banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Compétitions africaines de rugby en 2017 : Le Sénégal sur plusieurs fronts cette année

20 Avr 2017
1181 times

Le rugby sénégalais sera au devant de la scène africaine cette année. Avec pas moins de trois compétitions au programme, Me Guédel Ndiaye et ses hommes ont de quoi s’occuper : le Rugby Africa Gold Cup, le trophée Jean-Luc Barthes et le rugby à VII avec les masculines et les féminines. Dans cet entretien, le président de la fédération revient sur les enjeux de ces différentes manifestations de l’ovalie.

Trophée Jean-Luc Barthes (17-23 avril) : Les Lionçeaux perdent d’entrée face au Maroc
L’équipe nationale junior (U 20) de rugby à XV qui s’est envolée lundi pour Monastir (Tunisie) où elle doit prendre part à la coupe d’Afrique des nations de la catégorie du 17 au 23 avril, a perdu hier son premier match contre le maroc par 21 à 6.

Les « Lionceaux » qui ont perdu cette demi-finale sont donc éliminés de la course à la montée dans le groupe A. L’autre rencontre opposait la Tunisie à la Côte d’Ivoire. A noter que le vainqueur de ce tournoi accédera au groupe A de la catégorie.

Cette compétition a été rebaptisée trophée Jean-Luc Barthes qui est un homme extraordinaire qui a énormément fait pour le rugby en Afrique. C’est à lui qu’on doit tout le développement du rugby africain », selon Me Guédel Ndiaye, le président de la fédération sénégalaise de rugby. Cet homme, décédé il y a un peu plus d’un an, sera honoré par la petite catégorie durant une semaine. Cette coupe d’Afrique est scindée en deux poules (nord et sud) et le Sénégal est logé dans la poule nord en compagnie du Maroc, de la Tunisie et de la Côte d’Ivoire. La poule sud comprend Madagascar, Zimbabwe, Namibie et Kenya. De l’avis du président de la fédération, tout dépendra du premier match contre le Maroc, un adversaire que le Sénégal avait battu deux fois chez lui l’année dernière.

Rugby Africa Gold Cup (24 juin-5 août 2017)
L’équipe nationale A disputera elle aussi sa coupe d’Afrique des nations réservée aux équipes évoluant en première division africaine. En fait, il y a plusieurs divisions dans le rugby africain. L’Afrique du Sud étant hors concours car évoluant au niveau mondial, ainsi les autres équipes africaines ont été réparties dans les différentes divisions (1ère à la 4e) en fonction de leurs performances. Le Sénégal en ce qui le concerne disputera la Gold Cup (la première division) qui comprend six équipes, la Namibie qui est le numéro un, le Kenya (2), l’Ouganda (3), le Sénégal (4), le Zimbabwe (5) et la Tunisie (6) qui constituent le top du ranking africain. Les « Lions » joueront deux matches à domicile contre le Zimbabwe (24 juin) et l’Ouganda (1er juillet) et trois à l’extérieur contre la Namibie (8 juillet), le Kenya (15 juillet) et la Tunisie (5 août). « C’est très intéressant d’être enfin dans ce groupe-là parce que d’habitude, on ne fait que des tournois. Mais ce sera compliqué au plan financier d’autant plus que l’intérêt c’est de terminer dans les cinq premiers et seront rejoints l’année prochaine par le vainqueur de la 2e division. Là, les six équipes font la coupe d’Afrique en février-mars 2018 qui sera qualificative à la coupe du monde 2019 au Japon. Mais seul le premier sera qualifié directement tandis que le second sera repêché pour disputer un match contre le représentant sud-américain », a souligné Me Guédel Ndiaye.

Actuellement, l’équipe est en pleine préparation après la finale du groupe B remportée contre la Tunisie en novembre 2016 et qui permet aux « Lions » d’accéder en première division africaine (l’élite). En février également, l’équipe a joué en préparation contre le Maroc pour un entraînement dirigé ; et cela a permis de préparer un peu le groupe. « Maintenant, on est en train de discuter avec nos joueurs pour savoir ceux qui pourraient venir parce que c’est compliqué. Car ils vont faire huit jours à Dakar pour disputer les deux matches avant de rentrer en France. C’est une chance pour nous mais ensuite le problème, c’est la suite des compétitions car ils devront repartir en Namibie puis au Kenya. Donc ça pose aussi un problème d’effectifs car il faudra compter avec les blessures parce que les matches de rugby, c’est très dur, sans compter qu’il y aura certains qui ne pourront pas venir pour des raisons professionnelles avec leur club. Pour la Gold Cup, tout dépend des joueurs qu’on aura et des joueurs qu’auront nos adversaires. Vous savez, cinq matches internationaux en cinq semaines ce n’est pas facile, tout le monde risque d’avoir des handicaps », selon Me Guédel Ndiaye. Cependant, la fédération peut compter sur une petite réserve de joueurs en France qui pourraient faire la deuxième partie de la tournée et les fédéraux sont également en train de préparer des locaux pour les postes qui risquent de poser des problèmes en Namibie et au Kenya. « Ces voyages ont un coût, mais nous sommes aidés un peu par Rugby Afrique, World Rugby, nos sponsors et certains mécènes aussi, et nous espérons également que l’État du Sénégal va nous appuyer ».

Rugby à VII (18-19 novembre 2017)
Pour le rugby à VII, autant les hommes que les dames sont engagés. Et ce sont des joueurs locaux que la fédération entend mettre en lice les hommes (18-19 novembre 2017) car de l’avis du président de la fédération, l’objectif recherché est d’avoir une bonne base locale.

« Le second objectif, c’est qu’ils pourraient intégrer dans le futur l’équipe de rugby à XV qui ira en Namibie, au Kenya et en Tunisie ». Chez les femmes (la date n’est encore confirmée) par contre, « on a un peu hésité à les engager, mais puisque ce sont les 8 meilleures nations qui vont la disputer, le Sénégal en fera partie parce que notre équipe féminine est classée 7e. Donc nous sommes engagés d’office, mais ça coûte de l’argent et notre équipe féminine n’est pas aussi performante que les années précédentes ».

D’après le président de la Fsr, cela s’explique par le non-renouvellement des effectifs ; en plus elles n’ont pas une bonne condition physique. « Néanmoins, on est invité à participer à cette coupe d’Afrique en tant que 7e mais ça va être très dur de conserver notre place parce que nous n’avons pas une grosse réserve. Il y a des filles qui sont assez bonnes, mais c’est au niveau des remplaçantes que ça pose problème », a-t-il précisé.

C. F. KEITA

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.