banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (2972)

Sport

« Démissionner de but en blanc, en se précipitant, parce qu’on s’imagine que c’est la solution miracle, non. Si vous pensez que vous ne tenez pas votre équipe (…), que vous n’arrivez pas à vous « connecter » avec votre équipe, d’accord. Mais ce n’était pas le cas. Il n’y a pas eu de problèmes de fonctionnement », a déclaré Alain Giresse dans une interview accordée à Tout Foot Espace TV Guinée. Insistant sur son contrat courant jusqu’en novembre 2017, le technicien français dit espérer que tout rentre dans l’ordre au sommet du football malien.

L’ancien capitaine emblématique du XV de France Thierry Dusautoir, qui continue à 35 ans d’endosser ce rôle au Stade Toulousain, a annoncé hier l’arrêt de sa carrière à la fin de la saison. Le troisième ligne aile a été 56 fois capitaine de l’équipe nationale, un record chez les Bleus, en 80 sélections entre 2006 et 2015 et il a notamment atteint en 2011 la finale de la Coupe du monde.

En 2010, il a également réalisé le Grand chelem dans le Tournoi des six nations. Il a par ailleurs remporté trois titres de champion de France (2008, 2011, 2012) et un de champion d’Europe (2010) avec les Rouge et Noir, où il évolue depuis 2006, ainsi que deux Boucliers de Brennus avec Biarritz (2005, 2006).

AFP

Serena Williams, que l’on n’a plus vue sur le circuit depuis son 23e titre du Grand Chelem à l’Open d’Australie, fin janvier, serait enceinte de cinq mois. L’Américaine de 35 ans a posté une photo sur Snapchat, posant de profil dans un maillot de bain jaune qui laisse apparaître un ventre arrondi, avec la légende « 20 semaines ». Elle a ensuite retiré la photo quelques minutes plus tard.

Serena Williams, qui redeviendra provisoirement numéro 1 mondiale, lundi, avait déclaré forfait pour Indian Wells et Miami, le mois dernier, prétextant une blessure au genou gauche.

Football : Exclusion avec sursis pour Lyon et Besiktas
A la suite des graves incidents qui ont émaillé le quart de finale aller de Ligue Europa au Parc OL, jeudi dernier, l’Uefa a décidé de sanctionner l’Olympique Lyonnais et le Besiktas.
Les deux clubs sont donc exclus de toute compétition européenne avec un sursis de deux ans.

Cela signifie que, si des incidents venaient à se reproduire durant ce délai, les deux clubs ne pourraient pas participer à la prochaine compétition européenne (Ligue des champions ou Ligue Europa) pour laquelle ils se qualifieraient. Par ailleurs, Lyon et le Besiktas ont chacun été condamnés à 100.000 € d’amende.

Athlétisme : Cinq athlètes russes avouent s’être dopés
Pour la première fois, cinq athlètes russes ont reconnu s’être dopés après la ré-analyse de leurs échantillons sanguins, a annoncé la Fédération russe d’athlétisme (Rusaf). Ces échantillons avaient été prélevés pendant les JO de Londres en 2012 et les Championnats du monde 2013. Parmi ces cinq athlètes figurent Antonina Krivoshapka et Yevgenia Kolodko, déjà condamnées par le Comité international olympique (Cio) à rendre leurs médailles d’argent du relais 4x400 m et du lancer du marteau suite à la ré-analyse de leurs échantillons prélevés aux JO 2012. Les trois autres sont la lanceuse de disque Vera Ganeyeva et le sauteur à la perche Dmitry Starodubtsev, dont les contrôles positifs datent des JO 2012, et la lanceuse de marteau Anna Bulgakova, contrôlée positive après ré-analyse de ses échantillons de 2013. Tous avaient été suspendus deux ans par l’Iaaf.

Tout point perdu peut être fatal à l’arrivée. Notamment dans le bas du tableau où les entraineurs sont sous forte pression. Et certains parmi eux ont bien réagi. Par ailleurs, certains clubs comme le Casa Sports et le Gfc ne sont plus redoutés à domicile. Ces deux clubs ne perdent certes pas chez eux, mais ne sont plus aussi réalistes que lors de la phase aller.

Elle était attendue, la réaction des équipes en sursis. Pas favori à Mbour devant une équipe de Mbour Pc pas encore à l’abri, le Ndiambour a réussi le coup de force de s’imposer. Un premier succès de Malick Diop qui avait de la peine à rassurer sur le banc des Lougatois. Le successeur du doyen Karim Séga Diouf peut en effet respirer même si ce succès, si important soit-il pour la suite, n’extirpe pas le club de Louga de la zone rouge. A Saly Portudal, Pape Boubacar Gadiaga de Diambars était aussi sous forte pression du résultat. Après une série de revers, il lui fallait arrêter l’hémorragie, au risque de se faire virer. Rachat réussi pour le coach le plus stable du championnat. Son homologue de l’Us Ouakam, Joseph Senghor, est sur le point de réussir son opération sauvetage. Appelé en catastrophe pour remplacer Al Ousseynou Sène, le coach titulaire qui a échoué sur le banc des « Requins », Joe Senghor a remporté un important succès devant le leader. Peut-être le déclic dans la course au maintien… En tout cas, avec 7 points sur 9 possibles lors des trois dernières journées, l’espoir est de mise à Ouakam. Bassouaré Diaby est aussi en train de redresser la barre, même s’il ne parvient toujours à gagner. Depuis deux journées, les Insulaires ont arrêté l’hémorragie. Même s’ils ne parviennent toujours pas à ajouter une deuxième victoire, ils ne perdent pas non plus. L’unique victoire du champion en titre remonte à la … 1ère journée (1-0), contre le Stade à Mbour au stade Caroline Faye de Mbour. En fait si dans certains clubs comme l’Uso, Niary Tally ou Guédiawaye Fc, le changement d’entraîneur a enclenché le déclic, à Gorée ce n’est pas encore le cas.

Casa et Gfc ne font plus peur à domicile
Redoutés à domicile où ils faisaient preuve de réalisme, le Casa Sports et le Guédiawaye Fc n’inquiètent plus leurs visiteurs. Jadis auteur du plein de points à domicile, ces deux clubs sont en perte de vitesse depuis quelques temps. Notamment le Casa Sports lors de la phase aller et qui est en panne depuis deux journées.

Et c’est Niary Tally qui a brisé le mythe du réalisme du club sudiste sur son terrain du stade Aline Sitoé Diatta. Pour rappel, les garçons d’Athanase Tendeng avaient dû puiser dans leurs dernières réserves d’énergie pour éviter le pire à domicile. Samedi dernier, c’est l’As Douanes qui est allé imposer le partage des points au Casa chez lui. Le stade Amadou Barry était aussi une direction redoutée par les adversaires du Gfc. Mais depuis quelques temps, les Crabes ne sont plus aussi souverains à domicile.

Ansoumana SAMBOU

Ils entendent donner du sang neuf à leur club. C’est pourquoi, les anciens du Saltigué de Rufisque exigent du président actuel Mamadou Cora Fall l’organisation d’une assemblée générale d’ici la fin du mois d’avril.

A y regarder de près, c’est une fronde engagée par les anciens footballeurs de Saltigué contre le président Mamadou Cora Fall. Pour le contrôle de la section football du club (actuellement en Division régionale), Abdoulaye Sène plus connu sous le nom Laye Sène, Mamadou Guèye dit Koula, Ousmane Marcel Ndoye, Abdoulaye Diallo Lodia, Assana Diongue et Badou Seck sont montés au créneau pour décrier la gestion partisane et anti-démocratique du Saltigué de Rufisque par l’actuel président. Face à la presse ce week-end à la mairie de ville, ces anciens du club mythique de Rufisque ont dénoncé « l’injustice » dont ils font l’objet. Selon eux, le président Cora Fall est en train d’abuser de son pouvoir pour gérer le Saltigué à sa guise. La coupe est devenue pleine lorsqu’il a nommé Arona Bathily à la tête de la section football, alors qu’ils avaient abattu un travail de titan pour sortir le club de sa torpeur. Selon Assana Diongue, le Saltigué a besoin à l’heure actuelle de « sang neuf » pour jouer sa partition dans le football sénégalais. Une allusion aux 40 ans que Mamadou Cora Fall a passés à la tête du club. «Cora est une personne qui ne mérite pas certaines choses, c’est la raison pour laquelle on ne veut pas lui tordre le bras ou aller vers une bataille pour récupérer la section de football. Il y a usurpation parce que les membres qui sont là sont reconnus par la Ligue et ils composent la section de football de Saltigué », a dit Assana Diongue. Depuis près de huit ans, le Saltigué n’a pas organisé d’assemblée générale, ce qui constitue, selon ces frondeurs, une « violation » des textes et règlements de la Ligue et de la fédération de football qui exigent de chacun club d’organiser, à la fin de chaque saison, une assemblée générale de bilan. Pour l’heure, les anciens footballeurs de Saltigué attendent que le président du club organise l’assemblée générale d’ici la fin du mois d’avril, comme il l’aurait promis du reste. Au cas contraire, Laye Sène et ses amis menacent d’organiser l’assemblée générale et d’installer un comité qui se chargera de renouveler toutes les autres sections, à savoir le handball, le basket-ball, la natation, le volleyball, l’athlétisme, etc. Pour l’heure, Mamadou Cora Fall ne s’est pas encore prononcé.

Maguette NDONG

Le Beach Soccer a désormais son nouveau stade ; il est aménagé au Centre de développement technique Jules François Bocandé de Toubab Dialao. La Fédération sénégalaise de football a profité des matches de préparation de l’équipe nationale de football de plage contre le Maroc pour l’inaugurer ce vendredi. Il porte le nom d’Ibrahima Ndiaye Chita « père » du Beach Soccer au Sénégal. L’ancien capitaine de l’équipe nationale du Sénégal et initiateur du beach soccer au Sénégal est par ailleurs actuel manager général de l’équipe nationale de la discipline.

Les Lions qui sont en pleine phase de la préparation de la Coupe du Monde Bahamas 2017 dans deux semaines (27 avril -7 mai) ont battu le Maroc lors des deux matches amicaux disputés sur ce tout nouveau stade Ibrahima Ndiaye. La première rencontre s’est soldée sur le score de 4 – 2. Ibrahima Baldé, Pape Modou Ndoye, Mamadou Sylla, Lansana Diassy ont marqué pour le Sénégal, Nassin El Hadaoui et Mehdi ont réduit le score pour le Maroc. Pour la seconde rencontre du dimanche, les Lions ont confirmé (4 buts à 1). Ibrahima Baldé a réussi un doublé, Hamad François Diouf et Pape Mamadou Ndoye sont les autres buteurs sénégalais. Le Marocain El Wakine Yassin a sauvé l’honneur en marquant le seul but de son équipe.

Les qualifications africaines pour le mondial féminin (Japon) débutent avec les tournois de préqualification zonales qui se disputent sous la formule du championnat. C’est-à-dire une première phase puis une seconde pour prétendre au ticket conduisant aux championnats du monde qui se dérouleront au Japon en 2018. Pour le compte de la Zone 2 africaine, le Sénégal ira chercher la qualification à Praia au Cap-Vert du 26 avril au 1er mai. Présentement, 18 volleyeuses sont en regroupement externe pour préparer ce premier tour qui regroupera les pays de la Zone 2.

Un écrémage difficile puisque seuls deux pays se qualifieront pour le second qui se disputera en fin septembre. Selon l’entraîneur national des filles, Amadou Sène, une équipe comme le Cap-Vert fera appel à ses expatriées, tout comme le Sénégal d’ailleurs avec notamment Marième Diagne (Quimper/France ligue A pro), Sokhna Guèye (Espagne ligue A pro) et Bintou Sow (ligue A pro/Finlande). « On n’a pas pu disposer des autres parce que c’est une compétition qui est placée à un moment assez délicat pour certains clubs. Actuellement, on est sur la dernière ligne droite de la préparation, on s’entraîne matin et soir. C’est une compétition très importante pour nous d’abord pour la qualification et ensuite cela nous permet de préparer une partie du championnat d’Afrique qui se disputera entre les deux tournois, en principe en août », a indiqué l’entraîneur national des filles.

De ce groupe des 18 filles, 14 seront retenues pour aller disputer le tournoi de Praia. « On n’est pas en regroupement fermé car le ministère des Sports a pris conscience des enjeux du championnat d’Afrique et s’est beaucoup fixé sur cette compétition. La fédération et la tutelle sont en train de discuter pour voir comment nous accompagner sur cette compétition du Cap-Vert. Donc pour le moment, on s’adapte. Mais comme lors du dernier championnat d’Afrique, le Sénégal avait battu en poule la Tunisie et le Cameroun, les deux équipes ayant représenté l’Afrique lors du dernier championnat du monde. Ce qui témoigne du niveau et de la qualité des athlètes. « Si bien que la question n’est plus de savoir si le Sénégal peut se qualifier ou pas. Parce que nous avons les moyens de nous qualifier. Mais il faut quand même voir les conditions de préparation et que tout le monde s’y attèle en sachant que c’est le projet de tout le monde et qu’il est important que l’équipe soit dans de bonnes conditions de préparation afin de maximiser ses chances de qualification », a-t-il plaidé.

A moins de quatre jours du coup d’envoi de la 16e édition du Tour cycliste international du Sénégal, les choses continuent à bouger au comité d’organisation. A ce jour, la liste complète des équipes devant prendre part à ce Tour a été établie par la direction du Tour. Ainsi elles seront une quinzaine (africaines et européennes principalement), à mettre les pieds sur les pédales pour essayer de décrocher le célèbre maillot jaune qui sacre le champion du Tour, contre 12 lors de la précédente édition en 2016. Avec bien sûr des têtes nouvelles telles que Vc Sovac (Algérie), Club de la Défense et Vs Chartrain (France), Schils Bike (Angleterre), Team Vélo Basse Terre (Guadeloupe) et Natura Blue (Belgique) ; ou des revenants comme le Burkina Faso et le Mali qui font un retour après plusieurs années d’absence. Sinon, les autres sont des habitués du Tour à l’image du Maroc, de la Gambie, de la RD Congo, des Allemands d’Embrace The World et des Hollandais de Global Cycling Team. Toutefois, l’absence de l’Algérie se fera sentir dans ce Tour puisque les « Fennecs » l’avaient remporté l’année dernière en réalisant une véritable razzia sur les différents maillots. C’est donc logiquement que leur succession sera ouverte cette année avec comme principaux prétendants les Marocains, les Burkinabé et les clubs européens. Cette année avec les réaménagements apportés au circuit, le kilométrage sera plus long que celui de l’année dernière (977,7 km). Ainsi pour cette 16e édition le peloton aura parcourir 1082 km parce que des villes-étapes comme Tivaouane ne connaîtront pas d’arrivée en raison du deuil que vit cette ville sainte avec le rappel à Dieu du Khalife général des Tidianes. Ainsi au lieu de Saint-Louis-Tivaouane, on aura Saint-Louis-Pire pour la 3ème étape ou encore Thiénaba-Kaolack pour la 5ème étape et le circuit fermé de Thiès (4e étape). Même le célèbre boulevard du Centenaire de la ville de Dakar ne connaîtra pas cette année de circuit fermé. En lieu et place les organisateurs ont choisi le circuit de la corniche ouest de Dakar pour la 8e et dernière étape.

C. F. KEITA

La Guinée et le Rwanda ont été choisis hier par le comité exécutif de Fiba Afrique pour bénéficier des deux « Wild Cards » ou invitations donnant droit à la phase finale de l’Afrobasket masculin 2017. Le compte est désormais bon puisque 14 équipes avaient déjà validé leur ticket : la République du Congo, le Nigeria, champion en titre, l’Angola, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la République démocratique du Congo, l’Egypte, le Mali, le Maroc, le Mozambique, le Sénégal, la Tunisie, l’Ouganda et l’Afrique du Sud dernière qualifiée ce week-end aux dépens du Zimbabwe.

On signale que la Guinée avait terminé troisième du tournoi de la Zone 2 disputé en deux manches à Bamako et à Dakar. Le « Sily national » avait même réussi la performance de battre le Sénégal (qui a fini 1er) à Bamako et deux fois le Mali (qui s’est classé 2ème). Donc une équipe à prendre au sérieux.

Si la compétition est prévue du 19 au 30 aout prochain à Brazzaville, on a cependant appris, la semaine dernière, le désistement du pays hôte, le Congo, pour des « raisons financières ». Va-t-il reconsidérer la position ou Fiba Afrique devra-t-elle se trouver une solution B ? La question reste posée alors que le Congo est cité parmi les équipes qualifiées, au titre de pays organisateur. Dans tous les cas, le tirage au sort est prévu au cours de ce mois d’avril.

Le président de l’Union cycliste internationale (Uci), Brian Cookson, sera à Dakar pendant la période du Tour cycliste international du Sénégal. La révélation a été faite par le président de la Fédération sénégalaise de cyclisme, Michel Thioub, par ailleurs directeur du Tour du Sénégal. « Le président Cookson sera à Dakar du 27 au 29 avril et il l’a confirmé par lettre récemment. Il sera accompagné par le directeur général du l’Uci, Martin Gibbs et la manager des relations internationales Mme Pascale Schins », a souligné le président de la fédération.

Ce qui serait une première dans l’histoire d’un Tour cycliste africain ; d’autant plus que le président de l’Uci assistera à deux courses étapes de ce Tour 2017. Un ami du Sénégal donc et du cyclisme sénégalais car récemment l’Uci avait offert 10 vélos à la fédération et qui devraient aider nos coureurs dans le cadre de leur participation à cette 16e édition.

C. F. KEITA

La Juventus Turin connaîtra-t-elle, comme le Paris SG au tour précédent, le goût amer de la «Remontada» à laquelle rêve le FC Barcelone défait 3-0 en quart de finale aller de Ligue des champions? Réponse ce soir (18h45), date également d’un Monaco-Borussia Dortmund placé sous le signe de la convivialité. Le match aller entre les Allemands et le club de la Principauté (2-3) avait donné lieu à de belles scènes de fraternité, les supporters de Dortmund ouvrant leur domicile à leurs homologues monégasques à la suite du report du match aller. Motif de ce contretemps: une triple explosion qui a visé le bus du Borussia, blessant le défenseur espagnol Marc Bartra.

En Catalogne, les supporters de Barcelone réservent pour leur part un bel accueil à la Juventus Turin. L’ambiance bouillante dans le Camp Nou lors du tour précédent avait complètement désuni le Paris SG, qui avait trouvé le moyen de gâcher une avance de... quatre buts (4-0, 1-6) ! La Juve en a marqué trois lors du quart de finale aller (3-0) et, l’entraîneur du Barça Luis Enrique l’a assuré, son équipe est capable de marquer quatre buts «à n’importe qui».

Aujourd’hui : 18h45 Monaco (FRA) - Dortmund (GER) (aller 3-2) ; Barcelone (ESP) - Juventus Turin (ITA) (aller 0-3).

AFP

La ville de Madrid sera représentée en demi-finales de la Ligue des champions par ses deux clubs phares. Le Real Madrid, tenant du trophée, est devenu le premier club à atteindre sept demi-finales d’affilée de Ligue des champions et Cristiano Ronaldo le premier à franchir la barre des 100 buts (101) en C1, hier, en quarts de finale retour au Santiago-Bernabeu. Vainqueur du Bayern Munich 2-1 en Allemagne grâce au doublé de Cristiano Ronaldo, le Real a été poussé en prolongation après un pénalty sifflé pour une faute sur Arjen Robben et transformé par Robert Lewandowski, absent sur blessure à l’aller (53e). Ronaldo a d’abord égalisé (76e) une première fois avant le but contre son camp de Ramos (77e). En prolongation, Ronaldo a marqué deux autres fois (104e, 109e) et c’est Asensio qui a clôturé la marque pour le Real (112e).

L’Atletico Madrid, finaliste en 2014 et 2016, s’est qualifié plus « facilement pour sa troisième demi-finale de Ligue des champions en quatre ans après son nul 1-1 sur le terrain de Leicester, mardi, en quarts de finale retour. Vainqueur (1 – 0) à domicile à l’aller, il a confirmé hier.

Son premier marathon à peine terminé, le Sénégal prépare déjà celui de l’année prochaine. L’objectif, selon le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dione, est d’inscrire Dakar sur la carte mondiale des marathons labellisés par la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf).

L’Etat veut faire du marathon de Dakar un évènement sportif international labellisé par la Fédération internationale d’athlétisme. C’est le souhait exprimé dimanche par le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne venu présider la cérémonie protocolaire de remise de médailles aux lauréats. « Aujourd’hui c’est un grand jour pour le Sénégal et également pour le mouvement sportif sénégalais. C’est la première fois que le Sénégal et Dakar organisent ce marathon », a-t-il dit avec satisfaction. Le chef du gouvernement d’ajouter : « Pour qu’il soit un marathon international, il faut qu’on organise deux éditions successivement durant deux années en respectant le cahier de charges de l’IAAF. Cette année nous l’avons fait, l’année prochaine nous ferons davantage pour encore être présent, respecter le cahier et comme nous l’a demandé le chef de l’Etat Macky Sall avoir Dakar sur la carte mondiale des marathons du monde ». Il a remercié le ministre des Sports Matar Ba pour son implication dans l’organisation de ce premier marathon.

« Cela fait deux ans que le président lui a demandé de travailler avec l’organisateur, Zénith. Le ministre Matar Ba n’a ménagé aucun effort pour travailler avec la Fédération sénégalaise d’athlétisme et Zénith », a-t-il poursuivi. Il a aussi félicité Sébastien Bottari, le patron de Zénith, le mouvement associatif, « les filles et les garçons qui ont représenté les couleurs de leurs pays et qui ont gagné des médailles ».

Le ministre des Sports a accueilli avec satisfaction l’organisation par le Sénégal de son premier marathon. Matar Ba a estimé que cette initiative est importante pour la relance de notre athlétisme.

Le ministre des Sports a salué « la mobilisation exceptionnelle» des sportifs venus participer à ce marathon qui est de dimension internationale. « Cet évènement a enregistré la participation de plusieurs nationalités et cela est extrêmement important pour le sport sénégalais et la relance de notre athlétisme », a-t-il soutenu avec satisfaction. Il a rappelé que ce marathon est une volonté du chef de l’Etat qui a voulu offrir au peuple sénégalais un évènement sportif de cette dimension qu’on ne trouve dans beaucoup de capitales. « Le marathon de Dakar permet tout simplement de vendre la destination sénégalaise et celle de Dakar », ajoutant que cette manifestation contient une dimension sociale. Il a expliqué que tout l’argent des inscriptions à la Dakaroise a été reversé à la Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer. « Ce n’est pas l’enveloppe financière qui est importante mais l’élan de solidarité à travers le sport qui est important », a poursuivi Matar Ba.

Selon lui, le sport vise aussi à accompagner toutes les luttes utiles pour le Sénégal. « Aujourd’hui, on est là et le 23, on sera avec la fonction publique pour accompagner les agents de l’Etat dans la sensibilisation et la prise en charge des questions importantes dans notre pays », a encore souligné le ministre des Sports. Il a exprimé sa reconnaissance au chef de l’Etat Macky Sall, « un président qui est à l’écoute des sportifs ». A l’en croire, l’espoir est permis de voir le sport continuer à occuper une très grande place dans la vie économique et sociale de notre pays. Il a également adressé ses vives félicitations à Sébastien Bottari, le directeur général de Zénith Sports, la FSA et l’ensemble des partenaires qui ont pris part à cet évènement.

Le Real Madrid vainqueur (2-1) en quart de finale aller de la Ligue européenne des champions à Munich face au Bayern, devrait confirmer aujourd’hui à domicile (18h45). Les deux buts de Ronaldo sont un précieux capital pour l’équipe de Zidane bien parti pour atteindre le dernier carré. Mais les hommes de Carlo Ancelotti n’ont pas dit leur dernier mot et pourront compter sur leur buteur Lewandowski absent à l’aller. Dans l’autre quart de finale retour du jour, l’Atlético Madrid court vainqueur à l’aller (1-0, penalty de Griezmann) devra se méfier de Leicester, le champion anglais qui n’a plus que cette Ligue des champions pour espérer sauver sa saison.

Dans tous les cas, les deux clubs de Madrid sont bien placés pour passer le cap des quarts. Même si rien n’est encore joué.

Le capitaine emblématique de Chelsea, John Terry, quittera son club de toujours à la fin de saison, a annoncé hier le club londonien, actuel leader du Championnat d’Angleterre. Le défenseur central, âgé de 36 ans, a accompli toute sa carrière chez les Blues, dont il a porté les couleurs pendant 22 ans, pour plus de 700 matches. Arrivé au club de l’ouest londonien en 1997, Terry a joué son premier match avec les Blues en octobre 1998. A son palmarès figurent une Ligue des champions (2012), quatre titres de champion d’Angleterre (2005, 2006, 2010, 2015), 4 Coupes d’Angleterre (2007, 2009, 2010, 2012) et 3 Coupes de la League (2005, 2007, 2015). Mais malgré son expérience et sa fidélité, l’ancien international a perdu cette saison son statut de titulaire et n’a disputé que cinq matches en Premier League sous la direction de l’entraîneur italien des Blues, Antonio Conte.

Athlétisme : Doublé kenyan au marathon de Boston
Geoffrey Kirui chez les hommes et Edna Kiplagat chez les dames ont remporté le 121e marathon de Boston, apportant un doublé au Kenya, hier. Geoffrey Kirui, 24 ans, a devancé en 2 h 09 min l’Américain Galen Rupp, qui n’a pu résister à son accélération à un peu plus de six kilomètres de l’arrivée, de 21 secondes, et le Japonais Suguru Osako de 51 secondes. Chez les dames, la double championne du monde (2011, 2013) Edna Kiplagat, 37 ans, a remporté son premier marathon de Boston en 2 h 21 m 52 sec. Elle a largement devancé la Bhareinie d’origine kényane Rose Chelimo, 2e à 59 secondes, et l’Américaine Jordan Hasay, 3e à 1 min 08 sec.

AFP

Grands coureurs devant l’Eternel, Les Ethiopiens et les Kenyanes ont dominé les 42,195 km, l’épreuve phare du Marathon de Dakar disputé samedi et dimanche. Le Cap-Verdien Fortes Spencer est sorti vainqueur du semi-marathon. Les Sénégalais ont sauvé la face dans les 10.000 mètres.

Ils ont encore prouvé qu’ils étaient les maitres incontestés du marathon ! En lice dans les 42,195 km, la plus longue course du Marathon de Dakar disputé samedi et dimanche, les coureurs de fond éthiopiens, excellents pistards de tradition, se sont taillés la part du lion en s’adjugeant la première et la troisième places du podium. Grâce à un chrono de 2h 18 mn 21 sec, Kassaw Abere a enlevé l’épreuve devant le Kenyan Masei Julius arrivé avec 19 secondes de retard. Autant dire que cette course a été très serrée entre ces deux athlètes venus des hauts plateaux de la Corne de l’Afrique. Avec un temps de 2 h 19 mn 2 sec, l’autre Ethiopien Girma Teshome s’est emparé de la médaille de bronze complétant le podium. Le mythique coureur Gebreselassie peut dormir sur ses deux oreilles. La relève est bien assurée! Le premier Sénégalais qui a franchi la ligne d’arrivée, Christian Manga a terminé à la 8è position en 2h :29 mn 41 sec.

En revanche, les Kenyanes ont raflé toutes les places du podium dans l’épreuve féminine du 42,195 km. Leurs rivales n’y ont vu que du feu. Championne de cette course, Limo Zeddy est arrivée en 2 h 39 mn 20 sec, tandis que ses compatriotes Tuei Naomy et Jacqueline Nyetipei ont terminé 2ème et 3ème avec des chronos respectifs de 2h : 40 mn 13 sec et 2h :52 mn, 06 sec.

Quant au semi-marathon masculin, il a été dominé par le Cap-verdien Fortes Spencer Adison en 1h : 11 mn 50 sec. Il a coiffé au poteau les Sénégalais Arona Khouma et Abdou Aziz Diop (club de l’UGB) classés deuxième et troisième grâce à des chronos respectifs de 1h : 12 mn 28 sec et de 1h : 13mn 28 sec.

La Togolaise Anaming Maheza est sortie vainqueur du semi-marathon féminin en 1h : 34mn 27 sec.
Largement dominés dans les épreuves du marathon et du semi-marathon, les Sénégalais ont sauvé la face dans les 10 km. Cette course, la plus courte du Marathon, a vu un trio de tête 100% sénégalais autant pour l’épreuve masculine que l’épreuve féminine.

Pour l’épreuve masculine, le sapeur-pompier Abdoulaye Samb a franchi, le premier, la ligne d’arrivée en 34 mn 3 sec, suivi d’Abdoulaye Mbaye (34 mn 25 sec) et de Bassirou Diop (34mn 31 sec). L’épreuve des 10 km filles a été gagnée par Seynabou Diouf qui a terminé la course en 45 mn 25 sec.

Les épreuves des 10 km, 21 km et 42 km ont été précédées samedi à l’ouverture du Marathon par trois petites courses. La Dakaroise, longue de 5 km, a vu la participation de 4000 femmes impliquées dans la lutte contre le cancer du sein. Elle a été remportée par Clarisse Diatta, une étudiante de l’Inseps. Les deux autres courses, à savoir le 3 km et le 2 km, ont été respectivement gagnées par Papis Mamadou Seck et Mamadou Aliou Dia.

Réactions :

Clarisse Diatta, vainqueur de la Dakaroise : « J’espère participer à la prochaine édition »
« Je suis très contente d’avoir participé à cet évènement. Ensuite, le fait d’avoir remporté la Dakaroise me rend très heureuse. En réalité, je ne m’attendais pas trop à faire bonne figure dans cette épreuve ; dans la mesure où je ne l’ai presque pas préparée. Alors vous imaginez toute ma satisfaction. J’espère participer à la prochaine édition ».

Anaming Maheza, vainqueur du semi-marathon féminin : « Je ne m’attendais pas à ça »
« C’est un plaisir d’avoir gagné le semi-marathon féminin. La course s’est très bien passée et je rends grâce à Dieu, je ne m’attendais pas à ça. J’avais fait un petit accident et j’étais un peu découragée à l’idée de participer à cette compétition ; mais grâce à Dieu tout s’est bien passé. C’est une journée merveilleuse. Malgré l’accident, je savais que j’avais les capacités pour y parvenir».

Fortes Spencer, vainqueur du semi-marathon masculin : « Battre le record l’année prochaine »
« C’est la première fois que je participe à un marathon international organisé en Afrique. Je suis très content d’avoir gagné le semi-marathon. Je suis ému avec cette victoire. Je suis satisfait de l’organisation. Je vais me préparer davantage pour battre le record l’année prochaine».

Maguette Ndong, journaliste-marathonien : « Un exercice exaltant »
« Le marathon de Dakar est une première. C’était un challenge pour moi en tant que journaliste de faire ce parcours. C’est une façon également de représenter mon entreprise, Le Soleil, mes confrères de Rufisque et toute le presse sénégalaise. C’est un exercice exaltant et ça m’a permis de me mesurer et de faire face à mes défis. Je suis vraiment heureux pour mon pays pour avoir su organiser cette grande première »

Sébastien Bottari, Directeur général de Zénith sports : « Nous espérons avoir plus de coureurs l’année prochaine»
« Beaucoup d’émotion, beaucoup de fierté. Tout le monde a joué le jeu. Les femmes ont été particulièrement nombreuses. Elles sont venues nombreuses pour faire la promotion de la santé à travers le Dakaroise, la première épreuve. Comme vous le savez, tous les fonds ont été reversés à la lutte contre le cancer féminin. Les enfants sont aussi venus nombreux. Il faut souligner que le dispositif que nous avons mis en place a permis de traverser les endroits populaires et touristiques de la ville de Dakar. Grâce à cette manifestation, on fait la promotion du sport et du Sénégal. L’objectif est de pérenniser cette manifestation, qu’on puisse s’améliorer à chaque édition. Pour cette première, on a mis un standard de qualité et nous espérons avoir plus de coureurs l’année prochaine. Au bout de la deuxième édition, si l’on respecte le cahier de charges, on peut légitimement demander à l’IAAF de nous donner un label. Cela permettra au Sénégal de se doter d’une manifestation internationale qui figure sur le calendrier international».

Viviane Bampassy, ministre de la Fonction publique : « Rester dans cette dynamique du sport pour tous »
« Je voudrais exprimer tout mon plaisir à venir assister à cette. D’autant plus que pour la première épreuve, à savoir la Dakaroise, l’argent collecté à travers les inscriptions a été offert à la Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer. Nous voudrions encourager les milliers de femmes qui ont pris part à la Dakaroise ; parce que le ministre de la Fonction publique est aussi chargé de la prévention des maladies qui touchent les fonctionnaires. Comme vous le savez, le Centre médico-social des fonctionnaires est rattaché au département dont j’ai la charge. Et à ce titre, nous sommes engagés dans la prévention de toutes sortes de maladies, particulièrement les maladies liées au travail et c’est à ce titre que nous sommes aussi venus accompagner et encourager cette initiative. Ce marathon est une première qui a été soutenue au plus haut niveau par le président de la République. Cela reste dans la dynamique du sport pour tous parce que le sport n’est pas exclusivement pour les professionnels. Tous les jours, nous voyons les Sénégalais sur la Corniche s’adonner au sport.
Nous devons rester dans cette dynamique du sport pour tous qui entre en droite ligne de notre politique de santé »

Amadou Dia Ba, médaillé olympique : « Essayer de relancer l’athlétisme »
« On n’a pas les résultats escomptés depuis des années, mais avec la fédération et tous les gens qui aiment l’athlétisme, nous misons sur ce marathon pour essayer de relancer l’athlétisme. Nous avons un manque de résultats mais nous travaillons en symbiose afin de redynamiser cette discipline. Ce genre d’initiative peut contribuer booster ce sport. Nous sommes par conséquent très contents de son organisation»

Reportage de Diégane Sarr (textes) et Assane Sow (photos)

Il y aura du tonnerre et du feu en quarts de finale de la coupe de la ligue les 28 et 29 avril. Le tirage au sort effectué samedi en marge du match Uso-Génération Foot, n’a pas été du tout tendre pour les équipes en lice ; et il fallait s’y attendre puisque les 8 équipes en course sont toutes d’un calibre d’égale valeur. Génération Foot-Uso, Diaraf-Dakar Sacré-Cœur, Guédiawaye Fc-Stade Mbour, Niary Tally-Casa Sports. Voilà le plateau réservé aux amateurs de suspense. Des duels qui se passent de commentaires s’y l’on se réfère au niveau actuel des équipes en championnat. Même Dakar Sacré-Cœur qui semble être le Cendrillon de cette coupe sera à prendre très sérieux puisque c’est une formation qui a appris depuis quelques années à goûter aux victoires dans cette épreuve. Ce qui, en clair, veut dire que son adversaire le Diaraf devra être sur ses gardes. Génération Foot, de son côté, aura une « dent » contre l’US Ouakam qui a freiné son élan en championnat samedi dernier. Niary Tally-Casa Sports se passe de commentaires ; ce sera le sommet de ces quarts de finale entre deux formations habituées de la coupe. Enfin Gfc-Stade Mbour méritera un détour du côté d’Amadou Barry.

C. F. KEITA

Défaite inattendue de Génération Foot certes, mais pas surprenante. Dos au mur dans cette dernière ligne droite du championnat, l’Us Ouakam aborde désormais tous ses matches animée d’un mental de commando. En brisant l’élan du leader, les Ouakamois relancent, du coup, la course au titre, même si Génération Foot garde encore une bonne marge de sécurité au sommet. Niary Tally, le nouveau dauphin accuse un retard de 7 points.

Dompteur du Diaraf dans le clasico, le club de NGB a, en effet, profité de l’échec de Guédiawaye Fc, neutralisé à domicile par l’Us Gorée, pour occuper le deuxième fauteuil de la classe. La réaction de Diambars qui était aussi attendue a bien eu lieu. Tout comme le Ndiambour qui a réussi son opération commando à Mbour. Condamnés à ne plus perdre des points en cours de route, les Lougatois ont fait mieux en allant dominer Mbour Pc sur son propre terrain. Un résultat important pour les Lougatois, même si cet exploit n’extirpe pas le Ndiambour de la zone de relégation. Les Lougatois ont juste cédé la lanterne rouge à l’Us Gorée, le champion en titre qui peine toujours à enregistrer une 2e victoire. Mais depuis deux journées, les Insulaires sont parvenus à limiter les dégâts. L’équipe du président de la Fsf ne perd plus. En fait, c’est le chassé-croisé au fond de la classe entre le Ndiambour et l’Us Gorée.

A. SAMBOU

Uso-Génération Foot (1-0) : Le leader ramené sur terre
En match joué samedi au stade Demba Diop comptant pour la 18e journée du championnat pro de ligue 1, l’Uso a battu Génération Foot par 1 but à 0. Mi-temps : 1 à 0. But : Pape Sène (40e). Public nombreux, temps chaud, pelouse en excellent état. Arbitres : Maguette Ndiaye assisté de Ibou Wane et Ibrahima Ndiaye tous de la Cra de Dakar. Avertissements : Djiby Ndoye (47e) et Pape Modou Ndiaye (90e+4) pour l’Uso.

Les équipes : Uso : Ousmane Kâne, Pape Modou Ndiaye (cap), Fadiouf Ndiaye, Ibra Ndiaye, Alpha Bâ, Elhadj Madické Kâne, Moussa Diouf puis Elhadj Salim Ndoye (86e), Djiby Ndoye, Pape Séne puis Youssou Diagne (70e), Ansou Sow puis Babacar Mbaye Niang (65e), Djibril Guéye. Entraîneur : Joseph W. Senghor

Génération Foot : Mohamed Niaré, Sidy Bara Diop (cap), Bakary Mané, Mohamed Kâne, Ibrahima Niane, Mamadou L. Guèye puis Oumar Samb (79e), Malick Cissé puis Khadim Diaw (70e), Amdy L. Conté, Issa Diouf, Ismaïla Simpara, Jean Louis B. Diouf puis Amadou Dia Ndiaye (62e). Entraîneur : Olivier Perrin.

Ce but inscrit par Pape Sène aura largement suffi au bonheur des Ouakamois pour se hisser un peu plus haut au classement. Une rencontre que les poulains du nouvel entraîneur Joseph Senghor ont bien négociée pour empêcher les « Académiciens » de revenir dans le coup. Et c’est Pape Sène qui s’est chargé de régler la note sur une belle action d’Alpha Bâ. On ne jouait que 40 minutes, mais l’Uso a réussi à conserver son avantage malgré les assauts répétés des protégés d’Olivier Perrin qui se sont heurtés à un mur infranchissable. Une défaite cependant sans grande conséquence pour Génération Foot qui garde toujours une confortable avance sur ses poursuivants.

C. F. KEITA

Diambars-Teungueth FC (2-1) : Les Académiciens stoppent enfin l’hémorragie
En match comptant pour la 18e journée de Ligue 1 disputé le samedi 15 avril 2017 au stade Fodé Wade, Diambars a battu (2-1) Teungueth Fc. Mi-temps (2-1).
Arbitres : Alioune Camara, assisté de Saloly Ba et de Bassirou Sow (Trio CRA de Saint-Louis). Buts : Ousseynou Niang (14e), Amadou Macky Diop (16e) pour Diambars ; Aboubakrine Sall (27e) pour Teungueth FC.

Avertissements : Ousseynou Niang (20e), Ismaïla Pathé Ciss (86e) pour Diambars ; Momo Cissé (65e) pour Teungueth FC.

Les équipes : Diambars : Ousmane Mané, Al Hassane Sylla (cap), Babacar Diop, Ariel Mendy, Elimane Omar Cissé, Abdoulaye Fall, Pape Omar Guèye (Birahime Gaye, 68e), Adama Mbengue, Ousseynou Ndiaye, Ousseynou Niang (Dame Guèye, 70e), Amadou Macky Diop (Ismaïla Pathé Ciss, 85e). Entraîneur : Papa Boubacar Gadiaga.

Teungueth FC : Mamadou Kane Diouf, Mamadou Fadel Barry, Momo Cissé, Alioune Ndiaye, Tahirou Ndaw, Salim Mohamed Ndao, Boubacar Traoré, Fally Ndao (Théophile Preira, 75e), Aboubakrine Sall (cap), Alioune Ba (Alassane Diouf, 67e), Amadou Ciss (Mouhamed Diop, 85e). Entraîneur : Lamine Dieng.

Diambars n’avait plus gagné depuis quatre journées. Samedi, les Académiciens ont retrouvé le sourire après leur succès face à Teungueth FC (2-1). La rencontre a été pliée dès la première mi-temps par une équipe de Diambars très réaliste. L’ouverture du score intervient après seulement 14 minutes de jeu. Ousseynou Niang, à la réception d’un joli centre d’Adama Mbengue, trompe le portier rufisquois. Diambars ne lève pas le pied et creuse l’écart deux minutes plus tard par Amadou Macky Diop suite à une remise d’Abdoulaye Fall.

Ces deux buts encaissés très tôt n’ont pas pour autant découragé les joueurs de Lamine Dieng. En bon capitaine, Aboubakrine Sall montre la voie aux siens et parvient à réduire le score à la 27e minute. Le même Aboubakrine Sall était à deux doigts d’offrir l’égalisation à son équipe (29e), mais Ousmane Mané veillait au grain. À l’arrivée, Diambars empoche les trois points de la victoire et peut souffler.

S. O. FALL

Diaraf - Niary Tally (0-2) : Un match vite plié
En match de la 18e journée du championnat de ligue 1 joué samedi en seconde heure au stade Demba Diop. Niary Tally a battu le Diaraf par 2 buts à 0. Buts : Pape Matar Lô (25e) et Mady Faty (36e) pour Niary Tally. Public nombreux, pelouse en bon état, temps chaud. Arbitrage de Malang Diédhiou, assisté par El hadj Malick Samba et Amadou Ngom tous trois de la Cra de Dakar.

Les équipes : Diaraf : Ibou Fall Diakhaté, Matar Kanté (cap), Pape Sassy Diallo, Mor soumaré, Saïkou Conteh, Fadel Fall, Idrissa Niang, Assane Mbodj, Baba Kébé puis Pape Youssou Paye ((29e), Ousmane Gassama, Ousseynou Guèye. Entraîneur : Malick Daf.

Niary Tally : Pape Seydou Ndiaye, Abdou Chafi Sow (cap), Alioune B. Guèye, Alfred Bienvenu Bâ puis Pascal Mendy (31e), Elhadj Abdoulaye Diop, Sidath Ndiaye, Amadou Erasme Badiane, Wellé Ndiaye puis Pape Fara Gaye (65e), Pape Matar Lô puis Abdoulaye Mankabo (73e), Moussa Djité, Mady Faty. Entraîneur : Landry Lopy.

Dans ce derby de la capitale, le Diaraf ne doit s’en prendre qu’à lui-même. Amputée de six éléments-clés pour diverses raisons (blessures ou suspensions), l’équipe de Malick Daf n’a pas tenu la dragée haute à une formation de Niary Tally très réaliste et très disciplinée dans le jeu. Et pour montrer qu’ils étaient venus pour la gagne, les « Galactiques » ont confirmé leur victoire de l’aller. Deux buts vite marqués, en moins de quarante minutes, ont tenu en respect le Diaraf qui n’a jamais su résoudre l’équation posée par son adversaire. C’est d’abord Pape Matar Lô qui ouvrait le score sur un excellent service d’Amadou Erasme Badiane (25e), avant que Wellé Ndiaye ne profite d’une mésentente, entre le défenseur Mor Soumaré et son gardien Ibou Fall Diakhaté, pour corser l’addition (36e). Le Diaraf ne retrouvera jamais les ressources nécessaires pour revenir au score.

C. F. KEITA

GFC-US Gorée (1-1) : Les Crabes ratent encore le coche
En match comptant pour la 18ème journée de la ligue 1, Guédiawaye FC et l’Us Gorée ont fait match nul (1-1) samedi au stade Amadou Barry. Mi-temps : 0-0. Buts : Baye Malick Diop (52ème mn) pour Us Gorée et Arona Sène (62ème mn) pour Gfc. Avertissements : Arona Sène, Pape Justin Dasyla pour Gfc ; Matar Gaye pour Us Gorée. Arbitres : Boubacar Barry assisté par Abdoulaye Hann et Mamadou Ndoye, tous les trois de la Cra de Mbour.

Les équipes : Gfc : Moussa Sarr, Adamou Traoré (Cap), Séga Cissokho, Gabriel Gomis( puis Boubacar Mané 60e mn), Ansoumana Diamé, Pape Waly Ndiaye, Moïse Alexandre Wade, Mamadou Seck, Arona Sène(puis Moussa Dièye), Honoré Gomis, Papy Da Sylva (puis Thierno Thioub 80e mn). Entraîneur : Cheikh Guèye.

Gorée : Ibrahima Niass, Jean Rémi Bocandé, Abdoulaye Samb, Assane Diouf, Cheikh Koné, Mame Omar Ndoye, Mor Talla Nguer (Rémi Nassalan 74e mn), Baye Malick Diop, Ibrahima Niane, Ngagne Diallo, Mouhamadou Lamine Dramé (puis Makhtar Guèye 67e mn). Entraîneur : Bassouaré Diaby.

Le GFC a encore laissé filer une chance d’empocher trois points en concédant un nul face à l’Us Gorée psychologiquement moins armée pour être restée pendant des mois sans gagner le moindre match. Pourtant, les « Crabes » avaient légèrement dominé la rencontre durant la première partie sans conclure leurs rares occasions de but. A la reprise, ils peinent toujours à retrouver leur marque. En vrais opportunistes, les Goréens parviennent à ouvrir le score grâce à Baye Malick Diop. Le coach du Gfc opère un changement qui a quelque peu amélioré l’animation offensive. Les « Crabes » retrouvent leurs repères et Arona Sène, royalement servi par Pa Da Sylva, égalise à la 62e minute.
Dopé par son public, le Gfc pousse et se crée de nombreuses occasions de buts (70e mn, 79e mn notamment) sans en transformer aucune.

Abdou DIOP

Les résultats :
Us Ouakam – Génération Foot : 1-0 ; Diaraf – NGB Niary Tally : 0-2 ; Mbour Pc – Ndiambour : 0-1; Diambars – Teungueth Fc : 2-1; Casa Sports – Douanes : 0-0; Linguère – Stade de Mbour : 1-1 ; Guédiawaye Fc – Us Gorée : 1-1.

La Ligue 2 a un nouveau leader. En domptant Africa Promo foot de Thiès (1-0) dans l’autre choc du haut de tableau, Dakar Sacré-Cœur a réussi la bonne opération de la 18ème journée. 

Les Dakarois ont, en effet, profité de l’échec de la Sonacos, l’ancien leader, neutralisée à domicile par l’As Pikine dans le principal choc de la journée, pour émerger. Le Port et le Duc ont aussi rebondi respectivement sur l’Olympique de Ngor (3-0) et le Diamono Fatick (3-1) pour recoller au peloton de tête. Par contre, en domptant respectivement Bargueth de Kébémer (2-1), et Yeggo Sicap (2-0), l’Etics et la Renaissance de Dakar se relancent certes, mais pas dans la course au titre. C’est plutôt dans la course au maintien. Au bas de la classe, Cayor Foot n’a pu profiter de l’échec de Bargueth pour se donner de l’air. Elle garde toujours la dernière place de la classe, malgré le point enregistré à domicile face aux Saint-Louisiens de Ndar Guedj.

A. SAMBOU

Les résultats
Yeggo – Renaissance Dakar : 0-2 ; Dakar Sc – Africa Promo Foot : 1-0 ; Cayor Fc – Ndar Guedj : 2-2 ; Sonacos – As Pikine : 1-1 ; Ol Ngor – Port : 0-3 ; Diamono Fatick – Duc : 1-3 ; Bargueth – Etics : 1-2.

 

« Ou la ligue nous donne les trois points, ou alors elle prend la responsabilité de les octroyer à Guédiawaye Fc. Et qu’on n’en parle plus ». C’est là la décision du Casa Sports dans l’affaire de son match aller de L1 de foot contre GFC. Son secrétaire général en a informé la presse locale samedi dernier au terme de la rencontre avec l’AS Douane, comptant pour la 18ème journée du championnat de L1 (nul 0 – 0). Selon Siaka Bodian, cette affaire Casa Sports/GFC a trop duré et doit être définitivement close. Il a fait remarquer que la position de son équipe n’a pas varié depuis que cette affaire s’est déclenchée. « Nous avons été très clairs avec tout le monde, en particulier avec la LSFP», a précisé M. Bodian. Selon lui, « nous jouons un championnat sur la base d’un règlement qui lie toutes les équipes et qui, entre autres, les astreint à une obligation de prise en charge intégrale de toutes les questions liées au transport, à la restauration et leur hébergement. Or, dans ce cas, Guédiawaye Fc avance un problème de logistique, parce qu’un avion serait tombé en panne. Donc, elle tombe dans la faute de demander un report. Parce qu’elle sait que ce n’est pas un cas pour lequel on doit demander un report. La Ligue conforte GFC dans cette erreur, en décidant de reprogrammer le match, avançant le cas de force majeur ».

Selon son secrétaire général, le club sudiste avait dit en son temps que c’était injuste, soulignant que quand on gère une compétition, c’est l’équité qui doit prévaloir et non le favoritisme. Même si c’est de manière inconsciente. « C’est pourquoi, rappelle Siaka Bodian, nous avons donné notre position : forts de ce règlement, nous estimons que Guédiawaye Fc doit être considéré comme forfait, et le Casa Sports rentrer dans ses droits en obtenant les trois points de la victoire». D’après M. Bodian, « la Ligue a tergiversé, nous a servi une correspondance avec à l’appui une confirmation de la panne de l’avion par l’état-major pour tout simplement justifier sa décision de faire rejouer le match. Nous campons sur notre position, malgré la mission qu’elle a envoyée à Ziguinchor, que nous avons reçue, écoutée religieusement, mais à qui nous avons opposé les arguments que je viens de vous avancer ».

El Hadj Moussa SADIO

Après Kaffrine en 2016, c’est la région de Tambacounda qui abritera la 18ème édition du Drapeau du chef de l’Etat de lutte, du 29 juin au 1er juillet 2017. Durant jours, une mission du CNG composée du directeur administratif Ndiamé Diop, du chargé de la communication Thierno Kâ et du conseiller Ibrahima Sarr s’est rendue dans les régions de Kolda, de Kédougou et de Tambacounda. Il était question d’aller voir les facilités de tous genres (hébergement, infrastructures, entre autres) qu’offrait chacune des régions en compétition. Au finish, c’est la région de Tamba qui a été retenue. Du 29 juin au 1er juillet donc, le monde sportif se retrouvera dans cette partie est du pays pour le plus grand rendez-vous de lutte traditionnelle sans frappe du Sénégal. Comme chaque année, depuis longtemps, toutes les quatorze régions du Sénégal vont se retrouver pendant soixante-douze heures pour se disputer ce prestigieux trophée qui, depuis qu’il est décerné à une région et non plus seulement à des individualités, semble être la chasse gardée de la région de Fatick. En effet, l’équipe dont Bafa Guèye est le coach s’est imposée à Diourbel (2011), à Thiès (2013), à Fatick (2015) et récemment à Kaffrine (2016). Mais la 18ème édition est loin d’être gagnée d’avance, vu les performances des autres régions de ces dernières années.

Pape Demba SIDIBE

Leur entraîneur Abdou Karim Seck était très confiant au moment de rallier la capitale malgache pour prendre part aux 38e championnats d’Afrique de judo. Mais, à l’arrivée, il faut se rendre à l’évidence : les « Lions » et « Lionnes » n’ont pu décrocher le précieux métal après trois journées de compétition. Samedi pour la deuxième journée réservée aux gros bras et dimanche pour celle réservée aux équipes, le Sénégal n’a pu décrocher que le bronze. En tout Mbagnick Ndiaye et ses camarades se sont contentés de la troisième médaille. Bien maigre consolation pour une équipe qui avait bénéficié de réelles dispositions lors des tournois disputés sur le plan national, africain et européen. Samedi, des quatre hommes engagés dans les combats de lourds, seul Abolanding Diatta (-81 kg) est rentré bredouille ; car ses autres compagnons Saliou Ndiaye (-81kg), Baboucar Mané (-100kg) et Mbagnick Ndiaye (+100kg) ont bataillé ferme pour décrocher la médaille de bronze. C’est un moindre mal.

Du côté des filles, Khadija Sonko (-70 kg) a également perdu sa finale de bronze face à l’Algérienne Souad Bellakehal. Mais les sœurs Sagna (Georgette -78 kg et Monica +78 kg), comme à leur habitude, ont relevé le défi. Elles ont toutes les deux remporté la médaille de bronze. La première face à la Malgache Ramiandrisoa et la seconde devant l’Egyptienne Kariman Shafik. Dimanche dans les épreuves par équipes, ce sont les filles qui se sont illustrées à nouveau avec la médaille de bronze contre la Guinée-Bissau, tandis que les garçons perdaient en finale de bronze face au Cameroun. Au total, le Sénégal rentre avec une médaille d’argent et 7 médailles de bronze.

C. F. KEITA

C’est par une forte chaleur pré-hivernale que s’est tenu dimanche tenue à l’hippodrome « Ndiaw Macodou Diop » de Thiès la 9e journée hippique de la saison. Les amateurs ont malgré tout pris d’assaut les gradins de leur hippodrome préféré pour assister aux cinq épreuves programmées par l’instance dirigeante des courses hippiques. L’attraction du jour a bien sûr été le duel des chevaux du Groupe 3. C’est encore « Mbar Ngoné » qui s’est imposé comme le week-end précèdent sur cette même piste thiesoise. Son jockey Mbaye Diene Jr grâce à son expérience a beaucoup joué sur la victoire du coursier d’Oumar Bao Jr. Il s’est imposé devant 12 concurrents tous décidés à lui barrer la route. « Mamy Ngoné », de son côté, s’est encore classée 2e, alors que « Nelen Kaar » qui avait déjà gagné et figurait parmi les favoris s’est contenté de la 3e place et « Nasroulah » a fini à la 4e place. Le galop du Groupe 1 a vu la victoire de « Al Fath » du Pr Sakhir Thiam drivé par Mor Fall dit Yaba. « Bourakh » de la même écurie a lui aussi laminé ses rivaux dans le groupe 2, il était monté par Alassane Seck. La course des poulains de 3 ans a été remportée par « Mirwax » d’Oumar Bao Jr sous le pilotage de Fallou Diop. L’épreuve d’ouverture (PDA) a été gagnée avec brio par « Dalinkor » d’Iba Colle Bao vice président du CNG, il était conduit par Moussa Sène.

Résultats techniques :
PDA : 1er Dalinkor, 2e Dardass, 3e General Kara, 4e Thiono dou Reer
Poulains de 3 ans : 1er Mirwax, 2e La Medina, 3e Aminata Marie, 4e Acte de Noblesse
Groupe 1 : 1er Al Fath, 2e Darou Salam, 3e Linguer Bi, 4e Pr Bao
Groupe 3 : 1er Mbar Ngone, 2e Mamy Ngone, 3e Neelen Kaar, 4e Nasroulah
Groupe 2 : 1er Bourakh, 2e, Altay, 3e Rassoul, 4e Le Maire

El H. Yamar DIOP

« Reug Reug » tient sa bagnole ! Une dizaine de jours après avoir remporté le Drapeau Indépendance à Fatick, le champion de Thiaroye a reçu son 4X4 double cabine, hier, des mains d’Aimé Sène, le parrain du tournoi de lutte organisé par « Ndef Leng », le 3 avril dernier, dans la ville de Mame Mindiss.

L’histoire semble relever d’un conte de fée. Un peu extraordinaire tout de même. Un jour, « Reug Reug » avait demandé un véhicule à Aimé Sène, l’homme d’affaires qui s’est battu une belle réputation dans le milieu du transport et du tourisme. « Je veux que tu m’offres une bagnole ! », lui dit le fils de Pape Kane, non content d’avoir raflé les deux compétitions que le patron de Hertz Sénégal avait parrainées pour « Ndef Leng ». « Je ne pourrais t’offrir un véhicule comme ça. En revanche, ce que je pourrais, pour le prochain tournoi, c’est de mettre en jeu une voiture », lui répondit, en vieux sage, celui-ci. Les deux hommes s’accordent sur cette formule qui arrange tout le monde. En somme, un gentleman agreement. Sûr de lui, le jeune lutteur de Thiaroye ne manqua pas de dire au patriarche qu’il allait remporter la bagnole. Quelle assurance ! Aimé Sène tint parole et proposa un véhicule comme mise à l’occasion du Drapeau Indépendance organisé le 3 avril dernier, à Fatick, point d’orgue du festival culturel de l’association sérère dirigée par Mbagnick Ndiaye. «Reug Reug» tint parole lui aussi.

Il se raconte même qu’il était venu au stade Massène Sène en compagnie d’un chauffeur, convaincu qu’il repartirait avec la mise ! Toujours est-il qu’il survola la compétition, au nez et à la barbe de ses grands rivaux, Aliou Faye alias Pakala, Mamadou Faye dit Ordinateur etc. Pour la troisième fois d’affilée, il s’adjugeait un tournoi de « Ndef Leng » parrainé par Aimé Sène. L’histoire ne s’arrêta naturellement pas là. Il restait à conclure l’affaire, à remettre la bagnole à l’heureux gagnant. Ce qui a été fait, hier, dans les locaux d’Hertz Sénégal. Aimé Sène, le patron de cette société, a remis, clé en mains, un 4x4 double cabine, « d’une valeur de 7 à 8 millions FCfa » au champion de lutte de Thiaroye. L’homme d’affaires a expliqué que c’est du fait de la mutation et de l’assurance de la voiture que la remise de celle-ci au lutteur a pris un peu de temps. « Nous avons dépensé 800.000 FCfa pour les besoins de la mutation, de l’assurance, de l’achat de nouveaux pneus etc. », a-t-il soutenu. Le mécène de l’Ong « Ndef Leng » a exhorté son poulain «Reug Reug» à faire bon usage de la voiture qui pourrait lui servir « d’outil de travail ». « Désormais, quand tu veux aller à un tournoi, tu pourras emmener le véhicule en compagnie de tes accompagnants. Quand tu gagnes un bœuf aussi, tu pourras le transporter », a-t-il, encore, affirmé avec humour.

Le fils de Pape Kane a dit toute sa satisfaction d’avoir reçu ce véhicule, plus de 10 jours après la tenue du Drapeau Indépendance. Cette caisse, le protégé de Ameth Dème en avait rêvé ; maintenant il l’a entre ses mains. Il a réussi son pari ! La réception de cette récompense devrait le gonfler à bloc alors qu’il part à l’assaut de Jordan (écurie Xam sa cosaan), ce 26 avril. L’athlète de Thiaroye joue sur deux tableaux, à savoir la lutte simple et la lutte avec frappe. Cette année, outre ses nombreux trophées en lutte sans frappe, il a battu Bébé Saloum.

La cérémonie de remise du véhicule s’est déroulée en présence des responsables de «Ndef Leng», El Hadj Sarr, Djiby Ndiaye, Daouda Diouf, Ousmane Diouf, Doudou Fall et Ndiougue Cor Faye. Ils ont tous, au nom du président Mbagnick Ndiaye, par ailleurs ministre de la Culture et de la Communication, exprimé leur reconnaissance au bienfaiteur Aimé Sène.

Diégane SARR

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.