banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (3631)

Sport

Confrontée au départ de Luis Fernandez, la Guinée vient de désigner son successeur provisoire. "La Fédération Guinéenne de Football (Fgf), informe que M. Mohamed Kanfory Bangoura, entraîneur national et instructeur Caf de la licence A, est nommé dans les fonctions d’entraîneur /sélectionneur par intérim de l’équipe nationale A de Guinée", a annoncé la Fgf dans un communiqué.

Déjà passé sur le banc du Syli en 2009, le sélectionneur des locaux devra gérer le périlleux déplacement au Swaziland, le 5 juin prochain, lors de l’avant-dernière journée des éliminatoires de la Can 2017. Distancée de 3 points par le Zimbabwe en tête du groupe, la Guinée devra s’imposer pour conserver des chances de qualification. "Lappé" Bangoura conservera le staff technique de son prédécesseur.

Jour-j pour la tenue de la 9ème édition du Meeting international Iaaf World Challenge de Dakar. Cet après-midi au stade Léopold Sédar Senghor, ils seront environ 150 athlètes à se faire face dans 16 épreuves. Selon toutefois Amadou Diouf, le directeur technique national de l’athlétisme sénégalais, la principale tête d’affiche, l’Américain Jeremy Wariner, ne sera finalement pas de la partie. Une absence qu’il justifie par la somme élevée que son manager a exigée pour sa venue, malgré « sa volonté de courir à Dakar. Nous sommes dans une année olympique et les athlètes font le tour des meetings pour chercher des performances », soutient-t-il. Ce qui fait que plusieurs grands athlètes sont attendus au stade où tout est déjà en place. « Nous sommes en avance sur le programme. Nous avons tout installé alors que nous  attendions le jour-j pour procéder à certains réglages », se réjouit le patron technique de l’athlétisme national. La grande équation de la présente organisation au plan technique sera encore le comportement des athlètes sénégalais. Dans la masse de quelque 150 spécialistes internationaux, ils seront finalement six athlètes nationaux à prendre le départ après le forfait de dernière minute de Ndiss Kaba Badji qui « a piqué une grippe après avoir compéti sous la pluie le week-end dernier en France », renseigne le Dtn, Amadou Diouf. Lequel estime que « nous ne voulons pas prendre de risque avec lui et on l’a laissé se reposer ». Comme l’année dernière, Amadou Ndiaye est attendu pour briller encore. En lice au 400m haies, le jeune spécialiste avait sauvé la mise du côté sénégalais lors de la dernière édition du meeting en remportant sa course. Dans son sillage, les cinq autres représentants nationaux sont plus ou moins attendus devant leur public.

Amy Sène au lancer du marteau qui avait déclaré forfait l’an dernier a comme des comptes à rendre à son public pour honorer son statut de double championne d’Afrique et détentrice du record africain de la discipline. Elle sera en concurrence avec les autres membres du podium continental au sortir des Championnats d’Afrique d’athlétisme de Marrakech de 2014 : il s’agit de la Burkinabé Laetitia Bambara, médaillée d’or et de la Tunisienne Sarah Bensaad. Pour le Dtn, la Sénégalaise « évoluera devant son public où elle a l’occasion de réaliser les minimas pour les Jeux olympiques ». Pour cela, elle doit réaliser 70m, soit mieux que les 67,77m de son lancer du week-end dernier à Paris. Gnima Faye, championne d’Afrique du 100m haies en 2012 à Porto Novo, sera également sur la ligne de départ ; tout comme Fatoumata Diop (400m) et Sokhna Safiétou Kanté au triple saut. Mamadou Gueye au saut en longueur sera l’autre athlète sénégalais de ce meeting pour ce qui concerne les épreuves d’élite. Car d’autres seront au programme dans les épreuves réservées aux nationaux pour donner le coup d’envoi de la soirée dès 15 heures.

La mobilisation : le défi à relever
Pour réussir le pari de la mobilisation, la Fédération sénégalaise d’athlétisme s’est attaché les services d’un agent marketing. Ainsi, depuis quelques temps maintenant, la structure « Prodivis et Pa Assane Services » est à l’œuvre avec un ensemble de manifestations qui ont eu lieu sur l’esplanade du stade Léopold Sédar Senghor. Avec un programme alliant animation et jeux qui a démarré depuis la semaine dernière à travers des kermesses et des concerts. « C’est une manière de joindre l’utile et l’agréable avec cette grande kermesse où des partenaires vont profiter de la journée pour offrir des cadeaux aux gens. Il y aura beaucoup de stands avec les différents partenaires », informe le Comité d’organisation.

Ainsi, du 20 au 25 mai, le public a eu l’occasion de faire un tour sur les lieux avant de revenir cet après-midi pour suivre les foulées des athlètes. Pour faire venir le public très tôt dans le stade, en particulier les plus jeunes, des innovations de taille sont annoncées par le Comité d’organisation. Il s’agit ainsi, selon Pa Assane Seck, membre du Comité d’organisation, « de servir le petit déjeuner et le déjeuner à toutes les personnes qui seront au stade ». En fait, « il est prévu des activités durant la matinée avec de la danse, une chorégraphie, une prestation des majorettes ». Toutes choses qui font qu’il aimerait bien que le stade soit plein à 14 heures et que les compétitions démarrent effectivement à 14h45, avec les épreuves qui mettront en lice les athlètes sénégalais.

Ousseynou POUYE

Mauvaise nouvelle dans la Tanière : Abdoulaye Diallo, le portier de Rennes (L1 française) qui s’était imposé dans la cage des « Lions » depuis l’arrivée du coach Aliou Cissé est forfait pour le match Burundi – Sénégal du 4 juin, comptant pour la 5ème et avant-dernière journée des éliminatoires de la CAN « Gabon 2017 ». Pour raison de « blessure à la cheville droite », le gardien n°1 de l’équipe du Sénégal ne sera donc pas du groupe qui tentera de décrocher (au moins) le point qui qualifiera les « Lions » à la prochaine CAN.

Pour le remplacer, il a été fait appel à Khadim Thioub, le portier du Diaraf.
Les « Lions » sont actuellement en camp d’entrainement à Kigali au Rwanda où ils rencontrent samedi l’équipe nationale locale en préparation de l’important match du samedi suivant.

Le Tout Puissant Mazembe (Rd Congo), 9 fois vainqueur de trophées continentaux et actuel détenteur de la Ligue des champions dont il a été évincé avant la phase de poules, ne croisera pas l’Etoile du Sahel (Tunisie), l’autre favori, lors de la phase de poule de la Coupe de la Caf. Ainsi en a décidé le tirage au sort effectué hier au Caire.

Les « Etoilés », détenteurs de ce trophée et qui compte également 9 titres continentaux, tenteront d’égaler le record du nombre de victoires finales dans ce deuxième challenge de la Caf. Mais il leur faudra d’abord sortir parmi les deux premiers du Groupe B pour avoir droit aux demi-finales. Pareil pour le TP Mazembe dans la Poule A.

Groupe A: TP Mazembe (Cod), Mouloudia Béjaïa (Alg), Young Africans (Tan), Medeama(Gha)
Groupe B: Etoile du Sahel (Tun), Fus Rabat (MAR), Kawkab Marrakech (Mar), Al Ahly Tripoli (Lba)

Qualifié sur le terrain, le V Club de Rdc ne disputera pourtant pas la phase de poules de la Ligue africaine des Champions. Il en a été exclu hier pour avoir aligné un joueur suspendu dans cette compétition. Du coup, ce sont les Sud-Africains de Mamelodi Sundowns, éliminés en huitièmes de finale par les Congolais, qui ont été réintégrés et sont tombés dans le Groupe B. Dans l’autre poule, Al Ahly d’Egypte, huit fois sacré dans cette épreuve, est en lice pour un neuvième succès final.

Groupe A: Zesco United (Zam), Al Ahly (Egy), ASec Mimosas (Civ), Wydad Casablanca (Mar) - Groupe B: Enyimba (Ngr), Zamalek (Egy), Entente Sétif (Alg), Mamelodi Sundowns (Rsa)

Chez les filles, quatre clubs ont remporté leurs quarts de finale de la Coupe du Sénégal de basket, le week-end dernier, et décroché leur ticket pour les demi-finales. Face à l’Ascfo mercredi dernier au stadium Marius Ndiaye, le Duc s’était largement imposé (73 à 55), confirmant son statut de favori dans cette compétition. Les Saint-Louisiennes du Slbc leur ont emboité le pas samedi dernier, toujours au stadium Marius, contre la JA qui s’est réveillée tardivement (57-42). Dimanche dernier, malgré un début de match difficile, l’Asc Ville de Dakar a facilement rempoté son duel face à l’équipe de Bopp (55-39). Le Diaraf, de son côté, n’a pas pu décrocher le dernier ticket face à l’Ugb au stade Joseph Gaye de Saint-Louis, s’inclinant 53-37.

…Uso, Louga Bc, Douane et Slbc aussi (G)
En garçons l’Uso, Louga Bc, Douane et Saint-Louis Bc se sont également qualifiés pour les demi-finales de la Coupe du Sénégal. En effet, l’Uso s’est imposée face au Sibac au stadium Marius Ndiaye samedi dernier (59-51). Louga Bc, de son côté, a gagné à domicile l’Asfa (71-50) à la surprise générale, continuant ainsi de bouleverser les pronostics. La Douane a confirmé son statut de leader en battant largement le Duc (72-43). Et du côté de Saint-Louis, Slbc a « chipé » le dernier ticket pour la qualification des demi-finales de la Coupe du Sénégal à l’Ugb, l’autre club nordiste (53-37).

Absa NDONG

Résultats de quarts de finale : Asc Ville de Dakar - Bopp  55-39 (F) ; As Douanes-Duc  72-43 (G) ; Slbc-Ugb 74-44  (G) ; Sibac-Uso 51-59  (G) Louga Bc - Asfa 71-50   (G) ; Ugb  - Diaraf 53-37 (F)

La journée hippique la plus prestigieuse de l’année, le grand prix du chef de l’Etat, se tiendra dimanche prochain à l’hippodrome Ndiaw Macodou Diop de Thiès. Le Cng dirigé par Cheikh Tidiane Niang qui est à pied d’œuvre pour la réussite de l’événement a programmé cinq courses pour un pactole de 20 millions de FCfa. Mais, le clou de la manifestation, le grand prix, sera couru sur 3000m dans une course dite Open puisque ouverte à tous les chevaux toutes catégories confondues. Le vainqueur de cette épreuve percevra 6 millions de FCfa, le deuxième 3.120.000 F, le 3e aura droit à 1.560.000 et enfin le 4e empochera 1.200.000 F ; soit un total de 12.000.000 de FCfa. Les engagements sont fixés à 250.000 F et ont été clôturés hier. Quatre autres courses figurent à l’affiche de cette grande journée hippique. Les Pda (poulains de 2 ans) ouvriront les hostilités sur 1650m avant de céder la place aux poulains de 3 ans qui s’expliqueront sur 2200m tandis que les chevaux du Groupe 2 et 3 s’affronteront sur 2650 m.

Les récompenses aux vainqueurs sont identiques : 2 millions de FCfa pour chaque catégorie. Les inscriptions sont fixées à 60.000 FCfa.

EL H. Yamar DIOP

Last modified on mercredi, 25 mai 2016 12:04

Pas le temps de dormir sur leurs lauriers ! A peine revenus de Tunis où ils ont vaincu (2 – 1), le weekend passé, les Aiglons de Carthage lors du 2ème tour aller des éliminatoires de la Can U20 « Zambie 2017 », les Lionceaux juniors reprennent le collier aujourd’hui.

Il s’agira pour les hommes du technicien Joseph Koto, de préparer dans les meilleures conditions, la manche retour prévue le 11 juin à Dakar. Pour cela, deux regroupements au Centre de développement technique Jules F.B. Bocandé de Toubab Dialao sont à leur agenda. Le premier d’aujourd’hui à samedi et le suivant du 30 mai jusqu’au jour du match retour. 24 joueurs ont été retenus à cet effet.

Voici la liste : Lamine Sarr (DSC), Mamadou M. Seck (MPC), Mamadou Ndiaye (Pétaaw de Bour), Mamadou Sonko (Teungueth Fc), Moussa Ba (Excellence Foot), Mouhamadou Diawara (Oslo Football Academy), Mamadou Diarra (Diaraf), Mamadou Mbaye (DSC), Pape Ousmane Mbaye (Cneps Excellence), Souleymane Aw (Excellence Foot), Youssouf Bangoura, Ousseynou Cavin Diagne (Académie F. Darou Salam), Abdourahmane Ba (Excellence Foot), Jean Jacques I. Ndecky (Casa Sports), Akhibou Ly (Cneps Excellence), Krépin Diatta (Oslo Football Academy), Cheikh A. Bamba Kane (Diambars), Ibrahima Ndiaye (Diaraf), Aliou Badji (Casa Sports), Ibrahima Niane (Génération Foot), Mor Talla Nguer (Gorée), Mouhamed Pouye (MPC), Alassane Diouf (Teungueth Fc), Pape Cheikh Amadou Traoré (Cneps Excellence).

La 8ème journée du championnat élite de handball n’a pas dérogé à la règle. Elle a été marquée, ce week-end, par la confirmation en tête des classements de l’Asfa chez les messieurs et de Diisoo en dames. Les deux leaders sont allés s’imposer sur le terrain de leurs adversaires du jour, les Militaires du côté de Thiès face à l’Us Rail (24-20). Ce qui leur permet, avec 14 points, de tenir à l’écart l’Olympique de Diourbel (12 points) qui a également gagné en déplacement chez le Stade de Mbour (27-24). Le Duc est également allé battre le Saltigué à Rufisque (41-29). La Jeanne d’Arc, victorieuse de l’Us Gorée, suit le rythme de ses poursuivants avec 10 unités et se détachent du reste du groupe constitué des quatre vaincus. En dames, Diisoo s’est illustré au Cdeps de Mbour chez le promu El Hadj Badiane (34-22). Une 7ème victoire consécutive et 14 points qui lui permet de creuser l’écart avec le Saltigué (2ème, 11 points). L’équipe rufisquoise n’a pu faire mieux que match nul (22-22) contre le Duc, 3ème avec 9 points. La Renaissance de Tivaouane (4ème, 7 points) a renoué, quant à elle, avec le succès après sa défaite de la précédente journée face à Diisoo. Ce samedi, l’équipe de Tivaouane a accueilli et battu Sokone par 33 à 14 ; l’équipe de Diamono était au repos ce week-end.

O. POUYE

Programme
MESSIEURS Saltigué – Duc 29-41 ; Stade de Mbour – Olympique Diourbel 24-27 ; Jeanne d’Arc – Us Gorée 27-25 ; Us Rail – Asfa 20-24.  DAMES : Renaissance Tivaouane – Ahvb Sokone 33-14 ; Saltigué – Duc 22-22 ; El Hadj Badiane – Diisoo 22-34 ; Exempt : Diamono.

Jadis locomotive du football régional, à la belle époque de l’Us Rail et du Cot, le département Thiès est aujourd’hui le dernier wagon du train. Il ne compte même pas un club dans le milieu professionnel, largué depuis longtemps par Mbour (3 clubs en L1, Stade, MPC et Diambars) et même par Tivaouane représenté en L2 par 2 équipes (Cayor Foot et Etics). Notre équipe de reporters a sillonné les départements de Thiès et de Tivaouane pour faire le point. Aujourd’hui, pleins feux sur le foot amateur de Thiès.

Thiès a quitté les bons rails
Alors que le département de Mbour s’illustre au plus haut niveau du football national avec 3 équipes en L1 (Diambars, le Stade de Mbour et Mbour Petite Côte), ceux de Thiès et de Tivaouane avec lesquels il constitue la région de Thiès se morfondent dans les divisions inférieures. En plus de cinq clubs en National 1 (Us Rail, Thiès Fc, Cneps Excellence, Walidaan et Africa Promo Foot), ils n’ont que l’Etics de Mboro et Cayor Foot de Tivaouane pour tenter de faire briller leurs couleurs en L2, second niveau du foot professionnel national. Autant dire que le département de Thiès est totalement absent de l’élite (la L1) et de son antichambre (la L2). Et c’est un comble que ce département qui servait de locomotive du football régional soit aujourd’hui relégué au rang de dernier wagon du train, pour être dans un jargon bien connu dans la Capitale du Rail. On se souvient de la grande équipe du Rail, vainqueur de la coupe du Sénégal en 1963, et qui a produit des joueurs de qualité comme Moustapha Dougnon, Abdoulaye Cissokho, Babou Ndao, Doudou Diakhaté, Insa Diané, Mame Iba Cissé, pour ne citer que ceux-là. Mais aussi de l’équipe du Club olympique thiessois (Cot) des Bouba Diakhao, Fadel Fall, Momar Thioune, entre autres, devenue aujourd’hui l’Union sportive thiessoise (Ust). Mais, aujourd’hui, leurs « héritiers » peinent terriblement à maintenir vive la flamme de la performance. En cause, selon des observateurs locaux, « des considérations qui ne relèvent que d’intérêts personnels », d’après la formule de Cheikh Fall, le chef de la station radio Thiès Fm.

D’autres comme Serigne Fall, un ancien dirigeant de l’Us Rail indexent « la floraison de clubs qui sont passés du simple au double ; d’où un manque notoire de moyens ».

« Une situation difficile certes, mais pas insurmontable », d’après un ancien dirigeant nostalgique. Pour lui comme pour beaucoup d’autres, la solution passe par la convocation des assises du football thiessois pour tenter de le remettre sur les rails de la performance.

Le souhait de nombre de citoyens de Thiès est d’arriver à la mise sur pied d’un club communal fort, ainsi que l’ancien Premier ministre et ancien édile de la ville, Idrissa Seck, en avait agité l’idée. Mais aujourd’hui que l’émiettement n’a jamais été aussi accentué dans la Capitale du Rail, ce projet d’une grande entité regroupant toutes les sensibilités pour mieux rationnaliser les forces et les moyens risque de ne pas se concrétiser de sitôt.

Faute de terrains : Walidaane et Cneps Excellence contraints d’aller jouer à Mbour
La preuve, si besoin était, que le département de Thiès a été … déraillé du chemin de la performance au détriment de ceux de Tivaouane et surtout de Mbour ? C’est que deux de ses équipes pensionnaires de National 1, Walidaane et Cneps Excellence, sont obligées de se déplacer au stade Caroline Faye de Mbour pour y jouer leurs matches à domicile. Et cela, faute de disposer actuellement chez elles, dans la Capitale du Rail, d’un stade réglementaire et digne de ce nom. En fait, le stade Lat Dior, jadis joyau ayant même abrité des rencontres internationales, est en pleins travaux de réhabilitation et d’agrandissement depuis six mois.

Quant au stade Maniang Soumaré, sa pelouse ne répond pas aux normes et a subi récemment des travaux d’engazonnement de l’aire de jeu.

D’où cette délocalisation des matches à domicile de Walidaane et de Cneps Excellence qui se trouvent ainsi coupés de leur base affective, de leur environnement en un mot de leur famille d’origine. Ce qui peut, peut-être, expliquer les contreperformances des clubs thiessois qui ont du mal à conquérir ou reconquérir l’élite du football sénégalais. En plus de se répercuter sur les résultats des clubs, ces « déménagements » réguliers sont coûteux en ce qu’ils entraînent des dépenses supplémentaires. Et pour des clubs qui n’ont pas forcément de gros moyens, cela fait un boulet trop lourd à traîner. C’est même à se demander comment ils parviennent à honorer leurs engagements. Pas de sponsors, les autorités compétentes de plus en plus éloignées de la chose sportive, malgré ces difficultés de tous ordres. Normal, dès lors que le foot du département de Thiès soit à la traîne.

Par Mohamadou Sagne

« C’est la secrétaire générale de la Fifa, l’organe qui gère le football mondial. Pas celle de l’Afrique ». Hicham El Amrani, le secrétaire général de la Caf, est bien placé pour ne pas faire dans la confusion de genre. Il n’attend aucune faveur particulière de la Sénégalaise Fatma Samoura, nommée en remplacement du Français Jérôme Valcke au secrétariat général de l’instance dirigeante du football à l’échelle planétaire. Il sait toutefois que les origines de la nouvelle proche collaboratrice du président Gianni Infantino l’aideront à mieux comprendre « l’environnement et les différents mécanismes entre nations et confédérations ». En plus, pour avoir longtemps servi au Tchad, au Cameroun, à Djibouti, en Guinée, à Madagascar et au Nigeria pour le système des Nations unies, cette expérience devrait aider Mme Samoura à mieux appréhender les problèmes du football africain. « Sa longue expérience du terrain en Afrique est un réel avantage pour elle », a soutenu M. El Amrani à la Bbc.

Pour le secrétaire général de la Confédération africaine de football, la nomination de Mme Fatma Samoura (54 ans) à ce poste jamais occupé par un Africain encore moins une femme, est tout sauf une surprise. Pas plus qu’il ne considère pas comme un handicap le fait que Mme Samoura ne soit pas issue du milieu sportif. Car, pour El Amrani, « le président et le Conseil de la Fifa n’ont pas pris cette décision à la légère. Aussi sommes nous sûrs, convaincus même, qu’elle fera du bon boulot ». Et de marteler que « ce qui est sûr, c’est que nous l’accompagnerons du mieux que nous pourrons et nous lui souhaitons le meilleur dans son exaltant job ». Une conviction qui rejoint celle de la principale intéressée qui disait, juste après sa nomination, que le président de la Fifa avait dû « trouver dans (son) profil toutes les compétences qu’il cherchait ».

A peine sortie d’une longue période de troubles liés à des problèmes de gouvernance, la Fifa entend ouvrir une nouvelle page dans son histoire. Et la nomination de Fatma Samoura au secrétariat général, il y a une dizaine de jours, lors des assises de l’instance à Mexico, avait été unanimement saluée. La remplaçante de Valcke devrait prendre service à la mi-juin.

 
Pour « manquements » financiers : La Fifa renvoie son secrétaire général adjoint
Le secrétaire général adjoint de la Fifa, l’Allemand Markus Kattner, a été renvoyé hier après qu’une ≪enquête interne a mis au jour des manquements dans ses responsabilités financières en lien avec ses fonctions≫, a annoncé l’institution lundi dans un communiqué. M. Kattner, également directeur financier de l’institution, assurait les fonctions de secrétaire général par intérim après le renvoi mi-septembre du Français Jérôme Valcke, mis en cause dans une affaire de revente de billets au marché noir. La Sénégalaise Fatma Samoura, nouvelle secrétaire générale de la Fifa, doit prendre ses fonctions mi-juin.

(AFP)

La 9ème édition du Meeting international Iaaf World Challenge de Dakar aura lieu demain au stade Léopold Sédar Senghor. Une manifestation-phare du calendrier de la Fédération sénégalaise d’athlétisme qui tient à travers ce rendez-vous, une vitrine internationale. En conférence de presse il y a quelques jours, les organisateurs annonçaient la présence du champion du monde et champion olympique américain, Jeremy Wariner, spécialiste du 400 mètres ou encore du Kényan Nicholas Bett, champion du monde du 400m haies en 2015 à Pékin. Ils devraient faire partie des quelque 150 athlètes attendus à cet effet à Dakar. En réunion technique hier, les organisateurs s’affairaient autour des derniers réglages pour offrir le plus beau des spectacles au public qui devrait être très nombreux. Car, en plus des épreuves sportives, beaucoup d’autres activités culturelles et ludiques sont prévues. La réunion d’hier a également été l’occasion pour les maîtres d’œuvre de l’événement, d’arrêter les dernières décisions concernant la participation des athlètes ciblés. Mais ce n’est finalement qu’aujourd’hui que la liste définitive des participants sera connue, selon une source fédérale.

Ce meeting de Dakar sera l’occasion pour les athlètes africains de se produire à nouveau sur le continent après le Meeting de Rabat disputé ce dimanche. Et pour certains, il s’agira de poursuivre la chasse aux minimas pour les championnats d’Afrique prévus à Durban en Afrique du Sud du 22 au 26 juin prochains. Pour les qualifiés, ce sera une opportunité de peaufiner leur préparation. Du côté du Sénégal, les athlètes tardent à se signaler avec des minimas qu’ils n’arrivent toujours pas à décrocher pour l’essentiel et sont attendus pour s’illustrer devant leur public. Pour rappel, 16 épreuves sont au programme, 8 chez les hommes (110m haies, 200m, 400m haies, 1500m, longueur, lancer de poids, lancer de marteau et autant chez les dames (100m haies, 100m, 400m, 3000m, 400m haies, saut à la perche, lancer du disque et lancer du marteau).

O. POUYE

Le ministre de l’Intérieur a annoncé hier que les « dysfonctionnements constatés » seront corrigés «sans tarder» après les débordements survenus samedi soir au Stade de France, qui ont relancé les inquiétudes à l’égard de la sécurité, à moins de trois semaines de l’Euro 2016.

Bernard Cazeneuve a promis à l’avenir de «garantir la fluidité de l’entrée des supporters dans les enceintes sportives, de fiabiliser les contrôles de sécurité par les sociétés de sécurité privées et de sécuriser les sorties de match», dans un communiqué. Ces mesures s’appliqueront également dans les fans zones, a-t-il précisé.

Alors que le PSG affrontait l’OM en finale de la Coupe de France au Stade de France, où trois kamikazes s’étaient fait exploser le 13 novembre, plusieurs débuts d’incendies ont été constatés dans les tribunes, où des fumigènes, des casques de motos, des bouteilles en verre et des tuyaux en Pvc avaient été introduits, malgré les dispositifs de sécurité.

Le championnat auto ou Tour du Sénégal a un nouveau vainqueur à l’issue de la 3e journée disputée ce week-end entre Saly et le Lac Rose. Le duo Jean Azar/Thierry Berraz au volant de la Proto s’est, en effet, classé premier au terme des quatre étapes que comprenait cette 3e journée. Ce fut une belle bataille sur les pistes sablonneuses ou rocailleuses, l’asphalte ; le tout dans une atmosphère poussiéreuse. Les quatre étapes au menu n’étaient pas faites pour des enfants de chœur puisque les pilotes ont sillonné Saly-Sibassor, Guinguénéo-Semel, Semel-Sinthiou Pire et Kayar-Lac Rose. Un seul abandon a été enregistré avec le duo Jean Dagher/Stephen Charles Egge. Tous les autres sont arrivés à bon port sur les rives du Lac Rose. Une dernière journée attend les concurrents les 18 et 19 juin et qui devrait déterminer le champion du Sénégal auto de la saison 2015/2016.  

C.F KEITA

Le classement :

1er : Jean Azar/Thierry Berraz (Proto), 2e : Patrick Albassit (Proto) ; 3e : Emile Chaouane/Jean Pierre Chaouane (4x4) ; 4e : Jean Noel Bittar/Michael Sassine (4x4) ; 5e : Awad Gaffari/Jonathan Gaffari (Proto) ; 6e : Jean Hugues Moneyron/Fréderic Lennon (Ssv) ; 7e : Paul Henri Desneuf/Anais Desneuf (Ssv) ; 8e : Xavier Luiz/Corinne Luiz (Proto) ; 9e : Youssef Nazzal/Ignace Séne (Ssv)
Abandon : Jean Dagher/Stephen Charles Egge (4x4)

Last modified on mardi, 24 mai 2016 14:04

« Aspire football dreams » a organisé, du 18 au 21 mai, à l’institut Diambars de Saly, son tournoi de détections de talents. Sur les 50 jeunes joueurs qui étaient en lice, 3 seulement seront retenus pour représenter le Sénégal aux phases finales mondiales. Ils étaient une bonne cinquantaine de jeunes joueurs issus de toutes les régions du Sénégal à rivaliser de talent sous le regard des scouts espagnols venus les superviser lors de ce camp de détection. Après trois jours de compétitions, trois d’entre eux seront retenus par ces techniciens pour représenter le Sénégal. Le nom des heureux lauréats n’a pas encore été dévoilé, mais Lamine Savané, directeur Afrique de Aspire football dreams, a jugé le bilan satisfaisant. Selon lui, tous les enfants qui ont participé à ce grand projet ont été représentés par ces 50 meilleurs du Sénégal. « Tout va dépendre de la suite. On a commence au Sénégal, on va aller au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda, puis en Côte d’Ivoire jusqu’à ce qu’on couvre les 17 pays du projet. C’est seulement à la fin qu’on pourra déterminer les 50 meilleurs du monde Aspire ». A en croire M. Savané, les jeunes ont montré un niveau assez élevé, mais, a-t-il soutenu, il peut arriver que le quatrième et le cinquième soient assez bons pour être inclus dans la phase finale mondiale. Après cette phase, a-t-il dit, les joueurs qui seront retenus auront quelques mois pour se préparer pour la phase finale mondiale où ils pourront montrer davantage leur talent. « C’est au sortir de cet acte qu’ils pourront gagner le ticket qui leur permettrait de rentrer dans l’académie pour une période de quatre à cinq ans », a-t-il noté.

S.O.F

Jadis locomotive du football régional, à la belle époque de l’Us Rail et du Cot, le département Thiès est aujourd’hui le dernier wagon du train. Il ne compte même pas un club dans le milieu professionnel, largué depuis longtemps par Mbour (3 clubs en L1, Stade, MPC et Diambars) et même par Tivaouane représenté en L2 par 2 équipes (Cayor Foot et Etics). Notre équipe de reporters a sillonné les départements de Thiès et de Tivaouane pour faire le point. Aujourd’hui, focus sur l’Etics de Mboro.

Etics, l’espoir d’un renouveau malgré tout…
(Mboro) L’Etics fait partie des équipes les plus anciennes en Ligue 2. Elle nourrit chaque année des ambitions pour la montée et est toujours citée parmi les favorites mais cale au dernier moment. Ce qui ne l’empêche de nourrir des ambitions. D’autant plus que les Industries chimiques du Sénégal (Ics) qui constituent sa principale mamelle reprennent des couleurs et aspirent à en faire une formation d’avenir. Avec une plus large implication des populations et des autorités locales.

L’Etics (Entente Taïba-Ics) fait partie, depuis 1984, du paysage footballistique sénégalais avec plusieurs grands noms qui ont eu à fait leurs armes là-bas comme joueurs, dirigeants ou techniciens. Ceux que l’on retient souvent, sont Joe Diop, premier entraîneur, Pape Bocar Mbaye, Moussa Soumah, Ibrahima Na Diallo ou encore Amara Traoré même si son passage n’a pas laissé une encre indélébile du côté de Mboro. Dans cette ville du département de Tivaouane (région de Thiès), la gestion au quotidien d’une équipe de foot relève d’un véritable parcours du combattant malgré les efforts fournis. Malgré la présence à ses côtés d’une grande entreprise de la trempe des Industries chimiques du Sénégal. A ses débuts sous la houlette de Joe Diop, Mbaye Mbengue, actuel coach adjoint et témoin de cette période faste, estime que « le club avait alors le meilleur effectif du Sénégal ». Ce qui ne lui avait cependant pas permis de remporter un trophée. Depuis, beaucoup de choses se sont passées avec les différentes péripéties qui ont amené le club à sa situation actuelle. Avec l’avènement du professionnalisme, il évolue toujours en Ligue 2 même si elle avait acquis, en 2010, son accession dans l’élite avant d’être rétrogradée administrativement au profit de l’Asc Dahra. Depuis, chaque année, l’Etics fait partie des prétendants sérieux à la montée dans l’élite à défaut de figurer parmi les favoris pour le titre. Mémoire vivante de la formation qu’il a intégrée depuis ses débuts d’abord comme secrétaire général adjoint, Moussa Fall, encore titulaire du poste, narre avec beaucoup de regrets, les différentes étapes qui ont conduit l’équipe à sa situation actuelle. Avec des présidents plus ou moins intéressés à la chose football mais dont l’action a eu des incidences sur la marche de l’équipe, du premier président Aziz Gueye à Momath Ba qui a cédé la place à Babacar Sow, actuel patron du club.

Le nouveau président a, selon lui, impulsé une telle dynamique que le club dispute chaque année le titre. « Lui qui, même si le financement de l’entreprise tarde, fait face au plus pressé en payant de sa poche les charges », soutient-il. Aussi, pour donner corps à son action à la tête de l’équipe, la formation a organisé dernièrement, la première édition de la ‘‘Grande Nuit de l’Etics’’. Une trouvaille de la direction pour « fêter l’Etics, les dirigeants, décorer les méritants et valoriser le travail fait par les uns et les autres », estime le Sg. Pour lui, l’option des nouveaux dirigeants est aussi de doter l’équipe d’un patrimoine à travers la construction d’un siège.
 
Un club qui se cherche encore une base affective
L’Etics, c’est l’équipe de Mboro ; mais elle est surtout et avant tout, une équipe d’entreprise : celle de des Industries chimiques du Sénégal (Ics). Ce qui fait qu’elle a subi les contrecoups de la crise qu’a subie cette entreprise, jadis fleuron du tissu industriel du Sénégal. L’équipe a aussi longuement pâti d’une certaine désertion de la population qui devait être sa première force.

Ce qui n’est pas toujours le cas, comme le reconnaissent en chœur, ses principaux responsables. L’objectif est désormais d’intéresser davantage les populations à ce qui se fait dans la formation. Et cela passe par une implication de la jeunesse du terroir. Et le premier à réagir a été l’entraîneur qui a favorisé la venue des joueurs locaux. Depuis sa prise de fonction en 2010, Souleymane Dieng soutient faire des différentes structures de formations de la ville, ses principaux réservoirs. « Avant, nous avions un ou deux joueurs issus de la localité. Mais maintenant, l’option que nous avons prise est d’insister sur les écoles de formation avec des jeunes qui intègrent de plus en plus l’équipe », a estimé l’ancien coach de Diakhao de Thiès, champion des phases nationales des Navétanes 2010. Selon lui, c’est peut-être une des raisons qui font que son équipe ne parvient pas à monter en Ligue 1. « Sur une trentaine de joueurs, la moitié est d’ici. On essaie de prendre les gosses, on en recrute beaucoup avec des déchets qu’il convient de rectifier au fil du temps.

Ce qui nous permet d’intéresser davantage la population à l’équipe ». Cette politique est encouragée par l’actuel président du club, Babacar Sow, comme l’a soutenu le secrétaire général du club. « On allait toujours prendre des joueurs ailleurs. Mais la politique impulsée par l’entraîneur et le président qui est aussi le responsable chargé de l’Environnement aux Ics, c’est détecter des talents de Mboro pour qu’ils intègrent l’équipe ».

Une option qui fait qu’actuellement, sur un groupe de performance de 37 joueurs, « 13 sont de la ville de Mboro dont 5 titulaires ». N’empêche que le public se fait désirer lors des différentes rencontres de l’équipe à domicile.

D’où l’appel du capitaine Philippe Diassy qui fait écho de ceux de son coach et de son secrétaire général qui voudraient voir la population coller à l’équipe qui défend ses couleurs.

Le terrain de Mboro, principal handicap...
  terrain mboroSi l’Etics est toujours cité parmi les potentiels meneurs de la saison, c’est en raison d’une certaine stabilité notée dans la gestion et dans l’encadrement technique qui est en place depuis quatre ans, si l’on se fie aux déclarations de son entraîneur. Souleymane Dieng qui est de retour à la tête de après une année à la tête de la Css est le principal artisan de la situation actuelle du club. Avec les moyens du bord, il parvient toujours à maintenir l’équipe à un certain niveau malgré le « terrain, qui est le principal handicap du club. Il n’y a pas d’amélioration depuis les débuts de la formation en 1984 », soutient-il. Du coup, c’est sur un terrain avec beaucoup de trous que les dirigeants ont remblayé avec du sable, que les joueurs évoluent. Une situation que déplore le capitaine d’équipe, Philippe Diassy qui soutient que le terrain ne favorise pas le jeu. « Nos meilleures performances sont enregistrées à l’extérieur où les terrains sont de meilleure qualité », estime-t-il. « C’est sur notre propre terrain que nous perdons le championnat », assène-t-il d’ailleurs. Aussi, les blessés se comptent à la pelle au sortir de leurs différentes rencontres si les meilleurs éléments ne choisissent pas tout bonnement de quitter le navire pour des cieux plus cléments. Pourtant, se targuent joueurs, encadreurs et dirigeants, l’Etics est l’une des rares équipes à faire un regroupement à la veille des matches. Après une nouvelle année ratée, le staff technique espère rebondir la saison prochaine. Mais concède Souleymane Dieng, le rythme imprimé par Teungueth Fc et Génération Foot cette année était intenable pour les autres équipes.

Il ajoute pourtant que l’environnement autour du club est « adéquat avec des dirigeants réceptifs qui appuient et un président qui n’a raté que deux matches en quatre ans de présidence ». Mais les résultats se font toujours désirer.

 

Reconversion des joueurs en employés : Un concept qui a fait tâche d’huile
Cheikh Ndoye EtticsLes Ics avaient, un moment, pris l’option de faire de leurs anciens joueurs des employés pour, en quelque sorte, récompenser leur fidélité à la formation. À la fin de leur carrière sportive, il n’était pas rare de voir des joueurs intégrer l’entreprise à diverses stations. Un modèle qui a inspiré la Sonacos, avec les joueurs qui avaient ensuite été intégrés dans l’entreprise une fois leur carrière sur le terrain terminée. « On leur faisait faire le test qui n’était en réalité qu’une formalité avant de les prendre », renseigne Moussa Fall. Pour lui, cette politique avait renforcé le sentiment d’appartenance à l’équipe. Aujourd’hui encore, il renseigne que d’anciens joueurs puis employés de la société ont encore leurs maisons dans la ville même s’ils sont issus d’autres localités du pays. Cette politique sociale a, en effet, permis de ‘‘recycler’’ beaucoup de joueurs qui se sont ensuite retrouvés dans l’entreprise.

Des anciens qui se font désirer
La force de l’équipe devrait être, en plus du public local, ses anciens pensionnaires avec la politique sociale mise en place à ses débuts qui en faisait presque des membres à vie du club.

ais le constat fait aussi bien dans le management de l’équipe qu’au sortir des témoignages de ceux qui s’activent encore autour de l’administration montre que ses anciens se font désirer.

Ce que regrette Cheikh Ndoye, ancien gardien de but de l’équipe, qui estime que « certains ont longtemps considéré que Mboro n’est pas une ville de football ». Une conviction qu’il botte en touche, soutenant qu’en ce qui le concerne, le football en général et l’Etics en particulier constituent sa vie. Ce qui explique ses divers allers et retours au gré des staffs techniques qui se sont succédé à la tête de l’équipe. « Je suis au service de l’équipe quelle que soit la situation. Que les choses aillent normalement ou pas, je serai toujours là », assure celui qui fait désormais office d’adjoint de Souleymane Dieng. Il appelle les anciens à qui « les Ics ont tout donné à venir rendre la monnaie en s’impliquant dans la gestion ». Ce qui serait être une motivation supplémentaire pour les actuels joueurs. Avec lui, Mbaye Mbengue est l’autre ancien toujours au service du club. Actuellement en charge d’une école de football en plus de son poste d’entraîneur adjoint de l’équipe, il révèle qu’il a existé une association qui regroupait les anciens, qui avait mené quelques actions de solidarité en faveur de quelques membres mais qui n’est plus fonctionnelle.

Mais, regrette-t-il, elle devrait permettre de constituer un groupe pour conseiller les dirigeants et les techniciens en charge de l’équipe. Pour le secrétaire général du club, la ‘‘Grande Nuit de l’Etics’’ avait pour, entre autres buts, d’honorer quelques anciens qui ont fait les beaux jours de la formation. Une façon pour les dirigeants de susciter à nouveau l’engouement autour du club qui a plus que jamais besoin de ces gens.

De nos envoyés spéciaux Ousseynou POUYE (Textes)
et Abdoulaye MBODJ (Photos)

A lire aussi : Thiès et Tivaouane : Deux départements en quête de performances (1/3)

A lire aussi : Thiès et Tivaouane : Deux départements en quête de performances (3/3)

Les Lionceaux U20 du Sénégal ont réussi une belle opération samedi au stade municipal Oued Ellil situé dans la banlieue tunisoise, dans le cadre du deuxième tour aller des éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations juniors « Zambie 2017 ».

En effet, un doublé d’Ibrahima Niane a suffi au bonheur de l’équipe de Joseph Koto pour décrocher une victoire précieuse en direction du match retour (11 juin) à Dakar.

Face à leurs homologues tunisiens, la bande à Joseph Koto et Malick Daff s’est imposée sur le score de deux buts à un dans un match à rebondissements.

Car après l’ouverture du score par Ibrahima Niane dès la première minute de jeu sur pénalty, les Tunisiens ont égalisé juste après la reprise (48e) par leur avant-centre Raed Fadae.

La Tunisie aurait même pu doubler la mise à la 54e minute sur un pénalty mais que Wajdi Sahli n’a pu transformer.

Au contraire, c’est le Sénégal qui, par le même Ibrahima Niane, a corsé l’addition à la 78e minute. L’entraîneur national adjoint, Malick Daff, l’avait dit, après le bon comportement des Lionceaux lors de la Can à Dakar (finaliste) et ensuite du mondial néo-zélandais (4e) l’année dernière, cette équipe ne pouvait que tendre vers la progression. Il reste maintenant à confirmer au retour à Dakar et viser le dernier tour qualificatif.

Résultats

Burundi - Nigeria : 0 – 1 , Mozambique – Lesotho : 1-1, Namibie - Afrique du Sud : 0-0,  : 1-2,  : 1-2, Burkina Faso – Congo : 1-1, Angola – Gabon : 3-0,  : 1-0,  : 0-3 ; Ethiopie – Ghana 2 - 1 ; Zimbabwe – Cameroun 0 - 0 ; Rwanda- Egypte 0 – 1 ; Libye – Bénin (forfait) Soudan – Malawi (forfait) - Matchs retour les 10-12 juin

Deux équipes de Ligue 1 et deux autres de L2 en demi-finales de la Coupe de la ligue. Le carré d’as de la Coupe de la ligue professionnelle constitué hier à l’issue des quart de finales fait ressortir une parfaite parité. La surprise est cependant venue de Louga où le Ndiambour (L1), a été éliminé par Dakar Sacré-Cœur (L2) à la série des tirs au but. Yeggo, autre équipe de L2, a remis ça face au même adversaire, Stade de Mbour, qu’il avait éliminé en milieu de semaine en Coupe du Sénégal. Le duel entre Banlieusards a finalement tourné à l’avantage de l’Olympique de Ngor aux dépens du Gfc. Enfin, le Diaraf n’y arrive toujours pas.

Hier, les Vert et blanc ont été battus par Diambars, qui jouait à dix après l’expulsion d’Ousseynou Thioune à la 52e minute.

Les résultats enregistrés
Yeggo-Stade de Mbour : 2-1, Olympique Ngor-Guédiawaye Fc : 4-2, Diaraf-Diambars : 1-2, Ndiambour-Dakar Sacré-Cœur : 0-0 ap (4-6 Tab)
 
Yeggo – Stade de Mbour 2-1 : Les Sicapois refont le coup aux Mbourois
En quart de finale de la Coupe de la Ligue disputé samedi à Demba Diop, l’Asc Yeggo a battu le Stade de Mbour par 2 à 1. Mi-temps : 1-0 ; Buts : Abdoulaye Mbodj (8ème et 47ème mn) pour Yeggo ; Alfousseyni Gassama (89ème mn) pour le Stade de Mbour. Avertissements : Karamoko Bâ et Cheikh T. Diallo pour Yeggo ; Ibrahima Baldé, Baye Abdoulaye Kama, Yaya Goudiaby et Mamadou Gando Ba pour le Stade de Mbour. Arbitres : Cheikh Sidya Diagne assisté par Rawane Diop et Mathioye Diop, tous de la Cra de Saint-Louis.

Les équipes : Yeggo : Cheikh O. Fall, Khalifa Ababacar Sy Mbengue, Mahmoud Bangoura, Karamoko Bâ, Moussa Samaké, Cheikh Tidiane Diallo, Cheikh A. Diallo puis Ousmane Diop (87ème mn), Chérif Bayo, Omar Ng. Dione puis El H. Malick Hane (66ème mn) puis Pape Alioune Ndiaye (81ème mn), Abdoulaye Mbodj, Arona Sène. Entraîneur : Ousmane Sène.

Stade de Mbour : Adiouma Coulibaly, Ibrahima Baldé, El H. Abib Diop, Baye Abdoulaye Kama puis Alfousseyni Gassama (67ème mn), Mamadou Sow, Amdy Beye, Daouda Diop, Yaya Goudiaby, Séga Diop, Ansoumana Kuyabi, Mamadou Gando Bâ puis Ousmane L. Ndiour (55ème mn). Entraîneur : Badara Ndiaye.

Yeggo et Stade de Mbour se retrouvaient samedi, en quarts de finale de la Coupe de la Ligue, trois jours après s’être croisés à ce même stade de la Coupe du Sénégal. Et comme lors du premier face-à-face, les Sicapois se sont encore imposés. Forts de leur ascendant psychologique sur leurs adversaires, ils ont vite fait d’emballer le match, ouvrant le score dès la 8ème mn sur un penalty transformé par Abdoulaye Mbodj. Yeggo réussit même à doubler la mise dès les premiers instants de la deuxième mi-temps par le même Abdoulaye Mbodj qui, d’une Madjer, réussit le doublé (2-0, 47ème mn). Cueillis à froid pour une deuxième fois dans le match, les Mbourois tentent de réagir, mais pêchent par excès de précipitation, si ce n’est le gardien de Yeggo, Cheikh Fall qui s’interpose. A la 89ème mn, il s’incline tout de même devant Alfousseyni Gassama qui a réduit le score pour son équipe, entretenant du coup l’espoir d’une égalisation. Mais malgré les cinq minutes de temps additionnel, les Mbourois n’ont pas pu prendre leur revanche.      

            O. POUYE

Diaraf-Diambars 1 - 2 : Hold-up parfait des Académiciens !

diambars hold hup1En quarts de finale de la Coupe de la Ligue, disputé hier au stade Demba Diop, Diambars a battu le Diaraf par 2 buts à 1. Mi-temps : 1-1 Buts : Babacar Seck (Diaraf), El Sady Guèye et Nestor Mendy (Diambars) Arbitre : El Hadj Abdou Aziz Seck, assisté de Seydina Omar Ndao et Daouda Kamara (tous Cra de Kaffrine) Carton jaune : Matar Kanté et Idrissa Niang (Diaraf), Nestor Mendy (Diambars) Carton rouge : Ousseynou Thioune à la 52’

Les équipes : Diaraf : Cheikh A.B Thioub, Matar Kanté (capitaine), Pape Khaly Guèye, Babacar Seck, Sang Pierre Mendy, Idrissa Niang, Thierno A. Diallo, Fidel Gomis, Pape Alioune Diop, Daouda Guèye Diémé (Pape Youssou Paye 80’), Lamine Fanné (Baba K.K Kébé 88’). Entraîneur : Alassane Dia

Diambars : Ousmané Mané, El Hadj Sady Guèye (capitaine), Seydina A. B Keita, Ousseynou Thioune, Adama Mbengue, El Hadj Mour Samb (Abdoulaye Fall 91’), Birahim Gaye (Arfang B. Daffé 66’), Nestor Mendy, Pape Omar Guèye, Dame Guèye (Ismaîla Pathé Ciss 93’), Alphonse Bâ. Entraîneur : Boubacar Gadiaga

  Le choc des quarts de finale de la Coupe de la Ligue entre Diambars et Diaraf hier, au stade Demba Diop, a tourné en faveur du club de Saly.  Menés au score dès la 9ème mnn, les poulains de Boubacar Gadiaga l’ont finalement emporté sur le fil, 2-1. Un résultat aux allures de hold-up parfait, au vu de la tournure du match qui semblait largement à la portée de l’équipe de la Médina. Et pour cause, en plus d’avoir été menés au score sur un puissant extérieur du pied de Boubacar Seck, avant d’égaliser à la 34ème mn grâce à leur capitaine El Hadj Sady Guèye, les Académiciens ont vu leur fougueux latéral Ousseynou Thioune être expulsé à la 52 mn pour cumul de cartons jaunes. Sauf que cette infériorité numérique n’a pas été bénéfique aux joueurs de la Médina qui ont encore fait preuve de beaucoup de maladresses et d’inefficacité devant les buts adverses. La sanction a donc été sans appel avec cette contre-attaque éclair intervenue à la 87ème et qui voyait Nestor Mendy inscrire le deuxième but de Diambars d’une frappe limpide des 20 mètres. Mais, qu’ils ont bavé, les visiteurs, avant de s’imposer in extremis devant une équipe du Diaraf combattive mais inefficace ! Cette élimination en Coupe de la Ligue n’arrange pas les affaires de l’entraîneur Alassane Dia déjà sur la selette pour ses résultats en demi-teinte en Ligue 1.

Diégane SARR

Ol. Ngor – Guédiawaye FC 4-2 : La victoire à ceux qui la voulaient le plus
En quart de finale de la Coupe de la Ligue disputé samedi à Demba Diop, l’Olympique de Ngor a battu le Guédiawaye Fc par 4 à 2. Mi-temps : 1-1 ; Buts : Djibril Gueye (6ème mn), Babacar Mbengue (52ème et 81ème mn) et Ousmane Sarr (72ème mn) pour Ngor ; Nwachukwu U. Chukwu pour Gfc. Avertissements : Baba Diop, Ismaïla Niang et Pape Latouffe pour Ngor ; Pape Waly Ndiaye pour le Gfc. Arbitres : Awdy Dia assisté par Salif Coly et Oumar Sarr, tous de la Cra de Thiès.

Les équipes : Olympique de Ngor : Ibrahima Sow, Baba Diop (Cap), Franck Gueye, Papa Malick Kandji, El Hadj Madické Kane, Djibril Gueye, Ismaïla Niang, Ousmane Sarr, Fabacary Badji puis Mamadou Lamine Mané (61ème mn), Adama Kandé puis Papa Édouard J. Latouffe (57ème mn), Sidibouyeu Thiandoum puis Babacar Mbengue (52ème mn). Entraîneur : Cheikh Sidaty Sarr.

Guédiawaye Fc : Mame Abdou Ndoye, Adamou Traoré (Cap), Amdy Moustapha Diop, Pape Waly Ndiaye, Nwachukwu Ugochukou, Mame Cheikh Samb, Falilou Mbaye, Raoul Mendy puis Pape Demba Diop (70ème mn), Honoré Gomis, Sidy Ndiaye puis Babacar M. Dieng (65ème mn), Xavier A. P. Mendy. Entraîneur : Youssouf Dabo.

  Entre le Gfc qui compte se mêler à la course au titre et l’Olympique de Ngor, dernier au classement qui se bat pour éviter la relégation, la faveur des pronostics allait bien sûr à ses poulains. Mais hélas, la réalité du terrain fut tout autre. Les plus mal classés en L1 voulaient plus la victoire et l’ont décrochée, même si GFC est revenu 2 fois au score. Mais, lorsque Ousmane Sarr a signé le 3ème but de Ngor d’une superbe frappe depuis l’extérieur de la surface de réparation, Guédiawaye a définitivement perdu pied. Et le 4ème but et deuxièe de l’après-midi de Babacar Mbengue n’était que pour raviver les redrets des joueurs de Guédiawaye. Quant à Ngor, il espère que cette victoire sera le déclic qui aboutira au maintien en L1.

Ousseynou POUYE

Affronter l’équipe du Bopp, adversaire très redoutable, n’était pas du tout un cadeau pour l’Asc Ville de Dakar, hier, en quart de finale de la coupe du Sénégal. Sans briller, les protégées de Moustapha Gaye sont parvenues à s’imposer (55-39) et à décrocher leur billet pour les demi-finales. En manque de rythme et surtout d’adresse en début de partie, les jeunes joueuses de l’équipe de Bopp n’ont pas réussi à mettre de la vitesse dans leur jeu. Menées de 4 points d’écart après dix minutes (10-6), elles ont voulu renverser la tendance en deuxième quart-temps, imposant une défense de zone. Seulement, plus expérimentées, les coéquipières de Ndéye Sène ont suffisamment accéléré le rythme pour garder le score en leurs distances à la mi-temps (24-18).

De retour des vestiaires, l’Asc Ville de Dakar s’emploie à creuser l’écart, en misant sur les tirs primés. Très adroites hier, Fatou Dieng et l’internationale malienne Aminata Cissokho se chargent de faire proprement le job devant une équipe du Bopp impuissante face à ce festival de tirs à trois points. Menée à la fin de la troisième manche (28 – 42), cette dernière ne parviendra pas à revenir au score au quatrième quart temps. Car une fois l’écart consolidé, les protégées de Moustapha Gaye se sont attelées à conserver leur avantage jusqu’au bout (55-39). En fait, Bopp est revenu plusieurs fois sous la barre des 10 points mais n’a jamais réussi à inquiéter son adversaire, la faute notamment à son manque d’expérience. En imprimant un rythme soutenu à la rencontre, Ville de Dakar est parvenue à faire la différence et se qualifier pour les demi-finales de la coupe du Sénégal. Saint-Louis basket club s’est qualifiée également devant la JA, samedi au stadium Marius (57-42), de même que l’Ugb devant le Diaraf (53-37) au stade Joseph Gaye de Saint-Louis.

Absa NDONG

Résultats
Quarts de finale (F) : JA – SBLC : 42 – 57 ; UGB – Diaraf 53 – 37
Huitièmes de finale (G) : Sibac – Uso : 51 – 59 ; Louga Bc – Asfa 71 – 50
3ème Tour Play-Down (F): Uso – Zig Bc: 57 – 39; Kaolack Bc – Mbour Bc 71 – 45

Le Sénégal sera, cette semaine, le point de ralliement des golfeurs de la sous-région et au-delà à l’occasion de la 12ème édition de l’Open international qui se déroule du lundi 23 au dimanche 29 mai entre Dakar et Saly Portudal.

Les organisateurs qui étaient en conférence de presse hier pour lancer l’événement annoncent la participation de quelque 200 joueurs dont 58 professionnels, issus de 17 pays africains. Dans ce lot, figurent 27 étrangers et 21 Sénégalais qui vont tenter de le porter haut. Pour le président de la Fédération, « l’Open du Sénégal se positionne d’année en année comme l’actualité golfique phare dans la sous-région », du fait de la participation d’un nombre sans cesse croissant de professionnels. Ainsi, pour lui, le nombre de 37 étrangers de cette année contre les 25 qui ont pris part à la compétition l’an dernier montre l’intérêt des joueurs étrangers et l’ampleur que prend l’événement.

Cette année, l’événement qui occupe une place centrale dans le calendrier national « s’inscrit sous le sceau de la consolidation, avec plus de professionnels, plus de budget », entre autres, selon la présidente du comité d’organisation, Youhanidou Wane Ba. La compétition s’étalera sur une semaine. Les professionnels se rendent aujourd’hui à Saly où, pendant deux jours, se fera le premier tri.  Il s’agira de désigner, entre mardi et mercredi, les 18 joueurs qui formeront le tableau final. Car, ce sont ces joueurs issus de l’écrémage qui se disputeront le titre jeudi et vendredi au Golf Club Méridien. Cette année, les organisateurs annoncent une mise de 7 millions de FCfa promis au vainqueur qui succédera à l’ivoirien Laurent Nguessan.

Ousseynou POUYE

L’Ethiopienne Tirunesh Dibaba, triple championne olympique (5000 m-10.000 m en 2008, 10.000 m en 2012), s’est imposée hier au Great Manchester Run (10 km sur route) pour son retour après une pause maternité de deux ans. Agée de 30 ans, Tirunesh Dibaba a repris le fil de sa carrière avec une victoire en 31 min 16 sec, là où elle l’avait déjà emporté en 2013 et 2014.

 Quatre meilleures performances mondiales (Mpm), toutes en demi-fond et en fond, le +plat fort+ d’un programme perturbé par le vent, ont inauguré hier à Rabat la première de la Ligue de diamant en Afrique. Mais une Mpm ne pouvait satisfaire l’Ethiopienne Almaz Ayana, venue dans la capitale marocaine pour battre le record du monde du 5000 m (14:11.15) de sa compatriote Tirunesh Dibaba, vieux de huit ans. Championne du monde 2015 à Pékin sur la distance, Ayana, abandonnée trop tôt par le lièvre de service, a néanmoins réalisé la 5e performance de tous les temps en 14 min 16 sec 31/100.

  Au 3000 m steeple, le Kenya a réalisé cette fois un quadruplé, avec en tête son jeune leader Conseslus Kipruto, qui a retouché en 8 min 02 sec 77/100 son ancienne marque de deux secondes et demie. La Sud-Africaine Caster Semenya a fait valoir sa différence tout à la fin pour signer un remarquable chrono (1:56.84) sur 800 m.

La championne du monde intersexuée de Berlin-2009 avait déjà établi la précédente MPM (1:58.26), le 6 mai à Doha. Semenya a inspiré son compatriote Rushwai Samaai, qui a atterri à 8,38 m (record personnel) au 4e essai du saut en longueur, suffisant pour laisser derrière lui le champion du monde en salle, l’Australien Fabrice Lapierre (8,36 m avec un fort vent favorable).
Le champion du monde du disque Piotr Malachowski s’est, lui, accommodé du vent pour lancer à 67,45 m, la Pologne réalisant le doublé avec Robert Urbanek (65,04 m).

Le vent de face (-1,3 m/s) a rehaussé la performance de la Jamaïcaine Elaine Thompson, victorieuse du 100 m en 11 sec 02/100. Athlète le plus capé du meeting, du haut de ses sept titres mondiaux, entre individuels et relais 4X400 m, l’Américain LaShawn Merritt n’a pas tremblé sur le tour de piste, large vainqueur en 44 sec 66/100.

Et l’honneur du Maroc, grande terre du demi-fond, a été sauf avec Abdelaati Iguider. Le spécialiste du 1500 m -médaillé de bronze olympique et mondial -avait choisi le 3000 m pour effectuer une rentrée victorieuse. Sa Mpm (7:38.85) ne dépare pas dans le tableau même si la distance n’est pas olympique.

(AFP)

Le Sénégal a battu samedi la Tunisie 2-1 en match comptant pour la manche aller du deuxième tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations des moins de 20 ans.

Le match a eu lieu au stade municipal d’Oued-Ellil (2500 places) situé dans la banlieue ouest de Tunis.

Les deux buts sénégalais ont été marqués par Ibrahima Niane de Génération Foot, une équipe qui évolue en ligue 2.

Le match retour est prévu dans deux semaines à Dakar. La Tunisie a éliminé le Niger au premier tour (3-0 et 1-1).

Source : APS

Les équipes de l’Olympique de Ngor (ligue 1) et de Yeggo (ligue 2) se sont qualifiées ce samedi en demi-finales de la Coupe de la ligue après leur victoire respectivement aux dépens de Guédiawaye FC (4-2) et du Stade de Mbour (2-1).

Mal en point en Ligue 1 où elle occupe la dernière place (22 points), Ngor a surpris ce samedi en gagnant largement devant GFC 5ème de Ligue 1 avec 32 points.

Yeggo, bien que jouant en Ligue 2, c’est la deuxième fois dans la semaine qu’elle gagne contre le Stade de Mbour, un club de l’élite. Après l’avoir éliminé en huitième de finale de la Coupe du Sénégal (1-0), mercredi dernier, l’équipe de la Sicap a récidivé ce samedi en Coupe de la ligue en gagnant 2-1.

Elle a mené 2-0 avant de se faire peur dans les derniers instants de la partie quand les « Stadistes » ont réduit le score 1-2.

Ce dimanche, les deux derniers quarts de finale opposeront respectivement Jaraaf (Ligue 1) à Diambars (Ligue 1) au stade Demba Diop et le Ndiambour de Louga à Dakar Sacré Cœur (Ligue 2).

Source : APS

L’équipe nationale de football junior (U20) conduite par Joseph Koto et son adjoint Malick Daff est à Tunis depuis mercredi dernier dans le cadre du 2e et avant-dernier tour des éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations de la catégorie « Zambie 2017 ». Un groupe de 18 joueurs qui a fini son stage fermé au Centre de développement technique Jules François Bocandé de Toubab Dialaw et qui s’apprête à disputer un match important contre la Tunisie, aujourd’hui à partir de 15h, au stade Oued Elil. Les Lionceaux du Sénégal qui avaient été exemptés du premier tour, en raison de leur excellent parcours lors de la Can U20 à Dakar (finalistes) et du Mondial de la même catégorie en Nouvelle Zélande (demi-finalistes), l’année dernière, se frotteront à des Aiglons tunisiens qui s’étaient défaits du Niger (3-0 à l’aller et 1-1 au retour). Et comme l’avait souligné l’entraîneur national adjoint, Malick Daff, le Sénégal ne doit pas faire moins que ce qu’il avait réalisé au cours des deux compétitions citées plus haut. Les Aiglons tunisiens qui ont battu le rappel de leurs troupes avec 8 expatriés en leur sein, avaient livré un match de préparation contre la Côte d’Ivoire (1-1). Ce que n’avait pu faire le groupe de Joseph Koto. Les Lionceaux ont quand même pu faire une bonne préparation lors de leurs deux semaines de stage, de l’avis de Malick Daff, et sont prêts à affronter la Tunisie. A signaler que le match de Tunis sera dirigé par un trio algérien.

Le programme
Hier : Mauritanie - Mali
Aujourd’hui : Tunisie - Sénégal ; Gambie - Maroc ; Côte d’Ivoire - Guinée ; Burkina Faso – Congo ; Burundi - Nigeria ; Rwanda- Egypte ; Angola - Gabon ; Mozambique – Lesotho ; Namibie - Afrique du Sud  Demain : Ethiopie – Ghana ; Zimbabwe - Cameroun ; Libye – Bénin
Matches retour les 10-12 juin

C. F. KEITA

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.