sources vecto FR 5 page 001

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Autres (518)

A Génération Foot, rien n’est laissé au hasard dans la gestion du calendrier. Tout est programmé dans la préparation des matches. Documents à l’appui, le directeur technique, Abdoulaye Sarr, dévoile fièrement leur plan de travail. Des courbes indiquant l’évolution de l’équipe pendant toute la saison, permettant ainsi à la Direction technique de rectifier là où c’est nécessaire, mais aussi « un suivi médical très pointu » dont bénéficient les pensionnaires. Ce sont, entre autres, les secrets de la réussite des Académiciens qui n’ont pratiquement rien à envier les clubs européens. « On ne laisse aucun détail au hasard. Nos adversaires sont filmés, supervisés puis visionnés sur vidéo avant de les rencontrer. Sur le plan de la logistique, on ne se plaint pas trop, même s’il y a des choses à améliorer. Notre cellule de recrutement fait le tour du pays pour détecter les talents », résume Abdoulaye Sarr pour justifier que les résultats de son équipe « ne relèvent pas du hasard ». Fort de son expérience dans certains clubs traditionnels comme le Diaraf, Laye Sarr est bien placé pour mesurer le retard accusé par plusieurs clubs sénégalais sur ce plan. Il cite des clubs à l’image du Tout-Puissant Mazembé du Congo comme référence à copier pour espérer tutoyer les grands en Afrique.

A. SAMBOU

Les Lions du Sénégal se préparent à accueillir, demain samedi, les Warriors du Zimbabwe dans le cadre du tournoi Africa Gold Cup de rugby à XV dont les matches démarrent ce week-end. Avant le match contre l’Ouganda prévu une semaine plus tard. Un tournoi en direction duquel la Fédération sénégalaise de rugby a fait face à la presse pour en expliquer les contours.
Le coup d’envoi de la Gold Cup de rugby sera donné ce samedi au stade Iba Mar Diop de Dakar où le Sénégal recevra demain le Zimbabwe.

Dans un tournoi que se disputent six nations, Ouganda, Zimbabwe, Namibie, Sénégal, Tunisie et Kenya, l’entraîneur national Philippe Oro et ses hommes devront donner le maximum pour bien démarrer cette compétition. Après les Zimbabwéens, les Lions feront face une semaine plus tard, aux Ougandais qui auront fini de rencontrer le Kenya.

Une confrontation qu’il faudra également remporter car l’objectif clairement affiché est de s’imposer pour bien attaquer les adversaires à l’extérieur.
Ce qui devrait ainsi permettre de faire un grand pas dans la lutte pour le maintien dans l’élite du rugby continental, le Groupe A mais aussi, avoir le droit de disputer trois matchs à domicile la saison prochaine. C’est « l’objectif visé à travers ce tournoi », a ainsi rappelé le colonel Mamadou Fofana, manager général de l’équipe.

Car après le bon travail effectué depuis quelques années et qui a abouti à l’accession du Sénégal à ce niveau, il soutient que le groupe est tout aussi déterminé à se maintenir à cette position et poursuivre la progression. Pour le capitaine de l’équipe, Félix Mendy, le tournoi s’annonce difficile mais le groupe est déterminé à jouer sa partition. D’abord à Dakar avant les matchs prévus à l’extérieur : « Nous avons des matchs difficiles en perspective notamment le premier. Mais nous devons les prendre un à un », a dit Félix Mendy.

Comme son manager général, il a dit la détermination du groupe à relever le défi du maintien dans l’élite africaine afin de disputer dès l’année prochaine, les éliminatoires pour la Coupe du monde 2019. Le président de la Fsr, Me Guédel Ndiaye, a pour sa part souligné que « c’est un défi pour nous de jouer deux matchs à domicile dans cette compétition si importante dans la mesure où les cinq premiers seront versés dans le tournoi qualificatif de la Coupe du monde 2019 ». D’importantes visées donc pour les responsables fédéraux et techniques mais aussi des joueurs. Après Dakar, le Sénégal sera en déplacement en Namibie le 8 juillet, au Kenya le 15 juillet et enfin en Tunisie le 5 août.

Pour faire face à toutes les dépenses inhérentes à la participation sénégalaise, il renseigne que le budget s’élève à quelque 200 millions dont les 30 proviennent de l’Etat. Une grande partie de cette somme ira aux joueurs qui ont délaissé leurs boulots pour répondre à l’appel de la patrie. « Nos joueurs ne sont pas des professionnels ; ils sont des travailleurs.
Et les jours passés ici pour le tournoi constituent un manque à gagner pour eux que nous devons rembourser », a ajouté le colonel Fofana.

Ousseynou Pouye

Roger Federer, qui prépare en Allemagne sa rentrée en Grand Chelem à Wimbledon, s’est qualifié jeudi pour les quarts-de-finale du tournoi sur gazon de Halle, en battant l’Allemand Mischa Zverev (N.29) 7-6 (7/4), 6-4. L’actuel numéro 5 mondial, vainqueur de 18 titres du Grand Chelem, rencontrera au prochain tour le tenant du titre, l’Allemand Florian Mayer, 134e mondial, qui s’est défait du Français Lucas Pouille (N.15) en trois sets 6-7 (6/8), 6-4, 6-3.

AFP

Les 6 meilleures équipes nationales de rugby africain vont disputer le championnat de Rugby Africa Gold Cup du 24 juin au 5 août en matches aller simple. Une sorte de tournoi des 6 nations à l’africaine en somme. Namibie, Kenya, Ouganda, Sénégal, Zimbabwe et Tunisie vont se mesurer donc avec des enjeux de taille au bout. Le vainqueur sera champion d’Afrique et les 5 premières équipes auront ainsi la possibilité de disputer en 2018 la phase qualificative à la Coupe du monde de 2019. Mais l’équipe qui se sera classée dernière sera reléguée au Sylver Cup en 2018 et ne pourra pas avoir la chance de disputer le cycle final qualificatif à la Coupe du monde. C’est dans la perspective de ce tournoi continental que la fédération sénégalaise de rugby a concocté sa liste de joueurs devant défendre les couleurs nationale. Et pour cause, 25 joueurs évoluant dans les différents championnats européens ont été appelés par l’encadrement technique national pour débuter la compétition qui commence samedi au stade Iba Mar Diop (15h30) avec un sulfureux Sénégal-Zimbabwe qui doit réveiller bien des souvenirs douloureux aux sénégalais. En effet, on se rappelle d’un certain 25 juin 2005 à Harare lorsque les Lions des Yogane Corréa et autres Steeve Sargos se faisaient battre injustement (15-21) dans un match à rebondissements. Cet épisode appartient au passé, mais les retrouvailles de samedi devraient bien rappeler ce parfum.

A partir de samedi donc commence un cycle de matches rapprochés pour ces pays avec des distances éloignées les unes des autres. Car après le Zimbabwe, le Sénégal recevra ensuite l’Ouganda (1er juillet), puis se rendra en Namibie (8 juillet) pour continuer sur le Kenya (15 juillet) et boucler à Dakar contre la Tunisie (5 août). 7 semaines de compétitions intenses. Un véritable parcours du combattant qui demande économie d’énergie et bonne gestion des joueurs et des matches.

C. F. KEITA

Liste des 25 retenus
Première ligne : Boubakar Diabira (France), Sadio Traoré (France), Jérémie Fickou (France), Antoine Laporte (France), Sékou Sakho (France)
Seconde ligne : El hadji Babacounta Faye (France), Anthony Gomis (France), Omar Sy (France), Lamine Silla (France), Abou Sall (France)
Troisième ligne : Khadim Cissé (Italie), Charles Ndiaye Préira (France), Fabrice Lewis Karaba (France), Karim Diallo (Irlande), Abdelkarim Fofana (France), Félix Mendy (France), Matthieu Boscaro (France), Mokhtar Sougoufara (France)
3 Quarts : Cheikhou Danfakha (France), Aldric Folliot (France), Georges Pompidou Mendy (Yoff/Sénégal), Mamadou Ndiaye (France), Moussa Barry (France), Khalifa Niang (France), Jonathan Courtinard (France).

Avec trois jours d’avance sur la date officielle, la communauté indienne du Sénégal a célébré, ce dimanche, la troisième édition de la Journée internationale du yoga. Une matinée de célébration qui a eu pour cadre la Place du Souvenir africain où l’Ambassade de l’Inde au Sénégal a organisé une séance publique d’étirements et d’exercices de respiration.

C’est donc cette Place qui a pris le relais, ce dimanche, pour accueillir les pratiquants de cette discipline qui prend de plus en plus de place dans les habitudes des Sénégalais. Sur le front de mer, les passionnés d’un jour se sont prêtés au jeu pour magnifier les « bienfaits » de cette pratique multiséculaire venue du sous-continent indien ; ce, malgré la chaleur en ce début de matinée mais également le jeûne que beaucoup observent. Une série de démonstrations effectuées par des maîtres de cet art ayant, pour certains, fait leurs humanités en Inde ont rythmé cette matinée d’exhibition.

Pour Rajeev Kumar, ambassadeur de l’Inde au Sénégal, « le Yoga incarne l’unité de l’esprit et du corps. Il laisse une harmonie entre le corps et la nature ». Et le diplomate de rappeler l’origine de cette journée qui a été instituée en 2014 par l’Assemblée générale des Nations unies sur proposition de leur Premier ministre, Narendra Modi. Lequel est un adepte du yoga dont il participe aux cérémonies commémoratives à New Dehli à l’occasion des séances publiques de célébration. Même si la manifestation de Dakar ne peut pas se prévaloir du même succès observé avec les foules immenses qui arpentent certaines places de l’Inde pour célébrer cette Journée, les diplomates et résidents indiens peuvent se réjouir de la présence de beaucoup de personnes à l’occasion de cette organisation qui participe à promouvoir la discipline.

Ousseynou POUYE

Roger Federer a battu aisément le Japonais Yuichi Sugita (66e mondial) en deux sets 6-3, 6-1, au premier tour du tournoi sur gazon de Halle (Allemagne), mardi. Après avoir remporté le premier set en 21 minutes, le Suisse, 5e au classement ATP et tête de série N.1, n'a pas laissé beaucoup d'espace à son adversaire dans la deuxième manche, même s'il a raté trois balles de match à 5-0. Au prochain tour, Federer rencontrera l'Allemand Mischa Zverev (29e mondial).

Murray sorti dès le premier tour au Queen's
Le N.1 mondial Andy Murray a été éliminé à la surprise générale dès le premier tour du tournoi du Queen's, battu mardi par l'Australien Jordan Thompson, seulement 90e mondial, en deux sets 7-6 (7/4), 6-2. L'Ecossais, tenant du tournoi et récent demi-finaliste à Roland-Garros, cherchait à décrocher un sixième titre sur le gazon londonien, mais il s'est effondré dans le second set.

Thompson, lui, n'a dû sa participation au premier tour qu'au forfait du Britannique Aljaz Bedene. L'Australien de 23 ans n'a appris sa qualification qu'au dernier moment.

AFP

A la surprise générale, le Pakistan a battu l’Inde ce dimanche à Londres en finale du trophée des champions de cricket. A la fin de la rencontre, des dizaines de milliers de Pakistanais sont descendus dans les rues pour célébrer cette victoire qui dépasse le cadre sportif. 339 courses contre 158, le score final, sans appel, offre au Pakistan un rare moment de joie et d’unité. Au coeur d’une foule descendue fêter l’évènement dans la rue, Sonia n’en revient pas : « C’est la première fois que le Pakistan remporte le trophée des champions. On ne s’attendait pas à une telle victoire et pourtant on a gagné ». Danses improvisées et chants nationalistes ont rythmé la nuit des supporters venus non seulement savourer une victoire, mais aussi et surtout la défaite de l’éternel rival : « C’est historique. C’est la fête des pères et comme le Pakistan est le père de l’Inde, nous avons reçu notre cadeau de fête des fêtes. Je me sens tellement fier et si heureux ».

Pour ces fans, le programme de la nuit est simple : faire la fête !
Le chef d’état-major de la puissante armée pakistanaise a offert aux joueurs un pèlerinage à la Mecque et le Premier ministre a exprimé sa gratitude. Au-delà de ce moment de répit populaire, les rencontres de crickets entre ces puissances nucléaires rivales permettent aux dirigeants des deux pays de se parler et par la même occasion d’apaiser des tensions qui ont atteint des sommets ces derniers mois.

Le célèbre ex-joueur de football italien Paolo Maldini qui a porté le maillot de l’Ac Milan pendant 25 ans et a été 74 fois capitaine de l’équipe nationale, jouera fin juin son premier tournoi de tennis professionnel, rapporte dimanche le journal Il Tennis italiano.

Paolo Maldini, 49 ans dans une semaine, et son entraîneur de tennis Stefano Landonio, 45 ans, joueront le double du tournoi challenger de Milan à partir du 26 juin après avoir obtenu une wild-card (une invitation, ndlr) en remportant un tournoi rodeo.

Un tournoi rodeo en Italie se déroule sur un week-end et des amateurs peuvent y participer, tandis que les tournois challenger représentent la catégorie inférieure du circuit professionnel Atp.

Paolo Maldini est un monument du football international: il a gagné 26 trophées avec l’Ac Milan, a joué 126 fois dans l’équipe nationale avec laquelle il a été, entre autres, finaliste du Mondial-1994 et de l’Euro-2000. Il est actuellement directeur technique du club de football Miami Fc en Floride, dans le championnat nord-américain Mls.

AFP

La Place du Souvenir sur la Corniche sera ce dimanche, le point de ralliement des adeptes du yoga. Ce sera à l’occasion de la Journée internationale dédiée à cette discipline qu’organise l’Ambassade de l’Inde au Sénégal. Une manifestation organisée avec trois jours d’avance sur la date officielle, c’est-à-dire le 21 juin. Ainsi, après une première édition tenue en 2016 au Monument de la Renaissance, les diplomates indiens espèrent mobiliser plus de monde malgré le Ramadan. Ce qui devrait être acquis puisque les rangs des différents lieux de méditation ouverts pour accueillir les adeptes grossissent de plus en plus. Pour rappel, c’est en septembre 2014 que le Premier ministre indien, Narendra Modi, arrivé au pouvoir à New Delhi six mois plus tôt, réussissait à persuader l’Assemblée générale des Nations unies à adopter sa résolution faisant du 21 juin, solstice d’été, « la Journée internationale du Yoga ».

Ousseynou Pouye

Roger Federer a été battu par l’Allemand Tommy Haas, 39 ans, 302e mondial, en trois sets 2-6, 7-6 (10/8), 6-4, mercredi pour son retour à la compétition au tournoi sur gazon de Stuttgart, après deux mois et demi d’arrêt. Le Suisse, âgé de 35 ans, avait fait l’impasse sur toute la saison sur terre battue pour préparer Wimbledon. Il n’avait plus joué depuis sa victoire en finale du tournoi de Miami, le 3 avril.

AFP 

L’Espagnol Rafael Nadal, tout juste auréolé d’un 10e sacre à Roland-Garros, a annoncé mardi qu’il n’allait pas disputer le tournoi londonien du Queen’s (19-25 juin), sur herbe, pour se reposer en vue de Wimbledon.

«Je suis triste de prendre cette décision parce que j’adore le Queen’s, j’y ai gagné en 2008 et à chaque fois que j’ai atteint la finale de Wimbledon, c’était après avoir disputé le Queen’s», a expliqué le N.2 mondial dans un communiqué publié sur le site du tournoi londonien.

«J’espérais prendre quelques jours de repos afin d’être prêt, mais à 31 ans, après une longue saison de terre battue et toutes les émotions vécues à Roland-Garros, et après avoir échangé avec mon équipe et mon médecin, j’ai décidé de reposer mon corps afin d’être prêt pour Wimbledon», s’est-il justifié.
Nadal sort d’une saison pleine sur l’ocre, avec des victoires à Barcelone, Madrid, Monte-Carlo et enfin Roland-Garros.
Wimbledon se déroule cette année du 3 au 16 juillet. L’Espagnol y a triomphé deux fois (2008, 2010).

AFP

C’est à travers une randonnée pédestre que le mouvement « Thiès sur les rails du développement » a saisi, dimanche, pour sensibiliser les populations thiessoises sur le sport et le développement.

La marche s’est déroulée au populeux quartier de Grand Thiès et a mobilisé de nombreux participants, riverains ainsi que des personnalités politiques. Ils étaient tous venus répondre aux organisateurs, à leur tête l’opérateur économique Babacar Fall, le président du mouvement qui a senti la nécessité d’éveiller les consciences au moment où le Sénégal, a-t-il indiqué, « amorce un nouveau tournant dans sa marche vers l’émergence grâce au président, Macky Sall.

Et pour ce faire, souligne le président du mouvement « Thiès sur les rails du développement », « la santé doit être au premier rang de nos préoccupations pour pouvoir nous impliquer dans un tel processus et nous pensons que le sport peut bien y contribuer. D’où l’organisation de cette marche qui vise à faire comprendre que le sport peut bien contribuer à améliorer la santé physique et morale de l’individu mais aussi à son développement intellectuel ». Pour sa première sortie, le mouvement lançait, en même temps, le démarrage de ses activités qui ont été également marquées par un forum sur l’artisanat en collaboration avec l’association des artisans de Thiès, un tournoi de football et une soirée récréative.

La randonnée pédestre a connu un succès éclatant avec la participation de nombreuses personnalités parmi lesquelles le député vice-président de l’Assemblée nationale, Abdou Mbow, et de Waly Sow, président du mouvement « Tous ensemble Défar Sénégal », ainsi que de nombreuses femmes dirigées par leur responsable, Mme Kouna Dieng, chargée en même temps de la communication du mouvement, de même qu’une forte participation des conducteurs de motos « Jakarta » qui ont contribué à la réussite de la manifestation.

Mouhamadou SAGNE

Une «decima» en poche à Roland-Garros, Rafael Nadal a atteint la 2e place (+2) du classement ATP publié lundi, faisant du coup reculer de deux rangs le Serbe Novak Djokovic (4e), éliminé en quarts de finale du tournoi parisien par l’Autrichien Dominic Thiem.

Nadal a réalisé un véritable exploit sur le court Philippe-Chatrier, aucun autre joueur n’ayant atteint un nombre aussi grand de victoires dans un même tournoi du Grand Chelem: la «reconquista» est en marche pour le trentenaire après trois années difficiles. Pour sa part, Djokovic n’était jamais tombé aussi bas depuis huit ans.

AFP

La jeune Lettone Jelena Ostapenko, grâce à sa victoire inattendue samedi en finale du tournoi de Roland-Garros, a bondi de 35 places (12e) au classement WTA publié lundi, dont elle entre pour la première fois de sa carrière dans le Top 20.

La Roumaine Simona Halep, son adversaire en finale, n’a pas tout perdu sur la terre ocre de Paris puisqu’elle gagne deux places (2e), reléguant Serena Williams, enceinte, à la 4e. La hiérarchie du Top 20 connaît quelques autres changements, avec notamment le gain de 5 places de la Danoise Caroline Wozniacki, défaite en quarts de finale par Ostapenko.

AFP

Rafael Nadal a remporté sa «decima», son dixième titre à Roland-Garros, un total à deux chiffres qu’aucun champion n’a jamais atteint dans un même tournoi du Grand Chelem, en balayant dimanche Stan Wawrinka dans un match à sens unique 6-2, 6-3, 6-1.

Resté trois ans sans titre majeur, l’Espagnol parachève avec ce quinzième Grand Chelem la «reconquista» de son royaume, le tennis sur terre battue. Sa domination est même redevenue tyrannique, comme dans les plus grandes années de ses deux premiers règnes, un quadruplé de 2005 à 2008 et un quintuplé de 2010 à 2014.

En sept matches, il n’a pas perdu un seul set et ses adversaires ne lui ont pris que 35 jeux au total. La finale a été expédiée en à peine plus de deux heures contre le champion de 2015, 3e mondial, invaincu en trois finales majeures, le seul qui semblait capable de l’inquiéter un peu avec le jeune Autrichien Dominic Thiem, écrasé lui aussi en demi-finale. A 31 ans, Nadal relance la course au record des trophées en Grand Chelem détenu pour l’instant, avec 18 unités, par Roger Federer, 35 ans, absent à Roland-Garros. Il laisse définitivement derrière lui Pete Sampras (14).

AFP

La Lettone Jelena Ostapenko, 47e mondiale, a créé la surprise en remportant le premier titre de sa jeune carrière, à Roland-Garros, grâce à son succès renversant contre la Roumaine Simona Halep (4e) 4-6, 6-4, 6-3 samedi en finale.

La jeune Balte, 20 ans depuis jeudi, est la première joueuse non tête de série à soulever le trophée depuis 1933 et la victoire de la Britannique Margaret Scriven.
La nouvelle N.12 mondiale (dès lundi) a par ailleurs imité le Brésilien Gustavo Kuerten, qui avait remporté son premier titre à Paris, en étant aussi non tête de série (66e à l’époque), le 8 juin 1997... jour de naissance de la Lettone.

AFP

Les employés du bureau Véritas Sénégal étaient très ravis d’accueillir leur collègue Stéphane Le Diraison. Et pour cause, le bonhomme avait participé à la dernière course du Vendée Globe qui s’est disputée récemment. Même s’il n’a pas terminé la course, à cause d’une avarie aux larges de l’Australie, Stéphane Le Diraison s’est dit satisfait de sa participation. Le Vendée Globe, rappelons-le, est une course au cours de laquelle il s’agira de faire le tour du monde à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance ; en somme, c’est passer trois mois (90 jours) en mer et en solitaire.

« Mais je n’ai finalement pu faire que 55 jours en mer à cause de l’avarie dont a été l’objet mon bateau. Ça a été dur pour moi après une longue préparation qui nécessite beaucoup de travail, beaucoup d’engagement, beaucoup de passion. C’est toute une équipe qui travaille derrière. Evidemment, quand on a une avarie et qui vous contraint à arrêter la course, c’est dur à vivre, mais tout de suite, je me suis projeté sur la suite en me disant que tout ce que j’ai accumulé comme expérience sur cette course-là me permettra de rebondir de la meilleure façon sur la prochaine édition. L’objectif du départ, c’était de terminer la course avec le meilleur classement possible. Quand je m’arrête à Melbourne, ce n’est pas en phase avec l’objectif initial ; par contre en tant que marin quand je me suis lancé dans cette course qui est difficile, je savais que j’allais me mettre au défi et que le plus important, c’était de faire face, quoi qu’il arrive, à toutes les situations qui pourraient se présenter », a-t-il déclaré très philosophe.

Aussi il a tenu à remercier ses collègues de service qui l’ont suivi tout au long de la course. « Il se trouve qu’à l’arrivée du Vendée Globe, j’ai été contacté par le chef du bureau Véritas Sénégal qui m’a indiqué que ma course a été suivie par tout le réseau bureau Véritas au Sénégal et il m’a montré des photos d’ailleurs et j’étais très touché et très surpris d’apprendre que la course était très suivie. Et très rapidement dans la conversation, on est tombé d’accord que je vienne rencontrer ceux qui m’avaient suivi pour partager l’expérience avec eux », a souligné Stéphane. Maintenant, le bonhomme se prépare pour retourner en 2020.

« Je compte repartir en 2020, mais c’est dans deux ans et demi, et je vais me préparer en conséquence d’autant plus que d’ici là, il y a la route du Rhun, une traversée de l’Atlantique en solitaire en 2018, et puis des transats pour relier le Havre à Salvador de Bahia au Brésil ».

C. F. KEITA

La Française Kristina Mladenovic a été éliminée mardi en quarts de finale de Roland-Garros par la Suissesse Timea Bacsinszky, 31e mondiale, en deux sets 6-4, 6-4. Le match, commencé par un très fort vent, a été interrompu deux fois par la pluie.

Il reste une Française en course, Caroline Garcia (27e), qui sera opposée mercredi à la Tchèque Karolina Pliskova, N.3 mondiale, en quarts de finale. C’est une déception majeure pour Mladenovic, qui nourrissait de grandes ambitions après avoir éliminé la tenante du titre, l’Espagnole Garbiñe Muguruza, en huitièmes de finale en trois sets (6-1, 3-6, 6-3).

AFP

L’Etat a mis la main à la pâte pour la réfection des stades des Parcelles assainies et de Ngor. Ces infrastructures vont respectivement coûter un milliard 600 millions FCfa et un milliard 200 millions FCfa. La fin des travaux est prévue avant juin 2018.

Les communes des Parcelles assainies et de Ngor disposeront bientôt de stades flambants neufs. Hier, le ministre des Sports Matar Ba a posé un premier jalon important dans ce sens en procédant à la pose de la première pierre desdits stades. Le ministre des Sports entend ainsi « rendre concrètes les instructions du président de la République ». Il a rappelé que lors du Conseil des ministres délocalisé de Dakar, Macky Sall avait pris d’importantes mesures parmi lesquelles la reprise des travaux et la réhabilitation de certaines infrastructures sportives. Selon lui, c’est un montant de 1.600 millions FCfa que l’Etat a mobilisé « pour reprendre totalement la structure du stade des Parcelles assainies ». Il a indiqué que la future « belle infrastructure » disposera d’un gazon synthétique de dernière génération, d’un éclairage sportif, d’une grille de protection et deux tribunes. « C’est extrêmement important pour les jeunes Parcellois qui font le déplacement jusqu’à Demba Diop. C’est la même nécessité à Ngor, une commune de sport où l’Olympique de Ngor a investi beaucoup d’argent », a-t-il poursuivi. S’agissant du stade de Ngor, c’est une enveloppe d’un milliard 200 millions FCfa qui a été dégagée pour accompagner le stade de Ngor « afin de permettre à la commune d’avoir une infrastructure de dernière génération ».

Le ministre a souligné que les travaux des deux stades, d’un coût total de près de 3 milliard FCfa, seront finalisés avant juin 2018 ; ajoutant que l’argent est disponible. Par ailleurs, il a soutenu que l’entreprise Cstp qui a gagné le marché a une expertise reconnue en la matière. Bref, toutes les conditions sont, à son avis, réunies pour la réalisation des travaux dans de meilleurs délais. « Je suis mes chantiers et je touche du bois, tous les chantiers qu’on commence, on les termine. Je ferais régulièrement des visites de chantier pour voir avec l’entrepreneur ce qu’il faudra faire afin que les travaux soient terminés dans les meilleurs délais», a-t-il promis. Avant de marteler : « Nous sommes là pour faire du concret. Nous sommes dans l’action, nous ne sommes pas dans la théorie ».

Matar Bâ a souligné que l’Etat a injecté beaucoup de milliards ces deux dernières années en vue d’accompagner le sport national. D’après lui, le président de la République est à l’écoute du monde sportif. « Il est en train de prendre des mesures fortes pour que le sport du Sénégal continue à avoir des résultats », a-t-il fait remarquer avec satisfaction. Il estime, d’ailleurs, que les gros moyens déployés par l’Etat ne sont pas étrangers aux bonnes performances sportives que le pays réalise depuis quelques temps.

« Quand on fait la somme de nos réussites, ça dépasse nos attentes. On a fait beaucoup d’efforts et aujourd’hui dans beaucoup de disciplines, les résultats suivent », explique-t-il avec satisfaction. Il en a profité pour inviter les uns et les autres à rester positifs pour qu’un jour, qu’on puisse remporter la Coupe d’Afrique des Nations de football. Matar Bâ a indiqué que l’Etat est mobilisé pour aider l’équipe nationale du Sénégal à se qualifier à la Coupe d’Afrique des Nations et à la Coupe du Monde. « Tout le monde doit être mobilisé pour accompagner l’équipe nationale qui en a tant besoin », a-t-il encore insisté. Le ministre est revenu sur l’état d’avancement du Palais des Sports. A l’en croire, « le montage » de cette infrastructure sportive sera effectué très rapidement. « Beaucoup disent que le Palais des Sports n’avance pas ; c’est parce qu’ils n’ont pas tous les éléments nécessaires.

Le Palais des sports, c’est du préfabriqué, ce n’est pas des briques qu’on assemble », a-t-il laissé entendre ; assurant que « nous sommes dans les délais » pour la finalisation de ce projet. Il a réaffirmé que l’Arène nationale sera opérationnelle en juillet avec la réception des clés en 2018. Cela, a-t-il déclaré, va soulager le stade Demba Diop, qui accueille, en plus des matches de football, les combats de lutte. Il a expliqué que la surcharge des compétitions ne permet pas une bonne gestion des infrastructures sportives et c’est l’une des raisons qui ont fait que l’Etat s’est engagé à multiplier les stades

Diégane SARR

Le Tour de France 2019 s’élancera de Bruxelles pour célébrer le cinquantenaire de la première victoire d’Eddy Merckx, légende de la Grande Boucle qu’il a remportée cinq fois, ont annoncé mardi les autorités de la capitale belge et l’organisateur de l’épreuve (Aso).

«Le Cannibale» Merckx est considéré comme le plus grand cycliste de l’histoire, également vainqueur du Tour d’Italie à cinq reprises et trois fois champion du monde.
«C’est la moindre des choses que nous pouvions faire», a déclaré Christian Prudhomme, directeur du Tour. «Eddy Merckx est un champion d’exception. Et une personne d’une humilité exceptionnelle. C’est quelqu’un qui vous tient au corps. Eddy Merckx est un seigneur.»

La candidature bruxelloise avait été déposée en 2014 par le maire de Bruxelles, Yvan Mayeur.
Ce sera la 23e fois de son histoire que le Tour de France s’élancera de l’étranger. Le départ de l’édition 2017 est d’ailleurs prévu en Allemagne, à Düsseldorf, le 1er juillet. Suivra en 2018 un départ depuis la Vendée (ouest), avec une 1re étape partant de l’île de Noirmoutier.

Le premier départ hors des frontières françaises avait eu lieu aux Pays-Bas en 1954, à Amsterdam.

C’est la 5e fois que la Belgique accueille le départ de la Grande Boucle, et la 2e fois pour Bruxelles après 1958. La région de Bruxelles est liée à l’histoire de Merckx, puisque son équipe Faema avait remporté en 1969 le contre-la-montre par équipes dans la commune de Woluwé-Saint-Pierre, au sud de la capitale, où résidaient les parents du «Cannibale».
Merckx avait alors revêtu le premier maillot jaune de sa carrière.

Le Tour avait déjà rendu un premier hommage au champion belge en 2010, pour célébrer ses 65 ans. L’étape Rotterdam-Bruxelles était alors passée devant son domicile de Meise (nord de Bruxelles). Le Tour 2019 célèbrera aussi le centenaire du maillot jaune. Ce maillot aux couleurs des pages du quotidien L’Auto, alors propriétaire du Tour de France, fut créé officiellement le 18 juillet 1919.

AFP 

L’Allemande, N.1 mondiale, Angelique Kerber, a été éliminée dimanche au premier tour de Roland-Garros par la Russe Ekaterina Makarova (40e) en deux sets 6-2, 6-2.
C’est la deuxième année d’affilée que Kerber perd d’entrée à Paris et la première fois qu’une tête de série N.1 est battue au premier tour. Cet échec n’est qu’une demi-surprise car l’Allemande est en grande difficulté ces derniers mois.

AFP

Le sport scolaire sera dans tous ses états à partir de cet après-midi dans la région de Dakar jusqu’au samedi prochain. Les demi-finales de l’Union des associations sportives et universitaires (Uassu) seront disputées aujourd’hui, alors que les finales sont prévues samedi. L’organisation de ces compétitions s’inscrit dans la relance du sport scolaire.

Le sport scolaire sera dans tous ses états à partir de cet après-midi dans la région de Dakar jusqu’au samedi prochain. Les demi-finales de l’Union des associations sportives et universitaires (Uassu) seront disputées aujourd’hui, alors que les finales sont prévues samedi. L’organisation de ces compétitions s’inscrit dans la relance du sport scolaire. Le Comité régional de gestion et de relance du sport scolaire de Dakar a fait face à la presse, hier, pour faire le point sur les préparatifs des demi-finales et finales de l’Uassu prévues aujourd’hui et samedi. Les disciplines concernées sont le football, le basket-ball, le hand-ball, le volley-ball, le karaté, la lutte et la gymnastique. De même, tous les niveaux scolaires seront représentés. En effet, quatre équipes dans l’élémentaire, quatre équipes dans le cycle moyen et quatre autres équipes dans le cycle moyen secondaire seront en lice pour le sacre.

Le président dudit comité, Pape Ndour, a indiqué que les ministres des sports et de l’Éducation nationale, Matar Ba et Serigne Mbaye Thiam, assisteront aux finales, en plus du gouverneur de la région de Dakar. Il a ajouté que des trophées, des ballons et des jeux de maillots seront offerts aux meilleures équipes.

L’inspectrice régionale des Sports Khady Gaye Dione a rappelé que l’organisation de ces compétitions s’inscrit dans une volonté de redynamiser le sport scolaire qui, à l’en croire, a commencé à reprendre du poil de la bête depuis l’année dernière. Elle a, par ailleurs, souligné que la région de Dakar a enregistré, en 2016, 309 établissements affiliés à l’Uassu. Et cette tendance ne fait que se poursuivre puisque ce chiffre est passé à 520 cette année. Ce qui lui fait croire que la relance du sport scolaire est désormais bien en marche. Selon elle, le grand défi reste désormais l’érection d’une fédération en charge de ce sport.

Diégane Sarr

Rafael Nadal va débouler en trombe sur la terre battue de Roland-Garros (28 mai-11 juin) avec dans le viseur la «decima», le dixième titre, après une excellente préparation.

Trois trophées à Monte-Carlo, Barcelone et Madrid : c’est aussi bien que lors de ses grandes années. Certes, sa défaite contre l’Autrichien Dominic Thiem, en quarts-de-finale, à Rome, l’a empêchée de refaire le carton plein de 2010 dans les Masters 1000, mais elle n’a pas entamé son moral. «Gagner quatre tournois avant Roland-Garros, personne ne l’a jamais fait, en tous les cas pas moi. J’ai égalé mes meilleures performances avant d’arriver à Paris», a-t-il dit, hier, au journal El Español. En retrouvant sa chère terre battue, le Majorquin est tout naturellement monté en puissance après un début de saison sur dur plus qu’encourageant. A l’Open d’Australie, il a atteint sa première finale de Grand Chelem depuis près trois ans (et son neuvième succès à Paris). Il était passé près de son quinzième trophée majeur, menant d’un break dans la cinquième manche contre Roger Federer. Il a confirmé ce regain lors de la tournée nord-américaine sur dur avec une nouvelle finale à Miami, et une nouvelle défaite contre le Suisse. Nul doute que l’Espagnol aurait aimé que le champion helvétique soit à Roland-Garros pour avoir l’occasion de renverser la vapeur après avoir perdu quatre fois d’affilée contre lui ; ce qui n’était jamais arrivé en treize ans de rivalité. Le Majorquin, qui fêtera ses 31 ans pendant le tournoi, le 3 juin, a profité de sa défaite prématurée à Rome pour passer quelques jours de plus chez lui, à Manacor, jouer un peu au golf et pêcher. Histoire de recharger les batteries avant son grand défi parisien.

AFP

L’apport des loisirs dans le développement économique ; le rôle des collectivités locales, tel était le sujet qui a été abordé jeudi dans le salon d’honneur Abdoul Wahab Bâ du stade Léopold Sédar Senghor par l’expert consultant Mama Sow. Un sujet brûlant d’actualité et pour lequel plusieurs institutions ont pris part. C’est pourquoi le ministre des Sports, Matar Bâ, qui ouvrait les travaux de cet atelier, a beaucoup insisté sur la nouveauté du thème d’une réflexion importante et assez originale. Idem pour la complexité des questions et des problématiques qu’elle soulève.

C’est pourquoi il a félicité et encouragé la Direction des loisirs de son département qui a fait preuve de beaucoup de perspicacité en initiant une telle réflexion. « Cependant, l’analyse de la notion de loisir devrait être orientée et axée, en priorité, vers les loisirs sportifs. Car si le sport est compétition, organisation, respect des règles établies, abnégation et dépassement, il peut aussi être compris et vécu comme une activité de loisir, de divertissement et de gestion de temps libre », a-t-il ajouté. A son avis, notre pays a adopté un modèle de développement spécifique orienté vers l’émergence économique et sociale à l’horizon de 2035 ; une émergence inclusive qui doit impacter tous les secteurs y compris celui des loisirs sportifs. Pour le ministre des Sports, les atouts et les potentialités dont dispose le Sénégal pour réussir le pari de l’organisation et de la promotion de ces activités, au regard de sa position géographique et stratégique, de son écosystème, de sa culture et de ses traditions, sont immenses et incontestables. « Car au-delà du capital social, les loisirs ont un rôle et une mission à jouer dans l’éducation, la formation, l’épanouissement et la construction de la personne. Cependant, on ne peut occulter aujourd’hui les retombées économiques importantes qui s’attachent à l’activité des loisirs. Parce qu’un ensemble de branches et de filières s’est constitué autour de l’activité des loisirs et il est essentiel que des mesures appropriées et efficaces puissent être prises et mises en œuvre pour identifier, organiser et gérer ces nouvelles activités », a dit le ministre. Dans ce cadre d’ailleurs, Matar Bâ a révélé que son département, à travers la Direction des loisirs, a initié un projet d’aménagement d’une base de loisirs à l’intérieur des bois et espaces naturels de la forêt classée de Mbao. « Ce projet est en étude de faisabilité grâce au financement du ministère de l’Economie, des finances et du plan. Sans compter l’élaboration d’un avant-projet d’aménagement d’un complexe de loisirs nautiques à Foundiougne qui sera doté d’un centre Thalasso, d’une Marina, d’une unité de fabrication, de montage de matériels nautiques, d’un centre de formation et d’entraînement aux activités nautiques », a encore révélé le ministre des Sports.

C.F KEITA

Les pays africains doivent intégrer en masse la Confédération africaine de tir afin que leurs voix soient davantage prises en compte au niveau des instances mondiales comme la Fédération internationale de tir. C’est l’opinion du président de la Fédération sénégalaise de tir, Mamadou Bâ, qui revenait du Caire où s’est tenue récemment l’assemblée générale élective de la Confédération africaine de tir et les championnats d’Afrique de la discipline.

A ce sujet d’ailleurs, des missions seront effectuées auprès des pays non encore membres de la confédération afin de les sensibiliser sur la nécessité d’adhérer à l’instance continentale. Des journées portes ouvertes sont même prévues dans ces pays pour mieux les inciter à l’adhésion pour un agrandissement de la famille du tir africain. Mamadou Bâ qui a été élu 1er vice-président de la Confédération africaine de tir, une première dans l’histoire du tir sénégalais, était en concurrence avec quatre autres candidats pour quatre places. Mais à l’issue du vote, il est passé devant l’Afrique du Sud, le Soudan et le Kenya ; et c’est le Maroc qui a été recalé. Une assemblée générale élective qui a vu la reconduction du président sortant, l’Egyptien Aladin Gabr, qui a été réélu à l’unanimité et l’arrivée de la Mauritanie comme nouveau membre. Côté compétitions, les Lions du tir qui défendaient nos couleurs sur les terres égyptiennes sont revenus avec trois médailles d’argent et une de bronze.

Création du futur centre de tir national
Les succès du Sénégal sur les champs de tir africains ont incité les dirigeants de cette discipline chez nous, à ressortir le dossier du fameux stand tant demandé par la fédération. A ce sujet, le président de la fédération Mamadou Bâ a souligné que les fédéraux ont eu des promesses du ministre des Sports d’introduire dans le prochain budget 2018, le projet de construction d’un stand de tir national qui répond aux dimensions internationales.

Ce stand, de l’avis de Mamadou Bâ, sera érigé sur le site de Diamniadio. « Si ce projet se concrétise, on pourrait envisager d’organiser des championnats d’Afrique et du monde. Les retombées seront non négligeables », a estimé Mamadou Bâ.

A son avis, la fédération a beaucoup misé sur la promotion des jeunes avec notamment l’organisation de journées portes ouvertes qui ont connu beaucoup de succès auprès de la jeunesse. « Au cours de ces journées, on a repéré au moins une bonne dizaine de jeunes qui ont un potentiel certain et qui pourraient constituer l’élite de demain », a encore estimé le président de la fédération qui a cité l’exemple de l’Afrique du Sud qui a beaucoup investi sur cette catégorie avec des résultats qui dépassent tous les espoirs au niveau de ce pays. « Vous savez, notre élite est vieillissante, il faut penser alors à la relève et nous ciblerons ces jeunes pour une relève de qualité », a-t-il dit.

Suppression de certaines épreuves par la fédération internationale
Au cours de l’assemblée générale du Caire, les dirigeants africains n’étaient pas du tout en accord avec le souhait exprimé par la fédération internationale de supprimer certaines épreuves du tir dans les compétitions ; à savoir la carabine à genou, le double trap et le pistolet libre. L’argument avancé par l’instance mondiale, c’est que ces épreuves ne sont pas pratiquées par les femmes et qui plus est ont eu le moins de médailles aux derniers Jo de Rio. Ce qui n’est pas l’avis des Africains qui ont estimé avoir beaucoup investi dans la promotion de ces disciplines. « Si c’est pour l’égalité des sexes, nous sommes d’accord pour l’introduction des femmes, mais pas pour la suppression de ces épreuves. Nous allons nous retrouver à Munich le 25 juin pour débattre de la question », a-t-il indiqué.

Mais le problème au niveau des dirigeants africains, c’est qu’ils sont sous-représentés au sein de la fédération internationale pour pouvoir peser sur les décisions. Une situation que déplore le président Mamadou Bâ car, selon lui, l’Afrique doit avoir au moins un vice-président au sein de la fédération internationale comme c’est le cas au football ou au basket ou d’autres disciplines. « Nous avons estimé que l’Afrique est marginalisée dans l’attribution des postes, alors qu’on doit participer à la prise des décisions au niveau international. Je me ferais le porte-parole car on n’a aucune aide, aucune subvention venant de la fédération internationale », a-t-il déploré.

C. F. KEITA

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.