sources vecto FR 5 page 001

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Volley Ball (10)

Les qualifications africaines pour le mondial féminin (Japon) débutent avec les tournois de préqualification zonales qui se disputent sous la formule du championnat. C’est-à-dire une première phase puis une seconde pour prétendre au ticket conduisant aux championnats du monde qui se dérouleront au Japon en 2018. Pour le compte de la Zone 2 africaine, le Sénégal ira chercher la qualification à Praia au Cap-Vert du 26 avril au 1er mai. Présentement, 18 volleyeuses sont en regroupement externe pour préparer ce premier tour qui regroupera les pays de la Zone 2.

Un écrémage difficile puisque seuls deux pays se qualifieront pour le second qui se disputera en fin septembre. Selon l’entraîneur national des filles, Amadou Sène, une équipe comme le Cap-Vert fera appel à ses expatriées, tout comme le Sénégal d’ailleurs avec notamment Marième Diagne (Quimper/France ligue A pro), Sokhna Guèye (Espagne ligue A pro) et Bintou Sow (ligue A pro/Finlande). « On n’a pas pu disposer des autres parce que c’est une compétition qui est placée à un moment assez délicat pour certains clubs. Actuellement, on est sur la dernière ligne droite de la préparation, on s’entraîne matin et soir. C’est une compétition très importante pour nous d’abord pour la qualification et ensuite cela nous permet de préparer une partie du championnat d’Afrique qui se disputera entre les deux tournois, en principe en août », a indiqué l’entraîneur national des filles.

De ce groupe des 18 filles, 14 seront retenues pour aller disputer le tournoi de Praia. « On n’est pas en regroupement fermé car le ministère des Sports a pris conscience des enjeux du championnat d’Afrique et s’est beaucoup fixé sur cette compétition. La fédération et la tutelle sont en train de discuter pour voir comment nous accompagner sur cette compétition du Cap-Vert. Donc pour le moment, on s’adapte. Mais comme lors du dernier championnat d’Afrique, le Sénégal avait battu en poule la Tunisie et le Cameroun, les deux équipes ayant représenté l’Afrique lors du dernier championnat du monde. Ce qui témoigne du niveau et de la qualité des athlètes. « Si bien que la question n’est plus de savoir si le Sénégal peut se qualifier ou pas. Parce que nous avons les moyens de nous qualifier. Mais il faut quand même voir les conditions de préparation et que tout le monde s’y attèle en sachant que c’est le projet de tout le monde et qu’il est important que l’équipe soit dans de bonnes conditions de préparation afin de maximiser ses chances de qualification », a-t-il plaidé.

Près d’une quarantaine d’encadreurs, professeurs de sport et joueurs de volleyball ont débuté hier, au stade Demba Diop, un stage de niveau 2 pour l’obtention du diplôme de 2e degré international. Ils sont venus du Mali (1), Burkina Faso (2), Bénin (4), Guinée Conakry (2) et du Sénégal (28) pour suivre ces cours dispensés par l’expert de la fédération internationale de volleyball, Shailen Dev Ramdoo, et Mbaye Dème, directeur du Centre international de coopération et de développement sous-régional de volleyball de Dakar (Cicdr).

Ainsi, du 5 au 9 avril, ils subiront ce premier stage test organisé au Sénégal pour les techniciens de la sous-région ouest-africaine. Une formation qui, à terme, devrait leur permettre de dispenser à leur tour leurs connaissances à la future élite du volleyball africain, comme l’ont souligné le directeur du stade Demba Diop, Ousmane Ndiaye qui représentait aussi le ministère des Sports et Tony Ndoye qui parlait au nom du Cnoss. Selon eux, il n’y a rien de telle que la formation, car elle occupe une place centrale dans le développement d’un pays. C’est pourquoi ils ont salué le travail abattu dans ce domaine par l’expert Mbaye Dème au niveau du Cicdr de Dakar. L’importance de ce centre basé à Dakar pour le développement du volleyball dans la sous-région n’est plus à démontrer car, à leur avis, des générations de volleyeurs y ont été formées et qui sont devenus maintenant des experts dans leurs pays respectifs.

Au cours de ces cinq jours donc, les stagiaires subiront des exercices théoriques et pratiques afin d’assimiler au mieux les nouvelles donnes qui ont cours actuellement dans la pratique de ce sport. Ainsi, discussions et échanges d’expériences constitueront les principaux axes de ce stage. Ce que n’a pas nié l’expert finlandais de la Fivb, Shailen Dev Ramdoo, qui estime qu’il s’agit d’animer et de développer une discipline qui a adopté un nouveau style. « Donc il faut les revisiter, les enseigner et les adapter à la nouvelle configuration qui se dessine dans le volleyball.
Nous savons que la volonté de faire les choses est la même partout, et si les moyens suivent cette volonté sera concrétisée », a indiqué Shailen Dev Ramdoo.

C. F. KEITA

Le dojo du Centre aéré de la Bceao a accueilli, samedi dernier, le Championnat des moins de 15 ans de Yoseikan qui s’est déroulé dans une bonne ambiance. Cette compétition annuelle permet à la structure dirigeante du Yoseikan de mener à bien l’animation et la promotion auprès des petites catégories, selon les organisateurs. Lesquels ont donc mis en exergue les jeunes pratiquants qui étaient à l’œuvre sur le tatami pour remporter la palme. Cette année, la compétition a enregistré la participation de 60 enfants pratiquants venus des régions, Kaolack, Louga, Saint-Louis et de Thiès qui se sont joints aux jeunes de Dakar pour disputer d’abord les épreuves éliminatoires et les phases finales. En fin de compte, le club de la Bceao s’est adjugé la première place avec deux médailles en or, deux d’argent et quatre de bronze, au terme des compétitions qui ont mis aux prises cinq catégories. Les médailles du club ont été remportées pour l’or, par Fafa Metognon dans la catégorie des moins de 8 ans et Ilyann Assane Sidick Sanogo chez les 10 et 11 ans. 

Les médailles d’argent ont été remportées par Samba Bocoum (catégorie moins de 8 ans) et Mohamed Lô chez les 13-14 ans. Quatre autres enfants ont joué leur partition dans ce triomphe du club ‘‘banquier’’ en montant sur la troisième marche du podium. Il s’agit d’Awa Traoré (catégorie des moins de 8 ans), Christopher Kpostra (8-9 ans), Nils Méril Bitho (catégorie des 10 & 11 ans) et Thierry Sène (catégorie des 14 & 15 ans). Une belle moisson de médailles dont s’est félicité le secrétaire général du club, Bruno Bassène. Pour qui cette manifestation « est le socle important pour les petites catégories dans l’acquisition des valeurs d’amitié, de respect et d’évolution psychologique ».

O. Pouye

Last modified on vendredi, 03 février 2017 15:37

Après une défaite d’entrée concédée face au Rwanda, le Sénégal se devait de réagir ce lundi pour éviter une sortie prématurée du Championnat d’Afrique qui se joue actuellement à Nairobi, au Kenya.

Et pour leur deuxième rencontre, les Lionnes ont à nouveau perdu. Elles ont été battues par les Botswanaises au tie-break (3 sets à 2). Une nouvelle défaite pour les partenaires de Jeanne Diokh qui, après avoir concédé le premier set (23-25), ont remporté les deux suivants (25-22, 25-22) avant de se faire rattraper par leurs vis-à-vis (23-25) et de s’incliner finalement par 13 à 15. Avec ce revers, les Sénégalaises qui étaient « en apprentissage », selon les responsables fédéraux, laissent passer une chance de figurer dans le dernier carré. Ce mardi, le Sénégal fait face au Kenya dans un match qui ne sera sans doute pas facile du fait de la défaite des locales devant l’Egypte et qui voudront se racheter. Les Lionnes boucleront leur campagne par un dernier match mercredi face à l’Egypte avant de rentrer. A moins qu’elles aient réussi l’exploit de battre l’un de ces deux derniers adversaires.

O. POUYE

Last modified on mardi, 25 octobre 2016 14:37

L’équipe nationale féminine des moins de 23 ans s’apprête à prendre part, du 21 au 28 octobre prochain à Nairobi (Kenya), au Championnat d’Afrique de la discipline. Une compétition qui aura pour cadre le Kasarani stadium de la capitale kenyane où les Sénégalaises devront se surpasser pour se faire une place dans le peloton de tête. Pour une mise en jambes, elles sont déjà en regroupement à Dakar avant de rallier le lieu de la compétition vendredi, annonce un communiqué de la Fédération sénégalaise de Volleyball.

Aux côtés des Lioncelles, sept autres formations du continent (Tunisie, Botswana, Egypte, Rwanda, Algérie, Kenya et Cameroun) partiront à l’assaut du titre africain. Le pays qualifié prendra part à la prochaine compétition mondiale de la catégorie. Car, comme l’a souligné le communiqué de la Fédération, « cette compétition qualifiera l’équipe championne au prochain Championnat du Monde U23 Dames qui se déroulera en Slovénie en septembre 2017 ». D’où l’adversité qui est attendue sur place avec comme principales équipes attendues les Kenyanes qui évolueront à domicile, les Tunisiennes ou encore les Algériennes.

Cette compétition est la cinquième et avant-dernière manifestation organisée par la Confédération africaine de Volleyball qui implique les plus jeunes. Il faut souligner que la confédération africaine de volleyball organise présentement un cycle de six championnats d'Afrique des nations des jeunes qui se tiendront durant la période allant du 17 août au 10 novembre 2016. La Can cadette a déjà eu lieu à Madagascar du 17 au 27 août alors que la Tunisie a accueilli celle des cadets du 8 au 16 septembre avant que le Maroc ne prenne le relais pour accueillir les juniors garçons (du 18 au 24 septembre). La quatrième compétition africaine, celle des U23 garçons, s’est tenue en Afrique du Sud. Après donc Nairobi au Kenya, l’Egypte prend le relais du 30 octobre au 10 novembre pour abriter la CAN juniors chez les filles et boucler le cycle.

O. POUYE

La saison indoor de volleyball s’est achevée samedi avec les finales de la Coupe du Sénégal disputées au stadium Marius Ndiaye, en hommes et dames après celles du championnat national disputées une semaine plus tôt. Chez les messieurs, ce sont les militaires de l’ASFA qui se sont imposés alors que les filles de la Sococim ont remporté le titre en dames.

La fin de la saison de volleyball a été jugée samedi au stadium Marius Ndiaye avec les finales de la première édition de la Coupe du Sénégal. Celle masculine entre frères d’armes, sorte de remake de la finale du tournoi d’ouverture remporté par l’Asc Police, a été la plus disputée avec l’Asfa qui s’est imposée au terme d’un quatrième set très disputé. Après deux manches plus ou moins faciles (26-24 puis 25-15), les Militaires ont vu leurs vis-à-vis remporter le troisième set par 25 à 22.

Les Policiers qui retardaient ainsi le sacre pour l’Asfa contrainte de se réinventer pour reprendre sa marche victorieuse. Mais le début du quatrième set est à l’avantage de leurs adversaires qui ont compté jusqu’à quatre points d’avance (11-7). Mais un sursaut d’orgueil a permis aux partenaires d’Ousmane Diatta, désigné meilleur joueur de la saison, de revenir. C’est ainsi qu’ils sont parvenus à égaliser puis à prendre les devants. Après quoi, les deux formations se tiennent à un but avec toujours l’Asfa en tête avant de se faire rejoindre par la Police. Un mano à mano interminable au bout duquel les militaires ont eu le dernier mot et remporté le gain de la partie par 3 sets à 1.

Une délivrance pour le coach militaire Adama Sam qui a tenu à reconnaître que « la partie était âprement disputée compte tenu du fait que la Police reste une très grande équipe ». Après avoir mené par 2 à 0, les Militaires ont vu les Policiers revenir, mais des correctifs ont permis à M. Sam de faire triompher son équipe qui peut tout de même nourrir quelques regrets à l’heure du bilan. Car « notre objectif était de remporter tout. Mais nous avons perdu le championnat », a-t-il dit.

En dames, le titre est allé à la Sococim qui a battu Diatoo, au terme d’une rencontre globalement maîtrisée par les Rufisquoises victorieuses des trois sets (25-21, 25-20 et 25-23). Elles remportent du coup la première édition de cette compétition et surtout sauvent leur saison ; après avoir raté le championnat au profit des étudiantes du Dakar Université Club. En face, Diatoo échoue pour la deuxième fois en finale après la défaite concédée en championnat contre le Duc. La formation peut tout de même se consoler avec le titre de meilleur coach de la saison décerné à son entraîneur Boubacar Alain Bodian, « double finaliste en dames et deux fois demi-finaliste avec l’équipe masculine ».

Ousseynou POUYE

Résultats : Dames : Sococim – Diatoo 3-0 ; Hommes : 17h : Asfa – Asc Police 3-1.

Les finales des championnats de volleyball se sont déroulées samedi, au stadium Marius Ndiaye. Le Dakar Université Club s’est imposé chez les dames devant le Diatoo de Rufisque avant de s’incliner, chez les hommes, face à l’Université Gaston Berger.

Le Duc n’a pas réussi le doublé. Vainqueur de la finale du championnat de volley chez les dames, le Dakar Université Club s’est incliné face à l’Ugb chez les hommes. Les Saint-louisiens étaient plus forts. Vainqueurs 3 sets à 0, ils ont dominé le match du début à la fin. Les Dakarois se sont pourtant accrochés durant les deux premiers sets. En face, l’UGB a fait preuve de plus de maîtrise. En parvenant à dominer les Nordistes se sont facilités la tâche pour le dernier set. Plus détendus, ils déroulent leur jeu face à des dakarois impuissants. Pour l’entraîneur de l’UGB, Cheikh Sadibou Lô, le fait de gagner le deuxième set leur a facilité la fin de match : « Nous avons gagné en confiance alors que l’équipe adverse a lâché. Mais ce ne fut pas un match facile, comme on pourrait le croire ». Daouda Bangoura, coach du DUC, impute cette défaite aux perturbations que son équipe a connues dans sa préparation : « Beaucoup de mes joueurs habitent en Casamance et à Tambacounda. Avec la Tabaski, nous n’avons pas pu nous entraîner normalement ». Une rupture qui s’est fait sentir dans le jeu.
Pour la troisième fois consécutive, l’équipe masculine du Duc échoue en finale. Une occasion ratée de réaliser le doublé, car plus tôt dans l’après-midi, les filles se sont imposées face à Diatoo de Rufisque, au cours d’une rencontre plus serrée, disputée en quatre sets (3 sets à 1 pour le Duc). Face à un adversaire qui les avait battues par 3 sets à 0 en match de poule, les joueuses de Daouda Bangoura ont fait parler leur expérience. Après avoir remporté le premier set, elles ont vu les Rufisquoises revenir au score. Il leur a fallu deux nouveaux sets pour remporter la mise. Une situation à laquelle ne s’attendait pas l’entraîneur du Diatoo, Boubacar Alain Bodian : « Nous nous sommes préparés d’arrache-pied pour cette finale. Malheureusement, nous avons connu des désagréments avant de venir.
Ce n’est qu’aujourd’hui que nous avons eu des équipements.
Nous sommes arrivés en retard parce que nous n’avions pas de bus. Les filles étaient démobilisées ». De quoi avoir des regrets pour cette jeune équipe dont la moyenne d’âge tourne autour de 18 ans.
Habib Gaye (Stagiaire)

Les demi-finales du Championnat et de la Coupe du Sénégal de volleyball se sont déroulées le week-end dernier au stadium Marius Ndiaye et ont désigné leurs finalistes d’une saison démarrée en juillet dernier.

La Coupe a été la dernière compétition à désigner ses finalistes. Chez les dames, le CS Diatoo et la Sococim ont validé leur ticket pour la finale alors que la couronne chez les messieurs ira soit à l’Asfa, soit à l’AS Police. Les deux dernières confrontations de cette compétition qui en est à sa première édition auront lieu le 24 septembre prochain. Pour se qualifier, le CS Diatoo en dames a battu en demi-finale, l’UGB par 3 sets à 0. L’AS Sococim a, pour sa part, dominé Asuc pour se qualifier en finale.

En messieurs, c’est à un remake de la finale du tournoi d’ouverture qu’auront droit les spectateurs entre frères d’armes. En demi-finales, les Militaires ont disposé de Saltigué (3-0) alors que les Policiers ont pris le dessus sur le CS Diatoo. Vainqueur du tournoi de démarrage et du championnat la saison dernière, l’AS Police voudra bien enchaîner avec un nouveau trophée. Mais aussi se racheter avec la perte de sa couronne en championnat. Car, avant les rencontres de la Coupe nationale, le championnat a disputé ses demi-finales samedi. Et, les militaires ont été sortis au tie-break (3-2) par les étudiants saint-louisiens de l’Ugb.

Du coup, la finale oppose ces derniers à l’autre formation estudiantine : le Duc vainqueur (3 sets à 1) de CS Diatoo. Le Duc disputera aussi la finale féminine, les étudiantes ayant battu la Sococim (3-2). Elles seront opposées au CS Diatoo qui a placé son équipe féminine en finale après avoir sorti l’Asuc par 3 sets à 0. Ainsi dans un peu plus deux semaines, seront connus les deux lauréats de l’année. Ce sera à l’occasion d’un week-end qui s’annonce disputé entre les différents prétendants au sacre.

Ousseynou POUYE

Rufisque accueille à partir de vendredi et pour trois jours durant, un tournoi de volleyball dénommé Tournoi volley fun (Tvf). Une trouvaille de l’association ‘‘Les Demoiselles de Kër et Sénégalaises de demain’’ qui organise la 2ème édition de cette manifestation initiée en 2014. Pour la présidente de l’Association, Fatou Diouck, il s’agit d’aider les jeunes en particulier les filles, à allier leurs activités à la maison et la pratique sportive mais aussi les études. Car, pour la capitaine de l’équipe nationale féminine, il est possible d’allier toutes ces activités ; et son association vise à promouvoir l’accès des jeunes femmes sportives sénégalaises aux infrastructures sportives, à la santé, à l’éducation et à la culture. Ce sera sous la forme d’un accompagnement personnalisé devant permettre aux enfants âgés de 13 à 15 ans, de bénéficier d’un suivi médical spécifique et d’un soutien scolaire.

Ce week-end, c’est donc le centre culturel Maurice Gueye de Rufisque qui accueille les activités pour « trois jours de partage et de solidarité sportive ». Dès vendredi, le coup d’envoi de la manifestation sera donné par les jeunes, avec à partir de 11 heures, une série de matchs, seule activité de la journée avant la reprise prévue le lendemain samedi avec une formation à l’intention des journalistes. Car, pour les organisateurs, le volleyball n’est pas suffisamment relayé dans les médias et une formation des journalistes leur « permettra d’avoir des notions sur les règlements qui vont leur permettre de bien traiter les informations liées au volleyball ». Aussi, les adultes auront leur mot à dire puisqu’un match doit également les opposer.

La manifestation sera clôturée dimanche avec dans la matinée, un match de gala entre vétérans à partir de 10 heures. Cette rencontre sera suivie des demi-finales et des différentes finales prévues dans l’après-midi. En sus de ces rencontres sportives de volleyball, les organisateurs feront également place aux activités ludiques avec une démonstration de sports de combat (Viet vo dao) et de gym et un concert de musique avec les artistes locaux. A noter que les initiateurs ont tenu à apporter quelques innovations au programme avec un nombre de joueurs réduit à quatre par équipe au lieu de six et la constitution d’équipes mixtes.

Ousseynou POUYE

Le premier acte de la saison en volleyball a été posé ce week-end avec le tournoi d’ouverture qui a disputé ses finales hier dimanche et qui ont sacré la Sococim chez les dames et l’Asc Police chez les messieurs face respectivement à Mbao et à l’Asfa. Les demi-finales s’étaient disputées la veille samedi au stadium Iba Mar Diop pour les hommes et au Centre Maurice Gueye de Rufisque pour les filles. Et hier donc, en finale chez les dames, les Rufisquoises de la Sococim ont été expéditives face à leurs voisines de Mbao. Ces dernières ont été balayées 3 sets à 0 par les partenaires de Fatou Fall qui a été désignée meilleure joueuse de la rencontre. C’est sur un score de 25-12, 25-15 puis 25-13 que les Rufisquoises se sont imposées pour entrer de plain-pied dans le présent exercice.

En messieurs, les Policiers ont eu le dernier mot dans la rencontre entre frères d’armes qui les opposait à l’Asfa, malgré une mauvaise entame de partie. Après avoir concédé le premier set (20-25), ils se sont finalement imposés par 3 sets à 1. Dans la deuxième manche, ils ont dominé les débats par 25 à 19 avant d’en faire de remporter le 3ème set, le plus disputé, par 27 à 25. La quatrième manche a été plus facile pour la Police qui s’impose par 25 à 18 et qui peut entrevoir tranquillement, le début du championnat. Un championnat qui devrait s’ouvrir « le premier week-end après la Korité », selon le président de la fédération sénégalaise de volleyball. Le Pr Mamadou Ndoye a estimé qu’il reste juste à fixer les modalités avec le nombre d’équipes qui seront présentes sur les deux tableaux et la formule du championnat dont les favoris seront la Sococim et l’Asc Police qui ont donné le ton ce week-end.

O. POUYE

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.