banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Volley Ball (24)

Comme en 2011, 2013 et 2015, les Lionnes du Sénégal terminent le Championnat d’Afrique de volleyball au pied du podium.

L’équipe nationale a perdu samedi, le match de la troisième place du tournoi continental qui se disputait depuis le 7 octobre dernier à Yaoundé, au Cameroun. Une fois encore, les filles du coach Amadou Sène bouclent la compétition sans médaille en terminant à la 4ème place, battues qu’elles étaient par les Egyptiennes par 3 sets à 0. Comme une journée plus tôt, en demi-finales, contre les Camerounaises, un réveil tardif a été fatal aux Lionnes. Elles ont été dominées sur les deux premiers sets par leurs vis-à-vis (25-20, 25-19) avant de tenter l’impossible lors de la troisième manche pour revenir dans la partie. Mais, avec une avance confortable, les Nord-Africaines n’ont pas lâché le morceau et ont fini par avoir gain de cause. Elles s’imposent finalement par 25 à 23 dans cette ultime manche pour s’adjuger la médaille de bronze.

Ainsi, comme en 2011, l’Egypte prive le Sénégal de podium puisque cette année-là, elle s’était déjà imposée au Kenya en match de classement par 3 sets à 2. Comme pour atténuer la déception née de cette nouvelle défaite au pied du podium, le Sénégal peut se consoler au niveau des récompenses individuelles, avec notamment le sacre de sa capitaine, Fatou Diouck, désignée meilleure réceptionneuse du tournoi. Un tournoi remporté en fin de compte par les Camerounaises qui ont dominé en finale, les Kényanes, triple-championnes d’Afrique sortantes. C’était au terme d’une rencontre qui s’apparentait à un passage de témoin entre les deux formations. Ainsi, après avoir perdu le titre en 2013 face à leurs adversaires du jour, les joueuses locales ont pris leur revanche samedi en s’imposant par 3 sets à 0 (25-22, 25-19 et enfin, 29-27). Une consécration pour l’équipe camerounaise qui n’avait jusque-là, jamais remporté le tournoi continental dont elle a terminé 2ème aux tournois de 2013 à Nairobi et de 1999 à Lagos derrière la Tunisie.

En plus de la médaille d’or, le Cameroun place trois de ses joueuses parmi les actrices qui se sont distinguées dans la compétition. Il s’agit de Laéticia Moma Bassoko qui a été désignée meilleure joueuse, Nadège Koulla, meilleure passeuse et Raïssa Nasser, meilleur libéro du tournoi.

O. POUYE

 

Last modified on lundi, 16 octobre 2017 10:55

Toutes proches du but, les Lionnes du Sénégal ont vu leurs espoirs s’envoler ce vendredi face à d’autres Lionnes, celles Indomptables du Cameroun.

En quête de succès hier pour une qualification historique à la Coupe du monde de la discipline mais également en finale de compétition, le Sénégal ne verra finalement pas le Japon où aura lieu, l’année prochaine, la messe mondiale du volleyball. La faute à une équipe camerounaise requinquée par un public chaud bouillant parmi lequel les anciens internationaux de football Rigobert Song et Roger Milla qui a finalement eu gain de cause. Comme lors de l’édition 2013 du Championnat d’Afrique, c’est le Cameroun qui a barré la route au Sénégal dans ses ambitions de finale. Pourtant, les Lionnes ont fait mieux que résister hier au Palais polyvalent des Sports de Yaoundé (Paposy) en perdant par 3 sets à 0. Contrairement à la dernière Coupe d’Afrique où il fallait toujours recourir au tie-break pour départager les deux adversaires en match de poule remporté par le Sénégal ou dans la petite finale enlevée par le Cameroun, le pays hôte a littéralement dominé la rencontre d’hier. Dans le premier set, les joueuses locales ont été expéditives en mettant un 25-19 à leurs vis-à-vis ; lesquelles ont fait un peu mieux lors de la 2ème manche perdue par 20 à 25.

Contrairement aux deux premiers sets où elles ont couru derrière le score, les protégées du coach Amadou Sène ont réagi lors de la troisième manche où elles ont été devant par trois fois (6-5, 7-6 puis 24-22) avant que les locales ne reprennent le jeu à leu compte. Un réveil qui a été fatal à la bande à Aïta Gaye qui a fini par baisser pavillon lors de cette ultime manche par 27 à 25.


Une dernière manche qui fut la mieux aboutie pour les Lionnes qui ne verront donc pas le Japon. Après ce nouvel échec aux portes de la finale du tournoi continental, le Sénégal va tenter de bien finir la compétition en beauté. En particulier, se consoler en montant sur le podium. Ce sera à l’occasion du match de classement qu’il doit disputer face à l’Egypte, l’autre perdant des demi-finales.
En effet, les Nord-Africaines ont été battues en première heure par les championnes en titre, les Kényanes par 3 sets à 0 (25-23, 25-22 et 25-19).

Cet après-midi, les deux équipes se retrouvent pour la médaille de bronze comme en 2011. Une rencontre aux allures de revanche pour les Lionnes qui avaient perdu par 3 sets à 2.

O. POUYE

RESULTATS DES DEMI-FINALES :
Kenya – Egypte 3-0 ;
Cameroun – Sénégal 3-0.

 

Last modified on samedi, 14 octobre 2017 16:23

L’affiche de la finale du Championnat d’Afrique de volleyball sera connue cet après-midi au terme des demi-finales qui se disputent à cet effet, au Palais polyvalent des sports de Yaoundé (Paposy). Le Sénégal qui a validé son ticket mercredi au terme de sa victoire contre le Nigeria par 3 sets à 0 sera à la quête de l’une des places qualificatives. Avec un face-à-face prévu à partir de 18 heures contre le Cameroun. Avant dernier obstacle à franchir pour remporter enfin le titre continental et ultime adversaire pour une qualification à la prochaine Coupe du monde, le Cameroun est un adversaire coriace pour la bande à Marième Diagne. Si l’on sait que les représentantes du pays hôte ont anéanti lors des trois dernières éditions du tournoi, les velléités de podium des Sénégalaises en demi-finales ou en match de classement. Aussi, la sélection camerounaise a franchi un palier en disputant les Jeux olympiques de Rio en 2016 mais aussi, la World Grand Prix que leur pays a accueilli en juillet dernier. Toutes choses qui placent désormais au premier rang des nations africaines dans le classement mondial de la discipline. Un rang à honorer pour les partenaires de la capitaine Christelle Nana qui ont, cette année, l’occasion de remporter leur premier titre continental. Ce qui passe d’abord par une victoire dans le duel de Lionnes qu’elles disputent face au Sénégal ; une rencontre difficile en perspective qui attend le Sénégal, selon son coach. « Nous savons que l’équipe du Cameroun est très combattive et ne lâche pas le morceau », a expliqué Amadou Sène à Rfi. Avant d’ajouter que « elle va jouer devant son public et sera donc à son avantage. Les Camerounaises sont bonnes de manière générale, aussi. Il va falloir qu’on dispute ce match avec beaucoup de sérénité, pour ne pas commettre beaucoup de fautes ». Dans l’autre rencontre, les tenantes du titre qui défendent leur couronne sont attendues pour confirmer leurs dispositions du premier tour où elles avaient obtenu quatre succès en autant de sorties. Le Kenya rencontre en première heure, l’Egypte qui a terminé à la deuxième place de son groupe.

O. POUYE

AFFICHES DES DEMI-FINALES
16h : Kenya – Egypte ;
18h : Cameroun – Sénégal.

L’équipe nationale féminine de volleyball a définitivement validé son ticket pour les demi-finales du Championnat d’Afrique des Nations de la discipline qui se joue depuis le 7 octobre, à Yaoundé (Cameroun). Une ultime victoire obtenue hier face au Nigeria a permis à la sélection nationale de consolider sa deuxième place dans le Groupe B de la compétition, derrière le Kenya. Ainsi, le repos de mardi, la bande à la capitaine Fatou Diouck reprenait la compétition hier avec une rencontre qui l’opposait aux Nigérianes, dernières de la Poule. Et les Sénégalaises n’ont pas failli puisqu’elles ont honoré leur rang en dominant leurs vis-à-vis par 3 sets à 0. Un match assez tranquille pour les protégées du coach Amadou qui n’ont pas laissé leurs adversaires s’exprimer en s’imposer par 25 à 23 au premier set, 25-20 lors de la deuxième manche et enfin, 16-14 pour avoir le gain de la partie. La clôture attendue pour les filles qui, dans ce groupe, n’ont eu de peine que devant les Kényanes, triples tenantes du titre qui les ont battues lors de la deuxième journée.

Sinon, ce sont trois succès contre la République démocratique du Congo, la Tunisie et enfin, le Nigeria qui ont caractérisé le parcours du Sénégal. Ce qui lui garantit une place dans le quatuor de tête de la compétition ; égalant au passage, sa performance lors des trois derniers tournois où il avait atteint les demi-finales. Maintenant, le groupe ambitionne d’aller plus loin ; ce qui passe par une victoire en demies, face au Cameroun, pays hôte et favori à la victoire finale en compagnie du Kenya. Ce mercredi, les Camerounaises ont clôturé la première phase avec un nouveau succès en battant les Egyptiennes par 3 sets à 1 (20-25, 30-28, 25-17 et 21-16). Les deux autres matchs de mercredi ont été remportés par la Tunisie et l’Algérie aux dépens respectivement de la Rd Congo (3-0) et du Botswana (3-2).

O. POUYE

Resultats 5ème journée

GROUPE A :
Cameroun – Egypte 3-1 ; Botswana – Algérie 2-3 ;

GROUPE B :
Tunisie – Rd Congo 3-0 ;
Sénégal – Nigeria 3-0.

Last modified on jeudi, 12 octobre 2017 13:58

Après avoir concédé la défaite dimanche contre le Kenya, champion d’Afrique en titre, le Sénégal s’est ressaisi hier face à la Tunisie. La sélection nationale a dominé la formation nord-africaine sur la marque de 3 sets à 1 au cours d’une partie globalement maîtrisée malgré une tentative de réaction de l’adversaire.

Car après deux manches bien maîtrisées (25-23 puis 25-19), les Sénégalaises ont vu leurs vis-à-vis remporter le troisième set par 25 à 18 pour espérer égaliser. C’était sans compter avec la détermination des partenaires de Fatou Diouck qui ont mis fin aux velléités adverses pour résumer la partie à quatre manches en remportant le 3ème set par 25 à 22. Un succès qui permet aux joueuses du coach Amadou Sène d’écarter un challenger dans la course pour les demi-finales avant d’affronter la dernière équipe du groupe. Comme les Sénégalaises qui seront au repos ce mardi, les Kényanes ont également remporté leur match de ce lundi ; leur troisième succès en autant de sorties. Les championnes sortantes ont dominé la République démocratique du Congo par 3 sets à 0 (25-17, 25-15 et 25-12). Une victoire qui conforte la formation dans sa position de leader d’un groupe B où le Nigeria était au repos hier. Cette formation ouest-africaine est d’ailleurs le prochain adversaire du Sénégal, mercredi prochain. Dans le groupe A, c’est le Cameroun qui fait la course en tête. Il a remporté ses deux matchs après celui enlevé hier aux dépens de l’Algérie, vice-championne d’Afrique battue par 3 sets à 1 (25-20, 25-9, 17-25 puis 25-10). Dans ce groupe, l’autre ticket pour le dernier carré sera disputé par les Egyptiennes et les Algériennes même si les premières partent avec la faveur des pronostics pour avoir remporter leur face-à-face.

O. POUYE

Résultats 3ème journee
Poule A :
Tunisie – Sénégal 1-3 ;
Kenya – Rdc 3-0.
Exempt : Botswana ;
Poule B :
Cameroun – Algérie 3-1.

Last modified on mardi, 10 octobre 2017 14:17

Le coup d’édition 2017 du Championnat d’Afrique des Nations féminin de volleyball a été donné samedi au Palais polyvalent des Sports de Yaoundé (Paposy), au Cameroun. Lors des deux premières journées, les Lionnes du Sénégal ont alterné le bon et le moins bon. Car après avoir signé une victoire lors de leur première sortie, en ouverture du tournoi, aux dépens de la République démocratique du Congo par 3 sets à 1 (25-21, 21-25, 25-21 et 25-15), les filles du coach Amadou Sène ont chuté hier face aux championnes d’Afriques en titre kényanes par 3 sets à 0 (25-21, 28-26 puis 25-15). Une défaite dont il faut se relever cet après-midi face à la Tunisie qui a dominé hier le Nigeria par 3 sets à 1. Dans ce groupe B du tournoi, le Kenya est bien parti pour asseoir sa domination avec déjà deux succès enregistrés car, avant de battre le Sénégal, il a remporté son match de samedi contre le Nigeria. Dans la Poule A, le Cameroun a honoré son rang de meilleure nation africaine du moment. Le pays hôte a battu samedi le Botswana (3-0) alors que l’Egypte a fait sensation en dominant l’Algérie, vice-championne d’Afrique sur le même score.

Last modified on lundi, 09 octobre 2017 12:54

La Can 2017 féminine de volleyball démarre ce samedi à Yaoundé au Cameroun. Une compétition qui a lieu du 7 au 14 octobre en direction de laquelle la Confédération africaine (Cavb) a procédé hier, au tirage au sort de la phase finale. Alors que les organisateurs annonçaient la venue de 16 formations, 9 équipes y prennent finalement part.

Avec le tirage, l’instance continentale a donc réparti les équipes en lice dans les deux groupes constitués à cet effet. Dans la Poule B où elles se retrouvent, les Lionnes du Sénégal auront pour adversaires au premier tour, les Kényanes, vainqueurs des trois dernières éditions, les Tunisiennes, les Nigérianes et les Congolaises de la République démocratique ; des adversaires contres lesquelles les Lionnes doivent d’ailleurs ouvrir la compétition à partir de 14 heures locales. Dans son groupe, le Sénégal devra batailler pour se tirer d’affaire et terminer parmi les quatre premiers pour se qualifier en quarts de finale.

Dans le groupe A, le Cameroun, pays hôte et médaillé de bronze en 2011, 2013 et 2015, sera en compétition au premier tour avec l’Algérie qui a perdu les trois dernières finales de la Can, le Botswana et l’Egypte. L’ambition affichée et réaffirmée par les uns et les autres dans le groupe du Sénégal (dirigeants, staff et joueuses) est de faire mieux que lors des quatre précédentes éditions (2011, 2013, 2013 et 2015) qui avaient vu les protégées du coach Amadou Sène terminer à la 4ème place continentale. C’est clairement le podium que le Sénégal vise même si l’équipe ne cracherait pas sur une place de finaliste qui lui ouvrirait les portes de la prochaine Coupe du monde de la discipline. Des visées mondiales qui vont ainsi apporter du piquant dans cette compétition où les grosses pointures du Continent sont encore attendues ; à l’image des Kényanes, des Algériennes et représentantes du pays hôte, les Camerounaises. Un quatuor gagnant de la dernière édition avec le Sénégal auquel il faut ajouter la Tunisie et l’Egypte qui affichent également leurs ambitions. Pour rappel, les rencontres auront lieu du 7 au 14 octobre au Palais polyvalent des Sports de Yaoundé (Paposy).

Poule A : Cameroun, Algérie, Botswana, Égypte

Poule B : Tunisie, Kenya, Rdc, Sénégal, Nigeria.

O. POUYE

Last modified on samedi, 07 octobre 2017 13:58

La Can féminine 2017 de volleyball s’ouvre le 7 octobre au  Palais polyvalent des Sports de Yaoundé (Paposy) au Cameroun où elle se poursuivra jusqu’au 14 octobre. Une semaine de compétition à laquelle l’équipe nationale féminine du Sénégal doit prendre part avec l’ambition d’accrocher l’une des deux places qualificatives pour la prochaine Coupe du monde prévue en 2018, au Japon. Si la compétition démarre effectivement le samedi 7 octobre, les Lionnes rallieront la capitale camerounaise deux jours plus tôt. Ce qui devra permettre aux protégées du coach Amadou Sène de prendre leurs repères dans l’enceinte sportive en attendant de pouvoir affronter leurs adversaires. L’édition 2017 de ce rendez-vous continental aura un cachet particulier dans la mesure où elle regroupera 16 nations en lieu et place des 8 pays qui prenaient habituellement part à la compétition.

Ainsi, tous les cadors de la discipline sur le Continent sont attendus : Kenya, champion en titre, Egypte, Algérie, Botswana, Cameroun, Côte-d’Ivoire, Mozambique, Nigeria, Sénégal, Ouganda, Tunisie, entre autres. Les Lionnes qui avaient bouclé la compétition à la 4ème place en 2015 à Nairobi espèrent faire mieux en intégrant le podium ; c’est du moins, l’ambition affichée par le sélectionneur national mais également, les responsables de la Fédération. Pour ce faire, il faudra faire avec les grosses pointures que sont les Kényanes, les Tunisiennes mais également les Camerounaises, hôtes de la compétition.

Une formation qui a participé aux Jeux olympiques de Rio en 2016 et dernièrement à la World Grand Prix de cette année. L’équipe qui occupe actuellement la première place africaine du classement mondial (18ème) nourrit ainsi l’ambition de remporter le trophée pour la toute première fois.

C’est dans ce sens que le secrétaire général du ministère des Sports et de l’Education physique camerounais a souligné que l’objectif est de gagner cette compétition. Pour sa part, le président de la Fédération camerounaise de volleyball, Julien Serge Abouem, a assuré que « nous voulons conforter notre place de première équipe africaine en remportant la Can. Et puisque la compétition est qualificative pour les championnats du monde de 2018, nous voulons être de ce rendez-vous. Mais nous voulons cette qualification en remportant la Can ».

Ousseynou POUYE

Last modified on mardi, 03 octobre 2017 13:38

Les finales de la Coupe du Sénégal ont clôturé, samedi dernier, la saison 2016-2017 de volleyball. Deux rencontres en marge desquelles la famille du volleyball a primé ses meilleurs acteurs dont le Roi et la Reine. Un exercice riche en événements selon le président de la Fédération, le Pr. Mamadou Ndoye pour qui la discipline doit tout de même poursuivre, son développement. Ce qui va amener l’instance fédérale à explorer de nouvelles voies en vue de toucher de nouvelles cibles.

Le volleyball a bouclé, samedi dernier, sa saison en salle avec les finales de la Coupe du Sénégal qui étaient au programme, au stadium Marius Ndiaye. Une compétition remportée par l’Université Gaston Berger en messieurs et la Sococim chez les dames. Avant ce dénouement dans cette compétition, le championnat avait choisi ses lauréats avec l’Asfa et l’Asc Police qui ont été sacrées en hommes et dames. Deux événements phares qui ont sanctionné le déroulement de cette saison dont le bilan est jugé globalement satisfaisant par le président de la Fédération sénégalaise de volleyball, le Pr Mamadou Ndoye. Pour lui, l’exercice qui s’est achevé samedi dernier est riche en événements. « L’année a été très riche en activités au niveau du volleyball », a d’emblée soulignée le Pr Ndoye. « En effet, nous avons pu organiser les phases du championnat national hommes et dames en 1ère comme en 2ème division, nous avons pu organiser aussi la Coupe du Sénégal hommes et dames, les tournois des jeunes » ajoute le président de la fédération. Des compétitions auxquelles le responsable adjoint des initiatives en faveur de la formation des officiels pour encadrer la pratique. Ce qui lui fait dire que sa structure a aussi tenu des séances de formations en niveaux 2 et 1, pour les arbitres, entre autres. Pour se résumer, il souligne que la Fédération a su tenir beaucoup d’activités pendant cette saison. Même s’il ne veut pas faire dans l’autoglorification, le président Ndoye a souligné que « si on devrait qualifier le déroulement de la saison, ce serait satisfaisant. Même très satisfaisant parce que nous avons pu dérouler toutes les activités que nous avions prévues ». Il estime tout de même qu’il leur « reste juste à organiser le circuit du beach-volleyball qui, comme vous le savez, se tient en été. C’est donc la période et aussitôt après la finale, nous allons démarrer cette activité ».

Un couple royal pour motiver les acteurs
Cette année, la Fédération a décidé d’honorer les acteurs qui se sont distingués lors de la saison écoulée. Avec des distinctions individuelles de joueurs qui s’ajoutent à celles qui existaient déjà comme les meilleurs entraîneurs dans les deux catégories (filles et garçons). Au terme de la saison, c’est au couronnement du Roi et de la Reine du volleyball que l’équipe fédérale a procédé pour magnifier la prestation de deux joueurs. « Cette année, nous avons innové parce que nous avons pensé qu’il était bon d’apporter certaines motivations aux joueurs et joueuses. Parce que choisir quelqu’un comme roi et une autre comme reine, c’est une exemplarité que nous pensons que les autres joueurs vont suivre », a justifié le président de la Fsvb. Qui espère que ces distinctions vont créer l’émulation chez l’ensemble des pensionnaires des différentes formations en championnat comme en Coupe. Car, d’après lui, ces derniers vont ainsi essayer de faire comme ceux qui ont été distingués pour gagner ces trophées. « Nous commençons cette année, c’est une première étape. Et nous pensons que cela va être beaucoup plus grandiose l’année prochaine et beaucoup plus faste », promet le Pr Ndoye.

Booster la pratique
La tenue des différentes manifestations est l’une des missions confiées à la Fédération par la tutelle. Mais il ne faut pas occulter la mission de développement qui revient à l’instance. Et son président d’ajouter que ce travail va se poursuivre : « Je crois que nous sommes sur la bonne voie, même s’il reste beaucoup de choses à faire. Nous travaillons d’arrache-pied pour que cela se fasse. Nous avons commencé à développer le volleyball dans le pays et vous avez vu tout à l’heure des régions qui sont primées avec Santhiaba (Ziguinchor) et Khombole (Thiès) ». Ce qui veut dire à ses yeux, que le volleyball commence à se jouer partout au Sénégal. « Nous avons des partenaires comme le ministère des Sports, le Comité olympique ou encore la Police qui nous appuient, des partenaires sans qui nous ne serions pas à toutes ces réalisations. Parce que ces actions nécessitent beaucoup de moyens ». Aussi, souligne-t-il, la Fédération va s’atteler dès la saison prochaine à mettre en œuvre une série d’actions pour booster la discipline. « Nous allons attaquer le volleyball à l’école.

C’est la phase que nous allons mettre en œuvre l’année prochaine. Je pense que ce sera l’étape qui va relancer définitivement l’émergence du volleyball au Sénégal. Il y a également d’autres initiatives comme le Volleyball dans l’entreprise ou le Volleyball dans les quartiers », révèle le président Ndoye.

Ousseynou POUYE

 

Last modified on samedi, 23 septembre 2017 17:12

Les finales hommes et dames de la Coupe du Sénégal ont clôturé, ce samedi, l’édition 2016 de la saison indoor de volleyball. Deux rencontres remportées par la Sococim qui conserve son titre en dames et l’Université Gaston Berger qui s’est adjugé le trophée pour la première fois.

Le stadium Marius Ndiaye a accueilli, samedi, les finales de la deuxième édition de la Coupe du Sénégal de volleyball qui était le prétexte pour la Fédération en charge de la discipline, de clôturer sa saison en salle. Sur le parquet du stade, deux rencontres étaient au programme. Dans le premier match, la Sococim qui remettait son titre en jeu avait pour adversaire, l’Asc Police. Un vis-à-vis contre lequel la formation rufisquoise a mis quatre sets pour faire la différence et conserver son titre.

Car l’équipe entrainée par Gana Faye Diallo a concédé la première manche par 25 à 27 avant de se ressaisir. Un premier set perdu qui a eu le don de réveiller les ardeurs des Rufisquoises qui sortent la grosse artillerie. Elles dominent, coup sur coup, les trois parties suivantes par 25-19, 25-16 et enfin 25-22. Avec ce succès, la Sococim conserve cette couronne acquise l’an dernier ; ce qui a fait dire à son coach que sa formation a fait le vide autour d’elle au plan local. Même si le titre de champion du Sénégal lui a échappé pour des raisons administratives. « Nous avons été forfait lors de la dernière ligne droite du championnat », a dit Gana Faye Diallo pour qui la victoire de l’Asc Police en championnat est une preuve éclatante de la domination de son équipe dans le volleyball national. Si le trophée est resté entre les mains de ses vainqueurs de l’an dernier chez les dames, il a changé de titulaire en hommes. Car l’Université Gaston Berger a pris le relais de l’Association sportive des Forces armées (Asfa). Les étudiants saint-louisiens ont battu en finale, l’Asc Police ; une équipe décidément pas à la fête ce samedi. Car après les filles, ce sont les hommes qui ont baissé pavillon face à l’Ugb qui s’est imposée par 3 sets à 1 au terme de la rencontre qui les opposait et qui s’est terminée au bout de trois manches. Après un premier set remporté par 25 à 21, les Nordistes ont perdu le suivant (26-28) avant de remportant les deux derniers (25-21 et 25-23). Un succès dont se félicite leur coach, Cheikh Sadibou Lô qui ambitionne désormais de représenter le Sénégal en Afrique où espère-t-il, ses joueurs pourront se bonifier.

La finale a également été le prétexte pour la Fédération de primer les acteurs qui se sont distingués cette saison. Ainsi, en plus des vainqueurs de la Coupe nationale, elle a procédé à la remise de trophée aux équipes championnes du Sénégal de D1 à savoir l’Asfa chez les hommes et l’Asc Police en Dames mais également aux équipes championnes du Sénégal en D2 que sont les deux formations de Santhiaba Vbc de Ziguinchor en hommes et dames. L’innovation de cette saison a été l’intronisation du Roi et de la Reine de volleyball ; deux distinctions qui sont allées à Badou Sène, champion du Sénégal avec l’Asfa et Khadija Samb de l’Asc Police, championne du Sénégal.

Ousseynou POUYE

Résultats
Dames : Asc Police – Sococim 1-3 ;
Hommes : Asc Police – UGB 1-3.

Last modified on lundi, 18 septembre 2017 14:57

La 2ème édition de la Coupe du Sénégal de volleyball va sacrer, ce samedi, ses vainqueurs. Ce sera à l’occasion des finales hommes et dames de cette compétition organisée par la Fédération sénégalaise de volleyball et parrainée par le chef de l’Etat. Deux rencontres prévues au stadium Marius Ndiaye où les quatre équipes encore en lice sur les deux tableaux iront à l’assaut de ces trophées au programme fédéral depuis la saison 2015-2016. Chez les dames qui ouvrent le bal dès 15h30, la Sococim, tenante du titre va tenter de conserver le trophée acquis l’année dernière aux dépens du Cs Diatoo. Elle avait remporté leur face à face en trois sets (25-21, 25-21 et 25-23). Cette année, ce sont les pensionnaires de l’As Police qui se dresseront face aux joueuses du club de Rufisque pour contrarier leurs plans et faire échouer leurs envies de doublé.

Pour cela, il faudra aux ‘‘Policières’’ qui ont déjà remporté le championnat, une détermination sans faille face à une équipe rufisquoise qui a été déchue de son titre national dans l’autre compétition organisée par la Fédération. Si le tenant en dames est toujours en lice pour rempiler, le vainqueur chez les messieurs en 2016 ne sera pas de la partie cet après-midi. L’Asfa qui s’était imposée l’an dernier va ainsi suivre l’As Police et l’Université Gaston Berger se disputer la couronne enlevée l’an dernier par les militaires. Ces derniers, déjà sacrés champions du Sénégal cette saison, avaient d’ailleurs comme adversaires de la finale de l’édition 2016, les Policiers qui auront à cœur de réussir là où ils avaient échoué l’an dernier. Battus alors par 3 sets à 1 par l’Asfa, l’As Police avait ainsi laissé filer le trophée ; un titre que la formation va donc tenter d’enlever ce samedi.

Les étudiants de l’Université de Saint-Louis afficheront la même détermination à s’imposer et remporter ainsi son premier trophée. En marge des finales de cet après-midi, la Fédération procédera à la remise de trophée aux équipes championnes du Sénégal de D1 à savoir l’Asfa chez les hommes et l’Asc Police en Dames mais également aux équipes championnes du Sénégal en D2 que sont les deux formations de Santhiaba VBC de Ziguinchor en hommes et dames.

O. POUYE

PROGRAMME
15h30 : Sococim – Asc Police (D) ; 16h30 : Ugb – Asc Police (H).

Last modified on samedi, 16 septembre 2017 13:22

Favorite de la finale de l'Euro 2017, la Russie a remporté le titre face à l'Allemagne (25-19, 20-25, 25-22, 17-25, 15-13), qui aura opposé une superbe résistance.

Sans grande surprise, le titre européen est bien revenu à la Russie, dimanche soir. Il aura en revanche été très difficile à aller chercher face à une sélection allemande accrocheuse et qui aura pris à son adversaire ses deux premiers sets de la compétition (25-19, 20-25, 25-22, 17-25, 15-13). Pas de quoi empêcher la Russie de remonter sur le toit de l'Europe, quatre ans après le titre remporté en 2013.  14 En s'imposant lors de cet Euro polonais, la Russie a remporté son 14e titre européen (titres de l'URSS compris), pour trois finales perdues et cinq médailles de bronze. C'est la nation européenne la plus dominatrice du continent. 

Physiques et agressifs d'entrée de match, les Russes ont d'emblée affichée leur envie d'écourter les débats et signifier qu'ils étaient imprenables sur cette compétition. Ils se sont pourtant heurtés à des Allemands surprenants, à l'image de leur tournoi. À l'image également de leur sélectionneur italien, Andrea Giani, qui avait déjà surpris en menant la Slovénie en finale, face à la France, il y a deux ans. S'ils ont réussi à revenir à 14-14 dans le premier sets, György Grozer et les siens ont finalement lâché prise face au bloc défensif adverse (25-19).

Les Russes à l'expérience
Les outsiders de la soirée ont tout de même eu de la place pour laisser leur volley s'exprimer, à l'image d'un deuxième set remporté assez facilement (25-20). Les débats se sont équilibrés dans la troisième manche, finalement remportée par les Russes (25-22). Ces derniers se sont rendu coupables d'un relâchement trop important dans le quatrième acte. Un manque d'efficacité et d'impact dont les Allemands ont rapidement tiré profit pour arracher un set décisif et prolonger le suspense dans la rencontre.
À 10-9 en leur faveur, les Russes ont fait parler leur expérience pour remporter trois des quatre points suivants (13-10). Il leur a fallu deux balles de match pour laisser éclater leur joie (15-13). Si les Allemands pourront regretter d'avoir manqué une occasion en or d'accrocher un premier Euro à leur palmarès, ils pourront se vanter d'avoir fait douter la meilleur équipe de la compétition. Une belle promesse pour leurs prochaines compétitions.

L’Equipe

 

Magnifique performance réalisée par l’équipe de France masculine de volley-ball. Samedi 8 juillet, la « Team Yavbou » a remporté la Ligue mondiale pour la deuxième fois de son histoire. Et de quelle manière : les Français ont battu les champions olympiques brésiliens chez eux, à Curitiba ! Deux ans après leur premier sacre à Rio face à la Serbie, ils ont donc remis ça au prix d’une finale très disputée et gagnée 3 sets à 2 (21-25, 25-15, 25-13, 19-25, 15-13). Earvin Ngapeth, superstar de l’équipe de France, a encore été géant avec ses 29 points inscrits. Comme en 2015, il a été élu Meilleur joueur du tournoi. La France prépare idéalement le prochain Championnat d’Europe (23 août-3 septembre en Pologne), où elle défendra son titre.

Last modified on mardi, 11 juillet 2017 16:23

L’association «Les Demoiselles de Kër et Sénégalaises de demain» organise, du 14 au 16 juillet prochains, la troisième édition de son tournoi de volleyball dénommé Tournoi volley fun (Tvf). Une manifestation prévue au Centre Maurice Guéye de Rufisque où, pendant trois jours, une série de manifestations se tiendront avec la part belle aux jeunes issues de plusieurs contrées du pays. Pour la présidente de l’Association, Fatou Diouck, il s’agit pour la structure d’aider les jeunes à s’épanouir à travers des activités sportives en particulier le volleyball. La manifestation concerne des jeunes de moins de 16 ans mais également des adultes venus de Dakar, Fatick, Kolda, Rufisque, Saint-Louis, Tambacounda, Thiès, Ziguinchor mais également de la Gambie.

En tout, quelque 70 équipes extérieures à la ville auxquelles il faut ajouter les formations locales. Une révélation des organisatrices pour qui l’épanouissement des jeunes à travers le sport et des activités ludiques constitue un véritable sacerdoce. Le programme de ces manifestations allie activités sportives mais aussi ludiques avec un défilé de mode, des concerts de musique ou encore des prestations d’artistes. Si cette manifestation est l’activité la plus visible de l’association, ses initiatrices soulignent qu’elle s’active dans plusieurs autres domaines qui vont de l’accompagnement personnalisé qui doit permettre aux enfants âgés de 13 à 15 ans d’exceller dans leur pratique sportive, à leur faire bénéficier d’un suivi médical spécifique au soutien scolaire. Ce qui, à leurs yeux, permettra de forger leur personnalité.

O. POUYE

Last modified on jeudi, 06 juillet 2017 13:54

Les qualifications africaines pour le mondial féminin (Japon) débutent avec les tournois de préqualification zonales qui se disputent sous la formule du championnat. C’est-à-dire une première phase puis une seconde pour prétendre au ticket conduisant aux championnats du monde qui se dérouleront au Japon en 2018. Pour le compte de la Zone 2 africaine, le Sénégal ira chercher la qualification à Praia au Cap-Vert du 26 avril au 1er mai. Présentement, 18 volleyeuses sont en regroupement externe pour préparer ce premier tour qui regroupera les pays de la Zone 2.

Un écrémage difficile puisque seuls deux pays se qualifieront pour le second qui se disputera en fin septembre. Selon l’entraîneur national des filles, Amadou Sène, une équipe comme le Cap-Vert fera appel à ses expatriées, tout comme le Sénégal d’ailleurs avec notamment Marième Diagne (Quimper/France ligue A pro), Sokhna Guèye (Espagne ligue A pro) et Bintou Sow (ligue A pro/Finlande). « On n’a pas pu disposer des autres parce que c’est une compétition qui est placée à un moment assez délicat pour certains clubs. Actuellement, on est sur la dernière ligne droite de la préparation, on s’entraîne matin et soir. C’est une compétition très importante pour nous d’abord pour la qualification et ensuite cela nous permet de préparer une partie du championnat d’Afrique qui se disputera entre les deux tournois, en principe en août », a indiqué l’entraîneur national des filles.

De ce groupe des 18 filles, 14 seront retenues pour aller disputer le tournoi de Praia. « On n’est pas en regroupement fermé car le ministère des Sports a pris conscience des enjeux du championnat d’Afrique et s’est beaucoup fixé sur cette compétition. La fédération et la tutelle sont en train de discuter pour voir comment nous accompagner sur cette compétition du Cap-Vert. Donc pour le moment, on s’adapte. Mais comme lors du dernier championnat d’Afrique, le Sénégal avait battu en poule la Tunisie et le Cameroun, les deux équipes ayant représenté l’Afrique lors du dernier championnat du monde. Ce qui témoigne du niveau et de la qualité des athlètes. « Si bien que la question n’est plus de savoir si le Sénégal peut se qualifier ou pas. Parce que nous avons les moyens de nous qualifier. Mais il faut quand même voir les conditions de préparation et que tout le monde s’y attèle en sachant que c’est le projet de tout le monde et qu’il est important que l’équipe soit dans de bonnes conditions de préparation afin de maximiser ses chances de qualification », a-t-il plaidé.

Près d’une quarantaine d’encadreurs, professeurs de sport et joueurs de volleyball ont débuté hier, au stade Demba Diop, un stage de niveau 2 pour l’obtention du diplôme de 2e degré international. Ils sont venus du Mali (1), Burkina Faso (2), Bénin (4), Guinée Conakry (2) et du Sénégal (28) pour suivre ces cours dispensés par l’expert de la fédération internationale de volleyball, Shailen Dev Ramdoo, et Mbaye Dème, directeur du Centre international de coopération et de développement sous-régional de volleyball de Dakar (Cicdr).

Ainsi, du 5 au 9 avril, ils subiront ce premier stage test organisé au Sénégal pour les techniciens de la sous-région ouest-africaine. Une formation qui, à terme, devrait leur permettre de dispenser à leur tour leurs connaissances à la future élite du volleyball africain, comme l’ont souligné le directeur du stade Demba Diop, Ousmane Ndiaye qui représentait aussi le ministère des Sports et Tony Ndoye qui parlait au nom du Cnoss. Selon eux, il n’y a rien de telle que la formation, car elle occupe une place centrale dans le développement d’un pays. C’est pourquoi ils ont salué le travail abattu dans ce domaine par l’expert Mbaye Dème au niveau du Cicdr de Dakar. L’importance de ce centre basé à Dakar pour le développement du volleyball dans la sous-région n’est plus à démontrer car, à leur avis, des générations de volleyeurs y ont été formées et qui sont devenus maintenant des experts dans leurs pays respectifs.

Au cours de ces cinq jours donc, les stagiaires subiront des exercices théoriques et pratiques afin d’assimiler au mieux les nouvelles donnes qui ont cours actuellement dans la pratique de ce sport. Ainsi, discussions et échanges d’expériences constitueront les principaux axes de ce stage. Ce que n’a pas nié l’expert finlandais de la Fivb, Shailen Dev Ramdoo, qui estime qu’il s’agit d’animer et de développer une discipline qui a adopté un nouveau style. « Donc il faut les revisiter, les enseigner et les adapter à la nouvelle configuration qui se dessine dans le volleyball.
Nous savons que la volonté de faire les choses est la même partout, et si les moyens suivent cette volonté sera concrétisée », a indiqué Shailen Dev Ramdoo.

C. F. KEITA

Le dojo du Centre aéré de la Bceao a accueilli, samedi dernier, le Championnat des moins de 15 ans de Yoseikan qui s’est déroulé dans une bonne ambiance. Cette compétition annuelle permet à la structure dirigeante du Yoseikan de mener à bien l’animation et la promotion auprès des petites catégories, selon les organisateurs. Lesquels ont donc mis en exergue les jeunes pratiquants qui étaient à l’œuvre sur le tatami pour remporter la palme. Cette année, la compétition a enregistré la participation de 60 enfants pratiquants venus des régions, Kaolack, Louga, Saint-Louis et de Thiès qui se sont joints aux jeunes de Dakar pour disputer d’abord les épreuves éliminatoires et les phases finales. En fin de compte, le club de la Bceao s’est adjugé la première place avec deux médailles en or, deux d’argent et quatre de bronze, au terme des compétitions qui ont mis aux prises cinq catégories. Les médailles du club ont été remportées pour l’or, par Fafa Metognon dans la catégorie des moins de 8 ans et Ilyann Assane Sidick Sanogo chez les 10 et 11 ans. 

Les médailles d’argent ont été remportées par Samba Bocoum (catégorie moins de 8 ans) et Mohamed Lô chez les 13-14 ans. Quatre autres enfants ont joué leur partition dans ce triomphe du club ‘‘banquier’’ en montant sur la troisième marche du podium. Il s’agit d’Awa Traoré (catégorie des moins de 8 ans), Christopher Kpostra (8-9 ans), Nils Méril Bitho (catégorie des 10 & 11 ans) et Thierry Sène (catégorie des 14 & 15 ans). Une belle moisson de médailles dont s’est félicité le secrétaire général du club, Bruno Bassène. Pour qui cette manifestation « est le socle important pour les petites catégories dans l’acquisition des valeurs d’amitié, de respect et d’évolution psychologique ».

O. Pouye

Last modified on vendredi, 03 février 2017 15:37

Après une défaite d’entrée concédée face au Rwanda, le Sénégal se devait de réagir ce lundi pour éviter une sortie prématurée du Championnat d’Afrique qui se joue actuellement à Nairobi, au Kenya.

Et pour leur deuxième rencontre, les Lionnes ont à nouveau perdu. Elles ont été battues par les Botswanaises au tie-break (3 sets à 2). Une nouvelle défaite pour les partenaires de Jeanne Diokh qui, après avoir concédé le premier set (23-25), ont remporté les deux suivants (25-22, 25-22) avant de se faire rattraper par leurs vis-à-vis (23-25) et de s’incliner finalement par 13 à 15. Avec ce revers, les Sénégalaises qui étaient « en apprentissage », selon les responsables fédéraux, laissent passer une chance de figurer dans le dernier carré. Ce mardi, le Sénégal fait face au Kenya dans un match qui ne sera sans doute pas facile du fait de la défaite des locales devant l’Egypte et qui voudront se racheter. Les Lionnes boucleront leur campagne par un dernier match mercredi face à l’Egypte avant de rentrer. A moins qu’elles aient réussi l’exploit de battre l’un de ces deux derniers adversaires.

O. POUYE

Last modified on mardi, 25 octobre 2016 14:37

L’équipe nationale féminine des moins de 23 ans s’apprête à prendre part, du 21 au 28 octobre prochain à Nairobi (Kenya), au Championnat d’Afrique de la discipline. Une compétition qui aura pour cadre le Kasarani stadium de la capitale kenyane où les Sénégalaises devront se surpasser pour se faire une place dans le peloton de tête. Pour une mise en jambes, elles sont déjà en regroupement à Dakar avant de rallier le lieu de la compétition vendredi, annonce un communiqué de la Fédération sénégalaise de Volleyball.

Aux côtés des Lioncelles, sept autres formations du continent (Tunisie, Botswana, Egypte, Rwanda, Algérie, Kenya et Cameroun) partiront à l’assaut du titre africain. Le pays qualifié prendra part à la prochaine compétition mondiale de la catégorie. Car, comme l’a souligné le communiqué de la Fédération, « cette compétition qualifiera l’équipe championne au prochain Championnat du Monde U23 Dames qui se déroulera en Slovénie en septembre 2017 ». D’où l’adversité qui est attendue sur place avec comme principales équipes attendues les Kenyanes qui évolueront à domicile, les Tunisiennes ou encore les Algériennes.

Cette compétition est la cinquième et avant-dernière manifestation organisée par la Confédération africaine de Volleyball qui implique les plus jeunes. Il faut souligner que la confédération africaine de volleyball organise présentement un cycle de six championnats d'Afrique des nations des jeunes qui se tiendront durant la période allant du 17 août au 10 novembre 2016. La Can cadette a déjà eu lieu à Madagascar du 17 au 27 août alors que la Tunisie a accueilli celle des cadets du 8 au 16 septembre avant que le Maroc ne prenne le relais pour accueillir les juniors garçons (du 18 au 24 septembre). La quatrième compétition africaine, celle des U23 garçons, s’est tenue en Afrique du Sud. Après donc Nairobi au Kenya, l’Egypte prend le relais du 30 octobre au 10 novembre pour abriter la CAN juniors chez les filles et boucler le cycle.

O. POUYE

La saison indoor de volleyball s’est achevée samedi avec les finales de la Coupe du Sénégal disputées au stadium Marius Ndiaye, en hommes et dames après celles du championnat national disputées une semaine plus tôt. Chez les messieurs, ce sont les militaires de l’ASFA qui se sont imposés alors que les filles de la Sococim ont remporté le titre en dames.

La fin de la saison de volleyball a été jugée samedi au stadium Marius Ndiaye avec les finales de la première édition de la Coupe du Sénégal. Celle masculine entre frères d’armes, sorte de remake de la finale du tournoi d’ouverture remporté par l’Asc Police, a été la plus disputée avec l’Asfa qui s’est imposée au terme d’un quatrième set très disputé. Après deux manches plus ou moins faciles (26-24 puis 25-15), les Militaires ont vu leurs vis-à-vis remporter le troisième set par 25 à 22.

Les Policiers qui retardaient ainsi le sacre pour l’Asfa contrainte de se réinventer pour reprendre sa marche victorieuse. Mais le début du quatrième set est à l’avantage de leurs adversaires qui ont compté jusqu’à quatre points d’avance (11-7). Mais un sursaut d’orgueil a permis aux partenaires d’Ousmane Diatta, désigné meilleur joueur de la saison, de revenir. C’est ainsi qu’ils sont parvenus à égaliser puis à prendre les devants. Après quoi, les deux formations se tiennent à un but avec toujours l’Asfa en tête avant de se faire rejoindre par la Police. Un mano à mano interminable au bout duquel les militaires ont eu le dernier mot et remporté le gain de la partie par 3 sets à 1.

Une délivrance pour le coach militaire Adama Sam qui a tenu à reconnaître que « la partie était âprement disputée compte tenu du fait que la Police reste une très grande équipe ». Après avoir mené par 2 à 0, les Militaires ont vu les Policiers revenir, mais des correctifs ont permis à M. Sam de faire triompher son équipe qui peut tout de même nourrir quelques regrets à l’heure du bilan. Car « notre objectif était de remporter tout. Mais nous avons perdu le championnat », a-t-il dit.

En dames, le titre est allé à la Sococim qui a battu Diatoo, au terme d’une rencontre globalement maîtrisée par les Rufisquoises victorieuses des trois sets (25-21, 25-20 et 25-23). Elles remportent du coup la première édition de cette compétition et surtout sauvent leur saison ; après avoir raté le championnat au profit des étudiantes du Dakar Université Club. En face, Diatoo échoue pour la deuxième fois en finale après la défaite concédée en championnat contre le Duc. La formation peut tout de même se consoler avec le titre de meilleur coach de la saison décerné à son entraîneur Boubacar Alain Bodian, « double finaliste en dames et deux fois demi-finaliste avec l’équipe masculine ».

Ousseynou POUYE

Résultats : Dames : Sococim – Diatoo 3-0 ; Hommes : 17h : Asfa – Asc Police 3-1.

Les finales des championnats de volleyball se sont déroulées samedi, au stadium Marius Ndiaye. Le Dakar Université Club s’est imposé chez les dames devant le Diatoo de Rufisque avant de s’incliner, chez les hommes, face à l’Université Gaston Berger.

Le Duc n’a pas réussi le doublé. Vainqueur de la finale du championnat de volley chez les dames, le Dakar Université Club s’est incliné face à l’Ugb chez les hommes. Les Saint-louisiens étaient plus forts. Vainqueurs 3 sets à 0, ils ont dominé le match du début à la fin. Les Dakarois se sont pourtant accrochés durant les deux premiers sets. En face, l’UGB a fait preuve de plus de maîtrise. En parvenant à dominer les Nordistes se sont facilités la tâche pour le dernier set. Plus détendus, ils déroulent leur jeu face à des dakarois impuissants. Pour l’entraîneur de l’UGB, Cheikh Sadibou Lô, le fait de gagner le deuxième set leur a facilité la fin de match : « Nous avons gagné en confiance alors que l’équipe adverse a lâché. Mais ce ne fut pas un match facile, comme on pourrait le croire ». Daouda Bangoura, coach du DUC, impute cette défaite aux perturbations que son équipe a connues dans sa préparation : « Beaucoup de mes joueurs habitent en Casamance et à Tambacounda. Avec la Tabaski, nous n’avons pas pu nous entraîner normalement ». Une rupture qui s’est fait sentir dans le jeu.
Pour la troisième fois consécutive, l’équipe masculine du Duc échoue en finale. Une occasion ratée de réaliser le doublé, car plus tôt dans l’après-midi, les filles se sont imposées face à Diatoo de Rufisque, au cours d’une rencontre plus serrée, disputée en quatre sets (3 sets à 1 pour le Duc). Face à un adversaire qui les avait battues par 3 sets à 0 en match de poule, les joueuses de Daouda Bangoura ont fait parler leur expérience. Après avoir remporté le premier set, elles ont vu les Rufisquoises revenir au score. Il leur a fallu deux nouveaux sets pour remporter la mise. Une situation à laquelle ne s’attendait pas l’entraîneur du Diatoo, Boubacar Alain Bodian : « Nous nous sommes préparés d’arrache-pied pour cette finale. Malheureusement, nous avons connu des désagréments avant de venir.
Ce n’est qu’aujourd’hui que nous avons eu des équipements.
Nous sommes arrivés en retard parce que nous n’avions pas de bus. Les filles étaient démobilisées ». De quoi avoir des regrets pour cette jeune équipe dont la moyenne d’âge tourne autour de 18 ans.
Habib Gaye (Stagiaire)

Les demi-finales du Championnat et de la Coupe du Sénégal de volleyball se sont déroulées le week-end dernier au stadium Marius Ndiaye et ont désigné leurs finalistes d’une saison démarrée en juillet dernier.

La Coupe a été la dernière compétition à désigner ses finalistes. Chez les dames, le CS Diatoo et la Sococim ont validé leur ticket pour la finale alors que la couronne chez les messieurs ira soit à l’Asfa, soit à l’AS Police. Les deux dernières confrontations de cette compétition qui en est à sa première édition auront lieu le 24 septembre prochain. Pour se qualifier, le CS Diatoo en dames a battu en demi-finale, l’UGB par 3 sets à 0. L’AS Sococim a, pour sa part, dominé Asuc pour se qualifier en finale.

En messieurs, c’est à un remake de la finale du tournoi d’ouverture qu’auront droit les spectateurs entre frères d’armes. En demi-finales, les Militaires ont disposé de Saltigué (3-0) alors que les Policiers ont pris le dessus sur le CS Diatoo. Vainqueur du tournoi de démarrage et du championnat la saison dernière, l’AS Police voudra bien enchaîner avec un nouveau trophée. Mais aussi se racheter avec la perte de sa couronne en championnat. Car, avant les rencontres de la Coupe nationale, le championnat a disputé ses demi-finales samedi. Et, les militaires ont été sortis au tie-break (3-2) par les étudiants saint-louisiens de l’Ugb.

Du coup, la finale oppose ces derniers à l’autre formation estudiantine : le Duc vainqueur (3 sets à 1) de CS Diatoo. Le Duc disputera aussi la finale féminine, les étudiantes ayant battu la Sococim (3-2). Elles seront opposées au CS Diatoo qui a placé son équipe féminine en finale après avoir sorti l’Asuc par 3 sets à 0. Ainsi dans un peu plus deux semaines, seront connus les deux lauréats de l’année. Ce sera à l’occasion d’un week-end qui s’annonce disputé entre les différents prétendants au sacre.

Ousseynou POUYE

Rufisque accueille à partir de vendredi et pour trois jours durant, un tournoi de volleyball dénommé Tournoi volley fun (Tvf). Une trouvaille de l’association ‘‘Les Demoiselles de Kër et Sénégalaises de demain’’ qui organise la 2ème édition de cette manifestation initiée en 2014. Pour la présidente de l’Association, Fatou Diouck, il s’agit d’aider les jeunes en particulier les filles, à allier leurs activités à la maison et la pratique sportive mais aussi les études. Car, pour la capitaine de l’équipe nationale féminine, il est possible d’allier toutes ces activités ; et son association vise à promouvoir l’accès des jeunes femmes sportives sénégalaises aux infrastructures sportives, à la santé, à l’éducation et à la culture. Ce sera sous la forme d’un accompagnement personnalisé devant permettre aux enfants âgés de 13 à 15 ans, de bénéficier d’un suivi médical spécifique et d’un soutien scolaire.

Ce week-end, c’est donc le centre culturel Maurice Gueye de Rufisque qui accueille les activités pour « trois jours de partage et de solidarité sportive ». Dès vendredi, le coup d’envoi de la manifestation sera donné par les jeunes, avec à partir de 11 heures, une série de matchs, seule activité de la journée avant la reprise prévue le lendemain samedi avec une formation à l’intention des journalistes. Car, pour les organisateurs, le volleyball n’est pas suffisamment relayé dans les médias et une formation des journalistes leur « permettra d’avoir des notions sur les règlements qui vont leur permettre de bien traiter les informations liées au volleyball ». Aussi, les adultes auront leur mot à dire puisqu’un match doit également les opposer.

La manifestation sera clôturée dimanche avec dans la matinée, un match de gala entre vétérans à partir de 10 heures. Cette rencontre sera suivie des demi-finales et des différentes finales prévues dans l’après-midi. En sus de ces rencontres sportives de volleyball, les organisateurs feront également place aux activités ludiques avec une démonstration de sports de combat (Viet vo dao) et de gym et un concert de musique avec les artistes locaux. A noter que les initiateurs ont tenu à apporter quelques innovations au programme avec un nombre de joueurs réduit à quatre par équipe au lieu de six et la constitution d’équipes mixtes.

Ousseynou POUYE

Le premier acte de la saison en volleyball a été posé ce week-end avec le tournoi d’ouverture qui a disputé ses finales hier dimanche et qui ont sacré la Sococim chez les dames et l’Asc Police chez les messieurs face respectivement à Mbao et à l’Asfa. Les demi-finales s’étaient disputées la veille samedi au stadium Iba Mar Diop pour les hommes et au Centre Maurice Gueye de Rufisque pour les filles. Et hier donc, en finale chez les dames, les Rufisquoises de la Sococim ont été expéditives face à leurs voisines de Mbao. Ces dernières ont été balayées 3 sets à 0 par les partenaires de Fatou Fall qui a été désignée meilleure joueuse de la rencontre. C’est sur un score de 25-12, 25-15 puis 25-13 que les Rufisquoises se sont imposées pour entrer de plain-pied dans le présent exercice.

En messieurs, les Policiers ont eu le dernier mot dans la rencontre entre frères d’armes qui les opposait à l’Asfa, malgré une mauvaise entame de partie. Après avoir concédé le premier set (20-25), ils se sont finalement imposés par 3 sets à 1. Dans la deuxième manche, ils ont dominé les débats par 25 à 19 avant d’en faire de remporter le 3ème set, le plus disputé, par 27 à 25. La quatrième manche a été plus facile pour la Police qui s’impose par 25 à 18 et qui peut entrevoir tranquillement, le début du championnat. Un championnat qui devrait s’ouvrir « le premier week-end après la Korité », selon le président de la fédération sénégalaise de volleyball. Le Pr Mamadou Ndoye a estimé qu’il reste juste à fixer les modalités avec le nombre d’équipes qui seront présentes sur les deux tableaux et la formule du championnat dont les favoris seront la Sococim et l’Asc Police qui ont donné le ton ce week-end.

O. POUYE

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.