banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (3631)

Sport

Le classement Fifa publié hier n’apporte aucune modification à la position de l’équipe nationale du Sénégal au ranking mondial. Les Lions stagnent au 27ème rang mondial et à la 2ème place africaine derrière les Pharaons d’Egypte (24ème).

Malgré un match nul (0-0) contre l’Ouganda en match amical et une victoire (3-0) face à la Guinée Equatoriale en éliminatoire de la Can 2019 depuis la dernière publication, l’équipe d’Aliou Cissé n’a pas bougé. La faute à un jeu de chaises musicales qui fait gagner des places à l’Irlande du Nord (22ème), l’Iran (23ème) et l’Ukraine (25ème) qui passent devant alors que la République d’Irlande, l’Equateur et la Turquie ont été rétrogradés.  En Afrique, la République démocratique du Congo qui a progressé de 11 places intègre le podium continental en lieu et place des champions d’Afrique camerounais qui paient pour leur mauvaise prestation à la dernière Coupe des Confédérations. Avec un match nul et deux défaites, les Lions indomptables perdent quatre places et rétrogradent au 5ème rang africain derrière la Tunisie qui est 4ème (34ème mondial). Au plan mondial, le Brésil cède sa place de leader à l’Allemagne qui vient de décrocher la Coupe des Confédérations en Russie face au Chili en finale.

La Nationalmannschaft gagne deux places pour reprendre les commandes du classement dont le podium est complété par l’Argentine.

Ousseynou POUYE

La saison de Premier League s’ouvrira le vendredi 11 août par une affiche entre Arsenal et Leicester (18h45 Gmt) avant de se conclure par un Manchester United-West Ham le dimanche 13 août (15h00 Gmt), selon le programme révélé jeudi.

Les promus Brighton et Newcastle auront la vie dure dès leur entrée en matière: les «Seagulls» affronteront Manchester City le samedi 12 août (16h30 Gmt) tandis que les «Magpies» seront opposés dimanche à Tottenham (12h30 Gmt). Le champion d’Angleterre Chelsea jouera lui contre Burnley samedi (14h00 Gmt).
La deuxième journée sera marquée par un derby de Londres à Wembley entre les «Spurs» et les «Blues» le dimanche 20 août (15h00 Gmt).
Elle se terminera le lundi 21 août au soir par une affiche entre Manchester City et Everton (19h00 Gmt).

Programme des deux premières journées de Premier League (en heures Gmt)
1re journée
Vendredi 11 août : (18h45) Arsenal – Leicester. Samedi 12 août : (11h30) Watford – Liverpool, (14h00) Chelsea – Burnley, Crystal Palace – Huddersfield, Everton – Stoke, Southampton – Swansea, West Bromwich – Bournemouth, (16h30) Brighton - Manchester City.
Dimanche 13 août : (12h30) Newcastle – Tottenham, (15h00) Manchester United - West Ham

2e journée
Samedi 19 août : (11h30) Swansea - Manchester United, (14h00) Bournemouth – Watford, Burnley - West Bromwich, Leicester – Brighton, Liverpool - Crystal Palace, Southampton - West Ham, (16h30) Stoke – Arsenal.
Dimanche 20 août : (12h30) Huddersfield – Newcastle, (15h00) Tottenham – Chelsea. Lundi 21 août : (19h00) Manchester City - Everton

AFP

 

Le mercato de Premier League crépite à en croire la presse anglaise: Wayne Rooney pourrait revenir dans le club de ses débuts, Everton, et croiser en sens inverse Romelu Lukaku, pressenti à Manchester United pour 85,5 M EUR, ce qui en ferait le 5e joueur le plus cher de l’histoire. Si le deal finit par se réaliser pour Lukaku, l’international belge rejoindra le top 5 des joueurs les plus chers du monde derrière Gonzalo Higuain (de Naples à la Juve pour 90 M Eur en 2016), Cristiano Ronaldo (de Manchester United au Real Madrid pour 94 M Eur en 2009), Gareth Bale (de Tottenham au Real Madrid pour 99,7 M Eur en 2013) et Paul Pogba (de la Juve à Manchester United pour 105 M Eur en 2016).  

Le joueur de 24 ans aux 25 buts la saison passée en Premier League détrônerait Neymar (passé de Santos à Barcelone pour 83,3 M Eur en 2013) et deviendrait la transaction la plus chère entre deux clubs anglais devant Fernando Torres (vendu par Liverpool à Chelsea, pour près de 57 M Eur en 2011). Si les médias anglais s’accordent pour la somme que pourrait débourser ManU pour Lukaku, les versions divergent pour un lien, ou non, avec le départ pressenti de Wayne Rooney de United vers Everton, l’autre club de Liverpool, l’a où il a été formé. L’ex-enfant chéri du foot anglais a déjà déclaré que la seule équipe anglaise qu’il pourrait rejoindre est Everton, où il s’est révélé, adolescent, avant de rejoindre les «Red Devils» en 2004 pour 30,7 millions d’euros.

Le Daily Mail indique que les «Toffees» souhaitent trouver un accord avec leur ex-prodige. Selon The Guardian, United n’exigerait pas un montant inabordable pour Everton.
Le départ du joueur, à un an de la fin de son contrat, soulagerait les finances du club mancunien qui lui verse un salaire annuel de près de 14,8 millions d’euros.

AFP

 

Le Comité national de gestion (cng) chargé des courses hippiques dirigé par Cheikh Tidiane Niang a tenu, lundi dernier, sa réunion hebdomadaire à son siège, au Stade Léopold Sédar Senghor.
Il a jugé opportun d’observer une pause dimanche prochain en vue d’une bonne préparation du Grand prix du chef de l’Etat prévu le 16 juillet prochain dans la capitale du Sine.

Le président du comité régional chargé de l’hippisme à Fatick, Oumar Diaw, par ailleurs directeur des Courses, est à pied d’œuvre avec ses hommes pour gagner le pari de l’organisation. Dans cette mouvance, la commission technique supervisée par le directeur de l’élevage, Amadou Bassirou Fall, chargé du développement des équidés a handicapé les chevaux en équilibrant les chances des uns et des autres qui doivent probablement participer à l’évènement du cheval. Il a déposé son rapport qui a été entériné par le Cng.

C’est ainsi que « Betty Bao » qui endosse le poids le plus élevé (53 kg) suivi de « Makha » et « Alfath » (52 kg) sont du groupe 1 ; Khadija (50 kg), Dar Es Salam (50 kg), Lingeer Bi (46 kg), Faydou (47 kg), Darou Khoudoss (49 kg), Maître (48 kg), Bidewou Njambour (46 kg), Adja Colle Fall (44 kg), Assane Demba (49 kg), Le Maire (47 kg), Bourax (50 kg), Rassoul (47 kg), Trêve (47 kg), Mandel (46 kg), Big Boss (46 kg), Bébé Khady (48 kg), Nasroulah (47 kg), Niody (47 kg), Neeleen Kaar (48 kg), Mbar Ngone (50 kg),  Barakatou (44 kg), Very Good (49 kg), Darou Khoudoss (45 kg), Rafet Niort (50 kg), Tassul Yaakar (46 kg), Mirwax (47 kg). Rappelons que les engagements seront enregistrés à partir du lundi 10 juillet pour être clôturés le lendemain à 18 heures.

EL H Yamar DIOP

Last modified on vendredi, 07 juillet 2017 14:59

Lacazette à Arsenal pour 60M€

06 Juil 2017
218 times

L’attaquant de Lyon, Alexandre Lacazette a été transféré pour 60 millions d’euros, dont sept de bonus, à Arsenal, a annoncé l’OL mercredi.

Ce transfert est le record pour une vente de joueur de l’Olympique lyonnais et un record d’acquisition pour le club londonien.

Le communiqué du club lyonnais ne précise pas la durée du contrat, mais Arsenal a évoqué sur son site un «contrat à long terme». Les Gunners ne dévoilent jamais la durée d’un contrat.
Le précédent record pour l’OL était le transfert de Corentin Tolisso, cédé au Bayern Munich pour 41,5 M Eur et un maximum de 6 M Eur de bonus possibles, le 14 juin dernier. Agé de 26 ans, Lacazette, d’origine guadeloupéenne mais natif de Lyon, a été formé à l’OL où il est arrivé en 2003 à l’âge de 12 ans.

Il a disputé 276 matches avec l’Olympique lyonnais où il a débuté en professionnel, en mai 2010, sous l’ère Claude Puel.
Il a inscrit un total de 130 buts avec le club rhodanien dont 100 en Ligue 1. Alexandre Lacazette a réellement explosé comme buteur à partir de 2014.
Après avoir marqué 27 buts en championnat de France en 2014-2015, 21 en 2015-2016 et 28 la saison dernière, Alexandre Lacazette est le premier joueur à inscrire au moins vingt buts en L1 trois saisons de suite depuis Jean-Pierre Papin entre 1988 et 1992. Le nouveau «Gunner» compte 11 sélections en équipe de France (1 but). Il est international depuis 2013 mais il n’a pour l’heure pas réussi à se faire réellement sa place chez les Bleus.

AFP

Le vainqueur sortant, le Britannique Chris Froome, a pris les commandes du Tour de France dès la 5e étape remportée mercredi à La Planche des Belles Filles par le champion d’Italie Fabio Aru. Froome s’est classé troisième de l’étape dans cette première arrivée au sommet de l’épreuve. Mais il s’est aussi découvert un possible rival pour le maillot jaune en la personne d’Aru, vainqueur de la Vuelta en 2015. En haut du «mur» final très raide (20 %), Aru, qui a attaqué précisément à 2232 mètres de la ligne, a précédé l’Irlandais Dan Martin de 16 secondes.

Froome, pointé à 20 secondes, a franchi la ligne dans le même temps que l’Australien Richie Porte, 4 secondes avant son dauphin de l’an passé, le Français Romain Bardet. Jeudi, le Tour redescend dans la plaine au cours de la 6e étape, longue de 216 kilomètres entre Vesoul et Troyes. Un sprint est attendu à l’arrivée, deux jours après les incidents qui ont marqué le final de Vittel et l’exclusion du champion du monde Peter Sagan.

AFP

 

Last modified on jeudi, 06 juillet 2017 13:55

L’association «Les Demoiselles de Kër et Sénégalaises de demain» organise, du 14 au 16 juillet prochains, la troisième édition de son tournoi de volleyball dénommé Tournoi volley fun (Tvf). Une manifestation prévue au Centre Maurice Guéye de Rufisque où, pendant trois jours, une série de manifestations se tiendront avec la part belle aux jeunes issues de plusieurs contrées du pays. Pour la présidente de l’Association, Fatou Diouck, il s’agit pour la structure d’aider les jeunes à s’épanouir à travers des activités sportives en particulier le volleyball. La manifestation concerne des jeunes de moins de 16 ans mais également des adultes venus de Dakar, Fatick, Kolda, Rufisque, Saint-Louis, Tambacounda, Thiès, Ziguinchor mais également de la Gambie.

En tout, quelque 70 équipes extérieures à la ville auxquelles il faut ajouter les formations locales. Une révélation des organisatrices pour qui l’épanouissement des jeunes à travers le sport et des activités ludiques constitue un véritable sacerdoce. Le programme de ces manifestations allie activités sportives mais aussi ludiques avec un défilé de mode, des concerts de musique ou encore des prestations d’artistes. Si cette manifestation est l’activité la plus visible de l’association, ses initiatrices soulignent qu’elle s’active dans plusieurs autres domaines qui vont de l’accompagnement personnalisé qui doit permettre aux enfants âgés de 13 à 15 ans d’exceller dans leur pratique sportive, à leur faire bénéficier d’un suivi médical spécifique au soutien scolaire. Ce qui, à leurs yeux, permettra de forger leur personnalité.

O. POUYE

Last modified on jeudi, 06 juillet 2017 13:54

A l’instar de la communauté internationale, la famille de la natation sénégalaise organise, ce dimanche 9 juillet, la 1ère édition de la Journée internationale de la natation ou «Fina Day».

Une manifestation à l’initiative de la Fédération internationale qui a institué cette date pour « célébrer et encourager le pouvoir des sports aquatiques pour le bien-être social et le développement dans tous les coins du monde ». Pour les responsables de la natation sénégalaise qui étaient en conférence de presse ce jeudi, il s’agit de mobiliser le maximum de personnes autour des thèmes essentiels qui doivent inciter à apprendre à nager. Ainsi, le Dr Mouhamed Diop et ses collaborateurs de la Fédération sénégalaise de natation et de sauvetage attendent 5.000 participants dans dix sites à Dakar et Thiès où un ensemble d’activités sont prévues à cet effet. Ce week-end donc, la compétition fait place aux activités de promotion mais également de prévention.

Car, comme l’a souligné le président, il s’agira de « sortir de la natation sportive pour aller à la sensibilisation et lutter contre les noyades ».
Sur les différents lieux de rendez-vous (piscines et plages), le public sera donc amené à participer à la conscientisation. Mais aussi, il s’agira pour les initiateurs de « faire la promotion de disciplines peu connues au Sénégal comme le water-polo, le plongeon ou encore l’aquagym » que la fédération est également en train de promouvoir.

Les bienfaits de la natation seront également vantés, comme l’a recommandé la Fédération internationale de natation (Fina), c’est la date anniversaire (19 juillet 1908) qui est commémorée. Une instance internationale qui vise à travers la célébration de cette année, à promouvoir son programme «Swimming for All - Swimming for Life», la natation pour tous, la natation pour la vie.

Ousseynou POUYE

Last modified on jeudi, 06 juillet 2017 13:53

Pour la reprise après le mois de Ramadan, les boulistes se donnaient rendez-vous dimanche au Boulodrome Papa Arona Diagne pour disputer la 3ème édition de la Coupe du maire de Dieuppeul-Derklé, Cheikh Gueye. Une manifestation à l’initiative de Dieuppeul Pétanque Club qui a attiré du monde avec pas moins de 126 boulistes représentant 63 doublettes choisies dont cinq venues de Mauritanie et trois Françaises qui étaient inscrits pour succéder à la paire constituée de Ablaye Guéye et Papa Ndiaye.

Au terme des différents tours éliminatoires, les deux duos constitués de Ahmet Iyane Ndiaye de Saint-Louis Pétanque Club et Pape Seydou Diongue de la Boule amicale lougatoise d’une part et de l’autre, Georges Pinot et Makhou Ba, pensionnaires de la Boule amicale thiéssoise, ont validé leurs billets pour l’ultime duel de la longue journée que les boulistes ont passée.

Une confrontation qui a finalement sacré la première paire qui s’est imposée sur la marque de 11 à 6. Après cette journée, les boulistes se donnent rendez-vous le week-end prochain, toujours sur le même site où deux manifestations sont prévues.

Dès samedi, ce sont les championnats du Sénégal individuels qui vont occuper les acteurs à 16 heures puis le lendemain dimanche, place aux championnats du Sénégal en doublettes à partir de 10h30. Deux compétitions qualificatives pour les prochains Championnats d’Afrique prévus du 6 au 9 septembre prochain à Tunisie où quatre tireurs vont représenter le Sénégal.

Ousseynou POUYE

Last modified on jeudi, 06 juillet 2017 13:50

Daniil Medvedev, 49e mondial, bourreau de Stan Wawrinka au premier tour, a chuté dès son second match contre le Belge Ruben Bemelmans (124e), vainqueur du Russe en cinq sets (6-4, 6-2, 3-6, 2-6, 6-3) mercredi.

L’espoir du tennis, 21 ans, avait créé la surprise lundi en écartant le N.3 mondial (6-4, 3-6, 6-4, 6-1), un résultat qui avait une nouvelle fois montré les limites du Suisse sur gazon.

Bemelmans affrontera le Sud-Africain Kevin Anderson (42e) ou l’Italien Andreas Seppi (87e) pour une place en huitièmes de finale.

AFP

Last modified on jeudi, 06 juillet 2017 13:48

Le latéral gauche Fabio Coentrao, international portugais (51 sélections), a été prêté par le Real Madrid au Sporting Portugal pour un an, a annoncé mercredi le club lisboète. «Le Sporting Portugal est parvenu à un accord avec le Real Madrid pour le prêt de Fabio Coentrao lors de la saison 2017/2018», a indiqué l’équipe de Lisbonne sur son site officiel. En manque de temps de jeu dans le club espagnol à cause de nombreuses blessures et de la concurrence du Brésilien Marcelo, Coentrao n’a participé qu’à six rencontres toutes compétitions confondues cette saison sous les ordres de Zinédine Zidane. Au Sporting, il retrouvera l’entraîneur Jorge Jesus qu’il avait côtoyé pendant quatre ans au Benfica Lisbonne et avec qui il avait été sacré champion du Portugal en 2010 avant de signer en 2011 au Real Madrid où il est sous contrat jusqu’en juin 2019.

Lacazette à Arsenal pour 60 M Euros
L’attaquant de Lyon, Alexandre Lacazette a été transféré pour 60 millions d’euros, dont sept de bonus, à Arsenal, a annoncé l’OL mercredi.
Ce transfert est le record pour une vente de joueur de l’Olympique lyonnais et un record d’acquisition pour le club londonien.
Le communiqué du club lyonnais ne précise pas la durée du contrat, mais Arsenal a évoqué sur son site un «contrat à long terme». Les Gunners ne dévoilent jamais la durée d’un contrat.

Le précédent record pour l’OL était le transfert de Corentin Tolisso, cédé au Bayern Munich pour 41,5 M Eur et un maximum de 6 M Eur de bonus possibles, le 14 juin dernier. Agé de 26 ans, Lacazette, d’origine guadeloupéenne mais natif de Lyon, a été formé à l’OL où il est arrivé en 2003 à l’âge de 12 ans.

Il a disputé 276 matches avec l’Olympique lyonnais où il a débuté en professionnel, en mai 2010, sous l’ère Claude Puel.
Il a inscrit un total de 130 buts avec le club rhodanien dont 100 en Ligue 1. Alexandre Lacazette a réellement explosé comme buteur à partir de 2014.

Après avoir marqué 27 buts en championnat de France en 2014-2015, 21 en 2015-2016 et 28 la saison dernière, Alexandre Lacazette est le premier joueur à inscrire au moins vingt buts en L1 trois saisons de suite depuis Jean-Pierre Papin entre 1988 et 1992. Le nouveau «Gunner» compte 11 sélections en équipe de France (1  but).  Il est international depuis 2013 mais il n’a pour l’heure pas réussi à se faire réellement sa place chez les Bleus.

AFP 

Tengueth Fc a finalement sauvé la face en assurant le maintien en Ligue 1. Le club rufisquois a eu plus de chance que la Linguère de Saint-Louis et l’Us Gorée, les deux équipes reléguées en Ligue 2 à la fin du championnat. Tfc a joué son va-tout durant les trois derniers matchs en profitant notamment des déconvenues des autres équipes pour se refaire une santé. C’est dire que l’équipe a traversé bien des difficultés avant de pouvoir assurer le maintien, en se classant notamment à la 11ème place du tableau à l’issue de la dernière journée. Loin de dramatiser tout cela, le président de Tengueth Fc, Babacar Ndiaye, rassure. Pour lui, Tfc était surtout venu apprendre. « C’était un apprentissage pour nous. On a traversé des moments très durs, mais le maintien est une bonne leçon pour nous », a-t-il dit sur le site lerufisquois.com. Babacar Ndiaye estime d’ailleurs que c’est même une prouesse pour son équipe qui, en 6 ans, a pu accéder en première ligue et s’y maintenir pour sa première année.

« Tout cela, on a pu le faire sans subvention, sans rien », a précisé le président de Tfc qui a promis de tirer les leçons de la saison écoulée. Babacar Ndiaye a aussi félicité l’ensemble de ses joueurs et les supporters qui ont cru à l’équipe en dépit des nombreuses difficultés auxquelles le club a eu à faire face.

M. NDONG

Jamais une saison n’a été aussi dominée par une équipe. En tout cas, depuis l’avènement du professionnalisme, une équipe n’a autant survolé les joutes dans l’élite. En survolant le championnat, les Académiciens de Génération Foot sont entrés dans l’histoire. Terminer la course avec plus de 10 longueurs d’avance, c’est l’exploit de la jeune équipe de Deni Biram Ndao qui n’a pas mis du temps pour s’imposer dès sa première expérience dans l’élite. La progression constante du Gfc est aussi un fait marquant de la saison. Tout comme le taux de buts par journée qui a franchi la barre de plus de 15 unités.

C’est devenu une tradition depuis quelques saisons. Le promu s’impose d’entrée au nez et à la barbe des présumés « grands » qui font du surplace ou se battent pour s’accrocher au wagon. Après le hold-up l’année dernière de l’Us Gorée, de retour d’un séjour en Ligue 2, c’est au tour de Génération Foot de bousculer la hiérarchie préétablie en Ligue 1 dès sa première expérience dans l’élite. L’exploit des Académiciens de Deni Biram Ndao est d’autant retentissant que les boys d’Olivier Perrin ont survolé la compétition. Le confortable écart de …13 points sur son dauphin (Guédiawaye Fc) en est une parfaite illustration de la domination des nouveaux champions du Sénégal. Un beau champion qui a marqué les esprits. En plus du titre de champion, acquis à deux journées de la fin de l’épreuve, Ibrahima Niane et sa bande n’ont rien laissé aux autres.
Ils ont été meilleurs sur tous les plans. En attaque notamment, mais aussi en défense.

Le Gfc confirme, Diaraf, Casa et Niary Tally déçoivent encore
Olivier Perrin l’a bien avoué. Le manager général de Génération Foot a reconnu que c’est Guédiawaye Fc qui est l’équipe qui lui a particulièrement causé des soucis cette saison. Même si les Crabes ont explosé lors de la dernière journée à Deni Biram Ndao, mais les banlieusards qui avaient déjà assuré leur place de dauphin n’ont pas été si ridicules. En fait, le Gfc est depuis trois ans sur une courbe ascendante. 10e, à l’issue de la saison 2015 – 2016, le Gfc a progressé de cinq paliers l’année dernière. Cette année, la deuxième place est donc le résultat d’une constance dans sa progression. Son président, Djamil Faye, ne cessait de crier sur les toits que le titre de champion était son ambition. Malick Daff, le coach du Diaraf s’était aussi fixé le même défi en débarquant dans le club de la Médina. A l’arrivée, c’est la déception totale. C’est encore l’année blanche pour le club le plus titré du Sénégal.

Niary Tally n’a pas manqué d’ambition au coup d’envoi, mais c’est aussi la déception qui est le sentiment le mieux partagé dans le club. Le Casa Sports est aussi parmi les déceptions du championnat. Après une bonne entrée à Deni Biram Ndao, et surtout un réalisme à domicile, l’équipe de Ziguinchor s’est effondrée en fin de parcours. Avec 33 buts concédés, le club du Sud a l’une des plus faibles défenses derrière le Ndiambour (40 buts), dernier au classement de ce secteur. Pire, le Casa Sports détient le record de buts encaissés cette saison (6-0) dans un match (contre le Diaraf) lors de la 22e journée au stade Demba Diop.

Une moyenne de 15 buts par journée
Contrairement à la précédente saison, cette année la barre de 20 buts a plusieurs fois été franchie. Avec 24 buts au total, la 25e journée détient le record. En revanche, la 15e journée a enregistré le plus faible total de buts (10).
La barre de 20 buts a été atteinte à six reprises. Au total 402 buts, dont 3 acquis sur forfait par le Guédiawaye Fc aux dépends du Casa Sports (6e journée) ont été marqués cette saison. Soit une moyenne de 15,46 buts par journée. Des statistiques qui font de cette édition, l’une des mieux disputées, depuis l’avènement du professionnalisme.

Ansoumana SAMBOU

Fodé Sarr, Cheikh Tidiane Niang, Oumar Diouané, Ngor Niakh, Assane Diop et Mamadou Thiam ont livré une très belle copie. En revanche, Gaskell Diamé, Mamadou Faye dit Ordinateur, Mamadou Moustapha Sène et Moussa Faye ont été décevants. Retour sur les tops et flops du Drapeau du chef de l’Etat.

Les TOPS

Fodé Sarr
Le géant de Palmarin « Fodé Sarr a littéralement plané sur la compétition ». Ces mots du Directeur technique national (Dtn) en disent long sur l’excellente prestation du poulain d’Ambroise Sarr. Il est l’un des rares lutteurs à avoir remporté tous ses combats. Il faut dire que l’homme était en terrain bien connu. Fodé Sarr a, en effet, plusieurs fois pris part au Drapeau du chef de l’Etat, toujours sous les couleurs de l’équipe de Fatick. Il a de l’expérience à revendre en lutte simple. Fodé Sarr a ainsi remporté de nombreux titres avec sa sélection régionale en plus de ceux obtenus sous les couleurs de l’équipe nationale. Il a maintes fois gagné des médailles d’or à l’occasion des tournois de lutte de la Cedeao et des championnats d’Afrique de lutte.  

Cheikh Tidiane Niang
Comme Fodé Sarr, Cheikh Tidiane Niang a réussi une très bonne compétition. Il a été l’un des grands artisans du sacre de la sélection de Fatick en équipe, en dominant presque tous ses adversaires respectifs. Il s’est aussi adjugé deux médailles d’or (une en individuel et une autre en équipe). Double champion de la Cedeao, il est bien connu dans le milieu de la lutte simple qu’il a marqué de son empreinte. Il a mis à contribution son expérience pour avoir le dernier mot sur ses adversaires.

Oumar Diouané
L’autre pensionnaire de l’équipe nationale à avoir répondu aux attentes des amateurs, c’est bien Oumar Diouané. Le représentant de la sélection de Fatick dans les 76kg a lui aussi livré une excellente copie, gagnant tous ses combats. Il a été décisif dans la prestation de l’équipe de Fatick qu’il a beaucoup aidée à conserver le titre. En individuel, il a également dicté sa loi à ses adversaires, s’adjugeant le sacre. Diouané a ainsi confirmé ses belles performances réalisées à l’occasion du Tolac de Dakar. Il a eu, au total, deux médailles d’or, à l’image de Cheikh Tidiane Niang et Fodé Sarr.  
 
Mamadou Thiam
Mamadou Thiam dit Bébé Diène a également surpris plus d’un amateur. Inconnu dans le bataillon des ténors de la lutte simple, le représentant de la région de Dakar dans la catégorie des 100 kg a laissé une très bonne sensation. Il s’est, à la surprise générale, hissé en finale même s’il a été battu par Assane Diop de Tambacounda. L’une de ses prouesses a sans doute été sa double victoire contre Mamadou Moustapha Sène double champion de la Cedeao (en équipe et en individuel).

Assane Diop
Assane Diop, a fait déjouer les pronostics qui ne le voyaient pas en finale. Il a fait plus en remportant la médaille dans les 100 kg au nez et à la barbe des favoris, Mamadou Faye, Mamadou Moustapha Sène et autre Gaskell Diamé.  Au passage, il a battu Ordinateur en individuel puis le phénomène de Dakar, Mamadou Thiam, double tombeur de Mamadou Moustapha Sène. Assane Diop a ainsi sauvé l’honneur de l’équipe de Tamba.

Ngor Niakh
Ngor Niakh a été la plus belle surprise de cette 18e édition du Drapeau du chef de l’Etat. Le Kaolackois qui combat dans les 66 kg a effectué une excellente prestation qui a agréablement surpris les amateurs. Il a été très bon à la fois en équipe et en individuel. Résultat, il s’est adjugé la médaille d’or dans sa catégorie. Entre autres prouesses, il a fait mordre la poussière au brave Amadou Dia et à Moussa Faye, double médaillé d’or de la Cedeao. Il a au passage mis fin à l’invincibilité du Thiessois.
 
LES FLOPS

Gaskell Diamé
Ancien champion de la Cedeao sous les couleurs de l’équipe nationale de lutte, Mamadou Gaskell Diamé était très attendu ; au même titre que Fodé Sarr et autre Cheikh Tidiane Niang. Toutefois, le natif de Palmarin n’a pas été à la hauteur des attentes. Il est rentré bredouille, sans même une médaille de bronze. Gaskell a été battu en équipe à deux reprises par Mamadou Faye alias Ordinateur, qui n’était pourtant pas au meilleur de sa forme.

Mamadou Moustapha Sène
Le double champion de la Cedeao, grand artisan de l’éclatante victoire du Sénégal au dernier Tournoi de lutte africaine de la Cedeao (Tolac) de Dakar s’est illustré par une série de contreperformances à l’occasion de cette 18e édition du Drapeau du chef de l’Etat. Outre l’élimination de son équipe dès le premier tour, le Thiessois a été battu à deux reprises par Mamadou Thiam de Dakar. Deux revers face à un lutteur presque anonyme qui ont surpris les observateurs. Mamadou Moustapha Sène s’est finalement contenté d’une médaille de bronze, son adversaire Mamadou Faye ayant déclaré forfait, pour cause de blessure.

Moussa Faye
Décidément les dieux de la lutte n’étaient pas avec les deux principaux porte-étendards de l’équipe thiessoise, présentée pourtant comme un des sérieux challengers de la sélection fatickoise, vu la qualité de ses éléments. En plus de la mauvaise performance de Mamadou Moustapha Sène, l’autre double champion de la Cedeao, un des meilleurs athlètes de l’équipe nationale, Moussa Faye, a aussi déçu, au vu du résultat final. Même s’il a gagné la presque totalité de ses combats, sa défaite contre l’anonyme Ngor Niakh de Kaolack a porté un coup dur à sa performance globale. D’autant plus que celle-ci l’a privé de médaille d’or. Alors qu’il était présenté comme l’hyper favori dans sa catégorie, Moussa Faye n’a finalement obtenu qu’une médaille d’argent, son équipe ayant aussi été éliminée au premier tour.

Mamadou Faye alias
Ordinateur
Avec Mamadou Moustapha Sène alias Sellé, Mamadou Faye dit Ordinateur est l’un des meilleurs au Sénégal dans la catégorie des 100 kg. D’ailleurs, le choix entre ces deux grands lutteurs par l’entraineur Ambroise Sarr n’est pas toujours facile. C’est dire combien le natif de Niakhar était attendu à cette compétition. Malheureusement, il n’a pas confirmé tout le bien que les gens pensaient de lui, faute d’une blessure sur le genou qui l’a d’ailleurs contraint à déclarer forfait lors du combat pour la troisième place. Et c’est Mamadou Moustapha Sène qui a gagné la médaille de bronze sur un plateau d’argent, en l’absence d’un adversaire. Mamadou Faye est d’ailleurs avec Amadou Dia (66 kg) de la sélection fatickoise à n’obtenir qu’une seule médaille (or), tous les autres ayant obtenu deux médailles d’or.

Angelique Kerber, en mission pour défendre sa première place mondiale, a remporté sans convaincre son premier match mardi à Wimbledon, alors que Novak Djokovic et Roger Federer ont chacun profité d’un abandon pour leurs débuts.

Kerber assure l’essentiel
L’Allemande, battue en finale l’an passé par Serena Williams, avait hérité d’un tirage très favorable. L’Américaine Irina Falconi, ex-63e mondiale redescendue au 247e rang après une opération du pied droit l’an passé, n’a jamais gagné un match à Londres en cinq participations, 2017 incluse. Mais si Kerber a dominé, elle n’a pas toujours paru sereine et a perdu à deux reprises son service. La lauréate de l’Open d’Australie et de l’Us Open l’an passé s’est au moins rassurée après des problèmes aux ischio-jambiers qui avaient perturbé sa préparation et rendu sa présence incertaine à Londres.

Les qualifications express de Federer et Djokovic -
Le Suisse, septuple lauréat du tournoi, et le Serbe, sacré trois fois, n’ont foulé le «Centre court» que pendant une quarantaine de minutes, profitant chacun de l’abandon de leur adversaire quasiment au même moment de la partie. Le Slovaque Martin Klizan (47e), touché à un mollet, a rendu les armes à 6-3, 2-0 en faveur de Djokovic. L’Ukrainien Alexander Dolgopolov, blessé à une cheville, a renoncé alors que Federer menait 6-3, 3-0. Cette victoire dans un match écourté permet à Federer de détenir seul le record de matches gagnés à Wimbledon (85) qu’il partageait auparavant avec l’Américain Jimmy Connors. La prochaine rencontre sera encore à la portée de Federer (contre le Grec Stefanos Tsitsipas ou le Serbe Dusan Lajovic) et Djokovic (face au Tchèque Adam Pavlasek).
Raonic fait parler la poudre

La préparation sur herbe n’avait pas été rassurante pour le Canadien, 7e mondial et finaliste sortant, qui s’était incliné d’entrée au Queen’s contre Kokkinakis, il y a plus de deux semaines. Mais face à l’Allemand Jan-Lennard Struff, qui a essuyé sa neuvième défaite d’entrée, en Grand Chelem, Raonic a fait parler la poudre en réussissant aussi 55 coups gagnants (contre 32) et 20 aces (contre 9). Raonic aura encore un adversaire à sa portée lors de son prochain match, en la personne du vétéran russe Mikhail Youzhny (35 ans et 82e) qui a battu le Français Nicolas Mahut (78e) 6-2, 7-5, 6-4.

AFP :

Le Sénégal sera représenté par 7 disciplines sportives aux 8e Jeux de la Francophonie qui se dérouleront à Abidjan, en Côte d’Ivoire (21-30 juillet). Alors qu’on est à un peu plus de deux semaines de cet important événement qui réunit les pays d’expression francophone, les Sénégalais sont déjà dans le bain de la préparation.

Les 8e Jeux de la Francophonie prévus du 21 au 30 juillet prochains à Abidjan sont très attendus dans le camp sénégalais. Et pour cause, classé 6e lors des derniers Jeux à Nice en 2013, le Sénégal veut faire plus et mieux que le rendez-vous niçois. Là-bas, les athlètes sénégalais avaient récolté 19 médailles dont 6 en or, 5 en argent et 8 en bronze. Pour l’édition d’Abidjan 2017, une délégation de 78 athlètes défendra les couleurs nationales dans 7 disciplines sportives, selon Cheikh Fall le chargé du volet sportif. Il s’agit du football avec les U20 et du basket féminin avec les U25 ; deux disciplines qui sont qualifiées d’office au vu de leurs performances précédentes.

Il y aura également la lutte libre et la lutte africaine, l’athlétisme, le judo, le tennisde table et handisport. Cheikh Fall va plus loin en donnant le quota réservé à chaque discipline puisque le football aura 20 joueurs, le basketball (12), l’athlétisme (18), la lutte africaine et la lutte libre (18), le tennis de table (2), le judo (7) et le handisport (1). Il a cependant tenu à préciser que certaines disciplines individuelles comme le judo, le tennis de table devront réussir les minimas pour se qualifier alors que la lutte africaine et la lutte libre seront qualifiées en fonction du ranking africain. Mais il faut dire que déjà ces différentes disciplines sont en préparation comme le basket et le football qui ont débuté leur regroupement. Dans ce sillage, le ministère des Sports, pour les accompagner, prendra en charge les dix derniers jours de la préparation dans la dernière ligne droite d’Abidjan 2017.

C. F. KEITA

Maintes fois reportée, la Coupe du Sénégal de handball démarre aujourd’hui avec les matches du premier tour en dames et messieurs. Cet après-midi, deux rencontres sont prévues à cet effet au terrain de la Cité des Enseignants de Guédiawaye où Golf Handball Club (Ghc) sera en lice sur les deux tableaux. En messieurs, les banlieusards accueillent l’Union sportive Goréenne à partir de 16 heures alors que chez les dames à 17h, Ghc sera opposé à sa voisine et championne du Sénégal en titre, Diisoo Handball Club. La compétition se poursuivra vendredi avec deux autres matches au stadium Iba Mar Diop où le Diaraf de Dakar fera face au Dakar Université Club, avant le match entre la Jeanne d’Arc de Dakar et le Saltigué en messieurs.  Les tenants du titre, l’Us Rail en hommes, et le Saltigué en dames entrent en lice samedi avec un déplacement à Mbour où l’attend le Stade pour la première et la réception de Thiaroye Hbc pour le second. Les deux rencontres prévues dimanche vont boucler la première phase de ce tournoi dont les quarts de finales vont opposer, en plus des cinq équipes qualifiées chez les dames et des six chez les hommes, les meilleures équipes perdantes qui seront repêchées pour compléter à huit chaque catégorie (2 chez les hommes et 3 chez les dames, renseignent les organisateurs.

PROGRAMME
DAMES : Aujourd’hui à Guédiawaye à 17h : Golf Hbc – Diisoo ; vendredi 7 juillet à Iba Mar Diop à 18h30 : Diaraf – Duc ;
samedi 8 juillet au stade Mawade Wade à 16h45 : Diadji Sarr – Ugb ; à Rufisque à 16h45 : Saltigué – Thiaroye Hbc ; à Tivaouane à 16h45 : Renaissance Tivaouane – Keur Massar.

HOMMES : Aujourd’hui à Guédiawaye à 16h : Golf Hbc – Us Gorée ; Vendredi 7 juillet à Iba Mar Diop à 20h : JA – Saltigué ; samedi 8 juillet au Cdeps à 16h45 : Stade de Mbour – Us Rail ; au stade Mawade Wade à 18h15 : Ugb – Dagana Hbc ; dimanche 9 juillet à Iba Mar Diop à 18h30 : Diaraf – Ol. Diourbel ; à 20h : Asfa – Duc.

Ousseynou POUYE

Le champion de France Arnaud Démare (Fdj) a enlevé au sprint la 4e étape du Tour de France, mardi à Vittel, son premier succès dans la Grande Boucle.

Le Britannique Geraint Thomas (Sky) a conservé le maillot jaune malgré une chute avant le dernier kilomètre.
Dans le sprint mouvementé, deux chutes se sont produites. Thomas, pris dans la première aux 1400 mètres, est remonté sur le vélo pour franchir la ligne en devisant tranquillement avec un équipier.

La seconde chute, due dans la ligne droite finale au champion du monde Peter Sagan, a laissé au sol pendant quelques instants trois coureurs. Principalement, le Britannique Mark Cavendish, serré de trop près par le Slovaque qui est allé s’excuser ensuite après l’arrivée.

…Le Slovaque Peter Sagan exclu du Tour de France
Le champion du monde Peter Sagan, à l’origine d’une lourde chute à l’arrivée de la 4e étape à Vittel mardi, a été exclu du Tour de France, a annoncé le jury des commissaires.

Le Slovaque, qui avait terminé deuxième sur la ligne, a provoqué la chute du Britannique Mark Cavendish et les Commissaires lui reprochent son comportement dangereux.

«Le jury a décidé de disqualifier Peter Sagan du Tour de France 2017. Il a sérieusement mis en danger plusieurs coureurs dans le sprint à Vittel. Nous avons appliqué un article du règlement de l’Uci, suivant lequel les commissaires peuvent décider de la disqualification d’un coureur», a déclaré le président du jury des commissaires, le Belge Philippe Marien.

Inamovible maillot vert du Tour de France depuis 2012, Peter Sagan avait remporté la 3e étape lundi sur les hauteurs de Longwy, son 8e succès sur le Tour de France.

AFP :

Cinq équipes de Ligue 1, Stade de Mbour, Diambars, Mbour Petite Côte, Teungueth Fc et Ndiambour, un de Ligue 2, Port autonome de Dakar, et deux autres de National 1, Us Rail et Cambérène, seront en lice, samedi et dimanche prochains, pour disputer les quarts de finale de la Coupe du Sénégal seniors. Et le tirage au sort qui a été effectué hier au siège de la Fédération sénégalaise de football offrira deux plateaux de choc entre équipes de Ligue 1. D’une part, le Stade de Mbour qui recevra le Ndiambour et de l’autre le sulfureux derby entre Diambars et Mbour PC. Et le piment de ces deux rencontres, c’est qu’elles opposent des équipes qui n’ont pu gagner que des accessits à l’issue du défunt championnat. Alors la coupe est bienvenue pour elles d’accrocher un titre. Mais faudrait-il encore qu’elles puissent atteindre la finale.

Ce qui n’est pas une mince affaire surtout entre Diambars et Mbour PC ; à l’aller en championnat les Académiciens avaient tenu en échec les joueurs de la Petite Côte (1-1) avant de plier au retour sur leurs bases à Fodé Wade (0-1) ; quant au match Stade Mbour-Ndiambour, les deux formations s’étaient partagé la victoire dans leur double confrontation en championnat (1-0 pour chacune). Mais les matches de coupe, c’est autre chose ; c’est gagner ou disparaître. D’où tout l’intérêt de ces quarts de finale.

Au niveau des juniors qui disputent les demi-finales, le Diaraf détenteur du trophée attend le vainqueur du match Galaxie Foot-Casa Sports pour être fixé sur son prochain adversaire, tandis que Ndangane Fc affrontera l’As Pikine ; ces matches se joueront le 12 juillet.

C. F. KEITA

1/4 de finales seniors
Cambérène - Teungueth Fc, Port - Us Rail, Stade de Mbour – Ndiambour, Diambars - Mbour PC

Demi-finale junior
Diaraf - Vq Galaxie Casa Sport, Ndangane Fc - As Pikine

En marge de la 18e édition du Drapeau du chef de l’Etat remporté haut la main par la sélection régionale de Fatick, le Directeur technique national (Dtn) est revenu sur la compétition et la performance des athlètes. Selon Abdou Badji, le niveau technique, cette année, a été relevé. Il ajoute qu’il y a eu un nivellement des valeurs dans toutes les catégories. Pour autant, le Dtn estime qu’une fin de série de la sélection quintuple vainqueur du Drapeau du chef de l’Etat n’est pas pour demain, faisant allusion à leur planification annuelle de la préparation. Ce qui n’est pas le cas pour « les autres équipes, qui attendent les derniers mois du tournoi pour commencer à …sélectionner des lutteurs ».

Dtn, la 18e édition du Drapeau du chef de l’Etat s’est terminée avec la victoire sans surprise de l’équipe de Fatick. Comment jugez-vous le niveau de la compétition pour cette édition ?
Sur le plan technique, le niveau de cette édition est très relevé. Dans les différentes catégories, les lutteurs qui étaient donnés favoris ont eu du mal à émerger. C’est dommage que ce soit des gens qui viennent de la même zone (région de Fatick pour la plupart) parce qu’il y a un peu de la transhumance sportive. Il y a un nivellement des valeurs dans toutes les catégories.

Quels athlètes vous a le plus impressionné ?
Ngor Niakh, le représentant de Kaolack dans la catégorie des 66 kg a laissé une très bonne impression ; tout comme celui de Dakar dans la catégorie des 100 kg, Mamadou Thiam. Moussa Faye est resté égal à lui-même ; même s’il a perdu la finale de sa catégorie au profit du Kaolackois Ngor Niakh. Fodé Sarr a fait étalage de toute son expérience, sa classe dans la catégorie des 100 kg. Il a littéralement plané sur la compétition. En fait, on a eu de très bons lutteurs cette fois-ci dans toutes les catégories de poids. Vraiment, je dis chapeau aux régions qui ont su amener des lutteurs de qualité.

Des lutteurs comme Mamadou Moustapha Sène et Moussa Faye, des champions de la Cedeao se sont fait battre par des illustres inconnus. Une surprise pour vous ?
Vous savez, nous sommes en lutte traditionnelle. Il y a des lutteurs qui sont attendus par tout le monde. Mamadou Moustapha Sène, Moussa Faye, Ordinateurs etc. étaient tous attendus ; de même que Reug Reug qui n’est finalement pas venu à cause de son voyage à l’extérieur du pays. Néanmoins, ils ont, dans l’ensemble, tiré leur épingle du jeu. Cela veut dire que c’est eux qui ont tiré les autres vers le haut et c’est vraiment tout à leur honneur.

Comment voyez-vous les perspectives concernant le Drapeau du chef de l’Etat ? Peut-on s’attendre une prochaine fin de série de l’équipe fatickoise ?
Une fin de série de la sélection de Fatick ? Ce ne sera pas pour bientôt. La compétition prend fin aujourd’hui (avant-hier). Dès demain (hier), les lutteurs de Fatick commencent à préparer le Drapeau du chef de l’Etat de l’année prochaine. C’est ça Fatick. Dès demain, ils oublient qu’ils ont gagné le tournoi et se projettent déjà pour 2018 ; alors que les autres vont attendre les derniers mois pour commencer à se préparer et à sélectionner des lutteurs. Il y a toute une planification à faire pour bâtir une équipe.

Recueillis par D. SARR

Les records sont faits pour être effacés. Et c’est ce qu’a réussi Génération Foot, le beau champion de la saison. Les Académiciens ont dominé la compétition sur tous les plans. En plus de la barre de 50 points franchie (57), ils ont aussi réussi une autre performance en marquant plus de 50 buts (52). Et cerise sur le gâteau, leur attaquant, Ibrahima Niane, a effacé le record de meilleur buteur (17) avec au total 19 unités. Soit deux buts de plus que Pape Ibnou Bâ l’ex-joueur de la Linguère. Dans ce chapitre des buteurs, Dame Guèye a aussi amélioré son poste de 2e meilleur attaquant depuis deux saisons, avec 2 buts de plus que l’année dernière. Ses exploits sur le terrain en cette fin de saison ont installé Diambars sur le podium. Sur le banc, Malick Diop et Lamine Dieng ont aussi réussi à sauver le Ndiambour et Teungueth Fc, leur club respectif, en désarroi.

Nouveaux records
Génération Foot est un beau champion. Un championnat n’a jamais été autant dominé. Avec un avantage de …13 points, par rapport à son dauphin à l’arrivée, l’Académie de Deni Biram Ndao a survolé l’épreuve pour une première expérience dans l’élite. Une domination sur tous les plans particulièrement marquée par une attaque de feu. Auteur de 52 buts, le nouveau champion a placé la barre très haut. Ibrahima Niane et ses coéquipiers ont pulvérisé le record de Diambars (42 buts), soit 10 buts de plus.

Mieux, les boys du coach Olivier Perrin l’ont réussi en moins de matches. En effet, contrairement à Diambars qui avait réussi l’ancien record en 30 matches en 2013, Génération Foot l’a fait en 26 journées. Et s’il faut y ajouter l’autre record de meilleur buteur porté à 19 buts par Ibrahima Niane, les Académiciens de Deni Biram Ndao ont donc été au-dessus du lot. Une domination qui se justifie par les méthodes de travail en vigueur à l’Académie Amara Touré de Deni Biram Ndao.

Dame Guèye installe Diambars sur le podium
En plus du duel à distance au bas de la classe entre le Ndiambour, la Linguère et Teungueth Fc pour éviter la chute au purgatoire, l’autre combat opposait le Diaraf et Diambars au sommet, par adversaires interposés, pour la troisième place podium. Et c’est finalement les Académiciens de Saly qui ont eu le dernier mot. Un succès qui porte la signature de Dame Guèye, euphorique en cette fin de saison.

Après avoir corrigé le Casa Sports sur son propre terrain, avec un quadruplé (un exploit rare au Sénégal), lors de l’avant-dernière journée, l’attaquant de Diambars a condamné la Linguère. Auteur de deux buts et une passe décisive sur les trois buts de Diambars (3-0), Dame Guèye a été le bourreau des Nordistes. Soit six buts en deux journées, confirmant ainsi la bonne fin de saison de l’attaquant des Académiciens de la Petite Côte qui n’a fait que confirmer sa précédente saison. Comme l’année dernière, il termine à la 2e place du classement des buteurs cette saison avec deux buts supplémentaires (16).

Malik Diop sauve le Ndiambour
Appelé en secouriste en milieu de saison par le Ndiambour dans la tempête, Malick Diop a réussi sa mission. Le jeune technicien qui avait pris le risque de remplacer le doyen Karim Séga Diouf à la direction du club lougatois, a réussi à sauver les meubles. Un défi réussi de justesse, lors de la dernière journée.

Lamine Dieng avait aussi réussi la même mission avec Teungueth Fc. Appelé au secours dans les mêmes conditions, pour suppléer Moustapha Seck, le très expérimenté technicien a réussi à sauver le promu rufisquois qui était sur le chemin du retour en Ligue 2 une année après sa montée dans l’élite.

En revanche, Aziz Wade a échoué dans la même mission avec la Linguère de Saint-Louis. Il n’a pu mieux faire que le Portugais Vito Salvado qui a étalé ses limites sur le banc du club de la Vieille ville.

12 buts pour boucler
Après le record de buts (24) enregistré lors de la 25e et avant-dernière journée, c’est la routine. Seulement 12 buts, soit la moitié, dont 6 ont été réussis par les deux académies, Génération Foot et Diambars. En fait, la rareté des buts s’explique par la prudence observée dans certains camps qui étaient sous forte pression en cette fin de saison. Et c’était particulièrement le cas au bas du classement où la défaite était formellement interdite. Dans ces conditions, à défaut de la victoire qui était le premier gage pour le maintien, il fallait d’abord assurer le point du nul. Objectif réussi par Teungueth Fc et Ndiambour, deux des trois clubs en danger.

Ansoumana Sambou

Le Sénégal a bouclé, samedi, la série de deux matchs qu’il devait disputer à Dakar pour le compte de la Rugby Africa Gold Cup. Deux rencontres sanctionnées par des défaites qui ne laissent plus beaucoup de manœuvres aux Lions qui s’acheminent vers de rudes oppositions en Namibie puis au Kenya. Mais l’objectif reste toujours le maintien dans le Groupe A continental ; un but ultime qui, sans doute, l’opposera à la Tunisie.

L’objectif visé dans les deux premiers matchs de Dakar n’a pas été atteint dans le camp sénégalais qui a concédé deux défaites. Une situation à laquelle ne s’attendaient pas aussi bien les responsables techniques que l’équipe fédérale qui sont désormais résignés à faire avec. Mais surtout, qui sont déterminés à tenter de limiter la casse lors des trois prochains matches qui auront lieu à l’extérieur. La première étape du périple d’un mois qui verra les hommes de Léon Lopy disputer trois parties, les amène dès ce samedi au Hage Geingob Rugby Stadium de Windhoek, en Namibie où ils seront opposés à l’équipe locale. Une formation qui a marqué les esprits le week-end dernier en étrillant la Tunisie sur son terrain par 53 à 7 ; un gros coup pour confirmer la première place au ranking mondial parmi les six formations. Pour cette rencontre comme pour les deux autres matchs, le mot d’ordre est de rester sur la lancée de la bonne partie que le XV sénégalais a livrée face à l’Ouganda même si elle s’est soldée par une défaite.  « On a été mieux organisés défensivement notamment derrière par rapport à la semaine dernière », s’est ainsi félicité Philippe Oro, entraineur adjoint des Lions. Qui a tout de même regretté les « fautes d’indiscipline » qui ont pénalisé le groupe. Il n’a pas manqué de souligner qu’ « on avait deux matchs à la maison qu’on avait envisagé de gagner. On ne passe pas loin les deux fois malgré le gros score du premier à notre défaveur ».

Le président de la Fédération sénégalaise de rugby a abondé dans le même sens pour ce qui est de la dernière rencontre. Me Guédel Ndiaye de souligner qu’« on aurait pu gagner contre le cours du match parce que je pense que les Ougandais étaient les plus forts. Et on s’est bien battus ; si on avait fait le même match contre le Zimbabwe, on aurait gagné avec 20 points d’avance ».

Tout compte fait, la suite de la compétition s’annonce difficile pour le groupe Sénégal qui fera face à une rude adversité, en particulier à Windhoek et Nairobi les deux prochains week-ends. « Maintenant, on va avoir deux déplacements à l’extérieur et on sait que cela va être compliqué mais on ne va rien lâcher, on va essayer de gagner des points pour espérer finir dans les cinq », a ainsi dit le sélectionneur adjoint. En Afrique australe puis orientale, le président de la Fsr qui est conscient de l’adversité qui attend l’équipe souligne qu’« on va essayer d’avoir le point du bonus même si ça va être difficile en Namibie et au Kenya, mais on ne sait jamais ». Il renseigne que l’équipe ira avec une équipe rajeunie, plus de joueurs locaux.
Des joueurs qui auront pour tâche de limiter la casse et espérer terminer le boulot le 5 août au stade Moustapha Ben Jannet de Monastir contre l’équipe locale, lors de la dernière journée. « Si la Tunisie ne gagne pas ses matchs, on pourra disputer la finale chez elle et tenter de rester dans le groupe A », a assuré Me Guédel Ndiaye. La Tunisie qui est également mal partie avec sa déconvenue du week-end dernier se rend samedi au Kenya, puis une semaine plus tard en Ouganda et enfin au Zimbabwe le 29 juillet avant de recevoir le Sénégal pour la ‘‘finale’’ du maintien.

Ousseynou POUYE

Les amateurs ont rallié, dimanche passé, l’hippodrome Ndiaw Macodou Diop de Thiès pour le compte de la 19e journée hippique de l’année.
Cinq courses étaient à l’honneur avec en vedette un prix spécial dédié aux chevaux du groupe 1 dans le jargon turfiste. C’est « Faydou », une propriété de Papis Niang basée à Sangalkam et drivé par Mohamet Gadiaga qui les a laminés devant « Betty Bao » de la même écurie du président du Cng Cheikh Tidiane Niang ; « Darou Khoudoss » et « Diane » occupent les 3e et 4e places.

C’est le jockey de « Faydou » Mohameth Gadiaga qui a reçu l’enveloppe de 2 millions de FCfa. Les chevaux du Groupe 2 ont vu la victoire de « Altay » une propriété d’Anna Thiam drivée par Ousmane Diouf. La 3e manche (Groupe 3) a été remportée par « Nasroulah » de Moustapha Hacher sous la conduite du jeune jockey Kéba Diéye. La course des poulains de 3 ans a été gagnée par « Acte de Noblesse » de l’écurie d’Oumar Bao Jr et était piloté par Fallou Diouf. Chez les Pda (poulains de 2 ans), c’est « Major » de l’écurie du Pr Sakhir Thiam qui leur a dicté sa loi devant 13 concurrents sous le drivage d’Ousmane Diouf.

Résultats Techniques :
Pda : 1er Major, 2e General Bara, 3e Darou Sam, 4e Salimtoo
Poulains de 3 ans : 1er Acte de Noblesse, 2e Mirwax, 3e President Cheikh, 4e Willy Jr
Groupe 1 (Prix special) : 1er Faydou, 2e Betty Bao, 3e Darou Khoudoss, 4e Diane
Groupe 2 : 1er Altay, 2e Doumayene, 3e Medina, 4e Mandel
Groupe 3 : 1er Nasroulahi, 22e Neleen Kaar, 3e Arif, 4e Mamie Ngone

EL H Yamar DIOP

Le Centre technique de développement international de tennis qui était implanté à Dakar et qui a finalement été délocalisé à Casablanca devrait revenir dans notre pays si les conditions sont réunies dans un futur pas éloigné. C’est ce qu’a révélé le président Issa Mboup à l’issue des travaux de l’assemblée générale élective de la Fédération sénégalaise de tennis. Un centre qui, au départ, avait suscité beaucoup d’espoirs auprès des jeunes tennismen, mais qui finalement a été délocalisé au Maroc. Issa Mboup en donne les raisons : « J’ai une grande part de responsabilité dans cette délocalisation du centre de Dakar. C’est moi qui avais mené la candidature du Sénégal pour abriter ce centre à Dakar contre plusieurs autres pays. Et j’avais été suivi en cela par la Confédération africaine de tennis. J’ai été également, à la suite de ça, nommé président du comité de développement de la confédération. J’ai pensé à un moment donné qu’il fallait plutôt privilégier l’intérêt des pensionnaires de ce centre. Parce que dans ce centre, on avait à peu près 8 à 10 nationalités, mais malheureusement on ne jouait que sur de la surface dure. Or pour pouvoir aujourd’hui compétir, il faut avoir de la terre battue. Nos joueurs étaient très bons dans la zone, mais se faisaient battre au premier tour dès qu’ils sortaient de la zone. Ça c’est dans tous les tournois au niveau de l’Afrique du nord essentiellement ; partout où on envoyait nos joueurs qui étaient les meilleurs dans la zone, ils se faisaient battre parce que, simplement, la terre battue n’était pas leur surface de prédilection », a-t-il donné comme explication.

A son avis, quand on veut faire un centre, des joueurs de cette trempe, pour avoir un penchant professionnel, devraient forcément avoir dans les jambes au moins 40 à 50 matches de ce niveau. Malheureusement au Sénégal, a-t-il ajouté, le calendrier fédéral ne leur donnait pas la possibilité d’avoir plus de 12 matches. « Il s’y ajoute qu’on jouait juste entre nous, eux jouaient entre eux et donc n’avaient pas d’autres matches avec des sparring-partners qui devaient leur permettre de monter en puissance. Alors on a réfléchit et on a dit qu’au Maroc, ils ont 52 semaines de tournoi, ils font tous les niveaux de tournoi, avec tous les niveaux de surface, ils sont à proximité de l’Espagne. On a dit qu’on va essayer de jouer la carte de l’avenir des joueurs en essayant le Maroc. Et depuis qu’on l’a fait, je vous assure qu’on ne reconnaît pas les jeunes. Il fallait donc privilégier l’avenir des pensionnaires du centre de Dakar en délocalisant à Casablanca et leur offrir des possibilités qu’ils n’avaient pas au Sénégal ».
Par contre, il estime que le Sénégal n’a pas perdu au change parce que finalement, la confédération a décidé de créer trois centres nationaux au Sénégal, au Togo et au Mali.

« Ça a déjà commencé et nous attendons de recevoir notre dotation. Et ce sont les meilleurs de ces trois centres qui vont alimenter le centre de Casablanca. Et lorsque nous aurons les surfaces en terre battue, je m’engage de faire en sorte que ce centre revienne à Dakar », a-t-il promis.

C. F. KEITA

C’est un président reconduit qui va débuter un 3e mandat successif et qui a dit toute sa fierté d’avoir bataillé ferme devant son jeune frère pour rester dans le fauteuil présidentiel. « C’est un sentiment de fierté car, comme vous le savez, la tendance était un peu compliquée; je faisais face à un joueur qui avait déjà montré dans le passé ce qu’il savait faire, qui avait une renommée. Et d’ailleurs, en regardant les statistiques au niveau du vote, vous vous rendrez compte qu’il y a au moins la moitié des clubs qui lui étaient favorables. Donc ce n’était pas une chose facile, mais je remercie le bon Dieu de m’avoir accordé cette victoire ; et vous dire également que les gens qui n’ont pas été acceptés au niveau du vote resteront toujours dans la famille du tennis pour resserrer les liens » ; voilà les premiers mots d’Issa Mboup qui a fait un appel du pied à son adversaire malheureux, Abou Berthé.
« Je parle d’Abou Berthé particulièrement qui, en plus d’être un joueur, est un élément extrêmement important dans notre dispositif, notamment dans tout ce qui concerne les questions techniques.

Donc mon souhait serait en plus de faire de sorte de développer certains aspects de cette fédération, à savoir augmenter le nombre des pratiquants, de licenciés, chercher des courts de tennis à la fois sur du dur et sur de la terre battue et faire en sorte, aujourd’hui, que nous puissions également avoir des joueurs au niveau de la petite catégorie. Nous allons faire le tennis à l’école », a-t-il dit.
Anticipant dans les perspectives, Issa Mboup a indiqué que la fédération va également accompagner un programme de la fédération française de tennis qui voudrait faire du Sénégal son centre d’expérimentation avec des courts de tennis en terre battue. « Pour moi, c’est très important, faire en sorte que le centre de Dakar revienne et qu’on puisse aussi avoir des terre-battues à ce niveau.
Donc en résumé, je chercherais à développer tout ce qui est tennis sur la terre battue, je chercherais également à augmenter le nombre de pratiquants et installer le tennis en dehors de Dakar. Parce que le ventre mou de notre organisation, c’est que la discipline ne se pratique qu’à Dakar. Il va falloir revoir ça », a-t-il indiqué.

C. F. KEITA

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.