banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Football (1401)

Paris - Comme tout le monde, Aliou Cissé a regretté la tournure prise par le match entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire arrêté à trois minutes de la fin du temps réglementaire après que des supporters ivoiriens sont entrés sur le terrain pour manifester leur joie. L’entraîneur de l’équipe nationale pense que le football africain n’a pas besoin de ce genre d’actes qu’on qualifierait de hooliganisme. Dans un autre registre, il s’est dit globalement satisfait de la prestation de ses poulains.

« Coach votre réaction vu la tournure du match ?
On a eu la possibilité de pouvoir jouer en Europe dans un très bon stade où il y avait du monde. C’était la fête du football africain entre deux grandes nations du football. Que le match ait fini de cette manière c’est quand même regrettable, mais ce n’est pas la première fois qu’on assiste à une telle situation. Je ne comprends pas les raisons. Peut-être que le stade Charlety est difficile à gérer sur le plan de la sécurité et même pour la sécurité des joueurs. C’est quand même regrettable, le football africain n’a pas besoin de ça. Franchement, si nous voulons qu’on nous respecte, c’est à nous aussi de donner le bon exemple.

Et comment jugez-vous le contenu du match ?
Le contenu n’a pas été mauvais. Je crois qu’on a pu avoir pas mal d’opportunités. On aurait d’ailleurs pu avoir un ou deux penalty. On a même marqué un but qui, à mon avis, est valable. Je crois que notre fil conducteur est bon. Nous sommes dans une bonne dynamique depuis la Can. Maintenant ce que je regrette, ce sont ces erreurs individuelles qu’il faut éviter. Sur les deux matchs, il y en a eues et je crois qu’à l’avenir, il faut éviter cela. La satisfaction vient surtout du collectif. Je suis satisfait de la prestation des jeunes, d’Adama Mbengue, de Moussa Wagué, etc. Je crois que c’est une génération qui devrait normalement venir taper à la porte de l’équipe nationale.

Comment appréhendez-vous la suite ?
Il n’y a pas à appréhender quelque chose, nous avons de plus en plus des certitudes dans notre jeu. Nous sommes en train de mettre en place un football intéressant et je pense qu’on peut davantage marquer des buts par rapport aux situations et par rapport aux opportunités qu’on se crée. Nous savons que nous allons vers une échéance décisive, à savoir la double confrontation contre le Burkina Faso, et je crois que c’est un rendez-vous pas seulement pour l’équipe du Sénégal. C’est le rendez-vous pour tout le Sénégal et nous sommes tous concentrés dans l’espoir d’aller à la Coupe du monde. Nous voulons tous y aller parce que nous savons qu’en y allant, le football sénégalais peut avoir beaucoup de retombées positives. Ne pas y aller serait véritablement une grosse déception ».

Réalisé par Diégane SARR (envoyé spécial)

C’est peut-être tôt de tirer la sonnette d’alarme, mais dans certains clubs, l’heure est déjà grave. C’est le cas chez les ambitieux Académiciens de Diambars, en panne d’inspiration à mi-parcours, mais aussi à Ouakam et à St-Louis où l’Uso et la Linguère sont en alerte. Et si la situation est critique dans ces trois clubs, ce n’est pas le cas à Guédiawaye où le club local (le Gfc) a retrouvé le podium,malgré le divorce d’avec son ancien coach, Youssouf Dabo qui peine à prouver son expertise sur le banc du Stade de Mbour. 

Diambars en panne !
Qui n’avance pas, recule ! C’est le cas de Diambars qui perd du terrain dans la course au titre. Deux défaites consécutives après le virage, c’est le bilan alarmant des Académiciens de Saly Portudal. Après avoir cédé face au Diaraf (1-2) à Demba Diop, Diambars n’a pu rebondir à domicile dans le derby local contre Mbour PC. Des Pélicans mbourois qui, en fait, confirment leur redressement en cours. En effet, contrairement à Diambars, les Pélicans de Mbour PC ont réussi le plein de points, réalisant une bonne ascension. Ils sont désormais au milieu de la classe à la portée de Diambars, en panne. En revanche, Teungueth Fc qui était dans la même situation de détresse s’est bien relancé. Auteur du plein de points lors des deux dernières journées, le club de Rufisque est sur la bonne voie de redressement après une longue chute libre. L’opération de secours est donc en bonne voie. C’est le contraire à Ouakam et Gorée où rien ne va plus.

Alerte rouge à Ouakam et St-Louis !
Malgré le changement opéré sur son banc, le déclic tarde encore à l’Us Ouakam. Joseph Senghor a de la peine à faire oublier l’enfant du club, Al Ousseynou Sène, qui s’est cassé les dents comme coach du club Lébou. Certes le nouvel entraîneur des Ouakamois est parvenu à arrêter la saignée, mais il n’arrive pas à extirper le club du bourbier. Les clignotants sont encore au rouge vif. Le Ndiambour a aussi retrouvé son climat de doute après une courte période d’espoir. Ses voisins du Nord renouent aussi avec le doute. Comme à l’aller, la Linguère a engagé la phase retour avec deux défaites consécutives. Pire, l’équipe saint-louisienne a concédé 6 buts en deux matches. Après l’humiliation subie à domicile (2-4) contre Teungueth Fc, elle n’a pu se redresser (0-2) à Deni Birame Ndao face à Génération Foot. Inquiétant ! A ce rythme, ce sont les jours du technicien portugais Victor Salado qui sont comptés.

Youssouf Dabo se fait oublier à Guédiawaye
Il passait pourtant pour l’auteur des bonnes performances de Guédiawaye Fc. Mais au constat, c’est apparemment le contraire qui est en train de se produire. Poussé à la sortie après la Can 2017 pour une « absence non autorisée » d’après les autorités du club, après avoir pourtant réussi d’excellents résultats (4 victoires consécutives entre la 7e et 10e journée), l’ancien technicien du Gfc, désormais sur le banc du Stade de Mbour, a de la peine a confirmer avec son nouveau club. Pendant ce temps, son ancien club, le Gfc carbure sans lui. En attendant de connaître le sort de son match en moins (contre le Casa Sports), le club de la banlieue dakaroise occupe la 3e place du podium. Désormais à la hauteur du Diaraf, le Gfc peut prétendre à la place de dauphin. Tout comme le Casa Sports qui s’est aussitôt relevé de son premier faux-pas à domicile, il y a une semaine (0-1) au profit de Génération Foot qui a réussi à prendre sa revanche. A l’aller, le Casa avait, en effet, dompté les Grenats à domicile (2-1) lors de la 1ère journée en début novembre.

Ansoumana SAMBOU

Ahmad, le nouveau président de la Caf a pris fonctions samedi dernier au siège de l’institution au Caire en Egypte. Et les premiers mouvements sont à signaler. Hicham El Amrani, secrétaire général de l’organisation depuis 8 ans, a remis sa démission dimanche au nouvel homme fort de la Caf. « Ces huit dernières années ont été merveilleuses, gratifiantes et me laisseront des souvenirs impérissables. La Caf fera toujours partie de mon cœur, et le football africain me sera pour toujours très cher », lit-on dans la note envoyée à toutes les associations membres. El Amrani, 37 ans, poursuit : « Je remercie vivement le président sortant M. Hayatou et son Comité exécutif pour le soutien et la confiance dont j’ai pu bénéficier, et je remercie infiniment l’ensemble de l’administration de la Caf. Sans mes collègues, aucune réalisation n’aurait pu voir le jour. Je suis fier d’eux, ils sont et resteront ma deuxième famille. J’en profite aussi pour souhaiter au président de la Caf M. Ahmad ainsi qu’aux nouveaux membres du Comité exécutif tout le succès pour le futur, avec l’espoir que le football africain continuera d’atteindre de nouveaux sommets ». La démission du Marocain a été acceptée par Ahmad, lequel a déjà confié l’intérim du Secrétariat général à l’Egyptien Essam Ahmed, « et ce jusqu’à nouvel ordre », indique le site officiel de la Caf.

Le stade Charlety, niché dans le 13e arrondissement de Paris, accueille aujourd’hui, à 18h Gmt, le match amical entre les « Lions » de la Téranga et les « Éléphants » de la Côte d’Ivoire. Quoiqu’amicale, cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre des préparatifs des éliminatoires de la Can 2019 et du Mondial 2018 n’en présente pas moins un enjeu capital pour les deux équipes, qui ont besoin de se rassurer, en attendant les toutes prochaines échéances.

Paris - L’équipe du Sénégal affronte la Côte d’Ivoire, cet après-midi, à 18 heures au stade Charléty, dans le 13e arrondissement de Paris. Une rencontre amicale qui intervient quatre jours après celle qui opposait les « Lions » de la Téranga aux « Super Eagles » du Nigeria à Londres et qui a été sanctionnée par un nul 1 but partout. Ces deux matchs amicaux entrent dans le cadre de la préparation des éliminatoires de la Can 2019 et du Mondial 2018 prévus respectivement au Cameroun et en Russie.

Après l’épisode gabonais qui s’est achevé en quarts de finale, sur un goût d’inachevé, à la suite de la défaite contre le Cameroun aux tirs aux buts, les « Lions » se savent très attendus par les supporters. Tenus en échec, jeudi, par les « Super Eagles », grands absents de la dernière Can, Sadio Mané et Cie auront à cœur de battre les « Éléphants » ce soir, afin de se rassurer en attendant le début des éliminatoires de la Can 2018, en juin à Dakar face à la Guinée équatoriale, et la suite des éliminatoires de la Coupe du monde notamment la double confrontation contre le Burkina Faso prévu en août prochain.

Privé de quelques joueurs de taille, jeudi, lors du match contre le Nigeria, pour cause de problème de visas d’entrée en Angleterre, le sélectionneur national du Sénégal, Aliou Cissé, peut, cette fois, compter avec la quasi-totalité de la troupe. Absents de la partie anglaise, Kara Modji, Babacar Khouma, Khadim Ndiaye et Baldé Diao Keita ont notamment rejoint la Tanière, au grand bonheur du coach qui aura, cette fois, l’embarras du choix dans la composition de son équipe. Toutefois, Cissé devra, en même temps, composer avec l’absence de Kalidou Koulibaly, le défenseur du Napoli, reparti dans son club italien aussitôt après le match amical contre le Nigeria. Les attaquants Mame Biram Diouf et Moussa Sow, l’auteur du but contre le Nigeria, vont aussi manquer la rencontre contre la Côte d’Ivoire pour cause de blessure. Vu l’enjeu de cette confrontation quoique amicale, il faudra s’attendre à une opposition forte entre Ivoiriens et Sénégalais. Éliminée dès le premier tour de la Can Gabon 2017, la Côte d’Ivoire, championne d’Afrique en 2015, veut vite retrouver son statut de grand d’Afrique. Telle est, d’ailleurs, la mission assignée au nouvel entraîneur belge, Marc Wilmots, qui prendra les rênes de l’équipe dès après ce match. Il sera, bien sûr, ce soir à Charléty, pour suivre ses joueurs qui seront coachés par l’intérimaire Ibrahim Kamara. Wilmots pourra après, prendre officiellement le relais du Français Michel Dussuyer limogé après l’élimination précoce du champion d’Afrique en titre à la Can Gabon 2017.

Après leur victoire vendredi (2 – 0) aux dépens de la Russie, Serey Dié et ses coéquipiers veulent enchaîner face aux rivaux sénégalais. Une deuxième victoire d’affilée leur ferait le plus grand bien après une Can catastrophique au Gabon dans la perspective des éliminatoires du Mondial 2018 et de la Can 2019 ; d’où l’importance de cette confrontation. L’équipe du Sénégal et celle de Côte d’Ivoire sont de vieilles connaissances pour s’être affrontées à plusieurs reprises. Un duel sous-régional qui promet d’être palpitant !

Cheikhou Kouyaté, capitaine des Lions : « C’est bien de jouer contre d’anciens champions d’Afrique »
« Nous sommes prêts pour affronter la Côte d’Ivoire et cela fait quelques jours que l’on travaille dans le cadre de la préparation de ce match. C’est bien d’affronter la Côte d’ivoire car cela nous permet de nous jauger. Cette équipe a été championne d’Afrique il y a deux ans et le Nigeria l’a été en 2013. Nous aussi nous voulons être champions, donc il faut les jouer. En plus, cela faisait longtemps que l’on ne les avait plus croisés. C’est un match amical, mais on veut gagner car même à l’entraînement, on joue pour gagner. Le groupe est moralement bien. Avant même de venir en regroupement, j’ai appelé presque tout le monde. Nous nous sommes parlés pour nous remobiliser. La Can est terminée et il y a de nouveaux objectifs qu’il faut atteindre. La Coupe du monde en est un et on veut y aller pour faire plaisir au peuple sénégalais. Tous les matchs qui vont arriver seront des finales. On fera tout pour les gagner. On a appris que l’arbitre contre l’Afrique du Sud a été suspendu. L’Afrique du Sud ne doit donc pas prendre les trois points. Ce match doit être rejoué au pire des cas. Mais on n’attend pas grand-chose.»

Diégane SARR (envoyé spécial)

Paris - En marge de la dernière séance d’entraînement des «Lions» hier, Aliou Cissé est revenu sur la préparation du match amical qui met aux prises, aujourd’hui, à 18h, le Sénégal et la Côte d’Ivoire. S’il peut compter sur les arrivées de Diao Baldé Keita, Kara Mbodj, Khadim Ndiaye, Babacar Khouma, tous absents contre le Nigeria, le sélectionneur national devra, en revanche, composer avec les absences de Mame Birame Diouf, Pape Alioune Ndiaye, Ismaïla Sarr, Moussa Sow et Kalidou Koulibaly. Pour autant, il croit que le groupe est assez conséquent pour pouvoir s’en sortir face aux «Eléphants» de la Côte d’Ivoire.

Coach, pouvez-vous nous faire le point sur la préparation du match amical contre la Côte d’Ivoire ?
Ça se passe plutôt bien. Je crois qu’on a pu avoir un groupe assez conséquent mais au-delà, nous avons pu avoir trois séances d’entraînement depuis que nous sommes arrivés et ça nous a permis de mieux préparer cette rencontre face à la Côte d’Ivoire.

Cela veut dire que vous avez une idée du dispositif que vous comptez mettre en place ce soir.
On avait retenu un groupe de 26 joueurs pour les deux matches (contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire), mais il y a eu des blessés qui ne seront pas là. Pour Mame Birame Diouf, c’est un problème administratif, il n’a pas eu apparemment sa « green card » pour pouvoir voyager et entrer dans l’espace Schengen. Moussa Sow a été blessé lors du match contre le Nigeria ; de même que le jeune Ismaïla Sarr et Pape Alioune Ndiaye.

Mais le groupe est assez bon et je pense que nous avons ce qu’il nous faut pour bien aborder ce match contre la Côte d’Ivoire.
On a aussi appris que le défenseur central Kalidou Koulibaly est reparti dans son club de Naples aussitôt après le match contre le Nigeria…
Oui c’était prévu avant, il n’y a aucun problème. J’ai discuté avec son entraîneur et son directeur sportif. En réalité, on s’est mis d’accord entre le club et la sélection pour qu’il ne joue que le match contre le Nigeria et qu’aussitôt après, il retournerait à Naples. L’objectif aujourd’hui, c’est de trouver un consensus avec les clubs pour que les joueurs puissent évoluer dans de bonnes conditions et qu’ils ne rentrent pas en conflit avec leur employeur ; l’essentiel étant de faciliter leur retour dans la sélection. Je crois que la décision la plus intelligente était aussi de laisser partir les garçons et de faire jouer d’autres.

Jeudi, vous avez fait match nul contre le Nigeria, quelle note attribuez-vous à cette rencontre ?
C’est toujours intéressant, le Nigeria est un grand d’Afrique. C’est comme le Cameroun, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et d’autres pays. Ce genre de rencontre est très intéressant pour la préparation de l’équipe en vue des éliminatoires de la Coupe du monde et de la Can. Elle m’a permis de lancer des jeunes. Elle m’a permis de continuer à animer et à améliorer notre identité de jeu, notre projet de jeu et c’est important. Lors des matchs officiels, c’est toujours difficile de faire des essais, d’où l’intérêt de ces matchs amicaux qui permettent de faire bouger quelques postes et de voir d’autres garçons à l’œuvre. Et l’objectif de ces deux matchs contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire cet après-midi, c’est surtout cela.

C’est quoi la consigne contre la Côte d’Ivoire ?
Jouer, jouer, se concentrer surtout sur le jeu, au-delà du résultat. La consigne, c’est de continuer à améliorer notre identité de jeu, notre style de jeu, essayer d’être encore meilleurs sur les 50 dernières mètres adverses, être meilleurs sur les attaques placées mais surtout améliorer ce que nous savons faire, à savoir les attaques et contre-attaques. Contre la Côte d’Ivoire, on a la possibilité de revoir tout cela ; ce sera une répétition générale. Depuis la Can, on n’avait pas pas eu l’occasion de se retrouver et c’était important de se retrouver à travers ces deux matchs amicaux contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire.

Les absences de Moussa Sow, Mame Birame Diouf, Ismaiïla Sarr tous des attaquants, ne vont-elles pas impacter négativement la prestation de l’équipe ?
Pas du tout ! Aujourd’hui, on a Sadio Mané, Babacar Khouma, Diao Baldé Keita, Opa Nguet, Famara Diedhiou, etc. On a quand même assez d’attaquants pour pallier les absences des joueurs que vous avez cités.

Certains de vos joueurs n’ont pas pu avoir des visas d’entrée en Angleterre pour jouer contre le Nigeria. Comment avez-vous pu gérer cette situation ?
Ça, c’est surtout un problème administratif. Vous savez, l’Angleterre n’est pas dans l’espace Schengen. Du coup, il faut un visa, il faut remplir une demande qui peut prendre une quinzaine voire une vingtaine de jours. Même le Nigeria qui est un pays anglophone n’a pu disposer que 18 joueurs sur une liste de 24 sélectionnés et nous nous faisions déjà plus de 20 joueurs. En fait, le plus important, c’est que malgré tout cela, on a pu jouer ce match. C’est vrai que j’aurais aimé avoir le groupe au complet, cela n’a pas été le cas mais pour autant, cela ne nous a pas trop handicapés. On a pu travailler dans de bonnes conditions ; on a pu mettre en place notre dispositif et cela s’est reflété sur le terrain.

L’élimination du Sénégal en quarts de finale à la Can avait quand même un peu affecté le moral de l’équipe. Vos joueurs se sont-ils définitivement remis de cette déception gabonaise ?
La Can est finie maintenant et le plus important aujourd’hui, ce sont les perspectives avec les éliminatoires du Mondial qui vont débuter au mois de juin et la suite des éliminatoires de la Can prévue au mois d’août. La Can est finie. Les garçons l’ont évacuée, ce sont des footballeurs professionnels et ils ont à cœur de continuer à travailler et je crois que c’est la seule chose qui compte.

Recueillis par Diégane SARR (Envoyé spécial)

Génération foot confirme, de plus en plus, ses ambitions pour le titre dès sa première expérience dans l’élite. C’est, en tout cas, le constat qui se dégage à mi-parcours de la saison. Renversant tout sur leur passage, les Grenats de Deni Birame Ndao sont non seulement devenus indomptables à domicile, mais sont en train de tuer tout suspense dans la course à la succession de l’Us Gorée au titre de champion. Le Diaraf, deuxième, est désormais largué à 6 longueurs. En fait, les poursuivants de Génération foot ont connu un weekend noir. Outre le Diaraf victime de la révolte de Teungueth Fc, Diambars a aussi laissé, à domicile, le dernier mot à Mbour PC dans le derby de la Petite Côte. Niary Tally n’a pu profiter de ces faux-pas pour se replacer dans la course. La faute à Guédiawaye Fc, l’une des grandes bénéficiaires de la journée, avec le Casa Sports qui est parti enfoncer le Ndiambour chez lui, à Louga. Au fond de la classe, pas grand-chose à noter. Les deux relégables, Us Ouakam et Us Gorée, n’ont pu mieux faire que le partage des points à l’issue d’un match qu’il fallait remporter absolument.

Les résultats : Teungueth Fc – Diaraf : 1-0; Diambars Fc – Mbour PC : 0-1 ; Génération Foot – Linguère : 2-0, NGB Niary Tally : 0- 1 ; Us Ouakam- Us Gorée : 0-0; Ndiambour – Casa Sports : 2-3 ; Stade de Mbour – Douanes : 0-0

En match comptant pour la 15e journée Ligue 1 disputé samedi au stade Fodé Wade, Mbour Petite Côte a surpris (1-0) Diambars. Mi-temps (0-1). Arbitres : Malang Diédhiou (Cra Dakar), assisté de Djibril Camara et d’El Hadji Malick Samba (duo Cra Rufisque). But : Ibou Sène Diouf (23e) pour Mbour PC. Avertissements : Moussa Wade (80e) pour Diambars ; Serigne Mbaye Mbengue (54e), Samba Samaké (62e) et Baye Assane Cisse (85e) pour Mbour PC.

Les équipes : Diambars : Ousmane Mané, Bilaly Diallo (Cheikh S Faye, 75e), Souleymane Diallo, Ariel Mendy, Elimane Omar Cissé (cap), Abdoulaye Fall, Pape Omar Guèye, Nestor Mendy (Ousseynou Niang, 46e), Ousseynou Ndiaye, Birahim Gaye (Moussa Wade, 78e), Amadou Macky Diop. Entraineur : Papa Boubacar Gadiaga.

Mbour PC : Baye Assane Cissé, Pape Alioune Diallo, Moussa Guèye, Pape Oumar Diallo, Samba Samaké, Ibou Sène Diouf, Marc Diédhiou, Christian Dione (Serigne Mbaye Mbengue, 36e), Moustapha Kassé, Abdou Diallo (Mouhamed Sène, 78e), Benoit Toupane (cap, Muhammed Conteh, 84e). Entraîneur : Badara Sarr.

Plus rien ne va pour Diambars qui a enchainé samedi une troisième défaite. Lors du quatrième derby de la Petite Côte, les « Académiciens » ont, une nouvelle fois, courbé l’échine face à une équipe de Mbour PC en pleine confiance après ses succès face à Gorée et à l’Uso. Le sort du match a été scellé à la 23e minute de la rencontre. Sur une passe en profondeur de Benoit Toupane, Ibou Sène Diouf réussit à prendre de vitesse la défense de Diambars et à tromper Ousmane Mané. La réaction ne s’est pas fait attendre. Abdoulaye Fall (32e), Birahim Gaye (50e), Ousseynou Niang (53e) auraient pu permettre à Diambars de recoller au score, mais le réalisme n’était pas au rendez-vous. Encore moins du côté de Benoit Toupane et d’Abdou Diallo qui ont manqué l’immanquable. À l’arrivée, c’est Mbour PC qui remporte le derby et réalise une excellente opération. Une belle confirmation, puisque Mpc n’a jamais perdu au stade Fodé Wade.

S.O.F

Madagascar est le premier qualifié pour les éliminatoires de la Can-2019 après sa victoire 3-2 hier contre Sao Tome lors du match retour du tour préliminaire, quatre jours après sa victoire 1-0 à l’aller chez son adversaire. Les Malgaches n’ont jamais tremblé et ils seront maintenant opposés au Sénégal, à la Guinée Équatoriale et au Soudan dans le Groupe A. Demain, les Comores et Djibouti, tous deux vainqueurs 2-0 à l’aller, se déplaceront respectivement à l’Ile Maurice et au Soudan du Sud pour tenter d’imiter Madagascar.

Demain : 12h00 Île Maurice – Comores ; 12h30 Soudan du Sud - Djibouti

L’équipe du Sénégal rencontre, lundi, au stade de Charléty, la Côte d’Ivoire en match amical préparatoire aux éliminatoires de la Can 2019 et du Mondial 2018. Un match attendu par les supporters des «Lions» basés en France ; même si certains d’entre eux ne se sont toujours pas remis de la désillusion née de l’élimination par le Cameroun en quarts de finale de la Can 2017.

Paris - L’élimination des «Lions», en quarts de finale, par le Cameroun à la Can «Gabon 2017» est encore fraîche dans les mémoires chez les Sénégalais de France. Près de deux mois après la fin de cette compétition, ces derniers n’ont pas toujours digéré la désillusion, tant l’espoir était immense. Si l’on en croit François Mendy, journaliste féru de sport, c’est ce qui explique, un peu, voire le manque de ferveur constaté chez le douzième « Gaïndé » en France, à 72h de la rencontre amicale entre le Sénégal et la Cote d’Ivoire prévue lundi au stade de Charléty à 20h. « Ce n’est pas que l’équipe soit mauvaise mais cette élimination est intervenue au pire moment et a un peu éteint l’ardeur de certains supporters. Tout le monde pensait que, cette fois serait la bonne ; d’autant que les grands d’Afrique notamment la Cote d’Ivoire et l’Egypte étaient mal en point, sans compter l’absence du Nigeria », explique-t-il.

En revanche, le journaliste se réjouit du fait que cette désillusion à la Can gabonaise n’a pas impacté négativement le mental des poulains de Aliou Cissé, comme redouté. Pour preuve, il cite le cas de Sadio Mané, qui « de retour en Angleterre et dans la foulée de son pénalty raté contre les «Lions indomptables», carbure avec Liverpool ». François Mendy estime que Cheikhou Kouyaté et sa bande ne vont pas tarder à redonner espoir aux supporters. Au-delà de la rencontre amicale contre les «Éléphants» de Côte d’Ivoire, il souligne que les «Lions» devront surtout répondre présent à l’occasion des éliminatoires de la Can 2019 et du Mondial 2018. L’ancien journaliste sportif au quotidien national Le Soleil pense que « nous avons la chance de pouvoir compter sur un bon coach qui a la hargne et l’envie de gagner ». Reste la chance, qui est, selon lui, la grande inconnue.

Pour Ousmane Coly, un travailleur du secteur immobilier, vivant en France, les poulains d’Aliou Cissé doivent remporter leur duel contre les «Éléphants», pour se remobiliser, après leur participation infructueuse à la Can 2017 et surtout la défaite concédée face aux « «Lions indomptables» du Cameroun.

A l’en croire, une belle performance lundi contre les poulains du nouvel entraîneur Marc Wilmots leur permettrait aussi de se réconcilier avec les supporters. C’est pourquoi, il estime que c’est un match à l’enjeu important pour l’équipe nationale du Sénégal. Ousmane Coly indique néanmoins que le secteur de la défense devra être amélioré, vu les flottements constatés lors de la Can, notamment contre le Cameroun. En définitive, il croit savoir que le Sénégal va battre la Côte d’Ivoire mais surtout se qualifier à la Can 2019 et au prochain Mondial prévu en 2018 en Russie. « Cette équipe a le potentiel pour aller très loin. Tout ce qu’il faut aux joueurs, c’est plus de solidarité, un peu plus d’agressivité, l’envie de gagner et de la détermination. Les joueurs doivent s’inspirer du Cameroun et mouiller davantage le maillot », insiste encore Ousmane Coly qui a promis de se rendre au stade Charléty pour apporter son soutien indéfectible à Sadio Mané et Cie.

De l’avis de Khadija Cissé, « tout le monde attend avec impatience ce match amical » opposant «Lions» de la Téranga et «Eléphants» de Côte d’Ivoire. Malgré l’élimination prématurée au Gabon, elle reste convaincue « qu’on a une bonne équipe et que c’est juste la chance qui nous a fait défaut ». Contrairement à certains, elle a tourné la page de cette Can et scrute de nouveau l’horizon avec espoir. « La prochaine fois sera la bonne », dit-elle soulignant que la qualification à la prochaine Can et au Mondial Russe est une évidence. Elle conseille, toutefois, au coach de garder l’ossature de l’équipe et de ne pas, tout le temps, chambouler le groupe pour ne pas toujours faire un éternel recommencement. Même sentiment chez cette ancienne athlète de l’Us Gorée qui préfère garder l’anonymat. Elle est d’avis que les Sénégalais sont pressés, or « il faut donner du temps à Aliou Cissé pour bâtir une équipe dans la cohésion et la complicité ». « On ne construit pas une équipe dans le court terme. «Gabon 2017» était la première Can d’Aliou Cissé, du coup, il ne fallait pas lui demander de gagner la Coupe », s’insurge-t-elle.

Pour tous, le match nul (1 – 1) décroché jeudi à Londres face au Nigeria est un pas important dans la bonne direction. Il faudra confirmer lundi contre la Côte d’Ivoire en attendant la première journée des éliminatoires du Mondial 2018, en juin à Dakar face à la Guinée équatoriale.

Diégane SARR (envoyé spécial)

Le programme de la journée : 
Aujourd’hui : A Demba Diop, 15h30 : Us Ouakam (14e, 11 pts) – Us Gorée (13e, 11 pts) ; 17h30 : NGB Niary Tally ( 3e, 23 pts) – Guédiawaye Fc (5e, 22 pts) ; A Deni Birame Ndao, 16h30 : Génération foot (1er , 28 pts) – Linguère (11e, 14 pts) ; A Amadou Barry, 17 h : Teungueth Fc (10e, 15 pts) – Diaraf (2e, 25 pts);
A Fodé Wade, 17 h : Diambars (4e, 22 pts) – Mbour PC (7e, 18 pts)
Demain : A Caroline Faye, 17 h 30 : Stade de Mbour (8e, 17 pts) – Douanes (9e, 16 pts) ; A Alboury Ndiaye, 17 h : Ndiambour (12e, 13 pts) – Casa Sports (6e, 21 pts)

Les « Lionceaux » ont raté hier leur entrée en matière dans le Tournoi des 4 Nations initié par la Fédération française de football et organisé par la Ligue de Bretagne et les districts des Côtes-d’Armor et d’Ille-et-Vilaine. Les Koto Boys ont été laminés par la France 3 buts à 0 à Saint-Malo.

Les vice-champions d’Afrique n’ont donc pas fait le poids face aux champions d’Europe, mais auront l’occasion de se racheter demain samedi pour leur deuxième match face au Portugal, avant de boucler la boucle mardi prochain contre l’Angleterre.

Signalons que ce tournoi sert de préparation à ces quatre équipes toutes qualifiées au Mondial des U 20 prévu en mai et juin en Corée du Sud.

Face à la presse hier, le président délégué de Dakar Sacré-Cœur, Mathieu Chupin, s’est dit satisfait du partenariat qui lie désormais son club et l’Olympique lyonnais. « Un partenariat qui avance et dont on voit déjà les perspectives », a-t-il souligné ajoutant que l’OL est le deuxième plus grand club formateur au monde, derrière le Fc Barcelone. Il a rappelé que l’objectif de ce partenariat est de bâtir un club qui va se positionner au plan national puis à l’échelle internationale. « Nous voulons bâtir dans 10, 15 ans, un club qui deviendra une institution », a-t-il laissé entendre. Il a aussi expliqué que le partenariat entre les deux parties va au-delà de l’aspect strictement sportif. Selon lui, le club français s’intéresse aussi aux activités ludiques et sociales développées par DSC. Patrick Girard, le responsable du Recrutement de l’OL a magnifié le projet et la vision de DSC. « On a compris qu’il y avait une vision, des stratégies, des valeurs et deux ans après la signature du partenariat, on s’aperçoit déjà de tout le chemin parcouru », a-t-il indiqué. En marge de cette rencontre avec la délégation lyonnaise, Dakar Sacré-Cœur a signé un partenariat de deux ans avec la Sococim, qui s’active dans la cimenterie.

Ousseynou Ndiaye, premier joueur de DSC transféré à l’OL
Ousseynou Ndiaye, milieu offensif à Dakar Sacré-Cœur, sera le premier joueur de ce club à être transféré à l’Olympique lyonnais. La nouvelle a été annoncée hier, par Mathieu Chupin, le président délégué de DSC, au cours d’une rencontre avec une délégation de l’OL ouverte à la presse. « C’est une satisfaction et une fierté pour le club », a réagi le président délégué qui espère que d’autres joueurs de DSC suivront rapidement les traces de son jeune protégé. C’est dire que le partenariat entre l’OL et DSC, en vigueur depuis novembre 2015, offre beaucoup d’opportunités aux joueurs du club sénégalais. Âgé de 19 ans, Ousseynou Ndiaye s’est rendu à deux reprises, en France pour se faire tester par l’OL en vue d’un transfert. Le directeur sportif de l’équipe lyonnaise, Alain Olio, a dit l’avoir supervisé 7 fois. Il a souligné avoir remarqué en lui « une bonne qualité technique individuelle qu’il va falloir parfaire » et de bonnes dispositions athlétiques. « C’est un joueur assez complet.

Il a tout pour réussir », a ajouté, avec satisfaction Alain Olio. Pour autant, ce dernier estime que le plus dur reste à venir pour le prodige de DSC qui devra réussir le défi de l’intégration dans le groupe de l’OL et faire face à la rude concurrence.

Diégane SARR

Récemment nommé sélectionneur de la Côte d’Ivoire, Marc Wilmots voudrait que Yaya Touré revienne en sélection. « J’ai vu ses deux derniers matches avec Manchester City au poste de milieu défensif. Il est toujours super, il est bien physiquement, a constaté Wilmots. Je vais aller le voir et discuter avec lui. » Yaya Touré, 33 ans, n’a plus joué pour la Côte d’Ivoire depuis la victoire dans la Can 2015.

« Je sais à quel point il est important d’avoir des joueurs expérimentés, a ajouté Wilmots. Ce n’est pas encore terminé pour Touré, on veut qu’il revienne. Le cas Yaya Touré sera l’une de mes premières missions », a assuré l’ancien sélectionneur de la Belgique.

Le premier match d’après Can 2017 des « Lions », hier au Hive Stadium de Londres, s’est terminé sur un nul (1 but partout) face au Nigeria. Après une première mi-temps vierge, le Sénégal a ouvert le score par Moussa Sow à l’heure de jeu et a longtemps cru à la victoire. Mais les « Super Eagles » sont revenus à la marque dans les 10 dernières minutes sur un penalty transformé par Kelechi Iheanacho, l’attaquant de Manchester City. Selon nos informations, la rencontre a été assez plaisante et très rythmée et engagée comme en témoignent les nombreux cartons jaunes distribués (3 côté nigérian et un pour le Sénégalais Cheikh Mbengue entré en cours de match).

Pour ce match de reprise après la Can où le Sénégal s’était arrêté en quarts de finale, éliminé aux tirs au but par le Cameroun, futur vainqueur de l’épreuve, Aliou Cissé avait lancé d’entrée 4 joueurs qui étrennaient leur première sélection dans la grande Tanière : Pape Seydou Ndiaye dans les cages, Moussa Wagué et Adama Mbengue, respectivement sur les flancs droit et gauche de la défense et Opa Nguette en attaque. Au total, le Sénégal s’est présenté dans un onze de départ totalement inédit (sans Sadio Mané entré seulement en milieu de seconde période) mais qui a plus ou moins tenu la distance.

A défaut d’une victoire qui leur tendait les bras, les « Lions » se contentent donc de ce nul sur lequel ils ne cracheront certainement pas. Maintenant, ils vont se tourner vers leur deuxième match de préparation, lundi à Charléty, en France, face aux «Eléphants » de Côte d’Ivoire.

Onze de départ du Sénégal : Pape Seydou Ndiaye, Moussa Wagué (puis Sadio Mané), Kalidou Koulibaly, Cheikhou Kouyaté, Adama Mbengue (puis Cheikh Mbengue), Idrissa Gana Guèye, Cheikh Ndoye, Salif Sané, Opa Nguette, Mame Biram Diouf, Moussa Sow (puis Famara Diédhiou).

La Fifa a procédé hier au tirage au sort des groupes du Mondial de la catégorie juniors qui se déroulera en Corée du Sud du 20 mai au 11 juin prochains. A part le Sénégal, 4e de la dernière édition et vice-champion d’Afrique en titre, qui hérite d’un groupe F abordable, les autres représentants du continent africain ne sont bien servis.

La Fifa a procédé hier au tirage au sort des groupes du Mondial de la catégorie juniors qui se déroulera en Corée du Sud du 20 mai au 11 juin prochains. A part le Sénégal, 4e de la dernière édition et vice-champion d’Afrique en titre, qui hérite d’un groupe F abordable, les autres représentants du continent africain ne sont bien servis.

Depuis hier, le Sénégal connaît ses adversaires de la prochaine Coupe du monde des moins de 20 ans prévue du 20 mai au 11 juin prochains en Corée du Sud. A l’issue du tirage de la 21e édition, les Koto Boys partagent le groupe F avec l’Équateur, les États-Unis d’Amérique et l’Arabie Saoudite. Un groupe relativement abordable pour le vice-champion d’Afrique, contrairement à ceux des autres représentants du continent africain. Et particulièrement la Guinée qui est logée dans la poule A, à côté de l’Argentine, le pays le plus titré avec 6 sacres, l’Angleterre et la Corée du sud, pays organisateur contre qui elle disputera d’ailleurs le match d’ouverture, le 20 mai. Dans poule C, la Zambie, championne d’Afrique en titre, va défier le Portugal, le favori. L’Iran et le Costa Rica ses deux autres adversaires ne représentent pas un grand danger pour les champions d’Afrique qui se feront le défi d’honorer leur titre. L’Afrique du Sud est logée dans le « groupe de la mort » (D), à côté du Japon, de l’Italie et de l’Uruguay. Du lourd pour les Sud-Africains. Les mains de Diego Armando Maradona et Pablo Aima ont été lourdes pour les «Amajita».

Quatrième lors de la précédent édition il y a deux ans en Nouvelle Zélande, le Sénégal va batailler ferme pour confirmer sa bonne prestation de 2015. Pour rappel, le Ghana est le seul pays africain à avoir remporté ce titre. C’était en 2009 en Egypte. Par ailleurs, d’après le règlement de la compétition, les quatre meilleurs troisièmes tous groupes confondus accompagneront les deux premiers de chaque poule en 8es de finale. Un motif d’espoir pour les représentants africains.

A. SAMBOU

Sidate Sarr, entraineur national adjoint des « Lionceaux » : « Bien nous préparer pour faire bonne figure »
« En coupe du monde, il n’y a pas de groupe facile. Mais le nôtre est à notre portée. Il nous faut avoir une préparation de qualité afin de faire une bonne prestation ». Tels sont les premiers mots de Sidate Sarr, l’entraîneur national adjoint des « Lionceaux » vice-champions juniors d’Afrique, à l’énoncé de la composition des poules du Mondial U20 de mai et juin prochains en Corée du Sud.

D’après l’ancien entraîneur de l’Olympique de Ngor d’ailleurs, le staff technique sénégalais n’a pas attendu le tirage au sort pour se pencher sur la préparation du rendez-vous mondial. « Dès notre qualification, après la victoire contre le Cameroun lors du 3ème match de la Can juniors à Ndola, nous avons établi un plan-programme de préparation qui débute la semaine prochaine ». Selon Sidate Sarr, en effet, les « Lionceaux » prendront part à « un tournoi des 4 Nations qui regroupera la France, pays hôte, l’Angleterre et le Portugal toutes qualifiées au prochain Mondial et qui cherchaient une équipe africaine pour compléter le tableau ». On signale que l’Angleterre croisera la Guinée, classée 3ème de la dernière Can U20, dans un Groupe A très relevé avec l’Argentine et la Corée du Sud pays organisateur. Le Portugal lui a hérité du champion d’Afrique, la Zambie dans un Groupe C qui comprend en outre l’Iran et le Costa Rica. Quant à la France, il n’y a pas d’équipe africaine à son menu en matches de groupe.

Pour ce Mondial juniors en Corée du Sud où les « Lions » avaient émerveillé le monde en 2002, les juniors sénégalais ne se fixent pas de limites. « Chez les moins de 20 ans, il n’y a pas d’objectif intermédiaires. Car, pour une évidente question d’âge, les effectifs changent tous les deux ans », a rappelé l’adjoint de Joseph Koto, dans la Tanière juniors. La preuve, « aucun des joueurs qui avaient été vice-champions d’Afrique à Dakar et quatrièmes au dernier Mondial en Nouvelle Zélande n’est là », a-t-il ajouté. L’ambition, cette fois encore, sera de faire au moins aussi bien. Mais, il faudra d’abord s’employer à passer le cap des matches de groupe.

C’est dans cette perspective que Sidate Sarr a annoncé que le groupe sera forcément enrichi. « On va d’abord évaluer la Can. Cette équipe a de la qualité et a un vécu pour avoir disputé les éliminatoires, plus d’autres tournois en plus de la phase finale ; mais certains secteurs de jeu seront renforcés avec deux ou 3 joueurs de qualité », a-t-il révélé. En fait, selon l’adjoint de Koto, le Sénégal n’avait pas pu compter, lors de la Can, sur tous les joueurs ciblés ; puisque la compétition ne coïncidant pas avec les dates Fifa, certains clubs avaient refusé de libérer leurs éléments. Cette fois, ce ne sera pas le cas. Et les techniciens comptent en profiter largement.

B. K. N.

Les poules
A : Corée du Sud, Guinée, Argentine, Angleterre
B : Venezuela, Allemagne, Vanuatu, Mexique
C : Zambie, Portugal, Iran, Costa Rica
D : Afrique du Sud, Japon, Italie, Uruguay
E : France, Honduras, Vietnam, Nouvelle Zélande
F : Équateur, Usa, Arabie Saoudite, Sénégal

La longue pause observée par les équipes de Ligue 1 et Ligue 2 lors de la dernière Can a diversement influé sur les performances des différentes formations. Si les unes en ont profité pour se refaire une santé, d’autres ont fait les frais du relâchement. C’est le cas de Dakar Sacré-Cœur qui, avec 20 points au sortir de la 10ème journée avant la pause, s’est retrouvé trois matches plus tard avec 22 unités. Soit une défaite et deux matches nuls qui ont fait suite aux cinq victoires et un nul obtenus lors des six dernières rencontres ayant précédé la Can. Une mauvaise passe qui lui a fait perdre la tête du classement. « La trêve a marqué un petit coup d’arrêt. On a eu du mal à repartir », selon son coach, Bruno Rohart. M. Rohart qui s’exprimait la semaine dernière en marge de la signature de partenariat entre son club et Hyundai, soutient pourtant, qu’après un arrêt d’une dizaine de jours pendant la pause.« On a fait une grosse préparation pour pouvoir être prêts jusqu’à la fin du championnat. Il semblerait que nous avons eu du retard à l’allumage sur les trois derniers matches dans des circonstances vraiment différentes », a-t-il affirmé.

Ainsi, la suite de la compétition s’est avérée un peu plus compliquée pour ses poulains. « Contre la Sonacos lors de la 11ème journée (1-2), on a été en dessous de tout. Le match contre Bargueth (1-1, 12ème journée) était mieux abouti et on a été capables de revenir au score à la dernière minute ; ce qui veut dire qu’on a des ressources mentales. Et contre Yeggo, ils ont mené dès leur première occasion et là aussi, on a eu les ressources mentales pour égaliser mais pas pour remporter la partie », a concédé le technicien. Il a tout de même souligné que les adversaires ont également joué leur partition puisque « on a en face des équipes qui s’accrochent, qui se battent et qui nous posent des problèmes. Il faut en tenir compte ». Mais la situation actuelle ne l’inquiète pas outre mesure. Et M. Rohart de soutenir qu’il faut reprendre la marche en avant pour gagner en confiance « parce que je crois qu’on a perdu un peu confiance. Mais surtout au plan athlétique et physique, il faut qu’on revienne à notre meilleur niveau. Et on est en train de travailler dessus ». Le championnat est encore long ; il reste tous les matches de la phase retour et le technicien pense qu’il ne faut pas paniquer. « On a une ligne de conduite : on s’y tient, on ne panique pas et on continue à avancer ».

Avec un groupe de performance de 29 joueurs dont 3 gardiens, le technicien qui est arrivé cette saison sur le banc de Dakar Sacré-Cœur estime que ses dirigeants que sont Mathieu Chupin (Directeur délégué) et Alain Olio (Directeur sportif) ne lui ont fixé aucun objectif. Même si avec son groupe, l’ambition est d’aller le plus loin possible. « En aucun cas, on ne nous a demandé de monter absolument ; ce n’est pas vital pour les joueurs. Mais nous, compétiteurs (coachs, staff et joueurs) avons évidemment envie de jouer en Ligue 1 ; c’est normal parce que c’est l’élite du football national. Mais on va y aller petit à petit, on travaille un match après l’autre ». Cet objectif de montée est partagé par beaucoup d’autres équipes d’un championnat de L2 qu’il découvre et qu’il juge très élevé. Selon lui, il n’y a pas de petites équipes et tout le monde bat tout le monde. La preuve avec Bargueth, dernier qui fait match nul avec son équipe avant de tenir en échec Yeggo. « C’est un championnat qui est très compliqué et à part l’équipe du Duc qui a pris 5-0 à Diourbel dans des conditions certainement difficiles, les matches sont âpres.

Le niveau est assez homogène, il n’y a jamais un match qui est gagné en avance et il faut être costaud mentalement ». Ce qui lui fait dire que chaque match est un combat et il faut être prêt physiquement et mentalement pour réussir.

Ousseynou POUYE

Ahmad a été élu président de la Confédération africaine de football (CAF), ce 16 mars 2017 à Addis-Abeba. Le Malgache a battu Issa Hayatou 34 voix à 20. Le Camerounais était au pouvoir depuis 1988.

Coup de tonnerre dans le monde du football ! Issa Hayatou, le dernier des Mohicans de toute une génération de dirigeants, est tombé, ce 16 mars 2017 à Addis-Abeba. Des cris de joie libérateurs ont retenti dans l’auditorium Nelson Mandela de l’Union Africaine.

Le patron de la Confédération africaine de football (CAF) depuis 1988 a été battu 34 voix à 20 par Ahmad lors de l’élection du président de la CAF.
Une grande surprise

La victoire du Malgache est une grande surprise. Peu connu il y a encore quelques mois, le président de la Fédération Malgasy avait annoncé sa candidature en janvier général. D’abord raillé, celle-ci a peu à peu fédéré les mécontents des dernières années Hayatou. Un mécontentement longtemps tu mais qui n’avait cessé d’enfler depuis cinq ans.
Ahmad a d’abord eu le soutien des pays d’Afrique australe (Cosafa) et de pays anglophones comme le Ghana ou le Nigeria, avant de rallier certains pays francophones comme le Niger ou la RD Congo.

Un lobbying efficace
Si Ahmad s’est fait remarquablement discret durant ce 60e anniversaire de la CAF, c’était pour mieux convaincre en à un les différents indécis. « Ça va, ça avance », lâchait-il dans un grand sourire, la veille, dans un couloir d’hôtel. Une déclaration qui pouvait ressembler à du bluff alors qu’il sortait d’une réunion avec une quinzaine de délégués.

Le Malgache n’a peut-être pas été tout seul dans cette affaire…. Une source indique que, dans la chambre du président de la Fédération internationale de football (FIFA), les tractations se sont poursuivies toute la nuit en faveur du Malgache. Gianni Infantino était accusé depuis plusieurs mois de rouler pour le rival d’Issa Hayatou. « Du côté de la FIFA, une source indique que ce résultat peut apaiser les relations devenues tendues avec la CAF, depuis qu’Infantino avait pris la présidence en février 2016.

Source : Rfi (Le Soleil en partenariat avec France Médias Monde)

L’ogre Manchester United reçoit Rostov, face auquel il a calé en Russie (1-1), aujourd’hui en 8e de finale retour d’Europa League, tandis que Lyon doit préserver son avance sur la pelouse de l’AS Rome après une victoire convaincante à l’aller (4-2).

Programme (en heures GMT) : Aujourd’hui : 18h00 Genk (BEL) - La Gantoise (BEL) ; Besiktas (TUR) - Olympiakos (GRE) ; Krasnodar (RUS) - Celta Vigo (ESP) ; 20h05 Anderlecht (BEL) - Apoel Nicosie (CHY) ; Manchester United (ANG) - Rostov (RUS) ; Ajax Amsterdam (P-B) - Copenhague (DAN) ; Borussia Mönchengladbach (ALL) - Schalke 04 (ALL) ; AS Rome (ITA) - Lyon (FRA)

AFP

Après le match fou à l’aller (5-3), Monaco a dominé Manchester City (3-1) hier à domicile. Les joueurs de Leonardo Jardim rejoignent les quarts de finale. Contraint de remonter deux buts, Monaco a réussi à emballer son match contre Manchester City puis à contrôler (3-1) pour rejoindre les quarts de finale.

Dans l’autre match du jour, malgré son nul vierge face au Bayer Leverkusen, l’Atlético Madrid, net vainqueur à l’aller (4 – 2), s’est également qualifié.

Les résultats aller et retour des 8e de finale : (+) Juventus Turin (ITA) - FC Porto (POR) 2-0 1-0 ; (+) Leicester (ANG) - Séville FC (ESP 1-2 2-0 ; (+) Monaco (FRA) - Manchester City (ANG) 3-5 3-1 ; (+) Atletico Madrid - Bayer Leverkusen (ALL) 4-2 0-0 ; Naples (ITA) - (+) Real Madrid (ESP) 1-3 1-3 ; Arsenal (ENG) (+) Bayern Munich (ALL) 1-5 1-5 ; (+) FC Barcelone (ESP) - Paris SG (FRA) 0-4 6-1 ; (+) Dortmund (ALL) - Benfica Lisbonne (POR) 1-0 4-0

Ndlr : Les équipes précédées du signe (+) qualifiées pour les quarts de final

Aliou Cissé avait annoncé, quelques jours après la Can « Gabon 2017 » où son équipe s’était arrêtée en quarts de finale, que désormais le temps était à la mise en place d’une nouvelle identité de jeu. Il avait également promis qu’il n’y aurait pas de révolution dans la Tanière, mais juste une évolution.

On peut dès lors s’attendre à retrouver l’essentiel des joueurs avec qui il avait fait la campagne gabonaise, dans la liste qu’il va publier ce matin au Good Rade pour affronter en amical le Nigeria, le 23 mars à Londres et la Côte d’Ivoire, le 27 à Paris. Surtout que depuis à peine un mois et demi que cette compétition là est finie, très peu de joueurs ont éclos. Mais comme d’autres ont pratiquement disparu du haut niveau, il serait logique de voir quelques nouvelles têtes. Dans tous les cas, ceux qui seront retenus auront fort à faire face à des « grands d’Afrique » actuellement en mal de performance et qui veulent retrouver les sommets de la hiérarchie continentale.

Vous avez dit remuntada ? Monaco doit refaire aujourd’hui son retard après la défaite spectaculaire à Manchester City (5-3) en 8e de finale aller de Ligue des champions. L’Atletico Madrid, vainqueur 4-2 à l’aller, est lui tout proche d’une qualification en quarts. La bande à Kylian Mbappé a des raisons d’espérer grâce aux trois buts monégasques inscrits à l’extérieur dans le match fou du 21 février. Il va falloir encore marquer et la meilleure attaque d’Europe en est capable. Avec comme interrogation l’état de forme du capitaine de Monaco Radamel Falcao, qui a effectué une reprise «adaptée», après un coup à une hanche ce week-end contre Bordeaux.

L’Atletico est plus serein. L’autre club de Madrid avait fait fort sur la pelouse de Leverkusen, à l’image de la paire française Antoine Griezmann-Kevin Gameiro, impressionnante. Le retour à domicile contre le Bayer Leverkusen est donc l’occasion de réduire un peu l’écart.

Le programme : Aujourd’hui : 19h45 GMT : Atlético Madrid (ESP) - Leverkusen (ALL) ; Monaco (FRA) - Manchester City (ANG)

AFP

Sensation hier soir au King Power Stadium, où Leicester a éliminé Séville en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Battus 2-1 à l’aller en Andalousie, alors que Claudio Ranieri était encore leur entraîneur, les Foxes, désormais sous les ordres de Craig Shakespeare, l’ont emporté 2-0, grâce à des réalisations de Wes Morgan (27e) et Marc Albrighton (54e).
Les Sévillans ont terminé la rencontre à dix suite à l’expulsion de Samir Nasri (74e). Et Steven N’Zonzi a lui raté un penalty à la 80ème minute, qui aurait remis les deux équipes à égalité sur l’ensemble des deux matches.

…La Juve confirme face à Porto
La Juventus de Turin de son côté a confirmé sa victoire du match aller au Portugal (2 – 0) en s’imposant hier dans l’autre huitième de finale retour par 1 but à 0 à domicile au retour face au FC Porto. Les Italiens ont profité de l'expulsion de Maxi Pereira (41e) pour faire la différence, l'Uruguayen provoquant un penalty transformé dans la foulée par Paulo Dybala (42e).

Les éloges ne cessent de pleuvoir sur N’Golo Kanté, champion d’Angleterre avec Leicester la saison dernière, bien parti pour l’être à nouveau cette année avec Chelsea, à qui il a aussi offert la qualification pour les demi-finales de la Cup, lundi soir contre Manchester United (1-0). Lors du débriefing du match sur la BBC, Frank Lampard, ancienne gloire des Blues, a apporté son écot aux louanges : « J’irais jusqu’à dire qu’il est le meilleur milieu axial au monde (...) Il ne marque certes pas beaucoup mais ce qu’il donne à l’équipe, la façon dont il joue (...) je ne vois personne de meilleur à l’heure actuelle.»

Essien s’engage en Indonésie
Sans club depuis son départ du Panathinaïkos en fin de saison dernière, l’ancien milieu de terrain de Lyon, du Real Madrid et Chelsea, Michael Essien, s’est engagé hier avec Persib Bandung, un club indonésien. Le Ghanéen de 34 ans, international à 58 reprises, portera le n°5 dans son nouveau club, l’un des plus populaires du pays.

Ronaldhino ira au Pakistan pour promouvoir le foot
Ronaldinho va prochainement se rendre au Pakistan, espérant y promouvoir le football dans un pays fou de cricket. Sa visite a été mise sur pied par la Leisure Leagues, organisme basé en Grande-Bretagne, qui organise des tournois avec des équipes comptant cinq à sept joueurs. Leisure Leagues prévoit d’organiser le mois prochain des matches dans les principales villes du pays, Karachi, Islamabad et Lahore. Cette annonce intervient peu après la tenue à Lahore, au début du mois, du premier match international de cricket sur le sol pakistanais depuis 2009, perçue comme un signal fort d’amélioration de la situation sécuritaire dans le pays.

Le Pakistan, bien que généralement davantage tourné vers le cricket, compte de nombreux amoureux du ballon rond, notamment dans la mégapole Karachi (sud) et dans la province du Baloutchistan (sud-ouest). Son équipe nationale est néanmoins en difficulté et classée au 198e rang du classement Fifa.

L’Algérie a approché Maxime Lopez
Révélation de la saison sous les couleurs de l’OM, Maxime Lopez suscite déjà les convoitises des plus grands clubs européens, lui qui a par ailleurs admis qu’il avait failli rejoindre Liverpool il y a quelques années. Mais le jeune milieu de terrain est également dans le viseur de plusieurs sélections, lui qui est né à Marseille, d’un père espagnol et d’une mère algérienne. La fédération algérienne a d’ailleurs déjà tenté de le récupérer. «Ils ont essayé, mais pour l’instant je suis focalisé sur l’équipe de France.

Il n’y a pas eu de suite», révèle Lopez. Pour le moment, le n°27 de l’OM donne la priorité aux Bleus. «Mon objectif premier, c’est la coupe du monde U20 en fin d’année, en Corée du Sud (20 mai-11 juin). Je ne me projette pas plus loin. J’ai été présélectionné pour un mini-tournoi. Ce jeudi, je saurai si je suis retenu. L’objectif, c’est d’être performant avec cette sélection et de faire le Mondial. Les Espoirs ? C’est dans un coin de ma tête, mais on verra plus tard.»

Finalistes malheureux, dimanche dernier à Lusaka, de la Can U20 « Zambie 2017 » face aux « Chipolopolo » juniors (0 – 2), les « Lionceaux » du Sénégal peuvent se consoler de compter 4 joueurs dans le onze – type de la compétition.

Dans la défense à 3 concoctée par la Commission technique de la Caf, ils sont deux aux côtés du Zambien Solomon Sakala : Mamadou Mbaye qui n’était pourtant pas titulaire au coup d’envoi de l’épreuve mais qui a profité de la fébrilité maladive de Moussa Bâ pour lui chiper sa place dans l’axe central. Et, plus curieusement Ousseynou Cavin Diagne qui est pourtant … milieu de terrain. C’est peut-être pour ne pas encombrer l’entrejeu à 5 éléments de ce XI idéal de joueurs sénégalais. Puisque dans le secteur médian sont retenus les deux autres « Lionceaux » : Krépin Diatta et Ibrahima Niane. C’est également peut-être parce que ce dernier, attaquant de métier, aurait du mal à décrocher l’une des deux places de devant occupées par les deux co-meilleurs buteurs du tournoi (le Sud-Africain Luther Signh et le Zambien Patson Daka et leurs 4 buts), qu’il a été redéployé dans l’entrejeu.

Seule la Zambie qui a succédé au palmarès au Nigeria, a placé plus de joueurs dans le Onze idéal que le Sénégal, 5 dont Patson Daka par ailleurs élu meilleur joueur du tournoi. Parmi les remplaçants figure même un autre Sénégalais, le portier Lamine Sarr, qui en dépit de ses erreurs fatales à son équipe en finale, a été retenu comme doublure de l’excellent gardien de but zambien Mangani Banda.

Onze – type de la compétition
Gardien de but : Mangani BANDA (Zambie)
Défenseurs : Ousseynou DIAGNE (Sénégal), Mamadou MBAYE (Sénégal), Solomon SAKALA (Zambie)
Milieux de terrain : Krepin DIATTA (Sénégal), Ibrahima NIANE (Sénégal), Sylla MORLAYE (Guinée), Edward CHILUFYA (Zambie), Fashion SAKALA (Zambie)
Attaquants : Luther SINGH (Afrique du Sud), Patson DAKA (Zambie)

Remplaçants : Lamine SARR (Sénégal), Prosper CHILUYA (Zambie), Enock MWEPU (Zambie), Grant MARGEMAN (Afrique du Sud), Liam JORDAN (Afrique du Sud), Yamodou TOURE (Guinée), Mohamed Aly CAMARA (Guinée)

A l’instar des autres équipes de Ligue 1, le Stade de Mbour s’est imposé hier face à l’As Pikine, équipe de division inférieure (L2). Mais, au regard du résultat (1-0), les Mbourois ont dû puiser dans leurs dernières réserves d’énergie pour écarter les Pikinois de la course à la succession de Diambars. Des Académiciens de Saly dont la succession a été ouverte samedi par l’Uso (1-1 ap, 4-2 tab). Les Stadistes rejoignent ainsi, en quarts de finale, le Diaraf, l’Us Ouakam, le Casa Sports, Dakar Sacré-Cœur, Génération foot, Ngb Niary Tally et le Gfc. Soit une forte présence de l’élite en quarts de finale. La Ligue 1 sera, en effet, représentée par sept qualifiées sur huit. Dakar Sacré-Cœur, vainqueur vendredi de l’As Douanes (3-2), est l’unique équipe de L2 qui poursuit l’aventure dans ce second challenge de la Ligue sénégalaise de foot professionnel.

Les résultats : Dakar Sacré-Cœur – Douanes : 3-2 ; Ngb Niary Tally – Teungueth Fc : 3-2, Us Ouakam – Diambars : 1-1 ap (4-2 tab), Us Gorée - Diaraf : 0-3 ; Casa Sports – Port : 1-0, Génération foot – Africa Promo foot : 1-0, Gfc – Sonacos Diourbel : 1-0, Stade de Mbour – Pikine : 1-0.

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.