luis Suarez (FC Barcelone) et Edinson Cavani (Paris SG), ils s'appuient sur une ossature expérimentée et sortent d'une campagne de qualifications convaincante qui peut leur permettre de voir loin.

AFP

 

L’équipe du Sénégal a été tenue en échec (0-0) hier, à Josy-Barthel,  par le Luxembourg dans le cadre de sa préparation pour le mondial qui démarre dans moins de deux semaines. Aliou Cissé qui a effectué une revue d’effectif a encore beaucoup de réglages à faire.

Le Luxembourg n’a pas tremblé hier face à l’équipe du Sénégal venue le défier à Josy-Barthel. Les Lions qui étaient venus avec de bonnes ambitions ont buté sur une équipe défensivement bien organisée. En l’absence de Sadio Mané et Kara Mbodj, Aliou Cissé a présenté un semblant d’équipe-type.

Le début de match est énergique et les Lions font preuve de beaucoup d’engagement. Très en jambes, Moussa Konaté (15e), Mbaye Niang (19e) et Keïta Baldé (26e) se signalent sans trop inquiéter le portier Anthony Moris. Il a fallu attendre la dernière minute de la première mi-temps pour voir les Lions donner les premiers frissons à l’adversaire. Mbaye Niang, très remuant, adresse un centre à Moussa Konaté qui trouve le poteau, malheureusement Ismaïla Sarr ne réussit pas à conclure.

En deuxième période, la rencontre change de physionomie. Mbaye Niang voit son coup-franc effleurer la barre transversale (46e). Cette belle occasion a eu le don de réveiller ses coéquipiers qui font tourner la balle sans réellement être trop dangereux. Aliou Cissé apporte de la fraîcheur en faisant tourner son effectif avec les entrées de Pape Alioune Ndiaye, Lamine Gassama, Mame Biram Diouf, Salif Sané, Diafra Sakho, Cheikh Ndoye. Le Sénégal se signale à la 56e minute grâce à une tête de Moussa Konaté, bien servi par Ismaïla Sarr, qui frôle le poteau luxembourgeois. Avec les nombreuses situations qu’ils se sont créées, les protégés de Cissé auraient pu ouvrir le score, mais ils ont poussé pour forcer la décision et ont manqué de réalisme. Après 90 minutes de jeu, aucune des deux équipes n'a su faire la différence. Le Sénégal concède ainsi son troisième match nul après ceux contre l’Ouzbékistan (0-0) et la Bosnie (1-1) en mars dernier. Aliou Cissé a donc beaucoup de choses à corriger avant la rencontre du 8 juin prochain contre la Croatie.

Samba Omar FALL

Le onze de départ du Sénégal : Khadim N’Diaye – Moussa Wagué, Kalidou Koulibaly, Cheikhou Kouyaté (c), Saliou Ciss – Ismaïla Sarr, Alfred N’Diaye, Gana Gueye, Diao Baldé – Mbaye Niang, Moussa Konaté

 

La cinquième et dernière course du championnat Sprint 2 litres et Super 2 litres, dénommée trophée Henri Diouf, en hommage au Président fondateur du Club, aura finalement lieu le dimanche 24 juin 2018. Cette course qui se disputera sur le circuit Dakar-Baobab de Sindia, est organisée par le Club Automobile du rail, sous l’égide de la Fédération sénégalaise des sports automobile et motocycliste (Fsam). Prévu initialement pour le week-end des 16 et 17 juin, cette compétition a été décalée en raison des fêtes de Korité à cette période-là. Et pour cette dernière journée, le timing sera beaucoup plus matinal que d'habitude, à cause du match des Lions du Sénégal prévu le même jour.

C’est pourquoi donc les pilotes devront faire des efforts pour venir tôt afin que la course puisse se terminer tôt aussi. Ainsi, après les vérifications administratives et techniques (9h45-10h30), suivront les essais libres et qualificatifs et la mise en grille (10h30-11h30) avant la première manche de la course (11h30-12h20). Comme annoncé auparavant, le classement de cette dernière course sera déterminant pour le classement général du championnat. Les pilotes vont ensuite observer une pause avant d’entamer la seconde et dernière manche (13H30-14H).
À noter que chaque manche va durer une heure.

Cheikh  Fantamady KEITA

 

Désormais, l’Imagerie à résonnance magnétique (Irm) sera obligatoire pour tous les joueurs avant les tournois de qualification de la catégorie des cadets (U17). Telle est la décision prise par la Confédération africaine de football (Caf). « La Caf informe qu'il sera procédé à un test d’éligibilité d’âge pour tous les joueurs participant aux tournois de qualification de la Can Total U17, Tanzanie 2019 », indique un communiqué sur le site de l’instance dirigeante du football continental. « Ces tests d’Irm, souligne la Caf, seront organisés avant le début des matches dans le pays hôte du tournoi de qualification et tout joueur qui échouera au test ne sera pas autorisé à prendre part à la compétition et il ne pourra pas être remplacé par un autre joueur », précise-t-on dans le communiqué.

Une décision dont la disposition figure désormais dans l'Article 135 (*) du Code disciplinaire de la Caf, modifié à la suite de la réunion du Comité d'urgence tenu au Maroc en date du 5 mai 2018. Un article 135 qui stipule que « celui qui, dans le cadre d’une activité liée au football, crée un faux titre, falsifie un titre, fait constater faussement dans un titre un fait ayant une portée juridique ou utilise pour tromper autrui un titre faux, sera puni d’une suspension d’une durée minimale de six (6) matches ». La Caf durcit encore la mesure puisqu’elle affirme que « si l’auteur est un officiel, l’organe juridictionnel prononcera une interdiction d’exercer toute activité relative au football pour une durée minimale d’une (1) année ».

Cet organe pourra prononcer une amende de 10.000 dollars minimum. Enfin, si l’auteur est une personne  visée à l'art. 2 et est convaincu d’avoir violé la clause 1 ci-dessus en ce qui concerne tout test d'Irm, cette (ces) personne(s) sera interdite de toute activité de football pendant une période de quatre années ». Voilà qui va freiner les ardeurs de certains fraudeurs dans les compétitions de jeunes. Une mesure à saluer aussi si l’on sait que beaucoup de jeunes sont pénalisés par leur ignorance par des dirigeants véreux plutôt préoccupés à remplir leurs poches qu’à sauvegarder l’intérêt des jeunes footballeurs.

Cheikh  Fantamady KEITA

 

Un coup de tonnerre "inattendu" même pour son président: Zinédine Zidane a annoncé jeudi, à la surprise générale, qu'il quittait son poste d'entraîneur du Real Madrid, cinq jours après sa troisième victoire consécutive en Ligue des champions, qui l'a définitivement fait entrer dans l'histoire du football.

"J'ai pris la décision de ne pas continuer l'année prochaine", a déclaré Zidane, 45 ans, qui était à la tête de l'équipe merengue depuis début 2016. Une décision qualifiée de "totalement inattendue" par le président du club, Florentino Perez, à ses côtés en conférence de presse au siège du club.

"Je pense que c'est le moment pour tous, pour moi, pour l'équipe, pour le club", a déclaré le champion du monde 1998 devant la presse, visiblement ému. "Cette équipe doit continuer à gagner et a besoin d'un changement. Après trois ans, elle a besoin d'un autre discours, d'une autre méthodologie de travail", a ajouté "ZZ" dont le contrat à la tête de l'équipe merengue courait jusqu'en 2020. Douze ans après avoir raté la fin de sa carrière de joueur, sur un coup de tête fatal en finale du Mondial-2006, Zidane a tenu cette fois-ci à clore le premier chapitre de sa "deuxième carrière" au sommet de son art.
Moins de trois ans après sa nomination à la tête de l'équipe première en janvier 2016, sous les interrogations, voire les sarcasmes de certains observateurs, le Français a remporté tous les titres possibles à l'exception de la Coupe du Roi.

"Je ne cherche pas d'autre équipe" -
Mieux, outre la Liga décrochée en 2017 au bout de 38 journées, il a remporté toutes les finales qu'il a disputées: Ligue des champions 2016, Supercoupe d'Europe 2016, Mondial des clubs 2017, Ligue des champions 2017, Supercoupe d'Espagne 2017, Supercoupe d'Europe 2017, Mondial des clubs 2018, et Ligue des champions 2018. Un palmarès hors-norme. "En tant que joueur et entraîneur, tu as décidé de dire au revoir au sommet. Merci pour ces deux ans et demi incroyables. Ton héritage ne sera jamais effacé, c'est l'un des chapitres les plus réussis de l'histoire de notre bien-aimé Real Madrid", a rendu hommage son capitaine Sergio Ramos sur son compte Twitter. A voir la joie sur son visage sur la pelouse de Kiev, lui d'habitude si zen et tout en self-control - sauf quand ses joueurs réussissent des gestes insensés comme les retournés acrobatiques de Cristiano Ronaldo et Gareth Bale -, qui aurait pu croire que Zidane annoncerait son départ cinq jours après la brillante victoire contre Liverpool (3-1) ?

Est-ce pour reprendre une autre formation, pour prouver qu'il peut réussir ailleurs qu'au Real ? "Je ne cherche pas d'autre équipe", a répondu à la presse "Zizou", l'un des rares techniciens à avoir décidé de quitter de son propre chef le prestigieux club merengue, réputé pour accorder une durée de vie très limitée à ses entraîneurs.

Prochaine étape l'équipe de France ?

"Je pense qu'un jour il aimerait prendre l'équipe de France. C'est évident, il ne s'en est jamais caché. Il faut que ça se fasse dans de bonnes conditions, au bon moment, et ça, puisqu'il est patient, il n'y aura aucun problème. On verra dans le temps mais il a un destin international", ajoutait Lacombe.

Si le contrat de sélectionneur de son ancien coéquipier Didier Deschamps a été prolongé jusqu'en 2020, l'idée de voir un jour Zizou prendre les commandes de l'équipe de France ne déplait pas au président de la Fédération française (Fff) Noël Le Graët. "C'est une suite logique, c'est probable qu'un jour il l'ambitionne", avait-t-il même déclaré en juin 2017.

Après le départ de Laurent Blanc en juillet 2012, Zidane avait déjà manifesté au patron de la Fff son désir d'entraîner les Bleus. "Je me rappelle lui avoir dit ici (au siège de la Fff, ndlr): +Tu ferais mieux de prendre Bordeaux pour faire tes premières armes+.... Trois coupes d'Europe, c'est quand même phénoménal. Les joueurs l'adorent. Il fait bien jouer. C'est un énorme entraîneur", a confié mercredi à l'Afp le patron de la Fff.
Rendez-vous donc pour après l'Euro-2020 ? A moins que Deschamps n'échoue dans sa mission en Russie...

AFP

 

Cinq jours après son succès à Eugene, l'Américain Ronnie Baker a de nouveau dompté le 100 m de la Ligue de Diamant en 9 sec 93 (meilleur temps de l'année), jeudi à Rome, infligeant une nouvelle défaite à son compatriote Christian Coleman (4e), vice-champion du monde.

Baker (24 ans) a confirmé qu'il serait un sacré client sur une distance qui se cherche un successeur depuis la retraite de la légende jamaïcaine Usain Bolt. L'Américain avait déjà frappé un grand coup à Eugene en bouclant la ligne droite en 9 sec 78 mais le vent (+2,4 m/s) n'avait pas permis d'homologuer sa performance.
Coleman, l'autre prétendant à la couronne laissée vacante, enregistre lui une 2e déconvenue de suite sur 100 m (10 sec 06) après avoir régné en salle cet hiver avec un titre de champion du monde et le record du monde du 60 m (6 sec 34).

Le Français Jimmy Vicaut, co-recordman d'Europe (9 sec 86), peut, de son côté, se satisfaire de sa 2e place même si son chrono (10 sec 02) a été en deçà de celui réalisé le 20 mai pour sa rentrée. Le jeune Italien Filippo Tortu (19 ans) a terminé 3e (10 sec 04).

400 m haies : Mpm pour Samba

Le Qatari Abderrahman Samba a confirmé qu'il était bien la nouvelle terreur du 400 m haies en signant la meilleure performance de l'année en 47 sec 48, nouveau record d'Asie, jeudi lors de l'étape de la Ligue de Diamant à Rome. Samba, âgé seulement de 22 ans et Mauritanien naturalisé qatari en 2016, avait déjà réussi le chrono le plus rapide de la saison (47 sec 57) à domicile, le 4 mai à Doha en ouverture de la Ligue de Diamant.
A Rome, il a notamment dominé le champion du monde en titre, le Norvégien Karsten Warholm, 2e en 47 sec 82, son record personnel, et le champion olympique de 2016, l'Américain Kerron Clement, 6e.

AFP

 

A mi-parcours d’un championnat qui compte six journées, le jeune Ethan Jolivet a déjà creusé l’écart entre lui et ses poursuivants.
Car après trois journées de compétition, il compte 71 points contre son suivant immédiat, Elliot Ezzedine (60 pts). Cette épreuve organisée par le Chrono racing club (Crc) affilié à la Fédération sénégalaise de sport auto et motocyclette (Fsam) disputera sa quatrième journée ce samedi au stade Léopold Sédar Senghor à partir de 14h.

C. F. KEITA

Le classement après la 3ème journée : 1er : Ethan Jolivet (71 pts) ; 2e : Elliot Ezzedine (60 pts) ; 3e : Joan Azar (59 pts) ; 4e : Tess Sanchez (46 pts) ; 4ex : Junior Sène (46 points ; 6e : Eulice Sylva (24 pts)

 

L’équipe nationale aborde la dernière phase de sa préparation à Vittel, en France, où elle a pris ses quartiers depuis dimanche. Aliou Cissé a trois matches pour effectuer les derniers réglages et permettre à son groupe d’arriver avec le plein de confiance en Russie. Les Lions démarrent leur premier test ce jeudi 31 mai, contre le Luxembourg, à 18 heures.

A l’instar des autres pays qualifiés pour le mondial, le Sénégal est dans la dernière ligne droite de sa préparation. Après une première phase à Saly, les Lions ont rallié Vittel, leur camp d’entraînement, où ils dérouleront la seconde phase de leur stage avant de s’envoler pour la Russie. Mais auparavant, l’équipe d’Aliou Cissé disputera trois matchs qui seront l’occasion d’effectuer une large revue d’effectifs, pour motiver ses troupes et peaufiner les derniers détails.

L’équipe de Cissé qui a laissé à ses supporters un goût amer après les matches amicaux face à l’Ouzbékistan et la Bosnie en mars dernier, n’a plus que ces trois matches pour donner un aperçu de ce que sera leur été en terre russe. Mais en attendant, les Lions devraient se passer des services de leur meneur de jeu Sadio Mané ; celui-ci devant rejoindre le groupe directement au Luxembourg, sa participation au match reste incertaine.

Premier test face au Luxembourg ce jeudi
Le Sénégal défie ce jeudi 31 mai, à 18 heures, le Luxembourg (83e mondial), au stade Josy Barthel. Face aux Roud Léiwen (les Lions rouges) pas qualifiés pour le mondial, les Lions de la Téranga n’auront pas affaire à une très grande adversité. Mais devront toutefois se méfier de l’équipe coachée par Luc Holtz qui prépare l’Uefa Nations League, une nouvelle compétition regroupant 55 sélections européennes et qui se joue tous les deux ans, les années impaires.

Logé dans le groupe 2 de la Ligue D, en compagnie de Saint-Marin, de la Moldavie et de la Biélorussie comme adversaires entre septembre et novembre 2018, le Luxembourg compte bien tirer son épingle de cette compétition qualificative. Les rencontres face au Sénégal et à la Géorgie seront deux tests majeurs pour les Lions rouges qui comptent bien se qualifier pour l’Euro 2020.

Pour ce match, Aliou Cissé aura son équipe au complet. Le sélectionneur pourra également compter sur le retour de son défenseur Kara Mbodji, absent lors des rencontres contre l’Ouzbékistan et la Bosnie. Et ainsi procéder à une large revue d’effectif. En face, Luc Holtz a battu le rappel des troupes en convoquant Anthony Moris, Laurent Jans, Christopher Martins, Chris Philipps, Lars Gerson, Mario Mutsch, Daniel Da Mota, Aurélien Joachim entre autres.

Le Luxembourg qui reste sur une belle raclée (0-4) reçue à domicile contre l’Autriche, aura à cœur de se relever face à une équipe sénégalaise qui aspire à bien démarrer la deuxième phase de sa préparation.

Un match en théorie facile pour Kalidou Koulibaly et ses coéquipiers, mais il existe tout de même des motifs de prudence.

Et la troupe d’Aliou Cissé a tout intérêt à ne pas sous-estimer son adversaire dont le seul fait d’arme reste sans doute ce match nul (0-0) héroïque contre la France le 7 septembre dernier, à Toulouse, lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2018.

Samba Oumar FALL

LA CROATIE, UN SACRÉ CLIENT !
Lions Vittel 2Après le Luxembourg, le Sénégal affrontera pour son deuxième match, une belle équipe de Croatie (18e mondial). Un sacré client pour les Lions qui devront bien hausser le rythme face à cette équipe qui possède un solide vécu international et qui a aussi l’ambition de jouer les grands rôles en Russie.

L’équipe à la tunique au damier a hérité d’un groupe D assez relevé qu’elle partage avec l’Argentine, le Nigeria et l’Islande. La formation de Zlatko Dalic complète dans presque toutes les lignes, se reposera comme d’habitude sur ses cadres : Ivan Rakitic, Luka Modric et Mario Mandzukic. Le grand absent sera, sans conteste, l’inusable défenseur Darijo Srna, capitaine de la sélection, contrôlé positif lors d’un test antidopage en mars 2018. Avec de la qualité dans le jeu, de l’intensité et un milieu de terrain enviable, la Croatie se présente comme l’adversaire le plus sérieux de l’équipe du Sénégal qui aura, à n’en pas douter, du grain à moudre. Le 8 juin donc, les Lions gagneraient bien à s’inspirer du Pérou qui s’est payé le luxe de battre (2-0) le 24 mars dernier cette séduisante équipe de Croatie, qui s’est bien rachetée en battant quatre jours plus tard le Mexique (1-0) grâce à une réalisation d’Ivan Rakitic. Ce test sera très significatif pour le Sénégal qui aura à se confronter aux meilleurs. Les Lions ne doivent nourrir le moindre complexe et devront réaliser une prestation de très haut niveau pour donner un signal fort à leurs adversaires. Avant cette confrontation, les hommes de Zlatko Dalic se frotteront au Brésil le 3 juin, en Angleterre.

S. O. F.

CORÉE DU SUD À HUIS CLOS
Vainqueur (2-0) du Honduras lundi dernier, la Corée du Sud (61e mondial) qui disputera son dixième mondial cette année affrontera la Bosnie le 1er juin, puis la Bolivie le 7 juin avant de croiser le fer avec le Sénégal le 11 juin. Ce match prévu à Vienne (Autriche) se disputera à huis clos et sera la septième confrontation entre les deux équipes. De 1982 à aujourd’hui, les chemins des Lions de la Téranga et des Guerriers Taeguk se sont croisés à six reprises avec 3 victoires pour les Sénégalais ; les Coréens n’ayant battu (2-0) qu’une seule fois les Lions. C’était lors de leur dernière confrontation le 14 octobre 2009, à Séoul.

Ce match sera un bon test pour la Corée qui aura maille à partir avec de solides équipes dans le groupe F qu’elle partage avec l’Allemagne, tenant du titre, le Mexique et la Suède. Il le sera autant pour le Sénégal qui devra toutefois se méfier de cette coriace équipe. La bonne nouvelle est que les « Guerriers Taeguk » ont souvent perdu face à des équipes africaines. Que ce soit contre le Maroc (1-3), la Tunisie (0-1) ou encore le Ghana (0-4). Si la Corée a perdu (2-3) le 27 mars dernier face à la Pologne, elle a tout de même réussi à battre (4-1) le Japon (Coupe d’Asie de l’Est) et en amical la Colombie (2-1), deux autres adversaires du Sénégal.

Pour cet ultime match de préparation, le sélectionneur Shin Tae-yong devra se passer de joueurs clés comme Lee Keun-ho, Kim Min-ja, Kwon Chang-hoon et de Yeom Ki-hun.

Il pourra cependant compter sur Son Heung-min, Kim Shin-wook, Hwang Hee-chan, Park Joo-ho, Lee Chung-yong, Jung Seung-hyun, Lee Seung-woo, Moon Seon-min. Ce match sera la dernière occasion pour les joueurs d’Aliou Cissé de rassurer les sceptiques avant de rejoindre la Russie où ils disputeront le match d’ouverture du groupe H contre la Pologne, le 19 juin, avant de jouer le Japon le 24 et la Colombie, le 28 juin.

S. O. F.

Après avoir couru plusieurs saisons derrière le titre de champion, ce qui n’était pas dans ses habitudes, le Jaraaf de Dakar a pu enfin le décrocher ; soit 8 ans après son dernier titre sous l’ère du professionnalisme. En effet, après un démarrage poussif dans l’édition 2017/2018, les Vert et blanc de la Médina n’ont jamais baissé les bras dans cette course au titre de champion du Sénégal.

C’est vrai qu’ils étaient au coude-à-coude avec Génération Foot champion sortant et la Sonacos de Diourbel, mais les hommes de Malick Daff ont tenu dans cette bataille à trois qu’ils ont commencé lors de la 19e journée.

Et c’est justement à partir de cette journée que l’équipe du président Cheikh Seck a commencé à se détacher pour occuper une première place qu’elle ne lâchera plus. La large et précieuse victoire obtenue aux dépens de Mbour PC (3-1) a tout déclenché chez les Vert et blanc. Car le Jaraaf ne quittera plus le fauteuil tant envié en enfilant les victoires (8 d’affilée) au fil des journées de championnats. Dimanche dernier a sonné son heure lorsque l’équipe de la Médina a battu l’autre équipe de Mbour (Stade) sur le score d’un but à zéro. Suffisant pour décrocher le graal qui lui donne un 12e titre de champion du Sénégal depuis la réforme qui a vu naître cette équipe. Ainsi, de Prince de la coupe (12 trophées), le Jaraaf devient aussi roi du championnat avec ce 12e titre. Un succès qui rejaillit sur le coach sur lequel le président Cheikh Seck a maintenu sa confiance, malgré les critiques de certains supporters qui ne pouvaient concevoir sa manière de coacher l’équipe. Mais Cheikh Seck l’avait retenu à la barre de l’équipe croyant en son étoile, mais aussi à ses capacités de technicien confirmé. Ainsi, avec une bonne marge de sécurité en termes de points (16), le Jaraaf ne pouvait plus être rattrapé après sa victoire sur le Stade de Mbour, alors qu’il reste encore deux journées. Les statistiques parlent pour les Vert et blanc puisqu’en 25 matches joués, ils en ont remporté 17, obtenu 5 nuls et enregistré 3 défaites ; avec à la clé la meilleure attaque (40 buts marqués) et la deuxième meilleure défense (18 encaissés) derrière Génération Foot (16).

Ce moment de sacre, Malick Daff peut bien le savourer en se disant, dans un coin de sa tête, qu’il a eu raison sur ceux qui ne le connaissaient pas ; car pour mémoire, l’ancien joueur du Port de Dakar et ancien international, devenu entraîneur, faisait déjà partie du staff technique qui a fait monter Diambars en Ligue 1, sans oublier son club de cœur (Port) qu’il a fait remonter en 2011/2012. Ce titre de champion du Sénégal, c’est aussi celui d’un jeune président, formé au club comme gardien de but avec qui il a tout gagné. Et c’est également la gestion d’un groupe soudé qui a eu un vécu qu’il a su transposer dans ce championnat. En tout cas, Cheikh Seck qui a hérité du flambeau des mains du doyen Wagane Faye, s’est évertué à fructifier ce legs pour professionnaliser davantage le groupe, faire des sacrifices en mettant les moyens qu’il faut pour arriver à ce résultat. Et dans ce domaine, l’ancien gardien international n’a pas lésiné sur les moyens pour permettre à son club de cœur d’atteindre l’objectif du championnat qu’est le titre.

Le Jaraaf, comme on le sait, avait toujours joué les premiers rôles aussi bien en championnat qu’en coupe du Sénégal. Et c’est justement dans ce chantier que le jeune dirigeant, qui est également vice-président de la fédération chargé des équipes nationales, s’est engagé pour pérenniser l’histoire du Jaraaf.

Maintenant que le titre de champion est acquis, il s’agira de préparer l’Afrique.

C. F. KEITA

Autant le suspense est nul au fond de la classe concernant la relégation, autant au sommet la course au titre n’est plus d’actualité. Depuis avant-hier, le Jaraaf a succédé à Génération Foot au palmarès du championnat, alors que l’Us Ouakam et le Guédiawaye sont définitivement relégués. Qui sera le 3e malheureux condamné.

C’est l’énigme dans cette dernière ligne droite.

C’est officiel ! Le Jaraaf a renoué avec le trône avant terme. Une performance, certes pas inédite, puisque Génération Foot l’avait déjà réussie la saison dernière, mais le Jaraaf est le premier à remporter un second titre sous le professionnalisme.

Mieux, le nouveau champion est sur une bonne dynamique. Depuis la 19e journée, le club de la Médina aligne les succès. Soit 8 victoires consécutives depuis le 5 avril dernier. Une domination sans partage des Vert – Blanc, sous la direction de Malick Daf qui a toujours affiché son ambition pour le titre.

La bataille pour le titre n’étant plus d’actualité, c’est désormais les accessits et le combat à distance pour éviter la relégation qui cristallisent l’attention du monde sportif. Au sommet, à défaut de sa propre succession, Génération Foot est bien placée pour terminer à la deuxième place. Fort de 5 matches retard, les Grenats ont de fortes chances de se consoler de la place de dauphin à l’arrivée.

L’As Douanes qui l’occupe à l’issue de la journée, ne compte plus qu’un match au programme, alors que la Sonacos et Teungueth Fc qui complètent le Top 4, en comptent deux chacun.
En fait, l’intérêt du championnat se situe désormais au bas du classement où la lutte pour le maintien s’annonce ardue. Si l’Us Ouakam et le Guédiawaye Fc Pro ont déjà abandonné le combat, ce n’est pas le cas pour Diambars, Ngb Niary Tally, le Casa Sports et Dakar Sacré Cœur. Et particulièrement les trois premiers clubs cités qui n’ont plus que deux matches à négocier pour sauver leur place dans l’élite, contrairement aux Sicapois qui en ont encore trois.

Mais, parmi ces trois équipes en danger, Diambars a un calendrier plus clément.

Les Académiciens de Saly accueillent la Sonacos au prochain tour et bouclent face à Guédiawaye Fc.

Niary Tally a, en revanche, un calendrier plus compliqué avec notamment le Diaraf, le champion qui affiche encore son ambition de terminer en roue libre, et le Stade de Mbour encore en course pour une place symbolique sur le podium.

Quant au Casa Sports, il est sous pression devant Dakar Sacré Cœur en pole position dans la course au maintien, mais surtout Mbour PC, autre équipe qui postule aux accessits. La bataille à distance est désormais engagée entre ces trois équipes pour éviter le purgatoire.

Ansoumana SAMBOU

Cette coupe du monde « Russie 2018 » tombe sous de bons auspices pour l’Association nationale de la presse sportive du Sénégal et le « 12e Gaïndé ». Le groupe Transair vient, en effet, d’offrir trois titres de voyages à l’Anps et un chèque de cinq (5) millions au « 12e Gaïndé » pour contribuer à leur participation à la Coupe du monde de football qui se déroulera en Russie du 14 juin au 15 juillet. Selon nos informations, le groupe aérien entend afficher son compagnonnage avec ces deux structures en direction de cette coupe du monde où l’élan solidaire est attendu de tous. Et, il compte l’accentuer durant les éliminatoires de la Can 2019.

La préparation de l’équipe nationale masculine de basketball, en vue des éliminatoires de la Coupe du monde 2019 a débuté avant-hier, au stadium Marius Ndiaye, avec douze joueurs locaux et trois expatriés. Un premier stage de trois jours (28 - 29 - 30 mai) que le sélectionneur national Abdourahmane Ndiaye « Adidas » mettra à profit pour tester le potentiel des joueurs locaux. « J’ai voulu voir ceux qui jouent au Sénégal et surtout voir le potentiel qui est là.

J’ai commencé à travailler avec eux par rapport à ce qu’on veut mettre en place car c’est un projet à long terme. Il n’y a pas que les éliminatoires qui arrivent. Je veux également leur parler de leurs ambitions et détermination par rapport à leur carrière », a-t-il dit. Sur le plan du jeu, le coach de l’équipe nationale insiste sur le fait que la porte est ouverte à tout le monde. « Il n’y a pas forcément que ceux qui jouent à l’extérieur ; compte tenu du niveau de jeu, ils ont peut-être plus d’atouts, mais les joueurs qui sont là ont le potentiel qu’on peut cultiver. Il suffit juste de bien travailler, d’être ambitieux et avoir envie de garder sa place en équipe nationale », souligne-t-il. En fait, pour l’entraîneur des Lions, il faut intégrer petit à petit les joueurs locaux dans le groupe du Sénégal, afin qu’ils puissent s’adapter à sa philosophie du basket.

« Pour moi, c’est un projet à long terme, et il faut voir les autres. Je ne suis pas aussi obnubilé par leur jeune âge. C’est pour dire qu’il faut s’entraîner régulièrement et se voir toutes les semaines quand je suis au Sénégal. Je veux aussi faire connaissance avec eux parce que je les vois du gradin mais je ne les connais pas tous. Il est important d’établir le contact avec eux ». Concernant la séance d’entraînement, les joueurs ont travaillé sur les fondamentaux offensifs et sur la lecture du jeu. Ils ont travaillé également sur les supériorités numériques et les contre-attaques. « Il faut que le jeu soit juste, et tout ça, ce sont des fondamentaux du basket qui font que derrière, quand on les applique, on peut jouer au basket ; d’ailleurs c’était plus intense vers la fin », a déclaré l’entraîneur national des garçons. Les autres joueurs de l’extérieur seront disponibles à partir du 10 ou du 15 juin, d’après Adidas. Il veut cependant qu’ils arrivent plus tôt pour qu’ils puissent faire des entraînements matin et soir avant qu’ils ne soient en regroupement officiel.

Absa NDONG

Depuis sa création en 2005, la Fondation Kabrousse ne finit pas d’élargir ses bases. Une structure à l’initiative de Sylvain Alexandre du Club Med et Sellé Diop un jeune sénégalais qui a consacré sa vie au tennis en Europe, et qui a comme soubassement le tennis à l’école en milieu défavorisé. Avec son pendant qu’est la Fondation Ndakarou, cette structure insiste beaucoup sur la scolarité avant le tennis. En fait, les initiateurs veulent s’appuyer sur l’idée d’Arthur Ashe, une figure marquante du tennis mondial. « Ma vision, c’est de voir ces enfants un jour à Roland Garros, Flushing Meadow, Wimbledon ou l’Open d’Australie ; le rêve est permis et il faut travailler pour qu’il se réalise. Ces enfants constituent un avenir pour le tennis sénégalais et il faudra y mettre tout le sérieux requis pour que le projet aboutisse », a indiqué Sellé Diop qui fait office de manager général. A l’origine, la Fondation Kabrousse comptait une dizaine de jeunes garçons et filles âgés de 6 à 8 ans qui ont maintenant mûri et participent régulièrement aux tournois interclubs sous l’égide de la Fédération sénégalaise de tennis. Avec l’appui de la Fondation Club Med, la structure s’est élargie et s’est ouverte vers d’autres horizons. C’est dans ce sillage d’ailleurs que les anciens formés par Sellé Diop, comme Loulou Diatta, Jean Marie Diatta, Younousse Diatta, Jean Pierre Diatta ont fait leurs preuves au point de migrer sous d’autres cieux comme moniteurs dans des Clubs Med en France, au Maroc, en Egypte, en Tunisie et en Turquie. C’est dire que la structure produit de l’excellence. Aujourd’hui, la Fondation Ndakarou créée en 2011 avec des partenaires américains notamment Billy et Therry se positionne comme le répondant de celle de Kabrousse. Elle compte 14 nouveaux jeunes de 5 à 7 ans qui ont déjà trouvé sur place leurs aînés (11 à 17 ans). Avec le soutien du Rotary Club de Belgique à travers son projet Global Ground qui finance pour 5000 euros annuels, et sa sœur de Dakar (Rotary Club Dakar/Soleil) qui apporte une rallonge de 1000 euros pour aider au fonctionnement normal de la structure. Aujourd’hui, près d’une trentaine d’enfants garçons et filles âgés de 6 à 8 ans (dont un sourd-muet) sont pensionnaires de la Fondation Ndakarou. « Ce sont tous des enfants de Dakar-Plateau que nous formons pour en faire de vrais joueurs de tennis ; cette formation pourra continuer aussi pour déboucher sur celle de moniteur », a souligné Sellé Diop qui a été formé dans la célèbre Ilie Nastase Académie avec l’autre Sénégalais Madické Samb qui est maintenant au Luxembourg.

C. F. KEITA

Dans le cadre de la préparation pour la Coupe d’Afrique des nations prévue au mois de décembre prochain à Brazzaville (Congo), l’équipe nationale féminine de Handball du Sénégal fera son deuxième stage en participant à un tournoi international à Busan, en Corée du Sud, du 30 mai au 4 juin.

La compétition verra la participation des équipes de la Corée, du Japon, des Usa, de l’Australie, de Hong-Kong et du Sénégal.

Pour ce faire, le sélectionneur national Frédéric Bougeant a retenu 17 joueuses pour ce tournoi.

Absa NDONG

Les 17 joueuses retenues
Hatadou Sak (Ogc Nice), NdèyeSokhna Camara Séne (Tivaoune), AdjaraSow (Saltigué), Awa Fall Diop (Acheneim), Aissatou Dabo (Yutz), Hadjo Cissé (Sola Hc), Amina Sankharé (Fleury), Kalifou Gomis (Antibes), Doungou Camara (HacHb), Fanta Keita (Fleury), Raissa Dapina (Fleury), Niakalin Kanté (Saint Amand), Laura Kampod (Fleury), Koumba Cissé (Amand), Laura Orfèvres-Lerus (Guadeloupe), Hadja Sawanekh (HacHb), Khoudjedji Ba (Noisy)

DATE DES RENCONTRES
30 MAI : 13H00 Japon / Usa, 15H00 Sénégal / Australie,
16H30 : Cérémonie d’ouverture, 17H00 Corée / Hong-Kong
31 MAI : 13H00 Japon / Hong-Kong, 15H00 Usa / Sénégal, 17H00 Corée / Australie
01 JUIN Repos
02 JUIN : 12H30 Usa / Australie, 14H30 Corée / Japon, 16H30 Sénégal / Hong-Kong
03 JUIN : 12H30 Australie/ Japon, 14H30 Corée / Sénégal, 16H30 Hong / Usa
04 JUIN : 10H30 Hong-Kong/ Australie, 12H00 Japon / Sénégal, 14H30 Corée / Usa, 18H00 Cérémonie de clôture

L'attaquant égyptien Mohamed Salah devrait normalement être indisponible pendant "trois à quatre semaines" et il n'est pas sûr qu'il puisse disputer les matches du premier tour au Mondial en Russie, selon un des physiothérapeutes de Liverpool mardi.

Ruben Pons a estimé que Salah aurait normalement besoin de "trois à quatre semaines" pour se remettre de la blessure à l'épaule gauche subie samedi en finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid (victoire des Espagnols 3-1).

Trois semaines d'absence signifieraient que Salah serait indisponible jusqu'au 16 juin, quatre jusqu'au 23 juin. Et il faudra en outre que l'attaquant de Liverpool reprenne le rythme.

Or les Pharaons démarrent leur Mondial dans le groupe A le 15 juin contre l'Uruguay, avant d'affronter la Russie, pays hôte, le 19 juin, et l'Arabie saoudite le 25 juin.

"En théorie, il aura besoin de trois à quatre semaines, mais nous allons essayer de réduire cette durée d'indisponibilité, c'est notre objectif", a dit Ruben Pons à Marca.

AFP


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.