banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Basket (229)

Le meneur d'Oklahoma City Russell Westbrook a été élu vendredi meilleur joueur de la saison 2016-17 lors d'une consultation réalisée par le syndicat des joueurs NBA (NBPA). Westbrook, déjà élu MVP (Most Valuable Player) de la saison par la NBA fin juin, a réalisé une saison historique avec des statistiques personnelles étourdissantes. Il est devenu le deuxième joueur de l'histoire à finir une saison régulière avec un "triple double" (trois catégories de statistiques à dix unités et plus) en moyenne, avec 31,6 points, 10,7 rebonds et 10,4 passes décisives par match. Le N.0 d'OKC a également battu le vieux record du légendaire Oscar Robertson, datant de 1962, en réussissant 42 "triple doubles" en 81 matches. Westbrook a aussi reçu les titres de "joueur le plus difficile à marquer" et de "joueur le mieux habillé de NBA". La superstar de Cleveland LeBron James a également distingué par ses pairs, avec les titres de "joueur le plus connu de la planète" et de "joueur qu'on aimerait secrètement avoir dans son équipe". Le titre de meilleur défenseur est revenu à Kawhi Leonard (San Antonio) alors que la consultation de la NBA, réalisée auprès des entraîneurs et de la presse spécialisée, avait distinguée Draymond Green (Golden State). L'emblématique entraîneur de San Antonio Gregg Popovich a été distingué par les joueurs NBA avec le titre d'"entraîneur pour lequel on aimerait le plus jouer".
Le champion en titre Golden State, vainqueur de Cleveland en finale (4-1), n'a reçu qu'une seule récompense, celle d'"équipe la plus redoutable à domicile".

AFP

Le stade Salamatou Maiga de Bamako a abrité, hier, la cérémonie d’ouverture de la 25ème édition de l’Afrobasket 2017, en présence du premier ministre malien Abdoulaye Idrissa Maiga et du ministre des Sports Housseyni Amion Guindo. Ce dernier a d’ailleurs, dans son discours, souhaité la bienvenue aux délégations des 11 pays d’Afrique venues participer à la compétition. Auparavant, le stade a vibré au rythme de la musique traditionnelle malienne. Les mini-basketteurs ont, de leur côté, fait une belle démonstration de maîtrise du ballon avec des chorégraphies bien travaillées.

L’Angola bat le Cameroun (78-56) dans le groupe A
Le match entre l’Angola et le Cameroun a été très disputé, hier, lors de la première journée de la poule A de l’Afrobasket 2017 au palais Salamatou Maiga. En effet, les deux équipes se sont données à fond et ont élevé le niveau de jeu de la compétition. Les Angolaises ont légèrement dominé le premier et deuxième quart temps (24-16) puis (36-30). Très adroites, elles ont un peu déstabilisé les Camerounaises lors du troisième quart temps, avec des tirs à distance, dirigés par leur meneuse de jeu, Lucas, une grande spécialiste des tirs à trois points. L’équipe de l’Angola a négocié alors la troisième période (50-41) et creusa l’écart au quatrième quart (78-56). Elle a gagné son premier match face à une équipe camerounaise qui n’a pas démérité.               
 
Sénégal-Mozambique, ce samedi à 20h45
La deuxième sortie de l’équipe nationale féminine du Sénégal de basket est prévue, ce samedi, au palais Salamatou Maiga contre le Mozambique. Un adversaire de taille et une équipe très respectée par ses paires. D’ailleurs, lors de l’Afrobasket 2015 à Yaoundé, les Mozambicaines avaient fait une assez bonne compétition et ont été éliminées par l’équipe du Nigeria en quart de finale. Face aux Lionnes et championnes d’Afrique, elles ne vont surement pas se laisser faire facilement. D’ailleurs, l’entraineur sénégalais Moustapha Gaye est convaincu que la rencontre Sénégal-Mozambique ne sera pas facile. « Contre le Mozambique, nous avons les informations de 2015. Nous les visualiserons ce soir, comme elles l’ont fait ce matin avec nous, et nous ferons le point après. Je vous assure que tous les matchs vont être difficiles ». Seulement, requinquées par leur belle victoire devant la Guinée (105-39), les Lionnes se disent prêtes à remporter leur deuxième match.
 
 


 

Le ministre des Sports Matar Bâ a présidé, lundi, au nom du chef de l’Etat Macky Sall, à la remise du drapeau national à la délégation du Sénégal en partance pour Bamako (Mali) dans le cadre de sa participation à l’Afrobasket féminin 2017. De ce fait, il est clair, d’après le ministre des Ssports, que les Lionnes, championnes d’Afrique en titre, ont, toutes, la ferme volonté de revenir au Sénégal, au soir du 27 août, avec dans leurs bagages le 12ème titre africain de l’histoire du basket-ball féminin. « C’est une ambition tout à fait légitime au regard de la riche histoire du basket-ball sénégalais écrite par des femmes et des hommes aux qualités humaines et managériales exceptionnelles », a-t-il souligné. Au-delà de toutes ces considérations, l’ambition de remporter l’Afrobasket au Mali, d’après Matar Bâ, tire surtout sa légitimité sur les efforts consentis par l’Etat du Sénégal pour mettre dans d’excellentes conditions de préparations l’équipe nationale féminine. « Dans ce cadre, l’Etat a totalement pris en charge le contenu de la fiche technique que la fédération a élaboré en relation avec les services techniques du ministère des Sports ». Pour terminer, il a demandé à la délégation sénégalaise de rehausser objectivement l’image du Sénégal, en faisant valoir les valeurs faites de courage, d’abnégation et de dignité. « Du 18 au 27 août, vous serez les ambassadrices du Sénégal au Mali.

A ce titre, vous avez, à travers votre attitude sur le terrain de compétition, et en dehors, l’image du Sénégal entre vos mains ».

A. NDONG

Porfirio Fisac De Diégo, l’entraîneur des Lions, a tenu une conférence de presse lundi dernier, pour partager quelques informations concernant la préparation de l’équipe nationale masculine du Sénégal pour l’Afrobasket 2017. Super motivé de jouer devant le public sénégalais, il dit être prêt à atteindre le maximum avec l’équipe. « Je sais que l’Afrobasket est très important pour le Sénégal. On va travailler pour essayer d’être les meilleurs. Il faut gagner match par match car je ne joue jamais pour perdre », a-t-il soutenu. L’entraîneur espagnol est revenu cependant sur le cas Xane d’Almeida qui se trouve dans une situation compliquée. En fait, le meneur de jeu sénégalais est actuellement en phase de convalescence à la suite d’une blessure qu’il avait contractée en fin de saison. D’après Fisac, sa participation reste incertaine. « Xane est un joueur important dans l’effectif.

Pour le moment, son état de santé ne s’est pas trop amélioré. Le staff médical est en train de travailler avec lui. Les chances pour qu’il participe à l’Afrobasket sont pour le moment faibles ». L’autre cas qui préoccupe Porfirio Fisac De Diégo, c’est celui du joueur de la Nba, Gorgui Sy Dieng. Ce dernier est absent du groupe pour défaut d’assurance. « La fédération de basket fait le nécessaire pour résoudre le problème. Certes il y a des difficultés parce qu’il joue en Nba, mais j’espère qu’il sera bientôt avec le groupe ».

A noter que les 15 joueurs présélectionnés ont quitté Dakar hier, pour l’Espagne où ils joueront des matches amicaux contre la sélection espagnole avant de regagner le Sénégal pour la dernière ligne droite de la préparation de l’Afrobasket masculin 2017 qui se tiendra, du 8 au 16 septembre, à Dakar et Tunis.

A. NDONG

Liste des joueurs présélectionnés
Meneurs : Thierno Niang, Sangoné Niang, Clevin Hannah, Xane D’Almeida.

Arrières : Louis Adams, Mouhamed Lamine Sambe.

Ailiers : Pape Modou Mbaye, Maleye Ndoye, Antoine Mendy, Elhadji Malick Ndiaye.

Ailiers fort : Mouhamed Faye, Djibril Thiam, Maurice Ndour, Georges Niang.

Pivots : Gorgui Dieng, Hamady Ndiaye, Cheikh Moussa Diagne, Youssou Ndoye, Cheikh Tidjane Mbodj

Retour triomphal dans la capitale du Nord, pour les filles de Saint-Louis basket club après leur victoire en finale du championnat «Play-Off» féminin face à l’As Ville de Dakar. Par la même occasion, les partenaires de la capitaine Aminata Diop ont présenté le trophée au maire de la ville, Mansour Faye.

C’est juchées sur un camion décapotable que les files du Slbc ont arpenté les artères de la ville pour présenter leur trophée à la population, qui s’est réjouie de ce titre. Après cette virée, c’était au tour du maire de recevoir les championnes pour une audience. L’édile de la ville s’est dit envahi par « un sentiment de plaisir que nous partageons avec les populations de Saint-Louis. Depuis des années, Slbc nous a habitués à de telles performances.

Cela est dû au bon travail de l’encadrement, des joueuses et des joueurs talentueux et la volonté manifeste des dirigeants », a-t-il dit. Il a ajouté que ces performances les confortent davantage dans leur vœu de construire une salle de sport moderne dont les travaux vont démarrer incessamment. En guise de récompense, le maire a mis sur la table 1,6 million de FCfa (100.000 F pour chaque joueuse), tandis que son directeur de cabinet, Cheikh Samba Sène a donné 500.000 FCfa. Le président du club, Alioune Diop, a aussi exprimé sa joie de voir ses protégées remporter le trophée.

« C’est un énorme plaisir d’avoir gagné le championnat, après la coupe du Sénégal de l’année dernière ». Néanmoins, M. Diop a dénoncé l’absence des joueuses de Slbc en équipe nationale A. Selon lui, « faire une équipe nationale sans une joueuse de Slbc ne peut pas être justifié.

La preuve, l’équipe qu’on a battue largement en finale, avec 32 points de différence, avait 7 présélectionnées en équipe nationale ». Toujours dans cette logique, M. Diop s’est offusqué du fait que l’on puisse nominer les joueuses candidates pour le titre de « reine » sans une joueuse de Slbc.

Et de souligner que « sa » reine de cette année demeure Couna Ndao de Slbc.

Amadou Maguette Ndaw

Thiès : La finale des « Play Off » messieurs qui a opposé, hier, l’Asc Douane et le Saint-Louis basket club s’est soldée par la victoire des Douaniers qui conservent ainsi leur titre de champion du Sénégal de la saison -2016-2017. Le score de 71 à 61 (10 points de différence) a sanctionné la rencontre jouée de bout en bout par les deux équipes. En présence du maire de la ville de Thiès, Talla Sylla, aux côtés des responsables de la Fédération sénégalaise de basket-ball.

Mais, cela ne se limitera qu’au premier quart temps où les deux équipes étaient à égalité 23 partout. A l’entame du second quart temps, les protégés du coach Mamadou Guèye ont pris la direction des opérations face à leurs adversaires peu convaincants, surtout sur les rebonds et les tirs à 3 points.

De 43 à 37 à la mi-temps, les Douaniers appuient alors sur l’accélérateur au 3e quart temps et devance de 13 points l’équipe de Saint-Louis grâce à la détermination du N°6, Mamadou Lamine Diop qui était dans un beau jour avec ses paniers à 3 points. 61-49 à l’entame du 4e quart temps, puis 65 à 49 à 4 mn, 68-56 à 2mn de la fin.

Les carottes étaient cuites pour l’équipe saint-louisienne qui a sombré face à l’expérience des Douaniers très organisés en défense. Une équation que le coach Ndiaga Lô n’a pu trouver la meilleure formule tactique pour permettre à ses joueurs d’apporter la réplique. Score final : 71 à 61 en faveur de la Douane qui, du coup, conserve son titre remporté la saison passée et en dépit même des départs de près d’une dizaine de joueurs cette saison, comme l’a souligné l’entraîneur Mamadou Guéye.

Il s’est satisfait de ce résultat qui sanctionne ainsi un programme d’un dur labeur qui a permis de terminer en beauté cette saison de basket.

M. SAGNE

Thiès : L’équipe féminine de Saint-Louis Basket Club a remporté, samedi au stadium Lat-Dior de Thiès, la finale des « Play Off » du championnat national de basketball. Les Saint-Louisiennes ont battu leurs homologues de l’Asc Ville de Dakar (Ascvd) par le score de 82 à 5O.
Une belle finale du reste, ponctuée par une qualité de jeu très relevée de part et d’autre. Mais, il faut relever que les Saint-Louisiennes ont montré beaucoup plus de réalisme et en voulaient plus que leurs adversaires. Les deux équipes n’ont fait jeu égal qu’au premier et au début du second quart temps. 17-11 au premier, les Dakaroises sont revenues au score à 17-16 au tout début du second quart-temps avant de sombrer devant la détermination des Kouna Ndao, (meilleure marqueuse et meilleure joueuse du match), Ndéye Siby Diagne, Maty Fall, Marième Diop et Dalva Ndiaye. Elles ont été, il faut le reconnaître, les véritables bourreaux des Dakaroises malgré la présence de Ramata Daou en baisse de régime et complètement désamorcée par l’intérieure saint-louisienne Ndèye Diedhiou. La mi-temps intervient avec une avance de 24 point (48-24) en faveur du Slbc.

A la reprise, c’est le même scénario qui se produit, 70-48 à la fin du 3e quart temps. Les Saint-Louisiennes accentuent la pression sur les Dakaroises avec Ndéye Séne et la jeune Racky Keita qui ont su tirer leur épingle du jeu avec quelques éclats pour réduire l’écart mais en vain. 73-40 à 7mn de la fin, 75-44 à 4mn et 78-46 à 2mn de la fin du temps réglementaire qui sera sanctionné par le score final de 82 à 50. A la grande satisfaction du coach saint-louisien Jupiter Niang dont l’équipe a eu beaucoup de réussite en attaque à travers les contres et les paniers à 3 points.

Mouhamadou SAGNE

En raison de l’indisponibilité du stadium Marius Ndiaye, la Fédération sénégalaise de basket-ball délocalise l’organisation des finales des championnats nationaux de division 1 au stade Lat-Dior de Thiès. Ainsi, chez les filles, la rencontre est prévue aujourd’hui à 17 heures et mettra aux prises l’Asc Ville de Dakar et le Saint-Louis basket club (Slbc). Après avoir raté de peu le sacre l’année dernière au profit du Duc, les protégées de Moustapha Gaye tenteront de se rattraper cette fois. Mais leur pari ne sera pas de tout repos face à des Saint-Louisiennes déterminées à monter sur la plus haute marche du podium. A noter que la finale est parrainée par Matar Bâ, ministre des Sports. Pour le championnat masculin, le match est prévu demain entre Slbc et la Douane. La Douane, championne en titre, tentera de conserver son titre face au Saint-Louis basket club qui n’a pas dit son dernier mot, dans la course vers le sacre. Moustapha Cissé Lô, président du parlement de la Cedeao, est le parrain de ce grand duel.

Absa NDONG

Les Lionnes sont rentrées, lundi dernier, à Dakar, après un stage de 18 jours en Europe (du 20 juillet au 7 août) pour effectuer la troisième et dernière phase de la préparation de l’Afrobasket 2017.

Elles ont d’ailleurs effectué, hier, au stadium Marius Ndiaye, une séance entraînement dont Moustapha Gaye, coach de l’équipe nationale, a profité pour tirer un bilan de la deuxième phase de préparation.

Et d’après lui, cette sortie en Europe a permis aux joueuses de travailler dans un cadre très agréable. « Ce stage a été très bénéfique. Nous avons pu bénéficier d’infrastructures ultramodernes. Il fallait combler un déficit et on a pu travailler sérieusement là-dessus ».

Durant leur séjour en Europe, les Lionnes ont pu également participer au tournoi d’Amsterdam et remporter leur dernier match contre la Hollande (72-55) après deux revers successifs (l’Allemagne (78-57) et la Hollande (62-57)). « Le tournoi nous a poussés à bout. Il nous a permis de savoir le niveau réel de l’équipe. Nous allons ainsi faire des orientations en vue de l’Afrobasket 2017 », souligne Moustapha Gaye. Ce dernier trouve que ses protégées ont fait de bonnes choses, bien qu’elles ont perdu deux matchs. Pour l’Afrobasket 2017 prévu à Bamako (Mali) du 18 au 27 août, l’entraîneur de l’équipe féminine dit avoir une bonne idée des 12 joueuses qu’il compte retenir pour la grande compétition. Sur les 16 qui étaient retenues, 2 joueuses (Oumou Kalsoum Touré et Dado Faye) ont quitté le groupe.

Par ailleurs, Moustapha Gaye est conscient que pour faire un bon tournoi, les championnes d’Afrique devront y aller avec humilité. « Je suis naturellement confiant mais aussi très réaliste.
Tout le monde veut gagner et les équipes viennent avec de bonnes intentions. Pour faire un bon tournoi, il faudra y aller avec humilité.

Mais sinon, cela peut poser des problèmes ». Les Lionnes devront, d’après toujours le coach, prendre très au sérieux le Nigeria, l’Angola, le Mali, le Cameroun et surtout le Mozambique. « Nous ne craignons personne, mais il faut juste être prudent. Nous allons peaufiner des stratégies parce que l’Afrobasket c’est 8 à 9 matchs », termine-t-il.

Absa Ndong

Ca y est, le Sénégal connaît désormais son premier adversaire de la compétition de l’Afrobasket 2017. Les championnes d’Afrique vont rencontrer l’équipe de la Guinée en match d’ouverture le 18 août prochain à 8 heures 30 au palais des sports Salamatou Maiga. Un match revanche en vu, car les protégées de Moustapha Gaye, entraineur de l’équipe nationale féminine, avaient battu sur un large score les Guinéennes (102-44) lors de l’Afrobasket 2015 à Yaoundé, en phase de poule.

L’équipe de la Guinée avait également gardé un mauvais souvenir lors de sa campagne en 2011 à Bamako (Mali). Elle avait perdu tous ses cinq matchs en phase de groupe et s’était classée 11ème grâce à sa victoire (58-40) face au Ghana en match de classement. Et pour sa huitième participation dans ce tournoi, la Guinée aura surement pour objectif de retrouver sa place sur l’échiquier du basketball africain. Concernant l’équipe nationale du Sénégal cependant, l’objectif est tout autre.


Les Lionnes veulent réitérer leur exploit de 2015 à Yaoundé, en gardant le titre continental. A noter que le Sénégal partage la poule B avec le Nigeria, l’Egypte, la Guinée, la Rd Congo et le Mozambique.

Il va rencontrer le Mozambique le 19 août à 20 heures 45, la Rd Congo le 20 août à 16 heures 15, l’Egypte le 21 août à 9 heures 30 et le Nigeria  le 23 août à 20 heures 45.

POULE A : Mali, Cameroun, Centre Afrique, Tunisie, Côte D’Ivoire, Angola
POULE B : Sénégal, Nigeria, Egypte, Guinée, Rd Congo, Mozambique

Absa NDONG

Les protégées de Moustapha Gaye, entraineur de l’équipe nationale féminine de basket, ont terminé leur deuxième phase de préparation pour l’Afrobasket 2017 en beauté. Elles ont remporté leur dernier match contre la Hollande (72-55) avant-hier. Les Lionnes se sont rachetées après deux défaites successives contre la Hollande (62-57) et l’Allemagne (78-57) lors de la première et deuxième journée du tournoi d’Amsterdam. Un résultat satisfaisant pour la sélection nationale qui, auparavant, avait battu une équipe française composée de joueuses de Ligue féminine 1 et 2, (86-60).  

L’équipe sénégalaise avait entamé, depuis le 20 juillet dernier, sa seconde phase de préparation en Europe et sera de retour ce lundi (hier) à 20 heures, pour effectuer la troisième et dernière phase de préparation. Les championnes d’Afrique vont défendre leur titre continental lors du prochain championnat d’Afrique des Nations Afrobasket Women 2017 prévu du 18 au 27 août 2017 à Bamako au Mali.

Absa NDONG

Les Lionnes ont perdu, hier, leur second match dans le tournoi d’Amsterdam face à l’Allemagne (78-57). Une deuxième défaite de rang, après celle enregistrée contre la Hollande mercredi dernier (62-57), soit 5 points d’écart. Il reste cependant aux protégées de Moustapha Gaye, entraîneur de l’équipe nationale féminine, un dernier match à livrer contre la Hollande ce dimanche 6 août, date de la clôture du tournoi.

On rappel que la sélection sénégalaise a entamé depuis le 20 juillet dernier sa seconde phase de préparation en Europe en perspective de l’Afrobasket 2017 qui se tiendra à Bamako du 18 au 27 août.

Absa NDONG

Après leur séjour en France, les Lionnes vont disputer le tournoi d’Amsterdam. Leur premier match de cette compétition à trois (Pays-Bas, Sénégal, Allemagne) est prévu, ce jeudi 3 août, contre l’équipe de la Hollande. Une dernière ligne droite de la préparation qui va sûrement permettre au coach Moustapha Gaye de tester la réaction des coéquipières d’Aya Traoré (capitaine des Lionnes) face à de grandes équipes. La sélection nationale va, en effet, livrer trois matchs lors de ce tournoi : deux rencontres face aux Pas-Bas (3 et 6 Août) et une contre l’Allemagne (4 août).

En fait, l’équipe féminine a entamé depuis le 20 juillet dernier sa seconde phase de préparation en France. Au programme, elle avait rencontré une sélection composée de joueuses de Ligue féminine 1 et 2, et s’était imposée sur le score de (86-60).  Mame Marie Sy, Astou Traoré, Lycka Sy et Fatou Dieng n’avaient cependant pas pris part à la rencontre.

A noter que 16 joueuses ont été retenues lors de ce stage, qui est une occasion pour le sélectionneur Moustapha Gaye de poursuivre et d’améliorer le travail déjà entamé à Dakar depuis le 5 juillet 2017.
L’Equipe nationale féminine du Sénégal défendra son titre continental lors du prochain championnat d’Afrique des Nations Afrobasket Women 2017 prévu du 18 au 27 août 2017 à Bamako au Mali.
 
LISTE DES 16 JOUEUSES RETENUES
Fatou Dieng (Europe), Mame Diodio Diouf (Sénégal), Ndéye Khadidiatou Dieng (Usa), Elma Kinta Malou (Sénégal), Ndéye Séne (Sénégal), Oumoul Khairi Thiam (Europe), Aya Traoré (Europe), Sokhna Lycka Sy (Europe), Astou Traoré (Europe), Dado Faye (Sénégal), Oumou Khiary Sarr (Europe), Mame Marie Sy (Europe), Aminata Fall (Australie), Oumou Kalsoum Touré (Europe), Aïcha Sidibé (Europe), Ramata Daou (Sénégal)

Absa NDONG

Elles ont vite oublié la déconvenue intervenue la veille contre la France en demi-finale du tournoi de basketball féminin.
Laminées par la France (66-32) vendredi, les filles de coach Birahim Gaye ont pu trouver les ressources nécessaires pour se rebiffer, samedi, contre la Wallonie Bruxelles. Et malgré le soutien inconditionnel du public ivoirien envers l’équipe européenne, Ndeye Fatou Ndiaye et ses sœurs n’ont pas tremblé. Au contraire, elles ont mené durant tous les quarts-temps même si le score était étroit : 22-20 puis 35-28 à la pause ; 42-39 et enfin 54-50. Pour dire qu’elles étaient décidées, cette fois-ci, à ne pas se laisser marcher sur les pieds. Une troisième place amplement méritée si l’on se réfère à l’excellent parcours réalisé dans les matches de poule avec les plus gros scores. Seule la France a pu freiner cet élan de Ndeye Binta Ndoye et compagnie en demi-finale.

Ainsi, le Sénégal a eu assez de ressources pour relever la tête et dompter une formation de Wallonie-Bruxelles qui n’a jamais su prendre les devants. Une belle revanche avec la 3ème place, synonyme de médaille de bronze pour cette jeune formation qui a joué pour la première fois et sans complexe un tournoi de cette dimension.

Le leader de la télévision payante en Afrique, StarTimes, a acquis les droits médias exclusifs des compétitions des équipes nationales de la Fiba, Coupe du monde de basket-ball Fiba Chine 2019 incluse, en Afrique subsaharienne pour la période 2017-2021.

L’instance dirigeante du basket mondial a attribué à StarTimes les droits exclusifs de retransmission en accès libre et payante de ses principaux tournois dans tous les territoires d’Afrique subsaharienne (à l’exception des droits en accès libre en Angola et des droits payants en français sur une base non-exclusive dans la zone francophone). StarTimes est le premier opérateur de télévision numérique en Afrique, avec près de 10 millions d’abonnés à ses plateformes Tnt et satellite et leurs 480 chaînes autorisées. Vincent Yu, directeur des Opérations de sa Division Médias, a déclaré être « heureux de pouvoir proposer le meilleur des équipes nationales de basket à nos abonnés en Afrique grâce à l’acquisition des droits de retransmission de la Coupe du monde de la Fiba 2019 et des autres grandes épreuves pour la période 2017-2021. Nous sommes particulièrement heureux de donner aux fans de la région, l’occasion de voir leurs équipes préférées lors des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fiba et des Coupes continentales de 2021 ». 

Cet accord est « conforme à la mission et aux valeurs de StarTimes qui est d’offrir les meilleurs contenus sportifs, ce qui a toujours été notre priorité. Notre partenariat avec la Fiba constituera sans aucun doute un tournant pour les fans africains de basket ». Le Secrétaire général de la Fiba et membre du Comité international olympique (Cio), Patrick Baumann, a déclaré que « grâce à ce partenariat, notre portée en Afrique subsaharienne est plus grande que jamais et nous pouvons satisfaire les millions de fans enthousiastes. Retransmettre le meilleur des compétitions de nos équipes nationales dans la région va faire beaucoup pour la popularité et la participation à notre sport ». L’accord est effectif dans 54 pays et territoires d’Afrique. Il couvre les épreuves suivantes : Coupe du monde de basket Fiba 2019 et ses éliminatoires, Coupes continentales Fiba 2021 et leurs éliminatoires, Afrobasket masculin et féminin 2017, Coupe de monde de basket féminine 2018, tournois de qualification olympique masculin et féminin 2020, la totalité des autres coupes continentales de 2017, toutes les éditions 2019 et 2021 des Coupes continentales féminines (AfroBasket féminin, EuroBasket féminin, AmeriCup féminine, Asia Cup féminine), les Coupes du monde de basket-ball U19 masculine et féminine (2019 et 2021), les Coupes du monde de U17 masculine et féminine (2018 et 2020). L’accord a été négocié par Fiba Media, un partenariat stratégique entre la Fiba et Perform, qui conclut les accords pluriannuels liés au nouveau calendrier des épreuves de la Fiba.

(Abidjan – Côte d’Ivoire) : Le basketball féminin qui sombre avec corps et biens dans sa demi-finale contre la France, les lutteurs eux déroulent encore en filant en finale qu’ils vont disputer aujourd’hui en hommes et dames ; aussi bien en individuel que par équipes. Tel est le parcours montré hier par nos deux derniers représentants dans ces Jeux de la Francophonie qui vont prendre fin demain.

Comme s’ils s’étaient passé le mot : la médaille d’or ou celle d’argent ou le bronze seulement. Après la belle prestation des lutteurs olympiques (lutte libre) qui ont terminé leurs compétitions avec deux médailles d’or, deux en argent et autant en bronze, ce sont les athlètes de la lutte africaine qui s’y mettent maintenant aussi bien par équipes qu’en individuel chez les hommes et en dames. En somme, partout le Sénégal est présent dans cette épreuve pour affirmer à nouveau, la bonne santé de ce sport bien de chez nous. Jeudi matin, l’équipe nationale féminine était la première à se qualifier pour la finale après être venue à bout tour à tour du Cameroun, de la Guinée et de la Roumanie. Dans l’après-midi, les hommes ont suivi leurs traces en s’imposant successivement devant la Guinée, Madagascar et le Niger. Aujourd’hui, les filles seront les premières à se jeter à la bagarre pour arracher l’or. Elles feront face à la Côte d’Ivoire qui évoluera devant son public tandis que les hommes qui ont éliminé le Niger (4-1) en demi-finale s’expliqueront avec le Burkina, tombeur du Mali sur le même score.

Hier, dans les épreuves individuelles, les filles ont récidivé en arrachant quatre places en finale contre une qui a perdu sa demi-finale face à une Ivoirienne. Idem pour les hommes qui ont placé quatre athlètes pour le combat final alors qu’un autre a chuté en demie. En somme, les hommes du coach Ambroise Sarr veulent marquer leur empreinte dans cette compétition car que ce soient Nahamie Sambou, Binette Diatta, Safiétou Goudiaby, Anta Sambou et Marie Thérèse Manga chez les filles et Moussa Faye, Cheikh Tidiane Niang, Mohamed Bousso, Mouhamadou Moustapha Sène et Oumar Diouané, tous ont cette envie de gagner. Et tous disputeront aujourd’hui une finale pour l’or, à l’exception de Marie Thérèse battue en demi-finale par l’Ivoirienne Amy Youin en -70kg et Oumar, sorti par le Nigérien Garba Mourtala en -76kg qui joueront pour le bronze.

France – Sénégal 66-32 : Le niveau n’était pas le même
Dans cette demi-finale très attendue du reste, on s’est rendu compte que le niveau n’était pas le même entre la France et le Sénégal. Alors, l’expérience a parlé face à la jeunesse.
Techniquement et tactiquement mieux assises, les Françaises ont déroulé face à des Sénégalaises qui étaient loin de celles qui avaient plané sur leurs adversaires au premier tour. Dans ce match, les Sénégalaises n’ont mené qu’une seule fois et c’était dès l’entame du match avec ce lancer franc de Ndeye Binta Ndoye. Hormis ce léger avantage qui a été vite effacé du reste, le Sénégal n’avait plus été que l’ombre de lui-même. Et pire, nos joueuses ne parvenaient même pas à tenter un tir primé. Tout le contraire des Françaises qui déroulaient à leur guise : tirs primés, paniers à deux points, jeu intérieur et extérieur ; tout y est passé. Et pendant ce temps, le coach Birahim Gaye s’évertuait à leur remonter les bretelles, mais rien n’y fit. Les Françaises poussées par une large partie du public ivoirien (cela se comprend puisque la Côte d’Ivoire avait été éliminée la veille par le Sénégal en quart de finale) jouaient à leur aise. La preuve par cette domination outrageuse où le thermomètre montait crescendo.

Premier quart temps : 13-7 ; c’était acceptable. Second quart temps, c’est-à-dire à la mi-temps, la France menait 24-11 ; ça pouvait toujours passer. Mais au troisième quart temps, les Sénégalaises semblaient complètement désintégrées (47-19), soit 23 points pris contre 8 marqués. Et c’est seulement dans le troisième quart temps qu’on verra un semblant de réveil des Sénégalaises car le premier tir primé n’interviendra qu’à trois minutes de la fin, des œuvres de Couna Ndao (42-17). Dans le dernier quart temps alors que la France filait vers une victoire certaine, Ndeye Fatou Ndiaye réussissait le second tir primé du Sénégal à deux minutes de la fin alors que la France menait par 60-29.

D’ailleurs, c’est la même Ndeye Fatou Ndiaye qui récidivait sur un autre tir primé pour permettre au Sénégal d’atteindre la barre des 30 points. Mais déjà, la France était arrivée à la finale puisqu’elle bouclait cette partie sur un score révélateur de sa domination de 66-32. Aujourd’hui, le Sénégal disputera la 3ème place, synonyme de médaille de bronze face à l’équipe de la Wallonie Bruxelles, alors que la France affrontera le Canada Québec pour l’or.

Birahim Gaye, coach des Lionnes : « La meilleure équipe a gagné »
« C’est un match de basket et des défaites de ce genre peuvent arriver. Mais la meilleure équipe a gagné et c’est l’analyse que j’ai faite à l’issue du match. C’est vrai qu’on n’a pas reconnu l’équipe du Sénégal dans ce match parce qu’il y a eu tellement de contraintes dans le jeu. Après, on va évaluer. C’est notre première défaite, mais il y a quatre ans l’équipe du Sénégal s’était classée 6ème ; maintenant elle peut être 3ème ou 4ème à l’issue du match de classement. Donc l’objectif est atteint. La France n’était pas trop forte, ce sont mes filles qui n’ont pas bien joué. Maintenant, on va remonter le moral des filles et se préparer pour disputer ce match de classement contre la Wallonie Bruxelles pour être troisièmes. Il y a des possibilités d’être 3ème et on va se battre encore pour arracher cette place ».

De notre envoyé spécial : C F KEITA

Une nouvelle victoire sur une nouvelle victime. Hier, les protégées de Birahim Gaye n’ont pas fait dans la dentelle encore. Face à l’Ile Maurice que le Sénégal avait largement battu en football, nos basketteuses s’y sont mises elles aussi. Score final 104 à 19. Soit le plus gros score depuis le début de cette compétition. La promenade est maintenant bouclée ; reste désormais les choses sérieuses qui commencent demain. Car, aujourd’hui, les joueuses se reposent après avoir bouclé, hier, la phase de poule. Demain, place aux matches de quarts de finale. Aujourd’hui donc, la journée sera mise à profit pour bien se reposer avant de reprendre les compétitions avec maintenant des matches à élimination directe. Pour dire que les choses sérieuses commencent ce jeudi.

C. F. KEITA

Un match à sens unique où les protégées de Birahim Gaye ont mené les débats à leur guise devant une équipe nigérienne en apprentissage à ce stade de la compétition.
Les jeunes Sénégalaises, loin de forcer leur talent, ont su neutraliser une adversaire qui n’en menait pas large dans le match. Déjà à la fin du troisième quart temps, le Sénégal menait par 52 points d’écart (64-12). Dans le dernier quart temps, elles mettront le turbo pour dépasser la barre des 90 points et finalement la porter à 94 contre seulement 26.

Hier, contre la Guinée pour le compte du second match, le Sénégal menait déjà par 48 à 13 à la mi-temps. Au final, les Lionnes se sont imposées par 79 à 21.


Le « faux départ » de Moulaye Sonko
Aussitôt entré, aussitôt sorti. C’est le triste sort qu’a vécu hier l’athlète Moulaye Sonko dans l’épreuve des 100m. Un départ en trombe dans les premiers puis un claquage à la cuisse le contraint à l’abandon.
C’était d’ailleurs le seul athlète qui était en lice hier en attendant les deux autres Oumar Babou et Amadou Ndiaye (400m/haies) qui vont concourir aujourd’hui. A ce groupe, devrait s’ajouter Cheikh Abba Badji qui va effectuer le triple saut.

Sortie prématurée
Abdoulaye et Adama Dramé n’ont pas, eux aussi, duré devant la table. Les deux pongistes sénégalais qui ont d’abord joué en double mixte ont d’abord battu Haïti avant de perdre devant la Roumanie. Par équipes également, ils ont perdu deux fois contre le Burkina d’abord ensuite face au Gabon.

Les Lionnes du basket vont, elles aussi, fouler le parquet du Palais des Sports d’Abidjan aujourd’hui. Ce, pour un premier match contre le Niger pour le compte de la poule D qu’elles partagent aussi avec la Guinée et l’Ile Maurice. Un groupe a priori pas très relevé, mais dans lequel le Sénégal devrait jouer juste pour s’en sortir. L’entraîneur national qui a retenu finalement ses 12 joueuses aux termes de plusieurs stages externes, ne compte dans son groupe que deux expatriées que sont Bineta Ndoye qui évolue en Espagne et Aminata Faye qui joue en France ; toutes les autres sont des locales issues des meilleurs clubs du pays.
Mais on verra bien après le match contre le Niger ce que ce groupe a dans les jambes et dans les bras. Mais il faut dire que contrairement au football, les matches de basketball vont se disputer au pas de charge puisqu’il n’y aura pas de répit pour les équipes. Pour preuve, le Sénégal dès après son match d’aujourd’hui, doit se préparer à affronter demain la Guinée (15h45) avant de terminer avec l’Ile Maurice lundi (15h45). Cela est valable pour toutes les équipes engagées en basket.

C. F. KEITA

Le tirage au sort des phases de groupe de l’Afrobasket masculin, prévu du 8 au 16 septembre à Dakar et Tunis, a été effectué ce dimanche. Le Sénégal partage le groupe D avec l’Egypte, le Mozambique et l’Afrique du Sud. Coorganisateur de l’Afrobasket 2017 avec la Tunisie, le Sénégal est logé dans une poule où les adversaires sont largement à sa portée. Car si ce n’est l’Egypte qui a été médaillée d’argent en 2013 à Abidjan, les deux autres formations peinent à se faire un nom dans le basketball continental. Pour rappel, le Sénégal accueillera deux des quatre groupes de la phase préliminaire, tandis que la Tunisie sera l’hôte des autres groupes ainsi que de la phase finale.

Composition des poules
POULE A (Tunis) : Nigeria, Mali, Côte d’Ivoire, Rd Congo ;
POULE B (Dakar) : Angola, République Centrafricaine, Maroc, Ouganda ;
POULE C (Tunis) : Tunisie, Rwanda, Cameroun, Guinée ;
POULE D (Dakar) : Sénégal, Egypte, Mozambique, Afrique du Sud.
 
O. POUYE

Le Français Boris Diaw (d) d’Utah Jazz à la lutte avec Kevin Durant des Golden State Warriors en play-offs Nba, le 6 mai 2017 à Salt Lake City

AFP : L’international français Boris Diaw devrait prochainement quitter Utah, après une seule saison, rapporte la presse américaine jeudi.
Selon le site internet spécialisé The Vertical et la chaîne de télévision Espn, la franchise de Salt Lake City devrait libérer Diaw d’ici la fin de la semaine.

L’ailier fort de 35 ans dispose, en effet, dans son contrat avec Utah d’une option pour une saison supplémentaire qui sera activée automatiquement samedi s’il n’est pas libéré ou échangé d’ici là.
Les dirigeants du Jazz auraient décidé de se séparer de Diaw, dont le salaire annuel se monte à 7,6 millions de dollars, pour financer les arrivées de Thabo Sefolosha et Jonas Jerebko. Selon la presse spécialisée américaine, Diaw, en cas de départ d’Utah, ne devrait pas manquer de prétendants, en raison de son palmarès et de son expérience.

Il évolue en Nba depuis 2003 et a défendu les couleurs d’Atlanta (2003-05), Phoenix (2005-09), Charlotte (2009-12) et San Antonio (2012-16) avec qui il a remporté le titre Nba en 2014.

La co-organisation avec la Tunisie de l’Afrobasket masculin 2017 prévu du 8 au 16 septembre se précise. Le ministère des Sports et la Fiba se sont entendus hier sur tous les points au menu lors de leur rencontre. Matar Ba a donné des assurances fermes, même s’il reconnait que la décision finale revient aux plus hautes autorités de la République.

Le ministre des Sports, Matar Ba, a reçu hier, en marge de la réunion de coordination générale de son département à Saly, une délégation de Fiba-Afrique conduite par son président, Hamane Niane. La rencontre a tourné essentiellement sur la co-organisation de l’Afrobasket avec la Tunisie qui a abrité le prestigieux tournoi en 2015.

En effet, la Fiba et la fédération ont souhaité organiser cette phase ici à Dakar suite au désistement du Congo puis de l’Angola. L’instance dirigeante du basket internationale avait alors besoin de l’accord du gouvernement sénégalais, à travers le ministre des Sports. Selon le président Hamane Niane, l’entretien entre les deux parties s’est bien passé. Il a salué l’état d’esprit qui a animé les débats. « Nous partons satisfaits de cet entretien avec le ministre des Sports et confiants que le Sénégal a la capacité, les moyens et surtout le public pour réussir un Afrobasket digne de ce nom », a assuré le président de Fiba-Afrique. Pour le ministre des Sports, cette discussion a permis de mettre le doigt sur tout ce qui pourrait renforcer leur argumentaire quand il s’agira de rencontrer les plus hautes autorités de la République pour prendre la décision définitive.

À en croire Matar Ba, le Sénégal a toujours joué un rôle important dans le basket africain, et la Fiba qui a eu deux désistements pour l’organisation de l’Afrobasket a porté son choix sur le Sénégal pour organiser une phase de la compétition. Pour le ministre, il faut faire la part des choses. Selon lui, les conditions ne sont pas les mêmes quand un pays organise seul l’Afrobasket, et quand on organise une partie de la compétition. Ainsi, a précisé Matar Ba, le ministère et la Fiba se sont entendus sur tous les points au cours de cette rencontre. « Ce qu’on nous demande de faire, c’est que le parquet soit réfectionné ou changé, de régler le problème de l’étanchéité qui est dans nos capacités et de permettre à notre équipe nationale de pouvoir s’entrainer.

Pour le reste, il n’y a pas de difficultés parce qu’il n’y a pas d’exigence au plan financier qui empêcherait le Sénégal de pouvoir le faire », a laissé entendre le ministre des Sports.
D’ailleurs, a-t-il indiqué, une visite d’inspection sera menée au stadium Marius Ndiaye par le directeur des compétitions et celui des infrastructures. Par ailleurs, Matar Ba s’est dit très sensible au plaidoyer de l’international Gorgui Sy Dieng qui, a-t-il dit, a envie de jouer au Sénégal et pour les Sénégal. Et il n’est pas le seul, a-t-il assuré. « Il a défendu cette position au nom de l’équipe nationale masculine », a souligné le ministre des Sports.

Matar Ba est formel. « Tout ce qui peut accompagner les intérêts de l’équipe nationale, le président de la République sera dans les dispositions de pouvoir gérer cette question pour permettre au Sénégal de vivre de bons moments de basket, mais aussi d’avoir une équipe qui a toutes les chances d’aller jusqu’au bout de cette prestigieuse compétition », a assuré le ministre.

Selon lui, l’organisation de cette phase de l’Afrobasket 2017 ne coûtera pas plus de 200 millions de FCfa au Sénégal, compte non tenu de la réfection du stadium Marius Ndiaye. Mais, a-t-il précisé, cela n’a rien à voir avec la prise en charge, la participation et la préparation de l’équipe nationale.

Rappelons que la dernière fois que le Sénégal a organisé un championnat d’Afrique de basket masculin, c’était en 1997. Le dernier sacre des Lions au niveau continental remonte d’ailleurs à cette époque. En 2015, en Tunisie, le Sénégal a échoué en demi-finale en perdant face au Nigeria et a perdu le match de classement face au pays organisateur.

Samba Oumar Fall

L’Asc Ville de Dakar, malheureuse finaliste l’année dernière, en championnat féminin, va tenter face au Saint-Louis basket club (Slbc) de remporter son premier sacre le 15 juillet prochain. La veille, la Douane tenante du titre va essayer de conserver son trophée devant le Slbc (hommes).

Les dates des finales du championnat de basket (garçons et filles) sont désormais connues. Pour les filles, l’ultime tableau est prévu le 15 juillet au stadium Marius Ndiaye et mettra aux prises l’Asc Ville de Dakar et le Saint-Louis basket club (Slbc). Après avoir raté de peu le sacre l’année dernière au profit du Duc, les protégées de Moustapha Gaye tenteront de se rattraper cette fois. Mais leur pari ne sera pas de tout repos face à des Saint-Louisiennes déterminées à monter sur la plus haute marche du podium. Avant cette rencontre de taille, la petite finale opposera le Diaraf de Dakar aux étudiantes du Duc en première heure.

Les filles de Mborika Fall, qui ont vu le titre leur filer entre les doigts, vont essayer de se consoler avec une place de 3e au classement final. Le Duc a été sacré champion la saison dernière. C’est dire tout l’enjeu de cette affiche que voudront également remporter les « Vert Blanc » de la Médina.

Pour le championnat masculin, la finale est prévue la veille de cette confrontation entre le Slbc et la Douane à savoir le 14 juillet.

La Douane, championne en titre, tentera de conserver son titre face au Saint-Louis basket club qui n’a pas dit son dernier mot, dans la course vers le sacre. Pour la petite finale, Louga Bc et le Duc vont s’affronter, l’enjeu étant la 3e place.

S’agissant de la Coupe du Sénégal, les demi-finales retour seront disputées le 7 juillet prochain.

Elles mettront aux prises la Douane au Louga Bc et l’Asfa au Duc. La finale de la Coupe du Sénégal est prévue le 22 juillet.

D. SARR

L’arrière de Chicago Dwyane Wade a annoncé mercredi à ses dirigeants qu’il porterait à nouveau le maillot des Bulls la saison prochaine. Agé de 35 ans, Wade, arrivé l’été dernier à Chicago, disposait d’une option pour une deuxième année de contrat qu’il a décidé d’activer et qui lui garantit un salaire annuel de 23,8 millions de dollars (21,3 M Eur). «J’ai 24 millions de raisons de rester», a déclaré Wade à la chaîne de télévision Tnt.

Le triple champion Nba qui a fait toute sa carrière à Miami avant de rejoindre Chicago, a réalisé en 2016-17 l’une des saisons les moins prolifiques de sa carrière avec des moyennes de 18,3 points, 4,5 rebonds et 3,8 passes décisives par match. «18,3 points par match, 29 minutes de jeu avec 43% de réussite au tir à 35 ans: avec des +stats+ comme ça si j’avais 25 ans, on me donnerait 150 millions», a-t-il tweeté, en réponse à ses nombreux détracteurs qui lui reprochent de ne pas avoir renégocié à la baisse son contrat.

AFP

25 basketteuses évoluant pour l’essentiel dans le championnat national ont été convoquées par la Fédération sénégalaise de basket-ball pour participer à un stage de préparation en perspective des Jeux de la Francophonie prévus en Côte d’Ivoire du 21 au 30 juillet. Les Lionnes définitivement retenues auront pour mission de ravir la couronne des mains des Ivoiriennes victorieuses de la dernière édition tenue à Nice (France). Le Sénégal prépare la 8e édition des Jeux de la Francophonie. Après la présélection de 22 joueuses en prélude au prochain Afro-basket prochain, la Fédération sénégalaise de basket-ball a rendu publique une autre liste de 25 basketteuses en vue de cette compétition francophone prévue du 21 au 30 juillet prochain à Abidjan (Côte d’Ivoire). Celle-ci (la liste) est essentiellement composée de joueuses qui évoluent dans le championnat national.

Il s’agit de Maty Fall, Counta Ndao, Ndèye Fatou Ndiaye « Dalva », Ndèye Coumba Ndao, Yaye Irma Dièmé, Ndèye Fatou Ndiaye, Khady Kamara, Siga Mariama Barboza, Nassira Ba, Ndèye Awa Kébé, Aida Ndiaye, Mbaya Sembène, Mame Borso Niang Diallo, Sokhna Ndiaye, Ndèye Khadidiatou Dieng, Aminata Faye, Sokhna Bodiang, Aicha Sidibé, Marème Diop, Ndèye Siry Diagne, Adji Ndiaye, Bineta Ndoye, Lolly Ndiaye et Louise Oumou Diouf.

Les 12 Sénégalaises, qui seront définitivement sélectionnées au terme de la phase de préparation, auront pour mission de marcher sur les pas de l’équipe nationale A. Aya Traoré et ses coéquipières avaient remporté haut la main la dernière édition de l’Afro-basket organisée à Yaoundé au Cameroun en 2015. Un pari difficile face au pays hôte champion en titre des Jeux de la Francophonie en basket. En effet, les Ivoiriennes avaient fait sensation en 2015 à l’occasion des Jeux de Nice. Elles avaient disposé en finale de la Fédération de Wallonie Bruxelles.

Diégane SARR

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.