banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil
CAN 2017

CAN 2017 (278)

A moins d’une semaine du coup d’envoi de la Can 2017 qui sera donné samedi, la première sélection qualifiée pour la compétition (excepté le pays-hôte) a posé le pied au Gabon hier. Les “Etalons” du Burkina Faso, sont tout droit venus de leur stage au Maroc. « La délégation quitte Marrakech le dimanche 8 janvier pour Libreville » pour arriver hier au petit matin, indique la Fédération burkinabè sur son site officiel. Les coéquipiers de Bertrand Traoré débuteront la compétition contre le Cameroun samedi à 19h temps universel après le match d’ouverture Gabon-Guinée Bissau.

Last modified on mardi, 10 janvier 2017 11:06

Des militants de la “société civile” gabonaise soutenant l’opposant Jean Ping qui conteste la réélection en août du président Ali Bongo Ondimba, ont appelé hier au “boycott” de la Coupe d’Afrique des Nations (Can-2017) qui débute samedi au Gabon, jusqu’au 5 février. “La société civile ne veut pas de Can tant que la vérité des urnes ne sera pas restaurée”, ont affirmé ces militants lors d’une conférence de presse à Libreville avant d’ajouter dans une déclaration: “la plateforme nationale de la société civile gabonaise appelle solennellement le peuple gabonais à un boycott actif de la Can-2017 par tous les moyens appropriés, pacifiques et non violents, au nom de la liberté d’expression, de la vérité des urnes, de la souveraineté du peuple et du respect dû à nos martyrs”. Des journaux proches de l’opposition ont lancé ces dernières semaines des appels similaires.

Près de six mois après le scrutin présidentiel d’août 2016 et l’auto-proclamation comme vainqueur du scrutin par Ali Bongo, le blocage est total entre le pouvoir et l’opposition emmenée par Jean Ping. Le chef de l’Etat tente de calmer le jeu en réitérant sa promesse “d’un dialogue politique qui s’ouvrira au lendemain de la Coupe d’Afrique des Nations 2017”. Jusqu’à présent, M. Ping, qui a lui-même organisé son propre “dialogue” en décembre, refuse une telle éventualité. Encore traumatisés par les violences postélectorales (émeutes meurtrières, pillages massifs), certains Gabonais redoutent dans ce contexte des incidents en marge des matches, notamment à Port-Gentil, ville traditionnellement frondeuse, et à Oyem (nord).

AFP

« Je crois fermement, comme la plupart des Sénégalais, que si nous nous assumons, nous pouvons y réaliser beaucoup de choses », soutient sans sourciller Athanase Tendeng, l’entraîneur du Casa Sports. Selon lui, ce groupe d’Aliou Cissé peut nous valoir beaucoup de satisfactions, puisque comprenant en son sein des joueurs professionnels et aguerris. « Et c’est là que se situe la différence entre la Can que j’ai vécue et celle-là », a expliqué le successeur de Demba Ramata Ndiaye sur le banc du club sudiste. Il avait, en effet, pris part à la Coupe d’Afrique des nations de 1994 disputée en Tunisie. C’était une première et une grande découverte pour lui et pour la plupart de ses coéquipiers, étant à l’époque des locaux qui évoluaient dans le championnat national. Lui-même avait signé le but de la victoire du Sénégal (2 – 1) à Sousse lors du premier match face à la Guinée. « Mais, nous avions eu la chance de bénéficier d’un encadrement technique assez expérimenté, avec des gens comme feu Jules François Bocandé, Boubacar Sarr Locotte, Mandiaty Fall, feu le Dr Bamba Diop, etc. Ils connaissaient notre niveau et étaient toujours là pour nous pousser à aller de l’avant », a souligné l’entraîneur de l’équipe fanion de la région naturelle de Casamance. 

Cette expérience, selon l’ancien élégant meneur de jeu du Casa Sports et de l’équipe nationale, « nous avait permis de mieux appréhender la signification du drapeau national » au moment d’aborder une compétition comme la Can. Athanase dit avoir vécu cette Can tunisienne « avec beaucoup d’humilité, et de plaisir aussi ; parce que c’était un rêve qui venait de se réaliser pour nous ». Comme tout jeune joueur dans toutes les nations, lui et ses partenaires d’alors n’avaient en tête que de disputer une coupe d’Afrique ou une coupe du monde. L’occasion s’étant présentée à eux, ils n’ont pas manqué d’en profiter pleinement. Dommage que leur route se fût arrêtée en quarts de finale face à la Zambie (0 – 1). Pour une équipe repêchée pour la phase finale après une erreur administrative qui avait éliminé l’Algérie, première du groupe de qualification des “Lions”, c’était déjà une belle performance. L’entraîneur du Casa espère tout de même que ses cadets actuellement engagés dans la 31ème Can « Gabon 2017 » connaitront un bien meilleur parcours. Pour cela, il suggère que « l’équipe du Sénégal s’organise davantage, soit plus rigoureuse et croit en ses chances de pouvoir passer le 1er tour. Car d’après Athanase Tendeng, cette équipe-ci a « de la qualité et les moyens de représenter dignement le Sénégal et aller loin dans cette compétition ».

El Hadj Moussa SADIO


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.