banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Libreville : Paulo Duarte, le coach des Etalons du Burkina Faso, avait parlé de cette finale de la 3ème place comme du « match le plus difficile ». Il aurait pu dire « le match le plus inutile », puisque c’est celui que l’on vient disputer en trainant les pieds. Telle une corvée. Et ce n’est pas loin d’en être une. Puisqu’il est bien difficile de remotiver des joueurs qui ont été si près de disputer la finale avant de voir leur rêve fondre comme beurre sous le chaud soleil du Gabon. Pourtant, il faudra bien y parvenir. A moins d’aligner, comme c’est souvent le cas, les « coiffeurs » du bout du banc afin qu’ils puissent dire un jour « je n’y étais pas pour rien ; j’y ai participé ».

Ce soir à Port-Gentil, c’est le technicien qui parviendra à mieux réarmer psychologiquement ses troupes au moral en berne ou qui parviendra à tirer le maximum de ses remplaçants qui devrait remporter la médaille de bronze. Historiquement, c’est le Ghana qui s’est le mieux sorti de cette situation. Une fois il a disputé cette finale de consolation et il l’avait remporté à domicile en 2008 face à la Côte d’Ivoire (4 – 2). Une fois également, le Burkina Faso a été à cette étape, mais avait perdu en 1998 à domicile aux tirs au but (1 – 4) après un nul (4 – 4) contre la Rd Congo. Ce qui peut toutefois rassurer les observateurs, spectateurs et autres téléspectateurs, c’est que souvent dans cette petite finale il y a des buts comme s’il en pleuvait. Souhaitons qu’il en soit ainsi ce soir à Port-Gentil.

B. K. N.

La Coupe d’Afrique des Nations, une compétition sportive ou/et de danse ? A voir comment sont célébrés les buts marqués, on se rend compte que chaque équipe débarque à la Can avec la nouvelle danse de son pays. Tous s’y mettent, Congolais, Ghanéens, Sénégalais, Ougandais, etc. Ceci sans doute pour montrer l’aspect festif de la compétition. Sport et culture ont toujours évolué dans le même stade. La culture a toujours accompagné le sport en servant de cérémonial d’ouverture à presque toutes les compétitions. Ainsi, pour démarrer une manifestation sportive mondiale ou continentale, chaque pays fait étalage de son patrimoine culturel comme pour dire à ses hôtes que ce n’est pas seulement le sport qui l’intéresse. C’est pourquoi, regarder la Can sur le terrain revient à connaître les tendances culturelles des pays, d’abord lors de la cérémonie d’ouverture, de fermeture et surtout à l’occasion de la célébration des buts. Des moments où des pas endiablés de danse sont déroulés dans une chorégraphie parfaite avec chaque joueur, un rôle. Le buteur comme chef d’orchestre. Pour l’ouverture de cette Can, le Sénégal a été plus qu’honoré avec la présence de deux des fils ou originaires du pays dans le lot des artistes qui ont animé des prestations. Les chanteurs Akon et Booba. Pour la finale, nous dit-on aussi, la chanteuse Coumba Gawlo Seck fait partie des artistes choisis pour animer les concerts de la finale, donc de la cérémonie qui ferme la Can. La culture donc au début, à la fin et durant cette grande compétition sportive africaine. Ce qui montre que la culture et le sport véhiculent les mêmes valeurs et charrient une ferveur commune.

Ces deux domaines peuvent être donc des vecteurs de paix, de concorde sociale et d’entente des peuples. Ne dit-on pas que la musique n’a pas de frontières et que le langage du sport est universel. Que le fête soit belle donc sur et en dehors des terrains et que la danse du football soit au rendez-vous lors de la deuxième phase de cette Can……

Par Oumar NDIAYE

Meilleur joueur africain évoluant en Europe : Ayant débarqué au Gabon auréolé de son titre de meilleur joueur africain évoluant en Europe, l’Algérien Riyad Mahrez (2 buts) n’a pu aider son équipe à franchir le cap du premier tour.

Meilleur gardien de but évoluant en Afrique : Idem pour le gardien ougandais, Denis Onyango, élu meilleur joueur africain basé en Afrique, qui n’a pu sauver son équipe de l’élimination dés le premier tour. Avec 3 buts encaissés Denis, gardien de but des Mamelodi Sundown d’Afrique du Sud, retourne au pays.

Meilleure équipe nationale : L’Ouganda également élue meilleure équipe nationale n’a pu récolter qu’un nul contre le Mali et deux défaites qui l’éliminaient de la compétition.
Meilleures deuxièmes : L’Ouganda et le Togo qualifiés au titre des deux meilleurs deuxièmes des éliminatoires, n’ont fait qu’un tour et puis s’en sont allés.

Coaches locaux : Des quatre pays ayant un entraîneur local, Sénégal, Rd Congo, Guinée Bissau et Zimbabwe, seuls les deux premiers poursuivent l’aventure dans cette Can.
Un ancien vainqueur hors course : Des 8 anciens vainqueurs de la Can, Egypte, Ghana, Cameroun, Maroc, RDC, Tunisie, Côte d’Ivoire et Algérie, seuls les « Fennecs » ne disputeront pas le second tour.

Rassemblés par C. F.K

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.