banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Roger Mendy, ancien libero du Sénégal : « Au Caire, nous avions fait les frais de notre manque d’expérience »

09 Jan 2017
762 times

De Caire 86 à Sénégal 92, Roger Mendy a été de toutes les campagnes du Sénégal à la Can, soit trois au total. En tant que pièce maîtresse du dispositif de l’équipe, il a vécu intensément la compétition avec ses moments de joie et de peine. Fort de son expérience, il conseille aux poulains de Aliou Cissé de « prendre leurs responsabilités et de jouer au football » et, à la défense, de communiquer davantage.

1986. Après 18 ans d’absence, le Sénégal se qualifiait, à nouveau, à la Can. L’attente a été trop longue ; l’espoir immense. Les protégés de Pape Diop, sans exception, découvraient pour la première fois, cette prestigieuse compétition continentale organisée, cette année-là, en Egypte. « Nous étions tous émus », se rappelle Roger Mendy, le légendaire libéro de l’équipe nationale.

Malgré leur statut de novices, les “Lions” réussissent, pourtant, à battre l’Egypte grandissime favori, en match d’ouverture, devant leur nombreux public. La recette de cette prouesse inattendue ? « Une bonne préparation et une concentration maximale », martèle l’ancien défenseur central. Il souligne que ces deux aspects sont déterminants pour gagner une compétition. La suite du tournoi fut néanmoins moins heureuse avec une élimination par la Côte d’Ivoire aux portes des demi-finales. Au bout du compte, les deux succès obtenus aux dépens de l’Egypte et du Mozambique n’ont pas servi à grand-chose. Roger Mendy estime malgré tout, que le Sénégal avait les moyens de se qualifier en finale. « Nous avions battu l’Egypte ; alors que personne ne s’y attendait. Je pense que nous avions, à travers cette élimination, fait les frais de notre manque d’expérience », constate, avec regrets, l’ancien joueur de l’As Monaco.

Comme ses coéquipiers et tous les Sénégalais qui ont vécu l’épisode Caire 86, il dit garder de cette édition, un goût d’inachevé. Même si à l’arrivée, il fut désigné meilleur libéro d’Afrique ! Après l’excellente entrée en matière contre le pays hôte, l’envie de gagner le trophée était là ; mais les dieux du foot en avaient décidé autrement.

Au plan personnel, Roger Mendy affirme avoir joué cette compétition avec « la peur au ventre », quoique cela n’ait pas influé négativement sur son comportement sur le terrain. « J’avais peur, puisque que quand j’ai débarqué au Caire avec l’équipe, je n’avais joué que 3 matchs pendant un an et demi. Et c’était avec l’équipe nationale à l’occasion des éliminatoires. Certains journalistes étaient même scandalisés de me voir là-bas. Durant toute cette période, je ne pouvais jouer pour mon nouveau club Toulon ; la procédure d’obtention de la double nationalité ayant été longue », poursuit l’ancien coéquipier de Jules François Bocandé. Roger Mendy explique que c’est à cause de ce manque de compétition qu’il avait, une première fois, décliné sa sélection avant de revenir sur sa décision. Il ajoute que c’est grâce à l’intervention du président de la République Abdou Diouf et de tout son gouvernement qu’il a fini par porter le maillot national.

Outre Caire 86, Roger Mendy a pris part à deux autres éditions de la Can, en 1990 en Algérie et à domicile, deux années plus tard. Pour la Can 92, il croit savoir que le coach, Claude Leroy, avait davantage sélectionné des noms que des talents au top de leur niveau. « Il y avait de grands noms à l’époque mais qui étaient pour la plupart trentenaires. Or, il fallait du sang neuf dans l’équipe, en mettant l’accent sur les jeunes comme Victor Diagne et autre Aly Mâle pour pallier le manque de résistance physique », fait encore remarquer l’ancien patron de la défense des “Lions”.

Fort de l’expertise acquise après trois campagnes de Coupe d’Afrique, Roger Mendy conseille à Sadio Mané et sa bande de « prendre leurs responsabilités et de jouer au football comme ils le font dans leurs clubs ». Comme beaucoup, il estime que le groupe dirigé par Aliou Cissé a de la qualité et peut aller très loin dans cette Can Gabon 2017. Toutefois, il demande aux “Lions” de jouer collectif et, à la défense qu’il considère la meilleure force de l’équipe, de communiquer pour ne pas se faire prendre au dépourvu. « On ne peut pas se permettre d’encaisser certains buts comme lors du match qui nous avait opposé à l’Afrique du Sud. C’est un défaut de communication de la défense qui est à l’origine du deuxième but », a-t-il déploré.

Diégane SARR

Last modified on mardi, 10 janvier 2017 13:04
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.