banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (2967)

Sport

Sèchement battu sur la pelouse de la Juventus Turin (0-3), hier soir en quarts de finale aller de la Ligue des champions, le Fc Barcelone est dans les cordes. Une nouvelle claque pour le Barça ! Comme contre le PSG en huitièmes, après la gifle prise au match aller au Parc des Princes (0-4), le club catalan devra réaliser un véritable exploit face à la Juventus s’il veut se qualifier pour les demi-finales de la Ligue des champions. Hier soir, à Turin, Lionel Messi et ses coéquipiers ont effectivement pris une leçon de tactique et de réalisme (0-3), qui les condamne à une autre «remontada», la semaine prochaine au Camp Nou.

Possible ? Oui, car il s’agit du Barça. S’ils sont parvenus à renverser Paris (6-1), les hommes de Luis Enrique peuvent tout à fait l’emporter 4-0 au retour. Les statistiques ne leur font vraiment pas peur. Mais cette Vieille Dame-là, expérimentée et solide comme elle est, ne sera pas aussi naïve que les champions de France et que cette seconde correction subie par les Blaugranas n’est pas due au hasard. Sans doute est-elle révélatrice de leurs limites.

Expulsé lors de la défaite face à Malaga, samedi soir (0 – 2, Neymar, l’attaquant du Fc Barcelone, ne disputera pas le Clasico retour face au Real Madrid au stade Santiago Bernabeu, comptant pour la 33e journée de Liga, le 23 avril. L’attaquant brésilien a écopé de trois matches de suspension, selon Sport, le journal sportif catalan. Neymar a reçu un carton rouge après avoir été averti à deux reprises. Selon le média espagnol sa sanction a été durcie (trois matches plutôt qu’un) car le Brésilien a applaudi ironiquement le 4e arbitre au moment de quitter le terrain, un geste reporté dans le rapport de l’arbitre central. Il sera absent contre la Real Sociedad, le Real et Osasuna et devrait revenir lors de la 35e journée contre l‘Espanyol Barcelone.

A moins de 100 jours (21-30 juillet) du grand événement qui devrait réunir près de 4.000 jeunes sportifs et artistes de 84 États et gouvernements de la Francophonie, Abidjan se pare déjà de ses beaux atours pour célébrer la 8e édition des Jeux de la Francophonie. Une manifestation placée sous le signe de la Solidarité, de la Diversité et de l’Excellence, entre les peuples francophones et qui aura pour ambition de s’inscrire dans un projet de développement et de renforcement de cohésion nationale pour la Côte d’Ivoire, selon un communiqué reçu de la direction du comité international des Jeux de la Francophonie. Du côté de la lagune Ebrié, les préparatifs sont très avancés selon ce communiqué. Car à ce jour, « 54 États et gouvernements se sont déjà engagés et le Comité national des 8e Jeux de la Francophonie Abidjan 2017 (Cnjf) est pleinement à pied d’œuvre pour assurer le meilleur accueil aux délégations participantes ».

En effet, « les infrastructures sportives, culturelles et d’hébergements sont sur le point d’être livrées. Tout comme la Secrétaire générale de la Francophonie lors de sa visite officielle à Abidjan, les représentants de délégations ont tous pu apprécier l’état d’avancement des préparatifs et notamment la construction du village Akwaba qui accueillera les 4.000 jeunes talents », poursuit le communiqué. Au niveau de la communication, les organisateurs rassurent qu’une couverture sans précédent sera faite pour ces 8e Jeux. « Car les cinq continents seront couverts, avec plus de 500 millions de téléspectateurs, 700 journalistes (dont 300 internationaux) attendus, près de 60 heures de programme Tv avec des images en haute définition seront diffusées gratuitement auprès des chaines télévisées de l’espace francophone ». Déjà les sélections aux concours culturels et de création ont été effectuées et les artistes qui ont été retenus sont connus dans les disciplines comme le hip hop, les marionnettes géantes, la jonglerie avec ballon (freestyle ball), la peinture, la sculpture-installation, la chanson, les contes et conteurs, la danse de création, littérature nouvelle, photographie, création pour le développement durable et création numérique. S’agissant des compétitions sportives, les qualifications ont été réalisées pour le football, le basketball, le tennis de table et le cyclisme sur route. Les qualifications pour la lutte libre, la lutte africaine, le judo, l’athlétisme et handisport sont en cours.

C. F. KEITA

Les champions du monde russes Sergey Shubenkov (110 m haies) et Maria Kuchina (hauteur) sont autorisés à concourir sous drapeau neutre dans les compétitions internationales, alors que la Russie reste exclue pour dopage institutionnalisé, a annoncé hier la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf). Cinq autres athlètes ont reçu la même autorisation du +Doping review board+ (le comité chargé d’évaluer la situation en matière de dopage) et pourront, comme Shubenkov et Kuchina, notamment participer aux Mondiaux de Londres, en août 2017, s’ils acceptent cette proposition. Ces cinq «élus», pour la plupart issus de la nouvelle génération, sont les perchistes Olga Mullina et Illia Mudrov, le sauteur en hauteur Daniil Tsyplakov et les marcheurs Yana Smerdova et Sergey Shirobokov.

Comme le demi-fond dames, la marche russe a été particulièrement gangrenée par un dopage institutionnalisé qui avait conduit l’Iaaf à exclure le pays de toutes les compétitions internationales, dont les Jeux de Rio en août 2016.

La Russie ne sera pas réintégrée avant novembre 2017, avait annoncé l’Iaaf lors de son dernier conseil, estimant que les progrès, dans la lutte antidopage en particulier, se faisaient «à petits pas».

AFP

Le ministre des Sports Matar Ba s’est fait, hier, le porte-parole de tous ses compatriotes en envoyant un message d’encouragements et ses prières à l’international sénégalais de Liverpool, Sadio Mané, blessé et indisponible jusqu’en fin de saison. M. Ba lui a souhaité « un prompt rétablissement et un rapide retour à (son) niveau de performance ».

L’attaquant des « Lions », sorti sur blessure il y a une dizaine de jours alors qu’il venait de mettre son équipe sur l’orbite du succès dans le derby de la Mersey face à Everton (3 – 0), devrait subir une opération du genou qui l’éloignerait des terrains pendant plusieurs mois. Avec ses 13 buts inscrits en Premier League, il manquera forcément à Liverpool Fc qui vise une place en Champions League. Peut-être également aux « Lions » lors des prochaines journées des éliminatoires de la Can « Cameroun 2019 » en juin à Dakar contre la Guinée équatoriale et du Mondial « Russie 2018 » lors de la double confrontation avec le Burkina en août.

Dans sa lettre, le ministre des Sports a salué et magnifié l’ « attachement » de Sadio Mané à sa Nation, sa « détermination », son « engagement et par-dessus tout (son) sens élevé de responsabilité et du don de soi ». Autant de qualités qui font du joueur qui a fêté hier ses 25 ans, « un repère et une fierté pour tout le mouvement sportif national ».

L’intérim du Diaraf à la place de dauphin n’aura duré que 24 heures. En effet, bien que tenu en échec hier au stade Demba Diop, par l’As Douanes, en clôture de la 17e journée, le Guédiawaye Fc a repris le deuxième fauteuil de la L1 de football derrière le surprenant Génération Foot. Les deux équipes se sont neutralisés (1-1) dans la soirée, alors que dans l’après-midi, l’Us Gorée a, une nouvelle fois, été tenue en échec à domicile par une équipe de Diambars, également en panne. Ainsi, contrairement au sommet du classement, c’est le parfait statu quo au bas du tableau où les Insulaires sont toujours bloqués à la dernière place.

Classement 17e journée L1

Faciles vainqueurs de Gouye gui et Ness, deux poids lourds, Boy Niang 2 et Sa Thiès pourraient bientôt solder leurs comptes. L’affiche, réclamée par les amateurs, suscite l’intérêt des promoteurs. L’autre confrontation qui aiguise les appétits concerne Sitteu et Modou Anta. En plus d’avoir remporté, de fort belle manière, leur dernière sortie, ils ont, tous deux, battu Zarco.

Boy Niang 2-Sa Thiès ! L’affiche a été plébiscitée avant-hier, à l’issue du face à face qui mettait aux prises Ness et le petit-frère de Balla Gaye 2 au stade Demba Diop. Un combat qui a, finalement, tourné à l’avantage du fils de Double Less impérial devant la « baleine de Lansar ».

De la même génération, Boy Niang 2 et Sa Thiès font actuellement partie des jeunes athlètes les plus en vue dans l’arène. A eux deux, ils ont remporté 23 victoires, plus que Yékini en deux décennies de carrière. Ils ont, en revanche, perdu seulement trois combats, un pour le lutteur de Guédiawaye et deux autres pour celui de Pikine. Des statistiques qui en disent long sur leur très riche palmarès, alors qu’il leur reste encore beaucoup d’années dans l’arène avant l’âge limite fixé à 45 ans. C’est dire s’ils présentent un gros potentiel pour espérer s’installer un jour sur le toit de l’arène. Un objectif à leur portée, surtout après leurs derniers succès qui leur ont largement ouvert la porte de la cour des grands. Boy Niang 2 et Sa Thiès ont respectivement disposé, pour leur dernière sortie, de Gouye gui et Ness. Des victoires faciles qui témoignent, une fois de plus, de l’immense talent de ces deux garçons qui marchent inéluctablement sur les traces de leurs illustres pères De Gaulle Ngom et Double Less. Maintenant qu’ils ont fini d’intégrer le cercle prestigieux des ténors, à la faveur de leurs toutes récentes prouesses, la logique de la lutte voudrait qu’ils se croisent. D’autant plus qu’ils ne sont pas issus du même quartier. En tout cas, depuis la victoire éclair de Sa Thiès sur Ness, ils sont nombreux à réclamer l’affiche entre le fils de Double Less et celui de De Gaulle. Et si l’on se fie aux propos de Charles Faye, un des responsables de Gfm Entertainement, cette structure de production porte un réel intérêt à un tel face à face. Si elle est ficelée, cette confrontation est partie pour être explosive. En plus de leur talent, leur témérité, leur fougue de jeunesse, ils drainent derrière eux un monde fou. Cerise sur le gâteau, il y aurait, en toile de fond, de ce face à face, la rivalité entre Pikine et Guédiawaye.

Reste à savoir si les deux protagonistes sont, eux-mêmes, prêts à en découdre notamment Boy Niang 2 qui semble faire une fixation sur Balla Gaye 2, depuis son retentissant succès aux dépens de Gouye gui, en mars dernier. Alors que l’ancien « roi des arènes » fait la sourde oreille à ses innombrables défis, le lutteur de Pikine est-il prêt à revoir ses prétentions à la baisse, en acceptant de croiser le fer avec le petit-frère de sa cible favorite ? En tout cas, contrairement au tombeur de Yékini qui a toujours une certaine longueur d’avance sur lui pour avoir été couronné « roi des arènes », lui n’a aucun argument objectif pour refuser un corps à corps avec Sa Thiès dont le palmarès n’a rien à envier au sien.

Deuxième chance
Faute d’avoir Boy Niang 2, Sa Thiès pourrait espérer se voir offrir une deuxième chance par Malick Niang. Il faut dire que depuis 2013, date de leur corps à corps, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. En effet, Sa Thiès s’est totalement refait une santé insolente, tandis que son seul tombeur à ce jour est en zone de turbulence. Battu par Ama Baldé la saison suivante, l’ex-puncheur de Ndakaru traverse un passage à vide, faute d’adversaires. Autant dire qu’il ne devrait pas cracher sur un deuxième combat contre le bourreau de Ness, dans l’optique de sceller son grand retour dans l’arène. Pari risqué ! Bien sûr, mais qui ne risque rien… Comme lors de leur première confrontation, une nouvelle opposition entre ces deux jeunes loups serait encore palpitante, avec beaucoup de rancœurs de part et d’autre. Si l’ex-sociétaire de l’écurie Ndakaru voudrait infliger une deuxième défaite à son antagoniste de Guédiawaye et adoucir l’amertume de son mentor Yékini déchu de son trône par le frère Balla Gaye, Sa Thiès aurait à cœur de prendre sa revanche.

L’autre combat de rêve pourrait opposer Sitteu et Modou Anta. Tombeurs respectivement de Zoss et Zarco, le poulain de Max Mbargane et le jeune Thiessois sont dans l’antichambre des ténors. Ils sont à deux doigts d’entrer dans la cour des grands en vue de toucher le Graal, à savoir être roi des arènes. Leur confrontation s’impose au vu de leur beau parcours. D’autant plus qu’ils ont tous deux disposé de Zarco, le leader de l’écurie Grand Yoff Mbollo. Entre ces deux lutteurs au tempérament sulfureux, l’affiche devrait tenir toutes ses promesses autant côté ambiance que sur le plan du spectacle à proprement parler. Porte-étendard de Thiès, Modou Anta a derrière lui tout le soutien de la Capitale du rail, alors que le « phénomène de Lansar » est considéré par certains comme le lutteur le plus populaire de la banlieue. De l’électricité dans l’air! Pourvu seulement que l’affiche intéresse les promoteurs.

Diégane SARR

La Juventus, encore marquée par le souvenir douloureux de la finale 2015 perdue contre Barcelone, a l’occasion de prendre sa revanche dès aujourd’hui en quart de finale aller de Ligue des champions, tandis que Monaco voudra poursuivre sa belle épopée européenne face au «Mur Jaune» de Dortmund. Pour éliminer les «miraculés» du Barça, qualifiés in extremis grâce à leur «remuntada» historique contre le Paris SG (6-1) au retour, les coéquipiers de Gianluigi Buffon savent qu’il faudra à tout prix museler la «MSN» pour éviter d’encaisser un but à l’extérieur. La défaite des coéquipiers de Messi, Suarez, et Neymar, face à Malaga (2-0) ce week-end, peut leur donner une idée sur le plan de jeu à exécuter. Du côté de Monaco, ce ne sont pas les titres ni l’armada offensive de Dortmund - même si Pierre-Emerick Aubameyang fait partie des meilleurs artificiers du Vieux continent - qui devraient leur faire peur a priori, mais plutôt l’incroyable «Mur Jaune» du Signal Iduna Park. La plus grande tribune debout d’Europe, animée par près de 25.000 supporters jaune et noir, ne devra pas intimider la jeunesse monégasque, si talentueuse dans le cocon de Louis II avec les Kylian Mbappé, Thomas Lemar, Tiémoué Bakayoko ou Benjamin Mendy, mais encore inexpérimentée aux ambiances hostiles en Europe. Loin de ce qu’ils ont connu à Manchester, dans l’antre de City au tour précédent.

Programme des quarts de finale (heures Gmt) : Aujourd’hui 18h45 Juventus – Barcelone ; Dortmund – Monaco Demain 18h45 Bayern Munich - Real Madrid ; Atletico Madrid - Leicester
Leicester : Ranieri : « Les joueurs ne sont pas responsables de mon licenciement »

L'entraîneur Claudio Ranieri a affirmé hier que son licenciement spectaculaire de Leicester en février dernier n'avait pas été orchestré par les joueurs.Lors de sa première interview depuis son départ de la formation qu'il a menée vers un titre historique de champion d'Angleterre l'an passé, Ranieri a estimé que "quelqu'un" du club, sans le nommer, avait été à la manœuvre ... "Je ne peux croire que les joueurs aient parlé aux propriétaires", a-t-il dit sur Sky Sports. Je ne crois pas qu'ils m'aient tué ! Non! Non! Peut-être quelqu'un a agi juste dans mon dos", a-t-il estimé. "Déjà, l'an passé, j'avais eu quelques problèmes et on a pourtant gagné le titre", a-t-il dit. La famille Srivaddhanaprabha a manifestement perdu patience face aux difficultés du technicien italien à enrayer une spirale négative qui avait fait glisser les Foxes en février à proximité immédiate de la zone de relégation. Avec un point d'avance seulement sur le 18e et alors qu'ils restaient sur cinq défaites consécutives sans le moindre but inscrit, le capitaine Wes Morgan et ses équipiers étaient au bord du gouffre.

Aujourd'hui, Leicester est 11e du Championnat et quart de finaliste de la Ligue des Champions.

AFP

Le milieu de terrain et capitaine du Sco d’Angers et son partenaire l’attaquant Famara Diédhiou sont les deux seuls Sénégalais retenus sur la liste des 13 finalistes du Prix Marc-Vivien Foé récompensant depuis 2011, le meilleur joueur africain de la L1 française. Ce n’est certainement pas cette année qu’un Sénégalais inscrira son nom au palmarès, car il est fort peu probable que l’un des deux succède au Marocain Sofiane Boufal (ex Lille) au palmarès de ce trophée individuel en la mémoire du milieu de terrain international camerounais Foé décédé le 26 juin 2003 sur la pelouse du stade Gerland de Lyon des suites d’une crise cardiaque en plein match de la Coupe des Confédérations.

Mais c’est encourageant pour les deux Angevins, d’autant que Diédhiou, notamment, n’en est qu’à sa première saison en L1. En fait, d’autres joueurs partent favoris pour le sacre, le 15 mai prochain. Surtout le milieu ivoirien Jean Michaël Seri (Nice) et le milieu algérien Ryad Boudebouz (Montpellier), tout simplement deux des meilleurs passeurs du championnat de France. Avec respectivement 9 et 8 passes décisives, ces deux-là ont quelques longueurs d’avance sur les deux « Lions ». Pareil pour l’attaquant béninois Steve Mounié, auteur de 13 buts avec Montpellier et le Camerounais de Lorient Benjamin Moukandjo, qui a déjà marqué à douze reprises.

Pour compléter la liste rendue publique hier par Rfi et France 24, il y a le défenseur ivoirien Serge Aurier (PSG), le milieu marocain Younès Belhanda (Nice) déjà couronné en 2012 sous les couleurs de Montpellier champion de France, cette année-là, l’attaquant camerounais Karl Toko Ekambi (Angers), l’attaquant guinéen François Kamano (Bordeaux), l’attaquant ivoirien de Rennes Giovanni Sio, le Cap-Verdien Julio Tavares (attaquant de Dijon) et le défenseur burkinabè Steeve Yago (Toulouse).

La famille de la natation s’est retrouvée samedi pour fêter ses acteurs les plus méritants de l’année 2016. C’était lors de la 5ème édition des Nat d’Or mise à profit par la Fédération sénégalaise de natation et de sauvetage (FSNS) pour distinguer les nageurs et faire un clin d’œil aux anciens dont le parrain, Samba Kah Samb, membre d’honneur de la FSNS ainsi que les partenaires qui l’ont accompagnée tout au long de l’année.

Après une saison 2016 remplie, le monde de la natation sénégalaise s’est retrouvé samedi pour fêter les meilleurs acteurs. C’était à l’occasion de la 5ème édition du Nat d’Or. Cette année, Jeanne Boutbien a été la nageuse la plus en vue du circuit national. En piscine comme en eau libre, la pensionnaire de l’Atlantique Club de Dakar a dominé la concurrence pour s’imposer avec notamment, une victoire finale à la Traversée Dakar-Gorée en septembre dernier. C’est naturellement donc qu’elle a raflé les deux trophées chez les dames à savoir celui de meilleure nageuse en eau libre et celui doté du Nat d’Or qui prime la meilleure pratiquante.

Chez les hommes, la poire a été coupée en deux. Abdou Khadre Mbaye Niane qui a battu, en 2016, trois records nationaux a été sacré Nat d’Or pour récompenser ses exploits alors que le pensionnaire de l’Asfa, Adama Thiaw Ndir a remporté le titre de meilleur nageur en eau libre, du fait surtout de sa nouvelle victoire lors de la Traversée Dakar-Gorée.

Au bord des bassins aussi, les officiels techniques et les entraineurs ont été célébrés. Dans la première catégorie, Massiré Elisalam Diédhiou et Babacar Diagne ont été distingués alors que Samba Ba qui encadre de jeunes nageurs à la piscine des Maristes a été primé dans le deuxième cas pour récompenser ses efforts. Les organisateurs ont eu une pensée pieuse pour les pratiquants disparus à qui des trophées spéciaux ont été remis à titre posthume.

Les anciens pratiquants ont été honorés par le président Mouhamed Diop et ses collaborateurs pour leur contribution au rayonnement de la discipline mais également pour les citer en exemple afin qu’ils puissent « inspirer les plus jeunes par leurs valeurs et leurs vertus ».

En particulier, le parrain, Samba Kah Sambe qui a intégré la Fédération en 1964 et dont l’apport a été incommensurable pour promouvoir la natation. Une personnalité citée en exemple par le sous-préfet de Dakar-Plateau, Djibril Diallo, représentant du ministre des Sports et qui a présidé la cérémonie. Des institutions qui aident la Fsns pour la Traversée Dakar-Gorée comme la Mairie de Dakar, la Lmdg, le Gnsp, la Gendarmerie, la Marine, le Cemga, le Hassmar, le Samu municipal, entre autres ont également été distinguées. Au même titre que les partenaires, les encadreurs, les sponsors ou encore, les journalistes.

Ousseynou POUYE

Les chevaux ont galopé le weekend dernier à l’hippodrome Tanor Anta Mbakhar de Rufisque pour le compte de la 8e édition de la saison organisée par le Cng chargé des courses hippiques.
Les cinq courses programmées à cet effet se sont déroulées normalement.

Mais trois d’entre elles ont été particulièrement disputées et se sont soldées par de brillantes victoires.

Il s’agit de « Mbar Ngone » du groupe 3 drivé par Mbaye Diene une propriété d’Oumar Bao Jr, de « Altay » dans le deuxième groupe piloté par Ousmane Diouf et de « Rafet Niort » (poulains de 3 ans) conduit par le même cavalier. Les deux derniers vainqueurs sont des pensionnaires de l’écurie du Pr Sakhir Thiam.

Le galop des Pda a vu la victoire de Thioro sous la conduite de Fallou Diop. La 5e épreuve regroupant les chevaux du groupe 1 s’est conclue sur la victoire de « Darou Khoudoss » monté par Nene Sow et appartenant à Djily Mbaye.

Résultats techniques :
Pda : 1er Thioro, 2e Adja Cheikh, 3e Amine, 4e Darou Sam
Poulains de 3 ans : 1er Rafet Niort, 2e La Medina, 3e Miroir, 4e Tasul Yakaar
Groupe 3 : 1er Mbar Ngone, 2e NelenKar, 3e Mamy Ngone, 4e Arif
Groupe 2 : 1er Altay, 2e Rassoul, 3e Big Boss, 4e Bourakh
Groupe 1 : 1er Darou Khoudoss, 2e Maha, 3e Faydou, 4e Professeur Bao

EL H. Yamar DIOP

La boule amicale thiéssoise a organisé, dimanche, sous l’égide de la Fédération sénégalaise de sport boules, la 12ème journée du championnat national en doublettes choisies. Une journée qui a vu la participation de boulistes mauritaniens et français.

70 équipes ont participé à l’évènement. Du jet du bouchon effectué par le député Garmi Fall, le commandant Tine de la 22ème compagnie des sapeurs-pompiers et l’inspecteur régional des sports, Mame Moussa Cissé, jusqu’à la finale aux environs de 21 heures, les équipes ont joué dans un esprit chevaleresque ; ce qui n’a en rien entamé l’adversité dans la technique aussi bien du placement que des tirs. Au finish, c’est le duo Samba Diakhaté Kassé de Rufisque/Adama Diagne de la Boule amicale thiéssoise qui a remporté la finale devant l’équipe constituée par Cheikh Touré/Cheikh Abdou Lahat Sarr, tous les deux boulistes de la Boule amicale thiessoise.

Une occasion saisie par la Fédération sénégalaise de sport boules pour remercier la forte présence des équipes mauritaniennes ayant effectué le voyage de Thiès pour jouer et aussi rappeler aux autorités de la Capitale du rail, une vielle doléance des boulistes de Thiès, à savoir la construction d’un boulodrome digne de ce nom.

Selon un responsable local du sport boules à Thiès, Mansour Dia, seul ce handicap empêche aux boulistes de Thiès de pouvoir accueillir des compétitions internationales.

Mbaye BA

Après Gouye gui et Zoss, battus respectivement battus par Boy Niang 2 et Sitteu, Ness, un autre show-man est tombé de haut hier. C’est à croire que les dieux de la lutte leur ont tourné le dos. Depuis quelques temps, ils n’arrivent plus à gagner. Gouye gui et Ness sont restés sur deux défaites d’affilée ; alors que Zoss a concédé 4 revers consécutifs.

Mobilisation : Comme l’on pouvait s’y attendre, les amateurs se sont fortement mobilisés, hier, pour assister au gala de lutte de Gfm Entertainment dont l’attraction était le face à face entre Ness et Sa Thiès. Toutefois, le stade Demba Diop était beaucoup plus rempli lors du combat, le 4 avril, qui mettait aux prises Zoss et Sitteu. Normal ! Quand deux show-men se rencontrent, l’ambiance est toujours électrique et personne ne veut se faire raconter la confrontation. Surtout, le « phénomène » fait partie des lutteurs les plus populaires de la banlieue.

Ness, grand danseur devant l’Éternel : Véritable bête de scène, Ness a encore démontré hier, tout son savoir-faire en matière de danse. En plus d’avoir présenté une belle chorégraphie au public, la « baleine de Lansar », sous ses airs de faux-lion, a gratifié le public de pas de danse endiablés. Le tout dans la bonne humeur. C’est à croire que les lutteurs de Lansar excellent tous dans la danse. Le 4 avril, Sitteu avait déjà enflammé grâce à ses talents avérés dans ce domaine.

Surenchère : Après Boy Niang 2, Balla Gaye 2 devra désormais compter avec Sitteu parmi les adversaires qui le réclament. Venu, comme d’habitude, adouber le petit-frère Sa Thiès, l’ancien roi des arènes a eu la surprise désagréable de se voir défier par le « phénomène de Lansar ». Un crime de lèse-majesté quand on sait que ce dernier a été battu à plate couture, la saison passée, par Sa Thiès. En tout cas, si c’était pour faire sortir le champion de Guédiawaye de ses gonds, c’est un pari raté. Tel un roc, il est resté imperturbable. Balla a, sans doute, compris que le poulain de Ness voulait le distraire ; alors qu’il avait la lourde tâche, en l’absence de son père, de s’occuper de la préparation du combat de son frère.

Défis : Des lutteurs qui se défient, se toisent, sous le regard complice des amateurs, c’est ce qui agrémente les galas de lutte. Et des défis, il y en a eu hier. Amanekh qui demandait avec insistance son duel avec Yékini Jr, s’est vu réclamer par le jeune loup Doumboul. L’arroseur arrosé ! Mais le meilleur restait à venir ! Euphorique après son succès aux dépens de Zoss, il y a moins d’une semai, Sitteu a osé perturber la quiétude du roi Balla Gaye 2. Heureusement que ce lion blessé a su contenir sa fougue.

Encore Malick Niang ! Malick Niang est-il dans la dèche après plusieurs saisons blanches consécutives ? La question mérite d’être posée. Après le 4 avril dernier, l’ex « puncheur » de l’écurie Ndakaru a effectué une nouvelle apparition hier, au stade Demba Diop. Il y a encore effectué une démonstration pour se rappeler au bon souvenir des promoteurs. Son appel du pied sera-t-il entendu ?

Double Less absent : D’habitude, il accompagnait Sa Thiès à chacune de ses sorties. Mais hier, Less a brillé par son absence.
Et c’est le grand frère qui a pris le relais, aux côtés du préparateur mystique pour pousser le petit-frère à la victoire. Et tout est bien qui finit bien.

Rassemblés par Diégane SARR

Sa Thiès est en passe de devenir la bête de l’écurie Lansar. Après Sitteu, la saison passée, il a noyé la « baleine de Lansar » hier, au terme d’un combat qui n’a duré que 20 petites secondes. Alors que le fils de Double Less gagne sa place dans la cour des grands, Ness, qui a manqué son pari de venger le petit frère Sitteu, voit l’horizon s’assombrir pour lui.

Quand ils attrapent leurs proies, les fils de Double Less ne lâchent pas prise. Jusqu’à ce qu’ils les immobilisent complètement. Ness en a fait l’amère expérience hier, lors de son face à face contre Sa Thiès au stade Demba Diop.

En 20 secondes, la « baleine de Lansar », qui avait revêtu la tenue de chasseur dès le coup de l’arbitre, s’est transformée en proie. Noyée par l’habile pêcheur Sa Thiès ! Lutteur offensif, ce dernier a démontré qu’il ne savait pas qu’attaquer. Il sait aussi parer aux offensives adverses, en bon spécialiste de l’esquive, mais surtout enchaîner avec des contre-attaques qui peuvent s’avérer fatales aux adversaires, comme il en a administré, la preuve, face au poulain de Max Mbargane. En effet, surpris par une attaque de Ness, déterminé à écourter le combat, le petit-frère de Balla Gaye 2, toujours sur ses gardes, a réussi, fort heureusement, à esquiver la menace. En bagarreur-né, il ne tarde pas à riposter à la hauteur des actions de son vis-à-vis.
S’en suivent quelques échanges de coups mal ajustés. Sa Thiès, avec la lucidité qui le caractérise, profite de ce moment d’inattention, pour amorcer une attaque rapide. Pris au piège dans les griffes de son antagoniste, le leader de l’écurie Lansar tente de faire de la résistance. En désespoir de cause, il entreprend un hancher mais il faut une action beaucoup plus dangereuse pour espérer inquiéter le très résistant Sa Thiès.

Pire, le lutteur de Thiaroye finit par se faire ceinturer. La messe est dite. Le reste n’a été qu’une simple formalité pour le jeune champion de Guédiawaye qui met à contribution sa puissance musculaire pour terrasser Ness.

La chute ne souffre aucune équivoque. Comme Sitteu la saison passée, Ness est battu à plate couture par le petit-frère de Balla Gaye 2. Il a lamentablement manqué son pari de laver l’affront. Mais surtout, Ness voit son horizon s’assombrir après ce retour manqué. Battu en 2013 par Gouye gui, il avait passé plusieurs années blanches d’affilée et voulait mettre à profit ce combat pour renaître de ses cendres. Pari raté ! Quant à son bourreau, en plus d’être la bête noire de l’écurie Lansar, il vient de gagner sa place dans la cour des grands. La rançon de l’audace combinée au talent pur ! Avec cette nouvelle prouesse, il peut maintenant défier n’importe quel lutteur, nul ne trouvera à redire.

Diégane SARR

Les Mbourois étaient avertis. Leur déplacement à Deni Biram Ndao était à hauts risques. Comme plusieurs visiteurs cette saison, les Pélicans de Mpc n’ont pu tenir chez le leader. Ibrahima Niane, le bourreau des Mbourois, en a non seulement profité pour soigner son avantage au classement des buteurs (12 buts), mais aussi permettre à son équipe d’écarter la menace de ses poursuivants immédiats. Entre autres, le Diaraf qui a réussi la bonne opération, en allant enfoncer le Ndiambour et récupérer provisoirement le fauteuil de dauphin. Les Médinois mettant ainsi la pression sur le Guédiawaye Fc qui occupait cette deuxième place et qui a juste besoin d’un point cet après-midi, contre l’As Douanes pour reprendre « sa » place. Niary Tally a aussi rebondi sur la Linguère pour se relancer dans la course. En domptant à domicile le Casa Sports, le Stade de Mbour a mis fin à une chute libre, et se relance dans la course au maintien. C’est le contraire du Ndiambour et de la Linguère qui s’enfoncent davantage vers la Ligue 2.

Et pour la fin de cette 17e journée, les deux dernières rencontres de cet après-midi seront tendues. Dans la première, l’Us Gorée, lanterne rouge est condamnée à réagir devant Diambars, en chute libre. Alors que dans le second, l’As Douanes défie le Gfc qui va tenter de récupérer le 2e fauteuil, provisoirement occupé par le Diaraf.

A. SAMBOU

Ndiambour – Diaraf 1-2 : Sur deux bourdes du gardien lougatois
En match comptant pour la 17e journée de la Ligue 1, disputé hier, au stade Alboury Ndiaye, le Diaraf a réalisé une belle opération en s’imposant face au Ndiambour sur le score de 2 buts à 1. Arbitres : Idrissa Konaté assisté par Ousseynou Samb et Mass Sall de la Cra de Thiès.
 
Les équipes : Asac Ndiambour : Cheikh Dieng, Abdoulaye Diallo, Abdoulaye Sy, Moustapha Traoré (Sidy Dieng 77e ), Mor Mberry Sylla, Mohamed Dia (Ibrahima Niang 56e), Mohamed Ba, Pape Boye, Kémo Soumaré, Diouma Sall (Baye Gadio 62e ) John Eric Assolah. Coach : Malick Diop.

Diaraf : Ibra Fall Diakhaté, Ousmane Gassama, Ousseynou Guèye, Baba Kébé, Assane Mbodj, Mamadou Sylla, Alioune Tendeng (Fadel Fall 20e), Pape Sassy Diallo, Matar Kanté, Assane Mbadji (Pape Youssou Faye 65e ) et Idrissa Niang. Coach : Malick Daff.

Le Ndiambour était mieux entré dans le match avec une parfaite maîtrise du ballon, un jeu collectif et beaucoup d’engagement. Mais deux bourdes du gardien lougatois, Cheikh Dieng, ont suffi pour faire le bonheur du Diaraf. Baba Kébé (32e) et Assane Mbodj (36e) surgissent et marquent pour les « Vert et Blanc ».
Le Ndiambour a essayé, poussé par le public, et est parvenu à réduire le score (82e) par Baye Gadio. On s’attendait dès lors à un autre match. Mais en face il y avait un excellent Diaraf qui a fini par s’imposer 2-1. Les Médinois réalisent ainsi une belle opération. Le Ndiambour a perdu mais peut être fier du match livré.
Un « grand match » qui, selon le coach Malick Diop, annonce des lendemains meilleurs pour les Lougatois.
 
Abdoulaye DIALLO

NGB – LINGUERE (1-0) : Coaching gagnant de Landry Lopy !
En match comptant pour la 17e journée, Niary Tally a battu la Linguère (1-0) samedi au stade Demba Diop. But : Abdoulaye Aidara Mankabo (56e). Avertissements : Mady Fatty (16e), Alfred Bienvenu Bâ (26e), Alioune Badara Guèye (28e), Wellé Ndiaye (68e), Daouda Samb Cissé (83e) de NGB ; Abdou Khadre Guèye (45e, +2) de la Linguère. Expulsion : Abdou Khadre Guèye de la Linguère pour cumul de cartons (85e). Arbitres : Sidy Camara, assisté par Mbacké Diop et Momar Badiane, tous de la Cra de Louga.

Les équipes NGB Niary Tally : Pape Seydou Ndiaye (cap), Abdou Chafy Sow, Alioune Badara Guèye (Abdoulaye Aidara Mankabo, 46e), Alfred Bienvenu Bâ, El H Ousseynou Diop, Daouda Samb Cissé, Sidath Ndiaye, Wellé Ndiaye (Pascal Mendy, 81e), Oumar Goudiaby (Pape Matar Lô, 55e), Moussa Kalidou Djité, Mady Fatty. Coach : Landry Lopy

Linguère : Modou Jobe, Mamadou Seck (cap), Lamine Bara Ndong, Omar Gningue, Hamidou Bojang (Matar Lika Boye, 88e), Aly Bamba (Yao Jean Stéphane Yao, 73e), Malick Fall, Abdou Khadre Guèye, Modou Lamin Malleh, Serigne Mbacké Sow, Sakoky Laye (Pape Ndiaga Yade, 60e). Coach : Victor Salvado

Joie de courte durée pour les Saint-Louisiens de la Linguère. A peine une semaine après leur succès dans le derby du Nord (2-0) contre le Ndiambour, la Linguère renoue encore avec le doute. Et pourtant, les hommes de Victor Salvado ont engagé la partie face à NGB avec la ferme intention de confirmer leur redressement. Malgré une légère domination des visiteurs, mieux entrés dans le match, la meilleure occasion fut à l’actif des locaux. Sur une des rares offensives de NGB Niary Tally, Mady Fatty rata le cadre (31e). De retour des vestiaires, les Dakarois apportent les correctifs nécessaires. Et c’est du banc que la solution viendra. En effet, après dix minutes de présence sur le terrain, le remplaçant de luxe de NGB, Abdoulaye A. Mankabo crucifie les Saint-Louisiens sur un cafouillage. Du coaching gagnant pour Landry Lopy dont les joueurs ne se sont plus ménagés pour défendre leur précieux avantage. Obligeant Sidy Camara, l’arbitre central de la partie, à exhiber le carton jaune pour calmer la tension. Au total, cinq joueurs de Niary Tally ont été avertis. Mais, si les Dakarois ont terminé le match au complet, la Linguère a été pénalisée dans les 5 dernières minutes, suite à l’expulsion d’Abdou Khadre Guèye, pour cumul de cartons.

Ansoumana SAMBOU

STADE MBOUR-CASA SPORTS (2-1) : Une précieuse victoire qui vient à son heure
En match comptant pour la 17e journée de Ligue 1 disputé hier au stade Caroline Faye, le Stade de Mbour a dominé (2-1) le Casa Sports. Mi-temps 0-0. Buts : Ousmane Ndiour (55e) et Mouhamed Guèye (75e) pour Stade Mbour ; Aliou Diatta (50e) pour Casa Sports. Arbitres : Maguette Ndiaye, assisté d’Ababacar Sène et d’Amadou Ngom (trio Cra Dakar). Avertissements : El Hadji Ousseynou Sidibé Diouf (14e) et Ousmane Ndiour (90+2) pour Stade Mbour ; Richard Sagna (67e) et Faustin Senghor (90+2) pour Casa Sports.

Les équipes : Stade Mbour : Sara Ba, Sidy Ndiaye (cap), Mouhamadou Diawara, El Hadji Ousseynou Sidibé Diouf, Mamadou Sow, Amsatou Guèye (Mouhamed Guèye, 56e), Mamadou Sall, Ousmane Ndiour, Amdy Moustapha Bèye, Yaya Goudiaby (Ngagne Hanne, 80e), Bassirou Bodian (Zile Andre Tiehide, 70e). Entraîneur : Youssouph Dabo.

Casa Sports : Moussa Soukouna, Ousmane Diouf, Daouda Bousso (Moussa Marone, 80e), Khalifa Ababacar Dieng, Ibrahima Sagna 1 (Ibrahima Sagna, 85e), Jean Jacques Ndecky, Faustin Senghor (cap), Richard Sagna, Adama Danfa, Cherif Safi Sané, Aliou Diatta. Entraîneur : Athanase Tendeng.

L’ouverture du score par Aliou Diatta au retour des vestiaires (50e) n’a pas suffi à l’ogre ziguinchorois pour empocher les trois points de la victoire. Face à une équipe du Stade de Mbour qui n’avait plus gagné depuis la 11ème journée et son succès (2-0) face à Génération Foot et qui n’a plus marqué de but depuis lors, les hommes d’Athanase Tendeng devaient faire mieux. Les Mbourois qui avaient soif de victoire ont vite sonné la révolte pour revenir dans le match. Et c’est chose faite à la 55e minute grâce à Ousmane Ndiour qui permet au Stade de Mbour de recoller au score. Le match gagne en intensité et les « Stadistes » ne lâchent pas prise. Ils haussent le rythme et à la 75e minute, Mouhamed Guèye, à la conclusion d’un centre d’Ousmane Ndiour, bat d’une jolie tête piquée le gardien du Casa Sports. A 2-1, les jeux étaient faits et le Stade de Mbour signe ainsi une précieuse victoire après cinq journées de disette.

S. O. F.

Les résultats : Ngb Niary Tally – Linguère : 1-0, Teungueth Fc – Us Ouakam : 1-1, Génération Foot – Mbour PC : 2-0, Ndiambour – Diaraf : 1-2, Stade de Mbour – Casa Sports : 2-1, 
Cet après-midi, A Demba Diop, (15h30) : Us Gorée (14e, 12 pts) – Diambars (6e, 22 pts), 17h30 : Douanes ((8e, 20 pts) – Gfc (3e, 28 pts)

Ils étaient tout chauds, les « Lions » d’Europe, ce weekend et ont fait trembler les filets comme pour rendre hommage à … Sadio Mané blessé et dont la fin de saison avec Liverpool (et peut-être avec la sélection nationale) a été confirmée vendredi dernier. Et, également, comme pour rassurer leur coach, Aliou Cissé, que marquer des buts, ils savaient toujours faire. Et à tout seigneur tout honneur. Le capitaine des « Lions », Cheikhou Kouyaté, d’une frappe monumentale des 25 mètres a permis à son club de West Ham de battre Swansea lors de la 32ème journée de la Premier League anglaise. Un but et une victoire d’autant plus importants qu’ils permettent aux « Hammers » de mettre fin à une série de 5 matches sanctionnés de défaite. En Italie, Babacar Khouma a sauvé son club de la Fiorentina d’un revers qui se dessinait. Il a tout bonnement égalisé à 2 – 2 à la 89ème mn sur le terrain de la Sampdoria Gênes. En Belgique, Moussa Konaté n’a pas eu cet honneur. Il a certes marqué pour son club du Fc Sion, mais n’a pu sauver son club de la défaite face à Lugano.

Tout le contraire d’Issiar Dia ! L’ex « accélérateur de particules » de la Tanière revenu en France à Nancy, a grandement contribué à la victoire des Lorrains (3 – 0) face à Rennes lors de la 32ème journée de la L1.

Il a simplement signé un doublé (51ème et 65ème mn). Comme pour se rappeler au bon souvenir d’Aliou Cissé, lui qui rêve toujours de réintégrer la Tanière.
Ce n’est pas encore le mercato estival, mais des bruits de transferts se font déjà entendre au sein de la Tanière. Ainsi a-t-on appris que Cheikh Ndoye, le puissant milieu de terrain et capitaine d’Angers (L1 française), pourtant très courtisé la saison passée à pareille époque, ne devrait pas bouger.

En fin de contrat à l’issue de la saison, il n’aurait toujours pas reçu de propositions intéressantes et sent donc parti pour rempiler. A presque 30 ans, Ndoye pourrait ainsi finir sa carrière au Sco. Tout le contraire d’Henri Saivet, son compère du milieu de terrain de l’équipe nationale du Sénégal. En effet, celui-ci ne devrait plus faire partie de l’effectif de Saint-Etienne (L1 française), la saison à venir. Prêté aux « Verts » par Newcastle (Championship anglaise), le joueur de 26 ans n’a pas convaincu Christophe Galtier, le coach de l’Asse. Pourtant, au sortir de la dernière Can où Aliou Cissé avait confié les clés du jeu de son équipe à Saivet, Galtier avait soutenu qu’il savait désormais comment utiliser ce joueur. Apparemment, il n’a pas su tirer le maximum de son milieu offensif puisque voici ce dernier en instance d’être renvoyé chez les « Magpies » avec qui il est sous contrat jusqu’en 2021. Diao Baldé Keïta pourrait, lui aussi, changer d’air la saison prochaine. Mais certainement pas parce qu’il n’a pas répondu aux attentes de ses employeurs de la Lazio Rome. C’est plutôt parce que l’attaquant sénégalais de 22 ans est dans le viseur de clubs plus huppés dont Naples. En plus de son coéquipier de la Tanière Kalidou Koulibaly (qu’il affrontait hier en Serie A) qui souhaiterait l’avoir à ses côtés, il semble que le président du Napoli en personne Aurelio De Laurentiis, et le coach Maurizio Sarri himself seraient favorables à sa venue.

La liste des 12 « Lions » chargés de défendre les couleurs du Sénégal lors du Mondial de Beach Soccer (Bahamas du 27 avril au 7 mai 2017) a été publiée par le sélectionneur national Ngalla Sylla. Un choix intervenu après des mois de préparation et quelques matches amicaux qui ont suivi le sacre des « Lions » du foot de plage, au Nigeria. Ce groupe de performance retourne en stage au Centre technique Jules F. Bocandé dès ce lundi et jusqu’au 19 avril pour la dernière ligne droite de la préparation. Le départ pour les Bahamas est prévu le 21 avril.

Gardiens de but : Al Seyni Ndiaye, Abdou Karim Samb - Défenseurs : Mamadou Sylla, Vieux Ibra Saher Thioune, Pape Demba Ndour, Pape Mamadou Ndoye - Milieux : Babacar Fall, Hamad François Diouf, Mamour Diagne - Attaquants : Lansana Diassy, Hamidou Barry, Ibrahima Baldé

C’est le statu quo au sommet pour le titre. La bataille à distance, entre la Sonacos et l’As Pikine, est loin de connaître un vainqueur. Les Huiliers gardent cependant les commandes. Les Pikinois ont dû puiser hier dans leurs dernières réserves d’énergie pour revenir à la hauteur de leur rival. Menés (2-0) par l’Olympique de Ngor pendant longtemps dans le derby de la banlieue dakaroise, les Pikinois ont arraché le point du nul dans les dernières instants de la partie. Auparavant, la Sonacos avait neutralisé l’Etics de Mboro, à domicile. En fait, en domptant Cayor foot dans le derby thiessois, c’est Africa Promo qui est la grande bénéficiaire de la journée. Africa Promo foot revient à la hauteur des deux leaders qui marquent le pas au sommet. Dakar SC et le Port ont aussi réalisé une bonne opération, en dominant respectivement le Duc et Diamono de Fatick.

A. SAMBOU

Les résultats : Pikine – Ol Ngor : 2-2, Etics – Sonacos : 0-0, Africa Promo Foot – Cayor Foot : 2-1 ; Port Diamono : 1-0, Renaissance Dk – Bargueth : 1-1, Ndar Guedj – Yeggo : 1-1Duc – Dakar SC : 0-1

Sa Thiès et Ness vont régler leur lourd contentieux demain au stade Demba Diop. Tombeur de Sitteu, la saison passée, le fils de Double Less veut également accrocher à son tableau de chasse, la « baleine » pour être sûr d’avoir bien vengé son parent Ama Baldé que Ness avait malmené en 2008. Mais le poulain de Max Mbargane voudra, lui aussi, venger le petit frère, Sitteu. Les deux protagonistes visent une place dans la cour des grands.

Une semaine après le drapeau de la Sénégambie qui a mis aux prises Zoss et Sitteu, avec le résultat qu’on connaît, les amateurs de lutte pourront suivre un autre choc de titans, ce dimanche au stade Demba Diop. Celui-ci mettra aux prises Ness-encore un élément de l’écurie Lansar-, à Sa Thiès, le fils de Double Less. Un choc de générations entre le vieux routier Ness et l’étoile montante de Guédiawaye. Un choc d’ambitions aussi entre deux champions qui n’ont jamais caché leur volonté de s’installer sur le trône. C’est dire si ce face à face promet de chaudes empoignades. Muet depuis sa défaite contre Gouye gui, en 2013, Ness entend sceller son retour au premier plan. La grande inconnue reste, cependant, son état de forme, ses aptitudes physiques etc. Face à un jeune très compétitif, la « baleine de Lansar » pourra-t-elle tenir en cas de combat d’usure ? Ness a-t-il toujours ses réflexes, ses automatismes ? Autant de questions auxquelles peuvent légitimement se poser les observateurs.

Toutefois, sur le plan de la valeur intrinsèque, le leader de Lansar reste toujours un adversaire de taille. Ses prédispositions naturelles lui confèrent des atouts non négligeables en matière de lutte avec frappe. Après des débuts timides, la « baleine de Lansar » avait fini par gagner en maturité et le réveil fut fatal à Ama Baldé, sévèrement fessé lors de leur face à face en 2008. Ainsi, Ness s’était révélé, au public, grand bagarreur devant l’Éternel. Ce combat sonnait comme le déclic pour lui après une longue période d’hibernation, de doutes, d’errements. La renaissance retrouvée. En 2013, Ness se faisait néanmoins battre par Gouye gui. Et depuis, à part un combat avorté contre Balla Bèye 2, le poulain de Max Mbargane avait disparu des radars. Plus de trois ans après, il veut saisir l’opportunité que lui offre le combat contre Sa Thiès pour intégrer la cour des grands. Un pari fort audacieux face à un adversaire qui est une machine à gagner. Mis à part, le péché de jeunesse qui lui avait coûté cher contre le puncheur Malick Niang, Sa Thiès s’est toujours très bien comporté en une dizaine de confrontations. Athlète très sûr de lui, le fils de Double Less est un gagneur dans l’âme, toujours prompt à marcher sur son vis-à-vis. Bon chien chasse de race ! Mais outre son mental de fer, sa témérité, le lutteur de Golf Sud peut puiser sur ses aptitudes techniques qui font l’unanimité parmi les observateurs. Et pour couronner le tout, il a une vitesse d’exécution à même de prendre au dépourvu le plus vigilant des lutteurs. Bref, Sa Thiès est un lutteur complet qui a tout le potentiel qu’il faut pour se tirer d’affaire face à ses adversaires.

Demain, il aura à cœur d’accrocher à son tableau de chasse, le gros morceau Ness, après avoir pulvérisé la saison dernière le petit frère Sitteu. Du coup, c’est une confrontation qui est partie pour servir de règlements de comptes. Non content d’avoir surclassé « le phénomène », le petit frère de Balla Gaye 2 veut se payer le scalp de « la baleine » sans doute pour être sûr d’avoir bien vengé le parent Ama Baldé, victime expiatoire de Ness en 2008. Même mission pour ce dernier qui voudra laver l’affront après la raclée que son adversaire avait infligée à Sitteu. Pour les deux protagonistes, ce face à face, organisé par Gfm Entertainment, sert d’examen de passage dans la cour des grands. Un enjeu énorme !

Attention danger ! C’est sous cette pression que Mbour PC se déplacera chez le leader, Génération foot, ce samedi après-midi. Pour cause depuis la 3e journée, les Académiciens ont remporté toutes leurs rencontres à domicile. Ailleurs, les visiteurs ne seront pas ménagés. Et c’est particulièrement le cas à Louga, à Mbour et à Dakar où le Ndiambour, le Stade de Mbour et l’Us Gorée sont respectivement dos au mur face au Diaraf, Casa Sports et Diambars.

Se déplacer à Deny Biram Ndao est devenu un calvaire pour les équipes. Hormis le Casa Sports qui a profité de leur manque d’expérience dans l’élite lors de la première journée pour s’y imposer (2-1), et le Diaraf qui y a réussi à les neutraliser (1-1) lors de la 3e journée sur leur stade, tous les autres visiteurs ont subi des dégâts chez les Académiciens. Mbour PC peut donc se tenir prêt. Benoit Toupane et ses coéquipiers ne seront pas ménagés par Génération Foot, leader de la L1 qui cherchera à conforter sa domination au sommet. Ce, d’autant que son dauphin, le Guédiawaye Fc, respire la forme à l’instant et compte un match en moins. Mais les « Crabes » de la banlieue dakaroise auront en face, lundi après-midi une équipe de l’As Douanes qui semble avoir retrouvé son rythme de croisière. Sa large victoire (3-1) aux dépens de l’Us Gorée, illustre cette confiance retrouvée. Pas encore totalement à l’abri d’une mésaventure, les Douaniers ne seront pas accueillants à domicile. Le Gfc peut donc se tenir prêt, comme la Linguère qui ne sera pas ménagée cet après-midi à Demba Diop, par une équipe de Niary Tally qui vise le podium. Les Saint-Louisiens débarqueront à Dakar avec la ferme intention de confirmer leur relance dans la course au maintien. A la portée des relégables, la Linguère est sur la corde raide.

Les Nordistes n’ont plus droit à l’erreur dans la ligne droite. Pour les mêmes raisons, l’Us Ouakam ne ménagera pas Teungueth Fc sur la pelouse du stade Amadou Barry de Guédiawaye, cet après-midi. Premier non relégable, les Ouakamois savent désormais à quoi s’en tenir face à des Rufisquois en pleine confiance, après une longue période de doute. Lamine Dieng n’est certainement pas étranger dans ce regain de confiance chez le champion en titre de la Ligue 2 qui avait connu de sérieux problèmes à s’adapter au rythme de l’élite. Dans tous les cas, depuis l’arrivée de Lamine Dieng, le club de Rufisque a, non seulement, retrouvé sa stabilité, mais reprend de la hauteur; même si le maintien n’est pas encore assuré. Le Stade de Mbour lui ne sait plus à quel saint se vouer depuis l’arrivée de Youssouph Dabo sur le banc. A Louga, Malick Diop tarde aussi à rassurer sur le banc du Ndiambour. Appelé en secouriste pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être, l’ancien coach du Port n’a pas encore rassuré. En tout cas, il a raté son premier match à St-Louis (0-2) contre la Linguère, lors du tour précédent. Ce week-end, il n’a plus le choix à domicile. Mais ce ne sera pas aisé compté tenu du calibre du visiteur, le Diaraf, qui de surcroît voudra se relancer dans la course, après le revers (2-3) concédé à domicile lors le choc contre le leader. C’est dire que le Ndiambour ne sera pas favori chez lui. Le Stade de Mbour, et notamment son coach, Youssouph Dabo qui tarde encore à confirmer, peut aussi s’attendre à un visiteur encombrant dimanche. Le Casa Sports qui s’y rend n’a pas encore renoncé au titre. Avec un match en moins, les Sudistes sont encore en course. Condamné à rassurer, le coach des Mbourois est sous forte pression. Son collègue de Diambars, Pape Boubacar Gadiaga, est aussi dans une situation inconfortable. En chute libre avec son club depuis le début de la phase retour (3 défaites consécutives), Gadiaga n’a pas le choix lundi prochain face à l’Us Gorée, la lanterne rouge qui doit avoir le moral bas. Une proie apparemment facile, mais attention à une réaction d’orgueil.

Ansoumana SAMBOU

Programme
Aujourd’hui: A Demba Diop, 17h : NGB Niary Tally (5e, 24 pts) – Linguère (11e, 17 pts); A Amadou Barry, 17 h : Teungueth Fc (9e, 19 pts) – Us Ouakam (12e, 15 pts); A Deni Biram Ndao, 16h30 : Génération Foot (1er, 34 pts) – Mbour PC (7e, 22 pts)

Demain : A Caroline Faye, 17h30 : Stade de Mbour (10e, 18 pts) – Casa Sports (4e, 25 pts); A Alboury Ndiaye, 17h : Ndiambour (13e, 13 pts) – Diaraf (3e, 25 pts)
Lundi : A Demba Diop, 15h30 : Us Gorée (14e, 12 pts) – Diambars (6e, 22 pts); 17h 30 : Douanes (8e, 20 pts) – Guédiawaye Fc (2e, 28 pts)

Déchu de son trône suite au recours de Yeggo après le match nul (1-1) inachevé lors de la 7e journée, Pikine doit passer à la vitesse supérieure pour récupérer le siège de leader de nouveau occupé par la Sonacos de Diourbel. Sur leur pelouse du nouveau stade Alassane Djigo, les Pikinois devront toutefois passer sur le corps de l’Olympique de Ngor. Au même moment, la Sonacos, leur rival dans la course, sera à Mboro pour tenter de conforter sa place de leader, face à une équipe de l’Etics proche de la zone rouge. Un duel à distance au sommet, entre Pikinois et Huiliers, qui va éclipser les autres matches de la Ligue 2. Des matches qui ne manquent cependant pas d’intérêt compte tenu de la position des uns et des autres dans cette dernière ligne droite. Entre autres, le choc du bas de tableau, (Renaissance de Dakar – Bargueth), qui ouvre la journée cet après-midi au stade Alassane Djigo. Premiers non relégables, les Dakarois n’ont plus le choix. Gagner pour se donner de l’air sera le mot d’ordre dans le camp de la Renaissance, alors qu’à Kébémer une défaite pourrait être lourde de conséquence.

A. SAMBOU

Le Programme
Aujourd’hui A Al. Djigo, 16 h : Renaissance Dakar (12e, 13 pts) – Bargueth (11e, 17 pts); 18 h : Duc (6e, 23 pts) – Dakar SC (4e, 25 pts); A Mawade Wade, 17 h : Ndar Guedj (10e, 19 pts) – Yeggo (6e, 23 pts)

Demain A Al Djigo, 16h: Port (5e, 24 pts) – Diamono Fk (7e, 22 pts); 18 h: As Pikine (2e, 29 pts) – Ol Ngor (9e, 20 pts); A Mboro, 17h: Etics (13e, 12 pts) – Sonacos (1er, 29 pts); A Caroline Faye, 15h30: Africa Promo Foot (3e, 27 pts) – Cayor Foot (14e, 11 pts)

Tombeur surprise de l’indéracinable Issa Hayatou à la tête de la Caf, le Malgache Ahmad Ahmad a encore promis hier « des changements au niveau de la gestion administrative et financière » de l’institution. En visite à Johannesburg, il a réaffirmé que « la Caf n’est plus aux standards. Elle manque de transparence, sa gouvernance est mauvaise car il y a des interférences dans le processus de décision ». Il s’est, dans la foulée, engagé à y mettre un terme au plus vite. Tout comme le successeur d’Hayatou a annoncé si « l’on ne peut pas développer le football en Afrique sans les gouvernements (…) on ne peut pas (non plus) accepter l’interférence gouvernementale ». Pour avoir été président de sa fédération nationale et avoir subi les ingérences du pouvoir politique, Ahmad est décidé à les combattre de toutes ses forces. Car pour lui, « l’objectif, ce n’est pas seulement la performance, c’est aussi l’éducation de la jeunesse africaine à travers le football ». Par contre, le nouveau résident de la Caf s’est dit « pas du tout » opposé à la tenue de la Can en été et non plus en hiver. Mais il a promis « d’écouter les gens et d’ouvrir le débat de manière officielle » afin d’aboutir à « une décision qui sera bonne pour la confédération, pas juste ce qui arrange son comité exécutif ». Les anciennes gloires du foot africain vont également occuper la place qui leur revient de droit et pourront à l’avenir collaborer avec la Caf. Si Ahmad se félicite que le nombre d’équipes africaines à la Coupe du monde soit porté de 5 à 9, il se désole que l’on ait oublié « le Mondial des jeunes où l’Afrique excelle ». Selon lui, « il faut qu’on revoie le développement du football en Afrique pour comprendre pourquoi on peut gagner des titres chez les jeunes et pourquoi ça s’arrête au niveau des quarts en senior ».

Avec AFP

L’aire de jeu du stade Lat Dior de Thiès qui va recevoir du gazon naturel, est en train d’être préparé. Tout autour, un canal de 500 mètres pour le drainage des eaux a fini d’être construit et un système d’arrosage ultramoderne électronique installé. Selon le spécialiste Stéphane Garder, le système est composé de deux pompes d’un débit de 15 m3 par heure et de 10 têtes d’arrosage automatique dont l’alimentation est assuré par un bac à eau de 190 m3 dont le remplissage est effectué à partir du forage du stade Lat Dior. « Vous voyez que le bac à eau est en plein chantier et dès qu’il sera prêt, nous allons semer le gazon car l’aire de jeu reçoit régulièrement de l’eau pour être bien préparé », a confié Mbaye Faye, directeur général de la Compagnie sénégalaise des travaux publics (Cstp).

Pour lui, ce choix de mettre un système d’arrosage automatique relève de sa volonté de doter le stade Lat Dior d’outils modernes. « Ces travaux ont été engagés sur les fonds propres de la Cstp parce que dans le cahier de charges, nous devrions installer des robinets pour l’arrosage du gazon mais en tant que Sénégalais, chef d’entreprise, j’ai décidé d’apporter ma modeste pierre à la construction du stade Lat Dior qui appartient à tous les Sénégalais », a-t-il lancé.

Outre l’aire de jeu, la principale tribune couverte, les vestiaires des équipes, des arbitres, le salon d’honneur avec sa cuisine et ses toilettes, la salle antidopage, le compartiment administratif, sont à un niveau d’exécution avancé. « A cela s’ajoutent une piste d’athlétisme, l’installation d’un système de vidéosurveillance et l’ensemble des travaux de finition dont l’exécution est liée à la signature d’un avenant du contrat qui va nous permettre, dans un délai maximum de 4 mois, de pouvoir livrer un stade Lat Dior conforme aux normes de la Fifa », a martelé Mbaye Faye.

Mbaye BA

Mohamed Salah (24 ans), le milieu de terrain offensif égyptien de la Roma, pourrait bouger lors du Mercato d’été. Et cela malgré un engagement court jusqu’en juin 2019. Ciblé par certaines écuries de Premier League, l’ancien joueur de Bâle et de Chelsea pourrait apparemment ne pas être retenu en cas d’offre adéquate, selon La Gazzetta dello Sport. Apparu à vingt-trois reprises cette saison en Serie A, l’international égyptien a inscrit dix buts pour neuf passes décisives.

Entre Hervé Renard et Hakim Ziyech, les choses ne s’arrangent pas. Le joueur de l’Ajax Amsterdam, auteur cette saison de 11 buts et 16 passes décisives en 38 matchs toutes compétitions confondues, a déclaré qu’il ne s’imaginait pas revenir en sélection sous le mandat d’Hervé Renard. « Tant qu’il est là, je pense à autre chose. C’est devenu quelque chose de personnel. Mais au final, c’est lui qui fait la sélection. Il décide et ça je l’accepte », a déclaré le milieu de terrain offensif de l’Ajax Amsterdam aux médias néerlandais. Avant la Can 2017, le sélectionneur avait justifié sa décision de ne pas le retenir en insistant sur le « caractère » jugé problématique du joueur. Hakim Ziyech dit toutefois ne pas s’en faire pour la suite de sa carrière internationale. « Je sais qu’un sélectionneur ne reste jamais longtemps en place. Donc je prends patience », estime-t-il. Longtemps hésitant, Ziyech a porté les couleurs des Pays-Bas jusqu’aux moins de 21 ans avant d’opter pour le Maroc en 2015. Depuis, il a disputé neuf rencontres avec les «Lions de l’Atlas» et marqué cinq buts. Sa dernière apparition sous le maillot national marocain remonte à un amical contre le Canada 11 octobre 2016. La rencontre de préparation Maroc-Pays Bas, prévue le 31 mai à Agadir, devrait donc se jouer sans ce joueur symbole des talents binationaux issus de la formation néerlandaise.

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.