banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Autres (617)

Après la parenthèse internationale qui a vu les différentes sélections nationales disputer des compétitions africaines (Gold Cup Rugby Africa, Coupe d’Afrique de rugby à VII féminin à Tunis puis masculin à Kampala), la balle ovale reprend ses droits au plan local. En effet, la saison 2017-2018 de rugby démarre ce week-end avec le coup d’envoi, ce dimanche, du championnat national à VII masculin (Goor7’S). Une programmation qui verra les premières formations à se jeter dans la bataille à Déni Biram Ndao, aux bords du Lac Rose. Sept équipes se donnent rendez-vous à cet effet sur le terrain pour se disputer les premiers points de la saison alors que le gros de la troupe devra attendre une nouvelle programmation. Les formations engagées dans la compétition de ce dimanche sont scindées en deux groupes pour disputer le premier tournoi de la saison. Dans la Poule A, les Panthères de Yoff qui remettent en jeu leur couronne seront en lice pour faire face à l’Asfa, au Dakar Université Club et à Diambars alors que les clubs de Guédiawaye Rc, Kirène Rc et S’En-Fout-Le-Score composent la Poule B. Pour cette présente saison où le principal enjeu sera la succession des Panthères de Yoff, tenants du titre, 15 équipes sont sur les starting-blocks. Si les champions sortants sont l’un des candidats pour rempiler, ils auront comme sérieux challengers, les Aigles de Yeumbeul qu’ils ont déchu de leur titre en les battant en finale de la saison dernière. D’autres équipes comme les militaires de l’Asfa sont également à l’affût pour clouer au pilori ces deux favoris. La Sélection nationale junior, également engagée, peut aussi faire valoir ses ambitions de titre.

Programme 1ère journée – Dimanche à Deni Biram Ndao
Début du tournoi : 14h30
Poule A : Asfa - Panthères Yoff - Duc – Diambars
Poule B : Guédiawaye Rc - Kirène Rc – S’En Fout Le Score.

O. POUYE

Après la coupe du ministre des Sports disputée le week-end dernier, les tireurs se retrouveront encore samedi et dimanche sur le champ de tir de l'Ecole des Officiers de la Gendarmerie nationale de Ouakam pour disputer le trophée du Haut Commandant de la Gendarmerie nationale, Directeur de la Justice Militaire, le général de division Meïssa Niang. Une compétition bien calée dans l'agenda fédéral et pour laquelle les tireurs veulent honorer un parrain avec qui ils ont cheminé pendant un bon bout de temps. Pour ce faire, la fédération sénégalaise de tir va mettre les petits plats dans les grands avec des épreuves de haute dimension hommes et dames.

Et même les hommes de tenue seront de la partie (militaires, gendarmes, policiers, douaniers, sapeurs-pompiers). Arme de défense, pistolet calibre 22, skeet ball-trap (fusil) avec trois parcours de 25 plateaux chacun, le combiné 22 olympique dames etc. Sans oublier le parcours de chasse qui mettra les tireurs dans une véritable situation de chasse. En somme, tous les ingrédients seront réunis ce week-end pour permettre aux tireurs de rivaliser d'adresse au niveau des stands.

Les hostilités vont débuter dès samedi avec les éliminatoires, avant les finales prévues dimanche. La fédération est prête donc à honorer un homme qui l'a toujours soutenue et se veut redevable envers un corps qui a permis l'érection en son sein d'un stand de tir.

La capitaine de l’équipe nationale de volley-ball féminin, Fatou Diouck, met un terme à sa carrière internationale pour se consacrer uniquement à son club sud-coréen de Gs Caltex.

’’Après 16 ans de bons et loyaux services au poste de capitaine de l’équipe nationale du Sénégal, j’ai pris la décision de mettre un terme à ma carrière internationale’’ a dit Fatou Diouck dans un message envoyé à l’Aps, depuis Séoul, en Corée du Sud.

"J’ai choisi la fin des championnats d’Afrique des nations pour rendre publique une décision mûrement réfléchie’’ a-t-elle dit, ajoutant qu’il « est temps de laisser la place à la jeune génération’’.

Le Sénégal a terminé à la quatrième place du championnat d’Afrique féminin de volley-ball. Fatou Diouck a été désignée meilleure scoreuse du tournoi de Yaoundé qui s’est achevé samedi dernier.

Sacrée meilleure joueuse de la Ligue des champions asiatique de volley-ball la saison passée, elle avait quitté le club des Supreme Vc de Thaïlande pour le Gs Caltex, de Corée du Sud.

La volleyeuse avance comme raison pour mettre fin à sa carrière internationale "le niveau élevé de concentration qu’exige les championnats asiatiques’’.

D’après Fatou Diouck, "les championnats asiatiques demandent énormément de ressources.

Je souhaite donc aujourd’hui me concentrer uniquement et pleinement sur les compétitions en club’’ a confié la native de Rufisque.

(APS)

La ville de Salt Lake City confirme son intérêt pour une éventuelle candidature à l'organisation des jeux Olympiques d'hiver en 2026 ou 2030 en formant une commission d'exploration
La capitale de l'Utah (centre-ouest des Etats-Unis), veut organiser les Jeux Olympiques d'hiver en 2026 ou 2030. Elle a déjà mis en place, une commission d'exploration, depuis en formant lundi.

Cette commission, co-présidée par l'un des organisateurs des JO-2002 de Salt Lake City, Fraser Bullock, doit rendre ses conclusions d'ici le 1er février 2018. "C'est un grand pas en avant", a expliqué M. Bullock selon des propos rapportés par la presse locale. D’après M. Bullock Salt Lake City part avec "un avantage", puisque le Comité international olympique est "très concentré sur le recours aux villes organisatrices qui disposent déjà de sites de compétition (...), cela réduit les risques". La semaine dernière, le Comité olympique américain a confirmé que les Etats-Unis étaient intéressés par l'organisation des Jeux d'hiver, en préférant l'échéance 2030 "pour qu'il n'y ait aucune confusion avec les préparatifs pour 2028", date où les Jeux d'été auront lieu à Los Angeles, en Californie. "Nous nous devons d'être ouverts à toutes les options", a de son côté estimé M. Bullock.

Outre Salt Lake City, Denver (Colorado) et Reno-Tahoe (Nevada/Californie) ont fait part de leur intérêt alors que le Comité olympique américain (Usoc) s'est fixé comme date-butoir le 31 mars 2018 pour décider d'une candidature. En 2012, Salt Lake City avait formé une commission d'exploration similaire pour être candidate à l'organisation des JO-2022, mais l'Usoc avait préféré se concentrer sur une candidature à l'organisation des JO d'été. Cette commission avait alors assemblé un projet avec un budget d'1,7 million de dollars, financés par des fonds privés. La question du financement des JO décourage les candidatures européennes face à la fronde des populations locales, comme l'a encore illustré le week-end dernier le référendum organisé sur la question à Innsbruck, en Autriche, pour les JO-2026 où le Non l'a emporté à plus de 53% des suffrages. Plusieurs postulants (Hambourg, Boston, Rome, Budapest) avaient, tour à tour, renoncé aux JO d'été 2024 attribués à Paris, Los Angeles héritant de l'édition 2028. Face à cette pénurie de candidatures, le Cio pourrait procéder à une double désignation pour les JO d'hiver 2026 et 2030. Outre une candidature américaine, Sion (Suisse), Calgary (Canada) et Stockholm (Suède) pourraient être également sur les rangs.

Avec AFP

Arrêter le championnat à mi-parcours et se projeter sur la future saison, c’est l’actualité de l’heure dans la famille du handball. En particulier les décisions qui concernent la suite des activités pour terminer la saison et la mise en place des repères de la saison 2017-2018 ont été au cœur de la rencontre des dirigeants de la discipline.

Des dates ont été arrêtées et des décisions prises pour la suite des activités fédérales de handball, annonce un communiqué du secrétaire général de la Fédération sénégalaise de handball, Chérif Ndiaye. Pour cette présente saison, la Fédération a décidé de faire jouer les finales de la Coupe nationale le 4 novembre prochain ; une journée dont l’après-midi est également prévue, une réunion du Comité directeur.

Le lendemain (5 novembre) consacre la fin des tournois de zones qui devrait décider des représentants de ces entités dans les tournois de montée. Sur ce fait, il a été sollicité « des coordonnateurs de zone de nous faire parvenir les Pv de validation des tournois de zone en indiquant les équipes qualifiées, au plus tard le 10 novembre, pour l’organisation du tournoi de montée à la date prévue ». Aussi, la note annonce qu’une décision a été prise concernant la suite à réserver au championnat national de D1 qui a déjà bouclé sa phase aller. C’est dans ce sens qu’une rencontre avec les présidents de clubs concernés a été convoquée « pour la suite à réserver au championnat élite, vu le grand retard accusé et les différents événements à venir, notamment l'ouverture des classes, le Magal, le Maouloud, Noël etc., en plus de la mise en place pour le démarrage de la nouvelle saison ». Un conclave de concertation tenu le 8 octobre à Dakar auquel ont pris part 13 présents : « Un seul a demandé à poursuivre le championnat, deux sont restés indécis et dix ont demandé l’arrêt du championnat en sollicitant un accompagnement de la fédération », renseigne le secrétaire général. Cherif Ndiaye poursuit en soulignant que la réunion a suivi la majorité des clubs dans ce sens. « Nous avons décidé d’arrêter le championnat à la phase aller avec un accompagnement sportif et matériel laissé à la discrétion de la Fshb, en attendant la validation de tout cela par le comité directeur lors de la réunion du 04 novembre 2017 », précise le Sg de la Fshb. En plus de ces décisions qui concernent la présente saison, d’autres questions qui intéressent le prochain exercice ont également été soulignées.

Ainsi, la date du 15 novembre a été retenue pour le début des actes administratifs, la fin étant prévue le 31 décembre.

Les dates des 18 et 19 novembre sont arrêtées pour le tournoi de montée et le début de la saison 2018 dans la première quinzaine de janvier.

Ousseynou POUYE

L’Organisation régionale antidopage africaine  (Orad) Zones 2 et 3 a tenu deux jours durant, à Dakar, sa 12ème réunion du Conseil. Un conclave au cours duquel le Dr Mouhamed Diop a été élu président de l’instance pour les deux prochaines années. Un mandat qu’il compte mettre à profit pour poursuivre le combat à travers plus de visibilité pour l’organisme, a-t-il déclaré au sortir d’une audience que le ministre des Sports leur a accordée.  Matar Bâ a également promis l’accompagnement des pouvoirs publics.

La lutte antidopage a besoin d’un appui constat des pouvoirs publics. En audience ce jeudi avec le ministre des Sports Matar Bâ pour lui exposer leur feuille de route, les membres du Conseil de l’Organisation régionale antidopage Zone 2 et 3 ont réaffirmé le besoin de se faire assisté par les décideurs, afin de réussir leur mission qui consiste à bannir le dopage dans le sport. Elu à la tête de la structure mercredi au terme de la première journée de la 12ème réunion du Conseil pour un mandat de deux ans, le Dr Mouhamed Diop, président de la Fédération sénégalaise de natation et de sauvetage a souligné que le chantier auquel la nouvelle équipe va s’attaquer est celui de la visibilité des actions que l’Orad mène. Car, pour lui, « nous connaissons les problèmes et les activités que nous menons mais pas ceux qui combattent le fléau ; du coup, il s’agit de les vulgariser », a-t-il assuré. Ajoutant que venir à bout de ce problème nécessite « beaucoup de sensibilisation et d’éducation ». Et que les Etats mais aussi les Comités nationaux olympiques à qui incombe la responsabilité de cette lutte doivent également appuyer les organismes de lutte à travers des subventions. L’Orad a trouvé une oreille attentive auprès du ministre des Sports qui reçu en audience son bureau. Une rencontre au cours de laquelle Matar Ba a assuré ses hôtes de son soutien pour réussir sa mission.

Car pour lui, « on ne peut pas faire de sport sans athlètes propres ». Il faut préserver le sport de certaines pratiques comme le recours à des produits illicites, a plaidé M. Ba. Pour qui, beaucoup de programmes pour lutter contre les maladies existent mais il faut appuyer la lutte contre le dopage qui constitue « de la prévention. Et votre mission est tout aussi importante », a-t-il déclaré à l’intention de délégués de l’Orad.

Il a promis au nouveau président un appui institutionnel dont une rencontre avec le président de la République à qui les responsables pourraient exposer leurs problèmes. Aussi, a-t-il instruit la directrice de la Formation et du Développement sportif, Marième Kane Diallo, de les appuyer en matière de formation et de sensibilisation des acteurs du sport.

A noter que le ministre des Sports a également reçu en audience la Fédération sénégalaise de roller et skate avec à sa tête, Awa Nar Fall. Une fédération dont les athlètes ont récemment participé brillamment à la Coupe du monde de la discipline. Avec à la clé, deux médailles d’or en free jump remportées par Dame Fall et Awa Baldé qui ont également battu des records du monde.

Ousseynou POUYE

 

Last modified on vendredi, 13 octobre 2017 14:48

La 12ème réunion du Conseil de l’Organisation régionale antidopage africaine  (Orad) Zones 2 et 3 se tient depuis hier à Dakar pour deux jours de conclave. Une rencontre au cours de laquelle les délégués sont appelés à réfléchir sur les enjeux et défis pour mener à bien le combat. Aussi, le bureau de l’Organisation sera renouvelé au terme du conclave.

La lutte antidopage est le prétexte d’une rencontre internationale à Dakar avec la tenue ces 11 et 12 octobre, de la 12ème réunion du Conseil de l’Organisation régionale antidopage africaine (Orad) Zones 2 et 3. Un conclave qui sera mis à profit par les participants pour évoquer les activités de l’heure qui interpellent la lutte avec le combat pour un sport propre. « C’est une réunion qui permet d’échanger sur les actions menées au cours de l’exercice passé et entrevoir les perspectives d’avenir. On ne peut plus dissocier le sport du dopage qui constitue une gangrène qui mine le monde sportif et nous avons le devoir de préserver la jeunesse face à ce fléau », a dit Dr. Lidi Bessi Kama, présidente de la structure. Elle ajoute que c’est ce combat que sa structure mène et qui sous-tend les actions de l’Organisation régionale antidopage. Les travaux vont porter, au cours des deux jours, sur les notes de discussions du Conseil passé tenu à Praia, au Cap-Vert mais aussi réfléchir sur les enjeux et défis pour améliorer les rapports entre les gouvernants, les Comités nationaux et l’Orad ; des acteurs dont la collaboration est requise pour une lutte efficace. « Ce qui n’est pas toujours aisé parce que le dopage ne constitue pas toujours une priorité dans nos Etats.

Surtout que nous avons d’autres problèmes en matière de santé, d’agriculture entre autres », a estimé la présidente. La lutte contre le dopage est une affaire de tous, en particulier, les pouvoirs publics. Au Sénégal, l’Etat a très tôt compris les menaces qu’il fait peser sur la population, notamment les sportifs. Et de l’avis de Paul Dionne, secrétaire général du ministère des Sports, la rencontre de Dakar qui constitue un nouveau jalon dans les efforts pour combattre les menaces qui pèsent sur l’intégrité du sport, du fait du dopage, reçoit l’onction des autorités sénégalaises. Qui selon lui, ont « voulu réaffirmer leur attachement aux valeurs du sport et leur engagement aux côtés de l’Orad pour la lutte contre le dopage dans le sport ». C’est dans ce sens que le Sénégal a, ajoute-t-il, « très tôt compris les enjeux, en adoptant dès 2005, la Convention internationale contre le dopage dans le sport ». Une initiative à laquelle s’ajoute, dans le cadre de l’élaboration du nouveau Code du sport, l’option de relever le statut de l’Onads au rang de structure dotée de la personnalité juridique et d’une autonomie financière. Toutes actions qui militent pour une meilleure prise en charge de cette lutte pour préserver l’intégrité physique des sportifs. Il reste également convaincu que les efforts déployés dans la lutte contre le dopage n’aboutiront que s’ils sont partagés par l’ensemble des états et des acteurs du mouvement sportif, d’où la pertinence de se retrouver entre Africains pour discuter des stratégies de contrôle antidopage et des sources de financement, entre autres points à l’ordre du jour. L’Agence mondiale antidopage et le Comité national olympique et sportif sénégalais qui sont représentés à cette réunion ont réaffirmé leur engagement aux côtés de l’Orad.

Ousseynou POUYE

 

Last modified on jeudi, 12 octobre 2017 14:01

La Coupe d’Afrique de rugby à VII masculin (Rugby Africa Sevens 2017) s’est tenu ce weekend à Kampala, en Ouganda où huit équipes étaient en lice. Une compétition pour désigner la meilleure équipe du Continent mais aussi et surtout, les deux formations qualifiées pour la Coupe du monde de la discipline prévue en 2018 à San Francisco (Etats-Unis).

Deux tickets qui sont finalement revenus au pays hôte et au Zimbabwe qui sont respectivement champion et finaliste.

Au classement final du tournoi qui s’est achevé dimanche au Legends Sports Grounds de Kampala, les Rugby Cranes Sevens ougandais ont fait mieux que leurs poursuivants en remportant tous leurs six matchs.

Ce sera la première participation à la Coupe du monde de rugby à 7 pour l’Ouganda alors que le Zimbabwe sera présent à ce rendez-vous mondial pour la cinquième foi après avoir déjà disputé les éditions de 1997, 2001, 2009 et 2013.

Les deux pays qualifiés portent à quatre le nombre d’équipes masculines de la zone Afrique qualifiées à ce tournoi du fait de la présence annoncée de l’Afrique du Sud et du Kenya grâce à leur présence en quart de finale de l’édition 2013 à Moscou.

Loin de ces deux têtes d’affiche, les Lions ont terminé à la 6ème place du tournoi. Sortis 3èmes de leur groupe au terme du premier tour après deux victoires contre le Botswana (24-12) et l’Ile Maurice (24-7) ainsi que le Zimbabwe (5-17) et Madagascar (0-26), les poulains de Gora Faye devaient hausser le niveau pour espérer une qualification en demi-finale.

Mais le sept national n’a pas réussi à se qualifier au dernier carré en s’inclinant en quart de finale face à la Zambie par 33 à 21.

En match de classement, les Lions qui lorgnaient ainsi la 5ème place ont également chuté face à la Tunisie par 35 à 12 ; une dernière défaite qui les place définitivement au 6ème rang d’un tournoi auquel ont pris part dix équipes. Madagascar s’est, pour sa part, emparé de la 3ème place du podium après son succès (26-7) face à la Zambie dans la petite finale.

O. POUYE

Le Groupe Canal Plus franchit un nouveau pas dans la promotion du sport africain à travers ses différentes émissions. Ainsi, après les différents rendez-vous sportifs qu’elle offre à ses abonnés, il innove avec une émission spéciale qui fera un focus sur un pays donné. Pour une première, c’est le Sénégal qui sera à l’honneur le 25 octobre prochain à partir de 20h30.

Le Sénégal sera, en effet, à l’honneur sur la chaine Canal+ pour la première de la nouvelle dénommée ‘‘Spéciale Talents d’Afrique’’. Une trouvaille du Groupe qui veut ainsi, en sus de l’émission « Talents d’Afrique » qui a lieu tous les lundis et qui fait le focus sur les performances africaines de la semaine précédente, traite en profondeur du sport dans un pays africain, à tour de rôle. Accompagné de Pierre Chaudesaygues, directeur des Chaînes Sport de Canal+ Overseas, Vincent Radureau, animateur principal de ‘‘Talents d’Afrique’’ et Diomansy Kamara, ancien international sénégalais et consultant Canal+, le directeur local du Groupe a présenté la nouvelle large panoplie d’événements que le Groupe propose à ses abonnés dans 25 pays d’Afrique. Aussi pour la nouvelle trouvaille, Sébastien Punturello souligne qu’il s’agira de traiter de tous les sports dans le pays concerné.

Ce qui permettra d’aller au-delà des faits d’armes des joueurs de football, de basketball, d’athlétisme entre autres qui se distinguent chaque semaine sur les aires de jeu. Ainsi, le sport dans son ensemble fera l’objet d’une attention particulière dans chaque pays ciblée. Pour l’émission qui ouvre le bal au Sénégal, le football bien entendu, sera de la partie avec une visite à l’Académie Génération Foot, championne de Ligue 1, une interview avec Me Augustin Senghor, président de la Fsf. En dehors du football, un « large panorama du sport sénégalais » sera servi aux téléspectateurs qui auront un aperçu de la lutte sénégalaise dans ses divers aspects, un voyage au cœur de Seed Academy à Thiès, une fabrique de futurs champions de basket entre autres, sans oublier les Navétanes, un autre aspect du sport au Sénégal. L’idée est de « ressortir les spécificités du sport au Sénégal », a dit Vincent Radureau dont l’équipe de tournage a séjourné dans le pays quatre jours durant. Pour Pierre Chaudesaygues, « la Spéciale, c’est un autre regard. Il s’agit de voir, sur ce continent, comment on met en valeur le sport. Comment s’articule-t-il et comment est-il géré ? ». La Spéciale sera un des aspects de la soirée sénégalaise sur Canal+ le 25 octobre. Car après ce programme, c’est un « documentaire inédit sur Sadio Mané » qui sera servi aux abonnés. Un documentaire de 26 minutes réalisé à Liverpool avec Diomansy Kamara dans lequel l’international sénégalais se confie sur sa carrière entamée au Sénégal et qui l’a conduit dans divers terrains du monde.

Ousseynou POUYE

 

Last modified on mardi, 10 octobre 2017 14:17

L’édition 2016 de la Coupe du ministre des Sports, Matar Ba, a vécu ce weekend au stand de tir de l’Ecole des Officiers de la Gendarmerie de Ouakam. Un tournoi où quatre épreuves étaient au programme avec Clément Fakhoury qui a assis sa domination sur deux d’entre elles. Une occasion pour Matar Ba de promettre un appui à la Fédération. Le champ de tir de l’Ecole des Officiers de la Gendarmerie a retrouvé, ce week-end, l’ambiance des grands tournois. Il a, en effet, vibré au rythme de la compétition dotée de la coupe du ministre des Sports, Matar Ba, organisée par la Fédération sénégalaise de tir et de chasse. Compétition qui a été le prétexte pour la structure dirigée par Mamadou Ba, pour mettre en opposition les pratiquants dans quatre disciplines : Air comprimé pistolet hommes et dames, compétition de Parcours de chasse, le Skeet ball trap fusil et le P22. Ainsi, deux jours durant, ils se sont fait face avec, dans la journée de samedi, les qualifications avant les finales disputées ce dimanche. Une dernière journée qui a été mise à profit par les uns et les autres pour se signaler. C’est le cas du champion d’Afrique, Clément Fakhoury qui a remporté deux épreuves.

Il s’est imposé au concours du parcours de chasse avant de clôturer la journée avec un succès en skeet ball trap. Avec un total de 36 points sur 50, il a dominé sa première épreuve, devant Hussein Zein (32/50) et Ali Darwish (32/50). Il récidive au skeet en réalisant le meilleur ratio des six concurrents de l’épreuve. Au champ de tir, il domine avec un score de 49 points sur 60, Hassan Ramlaoui, auteur de 47/60 et Hassan Saleh qui complète le podium avec un 37/60. Dans le stand, les spécialistes du pistolet se sont également livrés à une rude bataille. A l’épreuve de l’air comprimé 10m, les dames étaient les premières à l’œuvre dans un concours qui a sacré Sinna Niang de l’Association dakaroise de tir et chasse (Adtc), auteur de 360 points. Elle a devancé sa partenaire de club, Marième Fall qui a totalisé 345 pts alors que Ndeye Astou Mbengue (Douane) a pris la 3ème place avec 283 pts.

Chez les messieurs, la palme est revenue à Claude D’Almeida (Adtc), auteur 544 pts devant Oumar Niang (Gendarmerie, 540 pts) et Waly Faye (Adtc) 537 pts. Dans le concours du pistolet de défense (P22), un duo de l’Adtc constitué de Alioune Mbacké (546 pts) et Norbert Pasqualini (538 pts) a pris les deux premières places devant Habib Chicry (Keew) avec un score cumulé de 531 pts. La compétition a été l’occasion pour le président de la Fédération, d’inviter à nouveau le public à pratiquer la discipline qui, à ses yeux, « à l’instar de toutes les pratiques sportives, véhicule des images et des valeurs ». Aussi, Mamadou Ba qui a plaidé pour une hausse sensible du budget du ministère des Sports, a souligné que la construction du stand national de tir olympique pour lequel sa Fédération s’est vu affecté un terrain à Diamniadio, va bientôt démarrer. Pour sa part, Matar Ba s’est engagé à subventionner la Fédération pour « acquérir du matériel pour que le public qui désire pratiquer puisse disposer de ce matériel ». Ce, après que les responsables fédéraux lui ont signifié que les fusils « coûte au minimum 4 millions de FCfa. Et là, les Sénégalais comprendront que l’arme n’est pas pour faire du mal mais peut être un outil de jeu, pour faire du sport ».

Ousseynou POUYE

Last modified on lundi, 09 octobre 2017 12:55

Kampala, la capitale de l’Ouganda, accueille aujourd’hui et demain, l’Africa Men’s Sevens : une compétition de rugby à VII à laquelle prennent part dix formations masculines du Continent. Les Lions du Sénégal qui y prennent part seront ainsi en lice au même titre que le Botswana, l’Ouganda, le Ghana, Madagascar, le Maroc, l’Ile Maurice, la Tunisie, la Zambie et le Zimbabwe. Ainsi, après les filles qui étaient à Tunis il y a quatre semaines et dont le tournoi s’est achevé avec le sacre des Sud-Africaines aux dépens des Kényanes, c’est au tour des messieurs de s’affronter deux jours durant. Dans la poule A, l’Ouganda, pays hôte, aura pour adversaires au premier tour, la Tunisie, le Maroc, le Ghana et la Zambie. Le Sénégal qui avait terminé à la 9ème place lors de la dernière édition disputée à Nairobi, au Kenya, est logé dans le Groupe B ; il devra pour sa part, affronter tour à tour le Botswana, le Zimbabwe, Madagascar et l’Ile Maurice pour valider son ticket pour le second tour.

Une compétition non-stop lors de la première journée qui sera ainsi très chargée pour les uns et les autres dans des parties longues de 22 minutes chacune. Après la première journée, les quatre premières équipes de chaque poule se retrouveront dans des quarts de finale croisées qui verront les huit rescapées vont rechercher une place en demi-finales. Ces rencontres devront d’ailleurs désigner les prochains représentants du Continent à la Coupe du monde de Rugby à VII qui aura lieu à San Francisco (Etats-Unis) en 2018. Il s’agit des deux équipes finalistes qui donc, en plus du titre continental, joueront pour être du rendez-vous mondial. La compétition qui s’ouvre aujourd’hui servira également de prétexte pour Rugby Afrique, pour désigner les deux équipes qui seront qualifiées au tournoi de repêchage des World Series de Hong Kong. Tout comme les deux équipes qui seront qualifiées aux Jeux du Commonwealth ; un pari qui concerne les équipes éligibles.

O. POUYE

Liste des 12 Lions : Sémou Momath Diamé, Moussa Gueye, Mamadou Fall, Omar Diouf, Stéphane Richard Thiour Ndong, Insa Thior, Babacar Ba, Thilla Beye Dieye, Mamadou Sarr, Mamadou Lamine Niang, Oumar Paul Camara, Ibrahima Diaby. Coach : Gora Faye.

 

Last modified on vendredi, 06 octobre 2017 13:10

Le renforcement de la coopération en matière de formation et de certification liée aux sciences, à la médecine et à la diplomatie sportive, constitue un des axes majeurs de ce qui pourrait être un partenariat sportif fécond entre le ministère des Sports du Sénégal et l’Académie des sports de l’Etat de Floride (Etats-Unis).

Le ministre sénégalais des Sports, Matar Bâ, a reçu hier en audience Babacar Diagne, l’ambassadeur du Sénégal aux Etats-Unis, accompagné de Joseph Julius Szlavika, membre du Conseil d’administration de l’Académie des sports de Floride. Selon le communiqué qui nous est parvenu, les autorités se sont engagées  à œuvrer au développement des échanges d’expériences et d’informations entre les deux structures dans des domaines liés à la pratique sportive, notamment la formation des cadres administratifs et techniques sur le management, la médecine, les sciences et la diplomatie sportive, l’économie du sport, entre autres.

La formation, l’organisation des visites de travail et d’échanges en matière de management et gestion du sport ont aussi figuré en bonne place dans les discussions. La note indique que Matar Bâ a, dans ses échanges avec ses hôtes, beaucoup insisté sur l’importance des ressources humaines indispensables au développement du sport au Sénégal. « Les trois personnalités ont dit être prêtes à participer au développement du sport, qui entre parfaitement dans les attributions du ministère des Sports pour accompagner, soutenir la vision politique du président de la République Macky Sall et mobiliser les sportifs autour du projet pour un sport émergent », poursuit le document.
Par ailleurs, Joseph Julius Szlavika de l’Académie des sports de l’Etat de la Floride a invité le ministre des Sports à se rendre aux Etats-Unis en vue de rencontrer les responsables de cette académie qui travaille aujourd’hui avec 83 pays pour approfondir la réflexion. Matar Bâ a accepté cette invitation et a surtout salué la perspicacité de l’ambassadeur du Sénégal aux Etats-Unis.

D’après le communiqué, les personnalités ont souligné leur engagement à faire du sport un facteur d’approfondissement et de développement des liens d’amitié et de fraternité entre les deux pays. Ce qui traduit leur bonne volonté de participer ensemble à la promotion des échanges dans le domaine des activités sportives.

D. SARR

Last modified on mardi, 03 octobre 2017 13:09

La Fédération sénégalaise de Sports Boules organise dans la première semaine du mois de novembre, un Concours international en triplettes choisies de pétanque. Une compétition qui sera disputée par tous les pays africains membres de la Confédération africaine de pétanque, d’après le chargé de la Communication de la Fédération, Jacob Ndir. En tout, plus d’une vingtaine de nations sont attendues à Dakar sur invitation de la structure fédérale, dirigée par Gassane Ezzedine. En plus de cette participation continentale, M. Ndir souligne que des boulistes venus de France, d’Italie, de Belgique et d’Espagne sont également attendus pour rehausser le niveau de la compétition. Une enveloppe de 10 millions de FCfa est mise en jeu, révèle le chargé de la communication.

Le jet du bouchon de ce tournoi international sera effectué par le ministre des Sports, Matar Ba, qui aura à ses côtés Claude Azéma, président de la Fédération internationale de pétanque, et le président du Comité olympique, Mamadou Diagna Ndiaye, et naturellement le président de la Fssb, Gassane Ezzedine. Un autre rendez-vous international en perspective au Sénégal, après le tournoi de Saly Portudal qui a eu lieu en février dernier. Sur un autre registre, Jacob Ndir a fait part d’une prouesse de Birahim Diallo, un compatriote établi au Mali. En effet, il a remporté le Championnat national en triplettes du Mali avec Lanssiné Dembélé et Idrissa Traoré, deux de ses compères du Pétanque Club de Bamako. C’était à l’occasion du rendez-vous annuel disputé il y a deux semaines dans la capitale malienne.

Des joutes dont le jet du bouchon a été effectué par le gouverneur de Bamako en présence du président du club vainqueur, El Hadj Traoré.

O. POUYE

Last modified on mardi, 03 octobre 2017 13:37

Le Diaraf de Dakar a tenu, ce dimanche, son assemblée générale de renouvellement de ses instances. Un conclave tenu à son siège au terme duquel le président sortant, Cheikh Seck, a été reconduit par acclamation. Ce, pour un nouveau de quatre ans que la nouvelle équipe dirigeante compte mettre à profit pour redorer le blason du club avec la reconquête des titres mais également la valorisation du foncier du club à travers la construction d’un complexe sportif.

Après une première élection en septembre 2013, Cheikh Ahmed Tidiane Seck a été réélu hier à la tête de l’Asc Diaraf.
C’était à l’occasion de l’assemblée générale ordinaire de renouvellement que la formation qui évolue en Ligue a organisée à son siège à Keur Diaraf. Une reconduction par acclamation après une motion présentée par le Comité national des supporters du club, a annoncé Youssou Dial, vice-président du club. Ces inconditionnels du club, comme la totalité des délégués présents, ont ainsi magnifié le travail du président sortant en lui renouvelant leur confiance. Aussi, il a beaucoup été question d’unité lors de la rencontre de ce dimanche avec « quelque 300 délégués détenteurs de leur carte de membre qui ont pris part à la rencontre » et qui ont réaffirmé l’ambition de « tirer dans le même sens ». Le dirigeant s’est félicité de cette dynamique qui a prévalu lors du conclave avec notamment la présence d’anciens joueurs « comme Eusebio, Mbaye Fall », mais également « de l’ancien président, Wagane Diouf qui a réinstallé Cheikh Seck à son poste de président ». Une synergie autour du président nouvellement réélu qui, selon son collaborateur, devrait permettre à la formation de repartir à la reconquête de titres dont le club est sevré depuis quatre années maintenant même si l’équipe junior du club a remporté la Coupe du Sénégal en 2016.

« Avec le passé du club, nous ne pouvons pas nous contenter d’accessit. Il nous faut remporter de nouveaux titres », a dit le collaborateur de Cheikh Seck. Pour qui la volonté réaffirmée des délégués à cheminer ensemble avec le président réélu devrait permettre d’atteindre ces objectifs ; à commencer par des succès du club. Justement en direction du prochain exercice, M. Dial soutient que Malick Daff, l’entraîneur sortant a été maintenu au poste pour une stabilité au niveau du staff technique. Il s’atèle déjà à la tâche : « Des contacts sont déjà établis et nous voulons faire venir des joueurs qui vont nous permettre de repartir à la conquête de titres cette saison ». Ce, à travers un recrutement ciblé qui devrait permettre à Malick Daff, de poursuivre le travail entamé la saison dernière et qui devrait aboutir à la victoire dans l’une des compétitions au Sénégal afin de repartir en Afrique. En plus du volet sportif qui devrait permettre au club de renouer avec la victoire après deux places de vice-champion et des demi-finales en Coupe, l’autre question sur laquelle la nouvelle équipe devra s’atteler a trait à l’aspect économique.

« Nous avons du foncier à Dakar avec un terrain près du Centre de santé Gaspard Camara, à la Sicap Amitié et Keur Diaraf (siège du club) mais aussi 4ha à Yenne. Nous voulons valoriser ces espaces », a ajouté Youssou Dial. Qui souligne qu’un Complexe sportif sera construit incessamment sur le terrain qui jouxte Gaspard Camara.

« Nous aurons ainsi un terrain pour les entrainements des équipes mais aussi des ressources additionnelles pour permettre de faire face à certaines dépenses ». Puisque l’équipe dirigeante compte construire un bâtiment qui pourrait servir de centre d’accueil et qui sera valorisé pour des rentrées d’argent ; pour une autonomie financière du club de la Médina.

Ousseynou POUYE

Last modified on lundi, 02 octobre 2017 14:09

Le secrétaire général du ministère des Sports a ouvert un séminaire de formation sur la Gestion axée sur les résultats (Gar). Une session organisée par le ministère à l’intention des agents du département qui vise à les outiller afin d’atteindre les objectifs consignés dans la Lettre de politique sectorielle de développement du sport.

Le ministère des Sports a ouvert, ce mercredi, un séminaire de trois jours à l’intention de ses agents sur la Gestion axée sur les résultats (Gar) ; une session organisée par la Direction de la formation et du développement sportif. Durant cette période, les séminaristes seront entretenus sur les outils et les concepts de ce paradigme qui, selon le secrétaire général du ministère, interpelle tous les agents de l’Etat, en particulier dans le contexte d’opérationnalisation du Plan Sénégal émergent. « Il faut rappeler que nous sommes dans le contexte de la mise en œuvre du Pse et le sport est logé dans l’Axe 1.

La Lettre de politique sectorielle de développement du sport (Lpsds) doit faire en sorte que le sport contribue au développement du pays. C’est dans ce contexte que le ministre des Sports a jugé utile de renforcer les capacités du personnel parce qu’en réalité, la mise en œuvre de cette Lettre doit être portée par les agents compétents et aptes à réaliser les résultats attendus », a dit Paul Dionne. C’est ainsi dans ce cadre que le ministère, à travers la Direction de la formation et du développement sportif a initié cette session sur la Gar, un nouveau paradigme qui interpelle tous les agents de l’Etat pour plus d’efficience dans la recherche de performance. Et comme l’a souligné M. Dionne, il est attendu des agents de faire en sorte que les résultats visés à travers le Pse, notamment à travers la Lettre de politique sectorielle, soient atteints. Et cela nécessite que les agents du ministère des Sports soient imprégnés des outils de la Gar.

La Directrice de la formation et du développement sportif a, pour sa part, souligné que cette session fait suite à d’autres qui ont eu lieu et dont la finalité est de mieux outiller les agents au niveau central comme déconcentré. Pour Marième Kane Diallo, les attentes à travers cette session portent essentiellement sur la capacitation des agents pour qu’ils puissent atteindre les résultats consignés dans la Lettre de politique sectoriel de développement du sport et qui sont attendus du secteur. « C’est un séminaire qui concerne des modules sur la Gar ; cela va être calé sur les objectifs du secteur. Nous avons une Lpsds qui est composé de quatre programmes : Ressources humaines et la formation, Gestion des infrastructures sportives, Financement du sports et Contribution économique du sport », a-t-elle souligné.

Avant d’ajouter qu’il s’agira lors de ces trois jours de travaux, de « faire des ateliers pour chacun des programmes avec des exercices pratiques qui montrent aux agents, par rapport aux indicateurs de performance qui sont attendus du secteur, comment faire en sorte d’attendre ces objectifs ». Ce sera donc sous forme d’ateliers et de restitution à la fin des travaux de groupe et naturellement des recommandations en fin de programme. Cette formation est organisée avec l’appui technique du Bureau organisation et méthode (Bom) ; une structure qui intervient en appoint au ministère. Ce qui témoigne de l’intérêt du ministère des Sports à la maîtrise des concepts et outils de la Gar mais aussi à l’instauration d’une démarche de performance dans la gestion du secteur du Sport.

Ousseynou POUYE

 

Last modified on jeudi, 21 septembre 2017 15:56

Une semaine avant de braver la mer pour disputer la 30ème édition de la Traversée Dakar – Gorée, les nageurs ont l’occasion de préparer cette course d’endurance. En effet, la Fédération sénégalaise de natation et de sauvetage (Fsns) organise en collaboration avec la Ligue de Dakar de la discipline, une compétition en eau libre avec un circuit en mer Plage Lagon - Anse Bernard. Une manifestation prévue ce dimanche 17 septembre. Pour les organisateurs, « cette compétition constituera une mise en train pour préparer la Grande Traversée Dakar – Gorée qui aura lieu 7 jours plus tard, c’est-à-dire le dimanche 24 septembre 2017 ». A cette occasion donc, les concurrents auront à se faire face dans une course qui se déroulera sur une distance de 1500 mètres avec un départ qui sera donné à la plage de Lagon à partir de 11 heures.
Après avoir parcouru la distance, l’arrivée sera jugée à la plage de l’Anse Bernard où les concurrents sont attendus.
Tout ce beau monde se jettera à l’eau en ayant à l’esprit la course qui aura lieu une semaine plus tard entre la terre ferme et l’Ile de Gorée.

 

L'Espagnol Rafael Nadal, N.1 mondial de tennis, originaire de Majorque, a pris position mardi contre la tenue d'un référendum d'autodétermination le 1er octobre en Catalogne, un scrutin voulu par les indépendantistes mais interdit par les institutions espagnoles. "Je crois que (ce vote) le 1er octobre ne devrait pas se produire parce que, de mon point de vue, chacun doit respecter les lois", a déclaré le Majorquin dans une interview au quotidien espagnol El Mundo."Les lois sont ce qu'elles sont et on ne peut pas les ignorer juste parce qu'on a envie de les ignorer. Je ne peux pas brûler un feu rouge parce que ce feu rouge ne me paraîtrait pas correct", a-t-il expliqué. Né à Manacor, sur l'île de Majorque aux Baléares, Nadal est membre du Real Club de Tennis Barcelona (RCTB), club qui organise chaque année le tournoi ATP 500 de Barcelone. Le N.1 mondial, vainqueur dimanche à l'US Open de son 16e tournoi du Grand Chelem, a remporté dix fois l'épreuve barcelonaise, dont le court central a été rebaptisé à son nom.

"Je me sens très proche des Catalans, mais je me sens très Espagnol également. Je n'imagine pas une Espagne sans la Catalogne. Je n'aimerais pas voir ça", a poursuivi Nadal."J'estime que tous ensemble, nous devrions pouvoir nous entendre, cela ne fait pas de doute. Je pense qu'il faut faire un effort pour trouver un terrain d'entente parce que nous sommes plus forts unis que divisés. L'Espagne est meilleure avec la Catalogne, et la Catalogne est meilleure avec l'Espagne", a-t-il conclu. Ces déclarations interviennent au lendemain d'une grand rassemblement dans les rues de Barcelone à l'occasion de la "Diada", la fête de la Catalogne. Plusieurs centaines de milliers de Catalans ont manifesté pour revendiquer l'indépendance de leur région et promettre de participer au référendum annoncé pour le 1er octobre.

Afp

Last modified on vendredi, 15 septembre 2017 13:59

L’équipe nationale de roller-skate du Sénégal, double médaillée d’or au "World Roller Games 2017", est attendue à 17 heures à l’aéroport Léopold-Sédar-Senghor de Dakar, a appris l’APS auprès de la fédération chargée de cette discipline sportive.

Les Sénégalais Awa Baldé et Dame Fall ont remporté deux médailles d’or, respectivement chez les filles et les garçons, lors de la première édition du "World Roller Games 2017", du 25 août au 10 septembre à Nanjing (Chine).

La capitaine de l’équipe nationale de roller-skate du Sénégal, Awa Baldé, a décroché l’or en free jump, en battant la championne en titre.

Baldé a en même temps réalisé un saut de 1,25 mètre, battant ainsi le record qui était de 1,20 mètre chez les filles.

Chez les garçons, le Sénégalais Dame Fall a battu le Français Florian Petit Collin, ancien champion du monde de la discipline, avec un saut de 1,58 mètre.

Les autres membres de l’équipe nationale du Sénégal qui avaient pris part à la compétition sont : Mamadou Bâ (speed slalom), Tamba Derneville Thiam (battle slalom), Pape Ibrahima Ndiaye (marathon) et Anta Camille Diongue (500 mètres, 300 mètres et 1.500 mètres) font partie de l’équipe nationale du Sénégal qui a participé au "World Roller Games 2017".

Source : APS

La participation sénégalaise aux Championnats du monde de Roller à Nankin en Chine (25 août-10 septembre) a été des plus honorables. La délégation nationale qui rentre cet après-midi (15 heures) après un périple en Chine peut se glorifier de deux titres mondiaux, remportés dans le concours de hauteur pure. En effet, Awa Baldé et Dame Fall ont déjoué les pronostics en remportant leurs concours respectifs face à des concurrents français.

Cerise sur le gâteau, ils ont tous les deux, battu des records du monde. Pour la première, c’est en franchissant la barre haute de 1,25m qu’elle a dominé sa principale challenger du concours, la Française Maëliss Conan.

Cette dernière qui a tenté en vain de concurrencer Awa Baldé s’est arrêtée à la barre des 1,20m. La catégorie masculine a vu Dame Fall, qui a franchi une barre à 1,58m, battre le tenant du titre français Florian Petitcollin. Ce dernier qui n’a pas faire mieux que 1,56m pour sa meilleure performance a ainsi laissé sa couronne à son vis-à-vis sénégalais.  Ces deux titres sont une consécration pour la Fédération sénégalaise de roller et skate qui a pris le relais du Comité national pour la promotion des sports de glisse sous la houlette de sa présidente, Awa Nar Fall. C’est donc une présidente comblée qui reviendra cet après-midi à Dakar avec une délégation auréolée de deux succès mondiaux ; en attendant les autres chantiers sur lesquels la structure compte s’atteler pour promouvoir davantage la discipline.

O. POUYE

Last modified on mercredi, 13 septembre 2017 12:21

La Fédération sénégalaise de natation et de sauvetage (Fsns) organise le 24 septembre prochain, la manifestation phare de son calendrier annuel. Avec la tenue de la traditionnelle Traversée à la nage de Dakar à Gorée qui vivra, cette année, sa 30ème édition. Une manifestation fédérale courue chaque année par des milliers de nageurs professionnels et amateurs entre le Continent et l’Ile-mémoire. Cette année encore, un double circuit est prévu pour départager les coureurs avec deux départs qui se dérouleront à la plage de la Voile d’Or, point de ralliement de tous les concurrents. Il y a d’abord une Course A pour l’élite des nageurs, les professionnels qui prendront leur départ pour ensuite faire cap sur leur point de chute après avoir parcouru une distance de 5200m.

La Course B classique dont les concurrents (amateurs) s’élanceront un peu plus tôt à partir du même site (Plage de la Voile d’or) se disputera sur une distance de 4500m. Pour cette 30ème édition de la Traversée, les organisateurs attendent la participation d’environ 500 nageurs de tous âges qui vont vaillamment rallier Gorée. Ils soulignent également que « cette manifestation sportive qu’on ne présente plus connaîtra une atmosphère de fête du fait de la ferveur que suscite Dakar-Gorée pour la plupart des participants et de leurs parents et accompagnants ».
L’édition de la manifestation sera l’occasion pour l’instance dirigeante de la natation nationale, de rendre hommage à Abdou Karim Thioune, membre d’honneur de la Fédération de natation.

O. POUYE

Last modified on samedi, 09 septembre 2017 15:51

Après une longue pause dans l’organisation de compétitions au plan national et une participation de quatre de ses membres à un séminaire en France en juillet dernier, le triathlon reprend ses droits au Sénégal. Avec la tenue, dimanche prochain de la 2ème journée du championnat du Sénégal de triathlon 2017 qu’organise à cet effet, le Comité national de Promotion du Triathlon. C’est la ville de Guédiawaye qui accueillera pour l’occasion, les participants à la compétition dont la course se fera sur la distance sprint, selon un communiqué de l’instance. Ainsi après le Cap-Skirring qui a accueilli la 1ère journée du championnat le 23 avril dernier, c’est Guédiawaye qui prend le relais, plus de quatre mois après.

Pour la manifestation de dimanche, les organisateurs annoncent que « les athlètes sont convoqués, au plus tard, à 8 heures précises pour la mise en place sur la plage de Golf et le départ de la course à 9 heures précises, délai de rigueur ». Les inscriptions sont libres et gratuites pour tous les concurrents sociétaires des clubs affiliés et les participants individuels. Le calendrier réaménagé du championnat renseigne qu’après les deux premières journées, trois autres sont prévues : le 22 octobre à Gandiole (Saint-Louis), le 19 novembre à la Somone sur la Petite-Côte et enfin, le 3 décembre pour un retour à Dakar. Cette journée servira également de prétexte à l’instance fédérale pour récompenser les meilleurs acteurs de la discipline.

Ousseynou POUYE

Last modified on samedi, 09 septembre 2017 10:47

Bernard Sainz, alias docteur Mabuse, a été condamné à neuf mois de prison ferme et 20 000 euros d'amende pour incitation au dopage.

Bernard Sainz, 74 ans, comparaissait pour incitation au dopage dans le monde du cyclisme amateur et semi-professionnel dans une affaire où étaient poursuivies 11 personne au total. Celui que l'on surnomme le docteur Mabuse a déjà été condamné en 2014 par la cour d'appel de Paris à deux ans de prison dont 20 mois avec sursis, notamment pour incitation au dopage et exercice illégal de la médecine. En 2013, la cour d'appel de Caen l'avait, elle, condamné à 3000 euros d'amende pour exercice illégal de la médecine et travail dissimulé dans une affaire liée à des pratiques de dopage de chevaux.

Cette fois, il a été condamné en correctionnelle à neuf mois de prison ferme et 20 000 euros d'amende. «Les témoignages, trois directs et cinq indirects, disent tous la même chose. Le rôle de Bernard Sainz, c'est la rédaction de protocoles de dopage  qu'il dicte au coureur», avait estimé lors de l'audience du 4 juillet Joséphine Lecardeur, vice-procureur de la République, avant de demander une peine un peu moins importante, six mois de prison ferme.

Absent lors de l'énoncé du jugement, Sainz a toujours nié les faits. «J'ai cette caricature diabolique de dopeur. Mais qu'est ce qu'il y a de concret ? Rien», avait-il affirmé à la barre.

L’Equipe

La délégation sénégalaise quitte Dakar ce soir (22 heures) pour Tunis où auront lieu, du 6 au 9 septembre, les Championnats d’Afrique de pétanque. Une compétition où les boulistes sénégalais nourrissent beaucoup d’ambition même si le sélectionneur national Birane Touré reconnaît que l’adversité sera de taille dans la capitale tunisienne.

La pétanque continentale se donne rendez-vous à Tunis du 6 au 9 septembre, à l’occasion des Championnats d’Afrique qui y sont prévus. Une compétition à laquelle doit prendre part le Sénégal avec le statut de favori pour la victoire finale au même titre que la Tunisie, pays hôte, Madagascar et le Bénin respectivement champion et vice-champion du monde 2016. Un statut à honorer dans le camp sénégalais où François dit Fara Ndiaye, Boubacar Samoura, Mayade Diop et Bathie Sall auront la charge de contrarier les boulistes adverses. « Nous serons attendus sur deux fronts : d’abord en compétition par équipes (triplettes) puis au concours du tir de précision », a souligné l’entraîneur national, Birane Touré. Qui justifie cette situation par la victoire finale du Sénégal au dernier rendez-vous continental : les Jeux africains de Brazzaville.

Le premier objectif pour le Sénégal à Tunis sera de se qualifier pour la prochaine Coupe du monde. Pour cela, il faudra  figurer parmi les 10 premiers de la compétition. Mais le coach veut aller plus loin , et pourquoi pas faire mieux qu’en 2009 où, déjà, à la tête de la sélection nationale, Birane Touré avait décroché le bronze continental. « En demi-finales, on avait malmené la Tunisie chez elle.

Mais les supporters ont chahuté nos joueurs pour les empêcher de jouer. Après quelques minutes d’interruption, nous avons décidé de reprendre la partie que nous avons finalement perdue », regrette le technicien. Pour qui, ce sont des comportements avec lesquels les joueurs doivent composer dans ce genre de compétition et ses joueurs s’y sont déjà préparés. Car, d’après lui, le moral est au beau fixe dans la Tanière qui affiche complet après le retour de Fara Ndiaye qui a rejoint le groupe. Ce joueur sera d’ailleurs le plus attendu à Tunis, prévient le coach qui évoque la victoire qu’il avait obtenue aux Jeux africains de Brazzaville en 2015 dans le concours du tir de précision.

Dans la dernière ligne droite, le groupe qui est rentré à nouveau en regroupement après la fête de la Tabaski effectue son dernier entraînement ce mardi. Et le coach de souligner qu’il s’agira de « faire quelques exercices » avant de rejoindre l’hôtel. Le travail est axé essentiellement sur le jeu d’attaque. « C’est notre force et notre option. Si on le réussit, on ira loin », a estimé Birane Touré.

Ousseynou POUYE

Dernier Français en lice à l'US Open, Lucas Pouille a été éliminé dimanche en huitièmes de finale par l'Argentin Diego Schwartzman (7-6 [3], 7-5, 2-6, 6-2).
Le masque de frustration affiché par Lucas Pouille au moment d'aller serrer la main de l'Argentin Diego Schwartzman, dimanche, en huitième de finale de l'US Open, en disait long sur l'impuissance ressentie par le Français dans un match qu'il n'a jamais maîtrisé. Battu en quatre sets (7-6 [3], 7-5, 2-6, 6-2), le 20e joueur mondial laisse ainsi son adversaire rallier les quarts de finale où il affrontera l'Espagnol Pablo Carreno-Busta (n°12).

«La pire erreur serait de me projeter et de me dire qu'il y a la place pour aller en finale», avait livré Pouille dans nos colonnes avant d'aborder ce huitième de finale. Une déclaration en guise de réponse à ceux qui insistaient pour lui rappeler que sa partie de tableau était extrêmement ouverte, et pouvait lui promettre une place en finale. Sur le Grandstand de New York, le Nordiste n'a pas vraiment eu le temps de s'imaginer aller plus loin que son match du jour. S'il a semblé avoir le plus de maîtrise technique et le bagage pour déstabiliser son adversaire, le Tricolore a trop souvent gâché dans les moments clé pour gagner sa place en quart de finale, stade qu'il avait atteint l'année dernière après avoir battu Rafael Nadal en huitièmes.

Des breaks, aucune stabilité
Le principal constat de ce match frustrant restera l'incapacité de Pouille à se mettre à l'abri dans les deux premiers sets, alors qu'il avait breaké le premier. À 3-1 en sa faveur en début de match, il a complètement craqué sur son service pour laisser revenir Schwartzman. Poussé à disputer un tie-break, Pouille, tête de série n°16, a offert son service d'entrée de jeu décisif, et ne l'a jamais récupéré. Diego Schwartzman s'est montré solide sur les balles de break à défendre (8/14). Lucas Pouille n'a pas eu la même réussite dans ce domaine (2/9). Pas vraiment abattu par ce contretemps, le Français a entamé la deuxième manche comme la première, en conquérant. Break à 1-1, débreak dans la foulée puis nouveau break (3-2) ont laissé espérer qu'il avait trouvé un moyen de faire douter le tombeur de Marin Cilic au tour précédent. Finalement, l'Argentin est revenu à 4-4 et a même surpris son vis à vis en le pressant à 6-5. Une seule opportunité de break/set a suffi pour comprendre que mené 2 sets à rien, Lucas Pouille semblait de moins en moins en mesure d'aller chercher la qualification.

Un pépin physique pour un bref sursaut
Euphorique et sur un nuage, Diego Schwartzman n'avait pas beaucoup de chose à se reprocher dans le match. Il a surtout agressé Pouille sur ses deuxièmes balles (41% de points seulement pour le Tricolore) et l'a souvent poussé à la faute (46 fautes directes à 37). Il a finalement fallu une alerte à la cuisse pour que l'Argentin offre un semblant d'espoir à son rival. Gêné, Schwartzman a rapidement lâché le troisième set. À 5-2 contre lui, il a demandé un temps médical avant de laisser Lucas Pouille tranquillement réduire l'écart (6-2), sans forcer. Alors qu'il aurait pu profiter de ce moment de flottement pour prendre l'ascendant, Lucas Pouille a, au contraire, subi de plein fouet le regain de confiance de son adversaire dans le quatrième set. Et pourtant, encore une fois, il avait réussi à breaker en premier (2-1). Dans la foulée, Schwartzman est revenu au contact et a appuyé un peu plus ses frappes pour pousser à la faute. Tête baissée, Pouille a encaissé et s'est effondré.

Son opposant a inscrit les cinq derniers jeux du match, achevé sur une double faute. Il n'y a plus de Français à l'US Open, et, à l'image de la plupart de ses compatriotes, Lucas Pouille a laissé une impression de rendez-vous gâché alors que les opportunités ne manquaient pas dans cette édition du tournoi américain.

L’Equipe

Le Colombien Miguel Angel Lopez (Astana) a remporté mercredi la 11e étape du Tour d'Espagne, en faisant parler ses qualités de grimpeur sur le parcours escarpé entre Lorca et l'observatoire de Calar Alto (187,5 km). Chris Froome (Sky), 2e, a consolidé sa place de leader du général.

Lopez a semé dans les deux derniers kilomètres le groupe des échappés, dont le maillot rouge, 2e à 14 secondes, et le Français Romain Bardet, 5e.
Il s'agit de la victoire la plus prestigieuse de la carrière de Lopez, 23 ans.

AFP

Last modified on jeudi, 31 août 2017 12:58

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.