banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Basket (291)

Dans sa dynamique d’adoption d’une politique RSE pour accompagner le sport en général et plus particulièrement le basket-ball, Wakola Hôtels a parrainé le week-end dernier, un tournoi de basket en partenariat avec Fass Basket Club. Une compétition de jeunes qui a réuni au terrain de la localité quelque « 200 joueurs de 20 équipes féminines et masculines des petites catégories (minimes et cadettes) venus de 5 clubs de basket : Delafosse, Iba Mar, Diaraf, Dieng Academy, et enfin Fass BC », annoncent les organisateurs.

Réunir un maximum de clubs à l’occasion d’un événement sportif, tel est le pari fou que s’était lancé le club organisateur en partenariat avec l’établissement installé dans la localité en mettant en exergue des jeunes qui « se sont retrouvés autour de la balle orange pour communier dans la sportivité, le fair-play mais aussi dans un esprit de convivialité ».

La journée du samedi a été réservée aux éliminatoires alors que les finales ont lieu le dimanche. Dans la poule A en minime fille, la finale a été remportée par Fass BC et chez les garçons Delafosse Basket Club a remporté le trophée. Toujours en minime mais dans le groupe B, l’Asc Diaraf de la Médina a réalisé le doublé (garçons et filles).

Dans la catégorie cadette, la finale des filles a été remportée par Dieng Academy tandis que chez les garçons, Iba Mar Basket Club a eu le dernier mot. Ces finales ont été présidées par le Directeur de Cabinet du maire de Fass Gueule Tapée Colobane en présence des responsables de Wakola et des dignitaires qui ont tous salué cette excellente initiative fédératrice tendant à développer le basket-ball.

A travers cette initiative, Wakola Fass amorce une collaboration pour amener Fbc à rayonner sur le plan national. Pour ce tournoi, le partenaire a soutenu à l’association dans l’organisation en assurant la logistique, l’achat de maillots, de ballons, de trophées, de tee-shirts entre autres.

O. POUYE

Vainqueur du Duc (62-48) en finale hier au stadium Marius Ndiaye, l’As Douanes succède du coup à Louga Bc et s’offre son deuxième trophée de la saison.

L’As Douanes a livré un match très difficile hier lors de la finale de la Coupe du Sénégal, au stadium Marius Ndiaye, contre le Duc. En effet, les jeunes protégés de Sir Parfait Adjivon (coach du Duc) ont été au coude-à-coude avec les Douaniers durant toute la rencontre. Avec un avantage de six points finalement à l’issue du premier quart temps (15-9), ces derniers ont livré une belle bataille dans le sillage de Pape Gora Gaye (intérieur) et Louis Adams (Roi de la saison). L’As Douanes domine légèrement le match et termine le deuxième quart temps avec quatre points d’avance (30-26).

De retour des vestiaires, les deux équipes ont du mal à se libérer sur le terrain, multipliant les approximations. Si le rythme du match a permis à certains joueurs de s’exprimer, les balles perdues et les nombreuses fautes ont haché la partie. Un scenario qui a d’abord profité au Duc, tout heureux de voir l’As Douanes manquer d’adresse et… a pu revenir à égalité à la fin du troisième quart temps (43 partout). Les protégés de Sir Parfait Adjivon ont fini, cependant, par se retrouver trop esseulés au cours de la dernière période à sens unique. Ce retournement de situation a largement profité aux Douaniers qui ont renversé la situation en leur faveur (62-48), en fin de match. Une belle victoire, qui permet à l’As Douanes de remporter le trophée.

D’après le coach de l’As Douanes, Mamadou Guèye, par ailleurs élu meilleur entraîneur de la saison, la victoire n’était pas évidente. « C’était une victoire pas évidente du tout parce qu’on est resté plus de deux mois sans compétition. Cela a beaucoup joué sur nous aujourd’hui. Heureusement, nous avons pu tirer notre épingle du jeu en fin de rencontre ». Il reconnaît que l’inexpérience des joueurs du Duc a fait la différence lors cette finale. « Ils ont fait un excellent match et nous ont créé beaucoup de difficultés pendant 35 minutes. C’est lors des 5 dernières minutes de jeu qu’on a pu sortir le grand jeu. Je profite de cette occasion pour féliciter mes joueurs, ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes ». Mamadou Guèye souligne cependant que son objectif a été atteint depuis la finale du championnat D1 remportée d’ailleurs par son équipe devant Saint-Louis Bc (71-61) au stade Lat Dior de Thiès. «  Ce trophée est la cerise sur le gâteau. Tant mieux pour nous ! ».

Dans l’autre camp, Sir Parfait Adjivon, coach du Duc, a félicité ses jeunes joueurs qui ont tenu tête à l’équipe adverse durant tout le match. « Je pense qu’on a perdu dignement car le match s’est joué sur des détails. On était revenu à égalité et avait la possible de mener à plus 3. Seulement, nous avons eu  beaucoup de pertes de balles sans compter les paniers ratés. Je félicite l’équipe adverse mais surtout mes joueurs. Ce sont des jeunes inexpérimentés qui n’ont rien lâché du début à la fin. Ils ont mouillé le maillot et je suis fier d’eux ».

Le couple royal à l’honneur !
Ndèye Sène de l’Asc Ville de Dakar et Louis Adams de l’As Douanes ont séduit le public hier au stadium Marius Ndiaye lors de la cérémonie de couronnement, riche en émotions. En tenue traditionnelle, le « Roi » et « Reine » de la saison 2016-2017 ont fait le tour de la salle, accompagnés des révélations Lolly Ndiaye (Asfo) et Alcaly Ndour (Douane). La Fédération sénégalaise de basket-ball a profité de l’événement pour récompenser les quatre vedettes du jour. A noter que Ndèye Sène et Louis Adams ont participé cette année aux Afrobaskets masculin et féminin. La « Reine » est vice-championne d’Afrique avec les « Lionnes » à Bamako. Elle a également remporté, avec l’Asc Ville de Dakar, la Coupe du maire et le Challenge Iam. Le « Roi » a décroché la médaille de bronze à Tunis et est champion du Sénégal avec l’As Douanes. Et cerise sur le gâteau, il a remporté hier la Coupe du Sénégal devant le Duc.

Absa NDONG

La Fédération sénégalaise de basket-ball (Fsbb) est partante pour abriter, en février, un des tournois de pré-qualification à la Coupe du monde de basket masculin pour la Fiba-Afrique. Un dossier de candidature dans ce sens a été déposé sur la table du ministre des Sports, Matar Ba. Une annonce faite par le patron du basket sénégalais, Me Babacar  Ndiaye, venu à Kaolack dans le cadre du tournoi de montée en D2 chez les hommes pour la zone centre-est.

A peine la page de l’Afrobasket co-organisée avec la Tunisie tournée, notre pays veut s’engager dans l’organisation d’un autre tournoi continental chez les hommes. L’opportunité s’est présentée avec la nouvelle formule des qualifications pour la prochaine Coupe du monde de basket prévue en août et septembre prochains en République populaire de Chine (Rpc). Le Sénégal qui a terminé sur le podium lors des dernières joutes de la discipline est candidat pour abriter l’un des trois préliminaires en février prochain à Dakar «  Nous avons déposé notre demande sur la table des autorités à travers le ministre des Sports, Matar Ba, un dossier de candidature pour abriter le tournoi du mois de juin étant entendu que le Mozambique va accueillir celui de novembre. Dans notre poule, il y a le Sénégal, la Rca, la Côte d’Ivoire et le Mozambique. Le fait d’organiser chez nous pour la phase de poule nous donne un avantage certain quand on sait que les points engrangés dans cette phase seront pris en compte pour les matchs aller et retour pour lesquels les deux premiers et le meilleur troisième vont représenter l’Afrique en 2019 en Chine  », a informé Me Babacar Ndiaye. Le patron de la balle orange au Sénégal refuse de parler d’échec des Lions lors de la dernière édition de l’Afrobasket.

« Nous sommes passés de la 4ème à la 3ème place, donc nous demeurons au sommet du basket continental. Si on avait maintenu l’ancienne formule pour les qualifications à la coupe du monde nous allons encore représenter directement l’Afrique, donc même si on n’a pas atteint l’objectif qui était fixé de remporter le trophée, on a pas démérité  »,  s’est défendu le président de la Fédération sénégalaise de basket-ball (Fsbb). Venu dans la capitale du bassin arachidier pour s’enquérir des conditions d’organisation du tournoi de montée en D2 dans cette la zone centre-est, il a exprimé sa satisfaction dans le développement du basket à l’intérieur du pays. « On oublie que la mission de la fédération n’est pas seulement de faire participer nos équipes nationales à l’Afrobasket et d’organiser le championnat d’élite, mais aussi de développer la discipline sur toute l’étendue du territoire.

Aujourd’hui, le meilleur basketteur du Sénégal, Gorgui Sy Dieng, ne vient ni de Dakar, Saint-Louis ou Thiès, il nous vient de Kébémer, d’où l’intérêt de décentraliser les tournois dans les régions pour pouvoir détecter d’autres Gorgui Sy Dieng  », a affirmé l’ancien président du Duc.

Démarré ce lundi, ce tournoi qualificatif à une ultime phase en novembre prochain regroupe 5 équipes de Fatick, Kaffrine et Kaolack. La clôture est prévue ce vendredi.

Elimane FALL

Le stadium Lamine Gueye de Kaolack abrite, depuis hier, le tournoi de basket masculin qualificatif aux phases nationales de montée en D2 prévue prochainement à Dakar. Cinq équipes issues des régions de Fatick, Kaffrine et de Kaolack se disputent la seule place donnant droit à la participation à ces joutes nationales.

Elles sont cinq équipes à prétendre à l’unique billet ouvrant les portes du tournoi d’accession à la deuxième division de basket-ball masculin prévu les prochaines semaines à Dakar dans la zone centre du pays. La région de Fatick est représentée par Fatick Bc, et l’Asc Thiossane de Passy, la capitale du Saloum par le Collège Pie XII et Kaolack Bc, le Ndoucoumane par Kaffrine Bc. Une opportunité pour ces régions centrales de renouer avec l’élite de la balle orange. Le tournoi qui se tient du 02 au 04 octobre, est initié par la Fédération sénégalaise de basket (Fsbb) par l’entremise de la commission des compétitions et géré par une commission d’organisation locale pilotée par le président de la ligue régionale de Kaolack. « La fédération a bien voulu nous confier l’organisation de ce tournoi de montée de zone, pour redonner à cette discipline ses lettres de noblesse dans cette partie centrale du Sénégal. Jusque-là, tout se passe bien, le public est venu massivement pour le démarrage du tournoi et nous espérons que ce sera de même pour le reste de la compétition au stade Lamine Gueye de Kaolack », s’est réjoui Youssou Fall, à l’issue de la première journée. Seule ombre au tableau, la désaffection des autorités locales qui n’ont pas honoré de leur présence la cérémonie d’ouverture. Une première journée de compétition marquée par la victoire du collège Pie XII de Kaolack aux dépens Kaffrine Bc sur le score de 56 à 41.

Le second match qui opposait Kaolack Bc à Fatick Bc a été interrompu au 4e quart temps à cause de la pluie, alors que les Kaolackois menaient au score. Le match est reprogrammé vendredi prochain. A signaler que chez les filles, c’est Kaolack Bc de la Nationale qui va représenter la zone à la montée en D2, le 08 octobre prochain à Louga dans la capitale du Ndiambour.

Elimane FALL

Le couronnement de Louis Adams comme roi de la saison de basket ne relève pas d’une surprise. En plus d’avoir réussi d’excellentes performances avec son club l’AS Douanes, le joueur de 25 ans a laissé une forte impression à l’issue de l’Afrobasket masculin 2017.

Louis Adams est le meilleur joueur de la saison de basket 2016-2017. Un des meneurs de l’équipe nationale masculine et de l’As Douanes, il a été élu « Roi » avec 89 voix contre 86 pour Pape Moussa Diop de Saint-Louis basket club. Une belle récompense après ses performances à l’Afrobasket masculin 2017 et au championnat. «C’est un honneur pour moi d’être élu Roi. Je remercie ma famille, l’AS Douanes, les dirigeants et tous les joueurs. Le travail était vraiment dur parce que j’étais en retard. J’ai raté le début de la saison, presque huit matchs. C’est avec l’aide de mes entraîneurs, que j’ai pu retrouver mon niveau et revenir en force. Chaque matin, ils me réveillaient pour que je m’entraîne afin que je sois compétitif ».

En fait, Louis Adams a séduit tous les amateurs du ballon orange cette saison. Il a donné le meilleur de lui-même dans son club actuel l’As Douanes et a joué sans complexe en équipe nationale à côté de Gorgui Sy Dieng, Maurice Ndour, Amady Ndiaye, entre autres géants du basket. Même si le Sénégal n’a pas remporté le trophée, il se dit honoré d’avoir pu représenter son pays en Coupe d’Afrique. « J’étais le seul local dans la tanière, et j’en suis très fier. Cela veut dire également que j’ai fait un bon championnat avec l’aide de mon club l’As Douanes. Mes entraîneurs voulaient que je sois sélectionné, vu que j’ai de l’expérience.
J’ai joué au Etats-Unis et participé une fois en coupe d’Afrique. J’avais un peu la pression, en étant le seul local, mais je m’en suis sorti très bien ». En fait, d’après le nouveau Roi de la saison, les joueurs locaux ont leur place en équipe nationale. Il suffit juste, dit-il, de comprendre la philosophie de l’entraîneur et de donner le meilleur de soi-même.

Concernant la suite de sa carrière, le meneur de la Douane compte sauter sur les opportunités. «Tout dépend de ce qui va arriver. Si j’ai une opportunité pour aller en Europe, j’en profite. Sinon je reste à l’AS Douanes, équipe où j’évolue depuis mon retour des Etats-Unis ». En effet, Louis Adams a joué quatre saisons dans le championnat universitaire américain.
Il a intégré l’équipe nationale U18 à l’Afrobasket 2008 en Egypte, avant d’être sélectionné en Equipe A en 2013. Et à 25 ans, Louis Adams ne rêve que d’une seule chose : devenir le meilleur basketteur de son temps. Il est sur la bonne voie.

Absa NDONG

 

Ndèye Sène a été plébiscitée Reine de la saison chez les filles. Avec quatre sacres, la pensionnaire de l’équipe nationale et joueuse à l’ASC Ville de Dakar bat ainsi le record de la basketteuse la plus titrée jusque-là détenue par Khady Diop, ancienne joueuse à la JA.

L’internationale sénégalaise Ndèye Sène a été élue « reine » de la saison 2017. Elle a battu largement ses principales concurrentes, obtenant 120 voix devant sa coéquipière de l’ASC Ville de Dakar Elma Malou (73 voix) et Dado Faye du Diaraf (71 voix). Avec cette quatrième couronne (2008, 2010, 2013 et 2017), elle vient de battre le record de la basketteuse la plus titrée jusque là détenu par l’ancienne joueuse de l’Asfo et de la Ja Khady Diop (trois titres de Reine de la saison). Ndèye Sène a, en effet, fait une bonne saison dans son club Asc Ville de Dakar, remportant du coup la coupe du Maire et celle du Sénégal (elle a été élue Mvp et meilleure marqueuse de la finale). La vice-championne d’Afrique a également remporté la coupe du challenge IAM, mais a perdu en finale du championnat devant le Saint-Louis basket club. «La saison a été difficile. Ce n’est pas facile d’être au top avant le championnat. Mon ambition a toujours été d’intégrer l’As Ville de Dakar et de gagner des trophées », a-t-elle soutenu. D’après la nouvelle « Reine », les trophées individuels, c’est bien mais une victoire commune, c’est encore mieux.

Car « elle vous procure plus de satisfaction. Cette nomination, je la dois à mon équipe. C’est pour elle. Je donne une mention spéciale à mon entraîneur Moustapha Gaye pour ses conseils et son soutien. Je n’oublie pas également le coach Mamadou Gueye «Pa Bi», sans oublier notre président Yatma Diaw».

Moustapha Gaye, entraîneur de l’équipe nationale féminine, est d’avis que Ndèye Sène fait partie des meilleures joueuses du Sénégal. « C’est une fille qui travaille beaucoup et qui a un bon état d’esprit. Elle s’entraîne plus que les autres. C’est vraiment une chance de l’avoir dans mon club, mais aussi d’avoir travaillé avec elle en Equipe nationale ». L’internationale Sénégalaise a disputé 5 Fiba Afrobasket et en a remporté deux (2009 et 2015). Seulement, elle ne parvient pas à s’imposer à l’extérieur. Elle a essayé deux saisons en Roumanie (2009 et 2010) mais a préféré retourner au Sénégal.

A. NDONG

 

Le Mali a gardé son ossature, le Nigeria également. Ce dernier est un cas exceptionnel car il a beaucoup de joueurs et de joueuses aux Etats-Unis, dans les universités américaines. Pour nous, l’entraîneur a commencé à intégrer de jeunes joueuses mais il faut le faire de manière intelligente. Tant qu’on a des joueuses performantes, il faut les appeler en équipe nationale.

En tant que président de la fédération de basket, êtes-vous alors satisfait des performances des équipes nationales ?
Je peux dire oui et non ! Oui parce qu’aujourd’hui, l’équipe des filles s’est qualifiée à la Coupe du monde, ce n’est pas une mince affaire. L’équipe des garçons a eu une médaille de bronze également et ce n’était pas le cas en 2015. On peut dire alors que la participation n’a pas été négative.

 Non car nous avions pour ambition de reconquérir le titre chez les garçons, avec vraiment une bonne équipe. Nous avons tout fait pour réunir tout le monde et cela constitue un travail de la fédération. Tous ceux qui étaient partis avaient accepté de revenir, contrairement à 2015. Je peux citer Hamady Ndiaye, Maurice Ndour, Mouhamed Faye, entre autres. Cela veut dire que nous avons réussi à mettre en place une bonne équipe nationale. Il faut aussi continuer, c’est cela le sport. Les Marocains disaient que cela fait 37 ans qu’ils couraient derrière une qualification en demi-finale d’Afrobasket. Pourtant, pendant ces 37 ans, ils ne se sont pas découragés. Il faut tirer les leçons des deux campagnes et essayer de progresser.

On peut changer d’entraîneur comme on peut donner une nouvelle chance à Porfirio pour continuer le travail, sachant que deux ans, c’est peu pour réaliser des résultats positifs.  

Êtes-vous prêt à poursuivre votre collaboration avec l’entraîneur espagnol Porfirio De Fisac, sachant qu’il n’a pas atteint ses objectifs ?
Je ne peux pas m’avancer là-dessus. Les joueurs considèrent que c’est un bon entraîneur. Il faut, peut-être, voir tout le travail qu’il a fait depuis qu’il est là. Il a participé au tournoi de TKO en 2016 et obtenu la médaille de bronze cette année. Il n’y a qu’un seul match où les gens l’ont critiqué et c’est l’élimination contre le Nigeria. Maintenant, le problème qui est posé, c’est que nous nous dirigeons vers des échéances au mois de février. Est-ce qu’il faut prendre le risque de tout recommencer ou continuer avec lui, dès l’instant où il a réussi à mettre en place une bonne équipe. Voilà des questions que le bureau fédéral va essayer de régler, compte tenu de l’urgence. On peut changer et prendre un nouvel entraîneur comme on peut donner la chance à Porfirio de continuer le travail, sachant que deux ans, c’est peu pour un entraîneur pour réaliser des résultats positifs. En fonction des éléments dont nous disposons, nous prendrons une décision.

Qu’est-ce que l’organisation des phases de poule de l’Afrobasket masculin 2017 a apporté au Sénégal ?
L’organisation a été belle et réussie ; la Fiba a été agréablement surprise par l’organisation du Sénégal et cela a permis de promouvoir la discipline. En tant que fédération, nous avons obtenu beaucoup de choses en termes de matériels didactiques. Tout ce qui a été amené par la Fiba a été laissé sur place.

Le tableau magnétique a été réparé, de même que le parquet, et on a acheté des panneaux neufs. Tout cela est bénéfique pour le basket du Sénégal. On ne peut alors dire que l’organisation des phases de poule à Dakar n’était pas une bonne chose. Cela faisait longtemps que les Sénégalais n’avaient pas regardé l’équipe du Sénégal se produire à Dakar. Ce sont des tournois qui sont importants. D’ailleurs, nous allons demander à l’Etat du Sénégal de nous autoriser à organiser le tournoi du mois de juin. Car cela fait la promotion de notre discipline.  

A quand l’organisation d’un Afrobasket par le Sénégal ?
Me Babacar Ndiaye BasketUne fois les stades terminés, on verra. Je ne peux pas me prononcer pour le moment. L’Afrobasket masculin aura lieu d’ici quatre ans, est-ce que je serai toujours là ? Je ne puis le dire. Aujourd’hui, l’objectif que je me suis fixé, c’est de qualifier l’équipe masculine à la Coupe du monde.

Vous dirigez la fédération depuis bientôt deux ans. Parlez-nous un peu de votre bilan ?
Il est largement positif. Nous avons réussi, il ne faut pas l’oublier, à organiser des compétitions nationales et à faire jouer le basket sur l’ensemble du territoire national. Au moment où je vous parle, nous ne devons aucun franc à aucun club. Nous avons trouvé des dettes à notre arrivée et nous avons tout payé.

Sur le plan international chez les filles, nous avons gagné l’Afrobasket 2015, nous nous sommes qualifiés aux JO et nous jouerons la Coupe du monde.
On ne peut pas avoir un bilan plus élogieux que cela.

Chez les garçons, nous sommes médaillés de bronze même si cela fait 20 ans que le Sénégal court derrière la coupe. Nous avons réussi à être troisièmes et il faut tout faire pour se qualifier à la Coupe du monde 2019. Nous avons également joué en 2016 le tournoi TKO aux Philippines et nous avons fait de très bons matchs. Je pense que dans l’ensemble, nous pouvons dire que la fédération a réussi ses missions ; maintenant il faut persévérer dans ce sens.

Dans quel secteur pensez-vous qu’il reste des efforts à faire ?
Dans le secteur de l’organisation et de la programmation. Je pense que c’est à ce niveau que nous devons davantage travailler. Egalement dans le secteur des infrastructures qui n’est pas du domaine de la fédération mais qui est très important pour la promotion du basket.

Je pense que si nous arrivons à avoir deux ou trois salles de basket, à mieux programmer le championnat et également à mieux organiser le fonctionnement de la fédération, ce sera une très bonne chose. L’Afrobasket nous a permis de trouver un sponsor qui va informatiser la fédération. 

Tout cela va être bénéfique.

Mais dans l’ensemble, je suis très satisfait du travail accompli bénévolement par les membres du bureau fédéral et de l’ensemble de la famille du basket.

Propos recueillis par Absa NDONG (texte)
et Abdoulaye Mbodj (photos)

Le pivot international des Lions du Sénégal, Gorgui Sy Dieng, s’est dit très peiné de n’avoir pu remporter la coupe d’Afrique des nations avec ses coéquipiers et présente au peuple sénégalais leurs "excuses". « Nous nous excusons de n’avoir pu ramener la coupe et de mettre fin à 20 ans d’attente du peuple sénégalais. Ce peuple mérite plus que cette troisième place’’ a dit à l’envoyé spécial de l’Aps Gorgui Dieng avant d’embarquer avec ses coéquipiers pour Dakar.

Le Sénégal, un des favoris de l’Afrobasket 2017 co-organisé avec la Tunisie, a sombré en demi-finale face au Nigéria avant de se reprendre en match de classement face au Maroc et terminer à la 3e place. Il s’agit de la 6e médaille de bronze obtenue par le Sénégal qui est monté 16 fois sur un podium à l’issue d’un championnat d’Afrique. "Nous avions une belle équipe, mais en sport, l’équipe la plus probante sur le papier n’est pas forcément celle qui est sacrée", a dit le joueur des Timberwolves de Minnesota (Nba) avant d’appeler à l’union pour la prochaine édition. « Il nous faut tirer les erreurs de ce parcours et ne plus les refaire la prochaine fois.

Une analyse froide doit être faite parce que, quoi qu’on dise, il y avait de la place pour faire plaisir à notre peuple et aller au bout du rêve », a dit Gorgui Sy Dieng, élu dans le top 5 de l’Afrobasket comme meilleur pivot. Appréciant cette distinction, le joueur n’a pas voulu s’y appesantir, considérant que « c’est une distinction individuelle alors que moi j’étais venu à Tunis pour la distinction collective, c’est-à-dire la coupe ». Les Lions ont quitté Tunis dimanche en direction de Dakar. Seul Cheikh Mbodj n’a pas pris part au voyage retour pour des questions d’ordre administratif en liaison avec sa carrière en club.

(APS)

 

Les Slovènes l’ont fait. En battant la Serbie, hier soir, en finale de l’Eurobasket 2017 (93 – 85), ils ont mis le continent à leurs pieds. Ils ont remporté l’Euro. C’est historique, parce que ce petit pays de 2 millions d’habitants issu de l’ex-Yougoslavie n’avait encore jamais fait mieux qu’une quatrième place (à l’Euro 2009) lors d’une compétition depuis ses débuts en 1992. C’est dingue, parce que rares sont les culottés à avoir osé parier sur leur victoire avant le début du tournoi.

Slovénie-Servie, en voilà même une affiche inattendue avec pour enjeu une médaille d’Or européenne.
Si les Serbes, finalistes malheureux de la Coupe du Monde 2014 et des Jeux Olympiques 2016 (battus par les Etats-Unis à chaque fois), faisaient figure de favoris, ils étaient néanmoins privés de plusieurs cadres (Milos Teodosic, Nikola Jokic, Miroslav Raduljica). Les Slovènes ?

De valeureux outsiders. Une grosse cote, mais la sélection n’avait donc jamais décroché de breloque avant.

Organiser pour gagner, c’est l’ambition de tout pays organisateur d’une compétition. La Tunisie a réussi ce défi samedi en dominant chez elle, le Nigeria en finale de la 29e édition de l’Afrobasket.

Apparemment lessivés après la demi-finale péniblement remportée aux dépens du Sénégal, la veille, les D-Tigers n’ont pu tenir face aux Tunisiens, maîtres à domicile. La différence de 12 points au tableau d’affichage (77 – 65), à l’arrivée, illustre la domination des nouveaux champions d’Afrique. Ainsi, comme les Angolais (1989, 1999, 2007) à Luanda, les Sénégalais (1972, 1978, 1997) à Dakar, la Côte d’Ivoire en 1998 à Abidjan, l’Egypte (1975 et 1983) à Alexandrie et la Centrafrique, en 1974 à Bangui, la Tunisie a été aussi réaliste, à domicile. Les Tunisiens succèdent ainsi leurs victimes au palmarès. Ils ajoutent du coup, un deuxième sacre à leur palmarès six ans après leur premier titre conquis en 2011 à Madagascar. Les Lions, privés d’une 6e couronne par le Nigeria, se contentent d’une médaille de bronze. Les Sénégalais qui ont dominé les Marocains (73 – 62) dans la finale de la consolation, occupent la 3e place du podium.

Organiser pour gagner, c’est l’ambition de tout pays organisateur d’une compétition. La Tunisie a réussi ce défi samedi en dominant chez elle, le Nigeria en finale de la 29e édition de l’Afrobasket.
Apparemment lessivés après la demi-finale péniblement remportée aux dépens du Sénégal, la veille, les D-Tigers n’ont pu tenir face aux Tunisiens, maîtres à domicile. La différence de 12 points au tableau d’affichage (77 – 65), à l’arrivée, illustre la domination des nouveaux champions d’Afrique. Ainsi, comme les Angolais (1989, 1999, 2007) à Luanda, les Sénégalais (1972, 1978, 1997) à Dakar, la Côte d’Ivoire en 1998 à Abidjan, l’Egypte (1975 et 1983) à Alexandrie et la Centrafrique, en 1974 à Bangui, la Tunisie a été aussi réaliste, à domicile. Les Tunisiens succèdent ainsi leurs victimes au palmarès. Ils ajoutent du coup, un deuxième sacre à leur palmarès six ans après leur premier titre conquis en 2011 à Madagascar. Les Lions, privés d’une 6e couronne par le Nigeria, se contentent d’une médaille de bronze. Les Sénégalais qui ont dominé les Marocains (73 – 62) dans la finale de la consolation, occupent la 3e place du podium.

A. SAMBOU

La Serbie affrontera la Slovénie, dimanche, dans la première finale entre républiques ex-yougoslaves à l'Euro de basket grâce à sa victoire sur la Russie, 87 à 79, hier à Istanbul.

L'exploit n'est pas mince car, parmi toutes les équipes privées d’éléments-clefs, elle était la plus sévèrement touchée. Milos Teodosic, Nikola Jokic, Miroslav Raduljica et Nikola Kalinic, quatre des cinq joueurs du cinq majeur vice-champion olympique manquent à l'appel en Turquie. Mais après un passage à vide au début des années 2000, cette grande école a retrouvé une belle génération. C'est la troisième fois sur les quatre dernières grandes compétitions qu'elle atteint la finale après le Mondial-2014 et les JO-2016. Seuls les intouchables Américains les avaient arrêtés.

A l'Euro, la Serbie jouera sa première finale depuis 2009 (elle avait perdu contre l'Espagne). Elle a remporté trois fois le titre depuis l'éclatement de la Yougoslavie en 1995, 1997 et 2001 (en jouant quand même sous son ancien nom à chaque fois). 

Le leader de l'équipe engagée à Istanbul est le meneur-arrière Bogdan Bogdanovic, champion d'Europe des clubs en mai avec Fenerbahçe (dans le même Sinan Erdem Dome où a lieu l'Euro) et qu'on verra en Nba dès la saison prochaine avec les Sacramento Kings. En demi-finale comme depuis le début du tournoi, ce joueur de 25 ans, aussi fort au tir que dans l'attaque du panier, a assumé ses responsabilités (24 points). C'est lui qui a marqué les deux paniers consécutifs qui ont douché les derniers espoirs russes dans les deux dernières minutes.

Il fallait bien cela pour contrebalancer les 33 points d'Alexei Shved. Le meneur russe, un peu isolé quand même, n'a jamais marqué moins de 20 points dans ses huit matchs à l'Euro.Mais c'est surtout à l'intérieur que les joueurs entraînés par le légendaire Sacha Djordjevic ont dominé de la tête et des épaules: 42 points marqués dans la "peinture" contre 22, dont 18 par l'immense Boban Marjanovic (2,22 m). La Serbie, qui avait perdu contre les Russes en première phase, a fait la course en tête tout le match, mais son avance de 16 points dans le deuxième quart-temps a fondu et le final n'a pas manqué de suspense, les Russes revenant même à deux points à quatre minutes de la sirène. Difficile de dégager un favori pour la finale. Les Serbes montent en puissance, mais les Slovènes, qui n'avaient jamais atteint ce niveau, font forte impression depuis le début avec leur trio Goran Dragic, Luka Doncic et Anthony Randolph. Ils ont surclassé le tenant du titre, l'Espagne, en demi-finale.

AFP

Comme prévu, le choc Sénégal-Angola a tenu toutes ses promesses hier en quarts de finale. Les deux nations les plus titrées du basket africain ont tenu en haleine le public du stadium de Radès. Et c’est au forceps que les Lions ont arraché le ticket des demi-finales dans le dernier quart temps. Menés à la pause de trois points (34 – 37), les Lions ont puisé dans leurs dernières réserves d’énergie pour renverser la tendance dans le dernier quart temps, et s’imposer de 9 points à l’arrivée (66 – 57). En demi-finale, les Sénégalais défient ce soir (19h30) le Nigeria, champion en titre, qui n’a pas été inquiété par le Cameroun (106 – 91). Auparavant, la Tunisie, pays hôte de l’édition, sera défiée à domicile par le Maroc (17h). Un choc du Nord qui sent la poudre. Les Marocains ont bavé avant de s’imposer (66 -62) devant les Egyptiens, alors que la Tunisie n’a pas connu trop de soucis pour dompter les Congolais (81 – 60), révélation du tournoi.  

A. SAMBOU

Le programme des ½ finale  
17 h : Maroc – Tunisie
19 h 30 : Nigeria – Sénégal

Le choc Sénégal-Angola sera la principale attraction des quarts de finale, aujourd’hui à Tunis.  C'est une affiche qui est très attendue. Ces deux pays sont les plus titrés de la compétition.
Alors que les Lions sont à la quête d’une 6e couronne vingt après leur dernier sacre, les Palancas negras cherchent à renforcer leur domination du basket africain. Les Angolais détiennent le record avec 11 sacres, mais au regard de sa prestation en phase de poule, l’Angola n’est pas un foudre de guerre. Mais l’histoire renseigne que l’Angola a souvent démarré les joutes en douceur.

Les Lions qui ont laissé une très forte impression lors de la phase de poule à Dakar, en alliant efficacité et spectacle, ont un défi à relever. Une finale avant la lettre à suivre en début de soirée.
Auparavant, le Maroc et l’Egypte ouvrent les débats à midi, pour ensuite céder le terraflex au Cameroun qui défie le Nigeria, champion en titre. La Tunisie tentera de confirmer devant son public en recevant la Rd Congo, révélation du tournoi.   

A Sambou

Programme
12 h : Maroc – Egypte
14 h 30 : Nigeria – Cameroun
17 h : Tunisie – Rd Congo
19 h 30 : Sénégal – Angola 

La page du championnat tournée, celle de la coupe est désormais ouverte. Plus de calcul dans cette seconde phase qui sera ouverte après demain, jeudi en Tunisie. A l’affiche des quarts de finale, certaines affiches sentent le soufre. Et c’est particulièrement le cas du choc qui oppose le Sénégal à l’Angola. Deux pays qui ont dominé cette compétition depuis 1962, avec 16 titres remportés dont 11 pour les Angolais et 5 pour les Sénégalais. Un duel sous haute tension comme celui qui oppose le Maroc à l’Egypte. Ces deux ont aussi inscrit leur nom au palmarès de la compétition, même si leurs performances remontent longtemps dans l’histoire du basket. En effet, le deuxième et dernier sacre des Egyptiens remonte à …34 ans, alors que l’unique titre des Maroc date de 1965, soit 42 ans. Ce n’est pas le cas de la Tunisie dont l’unique sacre remonte à 2011 et qui croise, à domicile, une équipe de la Rd Congo, la révélation de cette 29e édition. Dès sa première participation, les Congolais ont accédé la phase de quarts de finale, au nez et à la barbe de certains pays réguliers à ce rendez-vous continental. Duel a priori déséquilibré, mais … le Nigeria, champion en titre, ne devrait pas être inquiété par une équipe du Cameroun, un des pays au palmarès vierge. Avec leurs voisins de la République démocratique du Congo, les Camerounais sont les deux nations encore en course, qui ne figurent pas dans le palmarès continental de l’Afrobasket messieurs. Des outsiders qui auront donc l’ambition de faire mieux après avoir déjoué les pronostics. A ce stade de la compétition, ils n’ont plus de pression.  

Maroc – Egypte (14h) : Le duel du Nord
Leader à la surprise générale, de la poule B au nez et à la barbe de l’Angola, le Maroc est manifestement l’une des sélections qui a laissé une forte impression lors de la phase d’écrémage. Les Lions de l’Atlas qui ont réussi le sans-faute avec trois succès en autant de matches, ont même marché sur le corps des Palanca negras angolais (60 -57) lors de la 2e journée. Champions d’Afrique pour la première et dernière fois en 1965 en Tunisie, les Marocains semblent bien préparés pour ajouter une deuxième couronne à leur palmarès 42 ans après. Mais en face, ils auront un adversaire qui a aussi la ferme ambition de renouer avec le titre 34 ans après son second et dernier sacre qui date de 1983 à domicile (Alexandrie). Et c’est aussi dans la même ville, qu’ils ont conquis leur premier titre en 1975. Deuxième de la poule D, derrière le Sénégal indomptable à domicile, les Pharaons ont cependant présenté une bonne copie dans l’ensemble. Autant donc s’attendre à un duel sous haute tension.
 
Nigeria – Cameroun (16h30) : Le derby de l’Afrique centrale
Champion sortant, le Nigeria était naturellement très attendu dans cette édition. Mais, malgré une première place à l’arrivée dans la poule A, les Nigérians ont déçu. A moins qu’ils se soient ménagés pour la seconde phase. Après deux succès aux forceps contre le Mali et la Côte d’Ivoire, ils ont cédé lors de la 3e journée face à la Rd Congo (77 – 83). Un avertissement pour le champion en titre qui devra donc convaincre face à une ambitieuse sélection camerounaise. A la quête de leur premier titre continental, les Lions indomptables ont leur carte à jouer face au champion d’Afrique qui tarde à convaincre. Certes le Rwanda et la Guinée, leurs autres adversaires dans le groupe A ne sont pas des foudres de guerre, mais les Lions indomptables ont les armes pour franchir le cap nigérian. Dans tous les cas, c’est un derby qui s’annonce indécis.
 
Tunisie – Rd Congo (19h) : Attention danger !  
Après avoir dompté le champion en titre, les Congolais ne doivent plus se faire de complexe dans cette compétition. Même s’ils ne sont pas régulier cet Afrobasket, les hommes de Kinshasa ne se sont pas laissés intimidés. Ils sont à leur troisième participation après celles de 1995 à Alger et 2007 en Angola, les ex Zaïrois semblent bien retenir les causes de leur échec passées. Les Tunisiens peuvent donc s’attendre à tout. Sacré en 2011 à Antananarivo (Madagascar) pour la première et dernière fois, les Tunisiens rêvent d’ajouter une seconde couronne à domicile cette année. Maîtres chez eux, à l’image du Sénégal, les Tunisiens ont réussi le plein de points lors de la phase d’écrémage. Avec le soutien d’un public qui entendrait joueur sa partition pour pousser l’équipe au sacre, la sélection tunisienne part, certes favorite, mais attention à l’excès de confiance. Les Congolais n’ont rien à perdre dans ce duel.
 
Sénégal – Angola (21 h) : La finale avant la lettre  
Quand les deux pays les plus titrés se croisent, c’est le sommet. Avec ses 11 sacres dont six consécutifs, les Angolais ont pendant longtemps dominé la compétition. Mais, au regard de sa prestation lors de la phase de poule, cette équipe n’est plus cet ogre qui dominait le basket continental. A moins qu’ils se soient ménagés pour le prochain, décisif.

Mais, en face ils auront une sélection du Sénégal sur un nuage. Enquête de leur 6e titre continental depuis 1997, soit vingt ans, les Lions sont décidés à mettre un terme à cette disette. Et au regard de la démonstration des Lions, lors de la phase de poules. Un choc qui a déjà sa publicité. Le vainqueur prendrait une sérieuse option pour le titre. Une finale avant la lettre qui promet. Spectacle garantie !

Ansoumana SAMBOU

Les champions en titre se sont qualifiés en quarts de finale malgré une défaite concédée face à la Rd Congo lors de la dernière journée des phases de poule. Les Léopards ont terminé premiers dans la poule A. En revanche, le Mali devra nourrir des regrets ; tandis que les Eléphants, avec trois défaites, quittent la compétition par la petite porte.
 
Il n’y a pas eu finalement de grandes surprises à Tunis où les poules A et C se disputaient depuis le 8 septembre dernier les quatre tickets en jeu pour les quarts de finale de l’Afrobasket. Dans l’ensemble, la hiérarchie a été respectée. Chahutés lors de son premier match par la Côte d’Ivoire qui les ont contraints à une victoire sur le fil (78-77), les D-Tigers du Nigeria, en champion en titre, ont finalement échappé à une élimination prématurée qui aurait été lourde de conséquences. Mais qu’il a eu chaud, le champion sortant ! Battu par la Rd Congo lors de la dernière journée de la phase de poules, les Nigérians ont dû attendre le résultat de la rencontre entre le Mali et la Côte d’Ivoire pour être sûrs d’être qualifiés pour l’étape des quarts de finale. En fait, avec deux victoires et une défaite, l’équipe du Nigeria n’avait plus son destin en mains.

Fort heureusement pour eux, les Aigles du Mali qui avaient l’occasion de leur ravir la seconde place, la Rd Congo étant assurée de terminer première dans cette poule A, n’ont pu réussir le miracle espéré. Les Maliens ont pourtant largement dominé leurs voisins ivoiriens avec un score de 92 à 63, soit 29 points d’écarts. Mais ce n’est pas suffisant pour espérer occuper la deuxième place derrière qualificative pour les quarts de finale. Pour l’équipe malienne, le pari était non seulement d’obtenir une seconde victoire après celle acquise contre la Rdc lors du premier match, mais surtout de se retrouver avec un écart de points plus favorable que celui du Nigeria. Et c’est à ce niveau que les Aigles ont pêché. Ils quittent ainsi la compétition avec des pointes de regrets. Au grand bonheur du tenant du titre qui l’a échappé de justesse. Ike Diogu et sa bande terminent deuxième de la poule A derrière la Rd Congo, premiers et devant le Mali, 3e. Avec trois défaites en autant de sorties, les Eléphants de Côte d’Ivoire quittent le tournoi par la petite porte, malgré un premier match héroïque face au Nigeria.

Dans la poule C, le pays hôte, la Tunisie, s’est adjugée la première place avec trois victoires en autant de sorties. Les Aigles de Carthage rencontreront en quarts de finale, le Nigeéria, deuxième de la poule A. Une finale avant la lettre entre ces deux favoris du tournoi classés respectivement troisième et premier à l’occasion de l’Afrobasket 2015. L’autre ticket qualificatif des quarts dans cette poule C est tombé dans l’escarcelle des Lions indomptables qui ont réussi à inverser la tendance en leur faveur après une défaite d’entrée contre la Tunisie. Le Cameroun a, en effet, remporté ses deux derniers matchs qui l’ont opposé au Rwanda et la Guinée.

Diégane SARR

« Avant tout, je remercie les gens qui ont fait le maximum pour organiser le tournoi à Dakar. Je sais que ce n’est pas évident de gérer un événement de ce genre. Seulement, on espère que la prochaine fois, l’Afrobasket aura lieu au Sénégal. Je remercie le public sénégalais. Il nous a soutenu jusqu’au. Je félicite également mes joueurs, qui se sont donnés à fond. Une étape vient de se terminer et il y a un autre défi totalement différent qui nous attend. L’équipe doit être forte et mature, courageuse et intelligente sinon on ne gagnera rien. Maintenant, chaque match est décisif. On ne peut plus s’appuyer sur l’aide du public pour avancer. On a une obligation de gagner et démontrer à tout le monde qu’on peut le faire. Les joueurs se sont fait du plaisir en jouant ce dernier match dans notre groupe. Concernant Maurice Ndour (blessé samedi contre l’Egypte Ndlr), nous avons un très bon staff médical et cela fait 24 heures qu’ils travaillent ensemble. On a de l’espoir. D’ailleurs, Maurice, même s’il est boiteux, va vouloir jouer pour défendre son pays.

Clévin Hannah, meneur des Lions : « Il faut rester dans cette lancée »
« Nous avons fait un très bon match. Nous avons joué jusqu’au bout en équipe. Nous savons que ça va être très difficile une fois en Tunisie, mais l’optique est de rester concentrer en jouant le plus dur possible en défense. Il faut rester dans cette même lancée et continuer à être soudé. Cela m’a pris du temps pour m’habituer au style de basket africain, mais mes coéquipiers et l’entraîneur m’aident et me mettent à l’aise dans le jeu. Je me sens bien dans l’équipe. C’est incroyable ce que le public sénégalais sait faire. Je n’ai jamais assisté à ce genre d’ambiance, les gens sont passionnés et poussent les joueurs à donner le meilleur d’eux. J’ai adoré l’ambiance ».
 
Recueillis par Absa NDONG

C’est désormais la dernière ligne droite vers le titre. Après la phase de poule bouclée hier à  Dakar et Tunis, les 8 meilleures équipes se retrouvent en Tunisie pour la dernière phase de la compétition. Si la Tunisie et le Sénégal, les deux pays coorganisateurs de la première phase n’ont pas connu des difficultés à domicile pour franchir la phase de poule, certains favoris ont souffert le martyre pour accéder en quarts de finale.
C’est particulièrement le cas du Nigeria, le champion sortant, qui a frôlé l’élimination. L’Angola, pays le plus titré d’Afrique, a aussi échappé de justesse à l’élimination. A l’instar du Sénégal et de la Tunisie, le Maroc a aussi laissé une forte impression lors de la première phase. Les Marocains ont réussi le sans-faute comme les Sénégalais et les Tunisiens.

Le Sénégal maître à domicile
Le Mozambique n’aura tenu qu’une dizaine de minutes, hier au stadium Marius Ndiaye, face à une équipe du Sénégal plus que jamais conquérante (80-49). Les Lions ont ainsi remporté un troisième succès consécutif, se qualifiant ainsi pour les quarts de finale prévus vendredi prochain. Réussissant ainsi un sans-faute, avec la manière.

  L’équipe nationale du Sénégal continue de régaler à cet Afrobasket masculin 2017. Les Lions ont remporté une troisième victoire d’affilée hier face au Mozambique, à l’occasion de la dernière journée des phases de poule de cette compétition continentale. Vendredi et samedi, Gorgui Dieng et ses coéquipiers avaient déjà écrasé sans pitié les Sud-Africains et les Egyptiens. Privés de Maurice Ndour, laissé au repos après une petite blessure lors de la rencontre contre l’Egypte, les protégés de Porfirio Fisac De Diego ont mis 10 minutes à dérouler leur jeu face à des Mozambicains qui ont vite accepté leur rôle de figurants.

Encore dans le coup à l’issue du premier quart temps (19-12), ils ont lâché prise dans les quarts temps suivants (38-18 à la pause, 50-35 après trois quarts). Gorgui Dieng (14 points, 6 rebonds) s’est mis en évidence pour ses coéquipiers, malgré un temps de jeu limité. Djibril Thiam (14 points, 3 rebonds), Antoine Mendy (10 points) et Mouhamed Faye (10 points, 5 rebonds) se sont également défoulés lors du quatrième quart temps, permettant du coup à l’équipe du Sénégal de remporter largement le match (80-49).

Les Lions déjà qualifiés pour les quarts de finale de l’Afrobasket depuis samedi contre l’Egypte, devraient rallier la Tunisie hier soir, d’après l’entraîneur espagnol, Porfirio.
A noter que les quarts de finale vont se jouer jeudi prochain, 14 septembre à Tunis. Conscient du volume du travail qui reste, Hamady Ndiaye soutient que l’équipe va faire son maximum pour rentrer avec le trophée à Dakar. « Les choses sérieuses commencent maintenant. On va se concentrer pour cette nouvelle étape qui va venir.  Elle risque d’être beaucoup plus intense mais une fois en Tunisie, on va faire notre travail le mieux possible en équipe », promet le pivot des Lions. Le Sénégal affrontera l’Angola en quarts de finale. Les Palancas Negras, tombeurs de la Centrafrique, ont obtenu la deuxième place de la poule B, derrière le Maroc.

Maurice Ndour blessé, mais rassurant  
Blessé en début du deuxième quart lors du match contre l’Egypte, Maurice Ndour, l’ailier de l’équipe du Sénégal souffre d’une entorse à la cheville.
La participation du joueur pour le reste de la compétition dépend de ce fait de l’avis des médecins. « Il est très tôt de parler de la gravité de la blessure de Maurice Ndour. Avec une telle blessure, il faut attendre au moins 24 heures pour en savoir plus », a d’ailleurs fait savoir l’entraîneur Porfirio.

De son côté, Maurice Ndour rassure et soutient qu’il va beaucoup mieux. « Je ne sens presque plus rien de la douleur. Comme vous le voyez, je marche très bien. J’espère que je vais pouvoir continuer la compétition à Tunisie ».

Très engagé, Maurice est venu en équipe nationale pour apporter, dit-il, son expérience et aider ses coéquipiers dans le jeu. « Je suis là pour faciliter et soutenir l’équipe en défense comme en attaque. Nous avons comme objectif de remporter le trophée et je suis dans cette optique-là. Je suis un gagneur et j’aime relever les défis ».
 

Absa NDONG

 

 

Le Sénégal a remporté, ce dimanche, son troisième succès, en battant, 80-49, le Mozambique, en match comptant pour la troisième journée de la phase de poules de l’Afrobasket masculin.

A la mi-temps, l’écart était de 20 points (38-18) en faveur du Sénégal.

Les Lions ont survolé la poule D, en enregistrant trois victoires en autant de sorties. Ils terminent à la première place devant l’Egypte.

En quart de finale, les Lions vont rencontrer l’Angola ou la Centrafique.

L’Egypte, deuxième de la poule D, sera opposée au Maroc qui a enregistré sa troisième victoire en autant de sorties, en battant, 79-70, l’Ouganda.

Les matchs de la poule B (Centrafrique, Maroc, Angola et Ouganda) se jouent également à Dakar.

Les matchs des poules A et C se jouent à Tunis, la capitale de la Tunisie, où se tiendront les quarts de finale, les demi-finales et la finale de la compétition.

Source : APS

Le Sénégal s’est qualifié en quart de finale de l’Afrobasket, grâce son deuxième succès, 87-52, samedi, devant l’Egypte, en match comptant pour la deuxième journée de la phase de poules de l’Afrobasket masculin (8-16 septembre 2017).

A la mi-temps, les Lions menaient 47 à 20.

Vendredi, les Lions avaient surclassé l’équipe d’Afrique du Sud par 83 points à 44. Le même jour, l’Egypte avait battu le Mozambique qui a enregistré sa première victoire en battant (67-61)      l’Afrique du Sud, samedi.

Les 4 équipes partagent la poule D de l’Afrobasket co-organisé par le Sénégal et la Tunisie.

Les matchs de la poule B (Centrafrique, Maroc, Angola et Ouganda) se jouent également à Dakar.

Les matchs des poules A et C se jouent à Tunis, la capitale de la Tunisie, où se tiendront les quarts de finale, les demi-finales et la finale de la compétition.

Source : APS

L’équipe de la Centrafrique a battu, 57-54, celle de l’Ouganda, samedi, en match comptant pour la deuxième journée de la phase des poules de l’Afrobasket masculin.

Les Centrafricains enregistrent leur première victoire du tournoi, tandis que l’Ouganda essuie sa deuxième défaite. Les deux équipes sont dans la poule B avec le Maroc et l’Angola.

En lever de rideau dans la poule D, le Mozambique a enregistré sa première victoire en battant, 67-61, l’Afrique du Sud.

Vendredi, les Mozambicains ont été battus par les Egyptiens.

De son côté, l’Afrique du Sud s’est inclinée devant le Sénégal.

Source : APS

L’équipe du Mozambique a enregistré sa première victoire en battant (67-61) l’Afrique du Sud, samedi, en match comptant pour la deuxième journée de la phase des poules de l’Afrobasket masculin (8-16 septembre 2017).

Vendredi, les Mozambicains ont été battus par les Egyptiens.

De son côté, l’Afrique du Sud s’est inclinée devant le Sénégal.

Les quatre équipes sont logées dans la poule D de l’Afrobasket co-organisé par le Sénégal et la Tunisie.

Les matchs de la poule B (Centrafrique, Maroc, Angola et Ouganda) se jouent également à Dakar.

Les matchs des poules A et C se jouent à Tunis, la capitale de la Tunisie, où se tiendront les quarts de finale, les demi-finales et la finale de la compétition.

Source : APS

Logé dans la poule D aux côtés de l’Egypte, de l’Afrique du Sud et du Mozambique, le Sénégal vise la reconquête du titre continental qui le fuit depuis 20 longues années. Premier test dès cet après-midi au stadium Maruis Ndiaye avec son baptême du feu contre l’Afrique du Sud.

On connaît depuis hier, la liste des 12 joueurs devant représenter le Sénégal au 29e Afrobasket masculin qui démarre simultanément aujourd’hui à Dakar et à Tunis.  De cette liste rendue publique par le sélectionneur espagnol des Lions du basket Porforio Fisac de Diego, on retrouve l’inévitable Malèye Ndoye, le capitaine de l’équipe, mais aussi des habitués comme Thierno Ibrahima Niang, Antoine Mendy, Mouhamed Faye, Djibril Thiam, Gorgui Dieng, Cheikh Tidiane Mbodj et Hammady Ndiaye.
Nouvelle recrue de taille, Clevin Hannah, le meneur de jeu d’origine américaine, figure comme on s’y attendait sur cette liste qui enregistre par ailleurs l’arrivée de trois autres joueurs à savoir Youssou Ndoye, Louis Adams et Maurice Ndour. Il faut souligner que Sangoné Niang n’a pas été retenu par le coach italien de même Xan D’Almeida blessé.

Le Sénégal est logé dans la poule D de l’Afrobasket 2017, aux côtés de l’Egypte, de l’Afrique du Sud et du Mozambique. Malèye Ndoye et sa bande comptent détrôner les Super Eagles du Nigéria et reconquérir le titre continental que le Sénégal n’a plus gagné depuis 20 ans. En attendant, ils devront réussir leur entrée en matière cet après-midi face aux Sud-Africains. En prélude à cette rencontre, la Centrafrique et le Maroc solderont leurs comptes dans la poule B ; tandis que l’autre match de la poule D mettra aux prises le Mozambique et l’Egypte. La dernière rencontre de la soirée opposera l’autre poids lourd l’Angola à l’Ouganda.

A Tunis, les poules A et C vont également entrer en lice aujourd’hui.  Et c’est la RD Congo et le Mali qui vont ouvrir les hostilités en première heure. Ensuite, la Guinée fera face au Rwanda en deuxième heure. Le pays hôte la Tunisie entre en scène dans la soirée et sera aux prises avec le Cameroun. Tenant du titre, le Nigéria va clôturer cette première journée face aux Eléphants de la Côte d’Ivoire pour une rencontre aux allures de derby régional.
 Diégane SARR

Officina apporte son soutien à la Fédération
La société Officina a signé, hier, un partenariat avec la Fédération sénégalaise de basketball en vue de l’Afrobasket. Une convention par laquelle la structure vient en appoint à la Fédération avec la fourniture d’équipements électroniques à ses membres. Un geste magnifié par le président de la Fsbb mais également le capitaine d’équipe. Distributeur officiel de la marque Vestel, premier constructeur de téléviseurs et d’appareils électroménagers en Europe, la société Officina apporte son soutien au basket sénégalais qui accueille, à partir d’aujourd’hui, une partie du championnat d’Afrique, l’Afrobasket 2017. Avec la signature, ce jeudi, d’un partenariat avec la Fédération sénégalaise de basketball. Pour Alassane Mbengue, manager général de la structure, il était important pour sa boite de « s’impliquer dans ce grand événement pour accompagner les Lions et les pousser à remporter l’Afrobasket. Un sacre que nous attendons depuis 20 ans maintenant ». Me Babacar Ndiaye, président de la Fédération sénégalaise de basketball s’est félicité du soutien du nouveau partenaire qui vient apporter sa pierre à l’édifice. « Je me réjouis de voir une entreprise qui vient vers la Fédération sans avoir été démarchée pour soutenir le basket », a dit le patron du basket national. Qui renseigne qu’à travers cette convention, Officina a décidé d’équiper totalement l’équipe en matériel électronique mais aussi, a offert une machine à laver sans oublier une enveloppe financière qu’elle a donnée : « Ce qui va nous alléger certaines tâches ». L’appui vient au moment où le basket a besoin de soutien car en plus de l’équipe nationale, d’autres missions attendent la Fédération qui doit œuvrer pour la formation des jeunes.

« Le basket, c’est le renouvellement de générations. Et nous avons besoin de moyens pour les encadrer », a souligné Me Babacar Ndiaye. Avec le déficit de ressources, cet appui est donc le bienvenu au niveau de l’instance dont le président a tenu à apprécier le geste. Même attitude du capitaine de l’équipe, Malèye Ndoye qui a souligné l’importance pour les partenaires de contribuer, aux côtés de la Fédération, à la prise en charge de l’équipe mais également au développement du basketball à la base. « Tout ce qui vient en aide à l’équipe nationale, on est preneur », a-t-il dit.
Ajoutant qu’en appuyant la Fédération, Officina ne le fait pas seulement pour l’équipe nationale, « mais également pour les futures générations ».

Ousseynou POUYE

A + annonce la diffusion en direct des matches
de la poule du Sénégal

A + Sport, une chaine du Groupe Canal +, a annoncé la diffusion de l’Afrobasket masculin qui démarre aujourd’hui à Dakar et à Tunis. Selon le communiqué qui nous est parvenu, les abonnés pourront suivre l’intégralité et en direct des matches de poule du Sénégal et des phases finales.  Du coup, pour ne rien manquer à cet évènement, Canal + appelle les férus de la balle orange à s’abonner aux Bouquets Canal + avec une offre promotionnelle exceptionnelle valable jusqu’au 16 septembre. Le Groupe Canal + rappelle avoir déjà diffusé les Jeux de la Francophonie qui se sont déroulés du 21 au 30 juillet à Abidjan.

D. SARR

Un Afrobasket d’incertitudes dans et en dehors des parquets. La grande rencontre biannuelle de l’Afrique du basket a connu plusieurs incertitudes.
D’abord prévu au Congo Brazzaville, du 19 au 30 août 2017, elle a été délocalisée dans un premier temps en Angola. Le Congo, pour des raisons financières, s’était désisté, obligeant la Fiba Afrique, l’instance dirigeante du basket africain, à se rabattre sur l’Angola, qui lui aussi n’a pas donné suite à cette demande. C’est finalement une solution de co-organisation qui a sauvé cette compétition. La Tunisie qui avait accueilli la compétition, lors de la dernière édition, va recevoir une partie des phases de poule et la phase finale. Le Sénégal, aussi de son côté, va organiser une partie des phases de poule.
Une tournure qui aura certainement des répercussions sur le parquet avec beaucoup d’absences de joueurs majeurs. Sur le jeu, cet Afrobasket va se jouer entre l’élite du basket africain, avec une demi-dizaine d’équipes habituées au tableau final de la compétition depuis quelques compétitions. Mais, avec les péripéties que l’organisation de cette 29ème édition a connues, les cartes pourraient être redistribuées avec même des surprises.
Longtemps dominatrice du basket africain, l’Angola a vu sa suprématie être remise en question lors du dernier tournoi, par le Nigeria. Ce qui fait qu’aucune des équipes n’est actuellement au-dessus de la raquette en Afrique.


Une présentation de Oumar NDIAYE


LES FAVORIS

LE NIGERIA
Le  champion sortant toujours attendu 

Dans chaque compétition sportive dite « open », le champion sortant est toujours attendu. Mais, entre sa victoire précédente et l’édition à venir, beaucoup de choses peuvent se passer. En bien ou en mal. Pour le Nigeria, beaucoup de choses se sont passées entre l’Afrobasket 2015 en Tunisie et celui-ci. L’équipe a été complétement remaniée et il ne reste qu’un seul joueur du Team 2015, championne d’Afrique, le capitaine Ike Diogu. Mais ce pays peut compter sur son énorme potentiel démographique qui rejaillit même sur sa population sportive. Le Nigeria a l’un des plus grands nombres d’athlètes en Afrique et sur toutes les disciplines sportives. Dans le basket aussi, ce potentiel se voit à chaque grand tournoi sportif avec surtout beaucoup de binationaux ayant fait les universités américaines. C’est avec ces binationales ayant grandi aux Etats-Unis que le Nigeria a réussi à gagner, dernièrement devant le Sénégal, l’Afrobasket féminin. Trôner sur le sommet du basket africain, en garçons comme en filles, ne serait pas alors une surprise pour le Nigeria.
 
ANGOLA
Le monarque déchu
A chaque fois que l’Angola a perdu le titre de champion d’Afrique, il est revenu plus fort lors de l’édition suivante. Telle une bête blessée, l’équipe angolaise s’est vengée en revenant plus forte. C’était le cas lors de l’Afrobasket 2013 à Abidjan. Perdante lors de l’édition 2011 devant la Tunisie, l’Angola est revenue plus forte en 2013, en survolant la compétition et reprenant son « bien ». L’Angola a régné dans le basket africain 12 ans sans discontinuité. De 1999 à 2011. S’appuyant sur une longue tradition de basket, l’Angola a bâti sa suprématie sur une grande organisation. D’abord à l’interne avec deux grands clubs phares, Primeiro Agosto et Pétro Athletico qui fournissent l’essentiel des joueurs de l’équipe nationale et qui dominent les compétitions de clubs en Afrique. Pour cette 29ème édition, tous les cadres ont presque répondu présents. Du meneur Armando Costa au vétéran Olivio Cipriano en passant par l’arrière Carlos Morais, un des meilleurs joueurs africains, ces dernières années. Malgré la présence de quelques jeunes, l’équipe angolaise risque  de faire les frais d’une vieillesse de certains de ses cadres qui en sont à plusieurs Afrobasket.  
 
TUNISIE
L’avantage de l’organisation ?
La théorie du « host to win », cette maxime anglaise qui veut dire en français organiser et gagner, pourrait bien s’appliquer à la Tunisie. Mais ce pays qui a organisé le dernier tournoi de l’Afrobasket n’a pas fait mieux qu’une place de troisième en 2015. Cette fois aussi, cela risque d’être difficile d’autant plus que la star de l’équipe tunisienne, Salah Mejri, ne sera pas de la partie. Joueur majeur de la Tunisie, depuis 2011, Salah Mejri est le premier Tunisien à intégrer la Nba, le championnat de basket américain. Ancien du Real Madrid, où il a gagné le titre de révélation de l’Acb Liga, le championnat espagnol de basket, Mejri était le maître à jouer de la Tunisie. Pénalisé par le changement de date de la compétition, il a été contraint de déclarer forfait avec les contingences de la Nba, dont les équipes commencent très tôt le training camp (camp d’entraînement). Avec l’absence du joueur des Dallas Mavericks, la Tunisie devra faire avec une équipe composée d’anciens et de quelques jeunes.
 
SENEGAL
L’année de la reconquête ?
20 ans que le Sénégal court derrière le trophée de champion d’Afrique de basket en garçons. Pays phare du basket africain, le Sénégal a imposé sa suprématie davantage chez les filles. Une distorsion que les dirigeants du basket sénégalais cherchent à corriger depuis des années, sans succès.
Depuis 1997 à Dakar, le Sénégal n’a pas étrenné une médaille d’or autour du cou. Alors, cet Afrobasket dont la première partie sera jouée à Dakar, un signe du destin ? Le dernier titre du Sénégal s’est joué à Dakar. Avec la meilleure équipe sur le papier, le Sénégal pourrait profiter de l’absence de joueurs majeurs dans les autres équipes pour enfin réussir sa reconquête.
L’effectif sénégalais fait peur tant il regorge de talents et de valeurs sûres. Deux joueurs de Nba, Gorgui Sy Dieng qui évolue chez le Wolves de Minnesota et Maurice Ndour qui a eu un peu de temps de jeu cette saison, avec les Knicks de New York. Des figures majeures du Pro A (championnat français de basket), Antoine Mendy et Malèye Ndoye qui sera à son sixième Afrobasket. Avec un groupe expérimenté renforcé par quelques nouveaux dont le meneur naturalisé Clavine Hannah, qui sera chargé de faire oublier Xan d’Almeida, forfait, le Sénégal tient avec cet Afrobasket une belle carte pour réussir la reconquête tant chantée.

OUTISIDERS

Cameroun, Egypte,
Rd Congo, Côte d’Ivoire
 
Pays de basket, le Cameroun avait disparu des radars depuis quelques années. Ainsi, à chaque Afrobasket, l’équipe camerounaise tentait de revenir malgré son potentiel, mais sans succès. Porté par leur joueur de Nba, Luc Mbah A Moute, qui vient de signer à la franchise des Houston Rockets, le Cameroun va faire sans lui. Comme pour le Tunisien, Salah Mejri, Luc Mbah A Moute a déclaré forfait à cause du déplacement des dates de la compétition. Ce qui est aussi arrivé à la République démocratique du Congo, qui voulait faire venir Bismarck Biyombo, pivot d’Orlando Magic. La Côte d’Ivoire aussi qui a connu une difficile préparation, viendra avec un effectif à défaut. Les Egyptiens régulièrement présents à l’Afrobasket viendront avec une équipe à base locale renforcée par quelques expatriés.

Sénégal-Egypte à 18 h 30

Le Sénégal va rencontrer l’Egypte ce samedi au stadium Marius Ndiaye, à 18 h 30. Une deuxième sortie lors de cet Afrobasket masculin 2017 qui serait très disputée. En effet, les Egyptiens ont battu, hier, le Mozambique (75-45) tandis que les Lions se sont imposés devant l’Afrique du Sud (83-44) dans le groupe D. D’après Porfirio Fisac De Diego, l’entraîneur du Sénégal, cette rencontre va être très importante pour la suite de la compétition.

« Mais nous n’aurons pas cette pression du premier match d’ouverture. Nous savons que l’Egypte est une équipe qui a commencé à travailler depuis bien longtemps. Elle pratique un très bon basket, avec des joueurs très adroits. Nous devrons donc améliorer notre défense par rapport à cette situation », a-t-il fait savoir, hier, en conférence de presse. Après une bonne entrée dans la compétition, les Lions se feront l’obligation de confirmer cet après-midi.

Absa NDONG

A Tunis où sont entrées en lice les poules A et C, le Nigeria a eu de grosses frayeurs face aux Eléphants de Côte d’Ivoire qui ont fait durer le suspense jusqu’au bout. Le champion sortant a finalement gagné la partie sur le fil avec un écart d’un seul point. Dans la poule C, le pays hôte, la Tunisie, s’est fait respecter en dominant nettement les Lions indomptables 68-51.

Champion en titre, le Nigeria a fait une entrée en matière difficile à Tunis face à une brave équipe ivoirienne qui tenait manifestement à se payer le scalp des Super Eagles. S’ils n’y sont pas parvenus, ils ont tout de même réussi à faire trembler leurs adversaires qui ont dû puiser dans leurs dernières ressources pour inverser la tendance en leur faveur. A l’arrivée, le champion d’Afrique en titre l’a emporté sur le fil avec un score très serré de 78 à 77. Une victoire à l’arrachée qui laisse croire que le capitaine Ike Diogu et ses coéquipiers ne sont pas encore au top pour ce début de l’Afrobasket masculin 2017. Reste que c’est une victoire qui a son pesant d’or, ne se serait-ce que sur le plan psychologique. Le statut de champion sortant n’est pas toujours facile à gérer avec la pression et les attentes des supporters.

Le plus important pour les Nigérians logés dans la poule A était donc de remporter ce premier match pour espérer aborder la suite de la compétition avec plus de sérénité. Chose faite avec ce succès au forceps. Battue in extremis, la Côte d’Ivoire peut encore se qualifier. Toutefois, elle devra remporter ses prochaines sorties qui l’opposeront à la Rd Congo et au voisin malien.  D’ailleurs, l’autre match de la poule A opposait ces deux Nations de basket en première heure avec une victoire là encore assez serrée des Aigles du Mali sur les Congolais 87-82.  Le Mali réussit ainsi son baptême du feu ; tout le contraire de la Rdc qui, comme la Côte d’Ivoire, n’a plus droit à l’erreur si elle veut se qualifier en quarts de finale.

La poule C était également en lice à Tunis. Pays hôte, la Tunisie s’est fait respecter en venant à bout d’une équipe camerounaise qui n’a pas démérité. Score 68-51. Les Aigles de Carthage, 3e à l’Afrobasket 2015, confirment ainsi leur statut de sérieux prétendants au sacre, en attendant la suite du tournoi. Les Lions indomptables devront se ressaisir très vite s’ils ne veulent pas rentrer prématurément à la maison. L’autre rencontre de la poule C a vu le Rwanda surprendre la Guinée Conakry avec 20 points d’écarts (75-55).  

D. SARR

RESULTATS ET PROGRAMME

Résultats de la 1ere journée
Groupe A (Tunis) : Rd Congo – Mali : 82 – 87,  Nigeria – Côte d’Ivoire : 78 - 77
Groupe B (Dakar) : Centrafrique – Maroc : 66 – 76, Angola – Ouganda : 94 - 89
Groupe C (Tunis) : Guinée – Rwanda : 55 – 75 ; Tunisie – Cameroun : 68 – 51
Groupe D (Dakar) : Sénégal – Afrique du Sud : 83 - 44 ; Mozambique – Egypte : 47 – 75
Programme du Jour
A Tunis - Groupe C : Cameroun – Guinée (12 h) ; Rwanda – Tunisie (17h)
Groupe A : Côte d’Ivoire – Rd Congo (14 h 30) ; Mali – Nigeria (19h)
A Dakar - Groupe D : Afrique du Sud – Mozambique (13 h 30) ; Egypte – Sénégal (18h30)
Groupe B : Ouganda – Centrafrique (16h) ; Maroc – Angola (21 h)    

 

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.