banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Basket (207)

L’Asc Ville de Dakar, malheureuse finaliste l’année dernière, en championnat féminin, va tenter face au Saint-Louis basket club (Slbc) de remporter son premier sacre le 15 juillet prochain. La veille, la Douane tenante du titre va essayer de conserver son trophée devant le Slbc (hommes).

Les dates des finales du championnat de basket (garçons et filles) sont désormais connues. Pour les filles, l’ultime tableau est prévu le 15 juillet au stadium Marius Ndiaye et mettra aux prises l’Asc Ville de Dakar et le Saint-Louis basket club (Slbc). Après avoir raté de peu le sacre l’année dernière au profit du Duc, les protégées de Moustapha Gaye tenteront de se rattraper cette fois. Mais leur pari ne sera pas de tout repos face à des Saint-Louisiennes déterminées à monter sur la plus haute marche du podium. Avant cette rencontre de taille, la petite finale opposera le Diaraf de Dakar aux étudiantes du Duc en première heure.

Les filles de Mborika Fall, qui ont vu le titre leur filer entre les doigts, vont essayer de se consoler avec une place de 3e au classement final. Le Duc a été sacré champion la saison dernière. C’est dire tout l’enjeu de cette affiche que voudront également remporter les « Vert Blanc » de la Médina.

Pour le championnat masculin, la finale est prévue la veille de cette confrontation entre le Slbc et la Douane à savoir le 14 juillet.

La Douane, championne en titre, tentera de conserver son titre face au Saint-Louis basket club qui n’a pas dit son dernier mot, dans la course vers le sacre. Pour la petite finale, Louga Bc et le Duc vont s’affronter, l’enjeu étant la 3e place.

S’agissant de la Coupe du Sénégal, les demi-finales retour seront disputées le 7 juillet prochain.

Elles mettront aux prises la Douane au Louga Bc et l’Asfa au Duc. La finale de la Coupe du Sénégal est prévue le 22 juillet.

D. SARR

L’arrière de Chicago Dwyane Wade a annoncé mercredi à ses dirigeants qu’il porterait à nouveau le maillot des Bulls la saison prochaine. Agé de 35 ans, Wade, arrivé l’été dernier à Chicago, disposait d’une option pour une deuxième année de contrat qu’il a décidé d’activer et qui lui garantit un salaire annuel de 23,8 millions de dollars (21,3 M Eur). «J’ai 24 millions de raisons de rester», a déclaré Wade à la chaîne de télévision Tnt.

Le triple champion Nba qui a fait toute sa carrière à Miami avant de rejoindre Chicago, a réalisé en 2016-17 l’une des saisons les moins prolifiques de sa carrière avec des moyennes de 18,3 points, 4,5 rebonds et 3,8 passes décisives par match. «18,3 points par match, 29 minutes de jeu avec 43% de réussite au tir à 35 ans: avec des +stats+ comme ça si j’avais 25 ans, on me donnerait 150 millions», a-t-il tweeté, en réponse à ses nombreux détracteurs qui lui reprochent de ne pas avoir renégocié à la baisse son contrat.

AFP

25 basketteuses évoluant pour l’essentiel dans le championnat national ont été convoquées par la Fédération sénégalaise de basket-ball pour participer à un stage de préparation en perspective des Jeux de la Francophonie prévus en Côte d’Ivoire du 21 au 30 juillet. Les Lionnes définitivement retenues auront pour mission de ravir la couronne des mains des Ivoiriennes victorieuses de la dernière édition tenue à Nice (France). Le Sénégal prépare la 8e édition des Jeux de la Francophonie. Après la présélection de 22 joueuses en prélude au prochain Afro-basket prochain, la Fédération sénégalaise de basket-ball a rendu publique une autre liste de 25 basketteuses en vue de cette compétition francophone prévue du 21 au 30 juillet prochain à Abidjan (Côte d’Ivoire). Celle-ci (la liste) est essentiellement composée de joueuses qui évoluent dans le championnat national.

Il s’agit de Maty Fall, Counta Ndao, Ndèye Fatou Ndiaye « Dalva », Ndèye Coumba Ndao, Yaye Irma Dièmé, Ndèye Fatou Ndiaye, Khady Kamara, Siga Mariama Barboza, Nassira Ba, Ndèye Awa Kébé, Aida Ndiaye, Mbaya Sembène, Mame Borso Niang Diallo, Sokhna Ndiaye, Ndèye Khadidiatou Dieng, Aminata Faye, Sokhna Bodiang, Aicha Sidibé, Marème Diop, Ndèye Siry Diagne, Adji Ndiaye, Bineta Ndoye, Lolly Ndiaye et Louise Oumou Diouf.

Les 12 Sénégalaises, qui seront définitivement sélectionnées au terme de la phase de préparation, auront pour mission de marcher sur les pas de l’équipe nationale A. Aya Traoré et ses coéquipières avaient remporté haut la main la dernière édition de l’Afro-basket organisée à Yaoundé au Cameroun en 2015. Un pari difficile face au pays hôte champion en titre des Jeux de la Francophonie en basket. En effet, les Ivoiriennes avaient fait sensation en 2015 à l’occasion des Jeux de Nice. Elles avaient disposé en finale de la Fédération de Wallonie Bruxelles.

Diégane SARR

Les demi-finales retour de la Coupe du Sénégal masculine seront disputées le 2 juillet prochain au stadium Marius Ndiaye. Ainsi en a décidé la Fédération sénégalaise de basket-ball. A Marius Ndiaye, à 16h, la Douane, tenante du titre, ira à l’assaut de Louga Bc. Les Gabelous auront pour mission de se succéder à eux-mêmes. En face, les Ndiambour Ndiambour tenteront de créer la sensation et de poursuivre leur beau parcours. En deuxième heure, l’Asfa et le Duc solderont leurs comptes.

En marge de cette Coupe du Sénégal, le Slbc et le Duc, chez les filles, s’affronteront à nouveau pour les besoins du championnat, le 23 juin prochain à Saint-Louis. Vu la rivalité entre ces deux équipes, ce match promet de chaudes empoignades. De même, chez les garçons, le Slbc et le Louga Bc solderont leurs comptes toujours à Saint-Louis le 22 juin.
La Fédération sénégalaise de basket-ball a décidé d’organiser la finale du championnat féminin le 28 juin prochain.

Le Sénégal entame la dernière ligne droite de la préparation de l’Afro basket 2017 prévu du 18 au 27 août au Mali. L’entraîneur Moustapha Gaye a présélectionné 22 joueuses parmi lesquelles une forte présence des cadres.

La Fédération sénégalaise de Basket-ball a présélectionné 22 joueuses dans le cadre de la préparation de l’Afro-basket féminin prévu du 18 au 27 août 2017 à Bamako. Cette liste reste marquée par une forte présence des cadres qui ont remporté la dernière édition tenue en 2015 à Yaoundé au Cameroun. Par ailleurs, beaucoup parmi elles évoluent à l’étranger et proviennent pour l’essentiel de l’Europe. Il s’agit de Fatou Dieng, Ndèye Fall, Oumoul Khairy Thiam, Aya Traoré, Sokhna Lycka Sy, Astou Traoré, Oumou Khairy Sarr, Mame Marie Sy, Oumou Kalsoum Touré, Aicha Sidibé, Ndèye Amy Sylla et Aida Fall. Deux autres Lionnes à savoir Maimouna Diarra et Ndèye Khadidiatou Dieng viennent des Etats-Unis. Enfin Aminata Fall qui joue en Australie complète le bataillon des Lionnes évoluant à l’étranger.

En revanche, elles sont 7 basketteuses à jouer dans le championnat local. Parmi elles, Mame Diodio Diouf, Elma Kinta Malou, Ndèye Sène, Diary Diouf, Tenning Sabelle Diatta, Dado Faye et Ramata Daou.

Les Lionnes entreront en stage dès le 2 juillet prochain. Cette première étape aura lieu à Dakar et durera deux semaines. Les protégées de Moustapha Gaye iront ensuite en France pour poursuivre la préparation à travers un camp d’entrainement et des matches amicaux. Elles reviendront ensuite à Dakar pour engager la toute dernière étape de la préparation avec l’éventualité du tournoi de Dakar du 8 au 12 aout. Au terme de cette dernière étape, l’entraineur procédera à la sélection définitive des 12 joueuses qui défendront le titre dans la capitale malienne.

D. SARR

Le meneur-vedette de Golden State, Stephen Curry, a indiqué mercredi, deux jours après le titre de champion Nba conquis par son équipe, qu’il ne se rendra pas à la Maison Blanche si le président américain Donald Trump l’y invitait. «La question m’avait été posée il y a quelques mois, c’était encore hypothétique et j’avais répondu que je n’irais pas si on ne devait gagner le titre et je ressens la même chose», a expliqué Curry.

«Je suis sûr que c’est une discussion que nous allons avoir entre nous (...)
On ne veut pas ternir ce qu’on a accompli cette saison (...) Nous allons nous comporter en étant responsable et faire ce qu’il faut, individuellement ou en groupe», a-t-il ajouté. Au lendemain du titre remporté par les Warriors lundi contre les Cleveland Cavaliers de LeBron James, plusieurs médias américains avaient indiqué que Golden State avait déjà décidé de ne pas se rendre à la Maison Blanche, en raison de l’hostilité des joueurs à l’égard de Donald Trump. La tradition veut que le président des Etats-Unis reçoive dans les semaines, voire les mois, qui suivent son sacre l’équipe qui a remporté le titre dans l’un des grands championnats professionnels nord-américains et dans les très populaires championnats universitaires (Ncaa).

AFP

Contribuer à l’épanouissement des jeunes de la ville de manière générale et au rayonnement du sport plus spécifiquement, telle semble être la volonté d’Idy Laye, conseiller municipal, qui a offert des ballons de basket et de hand aux équipes du centre Don Bosco de Tambacounda.

Ce lundi, dans l’après-midi, une forte délégation composée des amis de Mamadou Kassé le Dg des Hlm, dont le généreux Idrissa Laye, ont rallié le centre Don Bosco. Ils y procédaient à une remise de ballons aux jeunes du centre. Les joueurs de basket comme de handball ont tous été servis. « C’est une manière pour Idrissa Laye expliquent ses camarades, d’accompagner et d’aider les jeunes du centre et de participer à leur formation dans leurs disciplines préférées. Nous n’avons que la ville et ses jeunes, quoi de plus normal de les aider et les appuyer quand ils sont dans le besoin », laisse entendre Idy Laye qui avait à ses côtés ses amis venus nombreux assister à la remise des ballons. D’autres gestes peuvent être attendus du donateur car, il n’a de souci que l’épanouissement des jeunes de la ville voire de la région, car pour lui, le sport de la région en a grandement besoin.

Pape Demba SIDIBE

L’édition 2017 de la Coupe du Sénégal de basketball a été remportée, ce dimanche, par l’Asc Ville de Dakar qui a battu le Dakar Université Club (58-55) au terme d’une finale dont le dernier quart-temps a été plein de suspense. Avec cette victoire, sa première, l’équipe de la Mairie de Dakar succède au Saint-Louis Basket Club, vainqueur des six dernières éditions, et remporte surtout le premier sacre de son histoire.

C’est au bout du suspense que le titre s’est joué, dimanche, sur le parquet de Marius Ndiaye où les joueuses comme leurs supporters dans les gradins ne se sont pas fait de cadeaux. Avec 10 points à remonter au début du 4ème et dernier quart de la partie, la mission s’annonçait quasi-impossible pour les Etudiantes, au regard du déroulement de la partie. Car pendant les trois premiers quart-temps, il a surtout été question pour les filles de Mborika Fall de limiter la casse.

Après une mauvaise entame, elles ont attendu pour marquer leur premier panier avant de boucler le premier quart avec 4 points de retard (10-14). La tendance se poursuit jusqu’à la pause même si le deuxième quart s’était mieux déroulé puisque la mi-temps intervient alors que l’Asc Ville de Dakar était devant avec cinq longueurs d’avance (26-21). C’est dans le troisième quart-temps que les joueuses de la Municipalité ont mieux joué, reléguant leurs vis-à-vis à 10 points. Avec même un pic à plus 15 points (42-27) à 1’04 de la fin. Avant que les Duchesses bien amenées par la doyenne Anta Sy ne ramènent l’écart à moins 10 avant l’ultime quart-temps. Ce dernier verra les filles de Moustapha Gaye souffrir terriblement après ce qui devait s’apparenter à une remontée de la part des Etudiantes. Ces dernières, sous l’impulsion d’Anta Sy qui a sonné la révolte, ont bien secoué leurs adversaires, les poussant à la faute avec d’innombrables pertes de balles. Ce qui a eu le don de permettre aux Duchesses de refaire leur retard et de prendre l’avantage pour la première fois dans cette rencontre grâce à un tir primé de Khady Mbaye (49-47, à 3mn). Elles vont ensuite accroître leur avance avec un panier de Mame Diodio Diouf qui rate sur le coup, un lancer-franc (51-47).

Mais loin de se décourager et alors que les étudiantes donnaient de la voix sur les gradins, Moustapha Gaye abattait ses dernières cartes et s’appuyait sur ses points forts avec d’abord Ndéye Sène, élue Mvp de la partie. Son lancer franc à un peu plus d’une minute de la fin a redonné l’avantage à son équipe avant que Marème Diop ne mette le dernier panier pour son équipe ; un tir primé qui scelle définitivement le sort de la partie (55-51). Et donner ainsi à son équipe, le premier sacre de son histoire.

Pour le Duc, il faudra attendre encore pour regagner ce trophée qu’il n’a plus remporté depuis 2010. A noter qu’au titre des récompenses individuelles, Mame Diodio Diouf du Duc a été élue joueuse la plus fair-play de la partie et sa coéquipière Kankou Coulibaly a été la meilleure marqueuse avec 16 points. Ndèye Sène déjà Mvp a également été sacrée meilleure passeuse du match.

Ousseynou POUYE

Avec sa démonstration musclée dans une ambiance électrique vendredi, Cleveland a relancé la finale Nba: le prochain match, lundi à Oakland, s’annonce explosif et déterminant pour Golden State qui doit chasser le spectre de son incroyable effondrement de la finale 2016. Sept fautes techniques, des altercations en pagaille et des Cavaliers survoltés à l’image de Kyrie Irving (40 points), la tension entre le champion en titre Cleveland et le grand favori Golden State est nettement montée lors d’un match N.4 à sens unique (137-116). Et elle ne devrait pas retomber, car, pour beaucoup d’observateurs, le match N.5 pourrait changer la donne. Golden State mène toujours largement (3-1) et n’a plus besoin que d’une victoire pour être sacré, mais malheur aux Warriors s’ils devaient s’incliner lundi devant leur public... Ils se retrouveraient alors dans la même configuration qu’il y a tout juste un an: après avoir mené 3 à 1, Stephen Curry et ses coéquipiers avaient craqué et perdu les trois derniers matches, dont deux à domicile.

AFP

Après les filles, c’est autour des garçons de jouer les demi-finales de la Coupe du Sénégal masculine. Les phases-aller de cette compétition démarrent cet après-midi à Marius Ndiaye, avec le derby dakarois entre le Duc et l’Asfa. La deuxième rencontre opposera à la même heure (17h), à la Préfecture de Louga, Louga BC et la Douane, le tenant du titre. Parallèlement aux demi-finales de la Coupe du Sénégal, les filles joueront les demi-finales de la phase 2. Cet après-midi, le Jaraf en découdra avec l’Asc Ville de Dakar à 15 h à Saint-Louis ; tandis que le Duc soldera ses comptes avec Saint-Louis Basket club.

D. SARR

La coupe d’Afrique des nations de basketball féminin, Afrobasket 2017, se tiendra du 18 au 27 août prochain à Bamako. L’équipe du Sénégal, détentrice du titre remporté il y a deux ans à Yaoundé, défendra son trophée dans une poule où ses principaux adversaires seront le Nigeria et le Mozambique ; mais les Sénégalaises devront se méfier aussi des Egyptiennes et des Guinéennes. Le président de la Fédération sénégalaise de basketball, Me Babacar Ndiaye, de retour de la capitale malienne après le tirage au sort, revient sur les enjeux de cette compétition et sur bien d’autres sujets qui interpellent le basket sénégalais.

Quelle lecture faites-vous de la poule du Sénégal ?
Disons qu’il n’y a pas de poule facile à ce niveau de la compétition. Parce que ce sont les 12 meilleures équipes qui se rencontrent. Mais contrairement à 2015, cette année, le Sénégal est tête de poule parce que comme détenteur du trophée, le Mali étant pays organisateur. La réglementation Fiba est faite de sorte que le 2e (Cameroun) se retrouve automatiquement dans la poule A, c’est-à-dire celle du Mali et le 3e (Nigeria) est versé dans la poule B qui est celle du Sénégal. Donc il n’y a pas de tirage dirigé. Après il y a les chapeaux ; le 1er était constitué par l’Angola et le Mozambique.

Là, il fallait tirer et l’Angola s’est retrouvé dans la poule du Mali et le Mozambique dans celle du Sénégal. Mais en fait, ce sont deux poules équilibrées. Et les 4 prétendants sont répartis dans les deux poules. Mais nous devons nous préparer sérieusement à défendre notre titre.

Et maintenant, quel programme comptez-vous mettre en place pour la préparation du Sénégal ?
Au moment où j’étais à Bamako, nous avions déjà conçu un programme. Une fiche technique déposée mais sur la base de la première programmation. C’est-à-dire que l’Afrobasket féminin était prévu au mois de septembre.

Malheureusement, on a inversé, maintenant ce sont les filles qui vont jouer en premier. Il fallait donc reprendre la programmation qui avait été établie. Une fiche technique a été préparée par le directeur technique et l’entraîneur national et, en principe, l’équipe doit débuter la préparation le 2 juillet. Pour les détails de ce programme, nous n’avons pas encore rencontré le ministère des Sports.

Avec quelle équipe comptez-vous disputer cet Afrobasket ?
Pour le choix des joueuses, cela est du domaine de l’entraîneur national. Mais il reste évident que nous avons déjà une ossature avec l’équipe qui avait gagné la coupe à Yaoundé en 2015. Peut-être qu’il y aura des arrivées et des départs, mais ce qui est sûr, c’est que nous allons à Bamako avec pour ambition de conserver le titre. Et nous pensons que nous y serons avec la meilleure équipe possible du Sénégal. Les portes de l’équipe nationale sont ouvertes à tout le monde, ça c’est le principe, et les meilleurs seront choisis pour défendre les couleurs nationales.

Quand même vous avez prévu des matches amicaux pour préparer l’équipe ?
Effectivement que nous avons prévu des matches amicaux. Je pense que forcément il y en aura. Dans la fiche technique, le directeur technique a proposé à son homologue tunisien de passer par Dakar pour livrer deux matches amicaux contre le Sénégal avant de rallier Bamako. Sur le principe, la partie tunisienne est d’accord. Nous sommes également en train de voir d’autres matches amicaux pour peaufiner la préparation.

Mais la défense du titre ne sera pas facile à Bamako...
Bien sûr que ce ne sera pas facile car il y a d’autres paramètres qui entrent en jeu, avec notamment le Mali qui organise ; ce pays a remporté les Jeux africains de Brazza, il y aussi le Nigeria avec sa très grande équipe sans compter l’Angola. Pour moi, ce sont là les quatre équipes prétendantes du tournoi de Bamako. Maintenant, il y a des outsiders comme le Cameroun et le Mozambique. Mais un Afrobasket n’est jamais facile. Il faut le vivre pour le savoir. C’est du haut niveau et le rythme des matches est infernal car vous n’avez même pas le temps de récupération entre deux matches.

D’où alors une bonne fraîcheur des joueuses pour soutenir la cadence ?
Comment gérer la compétition, ça c’est le domaine de l’entraîneur. Il a l’expérience parce qu’il a été deux fois champion d’Afrique. Mais les matches les plus essentiels, c’est à partir des ¼ de finale, mais aussi il faut avoir un bon classement pour ne pas tomber sur le premier de l’autre groupe.

Dans notre groupe, peut-être que la première place se disputera entre le Sénégal et le Nigeria et ce sera le dernier match du groupe car pour le premier match on va croiser la Guinée. Mais le Sénégal, c’est quand même une grande équipe et on n’a pas à craindre des autres et nous jouerons nos chances à fond. Mais la défense du titre ne sera pas du gâteau ; ce sera dur et il faut que tout le monde soit préparé à cela. Mais nous avons un objectif, et quand on est détenteur on ambitionne de conserver le titre ; il ne faut pas oublier que les autres viennent aussi pour gagner. J’étais à Bamako pour le tirage, mais je vous dis tout suite qu’il y avait une forte mobilisation de la part des maliens.

Tout le peuple malien se prépare à accueillir l’Afrique, mais aussi à gagner le titre. Il y a aussi le Nigeria qui est un géant, l’Angola deux fois championne d’Afrique.

Interview réalisée par C. F. KEITA

Les Lionnes du basket savent depuis samedi quelles adversaires elles croiseront dans le groupe B de la phase finale de l’Afrobasket qui se disputera du 18 au 27 août prochain à Bamako au Mali. Le tirage au sort officiel du Fiba Women’s Afrobasket 2017 qui a été effectué samedi au Sofitel Amitié de la capitale malienne, place le Sénégal dans le même groupe avec le Nigeria, l’Egypte, la Guinée, le Mozambique et un représentant de la Zone 4. Selon le communiqué reçu, la compétition se disputera au Palais des Sports Salamatou Maïga à Bamako ; elle servira aussi de qualification à la coupe du monde 2018 qui aura lieu en Espagne. Les Lionnes du Sénégal, championnes d’Afrique en titre, défendront donc leur bien dans une poule jugée équilibrée de prime abord.

Selon le mode de déroulement de la compétition, « la première phase du tournoi se disputera sous forme de championnat. Chaque équipe rencontrera les cinq (5) adversaires de son groupe. Les quatre (4) premières équipes de chaque groupe se qualifieront pour la deuxième phase. Le tournoi se jouera ensuite avec des matchs à élimination directe à partir des quarts de finale. Le match de la troisième place et la finale auront lieu le dernier jour de la compétition (dimanche 27 Août). Les matchs de classement de la 9ème - 12ème place se joueront les 8ème et 9ème journées, tandis que les matchs de classement de la 5ème - 8ème place auront lieu aux 9ème et 10ème journées ».

A noter que les équipes qui seront désignées « Zone 4 » et Wild Card et qui compléteront la liste des 12 qualifiés pour l’événement, seront connues à une date ultérieure.

C. F. KEITA

Saint-Louis Basket/Club (Slbc) a été porté en triomphe à l’issue de la manche aller de demi-finale des Play-offs masculin de basket, en enregistrant une belle victoire face à Louga.

D’une énergie débordante, les deux équipes ont gratifié au public nombreux du stadium Joseph Gaye de Santhiaba, d’une belle prestation qui donne une idée précise du match retour prévu à Louga et qui sera, à coup sûr, marqué par de rudes empoignades. Une victoire qui a apporté du baume au cœur de ces nombreux férus du basket de la capitale du Nord. Ce derby était bien préparé par les Ndiambour-Ndiambour qui, après avoir croisé le fer avec les Nordistes cette année, à trois reprises, avaient déjà à leur actif deux victoires, par rapport à Slbc qui n’avait enregistré qu’une seule. Autant de raisons pour lesquelles ces deux équipes, d’entrée de jeu, se sont surpassées pour multiplier de part et d’autre les offensives. Ainsi, Serge Bampoky (Louga Bc) et Souleymane Gomis (Slbc) se sont faits remarquer de fort belle manière dès l’entame de la partie, en exécutant des tirs primés. Avec une rapidité déconcertante et une prouesse technique, les Nordistes n’ont eu aucune difficulté à poser le premier acte (12-10).

Le deuxième quart temps a été marqué par un beau duel à armes égales, à l’issue duquel, les Nordistes ont été obligés de se contenter d’une petite avance d’un point (26-25) pour aller à la pause.

A l’entame du troisième acte, les Nordistes, mobilisés derrière El Hadj Gningue Fall (19 pts), parvinrent à conserver cette belle avance, malgré les assauts répétitifs de Serigne Bamba Guèye de Louga/Bc, qui s’est révélé tout au long de la partie coriace, tenace, hargneux et belliqueux. Une attitude agressive qui lui a permis de mettre 19 points dans l’escarcelle de son équipe. A 10 secondes de la fin, Serigne Bamba Guèye perturbe automatiquement le jeu pour marquer un superbe panier, donnant l’occasion ainsi à Louga basket club de renverser la vapeur (58-57).

Le roi du basket (2016) a été, à son tour, surpris par le comportement d’un autre international imprévisible, en l’occurrence Pape Moustapha Diop qui finira par honorer les Nordistes en marquant un beau panier à quatre secondes de la fin de la partie. A l’arrivée, Slbc et Louga/Bc se sont quittés sur un score de (59-58).

Mbagnick Kharachi DIAGNE

Plateau Handibasket Club a encore dicté sa loi à la formation de Pikine Handibasket Club au terme d’une rencontre palpitante, hier, au stadium Marius Ndiaye. En plus d’être le premier champion sous l’ère de la Fédération sénégalaise paralympique handisport, l’équipe de Plateau s’adjuge le trophée du chef de l’Etat.

Le championnat national handibasket a connu son épilogue à travers la finale dotée du trophée du chef de l’Etat. Au coup de sifflet de l’arbitre, les deux équipes se ruent à l’attaque. Pikine handibasket Club ouvre les hostilités. Mais la réponse de Plateau handibasket Club ne se fera pas attendre. Le tempo du match est ainsi donné dans un rythme effréné. Les deux équipes se rendent coup pour coup mais la fin du premier quart temps est à l’avantage du champion en titre (10-7). Au début du second, l’équipe de Pikine remet le pied sur l’accélérateur afin de recoller au score. Elle parvient même à reprendre l’avantage après un enchainement de paniers de son ailier fort Mouhamed Gaye.

Les banlieusards rejoignent les vestiaires avec un avantage de cinq points (18-23). Toutefois, l’équipe championne en titre a fait le dos rond laissant passer l’orage. Elle tient le match à son compte multipliant les offensives tout en étant plus costaud défensivement. Le dispositif tactique mis en place par son coach, Khadim Gaye, a complètement gêné l’organisation de l’équipe adverse qui multiplie les fautes et les pertes de balle. Elle reprend logiquement l’avantage à la fin du troisième quart temps (34-30). Pikine, qui est revenu avec de meilleures intentions, essaie de sonner la révolte. Néanmoins, elle se heurte à une bonne formation de Dakar Plateau bien en place. Mieux, le très remuant Samba Diop continue de donner du fil à retordre à la défense adverse lors des dix dernières minutes.

Malgré un dernier sursaut d’orgueil, le finaliste de l’année dernière s’incline de nouveau face à la même équipe sur le score final de 54-40. En plus de conserver son bien, Plateau Handibasket Club est devenue, par la même occasion, le premier champion sous l’ère de la Fédération sénégalaise paralympique handisport

Khadim Gaye, coach Plateau Handibasket Club
Nous rendons grâce à Dieu de nous avoir permis de remporter cette finale pour la deuxième année de suite. Cette victoire a une saveur particulière parce qu’elle intervient à l’année de la mise en place de la nouvelle fédération sénégalaise paralympique handisport. Nous encourageons également Pikine Handibasket Club. Je félicite mon équipe parce qu’ils s’entrainent durement tous les jours de 15h à 18h. Ce résultat est un mérite car seul le travail paie.

Yoro Niang, coach Pikine Handibasket Club
Nous avons perdu la finale, c’est la loi du sport car il faut toujours un vainqueur et un vaincu. Nous avons préparé la finale de la meilleure des manières et les gosses se sont donnés à fond. Nous voulions remporter cette coupe mais avec les pertes de balle et le relâchement des joueurs, il était difficile de remonter la pente. Plateau a amplement mérité sa victoire parce qu’elle est plus expérimentée. Nous allons travailler davantage pour revenir plus forts l’année prochaine.

Mouhamadou Lamine Diop
(stagiaire)

Les signataires d’une récente lettre ouverte décriant la gestion du basketball ont été auditionnés hier, par la Commission juridique de la Fédération sénégalaise de basketball (Fsbb).  
Le président de la Fsbb, Me Babacar Ndiaye les accuse d’avoir tenu des propos diffamatoires à son endroit ; ce que les concernés réfutent.

Mamadou Keita, Matar Ndiaye et Malick Gning, respectivement président de Guédiawaye basket Academy, président du Sibac et vice-président de l’Asfo, ont été auditionnés hier, pendant de longues heures par la Commission juridique de la Fédération sénégalaise de basketball (Fsbb). Cette audition fait suite à une saisine de ladite commission par le président de la Fsbb Me Babacar Ndiaye qui leur reproche d’avoir tenu des propos diffamatoires à son endroit. Dans une lettre ouverte, Mamadou Keita, Matar Ndiaye, Malick Gning, El Hadj Mamadou Sarr et Mor Bassine Niang (journaliste), initiateurs du Cadre provisoire chargé de la mise en place du Cadre d’échange des acteurs du basketball, avaient décrié, en onze points, la gestion du basket par l’actuel président.

A la fin de l’audition, Matar Ndiaye, qui s’est exprimé au nom du groupe, a salué l’état d’esprit qui a prévalu lors des échanges avec les membres de la Commission juridique.

 « Nous avons été convoqués par la Commission juridique de la Fsbb, pour une lettre ouverte dans laquelle nous avions exposé des griefs sur la gestion du basket. Nous avons discuté avec la commission dans une ambiance très sereine à la hauteur de nos attentes. Nous avons été entendus par des acteurs du basket auxquels nous devons respect et qui nous respectent. Dans l’ensemble, c’est le dialogue qui a prévalu et c’est ce qui doit prévaloir », s’est, d’emblée félicité le président du Sibac. Il ajoute que ses camarades et lui ont « été très clairs, très précis » sur tous les 11 points de la lettre ouverte. « Nous avons fourni des explications que les membres de la commission ont bien voulu recevoir. Ils apprécieront nos propos et trancheront. Nous attendons sereinement le verdict», a poursuivi Matar Ndiaye. Il a aussi souligné que les initiateurs du Comité provisoire chargé de la mise en place du cadre d’échange des acteurs du basket-ball n’ont jamais tenu des propos diffamatoires contre Me Babacar Ndiaye. « Le président de la Fsbb a estimé que nous avons eu des propos diffamatoires à son égard, ce qui est en porte à faux avec le document. Chacun peut en disposer, le lire et l’apprécier », a-t-il encore soutenu. 

Selon Matar Ndiaye, il est impossible de museler les acteurs du basket. « C’est impossible qu’on nous musèle, qu’on nous demande de ne pas parler ou de ne pas critiquer le basket. On continuera dans cette lancée ; on mettra le doigt sur tout ce qui ira à l’encontre du basket », a-t-il expliqué.  A l’en croire, le Comité provisoire chargé de la mise en place du cadre d’échange des acteurs du basketball s’est donné un rôle d’alerte en vue d’aider à redresser le basket qui fait face à « des problèmes ».

« Aujourd’hui, le basket a des problèmes et on souhaiterait, en tant que partie prenante, contribuer à la résolution de ces problèmes…On aimerait que nos équipes nationales soient mieux prises en charge », a fait remarquer le président du Sibac.

Il a indiqué que le cadre est l’émanation de la pensée de la plupart des acteurs du milieu et qu’il se veut une force de propositions.  « Nous ne sommes pas des éléments perturbateurs qui veulent nuire. Le cadre n'a pas d’ambitions politiques, n’a pas d’ambitions calculatrices. C’est un cadre d’échanges sur les problèmes du basket. Le cadre d’échanges des acteurs du basket c’est pour échanger intelligemment et reconstruire le basket»

Diégane Sarr

L’Asc Ville de Dakar et le Duc disputeront la finale de la Coupe du Sénégal chez les Dames le 11 juin prochain au stadium Marius Ndiaye. Les deux équipes ont validé leur ticket pour jouer l’ultime tableau, à l’issue de la phase retour des demi-finales. Malgré sa victoire sur l’Asc Ville de Dakar 60-47, le Diaraf n’a pu se qualifier, en raison de sa lourde défaite à l’occasion de la manche aller avec un écart de 20 points en faveur des protégées de Moustapha Gaye. Quant au Duc, il a infligé une double défaite au Slbc battu par 61-55 à l’aller puis 61-55 au retour.

Retrouvailles entre l’équipe du Plateau et celle de Pikine pour une finale à la rebelote. Vendredi, le stadium Marius Ndiaye devrait afficher complet pour ces retrouvailles entre les deux meilleures équipes de la saison d’handibasket. La première avait remporté tous ses matches en battant au passage la seconde ; cette dernière n’avait enregistré que cette seule défaite, mais a pu se retrouver en finale. Et comme l’année dernière, ces deux équipes s’étaient rencontrées en finale et Plateau l’avait emporté. Une double revanche attendue du côté des banlieusards. Mais Plateau l’entendra-t-elle de cette oreille ? Jalouse de sa suprématie, la formation du Plateau compte remettre ça encore. On verra bien vendredi, jour de la finale, à partir de 16h, au stadium Marius Ndiaye. En attendant, la fédération tient un point de presse ce matin afin de parler de l’organisation de ce rendez-vous final de la saison de handisport.

C. F. KEITA

La Centrafrique complète le tableau des pays qualifiés pour l’Afrobasket 2017. Le pays s’est adjugé le denier ticket qualificatif pour la compétition à l’issue du tournoi à 3 disputé le week-end écoulé à Bamako avec le Tchad et le Zimbabwe. Pour se qualifier, la Centrafrique a battu le Tchad 67-64 et termine sur un bilan de deux victoire contre 0 défaite. Le Zimbabwe repart avec 2 défaite et le Tchad fait 1-1.

Le tableau final du Fiba AfroBasket 2017 comprend ainsi le Nigeria (champion en titre), l’Angola, le Maroc, la Tunisie, le Sénégal, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la République démocratique du Congo, l’Égypte, l’Ouganda, le Mozambique, l’Afrique du Sud, la Guinée, le Rwanda et la République centrafricaine.

Le Championnat d’Afrique des nations féminin (Afrobasket dames 2017), initialement prévu du 15 au 24 septembre au Mali, aura finalement lieu du 18 au 27 août, a indiqué une source au sein de la confédération africaine de basket-ball (Fiba Afrique). Le tirage au sort de la phase finale se tiendra le 27 mai à Bamako. La Fiba Afrique a en effet avancé l’édition féminine suite aux difficultés d’organisation du tournoi masculin (Afrobasket 2017).

Ce dernier se tiendra en septembre en Angola alors qu’il devait se disputer du 19 au 30 août au Congo-Brazzaville

Reléguée à l’issue de la saison dernière, la Sonacos de Diourbel (ex Suneor) est sur le point de retrouver sa place dans l’élite, après une année de punition. Les Huiliers de Diourbel ont, en effet, confirmé leur ambition en dominant le Port (2-1), un autre ancien pensionnaire de l’élite et qui n’a pas encore dit son dernier mot dans le combat pour la conquête de l’un des deux tickets qualificatifs pour l’accession à l’élite. L’As Pikine est aussi sur la voie du retour en Ligue 1 après deux saisons de purgatoire en Ligue inférieure (L2). Les Pikinois qui ont retrouvé leur stade Alassane Djigo, sont dans une phase ascendante. Et c’est Yeggo qui en a fait les frais ce week-end (0 - 1) au stade Demba Diop. Mais la suprématie de ces deux anciens pensionnaires de la Ligue 1 est vivement contestée par Africa Promo Foot et Dakar Sacré-Cœur, deux centres de formation qui ne manquent pas d’ambition. Ces deux clubs qui n’ont jamais connu l’ambiance de l’élite, n’ont pas encore dit leur dernier mot. A 6 journées de l’arrivée, le suspense demeure entier au sommet. En revanche, au bas du tableau, la situation va de mal en pis pour Bargueth de Kébémer, Renaissance de Dakar et notamment Cayor Foot, la lanterne rouge. Ces trois clubs sont dans de sales draps. Ils ne sont certes pas définitivement condamnés, mais tout autre échec serait de trop.

A. SAMBOU

Les résultats
Dakar Sacré-Cœur – Renaissance Dakar : 1-0 ; Diamono Fatick – Ndar Guedj : 4-1 ; Cayor Foot – Etics : 0-0 ; Sonacos – Port : 2-1 ; Duc – Africa Promo Foot : 1-2 ; Yeggo – As Pikine : 0-1 ; Bargueth – Ol Ngor : 0-2

La Fiba change de formule pour la Coupe du monde de basketball. Autrefois, les qualifiés étaient connus à la suite des compétitions dans les différentes confédérations. Désormais chaque continent aura droit à des éliminatoires. Et le tirage des différentes zones a été effectué ce week-end. Dans la zone Afrique, 16 équipes sont en lice pour ces éliminatoires. Elles ont été réparties en 4 groupes de 4 avec à la fin 5 qualifiés à déterminer à l’issue de matchs aller et retour.
Groupe A : Guinée, Afrique du Sud, Cameroun et Tunisie.

Groupe B : Ouganda, Rwanda, Mali et Nigéria, champion d’Afrique en titre. Groupe C : Rd Congo, Angola, Maroc et Egypte.
Groupe D : Côte d’Ivoire, Mozambique Sénégal et un 4e pays à désigner. 80 pays prendront part à ces qualifications à travers des matchs en aller et retour sur une période de 15 mois, à l’issue desquels 31 pays qualifiés se joindront au pays organisateur (soit 32 pays au total) pour la phase finale de la Coupe du monde du 31 août au 15 septembre 2019 en Chine.
Il est à noter que ce sera la toute première édition qu’une phase finale de Coupe du monde de basketball se déroule avec 32 équipes.

Grille de répartition :
Afrique : 16 pays repartis en 4 poules pour les qualifications et 05 pays qualifiés
Asie : 16 pays repartis en 4 poules pour les qualifications et 07 pays qualifiés + le pays hôte (08)
Amérique : 16 pays repartis en 4 poules pour les qualifications et 07 pays qualifiés
Europe : 32 pays repartis en 8 poules pour les qualifications et 12 pays qualifiés

Trois des quatre affiches des quarts de finale de la coupe du Sénégal hommes ont été disputées le weekend dernier.

Au terme de ces matchs, l’Asfa, l’As Douanes et le Saint-Louis basket club (Slbc) ont obtenu leurs tickets pour les demi-finales. Au stadium Marius Ndiaye, les militaires de l’Asfa ont dominé les étudiants de l’Ugb sur le score de 76 à 68. A domicile, Louga Bc a été battu par le Slbc. Score 68-64. L’As Douanes n’a pas tremblé face au Saltigué. Les Gabelous ont remporté la partie avec un écart de 20 points (71-51). La quatrième et dernière affiche des quarts de finale entre le Duc et l’Uso sera disputée le 17 mai prochain.

Ces deux équipes disputaient le weekend la finale de la Coupe Saint-Michel qui est finalement tombée dans l’escarcelle des étudiants. C’est dire que cette rencontre est très attendue. Alors que le Duc voudra réussir la passe de deux, les Ouakamois auront à cœur de prendre leur revanche et remporter leur premier trophée de la saison.

D. SARR

A trois reprises, les Lionnes du basket ont rencontré l’équipe nationale de la Chine. Trois rencontres qui se sont soldées par trois défaites. Pour le coach, le plus important, c’est de déceler les failles et d’y remédier d’ici le prochain Afrobasket.

L’équipe nationale du Sénégal de basketball féminine a bouclé, hier dimanche, à Beijing, avec une défaite (93 à 67), son troisième match avec son homologue de la Chine. Une série de rencontres qui s’inscrit dans le tournoi Challenge international de basket féminin sino-sénégalais 2017 organisé par la structure Infront China affiliée au groupe Suisse Wanda et le gouvernement chinois. Selon le technicien américain qui seconde le coach de la Chine, Gregory Booth,»le Sénégal joue bien, toutefois il y a quelques réglages à faire, une fois de retour au pays». De son point de vue, les deux équipes ont bien joué.

La Chine a dominé toute la rencontre. Les coéquipières de Gaoshang ont réussi à maintenir un écart assez important dans le match. Dans ce match, les Lionnes n’ont pris qu’une seule fois l’avantage sur la Chine. Cette dernière a su remonter la pente, devancer et creuser l’écart avec une quinzaine de points d’écart. Déjà à la fin du premier quart temps, le score, en faveur de la Chine, était de 20 à 15 points.

A la reprise, malgré les prouesses de Ndéye Sène qui a essayer de réduire le score en marquant trois tirs de 3 points consécutifs et qui a marqué à elle seule 25 points, l’écart sera encore en faveur de la Chine à la fin du troisième quart temps: 71 contre 53 points. Le score final de ce dernier affrontement entre les deux pays s’est soldé à 93 contre 67 en faveur de la Chine. Un séjour chinois qui est sanctionné donc par trois défaites en autant de matches pour les Lionnes mais qui est plein d’enseignements pour les filles de Tapha Gaye.

La Chine s’était d’abord imposée par 100 à 63, puis 65 à 36 lors du second match. Cette série de rencontres a permis aux deux équipes de préparer les prochaines échéances continentales en Afrique et en Asie. En juillet prochain au Mali, le Sénégal va remettre en jeu son trophée.

Appréciant le comportement de ses joueuses, Moustapha Gaye le coach des Lionnes soutient: «C’était une occasion pour travailler avec le même groupe et de pouvoir faire une première évaluation avant d’entamer la deuxième phase de la préparation de la prochaine coupe d’Afrique des Nations» (Afrobasket). Le coach Gaye indexe aussi les «quatre jours de préparation» et «les affres du décalage horaire». Tout de même, il reconnaît que la rencontre avec la Chine est une belle opportunité en ce sens qu’ils ont rencontré beaucoup de difficultés ; elle a permis de déceler les points à améliorer dans le jeu.

Aly DIOUF, Correspondant à Beijing

Seed Academy et l’Institut Diambars ont signé un partenariat par lequel l’Institut basé à Saly Portudal va abriter la Nba Academy Africa. C’est cet acte qui a clôturé la conférence de presse organisé ce jeudi. Une occasion pour les responsables de la Nba en Afrique de souligner que l’Académie va ouvrir ses portes à la rentrée prochaine.

La Nba Academy Africa ouvrira ses portes lors de la prochaine rentrée à Saly Portudal où les locaux de l’Institut Diambars vont accueillir les pensionnaires. Cela résulte du partenariat signé entre les initiateurs et les responsables du centre de formation.

Cette signature matérialise donc l’effectivité du projet de la Ligue américaine en faveur du développement de la discipline sur le Continent où les enfants qui ont des prédispositions en matière de basketball seront pris en charge dès le bas âge.

Pour son opérationnalité, un bâtiment sera construit dans l’enceinte de l’Institut pour abriter les séances d’entrainement. Une infrastructure dont les travaux vont démarrer incessamment, a renseigné Saër Seck, président de Diambars. Il n’a pas manqué de souligner que l’implantation de ce projet sur les lieux « montre l’ouverture que le sport peut avoir. Aussi, elle nous permet de diversifier nos sports car en plus du football, nous aurons désormais le basket ». Avec donc cette signature et l’ouverture prochaine du centre, c’est le projet qui prend forme. « En décembre dernier, nous entamions le processus et annoncions l’ouverture officielle de la première Académie en Afrique », a d’emblée souligné Amadou Gallo Fall, vice-président de Nba Afrique.

Après un premier camp qui a permis de sélectionner les jeunes qui feront partie de la première promotion, une deuxième session a eu lieu à Seed Academy les 1er et 2 mai derniers pour arrêter une liste de « 20 jeunes issus de 11 pays d’Afrique », a-t-il ajouté. Ainsi, la Nba est arrivée au stade de mise en œuvre du projet qui permettra de promouvoir les jeunes talents du Continent. Pour cela, « nous allons parcourir tout le Continent pour trouver des successeurs à Dikembe Mutombo et Akeem Olajuwon » qui ont fait les beaux jours de la Ligue de basket nord-américaine. Mieux, le projet d’Académie devrait leur permettre de connaitre un parcours sinueux puisque ces illustres devanciers se sont retrouvés à ce niveau sans connaitre un parcours classique, rappelle M. Fall. Brooks Meek, vice-président de la Nba chargé des opérations internationales de basketball a, pour sa part, souligné que sa structure va se baser sur l’expertise de Seed Academy dirigée par Mouhamed Niang pour dérouler son programme. Aussi, un réseau de coaches, de techniciens disséminés sur tout le Continent servira de relais pour détecter puis encadrer les jeunes.

Ousseynou POUYE

Le meneur français de San Antonio Tony Parker devrait subir une intervention chirurgicale à la jambe gauche qui l'empêcherait de rejouer cette saison, rapporte jeudi plusieurs medias américains. Selon le site internet The Vertical, toujours très bien informé, la blessure de Parker, survenue mercredi lors du match N.2 du 2e tour des play-offs contre Houston remporté 121 à 96 par les Spurs, requiert une opération et l'empêchera de revenir sur les terrains cette saison.

Selon le quotidien USA Today, Parker, 34 ans, souffre d'une rupture partielle, ou totale, du tendon quadricipital, qui relie le quadriceps à la rotule, de la jambe gauche. Le quadruple champion NBA s'est blessé durant le 4e quart-temps, seul, à la réception d'un tir. Il s'est effondré au sol et a dû être porté par deux coéquipiers pour regagner les vestiaires.

Son entraîneur Gregg Popovich avait indiqué à l'issue de la rencontre que "cela ne se présentait pas bien". Depuis le début des play-offs, Parker tournait à des moyennes de 15,9 points et 3,1 passes décisives par match. Il avait fini la saison régulière avec des moyennes de 10,1 points et 4,5 passes décisives.

Lors de la rencontre de mercredi, Parker a inscrit 18 points, ce qui lui a permis de devenir le neuvième joueur dans l'histoire de la NBA à dépasser le chiffre des 4000 points marqués en play-offs. Il dispute sa 16e saison avec San Antonio, son équipe depuis ses débuts NBA en 2001. Si son indisponibilité est confirmée, le rôle de meneur titulaire reviendrait à Patty Mills.

AFP

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.