banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (3964)

Sport

Une deuxième participation au Mondial seize ans après, c’est la forte probabilité. Leader du groupe D, avec une longueur de deux points d’avance sur le Burkina et le Cap-Vert, sa victime de samedi, le Sénégal a fait un grand pas vers la Russie.

Les Lions ont désormais leur destin en mains. Un succès contre les Bafana Bafana dans un mois, le 10 novembre prochain, serait suffisant à Sadio Mané et compagnie pour s’ouvrir les portes de la Russie en 2018. Ayant l’avantage d’avoir encore deux matches au programme, contrairement au Burkina Faso et au Cap-Vert, respectivement 2e et 3e du groupe, le Sénégal pourrait donc tuer tout suspense dès le 10 novembre prochain. Ailleurs, en Afrique, le Nigeria et l’Egypte sont les premiers qualifiés avant terme. En Europe, outre le pays organisateur, la Russie, l’Allemagne, l’Angleterre, la Belgique, l’Espagne, la Pologne ont décroché leur visa d’entrée en Russie. C’est aussi le cas pour le Brésil, le Mexique, le Costa Rica en Amérique du Sud.
En Asie, le Japon, l’Arabie Saoudite, l’Iran et la Corée du Sud sont aussi qualifiés.

Au total, 15 pays ont déjà acquis leur qualification pour la prochaine édition de la Coupe du Monde dans moins d’un an (14 juin – 15 juillet 2018).

A. SAMBOU (envoyé spécial à Praia) 

Repoussée plusieurs fois, la finale de la coupe du Sénégal masculine va se jouer ce dimanche au stadium Marius (une décision prise par les autorités fédérales après leur réunion la semaine dernière). De ce fait, le Dakar Université Club (Duc) et l’As Douanes vont s’affronter pour cette grande finale qui va clôturer la saison 2016-2017. En effet, les deux équipes ont battu respectivement l’Asfa (63-57) et Louga Bc (79-61) lors des demi-finales retour.

Vainqueur de l’édition 2016, les Lougatois avaient pourtant remporté le match aller (66-53). L’événement de ce dimanche sera également une occasion pour la Fédération sénégalaise de basketball de récompenser le Roi (Louis Adams) et la Reine (Ndèye Sène) de la saison, ainsi que les révélations, les meilleurs coachs et le meilleur arbitre.

Absa NDONG

 

 

Après une année blanche, Tapha Tine renouera avec la compétition cette saison. Vice-champion au tournoi de lutte de la Tnt (Télévision numérique terrestre), le « géant du Baol » tentera de réussir la passe de deux face à son adversaire Yékini Jr qu’il avait déjà battu en 2007.  Un nouveau succès sur le transfuge de l’écurie Ndakaru le rapprocherait davantage de ses rivaux de la cour des grands qui ont pris quelques longueurs d’avance sur lui.

Auteur d’une année blanche, Tapha Tine, le « géant du Baol », va renouer avec la compétition à la faveur de cette saison de lutte 2017-2018. Il a réussi à trouver chaussures à ses pieds grâce à « Lewto » Production qui vient d’investir le milieu de la lutte. L’enfant de Réfane en découdra contre Yékini Jr, une vieille connaissance. En 2007, les deux ténors, à l’époque de jeunes espoirs, s’étaient déjà jaugés. La partie, très disputée, avait finalement tourné en faveur du porte-étendard de l’écurie Baol Mbollo. Dix ans après, l’ex-sociétaire de l’écurie Ndakaru et le « géant du Baol » vont, à nouveau, devoir solder leurs comptes. Battu lors de la première rencontre, Yékini Jr qui porte actuellement les couleurs de l’écurie « Door Waar », aura à cœur de prendre sa revanche et de signer une nouvelle victoire à la suite de son grand succès obtenu aux dépens de Modou Anta en 2015.

Tapha Tine voudra, quant à lui, réussir la passe de deux en signant son deuxième succès sur l’ex-lieutenant de Yékini. Largement dominé par Balla Gaye 2 en 2013, il a réussi à se relancer dans la course ces deux dernières saisons. Coopté dans le tournoi de la Tnt qui s’est déroulé en 2014 et 2015 (Tournoi de la télévision numérique terrestre), le sociétaire de l’écurie Baol Mbolo est sorti deuxième à l’issue de la compétition, avec, à son actif, deux succès contre une défaite. Lors de la première journée, il bat sans difficultés Gouye gui, « le roi du Simpi », faisant oublier sa débâcle contre Balla Gaye 2 un an plutôt.  Mais la joie n’est que de courte durée. Tapha Tine, qui pêche souvent par excès de confiance voire par négligence, s’est fait piéger par le rusé Ama Baldé, à l’occasion de la seconde journée. Grâce à cette belle victoire, le fils de Falaye Baldé porte à deux le nombre de ses succès remportés dans le tournoi ; ce qui le met en pole position pour le sacre final. Capable du pire comme du meilleur, Tapha Tine renoue avec la gagne lors de la troisième et dernière journée.

Mieux, il inflige un retentissant Ko à Zoss, terminant vice-champion, juste derrière Ama Baldé qui a gagné tous ses trois combats. Dans l’ensemble, il a fait un bon tournoi ; même si à l’arrivée, il ne s’est pas adjugé le sacre.

Toutefois, le sociétaire de l’écurie Baol Mbolo passe une année blanche en 2016-2017 à l’image de la plupart des ténors. Tout comme son adversaire resté deux saisons sans disputer la moindre compétition, Tapha Tine sera donc très attendu par les amateurs et ses supporters. Un nouveau succès aux dépens de Yékini Jr serait une excellente opération et le rapprocherait davantage de ses rivaux de la cour des grands qui ont pris quelques longueurs d’avance sur lui. En cas de victoire, il pourrait également avoir l’embarras du choix concernant ses futurs adversaires. Une chose est sûre : l’enfant de Réfane devra, à tout prix, remporter cette affiche s’il veut toujours concrétiser son rêve de retrouver sa place parmi les ténors voire conquérir tout bonnement le trône. En revanche, une nouvelle contreperformance risque de ternir davantage son palmarès, en plus de compromettre encore plus ses chances de réaliser son ambition dans l’arène.

Diégane SARR

 

Il est l’un des probables titulaires pour l’animation du jeu des Lions dans le milieu du terrain. Compte tenu de sa régularité dans la Tanière depuis quelques temps, Pape Alioune Ndiaye peut, en effet, s’attendre à entamer le match. Dans tous les cas, il rassure qu’il est déjà prêt pour relever le défi. Le milieu offensif de Galatasaray (Turquie) s’attend certes à un match difficile, mais il estime que l’équipe du Sénégal est bien consciente de ce qui les attend cet après-midi.

Malgré le nouveau contexte de ce match qui se jouera sur une pelouse synthétique, Pape Alioune Ndiaye ne se fait pas de soucis. « Nous n’avons, certes, pas l’habitude de jouer sur du gazon synthétique, mais nous avons une grande capacité d’adaptation.

Aujourd’hui, je peux dire que nous sommes prêts. C’est comme si nous allons jouer sur du gazon naturel. Nous sommes prêts à répondre présent pour remporter cette rencontre », rassure le milieu offensif de Galatassaray, en Turquie. Certes, l’adversaire du jour a repris confiance après ses deux succès consécutifs contre l’Afrique du Sud et une deuxième place à égalité de points avec le Burkina Faso leader du groupe D, mais Pape Alioune Ndiaye ne semble pas ébranlé. « C’est vrai que cette équipe du Cap-Vert est en pleine confiance en ce moment parce qu’elle a remporté ses deux derniers matches, mais il va falloir être costaud à tous les niveaux aujourd’hui. Nous en sommes bien conscients et c’est la raison pour laquelle nous avons bien travaillé », dit-il d’un ton rassurant. Ce, d’autant que « les matches se suivent mais ne se ressemblent pas.

Chaque match a un contexte particulier. Nous, nous essayons de nous bonifier jour après jour. Nous espérons être au top le jour du match », poursuit le « Turc » pour calmer les craintes des Sénégalais qui doutent des capacités de leur équipe après le passage à vide depuis deux journées contre le Burkina Faso. Pour rappel, les deux équipes se sont neutralisées à Dakar (0-0) et à Ouagadougou (2-2) lors des deux précédentes journées. Pire, les Lions n’ont enregistré dans ces éliminatoires du Mondial en Russie, qu’une seule victoire et c’était contre le … Cap-Vert (2-0) lors de la première journée, il y a un an au Stade Léopold Sédar Senghor. Autant donc déduire que les Requins bleus ont non seulement une revanche à prendre à domicile cet après-midi, mais une place de probable mondialiste à jouer. Les Lions peuvent donc s’attendre à tout. Mais cela ne semble inquiéter outre mesure Pape Alioune Ndiaye.

Dans tous les cas, il affiche sa ferme ambition de capturer des Requins bleus aujourd’hui dans les eaux de l’Océan Atlantique. En fait, le milieu de terrain relayeur des Lions ne s’attend pas à une autre motivation extérieure pour se surpasser sur le terrain. « Toutes les équipes sont ambitieuses. Je n’ai jamais vu une équipe aborder un match sans l’envie de le remporter. Le Cap-Vert a la même ambition que le Sénégal, mais ce sera l’équipe la plus forte sur le terrain qui s’imposera », souligne-t-il.

Match contre l’Afrique du Sud
En annulant le match contre l’Afrique du Sud avant de le reprogrammer le 10 novembre prochain à Polokwane, la Fifa a offert une chance au Sénégalais. Mais Pape Alioune Ndiaye refuse de voir cette décision de la Fifa comme une certaine faveur pour les Lions. D’après lui, « ce n’est qu’une justice qui a été faite. Tout le monde sait ce qui s’est passé là-bas en Afrique du Sud. La pilule avait du mal à passer. Aujourd’hui, on va rejouer ce match, il n’y a pas de commentaire à faire là-dessus. En tout cas, on ne méritait pas de perdre les 3 points, donc à défaut de ne pas les avoir on va rejouer ce match » se défend –il.

 

La Can 2017 féminine de volleyball démarre ce samedi à Yaoundé au Cameroun. Une compétition qui a lieu du 7 au 14 octobre en direction de laquelle la Confédération africaine (Cavb) a procédé hier, au tirage au sort de la phase finale. Alors que les organisateurs annonçaient la venue de 16 formations, 9 équipes y prennent finalement part.

Avec le tirage, l’instance continentale a donc réparti les équipes en lice dans les deux groupes constitués à cet effet. Dans la Poule B où elles se retrouvent, les Lionnes du Sénégal auront pour adversaires au premier tour, les Kényanes, vainqueurs des trois dernières éditions, les Tunisiennes, les Nigérianes et les Congolaises de la République démocratique ; des adversaires contres lesquelles les Lionnes doivent d’ailleurs ouvrir la compétition à partir de 14 heures locales. Dans son groupe, le Sénégal devra batailler pour se tirer d’affaire et terminer parmi les quatre premiers pour se qualifier en quarts de finale.

Dans le groupe A, le Cameroun, pays hôte et médaillé de bronze en 2011, 2013 et 2015, sera en compétition au premier tour avec l’Algérie qui a perdu les trois dernières finales de la Can, le Botswana et l’Egypte. L’ambition affichée et réaffirmée par les uns et les autres dans le groupe du Sénégal (dirigeants, staff et joueuses) est de faire mieux que lors des quatre précédentes éditions (2011, 2013, 2013 et 2015) qui avaient vu les protégées du coach Amadou Sène terminer à la 4ème place continentale. C’est clairement le podium que le Sénégal vise même si l’équipe ne cracherait pas sur une place de finaliste qui lui ouvrirait les portes de la prochaine Coupe du monde de la discipline. Des visées mondiales qui vont ainsi apporter du piquant dans cette compétition où les grosses pointures du Continent sont encore attendues ; à l’image des Kényanes, des Algériennes et représentantes du pays hôte, les Camerounaises. Un quatuor gagnant de la dernière édition avec le Sénégal auquel il faut ajouter la Tunisie et l’Egypte qui affichent également leurs ambitions. Pour rappel, les rencontres auront lieu du 7 au 14 octobre au Palais polyvalent des Sports de Yaoundé (Paposy).

Poule A : Cameroun, Algérie, Botswana, Égypte

Poule B : Tunisie, Kenya, Rdc, Sénégal, Nigeria.

O. POUYE

Last modified on samedi, 07 octobre 2017 13:58

L'Allemand Jupp Heynckes (72 ans) a été nommé, vendredi, entraîneur du Bayern Munich, où il a déjà entraîné à trois reprises.
Jupp Heynckes, entraîneur du Bayern Munich de 1987 à 1991, en 2009 pour un court intérim puis de 2011 à 2013, va entraîner le club pour une quatrième fois, a annoncé le champion d'Allemagne vendredi. L'Allemand (72 ans) succède au Français Willy Sagnol, resté un seul match (2-2 chez le Hertha Berlin) à la tête de l'équipe première pour assurer l'intérim après le départ de Carlo Ancelotti.

Parti à la retraite après le triplé C1-Bundesliga-Coupe réalisé en 2013, Heynckes va officier à la tête de l'équipe bavaroise jusqu'à la fin de la saison.

« Ce n'est pas un comeback, c'est un service d'ami, a expliqué Heynckes, très proche du président Uli Hoeness, au magazine Kicker. Et je l'ai fait uniquement parce que je dois énormément au Fc Bayern. J'ai un très bon pressentiment, on peut démarrer tout de suite. » « Jupp Heynckes est un maître en matière de gestion humaine et de tactique, assure pour sa part le directeur sportif Hasan Salihamidzic. Nous sommes convaincus qu'il est exactement la bonne personne pour aider l'équipe à retrouver le chemin du succès, dans la situation actuelle, et pour atteindre nos objectifs ».  
Quintuple champion en titre, le Bayern est actuellement classé deuxième en Bundesliga, à cinq longueurs du leader Dortmund qui compte 19 points après sept journées. Mais c’est la lourde défaite 0-3 essuyée au Parc des Princes face au PSG, il y a une dizaine de jours, lors de la 1ère journée de la Ligue des champions qui a été la goutte d’eau de trop avec le limogeage de l’entraîneur Carlo Ancelotti.

(Avec l’équipe)

Tous les clubs de tir de Dakar, pour une première édition, ont fini de se préparer et à leur niveau il y a de la motivation. Du côté fédéral, Mamadou Bâ n'a rien négligé car invités, spectateurs, officiels et compétiteurs seront dans de bonnes conditions comme à l'accoutumée. Dans le cadre de l'organisation, la Fédération sénégalaise de tir et chasse (Fstc) veut faire de la coupe du ministre des Sports, un événement exceptionnel ce week-end au champ de tir de l'école nationale de la gendarmerie de Ouakam. C'est pourquoi, ce rappel du secrétaire général à son importance. « Je vous rappelle que les inscriptions pour la coupe du ministre des Sports seront clôturées ce jeudi à 18 heures. Sans compter les droits d'inscription pour prendre part à la compétition », confie El Hadji Dioum. Au plan de la participation, on ose croire que nous aurons au pas de tir les espoirs du tir sénégalais aux préliminaires le samedi et les finales le dimanche. En tout cas, la coupe du ministre des Sports est source de motivation pour les tireurs qui se livreront des duels épiques. Au pistolet, on aimerait revoir du côté des dames la vice-championne d'Afrique, Sinna Niang de l'Association dakaroise de tir (Adtc) avec ses coéquipières Marième Fall, Fatou Seck et Sokhna Niang de Kew. Certainement, la légion féminine de la Police et de la Douane seront de la partie. Mais attention à l'équipe de la Douane qui, au fil des compétitions, devient accrocheuse. Ils ne lâchent rien et ont fini d'afficher leur ambition au niveau du tir. D'ailleurs, ils ne lésinent pas sur les moyens et en s'entraînant maintenant dans leur propre stand avec des armes de dernière génération, ils peuvent faire mal. Du côté des garçons, le duel sera entre Waly Faye et El Hadji Dioum du même club à moins que Mamadou Faye et Marcel Niane, tous deux de la gendarmerie, leur contestent la suprématie. Ils ne s'aligneront pas au pas de tir en victime expiatoire, c'est sûr. C'est dire que la lutte sera très âpre à Ouakam ce dimanche à l'occasion des finales. Même cas de figure au skeet ball trap avec Clément Fakhoury, Nicolas Haddad, Hussein Zein, Hassan Ramlaoui et autres.
Au skeet, Hassan Saleh a aussi pris ses dispositions. « Pour ce qui est du skeet, on avait parlé de 75 plateaux (3 parcours) le samedi, la finale le dimanche. Pour le parcours de chasse, on fera 2 parcours et la somme des deux désignera le podium ».

Et Mamadou Bâ d'exhorter la famille du tir à se retrouver autour de cet événement pour le rendre agréable. Plusieurs disciplines seront au programme. Il s'agit du skeet ball trap, du parcours de chasse, du pistolet air comprimé 10M, du pistolet P22 sur 15 mètres.

El Hadji Yatma LO

Kampala, la capitale de l’Ouganda, accueille aujourd’hui et demain, l’Africa Men’s Sevens : une compétition de rugby à VII à laquelle prennent part dix formations masculines du Continent. Les Lions du Sénégal qui y prennent part seront ainsi en lice au même titre que le Botswana, l’Ouganda, le Ghana, Madagascar, le Maroc, l’Ile Maurice, la Tunisie, la Zambie et le Zimbabwe. Ainsi, après les filles qui étaient à Tunis il y a quatre semaines et dont le tournoi s’est achevé avec le sacre des Sud-Africaines aux dépens des Kényanes, c’est au tour des messieurs de s’affronter deux jours durant. Dans la poule A, l’Ouganda, pays hôte, aura pour adversaires au premier tour, la Tunisie, le Maroc, le Ghana et la Zambie. Le Sénégal qui avait terminé à la 9ème place lors de la dernière édition disputée à Nairobi, au Kenya, est logé dans le Groupe B ; il devra pour sa part, affronter tour à tour le Botswana, le Zimbabwe, Madagascar et l’Ile Maurice pour valider son ticket pour le second tour.

Une compétition non-stop lors de la première journée qui sera ainsi très chargée pour les uns et les autres dans des parties longues de 22 minutes chacune. Après la première journée, les quatre premières équipes de chaque poule se retrouveront dans des quarts de finale croisées qui verront les huit rescapées vont rechercher une place en demi-finales. Ces rencontres devront d’ailleurs désigner les prochains représentants du Continent à la Coupe du monde de Rugby à VII qui aura lieu à San Francisco (Etats-Unis) en 2018. Il s’agit des deux équipes finalistes qui donc, en plus du titre continental, joueront pour être du rendez-vous mondial. La compétition qui s’ouvre aujourd’hui servira également de prétexte pour Rugby Afrique, pour désigner les deux équipes qui seront qualifiées au tournoi de repêchage des World Series de Hong Kong. Tout comme les deux équipes qui seront qualifiées aux Jeux du Commonwealth ; un pari qui concerne les équipes éligibles.

O. POUYE

Liste des 12 Lions : Sémou Momath Diamé, Moussa Gueye, Mamadou Fall, Omar Diouf, Stéphane Richard Thiour Ndong, Insa Thior, Babacar Ba, Thilla Beye Dieye, Mamadou Sarr, Mamadou Lamine Niang, Oumar Paul Camara, Ibrahima Diaby. Coach : Gora Faye.

 

Last modified on vendredi, 06 octobre 2017 13:10

En perdant son quatrième combat consécutif la saison passée, au profit de Sitteu, Zoss s’est davantage compliqué la tâche. Alors qu’il n’y a pas longtemps, les portes de la cour des grands lui semblaient grandes ouvertes, il lui sera de plus en plus difficile de se retrouver au-devant de l’arène. Tout n’est cependant pas perdu pour ce lutteur très  « show » qui reste couru par les promoteurs malgré ses mauvaises performances.

Zoss est dans la tourmente. Depuis 2014, date de sa dernière victoire (contre Gouye gui), le leader de l’écurie « Door Doraat » se débat pour sortir la tête de l’eau. Sans succès. Ces deux dernières saisons, il a perdu quatre combats en autant de sorties. Une véritable chute libre qui a fini d’hypothéquer presque toutes les chances du grand frère de Garga Mbossé d’accéder au sommet de l’arène.

Révélé au grand public à la faveur du mini-championnat de lutte avec frappe organisé en 2007 par le promoteur Luc Nicolaï, Zoss a su tisser sa toile dans l’arène au point de se faire une place au soleil. En 2011, il réussit un grand coup en dominant, un peu à la surprise générale, l’autre « show man » Gouye gui, au terme d’un combat qui l’a vu montrer sa véritable nature de renard ; tant l’homme avait fait preuve de beaucoup de ruse et d’ingéniosité. Après un faux-pas contre sa bête noire, Papa Sow, le « puma » de Fass  en janvier 2012, le champion des Parcelles assainies s’était vite relancé dans la course en administrant un cours de lutte aux dépens de Boy Niang 2 ; au grand bonheur de ses supporters. Mais le meilleur restait à venir ! En 2013, Zoss, décidément en forme, surprenait encore agréablement les amateurs de lutte et ses fans, grâce à une démonstration de force sur Tidiane Faye, surnommé « le professeur de Lansar ». Cette période faste prit fin en 2014, quand il signait sa deuxième victoire sur Gouye gui, « le roi du Simpi », à la suite d’une décision médicale. Avec ce énième succès, le chef de file de l’écurie « Door Doraat » visait maintenant la cour des grands. Et le tournoi de la Tnt (Tournoi de la télévision numérique terrestre) initié par Rdv productions lui en donnait l’opportunité. Malheureusement, les dieux de l’arène semblent, depuis, lui avoir définitivement tourné le dos. Lors du tournoi de cette compétition, il perd tous ses combats (trois au total), occupant la dernière position, derrière ses tombeurs, Gouye gui, Tapha Tine et le champion, Ama Baldé, auteur d’un sans-faute avec trois succès en autant de confrontations. La saison passée,  Zoss tente un énième retour victorieux afin de mettre un terme à cette série noire de trois défaites d’affilée, mais se heurte au refus catégorique de Sitteu. Pire, le grand frère de Garga Mbossé touche carrément le fond en se faisant battre par KO par le « phénomène de Lansar. Grâce à cette victoire retentissante, le coéquipier de Ness, scellait ainsi son grand retour à la suite de sa débâcle contre Sa Thiès en 2015.  En revanche, Zoss s’est davantage compliqué la tâche avec cette quatrième défaite consécutive.

Alors que les portes de la cour des grands lui semblaient, il n’y a pas longtemps, grandes ouvertes, il lui sera désormais très difficile de revenir au-devant de l’arène. Tout n’est toutefois pas perdu. Certes Zoss n’a pas encore obtenu un face-à-face pour cette nouvelle saison, mais il reste, en effet, un lutteur très « show » et très couru des promoteurs.

Ce qui laisse penser qu’il peut toujours espérer trouver chaussures à ses pieds, malgré sa chute libre qui n’en finit plus. D’autant plus qu’il a encore de potentiels adversaires dans l’arène parmi lesquels Ness, la « baleine de Lansar », qui est lui aussi en eaux troubles et en quête d’un second souffle. 

Après quelques années sabbatiques, le chef de file de l’écurie Lansar avait renoué avec la compétition la saison passée. Il avait toutefois perdu son face-à-face avec Sa Thiès.
Gouye gui et Zarco, qui relèvent tous deux de défaite, font également office de potentiels adversaires pour le lutteur des Parcelles assainies. La balle est donc dans le camp des promoteurs qui, comme d’habitude, lui tendront certainement la perche.

Diégane SARR

 

Dans un communiqué, les avocats de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf), Lamine Diack, « s'étonnent du contenu tapageur et irresponsable de certaines déclarations » parues récemment dans la presse.

Ces robes en noire déplorent les risques que de tels propos font peser sur la défense du président Lamine Diack et disent prendre acte, avec satisfaction, du soutien des autorités publiques sénégalaises en faveur de leur client. Les avocats remercient l’opinion publique sénégalaise pour les témoignages de sympathie et de soutien à l’ancien patron de l’Iaaf, en référence à la pétition initiée récemment en sa faveur. Ces derniers soulignent qu’ils n’ont « aucune relation d'aucune sorte avec Monsieur Pape Massata Diack et opposent les plus vifs démentis a ses déclarations publiques selon lesquelles il serait informé par les avocats de son père. « C'est là une contre-vérité », poursuivent-ils.
Les avocats rappellent avoir conduit, depuis le mois de novembre 2015, la défense du président Lamine Diack en raison de sa confiance renouvelée envers ses conseils, en accord total avec lui sur la ligne de défense arrêtée après concertation, en vue de la sauvegarde exclusive de ses intérêts. « Dans I’exercice de cette mission délicate, les avocats soussignés ne permettent pas à un mis en cause dans cette affaire, de juger leur travail qui poursuit la seule défense de Lamine Diack dans le respect du secret de I’instruction ». Par conséquent, ajoutent-ils, aucune communication publique n'aura lieu qui ne soit utile à leur client.

Pour les avocats de l’ancien président de l’Iaaf, la procédure d'instruction actuellement en cours appelle à une stricte distinction des responsabilités. Selon eux, toute affirmation prétendant défendre Lamine Diack et démentie par les éléments du dossier, a pour effet d'exposer ce dernier ; précisant qu’ils sont les seuls habilités à s'exprimer au nom de celui-ci. Ils ajoutent que le respect de ses intérêts impose d'éviter tout amalgame entre sa situation et celle des autres mis en cause dans cette affaire.

Les avocats insistent sur la nécessité d'une défense propre à chaque mis en cause à l’aune de ce qui lui est reproché, et que l’instruction cherche à établir. « Les avocats s'évertuant à prouver son innocence, n'entendent laisser les responsabilités de Monsieur Lamine Diack arrimer à aucune autre responsabilité », peut-on encore lire dans le document. Ils invitent chacun à « s'inspirer du courage et de la dignité » dont fait preuve leur client en affrontant la Justice française ». Les avocats disent poursuivre avec détermination et espoir leur tâche devant les juridictions pénales et non devant le tribunal de I’opinion publique. D’après les robes en noire, Lamine Diack, malgré son âge, demeure mobilise et combatif, et fait preuve d'un sang-froid et d'une sérénité exemplaires. Enfin, ils soulignent qu’ils s’attellent à obtenir, en attendant la justice divine, que celle des hommes restaure I’honneur de leur client.

Lamine Diack est interdit de sortie du territoire français depuis novembre 2015, dans le cadre l’affaire du dopage qui a éclaboussé l’athlétisme mondiale.

D. SARR

 

Carlos Nuzman, président du Comité olympique brésilien et du comité d'organisation des Jeux de Rio, soupçonné d'avoir acheté des voix pour obtenir les JO-2016, a été arrêté jeudi au Brésil, a indiqué la police brésilienne.
Nuzman, 75 ans, est accusé des délits de "corruption, blanchiment d'argent et participation à une organisation criminelle", selon le communiqué publié par la police. Une vingtaine de policiers ont procédé aux premières heures de la matinée, à Rio, à l'interpellation du dirigeant ordonnée par un juge fédéral, ainsi qu'à l'arrestation du directeur général des opérations du comité d'organisation des JO, Leonardo Gryner, selon un photographe de l'Afp présent sur les lieux.
Le 5 septembre, Carlos Nuzman avait été interrogé durant plusieurs heures par la police fédérale qui le soupçonne d'avoir été "l'élément central" d'un réseau présumé de corruption ayant permis à la ville d'obtenir les jeux Olympiques.
La résidence de Nuzman, située dans le très chic quartier de Leblon, avait été perquisitionnée, de même que le siège du Comité olympique brésilien et de nombreuses entreprises cariocas. Son passeport lui avait été confisqué. A cette opération participait des représentants français de la police et de la justice, dont le célèbre juge anti-corruption Renaud Van Ruymbeke. Simultanément, les autorités françaises avaient passé au crible le domicile d'un intermédiaire brésilien installé en France, dans le cadre d'une enquête ouverte en 2015 en France sur les soupçons de corruption dans les élections de Rio-2016 et de Tokyo-2020. La justice brésilienne soupçonne l'ex-gouverneur de Rio, Sergio Cabral -qui purge actuellement une peine de 14 ans de prison pour corruption passive et blanchiment d'argent- d'avoir été le cerveau de cette opération qui aurait eu pour objet le versement de pots de vin pour un montant de deux millions de dollars au Sénégalais Papa Massata Diack, fils de l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme et ex-membre du Cio, Lamine Diack.

AFP -

 

Battu quatre fois lors de ses cinq dernières sorties, Gouye Gui n’aura pas droit à l’erreur cette saison face à Sitteu, « le phénomène de Lansar ». Seule une victoire lui permettrait de se relancer dans la course ! Une mission à hauts risques face au poulain de Max Mbargane, brillant tombeur de Zoss la saison dernière et déterminé à poursuivre son envol.

Gouye gui, le poulain de Mor Fadam, va mal, très mal.  Il a été battu la saison dernière par Boy Niang 2, qui depuis son retour dans l’arène en 2014 ne cesse d’aligner les succès ; au grand bonheur de ses supporters. Une défaite qui a empêché le « roi du Simpi » de signer un retour victorieux après sa mauvaise performance notée la saison précédente au Tournoi de lutte de la Tnt (Télévision numérique terrestre). Lors de cette compétition qui a été organisée par Rdv Productions, le porte-étendard de l’école de lutte Mor Fadam s’était classé avant-dernier, devant Zoss, bon dernier avec 0 victoire et trois défaites d’affilée.  Le coéquipier de Sa Cadior 2 avait pris le dessus sur le grand frère de Garga Mbossé à l’occasion de la deuxième journée à la faveur d’un retentissant Ko. Après une défaite d’entrée à l’occasion de la 1ère journée face à Tapha Tine, le « géant du Baol », il prenait ainsi sa revanche de fort belle manière sur le leader de l’écurie « Door Dooraat », auteur d’un doublé sur lui, tout en se relançant dans le tournoi. Malheureusement, Gouye gui perdait l’affiche de la toute dernière journée en faveur de Ama Baldé, qui terminait ainsi en beauté le tournoi, avec à son actif trois succès en autant de sorties.

C’est dire que le lutteur de Guédiawaye était très attendu la saison passée contre Boy Niang 2. Sauf que comme on l’a vu, il n’a pas su mettre à profit l’opportunité que lui offrait cette confrontation pour renouer avec la gagne et mettre un terme à sa mauvaise passe. Cette défaite portait à 4, le nombre de combats qu’il a perdus sur ces cinq dernières sorties. Des revers qui ont fini par porter un coup dur à son palmarès et à ses ambitions dans l’arène.

Pour cette saison 2017-2018, Gouye gui tentera une nouvelle fois un retour victorieux après cette traversée du désert qui a fini d’inquiéter ses supporters. Pour cela, le « roi du Simpi » devra prendre le dessus sur l’autre « show-man », Sitteu, contre qui il va en découdre. Un pari qui n’est pas gagné d’avance ; une mission à hauts risques face au poulain de Max Mbargane, tombeur de Zoss l’année dernière. Défait par Sa Thiès en 2015-2016, le « phénomène de Lansar » a réussi à se relancer à la faveur de la saison écoulée en signant un Ko contre le show-man des Parcelles assainies. Alors que le protégé de Mor Fadam aura à cœur de retrouver le sourire, lui voudra confirmer pour rassurer son camp qui fonde beaucoup d’espoir sur lui.

D’autant plus que le chef de file de l’écurie Lansar, Ness, la « baleine », s’était fait laminer par la bête noire, Sa Thiès, et que le « professeur » Tidiane peine toujours à sortir la tête de l’eau.

En tout cas, un succès aux dépens du coéquipier de Nekko Rel lui permettrait de se relancer dans la course vers le sommet, même s’il lui restera encore beaucoup de chemin à faire. En revanche, un troisième revers de suite serait une opération catastrophique et compromettrait encore plus ses chances de revenir au-devant de l’arène.

Diégane SARR

La Fédération sénégalaise de basket-ball (Fsbb) est partante pour abriter, en février, un des tournois de pré-qualification à la Coupe du monde de basket masculin pour la Fiba-Afrique. Un dossier de candidature dans ce sens a été déposé sur la table du ministre des Sports, Matar Ba. Une annonce faite par le patron du basket sénégalais, Me Babacar  Ndiaye, venu à Kaolack dans le cadre du tournoi de montée en D2 chez les hommes pour la zone centre-est.

A peine la page de l’Afrobasket co-organisée avec la Tunisie tournée, notre pays veut s’engager dans l’organisation d’un autre tournoi continental chez les hommes. L’opportunité s’est présentée avec la nouvelle formule des qualifications pour la prochaine Coupe du monde de basket prévue en août et septembre prochains en République populaire de Chine (Rpc). Le Sénégal qui a terminé sur le podium lors des dernières joutes de la discipline est candidat pour abriter l’un des trois préliminaires en février prochain à Dakar «  Nous avons déposé notre demande sur la table des autorités à travers le ministre des Sports, Matar Ba, un dossier de candidature pour abriter le tournoi du mois de juin étant entendu que le Mozambique va accueillir celui de novembre. Dans notre poule, il y a le Sénégal, la Rca, la Côte d’Ivoire et le Mozambique. Le fait d’organiser chez nous pour la phase de poule nous donne un avantage certain quand on sait que les points engrangés dans cette phase seront pris en compte pour les matchs aller et retour pour lesquels les deux premiers et le meilleur troisième vont représenter l’Afrique en 2019 en Chine  », a informé Me Babacar Ndiaye. Le patron de la balle orange au Sénégal refuse de parler d’échec des Lions lors de la dernière édition de l’Afrobasket.

« Nous sommes passés de la 4ème à la 3ème place, donc nous demeurons au sommet du basket continental. Si on avait maintenu l’ancienne formule pour les qualifications à la coupe du monde nous allons encore représenter directement l’Afrique, donc même si on n’a pas atteint l’objectif qui était fixé de remporter le trophée, on a pas démérité  »,  s’est défendu le président de la Fédération sénégalaise de basket-ball (Fsbb). Venu dans la capitale du bassin arachidier pour s’enquérir des conditions d’organisation du tournoi de montée en D2 dans cette la zone centre-est, il a exprimé sa satisfaction dans le développement du basket à l’intérieur du pays. « On oublie que la mission de la fédération n’est pas seulement de faire participer nos équipes nationales à l’Afrobasket et d’organiser le championnat d’élite, mais aussi de développer la discipline sur toute l’étendue du territoire.

Aujourd’hui, le meilleur basketteur du Sénégal, Gorgui Sy Dieng, ne vient ni de Dakar, Saint-Louis ou Thiès, il nous vient de Kébémer, d’où l’intérêt de décentraliser les tournois dans les régions pour pouvoir détecter d’autres Gorgui Sy Dieng  », a affirmé l’ancien président du Duc.

Démarré ce lundi, ce tournoi qualificatif à une ultime phase en novembre prochain regroupe 5 équipes de Fatick, Kaffrine et Kaolack. La clôture est prévue ce vendredi.

Elimane FALL

L’avant-dernière étape de la Coupe du Sénégal de handball se joue à partir de ce vendredi. Avec une rencontre comptant pour les demi-finales qui a lieu au stadium Iba Mar Diop. Les trois autres ont lieu dimanche avec en ligne de mire, une qualification en finale pour espérer remporter les titres détenus par l’Us Rail en hommes et le Saltigué chez les dames.

La première équipe finaliste de l’édition 2017 de la Coupe du Sénégal de handball sera connue ce vendredi, à l’issue du match qui oppose chez les dames, le Dakar Université Club au Saltigué de Rufisque. Une rencontre prévue au stadium Iba Mar Diop à partir de 18 heures pour donner le coup d’envoi des demi-finales. La confrontation aura des allures d’une revanche entre les deux clubs, parce que les deux adversaires étaient les protagonistes de la dernière finale qui s’est disputée à Thiès et qui s’était soldée par le succès (29-26) des Rufisquoises.

Lesquelles ambitionnent de conserver leur couronne remportée lors des deux dernières éditions même si les étudiantes ne l’entendent pas de cette oreille. Battues dans les derniers instants de la finale de 2016, elles repartent à l’assaut de leurs vis-à-vis avec la détermination de prendre leur revanche. Le vainqueur attendra deux jours, le dimanche, pour être édifié sur l’identité de son adversaire en la finale. Ce sera l’Université Gaston Berger (Ugb) ou la Renaissance Handball Club de Tivaouane. Les deux équipes s’affrontent à cet effet, à partir de 18 heures au stadium Iba Mar Diop. Pour les étudiantes saint-louisiennes qui vivent leur première année dans l’élite du handball national, il s’agira de rechercher une première qualification en finale de la compétition. Ce qu’ont réussi à obtenir leurs vis-à-vis de Tivaouane qui y étaient parvenues en 2010 et désireuses de renouer avec la finale. Comme en filles, l’Université de Saint-Louis sera en lice chez les messieurs dans cet après-midi de demi-finales. Les étudiants nordistes seront d’ailleurs les premiers à descendre sur le terrain pour affronter le Saltigué, l’autre club présent en messieurs et en dames. Pensionnaire de la 2ème Division, l’Ugb voudra marquer un grand coup, en éliminant une équipe de l’élite et étaler davantage ses ambitions d’atteindre le sommet. En espérant, une fois qualifiée en finale, faire tomber un autre club de D1. Ce potentiel adversaire sera connu au terme du face-à-face qui oppose l’Union sportive du Rail, tenante du titre, et la Jeanne d’Arc de Dakar. Après avoir fait tomber l’Asfa en finale l’an dernier, les Cheminots thiessois s’affichent de plus en plus comme la place forte du handball national. Ce qui se traduit par leur sans-faute en championnat dont ils ont dominé la première phase avec sept victoires en autant de sorties. La Vieille Dame tentera de contrarier les ambitions thiessoises et renouer avec les finales de la Coupe.

Ousseynou POUYE

PROGRAMME DES ½ FINALES
DAMES – Vendredi 6 octobre à Iba Mar Diop (16h) : Duc – Saltigué ; Dimanche 8 octobre à Iba Mar Diop à (18h) : Ugb – Rhbc Tivaouane.

MESSIEURS - Dimanche 8 octobre à Iba Mar Diop (16h) : Saltigué – Ugb ; (20h) : JA – Us Rail.

Pour remplacer l’Us Ouakam suspendue pour cinq ans, la Ligue sénégalaise de football professionnel a décidé de repêcher la Linguère, reléguée à l’issue de la dernière saison, avec l’Us Gorée. C’est en tout cas, la proposition faite par le bureau de la Ligue pro au Conseil d’administration de la Lsfp, lors de sa rencontre d’avant-hier. Le club du Nord peut donc s’estimer heureux et débuter sa préparation, puisque selon le communiqué, cet aménagement a été adopté.

Tout comme d’autres cas concernant le maintien de Cayor Foot, « premier relégable à l’issue de la défunte saison qui sera maintenu en Ligue 2, en conséquence du maintien de la Linguère en Ligue 1 », ajoute le communiqué. Par ailleurs, le Conseil d’administration a validé les dossiers d’accession en Ligue 2, de Keur Madior et Ej Fatick, issus du championnat national 1 (D3). Le bureau de la Lsfp a aussi révélé les repères de la saison 2017-2018. Ainsi, la prochaine édition sera officiellement ouverte les 21 et 22 octobre prochain par la Coupe du Parlement. Suivra le week-end d’après, la Super Coupe devant opposer le Champion de la L1 (Génération Foot) au vainqueur de la Coupe du Sénégal (Mbour PC), le 28 octobre. Une semaine plus tard, le Trophée des champions opposera, le 4 novembre, le champion de la Ligue 1 au vainqueur de la Coupe de la Ligue (Stade de Mbour). La première journée du championnat professionnel est prévue le week-end du 18 et 19 novembre. La date du 9 juin est retenue pour la fin du championnat. Le communiqué précise que les matches de championnat L1 et L2 sont programmés les week-ends, et ceux de la Coupe de la Ligue en semaine, sauf les demi-finales et la finale.

Ansoumana SAMBOU

Les Lions ont reçu hier, la visite du ministre des Sports qui a assisté à la séance d’entraînement. L’occasion pour Matar Bâ de réaffirmer le soutien de l’Etat à la sélection mais aussi, d’appeler à faire bloc autour des poulains d’Aliou Cissé pour finir les éliminatoires en beauté et se qualifier au Mondial.

Qu’est-ce qui explique votre déplacement ici à Saly ?
« Mon déplacement à Saly est tout à fait normal ! L’équipe nationale doit aborder un match extrêmement important au Cap-Vert. Je me suis déplacé avec le Président de la Fédération sénégalaise de Football non seulement en tant que sportif et Sénégalais pour suivre l’entraînement de l’équipe, mais aussi pour délivrer le message du chef de l’Etat qui consiste à demander à ces joueurs d’aller jusqu’au bout de cette compétition. Et de se battre farouchement pour arracher cette victoire et gagner les deux matchs contre l’Afrique du Sud. Cela va nous assurer notre qualification pour la prochaine Coupe du monde ».

Depuis quelques temps, on note des critiques très dures en l’endroit du sélectionneur. Votre réaction ?
« Vous savez, le domaine du sport est comme ça ! Ce n’est pas qu’au Sénégal qu’on attaque frontalement les entraineurs. La réponse c’est de faire mieux, de gagner, d’atteindre les objectifs du peuple sénégalais. Le reste, je pense qu’il est assez solide pour faire face à cette pression qui n’est pas une pression négative. Parce que quand on te dit que ce n’est pas comme ça, c’est pour te faire revenir, te donner un signal. Même si tu crois que ce que tu fais devrait se passer comme cela, il ne faut pas faire la sourde oreille. Il faut faire un tri, de prendre ce qui t’arrange et qui peut te faire aller de l’avant. Je pense que le sportif qu’il est, peut faire face à ces critiques. Quand il jouait, il a subi ces critiques et maintenant qu’il est entraîneur, c’est également le cas. S’il ne l’est plus, personne ne le critiquera. Aujourd’hui, je pense qu’il en est conscient, il est très serein et Aliou aura le soutien de la Fédération, de l’Etat du Sénégal et du peuple tant qu’il sera entraineur de l’équipe nationale ».

Le Sénégal joue samedi contre le Cap-Vert et après, contre l’Afrique du Sud. Qu’est-ce qu’il faut aux Lions pour être qualifiés au Mondial ?
« Ce qu’il faut, c’est de se battre. C’est aussi, mettre en synergie toutes les énergies pour sortir victorieux de ce match. Et je pense qu’il n’y a aucun doute à nourrir.

J’ai trouvé un groupe très soudé ; l’encadrement technique est aussi, en train de faire son travail. La Fédération, du côté administratif a déjà fini son boulot. Le reste, c’est aller se battre pour gagner ce match. Et les matchs en Afrique comme ailleurs, c’est aller jusqu’au bout, il faut puiser très profond de soi même pour y arriver. Il faut un mental de fer.

C’est cela et au niveau technique mais aussi, au niveau des individualités, on n’a pas ce problème. Je pense que le Cap-Vert ne laissera pas cette chance passer, il va se battre jusqu’au bout. Mais nous croyons en nos chances, on a une situation favorable qui nous pousse à penser que la qualification est possible. Et on doit y arriver ».

La Fifa a décidé de faire rejouer le match contre l’Afrique du Sud. Pensez-vous que c’est un avantage pour le Sénégal ?
« Quand on est dans un environnement régi par des textes, il faut accepter quand ils vous donnent un avantage et le saisir. Parce qu’il peut arriver un moment où, comme l’Afrique du Sud, que tu sois désavantagé. Ce sont les lois qui nous régissent et il faut les accepter ! On a une chance de rejouer un match que nous avons perdu il y a un an. La Fifa a fait des investigations et est certaine qu’il y a eu quelque chose qui n’est pas normale dans le déroulement de ce match. Elle a alors décidé de le faire rejouer. Nous sommes revenus à la case départ et c’est une situation favorable pour le Sénégal qu’il faut saisir. Et quand on a une occasion pareille dans le football ou dans d’autre domaine, il faut la saisir. Et c’est ce qu’on est en train de faire avec la Fédération et l’équipe nationale ».

Recueillis par O. POUYE

La reprogrammation de la rencontre entre le Sénégal et l’Afrique du Sud comptant pour la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 est prévue le 10 novembre prochain à Polokwane. Ainsi, le Sénégal, avec trois matches à jouer, soit un de plus que le Burkina et le Cap-Vert, garde intactes ses chances de qualification.

C’est officiel. Initialement annoncé le 8 ou le 9 novembre, le match entre l’Afrique du Sud et le Sénégal du 12 novembre 2016 sera rejoué le 10 novembre prochain au stade Mokaba de Polokwane. L’information a été publiée, hier, dans le site officiel de la Fifa qui précise que le coup d’envoi de la rencontre est prévu à 19h locales. La reprogrammation de ce match comptant pour la deuxième journée fait suite à une « manipulation » de l’arbitre ghanéen de la partie, Joseph Lamptey, « suspendu à vie » dans la foulée par l’instance mondiale du foot. Il est accusé d’avoir pris des décisions hasardeuses qui ont coûté cher au Sénégal avec le score de 2 buts à 1 en faveur des Bafana Bafana. Pour rappel, M. Lamptey avait généreusement accordé un pénalty à l’équipe sud-africaine, lequel penalty avait permis aux Bafana Bafana de remporter la partie. Avec ce match à rejouer, le Sénégal, 3e avec 5 points, derrière le Burkina Faso et le Cap-Vert, tous deux avec 6 points, garde intactes ses chances de qualification à la Coupe du monde Russie 2018.  Alors que les Lions et les Bafana Bafana ont encore trois matches à disputer, leurs adversaires n’en auront que deux. En attendant le résultat de la rencontre contre les Requins Bleus ce samedi à Praia, une victoire des hommes d’Aliou Cissé serait importante pour la suite de la compétition.

Il faut souligner que quatre jours après cette rencontre du 10 novembre contre l’Afrique du Sud, les deux équipes se retrouvent à nouveau, à Dakar au stade Léopold Sédar Senghor (14 novembre), en match comptant pour la dernière journée des éliminatoires dans le groupe D.

Diégane SARR

Après sa suspension purgée lors du match retour face au Burkina Faso disputé le 5 septembre à Ouagadougou, Kalidou Koulibaly sera de la partie samedi prochain. Le défenseur axial des Lions estime que le Sénégal doit éviter les calculs et ramener les points de la victoire de Praia. Ce qui pourrait faciliter la tâche avant les deux dernières rencontres.

Etat du groupe à quelques jours du match
« On se sent bien. On est arrivé tous hier à des heures différentes. Le plus important est qu'on prépare bien ce match.
Il y a eu beaucoup d'intensité lors de la séance d'entraînement d'aujourd'hui (hier). On sait ce qu'on a à faire. On va aller au Cap-Vert pour essayer de prendre les 3 points. On sait que cela sera difficile mais, inchallah, Dieu sera avec nous. On sortira de ce match avec les 3 points ».

La clé du match
« Il ne faut pas faire trop de calculs. Il faut être concentré sur les 3 points. Il faudra marquer ce but qui nous permettra d'être en confiance. Après, il faut garder notre cage inviolée. C'est le plus important. On sait que le Cap-Vert est une bonne équipe. Ils ont pris les 6 points qu'il fallait. A nous d'aller prendre encore des points là-bas. On sait que c'est difficile. On l'a vu à la maison. Nous sommes concentrés pour gagner ce match. On va tout faire pour cela ».

Pelouse synthétique de Praia, pas un handicap ?
« On sait que cela va plus vite sur une pelouse synthétique. Tout sera multiplié par deux. On a l'habitude. Nous sommes des professionnels.
Cela ne doit pas être une excuse. On est dans de bonnes conditions pour s'entraîner ici à Mbour sur un terrain synthétique. C'est bénéfique. Il faut qu'on profite de ce terrain-là. On va aller au Cap-Vert avec nos forces et essayer de gagner ».

Le Sénégal n’a pas encore gagné à l'extérieur dans ces éliminatoires. Quel est le mot d’ordre au Cap-Vert ?
« C'est très important de gagner. Il nous reste 3 matchs. Il faut se dire dans la tête qu'il ne nous reste que deux matchs. Il faut qu'on gagne ces deux matchs et après on verra pour le dernier. J'espère qu'on sera qualifié avant cette 3ème rencontre, on en a les capacités. On sait que le Cap-Vert veut gagner, mais nous aussi nous avons les armes pour gagner. On va tout faire, malgré le respect que nous avons pour l’adversaire, pour gagner le match ».

Vous allez affronter une équipe en confiance avec deux victoires de suite !
« Ils ont deux victoires de suite. Nous aussi cela fait longtemps qu'on ne perd pas de match.
Il faut continuer comme cela.
Il faut continuer à garder la porte inviolée le plus longtemps possible. On sait que ce sera très difficile là-bas. Ils sont en confiance.
On n'est pas en manque de confiance puisqu'on ne perd pas, même si on ne gagne pas. Il nous manque juste le but qui nous permet de gagner le match. A nous de le trouver mais on va là-bas avec beaucoup de confiance et beaucoup de respect pour le Cap-Vert ».

Ce match, un tournant dans ces éliminatoires ?
« Tous les matchs sont décisifs. On sait qu'il ne nous en reste que trois. Il faut se mettre dans la tête qu'il ne reste que deux matchs.
Il va falloir gagner ce match très important samedi et après on verra ce qui se passera de l'autre côté. Le plus important est de se concentrer sur nous et de remporter ce match ».

Comment avez-vous apprécié le message du ministre des Sports ?
« On sait que tout le peuple est derrière nous, le ministre des Sports et tous les politiques.

Il ne faut pas qu'on oublie cela. Je pense qu'on ne l’a jamais oublié. Ils nous mettent dans de bonnes conditions. On essaie de tout faire pour le leur rendre. Pour le moment, il manque un peu pour se qualifier au Mondial. A nous de faire tout pour nous qualifier. Cela fait plaisir. Quand le ministre vient, cela veut dire que le peuple est derrière nous ».

Les forces et les failles du Cap-Vert ?
« Je ne suis pas coach pour vous dire cela. On les a étudiés ; maintenant, on sait ce qu'on a à faire. La tactique, c'est le coach qui la fait. Nous sommes là pour tout donner sur le terrain et on le fera ».

L’intégration d'Alfred Gomis et Mbaye Niang ?
« Cela a été facile ; Alfred est un joueur que je connaissais déjà parce qu'il évolue en Italie. C'était plus simple. J'ai beaucoup parlé avec lui pour l'intégrer le plus rapidement possible. Quand on arrive dans la Tanière, c'est très sain parce qu'on est tous des frères. Tout le monde aide tout le monde. Leur intégration va être très rapide.  Mbaye Niang aussi joue en Italie. Il connaît la plupart des joueurs qui sont là. Ce sont des joueurs intelligents qui entrent dans la Tanière pour nous aider ».

Comment aviez-vous vécu le match retour face au Burkina pour lequel vous étiez suspendu ?
« C'était difficile. Vous savez quand vous êtes dans les tribunes et que vous voyez votre équipe jouer et que vous ne pouvez pas les aider, c'est très difficile. J'ai donné les conseils que je pouvais. Je suis un joueur. Je suis leur frère. Quand tu ne peux pas aider ton frère c'est difficile. Ce qui est important c'est qu'on a amené quelque chose de là-bas. C'est très important.

Maintenant, on a la tête au Cap-Vert. On se concentre sur le Cap-Vert ».

Propos recueillis par O. POUYE

Au deuxième jour de son regroupement en direction du match comptant pour la 5ème journée des éliminatoires du Mondial ‘‘Russie 2018’’ prévu samedi à Praia contre le Cap-Vert, l’équipe nationale a évolué, hier, à l’Institut Diambars. Une deuxième séance d’entraînement qui a permis au groupe, désormais au complet, de poursuivre sa préparation pour remporter le match capital de samedi.

L’équipe nationale du Sénégal poursuit sa mise en jambes à l’Institut Diambars de Saly Portudal où les Lions ont établi leurs quartiers depuis lundi. Ceci, en direction de la rencontre qui les oppose, samedi prochain à Praia, aux Requins Bleus du Cap-Vert. Si pour la première séance tenue la veille, seuls 14 joueurs étaient sur place, Aliou Cissé a pu disposer de tout son groupe hier. Avec l’arrivée dans la soirée de lundi, des 10 autres joueurs attendus qui ont rejoint le groupe. Sur l’un des terrains synthétiques du club mbourois, le coach a voulu mettre ses joueurs en situation puisque le terrain qui les attend à Praia est dans le même état que celui sur lequel ils effectuent leurs séances. Le galop a démarré avec deux tours de terrain effectués par le groupe avec Régis Bogaert, adjoint d’Aliou Cissé. Il s’est poursuivi avec des étirements sous la conduite des collaborateurs du coach puis par des ateliers avec et sans ballons. Quelques exercices physiques ont également été effectués avant que le groupe ne soit scindé en deux afin de livrer une partie qui a permis de mettre les uns et les autres en évidence. Auparavant, les trois gardiens de but (Khadim Ndiaye, Clément Diop et Alfred Gomis) ont eu à se prêter au diktat de Tony Mario Sylva qui  les a obligés, tour à tour, à effectuer des parades. Tout le groupe s’est entraîné, à l’exception de Sadio Mané qui était à l’écart du groupe sur le bord du terrain. Mais, après avoir observé une bonne partie du temps, ses coéquipiers en train d’évoluer sur la pelouse, le pensionnaire de Liverpool a finalement effectué sa séance ... personnelle avec le préparateur physique de l’équipe. D’abord avec des tours de terrain, comme pour se dégourdir les jambes avant de faire des étirements avec le praticien. Face à la presse, Kara Mbodj, Idrissa Gana Gueye et Kalidou Coulibaly ont réaffirmé la détermination du groupe à faire un bon résultat à Praia. Ce qui pourrait être déterminant pour la suite de la compétition. Pour le premier, « tout le monde est conscient de ce qui nous attend. C’est un match hyper important parce que c’est la qualification qui est en jeu ».  Une compétition qu’aucun des joueurs actuels n’a encore disputée, ce qui est une source supplémentaire de motivation. « Les joueurs ont plus d’envie de la jouer. On doit le faire pour nous-mêmes mais également pour le peuple sénégalais ». La séance de ce mardi était ouverte au public qui a répondu massivement à l’appel du sélectionneur national, Aliou Cissé. Les inconditionnels de l’équipe nationale n’ont pas manqué de donner de la voix pour encourager les joueurs. Ce, en plus du message d’encouragement que le ministre des Sports est venu leur délivrer, Matar Bâ qui assisté à la séance « pour la première fois depuis quatre ans que vous vous regroupez ici ».

Ousseynou POUYE

ECHOS DE SALY
PUBLIC MBOUROIS
Le sélectionneur national, Aliou Cissé avait souhaité au terme de la première séance tenue lundi, avoir le public ce mardi derrière les Lions. Il a été entendu par les supporters mbourois qui ont fait le déplacement pour apporter leur soutien à la bande à Cheikhou Kouyaté. Les joueurs mbourois ont été particulièrement chouchoutés avec, en particulier, Kara Mbodj, pour qui les supporters ont dressé une banderole pour lui exprimer leur soutien.

ROGER MENDY DOPE LES LIONS
Les rassemblements de l’équipe nationale sont toujours l’occasion pour les anciens, de venir voir les actuels pensionnaires de la Tanière. Et ce mardi, c’est Roger Mendy qui a rendu visite aux poulains d’Aliou Cissé. L’ancien défenseur des Lions a tenu un discours aux joueurs avant que ces derniers ne démarrent la séance. Même si cette entrevue a lieu au milieu du terrain, loin du public, il devrait sans doute agir pour le doyen, de galvaniser les joueurs en direction de cette rencontre capitale pour la qualification au prochain Mondial.

Rassemblés par O. POUYE

Le stadium Lamine Gueye de Kaolack abrite, depuis hier, le tournoi de basket masculin qualificatif aux phases nationales de montée en D2 prévue prochainement à Dakar. Cinq équipes issues des régions de Fatick, Kaffrine et de Kaolack se disputent la seule place donnant droit à la participation à ces joutes nationales.

Elles sont cinq équipes à prétendre à l’unique billet ouvrant les portes du tournoi d’accession à la deuxième division de basket-ball masculin prévu les prochaines semaines à Dakar dans la zone centre du pays. La région de Fatick est représentée par Fatick Bc, et l’Asc Thiossane de Passy, la capitale du Saloum par le Collège Pie XII et Kaolack Bc, le Ndoucoumane par Kaffrine Bc. Une opportunité pour ces régions centrales de renouer avec l’élite de la balle orange. Le tournoi qui se tient du 02 au 04 octobre, est initié par la Fédération sénégalaise de basket (Fsbb) par l’entremise de la commission des compétitions et géré par une commission d’organisation locale pilotée par le président de la ligue régionale de Kaolack. « La fédération a bien voulu nous confier l’organisation de ce tournoi de montée de zone, pour redonner à cette discipline ses lettres de noblesse dans cette partie centrale du Sénégal. Jusque-là, tout se passe bien, le public est venu massivement pour le démarrage du tournoi et nous espérons que ce sera de même pour le reste de la compétition au stade Lamine Gueye de Kaolack », s’est réjoui Youssou Fall, à l’issue de la première journée. Seule ombre au tableau, la désaffection des autorités locales qui n’ont pas honoré de leur présence la cérémonie d’ouverture. Une première journée de compétition marquée par la victoire du collège Pie XII de Kaolack aux dépens Kaffrine Bc sur le score de 56 à 41.

Le second match qui opposait Kaolack Bc à Fatick Bc a été interrompu au 4e quart temps à cause de la pluie, alors que les Kaolackois menaient au score. Le match est reprogrammé vendredi prochain. A signaler que chez les filles, c’est Kaolack Bc de la Nationale qui va représenter la zone à la montée en D2, le 08 octobre prochain à Louga dans la capitale du Ndiambour.

Elimane FALL

L’attaquant capverdien Heldon Augusto Ramos de Vitoria Guimaraes (élite portugaise) a été rajouté "en dernière minute’’ à la liste des joueurs convoqués pour le match devant opposer le Cap-Vert au Sénégal, ce samedi, selon l’agence officielle Inforpress.

Heldon qui peut jouer au milieu de terrain ou en attaque, a marqué un but en trois matchs joués dans le championnat portugais. 
Les Requins Bleus ont démarré ce lundi leur stage de préparation au stade national pour ce match comptant pour la 5-ème journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, ajoute la même source. Selon l’agenda de la sélection reçue à ‘’Inforpress’’, les Requins Bleus feront cinq séances d’entraînement, quatre les après-midi, à partir de 16h 45 et le dernier, le vendredi, le matin à partir de 09h30.  Au sujet des séances d’entraînement, le sélectionneur capverdien, Lucio Antunes souligne qu’elles se feront en fonction de l’arrivée des joueurs, qui, à l’exception du défenseur du

Sporting de Praia, Admar, évoluent tous à l’étranger. 
‘’Nous sommes dans la continuité’’, a dit le technicien capverdien qui a gardé l’ossature du groupe ayant battu l’Afrique du Sud sur la même marque (2-1) lors des 3e et 4e journées en septembre dernier. Selon l’agence de presse officielle, les Lions sont attendus à Praia jeudi, et comme le prévoit le règlement, le groupe emmené par Aliou Cissé s’entraînera vendredi sur la pelouse du Stade national où aura lieu la rencontre samedi, à partir de 16h 30 locales. Contrairement au Burkina Faso (6 points, +2) et le Cap Vert (6 points, -2) à qui, il ne reste que deux matchs, le Sénégal (5 points, +2) et l’Afrique du Sud (1 point) auront trois matchs à jouer dans ce groupe D.

APS

Auteur de trois victoires d’affilée, Boy Niang 2 fera face à Sa Thiès à l’occasion de cette saison 2017-2018. Pour le jeune athlète de Pikine qui réclamait à cor et à cri le grand frère Balla Gaye 2, ce face-à-face est à remporter à tout prix. Un nouveau succès pourrait, par ailleurs, lui permettre d’hériter d’un « Vip ».

 En signant une éclatante victoire sur « Gouye gui », le roi du « Simpi », en fin de saison dernière, Boy Niang 2 a définitivement confirmé sa place parmi les ténors. Un troisième succès d’affilée qui en dit long sur la forme étincelante actuelle du poulain de Ngagne Pouye. En effet, depuis son retour dans l’arène, dans le sillage de sa sanction consécutive à son agression sur Zoss, le jeune lutteur de Pikine aligne les succès, soit trois au total. Dès son retour dans l’arène en 2014, il mystifie Baye Mandione, le « fou » de Thiaroye « Gueum sa bopp », donnant un signal fort à ses potentiels adversaires. Bis-repetita lors de la saison 2015-2016 durant laquelle il inflige une raclée au teigneux Garga Mbossé faisant ainsi un pas important vers l’entrée dans la cour des grands. Enfin, la saison écoulée, il remporte haut la main son face-à-face avec le « show man » Gouye gui, validant son entrée dans le cercle restreint des ténors.

Pour cette saison 2017-2018, il va tenter de poursuivre sa belle dynamique de victoires en prenant le dessus sur Sa Thiès, le fils de Double Less. L’affiche entre les deux champions de lutte a été ficelée par le patron de « Lewto » Productions, Pape Faye, un nouveau promoteur de lutte. Pour Boy Niang 2 qui réclamait à cor et à cri l’ancien roi des arènes Balla Gaye 2, ce combat est celui à ne pas perdre.

Il devra à tout prix gagner la partie aux dépens de celui qui se trouve être le petit frère de sa cible favorite. Tout autre résultat conforterait le « lion de Guédiawaye » dans sa conviction que lui et le fils de De Gaulle ne boxent pas dans la même catégorie ; comme il aimait à le répéter lorsque le chef de file de l’école de lutte Boy Niang lui lançait des défis. Par ailleurs, le dernier tombeur de Gouye gui, qui vise désormais explicitement le fauteuil, raterait une belle occasion pour espérer hériter d’un « Vip » pour sa prochaine sortie.  Autant dire une fois de plus que la victoire est un impératif contre Sa Thiès. Toutefois, un tel pari ne sera pas facile à réaliser, vu la qualité de l’adversaire. Il faut dire que compte tenu des atouts de deux protagonistes, ce combat est parti pour être très ouvert. Tout peut arriver dans cette affiche mettant aux prises deux jeunes loups aux dents longues. Il est vrai que Boy Niang 2 marche sur l’eau depuis trois saisons maintenant mais Sa Thiès aussi est dans une belle dynamique de succès. Il n’a plus perdu de combat depuis sa déroute en 2013 contre Malick Niang, l’ex-puncheur de l’écurie Ndakaru, sa seule défaite à ce jour. Le petit frère de Balla Gaye 2 a gagné tous ses quatre derniers combats qui l’ont opposé à Jordan, Lac Rose, Sitteu et Ness. Et comme Boy Niang 2, il compte conforter sa place au sein du cercle prestigieux des ténors qu’il a définitivement intégré à la faveur de son succès contre « la baleine de Lansar », la saison passée.  C’est dire qu’on s’achemine vers un face-à-face qui sera très disputé.

Diégane SARR

Les repères de la prochaine saison de football professionnel seront connus demain à l’issue de la réunion du Comité exécutif de la Ligue sénégalaise de football professionnel (Lsfp). Outre les dates des différents challenges (championnats L1 et L2 et la Coupe de la Ligue), le remplacement de l’Us Ouakam en L1 sera sûrement sur la table. Un cas de jurisprudence qu’il faut absolument régler avant le début de la saison. Suite à la suspension de l’Uso pour une durée de 5 ans, accusé d’être responsable des incidents ayant occasionné beaucoup de victimes lors de la finale de la Coupe de la Ligue contre Stade de Mbour, le 15 juillet dernier, il y a un vide dans l’élite. Le Comité exécutif est donc tenu de trouver une solution pour éviter un championnat de Ligue 1 à 13 clubs. Car, dans un tel cas de figure, il y aurait une équipe exemptée à chaque journée.

A moins de prévoir la solution d’un tel cas dans les textes, l’éventualité qui pourrait faire l’unanimité serait le repêchage du club ayant terminé la saison dernière à la troisième place en Ligue 2. Dans tous les cas, le monde sportif est à l’écoute de la Ligue pro aujourd’hui.  Pour rappel, outre la suspension de l’Uso initialement portée à 7 ans, puis réduite à 5 ans, les Ouakamois sont condamnés à verser une amende de 10 millions de FCfa et d’une relégation en …Division régionale (D4).

Ansoumana SAMBOU

Le FC Barcelone a annoncé son intention de se joindre au mouvement de grève générale prévu ce mardi en Catalogne en réaction aux violences policières intervenues lors du référendum d'autodétermination de la région dimanche.

"Le FC Barcelone se joindra à la grève générale de mardi et en conséquence, le club sera fermé demain (aujourd’hui)", a indiqué le Barça dans un communiqué lundi. "Ni les équipes professionnelles ni les jeunes du centre de formation ne s'entraîneront demain (aujourd’hui)", est-il précisé. L'immense majorité des stars du club, dont le quintuple Ballon d'Or Lionel Messi et Gérard Piqué, engagés dans des compétitions internationales cette semaine, ne devaient de toute façon pas s'entraîner mardi avec le Barça. Une quarantaine d'organisations syndicales, politiques et sociales de Catalogne ont lancé dimanche un appel à la grève générale dans la région pour mardi, en réaction à l'intervention de l'Etat espagnol pour empêcher le référendum d'autodétermination jugé illégal par Madrid. "Nous condamnons fermement les violences commises par les forces de l'ordre espagnoles pour empêcher la tenue du référendum du 1er octobre", ont déclaré les partisans de l'appel à la grève.

Les heurts intervenus dimanche entre policiers et partisans du référendum d'autodétermination ont fait au moins 92 blessés, et 844 personnes ont nécessité une intervention médicale, selon les autorités catalanes. A la suite de ces incidents, le Barça avait décidé de jouer à huis clos son match contre Las Palmas (gagné 3-0) dimanche soir, le président du club expliquant que cette décision avait été prise en réaction aux violences plutôt que pour des raisons de sécurité.

AFP

La Can féminine 2017 de volleyball s’ouvre le 7 octobre au  Palais polyvalent des Sports de Yaoundé (Paposy) au Cameroun où elle se poursuivra jusqu’au 14 octobre. Une semaine de compétition à laquelle l’équipe nationale féminine du Sénégal doit prendre part avec l’ambition d’accrocher l’une des deux places qualificatives pour la prochaine Coupe du monde prévue en 2018, au Japon. Si la compétition démarre effectivement le samedi 7 octobre, les Lionnes rallieront la capitale camerounaise deux jours plus tôt. Ce qui devra permettre aux protégées du coach Amadou Sène de prendre leurs repères dans l’enceinte sportive en attendant de pouvoir affronter leurs adversaires. L’édition 2017 de ce rendez-vous continental aura un cachet particulier dans la mesure où elle regroupera 16 nations en lieu et place des 8 pays qui prenaient habituellement part à la compétition.

Ainsi, tous les cadors de la discipline sur le Continent sont attendus : Kenya, champion en titre, Egypte, Algérie, Botswana, Cameroun, Côte-d’Ivoire, Mozambique, Nigeria, Sénégal, Ouganda, Tunisie, entre autres. Les Lionnes qui avaient bouclé la compétition à la 4ème place en 2015 à Nairobi espèrent faire mieux en intégrant le podium ; c’est du moins, l’ambition affichée par le sélectionneur national mais également, les responsables de la Fédération. Pour ce faire, il faudra faire avec les grosses pointures que sont les Kényanes, les Tunisiennes mais également les Camerounaises, hôtes de la compétition.

Une formation qui a participé aux Jeux olympiques de Rio en 2016 et dernièrement à la World Grand Prix de cette année. L’équipe qui occupe actuellement la première place africaine du classement mondial (18ème) nourrit ainsi l’ambition de remporter le trophée pour la toute première fois.

C’est dans ce sens que le secrétaire général du ministère des Sports et de l’Education physique camerounais a souligné que l’objectif est de gagner cette compétition. Pour sa part, le président de la Fédération camerounaise de volleyball, Julien Serge Abouem, a assuré que « nous voulons conforter notre place de première équipe africaine en remportant la Can. Et puisque la compétition est qualificative pour les championnats du monde de 2018, nous voulons être de ce rendez-vous. Mais nous voulons cette qualification en remportant la Can ».

Ousseynou POUYE

Last modified on mardi, 03 octobre 2017 13:38

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.