banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

MATAR BA, MINISTRE DES SPORTS : « LE PEUPLE SÉNÉGALAIS A CONFIANCE EN CETTE ÉQUIPE »
« Le peuple sénégalais a confiance en cette équipe, il faut que tout le monde se batte.

Je suis optimiste tant qu’il n’y a pas un obstacle insurmontable. Et je pense que l’équipe qu’on a peut rivaliser avec les autres qui seront présentes en Russie. Le reste, c’est une question de mental et on poussera les joueurs à se battre jusqu’au bout ».

MBAGNICK NDIAYE, MINISTRE DE L’INTEGRATION AFRICAINE : « NOUS POUVONS ALLER TRÈS LOIN »
« Cette cérémonie me rappelle 2002. D’abord, la Can du Mali où nous avons fait un parcours extraordinaire, ensuite la Coupe du monde qui a vu l’équipe aller jusqu’en quarts de finale.
Je souhaite à cette équipe ce bonheur que nous avons connu en 2002, lors de la Coupe du monde.

Chaque matin, quand on jouait, tout le Sénégal était véritablement attentif aux résultats de l’équipe. Je souhaite que l’équipe ait la baraka que nous avions cette année-là, afin qu’elle puisse aller au-delà des quarts de finale, et peut-être ramener la coupe. Le président Macky le mérite, le ministre Matar Bâ le mérite, de même que la fédération.

En tout cas, je suis très optimiste par ce que nous avons des éléments qui jouent dans les meilleurs championnats européens. Si nous y croyons, nous pouvons aller très loin. Il faut que les jeunes se battent, qu’ils mouillent le maillot, qu’ils sachent que c’est tout le Sénégal qui est derrière eux y compris les anciens de la génération 2002 comme El Hadj Ousseynou Diouf, Khalilou Fadiga, Salif Diao, Tony Sylva etc. »

EL HADJ OUSSEYNOU DIOUF, ANCIEN INTERNATIONAL : « MAINTENANT, AUX JOUEURS DE DONNER LE MEILLEUR D’EUX-MÊMES »
« J’espère que le message sera entendu. C’est aux joueurs de comprendre ce que le président, le peuple sénégalais attendent d’eux à savoir une participation digne. Aujourd’hui, tout a été fait et c’est maintenant aux joueurs de donner le meilleur d’eux-mêmes et surtout de représenter dignement le Sénégal ; car les Sénégalais ont envie de vibrer et de danser.

Les joueurs doivent montrer à nos compatriotes et aux autres pays que le Sénégal est toujours là où il était ; ce en atteignant au minimum les quarts de finale. Ils devront aussi faire preuve de caractère.

Dans les grandes compétitions, c’est le caractère qui définit les joueurs et les équipes. L’équipe du Sénégal a des joueurs dans chaque poste ; maintenant il faut du caractère pour aller de l’avant. »

IBRAHIMA WADE, CNOSS : « UN MOMENT EXTRÊMEMENT IMPORTANT »
« Pour nous du mouvement olympique, c’est un moment extrêmement important. Ce n’est pas tous les jours que le Sénégal part à la Coupe du monde. Donc si nous avons cette occasion, nous devons tous le magnifier. Ce qui est constant, c’est que vous avez vu cette communion. Derrière le président Macky Sall qui remet le drapeau aux joueurs, c’est toute la Nation qui encourage l’équipe. Au nom du Comité olympique, je voudrais dire merci aux Lions, merci à la fédération, au ministère des Sports, merci au chef de l’Etat pour tout ce qu’il est en train de faire pour le sport sénégalais. Cette consécration récompense le président de la République dans les efforts qu’il est en train de faire pour développer le sport, et l’accompagner. »

ISSA LAYE DIOP, PRESIDENT DU 12EME GAINDE : « NOUS AVONS TOUTES LES RAISONS D’ÊTRE CONFIANTS »
« Un sentiment de satisfaction mais surtout de confiance. C’est une cérémonie historique dans un lieu symbolique avec des héros. Les Lions sont des héros. Cette cérémonie marque la reconnaissance de la République et le soutien sans faille de tout le peuple sénégalais derrière les Lions. Le 12ème Gaïndé est l’illustration de cette forme de cohésion nationale, cet engagement, ce patriotisme. Nous espérons une participation honorable de la part des Lions. Et nous avons toutes les raisons d’être confiants. Aliou vient de dévoiler les 23 Lions qui seront de la partie mais nous serons 15 millions à les accompagner. A notre niveau, tout est fin-prêt. »

Propos recueillis par Samba Oumar FALL, Diégane SARR
et Moussa DIOP

Tirés à quatre épingles à l’occasion de la cérémonie de remise du drapeau aux Lions, Malang Diédhiou, El Hadji Malick Samba et Djibril Camara vont tronquer le costume aux tenues sportives pour devenir le premier trio arbitral africain provenant d’un même pays à la Coupe du monde.

Touchant de complicité, le trio sénégalais plaisante, sourit puis retrouve son sérieux en serrant les mains d’officiels sénégalais sous le faste de l’énorme salle des Banquets du Palais présidentiel de l’avenue Senghor de Dakar. « Pour la première fois de l’histoire, trois arbitres d’un même pays sont sélectionnés à la Coupe du monde pour représenter l’Afrique. Ils sont Sénégalais et s’appellent Malang Diédhiou, Djibril Camara et El Hadji Malick Samba. Je vous salue. » Le Président Macky Sall a tenu à rendre hommage au trio arbitral sénégalais qui sera présent à la 21ème édition Russie 2018. Malang Diédhiou est arbitre Fifa depuis 2008. Ce colonel des Douanes dans le civil, âgé de 45 ans, va donc finir sa carrière internationale avec le Mondial russe car atteint par la limite d’âge. Tenant à être présent lors de la remise du drapeau à l’équipe nationale de football, ce natif de Casamance éprouve un « sentiment de satisfaction, de fierté et de joie » dans la mission de représenter l’arbitrage sénégalais et africain à la Coupe du monde, « le plus grand événement sportif mondial » car « c’est la première fois qu’un trio homogène, donc d’un même pays est sélectionné en Afrique dans cette compétition ». Une satisfaction que Malang Diedhiou partage avec ses deux assistants.

Complicité
Quand Djibril Camara parle de la Coupe du monde comme d’un « rêve » et du « summum des compétitions internationales », El Hadji Malick Samba, professeur d’anglais dans le privé, évoque une « consécration » car c’est « le fruit de quatre ans de travail ». Le trio sénégalais déclare en concert son amour du football. Avant d’embrasser une carrière d’arbitre, Malang Diédhiou confie avoir déjà joué libéro tout comme avant-centre. « J’étais polyvalent sur le terrain », dit-il. Ce qui fait pouffer de rires ses deux jeunes acolytes, El Hadji Malick Samba (39 ans) et Djibril Camara (35 ans). Ce dernier sort une pique digne d’un « standupeur » : « Quand on joue à tous les postes, c’est qu’on n’est bon nulle part ». Le trio éclate de rires et semble être en osmose sur tout.

« Chacun a son propre véhicule mais quand on va en compétition à l’étranger, on prend le véhicule de l’un d’entre nous pour aller à l’aéroport. Même pour venir à cette cérémonie de remise de drapeau, on s’est réuni pour prendre le même véhicule », glisse El Hadji Malick Samba, avec un sourire plein de timidité. « C’est l’imam du groupe ». Malang Diedhiou présente ainsi El Hadji Malick Samba, qui parle de Djibril Camara comme du « cadet de la bande qui fait le thé lors des déplacements à l’étranger », quand ce dernier décrit l’aîné des trois « comme une personne humble et généreuse, un vrai grand frère qui (le) conseille sur tous les aspects de la vie ».

Tests physiques
Réunis dans la même compétition, ils ont aussi des objectifs tout aussi unis qu’un oxymore. Pour que le trio aille loin dans la compétition, une précoce élimination de l’équipe nationale du Sénégal de football fait partie des conditions et de la notation de la Fifa. Malang Diédhiou évoque la future entrée (à la Coupe du monde 2022) de la vidéo comme d’un « outil salutaire qui va aider les arbitres » à éviter d’éliminer une équipe à cause d’une erreur arbitrale. L’ayant déjà expérimenté, le trio sénégalais voit d’un bon œil l’arrivée de la vidéo dans un futur proche. Pour le moment, ils s’entraînent dur en vue de la compétition qui débute dans une vingtaine de jours. « On est sélectionné mais on ne sait pas encore si on va officier un match, dit prudemment Malang Diédhiou. Il faut réussir le séminaire qui précède les débuts de la Coupe du monde en Russie et satisfaire aux tests physiques qui sont éliminatoires ».

La Fifa leur a fourni un préparateur physique attitré et les trois Sénégalais ont un programme spécifique à faire tous les jours. « Après les entraînements, à travers des montres Polars, la Fifa contrôle le nombre de kilomètres parcouru, les calories dépensées, entre autres », poursuit M. Diédhiou. Si toutes les conditions physiques sont remplies, il y a la désignation qui intervient 72 heures avant un match. « La première Coupe du monde que j’ai suivie à la télévision est celle de 1990 en Italie car en 1986, on n’avait pas la télévision dans ma Casamance natale. J’avais un transistor collé à l’oreille », renseigne l’arbitre central sénégalais. Pour Russie 2018, c’est tout un continent qui compte sur l’œil et l’oreille du trio sénégalais pour marcher sur les pas du Marocain Said Belqola, le seul Africain à officier en finale de Coupe du monde (France 98).

Par Samba Oumar FALL, Diégane SARR, Moussa DIOP (textes)

Le président Macky Sall, qui remettait hier le drapeau national aux Lions du football, qui disputeront la Coupe du monde en Russie (14 juin-15 juillet), a exhorté Aliou Cissé et ses joueurs à représenter dignement les couleurs nationales et à aller jusqu’au bout de leurs rêves.

La traditionnelle cérémonie de remise du drapeau à l’équipe nationale s’est déroulée hier, dans une belle ambiance au Palais de la République. C’était en présence de plusieurs ministres du gouvernement et du monde du football. Après une présentation de l’équipe par les autorités fédérales, le chef de l’Etat a tenu un discours fortifiant à l’endroit des Lions qui retrouvent cette compétition planétaire après 16 ans d’efforts, de persévérance. Et le message de Macky Sall a été très fort : « Je vous remets le drapeau, symbole de notre souveraineté, emblème de l’histoire glorieuse de notre République. Sous les couleurs vivantes sous lesquelles sont morts au combat de vaillants soldats, vous prendrez part à cette compétition pour représenter avec éclat, honneur et combativité notre pays qui a toujours su respecter ce rendez-vous avec l’histoire ». Macky Sall a ainsi félicité et encouragé l’équipe pour sa brillante qualification à cette prestigieuse compétition qui, a-t-il dit, est le fruit d’un travail opiniâtre, méthodique et persévérant qui traduit l’expression du dynamisme et de la vitalité de la jeunesse sénégalaise. Pour le chef de l’Etat, « le peuple sénégalais, rassemblé dans une chaleureuse communion et de prières ferventes, est en droit d’attendre une belle et honorable participation de son équipe nationale ». Macky Sall a invité les joueurs à avoir à l’esprit la devise de l’armée nationale : « On nous tue, on ne nous déshonore pas ».

Mais aussi à prendre chaque match comme une finale. « Donnez-vous sans compter, triomphez sur les entraves, repoussez les limites du possible, ayez faim de victoires, de gloire et de mérite en allant jusqu’au bout de votre rêve », a lancé Macky Sall aux Lions. Il les a également invités à aller le plus loin possible dans la compétition. Macky Sall leur a souhaité bonne chance avec un seul mot d’ordre : « Dem ba diekh »

Hisser plus haut le nom du Sénégal
Drapeau Lions MondialLe président Macky Sall demeure convaincu que les Lions marqueront leur passage en équipe nationale d’un sceau indélébile. Les protégés d’Aliou Cissé sont donc attendus pour porter très haut l’étendard du pays. « En votre qualité de dignes représentants du peuple, vous avez l’impérieux devoir, à la suite de la génération 2002, de hisser encore plus haut le nom et l’image du Sénégal à travers le monde. Vous en êtes capables. Vous en avez le potentiel et les moyens », a dit le Président Sall. Le chef de l’Etat est convaincu qu’à ce stade, toutes les sélections nationales se valent dans la mesure où les joueurs qui composent ces différentes équipes évoluent dans les mêmes championnats que nos Lions. Il a cité l’exemple de Sadio Mané qui dispute, ce samedi, la finale de la Ligue des champions avec Liverpool. Macky Sall a, en outre, exhorté les Lions à être forts et lucides, de ne nourrir le moindre complexe ou crainte. Car, a-t-il assuré, le peuple sénégalais, solidaire et exalté, accompagnera vigoureusement son équipe dans ses efforts en terre russe.

« Faites preuve de générosité, de don de soi, de sacrifice, en ayant en toutes circonstances un comportement responsable qui honorera l’image du pays que vous représentez », a lancé le chef de l’Etat qui a également demandé aux Lions de faire autant et mieux que la génération de 2002 des El Hadji Diouf, Fadiga mais aussi de Aliou Cissé. Macky Sall a loué les qualités du sélectionneur national Aliou Cissé « qui rentre dans le cercle restreint des rares footballeurs qui ont eu le privilège de disputer une phase finale de Coupe du monde en tant que joueur et d’y conduire une équipe nationale comme entraîneur ». Il a salué l’engagement du sélectionneur national, son sens du patriotisme, sa discrétion, son efficacité, sa qualité d’entraîneur émérite et de sportif accompli

Par Samba Oumar FALL, Diégane SARR, Moussa DIOP (textes)

LE CHEF DE L’ETAT EN RUSSIE POUR SOUTENIR L’ÉQUIPE
En Russie, les Lions pourront compter sur le « 12e Gaïndé » et « Allez Casa ». Ils auront également un soutien de taille en la personne du président de la République, premier supporter de l’équipe nationale. Macky Sall a remercié le président de la Fifa, Gianni Infantino, pour lui avoir envoyé une invitation d’honneur pour la Coupe du monde qui s’ouvre le 14 juin. « Cette invitation me permettra d’être à vos côtés pour quelques rencontres de votre poule », a lancé le président aux Lions qui a promis de « prendre un congé de douze jours pour aller en Russie et soutenir l’équipe ».

De même, il s’est également engagé à prendre les dispositions pour permettre à certains supporters de faire le déplacement sur la Russie.Par ailleurs, Macky Sall a demandé à tout le peuple sénégalais à faire bloc derrière l’équipe à l’image du « 12e Gaïndé » et « Allez Casa » qui supportent l’équipe avec ardeur, patience, enthousiasme dans les moments de victoire et de défaite.

« Il nous faut une union sacrée autour de l’équipe pour lui permettre de relever les défis », a-t-il dit en se félicitant également de la présence du trio arbitral sénégalais (Malang Diédhiou, El Hadji Malick Samba et Djibril Camara) à la Coupe du monde. Le Président Sall a également assuré que le gouvernement continuera à prendre toutes les dispositions pratiques pour accompagner l’équipe nationale afin qu’elle soit dans les meilleures conditions de concentration et de sérénité, gage de réussite dans toute compétition. Il a félicité Me Augustin Senghor et tous les membres de la Fédération sénégalaise de football (Fsf) et l’a invité à persévérer pour faire de la participation sénégalaise une réussite totale. Macky Sall a aussi renouvelé ses félicitations et ses encouragements au ministre des Sports, Matar Bâ, et ses collaborateurs.

Macky Sall a ensuite remis le drapeau au capitaine de l’équipe, Cheikhou Kouyaté. Après cette étape, l’équipe tiendra sa dernière séance d’entraînement cet après-midi, au stade Léopold Sédar Senghor, pour dire au revoir à son public.

Les Lions quitteront Dakar le samedi, direction Vittel, en France, où ils entameront la seconde phase de leur préparation.

Par Samba Oumar FALL, Diégane SARR, Moussa DIOP (textes)

ME AUGUSTIN SALUE LES EFFORTS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
Augustin DrapeauMe Augustin Senghor a réitéré hier, au nom de toutes les composantes du football sénégalais, sa reconnaissance au chef de l’Etat, Macky Sall, pour tous les efforts consentis afin de mettre l’équipe nationale dans d’excellentes conditions. « Au nom des Lions, du staff, de la Fédération sénégalaise de football, du monde sportif, je voudrais dire ici, le plaisir que nous éprouvons, et l’importance que nous attachons à cette remise de drapeau qui intervient dans un contexte où le football sénégalais est en train de progresser et est en train de franchir de nouveaux paliers. Je voudrais dire un grand merci à vous », a poursuivi, avec satisfaction, le président de la Fsf. Selon lui, beaucoup d’efforts ont été faits ces cinq dernières années par l’Etat pour l’amélioration de l’environnement de l’équipe nationale. « Nos voyages sont devenus plus faciles. Les conditions de séjour dans les pays qui nous reçoivent pour les matches le sont également », a souligné Me Senghor. Il a assuré que toutes les dispositions ont été prises « pour que nos joueurs, à l’instar des autres footballeurs qui vont participer à la Coupe du monde, soient dans les meilleures conditions possible en vue de nous valoir d’autres satisfactions ».

Le patron du football sénégalais a ajouté que tout a été fait à bonne date pour que l’équipe puisse entrer en regroupement dans de bonnes conditions et surtout qu’elle puisse voyager à Vittel pour sa préparation. Me Augustin Senghor a également salué la sollicitude de « l’ensemble des membres du gouvernement sénégalais qui sont à nos côtés chaque fois que nous faisons appel à eux ».

Il a, sous un autre rapport, salué à l’endroit du chef de l’Etat, « la valeur » de cette équipe. Et selon le président de la Fsf, cette valeur n’est pas que talent ; « elle est aussi valeur morale, valeur patriotique ». Autant de qualités qui, à son avis, expliquent tous ces paliers que l’équipe a franchis. Me Senghor a, par ailleurs, magnifié une fois de plus le travail qui est en train d’être fait par le staff technique. « Jour et nuit, les membres du staff se donnent à fond, font des sacrifices. Dans ce staff, il y a un chef et c’est Aliou Cissé, qui abat un important travail. En tout cas, au niveau de la fédération, nous avons toujours pensé qu’il était capable de relever ces défis qu’il est en train de relever et qu’il est capable de faire mieux si on le met dans des conditions optimales de performance », a-t-il encore laissé entendre. Me Senghor a demandé au président de la République de « continuer à nous accompagner, à accompagner notre staff technique, particulièrement Aliou Cissé pour qu’il puisse mener à bien sa mission ». Le président de la Fsf, qui refuse de se fixer des limites, rêve de revenir à la salle des banquets quelques semaines plus tard, après le 15 juillet, pour « fêter quelque chose de grand ». « Nous avons un passé, nous voulons nous créer un avenir et cela passe par les pieds, les mains des joueurs qui sont là et qui sont déterminés », a martelé, le président de la Fsf. Il n’a pas manqué de saluer le travail de ses collègues de la fédération. « L’équipe nationale est l’émanation de notre football.

Aujourd’hui, il y a une certaine vitalité de notre football et on la doit à cette équipe qui travaille d’arrache-pied, à ce comité exécutif, aux présidents de ligue qui font qu’on joue partout », a-t-il fait remarquer.

Par Samba Oumar FALL, Diégane SARR, Moussa DIOP (textes)

RÉACTIONS… RÉACTIONS… RÉACTIONS
MATAR BA, MINISTRE DES SPORTS : « LE PEUPLE SÉNÉGALAIS A CONFIANCE EN CETTE ÉQUIPE »
Pr Coach Aliou« Le peuple sénégalais a confiance en cette équipe, il faut que tout le monde se batte.

Je suis optimiste tant qu’il n’y a pas un obstacle insurmontable. Et je pense que l’équipe qu’on a peut rivaliser avec les autres qui seront présentes en Russie. Le reste, c’est une question de mental et on poussera les joueurs à se battre jusqu’au bout ».

MBAGNICK NDIAYE, MINISTRE DE L’INTEGRATION AFRICAINE : « NOUS POUVONS ALLER TRÈS LOIN »
« Cette cérémonie me rappelle 2002. D’abord, la Can du Mali où nous avons fait un parcours extraordinaire, ensuite la Coupe du monde qui a vu l’équipe aller jusqu’en quarts de finale.
Je souhaite à cette équipe ce bonheur que nous avons connu en 2002, lors de la Coupe du monde.

Chaque matin, quand on jouait, tout le Sénégal était véritablement attentif aux résultats de l’équipe. Je souhaite que l’équipe ait la baraka que nous avions cette année-là, afin qu’elle puisse aller au-delà des quarts de finale, et peut-être ramener la coupe. Le président Macky le mérite, le ministre Matar Bâ le mérite, de même que la fédération.

En tout cas, je suis très optimiste par ce que nous avons des éléments qui jouent dans les meilleurs championnats européens. Si nous y croyons, nous pouvons aller très loin. Il faut que les jeunes se battent, qu’ils mouillent le maillot, qu’ils sachent que c’est tout le Sénégal qui est derrière eux y compris les anciens de la génération 2002 comme El Hadj Ousseynou Diouf, Khalilou Fadiga, Salif Diao, Tony Sylva etc. »

EL HADJ OUSSEYNOU DIOUF, ANCIEN INTERNATIONAL : « MAINTENANT, AUX JOUEURS DE DONNER LE MEILLEUR D’EUX-MÊMES »
« J’espère que le message sera entendu. C’est aux joueurs de comprendre ce que le président, le peuple sénégalais attendent d’eux à savoir une participation digne. Aujourd’hui, tout a été fait et c’est maintenant aux joueurs de donner le meilleur d’eux-mêmes et surtout de représenter dignement le Sénégal ; car les Sénégalais ont envie de vibrer et de danser.

Les joueurs doivent montrer à nos compatriotes et aux autres pays que le Sénégal est toujours là où il était ; ce en atteignant au minimum les quarts de finale. Ils devront aussi faire preuve de caractère.

Dans les grandes compétitions, c’est le caractère qui définit les joueurs et les équipes. L’équipe du Sénégal a des joueurs dans chaque poste ; maintenant il faut du caractère pour aller de l’avant. »

IBRAHIMA WADE, CNOSS : « UN MOMENT EXTRÊMEMENT IMPORTANT »
« Pour nous du mouvement olympique, c’est un moment extrêmement important. Ce n’est pas tous les jours que le Sénégal part à la Coupe du monde. Donc si nous avons cette occasion, nous devons tous le magnifier. Ce qui est constant, c’est que vous avez vu cette communion. Derrière le président Macky Sall qui remet le drapeau aux joueurs, c’est toute la Nation qui encourage l’équipe. Au nom du Comité olympique, je voudrais dire merci aux Lions, merci à la fédération, au ministère des Sports, merci au chef de l’Etat pour tout ce qu’il est en train de faire pour le sport sénégalais. Cette consécration récompense le président de la République dans les efforts qu’il est en train de faire pour développer le sport, et l’accompagner. »

ISSA LAYE DIOP, PRESIDENT DU 12EME GAINDE : « NOUS AVONS TOUTES LES RAISONS D’ÊTRE CONFIANTS »
« Un sentiment de satisfaction mais surtout de confiance. C’est une cérémonie historique dans un lieu symbolique avec des héros. Les Lions sont des héros. Cette cérémonie marque la reconnaissance de la République et le soutien sans faille de tout le peuple sénégalais derrière les Lions. Le 12ème Gaïndé est l’illustration de cette forme de cohésion nationale, cet engagement, ce patriotisme. Nous espérons une participation honorable de la part des Lions. Et nous avons toutes les raisons d’être confiants. Aliou vient de dévoiler les 23 Lions qui seront de la partie mais nous serons 15 millions à les accompagner. A notre niveau, tout est fin-prêt. »

Propos recueillis par Samba Oumar FALL, Diégane SARR
et Moussa DIOP

MALANG DIEDHIOU - MALICK SAMBA - DJIBRIL CAMARA : UN TRIO ARBITRAL SÉNÉGALAIS POUR L’HISTOIRE
Pr Discours LionsTirés à quatre épingles à l’occasion de la cérémonie de remise du drapeau aux Lions, Malang Diédhiou, El Hadji Malick Samba et Djibril Camara vont tronquer le costume aux tenues sportives pour devenir le premier trio arbitral africain provenant d’un même pays à la Coupe du monde.

Touchant de complicité, le trio sénégalais plaisante, sourit puis retrouve son sérieux en serrant les mains d’officiels sénégalais sous le faste de l’énorme salle des Banquets du Palais présidentiel de l’avenue Senghor de Dakar. « Pour la première fois de l’histoire, trois arbitres d’un même pays sont sélectionnés à la Coupe du monde pour représenter l’Afrique. Ils sont Sénégalais et s’appellent Malang Diédhiou, Djibril Camara et El Hadji Malick Samba. Je vous salue. » Le Président Macky Sall a tenu à rendre hommage au trio arbitral sénégalais qui sera présent à la 21ème édition Russie 2018. Malang Diédhiou est arbitre Fifa depuis 2008. Ce colonel des Douanes dans le civil, âgé de 45 ans, va donc finir sa carrière internationale avec le Mondial russe car atteint par la limite d’âge. Tenant à être présent lors de la remise du drapeau à l’équipe nationale de football, ce natif de Casamance éprouve un « sentiment de satisfaction, de fierté et de joie » dans la mission de représenter l’arbitrage sénégalais et africain à la Coupe du monde, « le plus grand événement sportif mondial » car « c’est la première fois qu’un trio homogène, donc d’un même pays est sélectionné en Afrique dans cette compétition ». Une satisfaction que Malang Diedhiou partage avec ses deux assistants.

Complicité
Quand Djibril Camara parle de la Coupe du monde comme d’un « rêve » et du « summum des compétitions internationales », El Hadji Malick Samba, professeur d’anglais dans le privé, évoque une « consécration » car c’est « le fruit de quatre ans de travail ». Le trio sénégalais déclare en concert son amour du football. Avant d’embrasser une carrière d’arbitre, Malang Diédhiou confie avoir déjà joué libéro tout comme avant-centre. « J’étais polyvalent sur le terrain », dit-il. Ce qui fait pouffer de rires ses deux jeunes acolytes, El Hadji Malick Samba (39 ans) et Djibril Camara (35 ans). Ce dernier sort une pique digne d’un « standupeur » : « Quand on joue à tous les postes, c’est qu’on n’est bon nulle part ». Le trio éclate de rires et semble être en osmose sur tout.

« Chacun a son propre véhicule mais quand on va en compétition à l’étranger, on prend le véhicule de l’un d’entre nous pour aller à l’aéroport. Même pour venir à cette cérémonie de remise de drapeau, on s’est réuni pour prendre le même véhicule », glisse El Hadji Malick Samba, avec un sourire plein de timidité. « C’est l’imam du groupe ». Malang Diedhiou présente ainsi El Hadji Malick Samba, qui parle de Djibril Camara comme du « cadet de la bande qui fait le thé lors des déplacements à l’étranger », quand ce dernier décrit l’aîné des trois « comme une personne humble et généreuse, un vrai grand frère qui (le) conseille sur tous les aspects de la vie ».

Tests physiques
Réunis dans la même compétition, ils ont aussi des objectifs tout aussi unis qu’un oxymore. Pour que le trio aille loin dans la compétition, une précoce élimination de l’équipe nationale du Sénégal de football fait partie des conditions et de la notation de la Fifa. Malang Diédhiou évoque la future entrée (à la Coupe du monde 2022) de la vidéo comme d’un « outil salutaire qui va aider les arbitres » à éviter d’éliminer une équipe à cause d’une erreur arbitrale. L’ayant déjà expérimenté, le trio sénégalais voit d’un bon œil l’arrivée de la vidéo dans un futur proche. Pour le moment, ils s’entraînent dur en vue de la compétition qui débute dans une vingtaine de jours. « On est sélectionné mais on ne sait pas encore si on va officier un match, dit prudemment Malang Diédhiou. Il faut réussir le séminaire qui précède les débuts de la Coupe du monde en Russie et satisfaire aux tests physiques qui sont éliminatoires ».

La Fifa leur a fourni un préparateur physique attitré et les trois Sénégalais ont un programme spécifique à faire tous les jours. « Après les entraînements, à travers des montres Polars, la Fifa contrôle le nombre de kilomètres parcouru, les calories dépensées, entre autres », poursuit M. Diédhiou. Si toutes les conditions physiques sont remplies, il y a la désignation qui intervient 72 heures avant un match. « La première Coupe du monde que j’ai suivie à la télévision est celle de 1990 en Italie car en 1986, on n’avait pas la télévision dans ma Casamance natale. J’avais un transistor collé à l’oreille », renseigne l’arbitre central sénégalais. Pour Russie 2018, c’est tout un continent qui compte sur l’œil et l’oreille du trio sénégalais pour marcher sur les pas du Marocain Said Belqola, le seul Africain à officier en finale de Coupe du monde (France 98).

Par Samba Oumar FALL, Diégane SARR, Moussa DIOP (textes)

Ce n’est toujours pas le grand rush dans la Tanière. Avec l’arrivée de Moussa Wagué et Ismaïla Sarr, la deuxième séance d’entraînement s’est déroulée hier avec neuf joueurs. Aliou Cissé attend la grande majorité des joueurs pour débuter sérieusement la préparation.

Les supporters qui se sont massivement déplacés hier, à l’Institut Diambars pour soutenir les Lions, devront encore prendre leur mal en patience avant de voir le groupe au grand complet. Pour l'instant, la Tanière est loin de faire le plein.

Seuls deux joueurs ont rejoint le groupe de 7 joueurs déjà en place depuis lundi. Ismaïla Sarr et Moussa Wagué se sont entraînés avec leurs coéquipiers. Le train de la préparation des Lions attend encore de prendre sa vitesse de croisière. Confrontés à ces nombreuses absences, Aliou Cissé et son staff qui ont moins d’une semaine pour remettre tout le monde d’aplomb après une saison éprouvante devront encore attendre.

Ce démarrage poussif constitue ainsi une contrainte majeure dans la mesure où les joueurs ne pourront avoir qu’une petite séance complète à Saly ce jeudi matin et une autre vendredi après-midi, à Léopold Senghor, pour dire au revoir à leur public avant de s’envoler pour la France, à Vittel précisément, pour préparer les trois matchs amicaux au programme. Malgré leur petit nombre, Cheikhou Kouyaté et ses camarades se sont entraînés dans une belle ambiance et sans trop forcer.

La séance a été un peu plus rythmée que celle de la veille, avec des jeux de passes, un exercice d'opposition sur une partie de terrain et avec Tony Sylva dans les buts en l'absence des trois portiers retenus. Après ces différentes séances, Aliou Cissé s’est longuement entretenu avec ses joueurs qui affichent une belle sérénité. Moussa Wagué qui a rejoint la Tanière hier n’a pas caché sa joie de faire partie du groupe retenu par Cissé.

« Il n’est pas donné à tout joueur de disputer une Coupe du monde. Je suis fier d’être là et je ferai tout pour mériter la confiance du coach », a dit le joueur qui a salué la bonne ambiance du groupe malgré les nombreuses absences. Pour Wagué, l’heure est à la concentration pour réussir une bonne préparation.

Samba Omar FALL, envoyé spécial

PAPE ALIOUNE NDIAYE : « ALLER LE PLUS LOIN POSSIBLE »
Le discours est quasiment le même chez les joueurs convoqués par Aliou Cissé. Les ambitions aussi. Pape Alioune Ndiaye n’a pas caché sa joie de figurer parmi les heureux élus qui disputeront le mondial russe. Malgré l’absence de ses coéquipiers, le milieu de terrain de Stocke City (ligue anglaise) assure que le moral est au beau fixe. « Nous attendons le reste du groupe pour que démarrent les choses sérieuses », note-t-il. Son ambition : faire une bonne Coupe du monde. « Nous voulons aller le plus loin possible dans cette compétition et ne pas décevoir les Sénégalais », fait-il savoir, même s’il reconnaît que la poule H que le Sénégal partage avec la Pologne, le Japon et la Colombie sera très âpre. Pour Pape Alioune Ndiaye, il n’y a pas de favori dans ce groupe. « Le Japon, comme la Colombie et la Pologne, dispose de bons joueurs et chaque équipe a ses chances. Nous jouerons les nôtres jusqu’au bout pour atteindre nos objectifs », assure-t-il. Toutefois, précise-t-il, l’équipe du Sénégal a besoin de beaucoup de concentration pour réussir sa préparation.

S. O. F.

CHEIKH NDOYE : « NOUS AVONS ENVIE DE FAIRE QUELQUE CHOSE DE GRANDIOSE »
« Je suis très heureux de faire partie du groupe qui va représenter le Sénégal à ce mondial.

C’est une très grande fierté pour moi. Tout joueur rêve de jouer un jour une Coupe du monde ou une Coupe d’Afrique. Cela fait 18 ans que nous attendons cette qualification, maintenant que nous y sommes, il faut en profiter au maximum », a dit d’emblée Cheikh Ndoye. « Nous ne sommes pas encore au grand complet, mais nous travaillons dans de bonnes conditions, une bonne ambiance. C’est comme si tout le groupe était là. Le moral est bon et l’état d’esprit est toujours le même. Nous nous entraînons avec beaucoup de sérénité. Nous sommes solidaires entre nous et nous travaillons pour être à notre meilleur niveau, car nous savons ce qui nous attend. Nous savons aussi que tout le peuple sénégalais est derrière nous. Nous ferons tout notre possible pour lui faire plaisir. Lors de la deuxième phase de notre préparation, nous jouerons contre le Luxembourg en match amical le 31 mai prochain. Nous préparons bien cette rencontre. Contre la Pologne, tout comme le Japon et la Colombie, nous savons ce qui nous attend et nous ferons ce que nous avons à faire. Mes coéquipiers et moi avons envie de faire quelque chose de grandiose lors de cette Coupe du monde ».

S. O. F.

Le discours est quasiment le même chez les joueurs convoqués par Aliou Cissé. Les ambitions aussi. Pape Alioune Ndiaye n’a pas caché sa joie de figurer parmi les heureux élus qui disputeront le mondial russe. Malgré l’absence de ses coéquipiers, le milieu de terrain de Stocke City (ligue anglaise) assure que le moral est au beau fixe. « Nous attendons le reste du groupe pour que démarrent les choses sérieuses », note-t-il. Son ambition : faire une bonne Coupe du monde. « Nous voulons aller le plus loin possible dans cette compétition et ne pas décevoir les Sénégalais », fait-il savoir, même s’il reconnaît que la poule H que le Sénégal partage avec la Pologne, le Japon et la Colombie sera très âpre. Pour Pape Alioune Ndiaye, il n’y a pas de favori dans ce groupe. « Le Japon, comme la Colombie et la Pologne, dispose de bons joueurs et chaque équipe a ses chances. Nous jouerons les nôtres jusqu’au bout pour atteindre nos objectifs », assure-t-il. Toutefois, précise-t-il, l’équipe du Sénégal a besoin de beaucoup de concentration pour réussir sa préparation.

S. O. F.

« Je suis très heureux de faire partie du groupe qui va représenter le Sénégal à ce mondial.

C’est une très grande fierté pour moi. Tout joueur rêve de jouer un jour une Coupe du monde ou une Coupe d’Afrique. Cela fait 18 ans que nous attendons cette qualification, maintenant que nous y sommes, il faut en profiter au maximum », a dit d’emblée Cheikh Ndoye. « Nous ne sommes pas encore au grand complet, mais nous travaillons dans de bonnes conditions, une bonne ambiance. C’est comme si tout le groupe était là. Le moral est bon et l’état d’esprit est toujours le même. Nous nous entraînons avec beaucoup de sérénité. Nous sommes solidaires entre nous et nous travaillons pour être à notre meilleur niveau, car nous savons ce qui nous attend. Nous savons aussi que tout le peuple sénégalais est derrière nous. Nous ferons tout notre possible pour lui faire plaisir. Lors de la deuxième phase de notre préparation, nous jouerons contre le Luxembourg en match amical le 31 mai prochain. Nous préparons bien cette rencontre. Contre la Pologne, tout comme le Japon et la Colombie, nous savons ce qui nous attend et nous ferons ce que nous avons à faire. Mes coéquipiers et moi avons envie de faire quelque chose de grandiose lors de cette Coupe du monde ».

S. O. F.

Le milieu de terrain de l'équipe de France de football, Adrien Rabiot, a écrit au sélectionneur Didier Deschamps pour lui annoncer qu'il refusait d'être suppléant en vue du Mondial-2018, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier, confirmant une information de L'Equipe et du Parisien.

Le joueur du Paris Saint-Germain, auteur d'un triplé cette saison (Coupe, Championnat, Coupe de la Ligue), a rédigé un email pour Deschamps dans lequel il prend d'abord acte de son statut de suppléant. "Dans ces conditions, je ne pourrai pas suivre le programme" d'entretien physique envoyé en début de semaine aux onze suppléants, a-t-il ajouté dans son message au sélectionneur des Bleus, selon une source proche du dossier interrogée par l'AFP. Selon L'Equipe, le joueur de 23 ans "aurait décidé d'agir seul, sans forcément tenir compte des recommandations de ses proches". Le Parisien avance de son côté que c'est "une décision mûrement réfléchie que le staff tricolore aurait tenté d'infléchir". Rabiot compte six sélections chez les Bleus, dont quatre comme titulaire. Les 11 suppléants, dont il fait toujours partie, sont appelés à remplacer un éventuel blessé dans la liste finale que le sélectionneur doit communiquer à la Fédération internationale (Fifa) le 4 juin.

"Les performances d'Adrien en équipe de France ne sont pas du tout du même niveau qu'avec le PSG", avait expliqué Deschamps jeudi lors de l'annonce des 23 joueurs retenus pour le Mondial (14 juin-15 juillet).

AFP

Sadio Mané qui dispute la finale de la Ligue des Champions avec son club, Liverpool, sera le grand absent de ce début de stage de ses camarades. Mais il est l’absent le plus présent. L’attaquant sénégalais qui ne pourra rejoindre le groupe qu’après la préparation de Dakar occupe toutes les pensées de ses coéquipiers qui sont conscients du challenge qui l’attend. « C’est un coéquipier, un frère qui va disputer la finale de la Ligue européenne des champions. C’est un honneur. Il y a beaucoup de supporters du Real au Sénégal, mais nous avons envie que Sadio Mané gagne ce trophée. Et il le fera », assure Cheikhou Kouyaté. Pour le capitaine des Lions, il ne fait aucun doute que la victoire de Sadio Mané samedi prochain boostera l’équipe nationale et la poussera à faire une très bonne Coupe du monde en Russie.

S. O. FALL

L’équipe nationale a entamé hier, à Saly, son stage qui entre dans le cadre de sa préparation en vue du mondial « Russie 2018 ».

Aliou Cissé a dirigé sa première séance d’entraînement avec un groupe de sept joueurs. Le groupe sera au grand complet dans les prochaines heures.

La sélection nationale de football a entamé hier, à l’Institut Diambars de Saly, sa première séance d’entraînement, sous la houlette du sélectionneur national, Aliou Cissé, et ses adjoints. Ce début de stage est marqué par l’absence de plusieurs éléments du groupe. Sur les 23 joueurs retenus et les 4 réservistes, seuls 7 ont répondu présent. Autour de Cissé, il y avait Mame Biram Diouf, Cheikhou Kouyaté, Idrissa Gana Guèye, Pape Alioune Ndiaye, Cheikh Ndoye, Salif Sané et Alfred Ndiaye.

Ces joueurs ont rallié le lieu de rassemblement le lundi. Sur les installations de Diambars, il n’y avait pas grand-chose à voir du fait de l’absence du quart du groupe. Le coup d’envoi de la séance a été donné à 17 heures et a duré un peu plus d’une heure. L’enthousiasme était au rendez-vous parmi les joueurs présents qui vont, pour la première fois de leur jeune carrière, disputer une Coupe du monde. En l’absence des trois gardiens de but, Tony Sylva n’a pas eu grand-chose à faire. L’ancien portier international des Lions a accompagné Gana Guèye et sa bande lors de la séance de décrassage qui a suivi les étirements et échauffements individuels. Faute d’avoir un groupe complet, Aliou Cissé a proposé pour ce premier acte des séances axées sur l’endurance, des exercices de passes sur une aire de jeu réduite et de conservation du ballon. A la fin de la séance, les Lions ont dit toute leur fierté de défendre les couleurs nationales à cette grande messe du football mondial.

Ecrire l’histoire…
Il n’y a pas eu de conférence de presse après cette première séance, mais les journalistes ont réussi à arracher quelques mots à Cheikhou Kouyaté. Pour le capitaine de l’équipe, le moral est très bon. « Pour l’instant, le groupe n’est pas au grand complet, mais il le sera très prochainement et je pense que dans deux ou trois jours, tout ira bien », assure l’international sénégalais.

Après une saison bien remplie, Kouyaté estime que les joueurs sont usés, fatigués, mais, assure-t-il, il n’est pas donné de jouer la Coupe du monde tous les jours. Et malgré la fatigue, note-t-il, l’équipe sera au rendez-vous. « Même si nous devons aller en Russie avec un pied, nous le ferons », indique-t-il. « Les joueurs donneront le meilleur d’eux-mêmes pour être en forme et honorer notre pays et faire plaisir au peuple sénégalais.

Il nous faut une très bonne préparation pour être à la hauteur des attentes et réaliser une bonne Coupe du monde », fait savoir le capitaine des Lions. Kouyaté et ses camarades veulent écrire leur propre histoire et ils y croient.

« Nous voulons que le peuple sénégalais soit fier de nous. Pour cela, nous devons travailler très dur pour écrire notre propre histoire ». Pour Kouyaté, il est hors de question de perdre du rythme. « Nous allons donc continuer, nous préparer pour être prêts pour les prochaines échéances. Il ne faut pas que nous perdions du rythme. Nous allons à la Coupe du monde et dans une telle compétition, il faut bien se préparer et nous mettre dans la tête que nous sommes prêts », relève-t-il. Le public a répondu à ce premier galop d’entraînement et a permis aux Lions présents de mesurer l’engouement qu’ils suscitent. C’est en toute logique d’ailleurs qu’à la fin de la séance qu’Aliou Cissé et ses poulains sont allés à la rencontre de ces supporters venus de partout qui les ont ovationnés pour les remercier de leur présence.

Le sélectionneur national a échangé avec eux et les a rassurés. Il y a lieu de rappeler que ce stage de l’équipe nationale sera ponctué par trois matches amicaux pour permettre aux Lions d’entrer véritablement dans les dimensions de la Coupe du monde qui les verra affronter tour à tour la Pologne, le Japon et la Colombie dans le groupe H. Le Sénégal disputera la première de ces rencontres amicales face au Luxembourg, le 31 mai.

Les poulains d’Aliou Cissé affronteront ensuite la Croatie le 8 juin, à Zagreb, et termineront par la Corée le 11 juin, en Autriche.Aucun match n’est prévu à Dakar, mais les supporters pourront dire au revoir et souhaiter bonne chance au Lions lors d’une séance d’entraînement prévue ce vendredi 25 mai, au stade Léopold Sédar Senghor.

Samba Oumar FALL

UNE VICTOIRE DE MANÉ EN LIGUE DES CHAMPIONS POUR BOOSTER L’ÉQUIPE
Sadio Mané qui dispute la finale de la Ligue des Champions avec son club, Liverpool, sera le grand absent de ce début de stage de ses camarades. Mais il est l’absent le plus présent. L’attaquant sénégalais qui ne pourra rejoindre le groupe qu’après la préparation de Dakar occupe toutes les pensées de ses coéquipiers qui sont conscients du challenge qui l’attend. « C’est un coéquipier, un frère qui va disputer la finale de la Ligue européenne des champions. C’est un honneur. Il y a beaucoup de supporters du Real au Sénégal, mais nous avons envie que Sadio Mané gagne ce trophée. Et il le fera », assure Cheikhou Kouyaté. Pour le capitaine des Lions, il ne fait aucun doute que la victoire de Sadio Mané samedi prochain boostera l’équipe nationale et la poussera à faire une très bonne Coupe du monde en Russie.

S. O. FALL

Les supporters de l’équipe nationale du Sénégal pourront dire adieu aux Lions de la Téranga. Avant de quitter Dakar pour les matches amicaux puis la Russie, leur destination finale, les poulains d’Aliou Cissé, qui sont entrés en stage de préparation depuis hier à Saly Portudal, vont effectuer une dernière séance d’entrainement ce vendredi, au stade Léopold Sédar Senghor ; laquelle sera ouverte au public. Une belle occasion pour les comités de supporters de communier avec Sadio Mané et sa bande, de leur booster encore le moral.

La Fédération sénégalaise de football et le staff technique, à défaut d’organiser des matches amicaux à domicile, ont pu ainsi trouver une parade pour permettre aux supporters sénégalais de voir une dernière fois à l’œuvre leurs idoles avant leur départ pour le Mondial 2018. La veille de cette séance d’adieux, les Lions seront reçus au Palais par le chef de l’Etat Macky Sall pour les besoins de la traditionnelle cérémonie de remise du Drapeau national. Mais auparavant, place au regroupement de Saly qui a débuté hier avec le coach Aliou Cissé. Et aux dernières informations, les joueurs devaient commencer à arriver dans la soirée pour entamer le travail cet après-midi à partir de 17h.

Diégane SARR

Page 1 sur 6


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.