sources vecto FR 5 page 001

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (3332)

Sport

Vainqueur de Diène Kairé, samedi dernier au stade Iba Mar Diop, Boy Sèye est en passe de devenir la bête noire des jeunes espoirs, voire un briseur de rêves, selon certains. Une chose est sûre : le chef de file de l’écurie Keur Massar Mbollo sur qui presque personne ne voulait miser un sou, il y a quatre ans, renaît de ses cendres. Désormais, on ne le regardera plus du même œil.

Alors que ses camarades de promo, Balla Diouf, Bathie Séras, Zoss sont en chute libre, Boy Sèye continue de surprendre son monde en multipliant les prouesses. Dernier exploit en date, sa victoire le weekend dernier aux dépens de Diène Kairé, non moins fils de l’ancien chef de file des « bérets verts », Boy Kairé. A l’image de ses précédents combats contre Tidiane Faye et Sitteu, le leader de l’écurie Keur Massar Mbollo a mis à contribution sa riche expérience pour battre le jeune sociétaire de l’écurie Soumbédioune. « J’avais bien dit avant ce combat que si Diène Kairé pense que je suis un vieux, il se trompe. J’ai l’impression que c’est ce qu’il croyait. J’ai utilisé son poids pour faire une prise », explique celui qui est en passe de devenir la bête noire des jeunes espoirs, voire un briseur de rêves selon certains.
  Ce succès acquis de haute lutte vient mettre fin à la fulgurante ascension du coéquipier de Bismi Ndoye qui, depuis 2011, date de la passation de service avec son père, était sur une dynamique de trois victoires d’affilée. Ce qui veut encore tout dire sur la portée de ce succès. Du coup, Boy Sèye a confirmé qu’il s’est complètement métamorphosé, dans le bon sens du terme. A ce titre, il marche inexorablement sur les traces de ses aînés Balla Bèye 2, Boy Kairé et Abdou Diouf. Après avoir connu des difficultés au point d’être enterrés vivant, ces lutteurs avaient, à la surprise générale, réussi à revenir au-devant de l’arène.
  A l’image de ces derniers, Boy Sèye est revenu de loin, à force de travail acharné, d’ambition et de détermination. Il y a quelques années seulement, peu de gens auraient misé un sou sur le porte-étendard de Keur Massar Mbollo. Et pour cause, son cinglant revers contre Sa Thiès était, pour beaucoup, synonyme de retraite forcée. Sauf que ce technicien pur jus était loin d’avoir dit son dernier mot. Tel le roseau, il « plie mais ne rompt pas ». Avec cette renaissance « miraculeuse » et cette confiance retrouvée, cet homme qui n’abdique jamais, scrute de nouveau son horizon dans l’arène, avec beaucoup d’euphorie. « J’estime qu’il est temps qu’on me donne ma chance au sommet de l’arène. Je ne peux pas toujours continuer à affronter des espoirs. J’en ai battu tellement que je dois maintenant tourner leur page », fait-il monter les enchères. Boy Sèye nourrit-il un rêve secret de prendre sa revanche sur Balla Gaye 2, Tapha Tine et autres Papa Sow qui l’avaient battu, il y a quelques années ? Sans doute que oui. Pour lui, le moment est venu d’affronter de nouveau ces lutteurs qu’il dit d’ailleurs bien connaître. « J’ai fait mes preuves pour les mériter ! ». En attendant, le lutteur de Keur Massar ne sera plus regardé du même œil. Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

Erratum : Une malencontreuse erreur de manipulation nous a fait publier hier en page 31 un mauvais texte sur Mbour Petite Côte. Nous passons aujourd’hui la bonne version, tout en nous excusant auprès de nos lecteurs et des joueurs et dirigeants de MPC

Diégane SARR


C’est la dernière ligne droite. A trois jours de leur entrée en lice en Ligue des Champions, les Douaniers sont en pleine concentration. Ils se font le défi de mieux faire que leurs prédécesseurs dans cette compétition.

Entrés en regroupement fermés depuis trois jours pour préparer le tour préliminaire aller de la Ligue africaine des champions contre les Guinéens du Horoya, Karim Séga Diouf l’entraineur de l’As Douanes et son staff technique ne négligent aucun aspect. Outre les traditionnels volets technique et tactique, « un accent particulier est porté sur l’aspect psychologique » d’après Karim Séga Diouf. Se fixant le défi d’atteindre la phase de poules afin de mettre un terme à une longue série d’échecs des clubs sénégalais en compétitions africaines, les Douaniers n’entendent pas rater leur entrée.
« Depuis que je suis arrivé à l’As Douanes, notre devise c’est la victoire, la gagne », avertit le coach des Gabelous qui « ne sous-estime pas » les autres clubs sénégalais qui n’ont pu réussir à franchir le premier tour dans le passé, « parce qu’il y a sûrement des raisons qui expliquent leur échec ». Dans tous les cas, il promet que son équipe va « aborder ces deux premiers matches (aller et retour) avec la ferme ambition de franchir le premier tour, et de se faire une confiance pour la suite de la compétition. Nous voulons représenter dignement le football sénégalais ».   Après deux jours de regroupement fermé à Dakar, dans leur quartier de la Base militaire du 23e Bima de Bel Air, ils vont poursuivre leur préparation à Mbour à partir d’aujourd’hui.
Des rencontres de préparation contre les clubs locaux dont Mbour PC sont prévues. En fait de matchs amicaux, le coach des Douaniers révèle qu’il en a déjà livré trois, un autre est programmé avant samedi, jour du match. Sur la trêve du championnat, tant décriée par nombre de ses collègues, Karim Séga ne trouve rien à redire, même si cette pause surprenante est intervenue au moment où son club a connu un déclic après une longue période de doute. Vainqueur de Diambars en déplacement (1-0) à Saly, lors de la 11e journée, l’As Douanes a, en effet, retrouvé le moral après deux échecs consécutifs lors des précédentes journées.
« On s’adapte à la situation », regrette le coach des champions en titre qui a donc concocté « un programme spécial » de préparation afin de permettre à son équipe de rester sur sa dynamique. Actuels 6e à deux longueurs du leader, les Douaniers se sont donc relancés au bon moment. Au programme de leur séjour à Saly, le staff technique a prévu ce matin « une récupération en mettant notamment l’accent sur le travail psychologique et mental des joueurs. Parce que dans ce genre de compétition, c’est un aspect très important qu’il ne faut pas négliger », souligne Karim Séga Diouf. Surtout pour la phase aller à domicile qu’il n’entend pas rater.
« Nous recevons à l’aller, nous allons tout faire pour remporter le match et bien entrer dans la compétition », promet le coach des gabelous.
A défaut de résumer les deux manches en une, il veut se rassurer avant le périlleux déplacement à Conakry. Et pour ce premier acte, certes pas décisif, Karim Séga peut compter sur son groupe presque au complet. En effet, en dehors d’Adama Tamba qui se plaint de quelques bobos, il ne déplore pas d’autres cas à l’infirmerie. De son adversaire de samedi, l’entraineur de l’As Douanes regrette n’avoir « aucune nouvelle ». La supervision de l’adversaire qu’il avait pourtant programmée ne s’est pas faite. Autant dire qu’il va à la découverte des Guinéens samedi.        

Ansoumana SAMBOU


L’Académie Génération Foot quitte Dakar vendredi pour Abuja où elle dispute dimanche, son match du premier tour de la Coupe de la Confédération africaine de football. C’est dans cette optique que les dirigeants du club ont organisé une visite de leurs installations et parlé de la préparation. Le mot d’ordre est de voyager sereinement en terre nigériane pour faire un bon résultat afin de finir le boulot à Dakar.

Dimanche prochain, Génération Foot va livrer à Abuja, au Nigeria, sa première rencontre internationale, lors du premier tour de la Coupe de la Confédération africaine de football (Caf). Une participation que le club de Déni Biram Ndao doit à sa victoire en Coupe du Sénégal. Ce sera donc une découverte pour le club qui a fini de prendre ses marques sur la scène nationale, notamment en championnat de L2 où il joue les premiers rôles derrière Tengueth FC. Ce qui ne l’empêche toutefois pas de viser une bonne participation. « Cette première participation sera une grande découverte pour l’académie et nous y allons pour saisir notre chance. La compétition ne sera pas facile mais cela ne nous empêchera pas d’être ambitieux », a martelé Mady Touré. Le président de Génération Foot ajoute même que « nous voulons au moins gagner un match et passer la première phase et accéder au tour suivant ». Ce qui ne serait qu’une consécration pour le groupe qui réalise de belles performances depuis maintenant quelques saisons, si l’on se fie à Olivier Perrin, manager général. Pour lui, « les joueurs ont mérité sur le terrain de participer à cette compétition » ; laquelle devrait être le prétexte pour franchir un nouveau palier dans la marche de la formation. « Nous voulons que cette compétition serve au club et aux joueurs pour avancer mais aussi pour accélérer la professionnalisation du club », estime-t-il. Pour réussir une bonne entrée en matière et franchir le cap du premier tour, tous les atouts sont mis du côté de Génération Foot. Ainsi, M. Perrin de souligner que « nous avons mis en place depuis deux mois, un comité d’organisation avec pour objectif de faire un bon match à l’extérieur et organiser une fête au retour ».
  Pour cela, la Fédération sénégalaise de football a été mise à contribution pour apporter son soutien dans la mobilisation comme dans l’organisation. Sur le plan technique, tout est également mis en œuvre pour ne pas prêter le flanc face à Nasawara United FC, dimanche. Ainsi, le directeur technique du club a été envoyé à Abuja pour une mission de prospection pour préparer l’arrivée de l’équipe prévue vendredi à 11 heures. Abdoulaye Sarr en a profité pour se « renseigner sur l’équipe puisque le championnat nigérian ne démarre que le 22 février ». Il a également réglé les questions liées à la logistique (hébergement, restauration, entre autres) et a visité les installations sur place (terrains de compétition et d’entraînement).

Répondre au défi nigérian
Après avoir remporté l’année dernière la Coupe nationale et accédé dans la foulée en Ligue 2 où ils jouent les premiers rôles, les jeunes de l’académie Génération Foot s’apprêtent à faire une excursion en Afrique. Un nouveau palier à franchir qui ne les intimide guère, mais constitue plutôt une source de motivation si l’on en croit les déclarations des joueurs et de leur entraineur. Sur la pelouse de Déni Biram Ndao qui leur sert de lieu de compétition depuis maintenant quelques années, Djiby Fall et ses poulains poursuivent leur mise en jambes avec un groupe scindé en deux dans une ambiance décontractée. Malgré tout, ils ont à l’esprit le voyage qu’ils doivent effectuer vendredi et la performance qu’ils entendent faire. Et l’entraineur a été le premier à annoncer la couleur pour dire « aux joueurs de ne pas trop se mettre la pression ». Car même s’ils n’ont aucune idée de l’adversaire dont ils n’auront la vidéo que sur place, les pensionnaires de Génération Foot comme leurs responsables estiment que c’est la vérité du terrain qui va prévaloir. Et que malgré leur inexpérience sur la scène internationale, ils comptent faire un bon résultat à l’aller avant de finir le boulot à la maison. Le capitaine Sidy Bara Diop et l’arrière central Amdy Konté ont abondé dans le même sens que leur coach pour annoncer qu’ils rallieront la capitale fédérale du Nigeria pour défendre leurs chances. Car pour le capitaine en particulier, c’est la détermination qui comblera le manque d’expérience de ses partenaires dans cette double confrontation pour accéder au tour suivant. Aussi, la rencontre de ce week-end intervient dans un contexte marqué par une pause du championnat. A Génération Foot, cette situation a tout de même été gérée de manière à mettre les joueurs dans les conditions de performance. « Nous avions anticipé la trêve. C’est dans ce sens que nous avons joué un match amical contre l’Us Ouakam que nous avons battue ici (2-0) pour avoir un match avant de quitter. Nous avons également joué récemment avec Soumba FC de Guinée pour mettre les joueurs dans les conditions d’une Coupe d’Afrique », renseigne Djiby Fall.

Ousseynou POUYE


Le Kenya pourrait renoncer à participer aux jeux Olympiques de Rio (5-21 août) si l'épidémie de virus Zika, qui sévit au Brésil, s'aggrave encore, a laissé entendre le président du Comité national olympique kényan (NOCK), cité hier par la presse locale. "Si le virus Zika est grave, alors nous ne participerons pas aux Jeux. Nous n'exposerons pas nos jeunes. La santé de nos athlètes est plus importante que les Jeux (...) Mais si Zika n'est pas si dangereux que ça, alors nous irons", a déclaré Kipchoge Keino, selon le quotidien The Standard. "Nous attendrons la dernière minute (pour prendre une décision). Nous nous fondons sur les conseils sanitaires d'organisations basées à Rio, au Brésil, pour nous permettre d'être le mieux informés possible avant de décider", a-t-il ajouté.
Le Kenya est mondialement renommé pour ses athlètes et ses marathoniens. Le pays a terminé en tête au tableau des médailles des Mondiaux-2015 d'athlétisme à Pékin, avec sept médailles d'or, six d'argent et trois de bronze.
Le président de la Fédération kényane d'athlétisme, Jackson Tuwei, a précisé que les autorités sanitaires nationales et le gouvernement seraient consultés avant qu'une décision ne soit prise. "Nous allons mener des consultations approfondies avec le gouvernement et toutes les autres parties prenantes", a-t-il déclaré, selon le Standard.
Transmis par la piqûre de moustiques de type Aedes, Zika est fortement soupçonné d'être la cause de nombreux cas de malformations congénitales chez les nourrissons dont les mères ont été contaminées pendant leur grossesse. Ce virus a été repéré pour la première fois chez un singe en Ouganda, pays limitrophe du Kenya, en 1947.

(AFP)


Last modified on samedi, 26 mars 2016 20:22

L’affiche entre le Paris SG et Lyon représente le sommet des 8es de finale de Coupe de France ce soir, dans la foulée de deux autres oppositions 100% Ligue 1, Bordeaux-Nantes et Troyes-Saint-Etienne. Le match au Parc des Princes marque des retrouvailles entre deux équipes qui s’étaient affrontées en quarts de finale de Coupe de la Ligue mi-janvier.
Le PSG s’était imposé (2-1) mais l’OL avait été à la hauteur, bien plus que lors de sa précédente visite en championnat (5-1 mi-décembre).

Hier : Sochaux (L2) - Monaco (L1) 2 - 1 - Saint-Malo (CFA) - Gazélec Ajaccio (L1) 1 - 2 ; US Granville (CFA2) - Bourg-en-Bresse (L2) 1 - 0 (AP) Programme du jour 18h00 GMT Sarre-Union (CFA) - Lorient (L1) ; Bordeaux (L1) - Nantes (L1) ; Troyes (L1) - Saint-Etienne (L1) ; 20h05 GMT Paris SG (L1) - Lyon (L1) Demain 20h00 GMT Trélissac (CFA) - Marseille (L1)

(AFP)


Accusé d’être impliqué dans une opération d’extorsion de fonds au détriment de Liliya Shobukhova, par la Commission d’éthique de l’Iaaf, Pape Massata Diack se défend. Dans un communiqué, le fils de Lamine Diack a battu en brèche certains aspects de la décision en date de 7 janvier 2016 et menace de contre-attaquer.

Pape Massata Diack n’entend plus se laisser faire, face aux accusations dont il fait l’objet dans le scandale qui secoue depuis quelques mois l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (Iaaf). Accusé d’ « implication dans une opération d’extorsion de fonds », le fils de Lamine Diack réagit et contre-attaque. Et pour se défendre, l’accusé a relevé quelques passages de la décision de la commission d’éthique de l’Iaaf qui, à ses yeux, le disculpent. Entre autres morceaux choisis, Pape Massata Diack retient ceci : « D’autre part, il y a des billets et visas d’entrée de PMD (Pape Massata Diack, Ndlr) qui n’ont pas été contrefaits. Il (n’est) pas inconvenable, en théorie, selon le Panel que PMD ait pu être à Moscou, le 4 décembre 2012, ait quitté Moscou à la même date et soit revenu le lendemain, mais il n’y a aucune preuve à cet effet ». D’après le fils de l’ancien président de l’Iaaf, Lamine Diack, « la commission d’éthique, en écartant les preuves formelles qu’elle reconnaît elle-même, s’est fondée cependant sur une théorie qu’elle a invoquée pour déduire la présence de PMD à une réunion litigieuse ». Et que, « à partir du moment (où) la même commission reconnaît (que) les éléments apportés n’ont pas été contrefaits, le débat est déjà clos », déduit l’accusé. Ce, d’autant que « le rapport de l’Ama (Agence mondiale antidopage, Ndlr) reconnaît, quant à lui, mon arrivée à Moscou le 5 décembre 2012, tout en n’excluant pas que j’y aie été le 4 février 2016 », se défend-il.

Fort de tous ces arguments, Papa Massata Diack « conteste donc vigoureusement cette décision inique et réitère qu’ (il) n’a jamais été impliqué dans une affaire d’extorsion de fonds visant Liliya Shobukhova ou quelque autre athlète que ce soit à travers le monde ».

L’ancien conseiller de son père à l’Iaaf révèle, par ailleurs, qu’il a saisi le Tribunal arbitral du sport (Tas) « aux fins d’annulation de la décision de la commission d’éthique de l’Iaaf ». Et sur la même lancée, il dénonce « des allégations » qui ont été « portées à (son) encontre par l’Ama dans un rapport rendu public, le 14 janvier 2016, à propos d’une athlète turque ». Des allégations qu’il trouve d’une « particulière gravité, mensongères et entièrement infondées ». Moralement blessé par ces accusations, Pape Massata Diack affiche ainsi sa « grande détermination à poursuivre systématiquement, auprès des tribunaux compétents » avec l’aide de ses avocats, « ceux qui ont procédé à de telles allégations tout comme ceux qui voudraient s’en faire le relais ».

Ansoumana SAMBOU


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Coupe CafEn direction de son match aller de Coupe de la Confédération africaine de football (Caf) prévu dimanche prochain, Génération Foot quitte Dakar vendredi pour Abuja au Nigeria où elle fera face à Nassarava United Fc. C’est le Abuja national stadium d’une capacité de 60.000 places qui accueille la rencontre, selon les responsables de Génération Foot qui organisent, ce mardi, une conférence de presse à Dény Birame Ndao. D’ores et déjà, ils se félicitent de la participation de leur formation à cette compétition continentale.

Car pour eux, « l’Académie Génération Foot est la première équipe sénégalaise à accéder à cette compétition alors qu’elle jouait en National 1 de la Ligue de football » ; ce, après avoir « réussi l’exploit de battre le Casa Sports, une équipe de Ligue 1 en finale de la Coupe du Sénégal ». Ils se félicitent également du fait que depuis, Génération Foot a accédé en Ligue 2 où « elle fait la course en tête derrière Teungueth Fc et pointe son nez en Ligue 1 pour la prochaine saison avec une forte probabilité de réaliser son rêve ». Pour en revenir à l’adversaire du club sénégalais de dimanche, les responsables de Gf renseignent que malgré l’ambition et la prudence qu’elle affiche, leur équipe « se rend au Nigeria en affichant une considération certaine pour son adversaire, une équipe de Nassarava Fc au palmarès respectable dans son pays », pour avoir été « vice-championne en 2006, huitième de finaliste de la coupe de la Caf en 2007 ». Aussi, cette année, elle « vient de remporter le tournoi des quatre meilleures équipes de la saison écoulée qui précède l’ouverture de la saison officielle du championnat nigérian ».

Ce qui fait de l’équipe nigériane un gros client pour la formation de Dény Birame Ndao qui fera ses débuts en Afrique. Pour cette rencontre, l’équipe nigériane ne jouera pas dans son stade à Lafia (capitale de l’état de Nassarava) d’une capacité de 5.000 places et se déplacera à Abuja. Après le match, Génération foot sera de retour à Dakar le mercredi 17 février.

O. POUYE


PetanqueLa deuxième journée du championnat national de pétanque a été disputée dimanche au Boulodrome Papa Arona Diagne de Dieuppeul où 100 boulistes se sont donné rendez-vous, soit 50 doublettes en course pour les places en direction des prochains championnats du monde à Madagascar. Pour cette nouvelle étape du championnat dont la Fondation Gass a été l’organisatrice, c’est plutôt une confirmation des forces en présence. Car ce sont des habitués aux honneurs qui se sont encore illustrés avec notamment la paire Fara Ndiaye – Ciré Lamine Kane qui a eu le dernier mot.

Les pensionnaires de Saly Boulistes Club ont battu en finale le duo Yakhya Diop (Renaissance Pétanque Club de Saint-Louis) – Aldiouma Ba du Club Roule Ta Boule sur le score sans appel de 11 à 0. Au sortir de cette journée, le classement général du championnat par équipes place la formation de Saly Boulistes Club en tête devant Mermoz Pétanque Club et la Boule amicale thiessoise qui complète le podium. Les boulistes font maintenant cap sur le Sine dimanche prochain pour le 3ème acte de la saison. Pour l’occasion, la Ligue régionale de Fatick organise la 4ème édition du tournoi parrainé par le directeur général du Port, Cheikh Kanté. Une compétition en triplettes choisies dont le jet de bouchon est prévu à partir de 11 heures et sera effectué par le parrain en présence des présidents de la fédération, Gassane Ezzedine et de la Ligue de Fatick, Mbaye Sarr.

Les boulistes mauritaniens déjà présents dimanche dernier à Dakar, seront de nouveau de la partie. L’équipe victorieuse du tournoi se verra accorder une prime de 300.000 FCfa en plus de trois trophées alors que la triplette finaliste se consolera avec 150.000 francs. Les équipes demi-finalistes auront 75.000 FCfa contre 45.000 francs pour les quarts de finaliste.

O. POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Rugby BallonLa 3ème journée du championnat national de rugby à XV s’est disputée samedi et dimanche au stade Iba Mar Diop et à Bel-Air. Dans la poule A, le leader poursuit sa course en tête même si la victoire de samedi a été moins prononcée que les deux premières. Car Diambars a en effet laissé filer le bonus offensif au terme de sa rencontre face aux Requins de la Sicap dominés 20 à 6. Un succès (3 essais dont un transformé contre un essai pour les vaincus) qui permet aux champions en titre de consolider leur position en haut de tableau et de maintenir l’écart avec leurs dauphins, les Yoffois.

Ces derniers ont également remporté le match qui les opposait à la sélection nationale junior (U19) engagée dans le championnat pour préparer ses futures échéances.

Auteurs de 5 essais et 3 transformations contre 2 essais et un drop pour leurs vis-à-vis, les Yoffois maintiennent le rythme derrière le leader qui compte tout de même 8 longueurs d’avance (14 points contre 6).

Dans la poule B, l’Asfa dicte également sa loi sur ses adversaires. Ce week-end, ce sont les Tigres de Ouakam qui ont fait les frais de la furie des Militaires larges vainqueurs de leurs vis-à-vis par 60 à 8.

Une victoire bonifiée qui leur permet de conserver leur course en tête et même d’accroître leur avance sur leur dauphin, Yeumbeul qui était au repos ce dimanche. Avec désormais 14 points, l’Asfa compte 6 longueurs d’avance sur les Banlieusards et un match en plus. L’autre rencontre du groupe est celle des premières puisqu’elle opposait les deux seules équipes qui n’avaient pas marqué de point. La palme est revenue au Rugby Club Nianing qui a battu Guédiawaye par 28 à 24 ; un succès qui permet à l’équipe de la Petite-Côte de s’emparer de la 3ème place du classement avec 4 unités aux dépens des Ouakamois.

O. POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Lions locaux footLes « Lions » locaux ont vaincu, vendredi, le signe indien en renouant avec le succès face à la Mauritanie. Une victoire par 2 à 0 qui  constitue une bonne chose avant de défier ce mercredi le Mexique en terre américaine.

Les joueurs de l’équipe nationale locale de football ont rendu une copie correcte vendredi face à la Mauritanie lors de leur match international amical. Un nouveau face-à-face entre les deux formations qui sont maintenant habituées à s’apporter la réplique. Alors qu’ils étaient restés sur 3 matchs sans succès face à leurs voisins du Nord (une défaite et deux matchs nuls), les « Lions » se devaient de réagir à Saly Portudal où ils accueillaient leurs hôtes. Mission accomplie pour les poulains de Moustapha Seck qui ne cachaient pas leur soulagement d’avoir réussi enfin à se défaire de leurs vis-à-vis ; ce qui ne s’était plus produit depuis 2013 et une rencontre éliminatoire pour le Chan 2014 remportée à Dakar (1-0) avant un revers (0-2) à Nouakchott lourd de conséquence puisqu’il privait la bande à Mame Saër Thioune d’une participation au rendez-vous sud-africain.

Vendredi donc, les joueurs avaient à cœur de se remettre en confiance face à leurs adversaires. Comme l’a souligné le gardien Pape Seydou Ndiaye pour qui la victoire était la bienvenue puisqu’elle permettait « d’installer de la confiance » dans le groupe après les derniers résultats de l’équipe. Aussi, les impairs ont été aplanis dans le groupe, selon le milieu de terrain Ousseynou Thioune qui soutient que « on se devait de gommer nos lacunes même si cela n’a pas été facile surtout en début de match ». Mais au-delà du succès qui permet à l’équipe de reprendre l’ascendant sur son adversaire, la prestation de vendredi permet au Sénégal de préparer au mieux sa rencontre amicale de mercredi face au Mexique. Un match prévu à Miami aux Etats-Unis. Ainsi, ils ont été unanimes à souligner que cette victoire devrait permettre d’effectuer le voyage avec plus de sérénité.

« Nous avons identifié ce qu’il nous faut pour contrer le Mexique », a notamment souligné Pape Seydou Ndiaye alors que Boubacar Cissokho a estimé qu’il fallait capitaliser le plus de confiance afin de faire face à un adversaire d’un autre niveau. Ils sont tout de même conscients que l’adversité ne sera pas la même lors des deux matches eu égard au standing des deux formations. Et Ousseynou Thioune de Diambars de prévenir que « contre le Mexique, il nous faut être plus costauds que face à la Mauritanie et nous sommes prêts à batailler pour avoir bon résultat ». Pour le sélectionneur national, les joueurs partent pour la plupart vers l’inconnu mais il faut tout faire pour « éviter les impairs liés au décalage horaire » entre les deux pays.

Ousseynou POUYE
(Envoyé spécial)


CRG Thies lutteLe comité régional de gestion de la lutte de Thiès a organisé un séminaire de trois jours, ce weekend, à Mbour pour revoir les textes qui régissent la discipline. Objectif visé : former les acteurs de cette localité.

C’est en présence de Thierno Kâ, chargé de communication du Cng, d’Abdou Badji, directeur technique national, de Ndiambé Sène et de Sitor Ndour, entre autres responsables, que les membres du comité régional de gestion de la lutte de Thiès ont débattu, ce weekend à Mbour, pendant des heures sur les règlements généraux de la lutte et  la note administrative. C’était lors d’un séminaire destiné à former ses membres sur les textes qui régissent la lutte. « Lorsqu’on nous a confié le commuté régional, nous avons d’abord fait un état de la situation. Nous avons jugé par la suite qu’une formation était nécessaire pour relever le défi. Il fallait commencer par nous-mêmes, les principaux acteurs. Ce séminaire de trois jours va nous permettre de mieux comprendre les textes qui régissent la lutte au niveau national », a expliqué Maïssa Ndiaye, président du Crg de lutte de Thiès. Les membres ont ainsi échangé sur les règlements généraux de la lutte et appris, grâce à leurs invités du Cng, comment faire un rapport, un Pv, un communiqué de presse, un compte rendu, entre autres actes administratifs. Selon Maïssa Ndiaye, ce sont là des outils de travail sur lesquels ils doivent être bien formés pour être de bons acteurs de la lutte.

Ces derniers ont d’ailleurs reconnu qu’ils ont un problème de communication. Et pour corriger cette lacune, le Crg de Thiès a décidé de faire des vidéos reportages pour mieux faire passer son message. Les membres du comité prévoient également d’acheter des caméras pour équiper la structure. « Nous allons organiser des points de presse régulièrement et ouvrir une page facebook pour le Crg. Nous venons de monter notre site web, pour mettre à jour toutes nos activités. Il faut qu’on soit visuel sur le terrain, en allant dans des manifestations de lutte ».

Le Crg de Thiès veut également organiser trois activités de lutte cette saison, pour permettre aux lutteurs de thiessois d’avoir plus de compétitions. « Nous sommes des porteurs de projet. Nous voulons développer la lutte et montrer qu’au-delà de notre statut d’encadreurs, nous sommes également des organisateurs. Nous voulons promouvoir la lutte au niveau de la région de Thiès ». Le président du comité régional révèle cependant que la région de Thiès a un réel problème d’infrastructure. D’après ses propos, les Thiessois ont beaucoup de stades mais malheureusement aucun d’entre eux ne donne l’opportunité à la lutte de s’épanouir pleinement.

Absa NDONG
(envoyée spéciale)

Maissa Ndiaye CRG ThiesTROIS QUESTIONS À... MAÏSSA NDIAYE, PRESIDENT DU CRG DE THIÈS : « NOUS VOULONS DÉVELOPPER LA LUTTE SOUS TOUTES SES FORMES »
Président du Crg de lutte de Thiès depuis bientôt deux ans, Maïssa Ndiaye  a prévu d’organiser trois grands événements d’ici la fin de la saison 2015-2016 à Thiès.

Les lutteurs de Thiès se plaignent du manque de soutien des acteurs de la lutte dans cette région. En tant que président du Crg que comptez-vous faire pour changer la donne ?
Tous les champions qui évoluent au niveau national proviennent de la région de Thiès. Pour revenir au cas particulier du département de Thiès, c’est vrai qu’il faudra mener des actions pour propulser nos lutteurs. Ils sont nombreux à Thiès mais peu- être que ce sont les cadres qui font défaut. Nous allons trouver des moyens d’accompagnement.
Vous savez, le Crg n’était pas assez visible pour pouvoir aider les lutteurs. Nous allons organiser cependant de grands événements pour leur permettre de s’épanouir. C’est un combat que je mènerai avec le président du comité départemental de Thiès. On va essayer de voir quelles sont les opportunités à offrir aux lutteurs du département de Thiès pour leur permettre d’éclore à l’image de ce qui se passe dans le département de Mbour dont sont issus pratiquement tous les grands champions du Sénégal.

Quels événements le Crg prévoit-il d’organiser cette saison à Thiès ?
Ce sera l’une des activités phares de notre agenda cette année. Nous voulons organiser trois activités, particulièrement une compétition Beach Wrestling, c'est-à-dire la lutte à la plage. Nous sommes dans une région avec trois départements qui ont chacun la chance d’avoir une plage. A Mbour, la ville de Saly va nous accueillir. Pour le département de Thiès, ce sera à Cayar. Et pour Tivaouane nous irons à Noto. En gros, nous comptons faire trois journées de lutte de plage. Il y aura une autre activité appelée Tresaf (Tournoi régional des écuries de lutte sans frappe). Nous voulons encourager le développement de la lutte sans frappe dans la région. Cette compétition se déroulera d’abord au niveau départemental. Chaque département va organiser son tournoi. Le champion départemental viendra à Thiès, (le lieu n’est pas encore précisé) pour la grande finale. Lors de cet événement, nous allons choisir l’écurie régionale vainqueur du tournoi Trésaf. C’est le deuxième volet de nos activités. Une autre compétition nommée « la journée du partenaire » est prévue également cette saison. Nous sommes dans une région où sont implantées de très grosses sociétés. Le Crg va profiter de leur présence pour en tirer quelque chose afin de développer la lutte. Nous allons alors faire une journée en collaboration avec ces sociétés. Dans le programme, le Crg va faire des journées portes ouvertes et clôturer par un gala de lutte avec frappe qu’on veut national. Nous allons mettre tous nos champions des départements de Thiès, Mbour et Tivaouane, avec ceux de Dakar pour faire une très grande journée de lutte avec frappe.

Vous êtes président du Crg depuis bientôt deux ans. Quels sont vos objectifs à long terme ?
Nos objectifs, c’est de faire de sorte, comme souligné dans la lettre de mission du gouverneur, de développer la lutte au niveau de la région de Thiès et sous toutes ses formes. Je vous ai parlé tantôt de la lutte simple avec le tournoi Tresaf, de la lutte avec frappe avec la Journée du partenaire et enfin avec le Beach wrestling. Nous sommes en train de développer la lutte sous toutes ses formes. Il nous reste la lutte olympique que nous sommes en train de chercher à implanter à Thiès. Si vraiment on arrive à exécuter tout notre planning, nous aurons atteint nos objectifs.

Propos recueillis
Par Absa NDONG


Basket local FL’affiche paraissait déséquilibrée entre l’Asfa, leader de la Poule B avant cette 3ème journée de D1 Hommes de basket et MBA qui pointait au fond du classement. Pourtant à l’arrivée, ce sont les Médinois qui se sont imposés d’un panier (65 – 63) face à des Militaires qui ont tout de même conservé la tête du groupe. C’est que dans le même temps, le SLBC qui aurait pu leur souffler la première place s’est également incliné devant l’ASC Thiès d’un point (57 – 58).

Dans l’autre Poule, Louga BC n’a pas laissé passer l’occasion. Il a profité de l’exemption de Mermoz, leader avant cette journée, et de la venue de l’UGB, pour s’imposer (70 – 57) et s’emparer du commandement. L’US Rail a été l’autre grand bénéficiaire de cette journée pour avoir battu à Rufisque le Saltigué (53 – 49). Les Cheminots s’emparent du coup de la 2ème place derrière les Lougatois et devant Mermoz désormais troisième.

Chez les Dames, si le SLBC a sauvé sa place en tête de la Poule B en remportant le derby du Nord face à l’UGB (76 – 63), dans l’autre poule le leader a changé de nom. C’est en effet le Duc qui a pris les commandes du Groupe A grâce à sa victoire face à l’Uso (76 – 38) combinée à la défaite de l’ASCVD devant le Diaraf (55 – 56) d’un petit point donc aux gros effets. A noter qu’à Mbour, les locales de MBC ont remporté le match des très mal classés en s’imposant à Zig BC (59 – 43)
 
RESULTATS
POULE A Garçons : Saltigué – US Rail   49 – 53; Louga BC – UGB 70 – 57; Uso – Duc 43 – 39 Exempt : Mermoz

Classement : 1er Louga BC 5 pt +16; 2éme US Raíl 5pts −5; 3éme Mermoz  4pts +17; 4éme Duc 4pts −4; 5éme USO 3pt +1; 6éme U G B  3pts −2; 7éme Saltigué 3pt −23


Poule B Garçons : MBA – Asfa 65 – 63 ; AS Douanes – Sibac 63 – 60 ; SLBC – AS Thiès : 57 – 58  Exempt :  Mbour BC

Classement : 1er Asfa  5pts +36 ; 2éme SLBC 4pts + 33 ; 3éme AS Thiès 4pts + 20 ; 4éme AS Douanes 4Pts+17 ; 5éme SIBAC  4pts −2 ; 6éme MBA  4pts−24 ; 7éme  Mbour BC  2pt s−80

RESULTATS
POULE A Filles : Diaraf – ASCVD 56 – 55 ; Duc – Uso : 76 – 38 ; Kaolack BC – Bopp 45 – 81

Classement : 1er  Duc 6pts +58 ; 2ème ASCVD 5pts +68 ; 3ème Bopp 5pt +15 ; 4ème Diaraf 5pts +4 ; 5ème USO 3pts −56 ; 6ème Kaolack BC 3pt −89

POULE B Filles : Mbour BC – Zig BC 59 – 43 ; SLBC  - U G B 76 – 63 ;  ASFO - JA 53 – 68

Classement : 1er SLBC 6pts +73 ; 2éme UGB 5pts +22 ; 3éme JA 5pts −1 ;

4ème ASFO 4pts −11 ; 5ème MBOUR BC 4pts −18 ; 6ème ZIG BC 3pts


Last modified on samedi, 26 mars 2016 20:40

Boy SeyeLes amateurs de lutte ont assisté à un duel très disputé entre Boy Séye de l’école de lutte du même nom et Diéne Kairé le fils de Boy Kairé, samedi au stade Iba Mar Diop. Une confrontation remportée par Boy Séye, qui après Siteu et Tidiane Faye, vient de renvoyer le jeune Diéne Kairé à ses copies.

Le fils de Boy Kairé, Diéne Kairé, s’est frotté, samedi dernier au stadium Iba Mar Diop, au très coriace Boy Séye. Le jeune lutteur qui comptait sur cette confrontation pour passer à une nouvelle étape de sa carrière, n’a vu que du feu face au tombeur de Siteu et Tidiane Faye. Très expérimenté, le chef de file de file de l’école de lutte Boy Séye a brisé le rêve de son jeune adversaire, en lui administrant une défaite mémorable. En effet, le fils de Boy Kairé a voulu déstabiliser Boy Séye dès le coup d’envoi de l’arbitre par la bagarre. Ce registre n’étant pas son point fort, ce dernier a préféré reculer jusqu’aux sacs de sable pour ne pas encaisser un coup ravageur. Très pressé d’en finir cependant, Diéne Kairé impose le corps-à-corps et tente des prises sans succès.

Sur la défensive, Boy Séye laisse son jeune adversaire faire le gros du travail. Il profite d’une prise mal abordée de Diéne Kairé pour le plaquer au sol. C’est en se relevant que le fils de Boy Kiaré a compris qu’il venait de se faire avoir par le « Papy » de l’arène. Une belle victoire qui relance du coup la carrière de Boy Séye. Ce dernier peut désormais se targuer d’être le nouveau bourreau des lutteurs de la jeune génération. Car après Siteu et Tidiane Faye, le « Papy », comme le surnomment tendrement les jeunes lutteurs, vient de freiner l’ascension de Diéne Kairé.

Ce dernier devra encore patienter dans la cour des jeunes loups aux dents longues, avant d’accéder dans l’antichambre des ténors.

A. NDONG


Balla Dieye TaekwondoBalla Dièye (-68 kg) s’est qualifié ce weekend à Agadir (Maroc) pour le tournoi final des Jeux olympiques de Rio de Janeiro (Brésil) en août prochain.

Le porte-drapeau du Sénégal aux 11èmes Jeux africains en septembre dernier à Brazzaville a, en effet, atteint la finale de sa catégorie dans ce tournoi africain de qualification. Ce qui est largement suffisant pour lui ouvrir les portes des JO pour la première fois de sa carrière. Tête de gondole du taekwondo sénégalais, Balla Dièye n’avait jamais eu l’opportunité, pour une raison ou une autre, de se qualifier aux Jeux olympiques.

Ce qui passait pour un désordre chez ce combattant aux multiples titres internationaux. Voilà donc qui sera corrigé, l’été prochain. A l’inverse, Bineta Diédhiou (- 57 kg), son pendant chez les dames, n’a pas réussi à se qualifier pour « Rio 2016 », battue qu’elle a été en quarts de finale par une Marocaine. Une grosse déception pour la médaillée d’or des derniers Jeux africains qui compte deux JO à son actif (Beijing 2008 et Londres 2012). Gorom Karé (-80 kg) non plus ne sera pas du voyage brésilien qu’il va manquer d’un combat. En effet, c’est en demi-finale qu’il a perdu face à un Tunisien. L’autre dame de la petite délégation sénégalaise à ce tournoi d’Agadir, Khady Fall, a été sortie en quarts de finale.

Après Jean Pierre Bouris (canoë-kayak slalom), Balla Dièye est donc le deuxième athlète sénégalais individuel à valider son ticket pour (Rio 2016).

A noter qu’en sports collectifs, les « Lionnes » du basket, championnes d’Afrique en titre, ont décroché leur billet.


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

AthletismeLa Fédération sénégalaise d’athlétisme (Fsa) a organisé, samedi à Thiès, son assemblée générale ordinaire. En fait, il s’agissait plutôt d’une rencontre où d’importantes recommandations ont été formulées pour un athlétisme de masse qui implique toutes les régions. Ainsi, souligne Momar Mbaye, le président de la Fsa, « nous avons pris des décisions allant dans le sens d’améliorer les conditions d’existence des ligues sans lesquelles cet objectif fixé pour un athlétisme de masse ne peut être atteint ». D’où, ajoute-t-il, « la nécessité de mettre à disposition à temps la subvention destinée aux ligues pour permettre le début des compétitions. D’ailleurs, dorénavant instruction a été donnée d’informer à temps sur les conditions d’octroi de ces subventions aux ligues en vue de l’élaboration d’un plan d’action à soumettre au ministère des Sports avec qui nous envisageons de signer une convention ».

Toutefois, le président de la Fsa a laissé entendre que « pour ce faire, l’Ag a décidé de baisser de 100.000 FCfa à 50.000 FCfa le montant de la cotisation mensuelle des membres de comité directeur qui sera une condition obligatoire pour prétendre intégrer une instance ». Par ailleurs, souligne Momar Mbaye, « une commission sera mise en place pour déterminer le nombre de compétitions et de licenciés pour toutes les ligues à qui il a été demandé de mettre en place un district dans chaque département. Ce qui permettra à la Fédération sénégalaise d’athlétisme d’entrer ainsi de plain-pied dans la pratique de ce sport individuel de masse. Autre préoccupation partagée lors de l’assemblée générale de la Fsa, ajoute Momar Mbaye, « l’organisation de nos compétitions par une meilleure prise en charge. Notamment le meeting international de Dakar prévu cette année au mois de mai, mais aussi les compétitions des inter-ligues et au niveau de la base ».

Elu pour un mandant de 4 ans, Momar Mbaye, président sortant de la Fédération sénégalaise d'athlétisme, ambitionne de rendre attractif l’athlétisme sénégalais à travers une feuille de route qu’il compte dérouler avec son équipe et qui est basée sur l’exécution du plan stratégique de développement de la Fsa. Il note cependant les difficultés auxquelles est confrontée la discipline qui mérite qu’une attention toute particulière lui soit accordée pour son rayonnement futur au plan national et international. D’ailleurs, l’un des objectifs du plan stratégique de développement, c’est la massification de la discipline pour ainsi assurer la prise en charge des espoirs détectés lors des compétitions.

El Hadji Mohamadou SAGNE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

HippismeLe Comité national de gestion (Cng) chargé des courses hippiques est endeuillé avec le décès brutal, survenu vendredi à Dakar, de Youssou Diop dit « Layine », membre du Cng chargé de l’organisation. Jeudi soir, il était au stade Léopold Sédar Senghor pour les besoins des engagements de chevaux. C’est pourquoi le Cng a jugé opportun de renvoyer la course d’hier à dimanche prochain 14 février. Youssou Diop a été inhumé samedi en fin de matinée au cimetière musulman de Yoff en présence d’une foule nombreuse composée de parents, membres du Cng et d’amis. C’était un passionné du cheval et a occupé des différents postes dans les instances des courses hippiques depuis une trentaine d’années.

Après sa retraite à la Sotrac, « Layine » avait été engagé dans une société de Transit dirigé par son ami Cheikh Tidiane Niang président du Cng, dont il était un proche collaborateur. Nous présentons nos condoléances à sa famille éplorée, le Cng et toute la famille du cheval. Que la terre de Yoff où il repose désormais lui soit légère.

EL H Yamar DIOP


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Chan 2016Demain après-midi, la finale de la 4ème édition du Championnat d’Afrique des Nations (Chan) de football à Kigali débouchera forcément sur un sacre historique : une première couronne malienne dans cette « Can des joueurs locaux » ou le premier doublé dans cette dernière née des compétitions de la Caf pour la Rd Congo, déjà vainqueur en 2009 en Côte d’Ivoire. Et tout peut arriver dans cet ultime match de « Rwanda 2016 ». Car, d’un côté, il y a des « Aigles » qui, sans toujours planer au-dessus de leurs adversaires, ont été suffisamment convaincants pour s’inviter à cette étape de la compétition. Et de l’autre, des « Léopards » qui ont griffé tous ceux qui s’étaient dressés sur leur chemin.

Pour les Maliens, « le premier objectif était de dépasser la phase de poules », comme l’avait reconnu leur coach Djibril Dramé. Mais l’appétit venant en mangeant, les « Aigles » se sont découvert de nouvelles ambitions et rêvent actuellement d’imiter les « Aiglonnets » qui ont remporté la Can des cadets l’année passée. Sans oublier que les « Aiglons » juniors ont fini 3ème du dernier Mondial des U20 en Nouvelle Zélande. Autant de raisons pour eux de se surpasser, surtout qu’en cas de sacre, de belles récompenses les attendent à Bamako. Il leur faudra cependant être au meilleur de leur forme pour s’imposer devant des Congolais rompus à la tâche et qui, comme l’a soutenu leur coach, Florent Ibenge, « se présentent toujours sur le terrain, en club comme en sélection, pour gagner ».

Ils ont jusqu’ici joint la parole à l’acte et, à la veille du dernier acte, affichent leur détermination à être la première équipe à inscrire son nom deux fois au palmarès du Chan. Pour les guider sur la route du succès, leur capitaine Joël Kimwaki, déjà présent lors du sacre à Abidjan en 2009 et qui tient particulièrement à ce record.

En lever de rideau de cette finale, la Côte d’Ivoire et la Guinée se feront face pour la troisième place.  

Programme : Dimanche à Kigali 13h : Guinée – Côte d’Ivoire (3ème place) ; 16h : Rd Congo – Mali (Finale)


SN MRT Foot localEn match international amical disputé hier au stade Fodé Wade de Saly, l’équipe nationale locale du Sénégal a battu son homologue de la Mauritanie par 2 à 0. Mi-temps : 0-0 ; Buts : Adama Mbengue (69ème mn) et Dame Gueye (72ème mn). Avertissements : Assane Mbodj pour le Sénégal. Expulsion : Abou Sy de Mauritanie (67ème mn). Arbitres : Maguette Ndiaye assisté par Abdou Aziz Gueye et Amadou Ngom (Sénégal).

Les équipes : Sénégal : Khadim Thioub (Cap) puis Pape Seydou Ndiaye (58ème mn), Matar Kanté puis Elimane Cissé (80ème mn), Mody Traoré puis Arial Mendy (50ème mn), Mamadou Sylla, Adama Mbengue, Ousseynou Thioune, Boubacar Cissokho puis Nestor P. Mendy (58ème mn), Chérif Salif Sané, Dame Gueye, Ibrahima Diop (50ème mn), Mor Talla Nguer puis Abdoulaye Ba (53ème mn). Entraîneur : Moustapha Seck.

Mauritanie : Boubacar Salahdine, Abou Sy, Cheikhna Warajou, Oumar Ly, Mouhamed Wade, Moussa Baghayogho (Cap) puis Abdoulaye Gueye (72ème mn), Tagaiyoullah Denne, Beccah Yali, Elycheikh Voulany Moctar Sidy Bella (69ème mn), Amadou Niass, Abderrahmane Sy puis Bakary Ndiaye (66ème mn). Entraîneur : Corentin Martins.

En stage au Sénégal depuis maintenant quelques jours et principalement à Saly Portudal, l’équipe nationale de Mauritanie a bouclé hier sa préparation avec un match face à son vis-à-vis sénégalaise. Une rencontre à oublier au plus vite pour les « Mourabitounes » qui restaient sur trois matches sans défaite face à leurs hôtes. Mais la rencontre d’hier au stade Fodé Wade de Saly a vu la fin de cette belle série. Il a cependant fallu attendre la troisième partie de la rencontre pour voir les « Lions » locaux faire la différence dans cette confrontation qu’ils ont du reste bien maîtrisée. Ce sont justement les pensionnaires de Diambars déjà performants avec leur club mardi (4 – 1 face au même adversaire) qui se sont illustrés. A la 66ème minute, Dame Gueye est stoppé irrégulièrement par le défenseur mauritanien, Abou Sy alors qu’il s’élançait vers le but après avoir pris à défaut ses gardes du corps. L’arbitre n’a pas hésité à siffler une faute et à expulser le fautif. Une double peine pour la Mauritanie puisque le tir de Adama Mbengue ne laisse aucune chance au portier adverse, Boubacar Salahdine, malgré une belle détente. Son équipe n’a pas fini de digérer cette ouverture du score que le coup de grâce intervient trois minutes plus tard.

Après un débordement sur la gauche, Assane Mbodj centre pour Dame Gueye qui double la mise à la 72ème minute (la troisième réalisation du buteur qui avait déjà inscrit un doublé mardi avec Diambars). A noter que le duo de techniciens a fait entrer en seconde période dix de ses onze remplaçants. Seul Alioune Ndiaye n’a pas joué alors que seul Mamadou Sylla a joué toute la partie, côté sénégalais. Avec ce succès, les « Lions » mettent fin à une longue série de déboires face à leurs adversaires du jour.

Car la dernière victoire du Sénégal face aux « Mourabitounes » date de 2013 en éliminatoires du Chan 2014 (1-0) sous Demba Ramata Ndiaye comme sélectionneur. Mais ce but de Yannick Arthur Gomis n’avait pas pesé lourd, les partenaires de Mamanding Kidiéra avaient été battus au retour à Nouakchott (0-2) et éliminés de la course pour la compétition disputée en Afrique du Sud.

LE MOT DES ENTRAINEURS
Moustapha Seck (Sénégal) : « Les joueurs ont montré de bonnes choses »
« Il ne faut pas attendre d'avoir une compétition internationale pour préparer l'équipe. Ce sont des joueurs qui tapent aux portes de l'équipe nationale A. Et si on a l'opportunité de les préparer, les aguerrir, on prend. Ces matches amicaux constituent un baromètre pour les juger. Pour la composition de cette équipe, ce sont les joueurs qui disputé la Coupe du monde U20, le Tournoi Ufoa, les Jeux africains et la Can U23 mais aussi des joueurs locaux qui se sont illustrés depuis le début du championnat. Ils ont montré de bonnes choses mais comme toute œuvre humaine, tout ne peut pas être rose. Il fallait jouer ce match pour avoir une idée de la valeur du groupe, collectivement ce qu'il allait montrer. Et un match qui se solde par une victoire signifie qu'il y a de bonnes choses.

Nous avons une équipe nationale. Et si le football sénégalais doit se limiter aux dix ou onze premières journées, ce serait dommage. Dans ce groupe, il n’y a pas un seul joueur qui n'a pas été international. Il y a un travail de continuité qui est en train d'être fait et nous poursuivons cette action dans ce sens. Le classement du championnat va bientôt changer et peut-être que les équipes du bas de tableau peuvent se retrouver en haut. Et dans ce cas de figure, faudra-t-il convoquer d'autres joueurs ? A partir de ce moment, ce sera un éternel recommencement ».

Corentin Martins (Mauritanie) : « Une belle opposition pour faire progresser mes joueurs »
« Je retiendrai d'abord ce qui a marché dans cette rencontre ; c'était un match d'entraînement que nous avons préparé avec deux séances par jour. On se prépare pour notre match éliminatoire contre la Gambie en mars. Après une rencontre face à Diambars, jouer contre le Sénégal était intéressant pour la progression de nos joueurs. Il nous permet de voir ce qui ne va pas et ce qu'il faut rectifier dans l'optique de la rencontre face à la Gambie. Ce qui nous a manqué aujourd'hui, c'est un joueur de plus : on prend deux buts alors qu'on était à dix contre onze. Il nous faut donc rectifier de petits détails en particulier sur le placement. C'est ce qui a occasionné le coup franc qui a amené le carton rouge et le premier but. C'est un manque de réaction de nos défenseurs et derrière il y a faute et carton rouge. Ce sont ces petits détails qu'il nous faut régler mais au niveau de l'état d'esprit, il n’y a rien à dire. Les joueurs ont fait ce qu'on leur avait demandé au départ.

Mais pour la prestation du Sénégal, il n’y a pas de surprise. Il y a beaucoup d'académies ici et beaucoup de bon travail qui est fait. C'est une équipe avec beaucoup de joueurs de talent et nous avec la Mauritanie, on essaie de rivaliser avec le Sénégal ; c'est déjà une bonne chose et on restait sur deux résultats positifs avec une victoire et un match nul. Mais pour ce match, c'était une belle opposition pour faire progresser nos joueurs ».

De nos envoyés spéciaux Absa NDONG
et Ousseynou POUYE (textes),
avec A. Mbodj (photos)


Boy SeyeLe dinosaure Boy Sèye affronte Diène Kairé cet après-midi, au stadium Iba Mar Diop. Un choc de générations à l’issue incertaine. Ayant subi deux victoires d’affilée, le chef de file de l’écurie Keur Massar Mbollo entend accrocher dans son tableau de chasse un troisième espoir après Tidiane Faye et Sitteu. Alors que le fils de Boy Kairé est déterminé à poursuivre son ascension.

Le promoteur Prince organise, cet après-midi, au stadium Iba Mar Diop, un gala de lutte dont l’attraction sera, sans doute, l’affiche entre le vieux routier Boy Seye et le jeune loup aux dents longues Diène Kairé. Un choc de générations, ouvert où tout peut arriver. Sur une dynamique de deux victoires d’affilée respectivement face à Sitteu et Tidiane Faye, Boy Sèye qui a, miraculeusement, ressuscité de ses cendres, va tenter de confirmer sa bonne santé du moment. Après les deux poulains de Max Mbargane, un succès, cet après-midi, serait pour lui un nouveau gros coup. Il devrait mettre à contribution son expérience, mais aussi sa technicité pour freiner l’ascension du fils de Boy Kairé. A ce titre, le chef de file de l’écurie Keur Massar constitue une menace potentielle contre le jeune sociétaire de l’écurie Keur Massar Mbollo.

Toutefois, le pari de Boy Sèye ne sera pas facile à réaliser. Comme lui, son jeune adversaire reste dans une bonne dynamique de succès. Depuis que son pater de lutteur lui a transmis le flambeau à l’occasion du combat de ce dernier contre Bathie Séras, il y a quatre ans, Diène Kairé aligne succès sur succès. Au grand bonheur du leader des « bérets verts » qui peut dormir tranquille, sûr que l’héritage est entre de bonnes mains. Jeune, Diène Kairé devrait, comme d’habitude, user de sa puissance physique, la bagarre et son talent technique pur pour neutraliser le lutteur de Keur Massar Mbollo.

C’est un athlète complet qui peut donner du fil à retordre à Boy Sèye. Il devra néanmoins respecter son adversaire, s’il veut remporter le face-à-face. Au défaut, il pourrait connaître le même sort que ses collègues jeunes Tidiane Faye et Sitteu, tous deux battus à la surprise générale par le chef de file de l’écurie Keur Massar Mbollo. Un scénario que n’envisage nullement Diène Kairé, impatient de passer à un niveau supérieur ; dans l’optique d’intégrer sous peu, l’antichambre des ténors.

Diégane SARR


Cheikh SalmanLe Cheikh Salman Bin Ebrahim Al Khalifa a reçu un appui peut-être décisif dans la course à la présidence de la Fifa avec le soutien de la Confédération africaine de football (CAF) acté hier à Kigali. "Le comité exécutif de la CAF a décidé qu'il donnera son soutien entier à la candidature de Cheikh Salman pour la présidence de la Fifa", a déclaré le premier vice-président de la CAF, Suketu Patel, à l'issue d'une réunion du Comité exécutif de l'instance. Le deuxième vice-président Almamy Kabele Camara a précisé que la décision en faveur du dirigeant bahreïni de 50 ans avait été prise à "l'unanimité".

Déjà considéré comme l'un des prétendants les plus sérieux à la succession de Joseph Blatter avec le Suisse Gianni Infantino, secrétaire général de l'UEFA, le patron de la Confédération asiatique (AFC) endosse donc le costume du grand favori à l'élection du 26 février à Zurich. La CAF dispose en effet du plus gros réservoir de voix (54) devant l'UEFA (Europe, 53 voix), l'Asie (46), la Concacaf (Amérique du nord, centrale et Caraïbes, soit 35 voix), l'Océanie (11) et l'Amérique du sud (10) et joue traditionnellement le rôle du faiseur de rois à la Fifa. Avec ce détail qui pourrait faire la différence : elle a l'habitude de voter en bloc et ses consignes sont généralement respectées quasiment à la lettre. Preuve de l'importance de l'évènement et du rôle crucial de l'Afrique, quatre des cinq candidats se trouvaient d'ailleurs dans la capitale du Rwanda : le Cheikh Salman, Gianni Infantino, le Sud-Africain Tokyo Sexwale et le Français Jérôme Champagne, ex-secrétaire général adjoint de la Fifa. Seul le Prince jordanien Ali n'a pas effectué le déplacement.

Que va faire Sexwale ?
Le choix de l'Afrique était attendu depuis la signature d'un accord de partenariat entre la CAF et l'AFC, le 15 janvier. Ce rapprochement avait d'ailleurs été violemment critiqué par le Prince Ali qui y avait vu "une tentative de violer les règles électorales". Ce qui explique sans doute l'absence du demi-frère du roi de Jordanie à Kigali. La proposition du Qatar d'organiser en 2015 la Coupe d'Afrique des nations à la place du Maroc, en raison du virus Ebola, a été aussi révélatrice des liens grandissants entre les deux continents. La compétition a finalement eu lieu en Guinée Equatoriale.

La décision de la CAF est en tout cas un terrible désaveu pour Tokyo Sexwale, seul candidat africain en lice, et va renforcer les spéculations sur son éventuel désistement en faveur du Cheikh Salman. L'homme d'affaires sud-africain, ancien compagnon de route de Nelson Mandela, a lui-même déjà ouvert la porte à cette possibilité la semaine dernière en déclarant qu'il ferait "tout pour que le président de la Fifa soit d'Afrique ou d'Asie, mais pas d'Europe", ajoutant que "le temps des alliances est venu". Sa propre fédération (SAFA) a également récemment fait part de ses "inquiétudes" devant la "discrétion" de sa campagne.

Il reste néanmoins un gros écueil à éviter pour le Cheikh Salman : plusieurs organisations de défense des Droits de l'Homme ont pointé du doigt son rôle présumé dans la répression du mouvement de contestation du régime au Bahreïn en 2011. Autre point faible : son éventuelle accession à la tête de la Fifa remettrait un coup de projecteur sur l'attribution du Mondial-2022 au Qatar, dont il a été un fervent partisan. Une telle carte de visite fait désordre alors que la Fifa reste embourbée dans la pire crise de son histoire sur fond de soupçons de corruption.

…L’Egypte avec le Prince Ali
Alors que la CAF vient officiellement de donner son soutien au Cheikh Salman, le Prince Ali a annoncé bénéficier de la voix de la... fédération égyptienne !
Les rebondissements dans l'élection à la FIFA sont nombreux puisque la confédération africaine de football a expliqué que Tokyo Sexwale s'était retiré de la course quand le Sud-Africain déclarait quasiment au même moment à une chaîne de télévision de son pays qu'il était toujours candidat.

AFP


HippismeLes turfistes vont encore rallier demain dimanche l’hippodrome municipal Ndiaw Macoudou de Thiès à l’occasion de la 3e journée hippique de l’année. Cinq courses sont inscrites au programme pour un effectif total de 53 chevaux. Le galop du groupe 3 sera le plus attendu du fait que les treize autres concurrents en lice vont se mobiliser pour barrer la route à « Jappul Bayi » qui tient à signer sa 3e victoire d’affilée. Rappelons que la première course va démarrer impérativement à 16h30 précises.

Les concurrents
10 Pda (1200m) Bebe Rama, Anna Fall, Yacine Ndiaye, Mis Baah, Pdt Cheikh, Acte De Noblesse, Ndeguegne, Thiam Gallo, Rafet Njort, Bismillahi Jamm

16 Poulains De 3ans (1650m) Petit Tonnerre, Awa Diop, Aminata Mbengue, Magoum Keur, Oumar Toure, Treve, Mamie Ngone, Tom, Masath Wakhla, Darou Khoudoss, Mandel, Alice, Shahine, Bidewu Njambur, Capitaine Dina Ndiaye

7 chevaux du Groupe 1 (2200m) Lingger Bi, Taal Bou Yalla Taal, Pr Oumar Bao, Al Fath, Dares Salam, Nous Deux, Diane

6 chevaux du Groupe 2 (2200m) Lafafou, Faydou, Le Maire, La Grande Royale, Baraka, Rassoul

14 chevaux du Groupe 2 (2200m) Bakka, Doylou, Bourakh, Yenne, Thinks Giving, Adja Colle Fall, Fama Diagne, Jappul Bayi, Bebe Khady, Niody, Assirou, Neelen Kaar, Khan, Lawla Cat

EL H Yamar DIOP


Last modified on samedi, 26 mars 2016 20:48

basketball panierL’Asc Ville de Dakar, leader de la Poule A des féminines avec deux victoires en 2 matches, pourra-t-elle être ralentie dans sa marche par le Diaraf (3ème avec 3 points), ce soir au stadium Marius Ndiaye ? C’est la grande question au matin de la 3ème journée des championnats nationaux de D1 de basket qui débute aujourd’hui. Pas sûr. Tout comme bien d’autres équipes mal parties après deux journées et qui auront du mal à profiter de ce troisième tour pour enfin lancer leur saison. C’est le cas notamment de Zig BC qui rend visite à Mbour BC presque aussi mal en point mais qui aura l’avantage du terrain. Voire de Kaolack BC dont ce même avantage du terrain pourrait ne pas suffire face à Bopp.

En garçons, ce sera pareil pour l’USO contre un DUC revanchard après sa défaite du tour précédent contre Mermoz et dès cet après-midi de MBA devant l’ASFA, leader de la Poule B.

Le programme :
AUJOURD’HUI à Marius Ndiaye : 16h : MBA – ASFA (PB garçons) ; 17h30 : Douanes – SIBAC (PB garçons) ; 19h : Diaraf – Ville de Dakar (PA filles)

Au jardin public de Rufisque : 16h : Saltigué – Rail (PA garçons)

Au terrain de la Préfecture de Louga 16h : Louga BC – UGB (PA garçons)

Au stade Lamine Guèye de Kaolack 16h : Kaolack BC – Bopp (PA Filles)

Au CDEPS de Mbour 16h : Mbour BC – ZBC (PB filles)

DEMAIN à Marius Ndiaye 15h : ASFO – JA (PB filles), 16h30 : Duc – Uso (PA filles) ; 18h : USO – Duc (PA garçons)

Au stadium Joseph Gaye de St-Louis : 15h30 : SLBC – As Thiès (PB garçons) ; 17h SLBC – UGB (PB filles)


Rugby BallonLa 3ème journée du championnat élite de rugby à XV (Top 10) se dispute ce dimanche à Bel-Air et Iba Mar Diop. Diambars et l’Asfa qui viseront la passe de trois après deux sorties victorieuses, ont l’occasion de creuser l’écart sur leurs poursuivants. Dans cette journée marathon, ce sont les seconds couteaux qui ouvriront le bal à Bel-Air où la poule B sera à l’œuvre. Avec d’abord le face à face entre Guédiawaye RC et le Rugby Club de Nianing ; deux équipes qui accusent un retard à l’allumage après deux sorties pour le premier et un match disputé pour le second.

En seconde heure, le leader Asfa (9 points) accueille les Tigres de Ouakam qui complètent le podium avec une seule unité ; dans ce groupe, Yeumbeul (2ème, 8pts) est au repos. Dans la poule A, le champion en titre est également intraitable avec deux victoires bonifiées.

Ainsi avec 10 points, Diambars cherche un troisième succès face aux Requins (3ème, 4 points) afin d’accroître l’avance sur S’en-Fout-le-Score qui est au repos pour cette journée.

Demain à Bel Air à 14h30 : Guédiawaye RC – Rugby Club Nianing ; à 16h30 : ASFA – Tigres de Ouakam ; à Iba Mar Diop à 14h30 : Requins – Diambars ; à 16h30 : Yoff RC – Sélection U19.

O. POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Football tirLa Fédération sénégalaise de football organise, le 24 février, un grand rassemblement sportif en football féminin.

Cet événement entre en droite ligne dans le programme de la Fifa baptisé « Live your Goals » et destinée à « la sensibilisation et à la promotion du football féminin au sein de ses associations membres », indique le communiqué de la Fédération sénégalaise de football parvenu à notre rédaction.

Au total, 300 jeunes filles sont attendues à cette « importante manifestation » prévue à partir de 10 heures au stade Léopold Sédar Senghor.


Football 2016« Lions » locaux et « Mourabitounes » de Mauritanie se croisent cet après-midi au stade Caroline Faye de Mbour, en match international amical. Faute de s’être qualifiées au Chan « Rwanda 2016 » dont la finale oppose dimanche à Kigali la Rd Congo et le Mali, ces deux équipes nationales vont donc se consoler comme elles peuvent. Les « Lions » de Moustapha Seck avaient été éliminés de cette « Can des joueurs locaux » par la Guinée qui, pour sa première participation, a été jusqu’en demi-finales et n’a été sortie que par la Rdc et aux tirs au but. Les Mauritaniens, eux, avaient buté sur l’obstacle malien, des « Aigles » dont l’envol se poursuit encore au « Pays des Mille collines ». Les voici donc à se faire face. Mais pas pour se raconter leurs mésaventures et pleurer sur leurs mauvaises fortunes respectives. Pour plutôt préparer les futures échéances, dont la toute prochaine pour les « Lions », le 10 février courant à Miami (Etats-Unis) face au Mexique, encore en amical.

Les Sénégalais auront aussi, dans un coin de la tête, que ce sont ces « Mourabitounes » qui les avaient éliminés sur le chemin du Chan 2014 en Afrique du Sud. Pour sa première qualification à une compétition continentale, la Mauritanie avait en effet mis fin à une très longue période de domination de son voisin du Sud. Alors, un parfum de revanche sur le stade Caroline Faye ? Peut-être pas, même si, comme pour chaque match, il faudra penser à s’imposer. D’autant que cette sélection sénégalaise ne cesse de susciter des interrogations depuis la publication de la liste des joueurs qui la composent. Et pour cause, des 22 joueurs retenus, seul un Chérif Salif Sané, évolue dans une formation du haut du tableau. Pire, 7 joueurs sont issus de Diambars, actuelle lanterne rouge de la L1, entre autres bizarreries. Et ni le meilleur buteur de L1 (Daouda Ndiaye Guèye de l’As douanes), ni celui de la L2 (Aboubacrine Sall de Tengueth Fc) n’ont trouvé grâce aux yeux des techniciens en charge de cette équipe.

Cette liste a, selon l’entraîneur national Moustapha Seck et le Dtn Mayacine Mar, été confectionnée au nom d’une certaine continuité ; la forme du moment n’étant pas forcément un critère de choix, à leurs yeux. Des arguments plus que discutables qui, en plus, mettent une pression supplémentaire sur les techniciens et leur équipe. Car, s’ils se font battre à domicile cet après-midi (ce qui serait une bien grosse première) par une Mauritanie décomplexée et en pleine confiance depuis justement qu’elle avait éliminé le Sénégal de la course au Chan 2014, ils auront … fière allure.

B. K. N.


CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.