banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Actualités (1786)

Le week-end de la fête du travail a été mis à profit par l’Association islamique Sopey Mouhamed (Aism) de Thiénaba pour organiser une randonnée pédestre afin de sensibiliser les populations à garder le cap dans la lutte contre le paludisme.

« Au regard des acquis obtenus dans la lutte contre le paludisme à Thiénaba durant plus d’une décennie, grâce à un engagement solide de la communauté, sous l’impulsion de l’Association islamique Sopey Mouhamed (Aism), nous pensons pouvoir éliminer la maladie dans la zone au maximum dans les trois prochaines années », a déclaré El Hadji Diop, le président de l’Aism. Ces propos ont été tenus lors de la randonnée pédestre organisée par cette association durant le week-end de la fête du travail. Plus de 300 marcheurs de tous âges, dont une écrasante majorité de jeunes filles et de jeunes garçons, ont pris part à cette marche de sensibilisation sur le paludisme. Les randonneurs ont effectué cinq kilomètres à pied à travers les artères de la commune de Thiénaba pour porter les messages aux populations sorties devant leurs concessions les acclamer.

La promotion de l’utilisation de la Moustiquaire imprégnée à long durée d’action (Milda), la référence précoce de toute personne ayant le corps chaud et surtout l’appel au renforcement du désherbage, du balayage des coins, recoins et alentours des concessions dans les 38 villages de la commune de Thiénaba ont rythmé la randonnée pédestre.
Après avoir organisé les femmes dans la lutte contre le paludisme, à travers les comités de salubrité, les caisses de solidarité, les foires annuelles du paludisme où les produits et productions faites par les populations saines et sauves du paludisme sont exposés, l’Aism a choisi, cette année, la randonnée pédestre pour élargir sa cible auprès de la jeunesse. « Avec les clubs faire reculer le paludisme dans les établissements scolaires, la coupe des associations sportives et culturelles pour récompenser le village le plus propre pendant l’hivernage, l’Aism entend boucler la boucle au niveau des jeunes », a soutenu M. Diop.

Au nom du khalife général de Thiénaba, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Seck, son fils, Serigne Baye Madické Seck, a donné le départ de la randonnée. Auparavant, il a tenu à préciser devant les jeunes : « Être utile à sa communauté est un devoir pour tout musulman ». L’adjoint au préfet de Thiénaba, l’adjoint au maire, Adama Diop, les représentants du médecin-chef de région, Ablaye Seck, du médecin-chef du district sanitaire de Khombole, Alioune Niasse, tout comme les parrains ont participé à la procession.

Mbaye BA

Le professeur agrégé de Philosophie Mamoussé Diagne suggère la mise en place, au Sénégal, du système de l’« éméritat » pour permettre aux enseignants de rang magistral à la retraite de continuer à percevoir leurs salaires et de fournir les mêmes prestations en attendant leur remplacement par de jeunes chercheurs bien formés.

« Nous leur [les autorités] prions de mettre en place un système qui existe déjà en Côte d’Ivoire, au Bénin, et maintenant au Gabon. C’est le système de l’éméritat », a plaidé le professeur agrégé de Philosophie Mamoussé Diagne qui a pris sa retraite de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). S’exprimant dans un entretien publié dans l’édition d’hier du quotidien l’As, le philosophe a expliqué : « Quand les professeurs atteignent 65 ans, ils sont théoriquement retraités de l’université ». Néanmoins, « ils restent attachés à l’université en percevant leurs salaires et fournissant les mêmes prestations jusqu’au moment où ils sont remplacés par des enseignants bien formés et bien encadrés (…) », a-t-il fait remarquer. « Mais, les mettre à la porte comme cela se fait actuellement, c’est une énorme perte pour des pays comme les nôtres. D’autant que la totalité des enseignants du continent au niveau magistral ne fait pas l’équivalent en masse critique sur le plan intellectuel de Harvard ou de Princeton, soit une seule université américaine », a déploré l’universitaire.

Selon le Pr Diagne, « il y a des départements dans lesquels on n’a plus d’enseignants de rang A ou alors il n’y a plus que des Assistants ou des Maîtres assistants ». « Donc, sur ce plan, a-t-il commenté, il y a une régression du niveau des contenus des enseignements. Et cela fait que les étudiants formés ne peuvent plus être très qualifiés. D’où la reproduction de cette médiocrité au sens littéral du terme ».

L’enseignant à la retraite à l’Ucad qui continue toujours à servir au département de Philosophie, à travers l’encadrement de certains étudiants en année de thèse et autres, a soutenu que « la crise de l’enseignement supérieur est liée au système en vigueur ».

« Ce système est formé à partir de la déstructuration de ce qui se fait », a-t-il encore déploré, signalant que les enseignants à la retraite ont adressé une lettre au président Macky Sall « pour attirer son attention sur cette déstructuration par le sommet ».

« Il faut 27, voire 30 ans pour former les enseignants de rang A. Et lorsque ces derniers partent à la retraite, c’est tout un problème pour les remplacer », a relevé le spécialiste des questions africaines, militant actif des évènements de mai 68 et ancien secrétaire général adjoint de la Cdp Garab gui.

APS

Dans le cadre de sa politique de dotation des établissements scolaires et universitaires du pays d’équipements informatiques et de connectivité, l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) a signé, hier, une convention de partenariat « gagnant-gagnant » avec l’Université Assane Seck de Ziguinchor (Uasz).

Une convention de partenariat a été signée entre l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) et l’Université Assane Seck de Ziguinchor (Uasz). Une occasion pour le directeur général de l’Artp d’allouer à l’institution 50 millions de FCfa pour une meilleure connectivité avec le reste du monde. La signature de cette convention dans la capitale du sud entre le directeur général de l’Artp, Abdou Karim Sall, et le recteur de l’Uasz, Courfia Kéba Diawara, constitue une étape dans le processus entamé, depuis quelques années, par l’Autorité de régulation des télécoms pour doter les établissements scolaires et universitaires d’équipements informatiques et de connectivité.

Selon Abdou Karim Sall, « l’université doit être un vivier de connaissances pour toutes les disciplines afin de permettre aux secteurs public et privé de solliciter des avis pour une meilleure prise en charge des préoccupations de la collectivité ». Conscient de cet état de fait, il n’a pas tardé à matérialiser le projet de convention de partenariat entre sa structure et l’Uasz. Poursuivant, il a ajouté que « le président de la République a inscrit les télécommunications et les Tic, moteur essentiel de croissance économique et social, au cœur de ses préoccupations ». Pour cette raison, M. Sall a invité l’institution universitaire à « s’intéresser à des modules d’enseignement et de recherche sur la régulation » dans la mesure où, pour lui, « la substance générique de la régulation est la recherche de l’équilibre des secteurs comme les télécommunications et les postes dans le cadre d’un développement harmonieux ».
A sa suite, le recteur Courfia Kéba Diawara a exprimé toute sa gratitude avec la signature de cette convention de « partenariat gagnant-gagnant » et a promis de « faire bon usage » de cet appui institutionnel « sans aucun détournement d’objectif ».

Après la visite guidée des « sites numériques », le directeur général de l’Artp a pris d’autres engagements « pour mieux « connecter l’institution au reste du monde ».

Mamadou Lamine DIEYE

Les cadres de l’École nationale supérieure de l’enseignement technique et professionnel (Ensetp) se sont réunis, samedi dernier, en assemblée générale pour mettre sur pied une amicale regroupant tous les anciens. La nouvelle structure est dirigée par Mamadou Houlata Bah.

Après une trentaine d’années d’expérience dans les domaines clés du développement, les anciens de l’École nationale supérieure de l’enseignement technique et professionnel (Ensetp) ont décidé de mettre leur expertise au service du développement du Sénégal et de l’Afrique. C’est ainsi qu’ils ont mis en place une amicale. Ils étaient une centaine de cadres à assister à l’assemblée générale convoquée par le Comité d’initiative de l’Amicale des professeurs et psychologues-conseillers de l’école. Actuels et anciens ministres, directeurs généraux, professeurs d’université et de lycée, cadres de l’administration, hauts fonctionnaires, dirigeants d’entreprises, brefs, tous les anciens de l’établissement se sont donnés rendez-vous à l’Ensetp. La rencontre était présidée par Dr Saliou Diouf, directeur de l’Ensetp. La nouvelle structure va être un cadre fédérateur de tous les anciens pensionnaires de l’école devenus cadres dans les différentes sphères de la vie économique, politique ou administrative du pays.

Au-delà de l’ambition liée à la formation de ressources humaines de qualité et au développement harmonieux, M. Diouf a souligné que l’amicale a également comme vocation d’être un cadre de solidarité et d’entraide pour ses membres. Créée en 1976, l’Ensetp a formé des milliers d’étudiants devenus des cadres à travers 17 pays.

A en croire le directeur de l’école, ces cadres ont fait valoir leur talent, leur expertise et leurs compétences au service de plusieurs pays africains et d’autres organisations publiques comme privées.

Cependant, a-t-il noté, l’école fait face à deux défis majeurs : le manque de visibilité (elle est peu connue des Sénégalais) et l’insuffisance des équipements. Avec une capacité de plus de 2.000 étudiants, l’école ne compte actuellement que 500 pensionnaires, faute d’infrastructures.

Dr Saliou Diouf a certes reconnu que l’État a fait des efforts en construisant des bâtiments, mais il reste à équiper les laboratoires, les ateliers, les amphithéâtres et les salles de classe. C’est pourquoi il tend encore la main au ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, principal utilisateur des ressources humaines de l’école, à l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) et aux entreprises qui ont beaucoup bénéficié de l’expertise de l’Ensetp. Concernant le défi lié à la visibilité, M. Diouf a estimé que l’amicale va jouer un grand rôle à travers ses activités de communication et de formation.

Pape Coly NGOME

Les centres hospitaliers régionaux de Fatick, Kaffrine et Kaolack et le centre de santé de Nioro ont accueilli, pendant trois jours, des interventions chirurgicales dans le cadre d’un programme d’activités décentralisées des Sociétés sénégalaises de hernie, de colo proctologie et de chirurgie digestive.

Le Centre hospitalier régional El Hadj Ibrahima Niasse (Chrein) de Kaolack a accueilli, à la fin du mois d’avril 2017, des interventions chirurgicales. Ces dernières sont initiées par les Sociétés sénégalaises de hernie, de colo proctologie et de chirurgie digestive dans le cadre d’activités de consultations et d’interventions chirurgicales. Une aubaine pour les patients des régions centrales, surtout ceux inscrits sur une liste d’attente jusqu’au mois de novembre prochain.

C’est pourquoi le responsable de ce programme s’est réjoui de cet accès élargi à des interventions médicales de pointe menées en collaboration avec le ministère de la Santé et de l’Action sociale et le Projet d’appui à l’offre et à la demande de soins (Paodes), soutenu par la coopération technique belge. « Il s’est agi d’activités de décentralisation de la chirurgie avec comme objectifs de se rapprocher des populations et de permettre aux praticiens, évoluant en dehors de l’agglomération dakaroise, de bénéficier de l’encadrement de professeurs de l’université et de leurs assistants », a indiqué le Dr Soh Bâ, chef du Service de la chirurgie de l’hôpital régional de Kaolack.

Les hôpitaux régionaux de Fatick et Kaffrine et le centre de santé de Nioro ont aussi bénéficié des activités de ce projet.
De fait, pendant trois jours, plus d’une centaine d’interventions ont été faites dans les centres hospitaliers de Fatick, Kaolack, Kaffrine et au niveau du centre de santé de Nioro. Douze chirurgiens ont assuré les opérations dans les trois régions et une cinquantaine de spécialistes ont pris part à la table ronde sur la chirurgie décentralisée avec des participants venus de la sous-région.

Signalons que ces structures hospitalières régionales souffrent d’un déficit criant en médecins spécialistes. Selon le Dr Bâ, il n’existerait, dans toute la région de Kaolack, que deux chirurgiens généralistes et trois autres dans des domaines spécifiques. D’où, selon lui, l’intérêt de telles activités décentralisées pour soulager les patients en attendant une solution durable.

Elimane FALL

Le ministère de l’Éducation nationale, en partenariat avec celui de la Santé et Nutrition internationale, a mis en place un programme de supplémentation en fer. Il est destiné à lutter contre l’anémie chez les jeunes filles.

Le lycée Malick Sy de Thiès a abrité, le 27 avril 2017, le lancement du programme de supplémentation en fer chez les adolescentes. Ce dernier va intervenir, pour les deux premières années d’exécution, dans les régions de Thiès, Dakar et Saint-Louis. Il a pour objectif de combattre l’anémie chez les jeunes filles surtout en milieu scolaire.

Financé par Nutrition internationale, un partenaire canadien, pour une durée de trois ans, ce projet vient s’ajouter aux initiatives prises par le gouvernement du Sénégal dans le cadre du renforcement de sa politique de santé en milieu scolaire. Selon le Dr Mor Diaw, chef de la Division du contrôle médical scolaire au ministère de l’Éducation nationale, il va permettre aux élèves-filles d’être à l’abri de l’anémie et même des difficultés liées à leur maternité future. Mais, a-t-il précisé, il faudra que les élèves acceptent de supplémenter en fer. Il s’agit d’absorber un comprimé de fer une fois par semaine, pendant 20 semaines.

A en croire le Dr Diaw, l’anémie est un véritable problème de santé publique surtout que plus de 50 % des adolescents sont anémiés. C’est pourquoi les autorités éducatives et sanitaires mutualisent leurs forces pour lutter contre cette maladie. En ciblant l’école, les autorités veulent assurer aux apprenantes une bonne santé leur permettant d’étudier correctement.

D’ailleurs, a souligné l’inspecteur d’académie de Thiès, la santé constitue un intrant de qualité. Pour Papa Baba Diassé, une santé fragile ou précaire constitue un frein aux performances scolaires. Raison pour laquelle il a invité les élèves à adhérer à cette belle initiative en acceptant de prendre chaque semaine les médicaments. Car, à son avis, il y va de leur intérêt.

Cette invite est bien perçue par les élèves-filles, parmi lesquelles Marième Mboji, en classe de Terminale. « Ce programme de supplémentation en fer est arrivé au bon moment, puisqu’il va nous permettre de nous protéger contre l’anémie », a-t-elle soutenu.

Dans son intervention, la représentante du ministre de la Santé et de l’Action sociale a souligné que beaucoup d’élèves décrochent à cause des problèmes de santé. D’où la nécessité de renforcer les initiatives visant à améliorer leur bien-être, notamment chez les filles. Pour le Dr Maguette Ndiaye Ndome, médecin-chef de la région médicale de Dakar, l’anémie et la mauvaise alimentation peuvent être à l’origine de crises d’hystérie ou encore favoriser le phénomène « Djinné Maïmouna » souvent noté dans les établissements scolaires. Elle a, ce faisant, exhorté les élèves et les acteurs de l’école à s’approprier ce programme et à travailler pour sa réussite.

Pape Coly NGOME

Après l’expérience réussie dans la banlieue de Dakar en matière d’éducation inclusive, l’Ong Sightsavers et le ministère de l’Éducation nationale ont lancé, le 2 mai 2017, la phase 2 du projet d’éducation inclusive. Les régions de Louga et Kaolack ont été choisies pour démarrer cette phase d’extension qui se déroulera sur une période de 5 ans.

Des progrès significatifs sont notés au Sénégal dans le domaine de l’éducation inclusive. Cela, grâce à l’implication de la communauté internationale, du Partenariat mondial pour les interventions d’éducation et des Ong. Pour renforcer ces initiatives allant dans le sens de la scolarisation et du maintien des enfants handicapés à l’école, le projet d’éducation inclusive a été mis en place en 2011. Il est déroulé par le ministère de l’Éducation nationale, appuyé par l’Ong Sightsavers. Dans ce cadre, 3 écoles inclusives ont été ouvertes dans la région de Dakar, notamment à Thiaroye, Pikine-Guédiawaye et Rufisque. Ce qui a permis d’enrôler 187 élèves mal et non voyants dans l’élémentaire. Ce projet a également permis à 30 enseignants, 11 inspecteurs et 3 directeurs d’école d’être formés à l’écriture et à la lecture braille.

A en croire Saliou Sène, inspecteur de l’éducation et coordonnateur du Projet d’éducation inclusive au ministère de l’Éducation nationale, « la pertinence de ce projet, c’est qu’il permet aux enfants handicapés, y compris ceux qui ont une déficience visuelle, d’être éduqués aux côtés de leur pairs au sein d’un système d’éducation nationale générale ». En ciblant les régions de Louga et Kaolack pour étendre le projet d’éducation inclusive, la responsable de programme à Sightsavers a expliqué que le choix ne relève pas du hasard. Selon Astou Sarr, « ces régions sont déjà des partenaires de l’Ong puisqu’elles ont eu à bénéficier de programmes, notamment la santé oculaire et l’inclusion sociale ». « Donc, on s’inscrit dans une logique de continuité de nos actions dans ces zones d’intervention », a-t-elle dit.

De l’avis de l’inspecteur d’académie de Louga, ce projet permettra de satisfaire une vieille demande et un besoin d’éducation inclusive longtemps attendu. Selon Oumar Ndiaye, l’académie va s’engager, avec ses partenaires, à relever les défis liés au développement de l’éducation inclusive à Louga. En présidant l’atelier de lancement de la phase 2 du projet d’éducation inclusive, évalué à 384 millions de FCfa, la directrice de l’Enseignement élémentaire n’a pas manqué de remercier Sightsavers, partenaire du ministère de l’Éducation, en termes d’accompagnement. Khady Diop Mbodji a aussi indiqué que l’éducation inclusive est une option stratégique de ce département.

La tutelle a également informé que plusieurs initiatives sont en train d’être prises pour prendre en charge les besoins d’éducation des enfants en situation de handicap. Parmi elles, l’octroi d’un budget de 100 millions de FCfa et le démarrage de 2 nouveaux projets, notamment le Rape (Renforcement de l’appui à la protection des enfants) et le Paseb (Programme d’appui au système éducatif de Base).

Pape Coly NGOME

Le dividende démographique fait partie des sous-thèmes développés lors des journées médicales de Dakar. En commentant la « Capture du dividende démographique : quel est le rôle du secteur de la santé dans le renforcement du capital humain », la représentante de l’Unfpa au Sénégal a demandé aux universitaires à s’approprier le dividende démographique. $

La représentante du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), Andrea Wojnar Diagne, a appelé la communauté universitaire, surtout médicale, à s’approprier le concept de dividende démographique afin de contribuer au renforcement du capital humain. Mme Diagne s’est d’ailleurs félicitée de l’engagement des enseignants de la Faculté de Médecine en faveur de la santé de la mère, de l’enfant et de l’adolescent au Sénégal. « Cette Faculté a donné au secteur de la santé d’excellentes ressources humaines qui font la fierté du Sénégal et de toute l’Afrique », a-t-elle déclaré.

Elle s'exprimait lors du symposium organisé dans le cadre des 18èmes journées médicales de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie de l’Ucad et dont le thème était axé sur la « Capture du dividende démographique : quel est le rôle du secteur de la santé dans le renforcement du capital humain ».

Rappelant la définition du dividende démographique, la représentante de l'Unfpa a indiqué qu’il « n’est rien d’autre que l'accélération de la croissance économique qui résulte de la modification de la structure par âge de la population grâce à une baisse de la fécondité ». En d’autres termes, a-t-elle souligné, « c’est lorsque qu’il y a, dans le pays, plus de personnes actives que de personnes dépendantes ou à charge. C’est donc le bénéfice qu’un pays tire de la capacité de sa population, notamment de la jeunesse, à surmonter les défis économiques, sociaux et technologiques du moment ».

Selon Andrea Wojnar Diagne, la prépondérance des adolescents et des jeunes au Sénégal accroît, par exemple, la pression sur les ressources nationales en termes de besoins énormes à satisfaire dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’emploi. Elle s’est ainsi interrogée : « Comment faire pour que cette jeunesse ne soit pas un désastre démographique, mais plutôt un formidable capital pour le développement ? Quelles politiques mettre en œuvre pour que cette jeunesse soit en bonne santé, bien formée et outillée pour être les acteurs de la transformation de la société ? » Toutes ces questions doivent, à son avis, alimenter la réflexion et orienter les études et recherches entreprises dans le monde universitaire.

Eugène KALY

Le troisième congrès africain sur l’épilepsie s’ouvre jeudi à 9h, à l’Ucad II, à l’initiative de la Ligue sénégalaise contre l’épilepsie (Lsce).

La rencontre axée sur le thème : « l’épilepsie de l’enfant » se tient jusqu’à dimanche, en partenariat avec l’« International Bureau for epilepsy » et « International League against epilepsy ». L’épilepsie est considérée comme un problème majeur de santé publique avec plus de « 50 millions de personnes touchées dans le monde, dont une majorité dans les pays en voie de développement », lit-on dans le communiqué.

Au Sénégal, ajoute-t-il, « la maladie affecte 200.000 à 300.000 personnes principalement des enfants ». Le congrès de Dakar, qui se tient après celui de Nairobi (Kenya) et de Cape Town (Afrique du Sud), est « un événement majeur » devant d’abord consister en une tribune d’enseignement où les neurologues africains vont partager leurs vécus et échanger leurs expériences avec d’éminents spécialistes de la maladie épileptique venus du monde entier, indiquent les organisateurs. Ils informent qu’au menu des discussions, il y aura les nouveautés de la recherche et leurs implications thérapeutiques et sociales, les troubles des apprentissages et la place de l’enfant épileptique. Ce congrès « sera aussi une plateforme de rencontres et d’échanges entre les malades, leurs familles et les praticiens afin d’approfondir les liens déjà tissés par le quotidien de la maladie », notent-ils.

Si l’on en croit les organisateurs, « la participation des tradipraticiens donnera un cachet particulier et une originalité à cette rencontre et permettra des échanges mutuels afin d’asseoir les bases d’une meilleure collaboration ».

Ils soulignent par ailleurs que ce congrès sera « un moment privilégié de communication avec le grand public afin de lutter contre les préjugés qui entourent l’épilepsie et la stigmatisation dont les malades sont victimes », renseigne-t-on.

APS

Les sages-femmes comptent profiter de la Journée internationale dédiée à leur corporation pour débattre notamment des conditions d’accueil dans les structures hospitalières, lesquelles sont décriées ’’tout le temps’’ par les patients, a indiqué la présidente de l’Association nationale des sages-femmes du Sénégal (Ansfes), Bigué Bâ Mbodj.

La Journée internationale de la sage-femme sera également l’occasion de se pencher sur les stratégies visant à baisser davantage le nombre de décès maternels, a-t-elle dit au cours d’un point de presse organisé en prélude à cette commémoration.

"Dans notre formation, on a été souvent formaté à prendre en charge les urgences. C’est pourquoi nous allons dans les temps forts de cette journée voir comment améliorer l’accueil qui a été tout le temps décrié", a souligné, Bigué Bâ Mbodj. "Nous voulons nous impliquer dans l’amélioration de la qualité des services", en relation avec le thème retenu pour cette journée internationale, à savoir "Sages femmes, femmes et familles partenaires pour la vie". Il est aussi prévu un panel sur "l’amélioration de la qualité des soins de la santé de la reproduction et de la survie de l’enfant", dans le cadre la journée scientifique que l’Ansfes organise le 5 mai, en présence de sages-femmes venant de toutes les régions du pays.

APS

La salle multimédia du lycée de Mbao a été inaugurée. Une occasion pour le directeur général de l’Artp d’annoncer qu’à mi-parcours du programme « Connecter les lycées et collèges » plus de 100 écoles sont déjà dotées de salles multimédia.

Dans le cadre du projet « Connecter les lycées et collèges » en salles multimédia, le Fonds de développement du service universel des télécommunications (Fdsut) a équipé le lycée de Mbao d’une salle multimédia. L’inauguration a eu lieu en présence de l’inspecteur de l’académie (Ia) de Pikine-Guédiawaye, Seyni Wade. Ce projet vient en appui au ministère de l’Éducation nationale qui veut équiper et connecter à Internet 100 lycées et collèges à l’horizon 2018, réaliser les travaux d’aménagement de ces salles multimédias, installer dans chaque lycée ou collège retenu un dispositif composé de 20 postes de travail « clients légers » (sans disque dur), d’un onduleur, d’une imprimante, d’un vidéoprojecteur, d’un routeur wifi et de 4 ventilateurs.

Pour Abdou Karim Sall, directeur général de l’Artp et administrateur du Fdsut, le projet « Wifi dans les lycées et collèges » a permis d’installer le Wifi dans 50 établissements scolaires du cours moyen et secondaire à travers le Sénégal. Dans le même programme figure aussi le projet « connecter les cases des tout-petits » qui a pour objectif d’équiper 410 cases des tout-petits et cases communautaires choisies avec le concours de l’Agence nationale de la petite enfance et de la case des tout-petits (Anpectp) à l’horizon 2018, avec l’installation, dans chaque structure retenue, d’un système composé d’un ordinateur portable classique, de 20 tablettes pour enfants, d’une imprimante, d’un vidéoprojecteur, d’un routeur wifi et de 4 ventilateurs.

Plus d’un milliard de FCfa investi dans ce programme
Le projet « Connecter les « daaras » », quant à lui, consiste à équiper 200 « daaras », à l’horizon 2018, par la mise à disposition de tablettes coraniques et d’ordinateurs fixes pour les maîtres coraniques et la formation de ces derniers à l’utilisation des équipements.

Abdou Karim Sall a révélé qu’à mi-parcours de ce programme plus de 100 lycées et collèges du Sénégal disposent de salles multimédias équipées. « 23 lycées situés à Podor, Sédhiou, Matam, Vélingara, Saint-Louis, Ndioum, Fatick, Kaolack, Bignona, Kédougou et Dakar ont pu bénéficier d’une connexion installation wifi. Plus de 100 cases des tout-petits et plus de 50 « daaras » ont été équipés en tablettes numériques. C’est plus d’un milliard de FCfa qui a été investi dans ce programme qui vient s’ajouter aux autres initiés par le ministère de l’Éducation nationale et d’autres acteurs », a souligné M. Sall.

A l’en croire, le Fdsut va continuer à accompagner l’État et les pouvoirs publics dans cet effort de doter notre pays d’un système éducatif moderne, performant et de qualité. Pour Aly Koto Ndiaye, directeur du Fdsut, cette contribution participe à relever la qualité dans l’éducation de base. « Notre ambition est de couvrir l’ensemble des établissements scolaires du pays », a-t-il laissé entendre.

L’Ia de Pikine-Guédiawaye, Seyni Wade, a estimé que ce geste du Fdsut va contribuer à booster les performances scolaires du lycée.

Abdou DIOP

Le démarrage des activités de formation sur les métiers de l’élevage et la psychologie à la prochaine rentrée académique (2017-2018) au Centre délocalisé de l’Université Assane Seck de Ziguinchor n’est pas garanti. La construction des bâtiments et des amphithéâtres se poursuit à un rythme entrecoupé.

Le temps presse pour les autorités. Elles veulent réceptionner les infrastructures avant la rentrée académique prochaine. Sur le terrain, quelques ouvriers sont perchés sur le premier niveau du bâtiment administratif en cours de construction. Ils élèvent un mur. Des barres de fer ne sont pas retirées après le coffrage. Au rez-de-chaussée, du fer, des briques et des planches jonchent le sol. Malgré tout, l’entrepreneur a promis de parachever les travaux d’ici à 4 mois. Le bâtiment administratif est parallèle au bloc pédagogique qui abritera des salles de Travaux dirigés (Td). Sur ce bloc, le coffrage est en cours au premier étage. Sur le flanc droit du bloc, les travaux sont à l’arrêt au grand amphithéâtre. Le démarrage des activités d’enseignement à la rentrée prochaine relèvera de l’inattendu à ce rythme.

Sur place, les autorités académiques laissent éclater leur impatience. « Nous voulons, insiste le recteur Courfia Kéba Diawara, réceptionner ces bâtiments. Nous voulons que des bacheliers de 2017 puissent y être orientés. Nous serons en atelier à Kolda pour valider les modules ». Pour cette raison, des changements s’imposent sur les chantiers. L’Agence de construction des bâtiments et des édifices publics a exigé de l’entreprise un planning d’exécution des travaux afin de rattraper le temps perdu. « Je viens de prendre service sur ce chantier. Je ferai tout ce qui est à ma portée pour parachever les chantiers dans les 4 prochains mois », s’est engagé l’ingénieur Ndoye.

L’achèvement de ces chantiers tient à cœur le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane. Les enjeux sont connus. Il s’agit de former des ressources humaines capables de valoriser les atouts de la région, à savoir l’élevage, la production laitière, la transformation des produits forestiers.

Ce centre, perdu dans un milieu boisé, sera aussi le champ d’expérimentation de l’enseignement de la psychologie au Sénégal. L’ambition pour les autorités, c’est d’en faire une référence au niveau international. « Ce centre sera le carrefour de la formation en psychologie. Les drames du « Daaka », de Bétenty et d’autres violences démontrent que nous avons besoin des psychologues pour accompagner les victimes. Il y a aussi des besoins dans des entreprises », a justifié le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Les attentes sont donc nombreuses dans ce centre qui recevra aussi le 2ème Département de Philosophie au Sénégal.

De notre envoyé spécial Idrissa SANE

La directive sur la gestion des ressources en eau partagées de l’Afrique de l’Ouest est censée prévenir les conflits liés à la mal gouvernance de ces ressources. C’est ce qui est ressorti de la cérémonie d’ouverture d’un atelier régional présidé par le secrétaire général en charge de l’Hydraulique rurale, Diène Faye.

L’atelier régional de validation du projet de directive sur la gestion des ressources en eau partagées de l’Afrique de l’Ouest, ouvert ce 2 mai 2017, à Dakar, revêt un enjeu majeur en matière de préservation de la stabilité. En réalité, la mal gouvernance de ces ressources peut être à l’origine des conflits entre les pays, comme l’a indiqué le secrétaire d’État en charge de l’Hydraulique rurale, Diène Faye, qui a présidé la cérémonie. « Les ressources en eau partagées peuvent être à l’origine de conflits, latents ou déclarés. Dans ce domaine, il est toujours difficile pour les États de concilier les exigences de souveraineté nationale avec celles de solidarité, surtout pour des ressources naturelles stratégiques », a fait remarquer M. Faye. Mais, ces ressources partagées peuvent aussi être un facteur de coopération et d’intégration sous-régionale.

Les participants ont cité le cas de l’Omvs qui est une référence mondiale dans ce domaine. « La gestion des ressources partagées est un enjeu mondial. Les organismes de gestion des bassins devront aller plus loin pour prendre en compte certaines dimensions de coopération », a conseillé le Haut-commissaire de l’Omvs, Kabiné Komara. Le projet de directive sur la gestion des ressources en eau partagées de l’Afrique de l’Ouest entre dans cette perspective. Selon le représentant du commissaire de la Cedeao en charge de l’Agriculture, de l’Environnement et de la Sécurité alimentaire, Mahamane Dédéou, la directive est souple, parce que les États peuvent l’adapter. « La directive est un acte normatif édicté par le Conseil des ministres de la Cedeao qui lie tous les États membres de la communauté quant aux objectifs à atteindre, tout en laissant à leur initiative les moyens pour les atteindre », lit-on dans un document remis à la presse. En effet, a affirmé Diène Faye, l’utilisation raisonnable et équitable des ressources en eau partagées par chaque État préserve le droit légitime des autres utilisateurs et partant, la paix au niveau régional. Les expériences ont démontré qu’une bonne gouvernance des bassins transfrontaliers favorise la préservation de l’eau et la solidarité entre les pays. « A terme, il s’agira de doter notre région d’un texte essentiel pour un développement durable et une intégration régionale dans le secteur de l’eau en Afrique de l’Ouest », a souligné M. Faye.

Idrissa SANE

L’Espace numérique ouvert (Eno) de Sédhiou projette sa belle architecture au milieu des habitations au quartier Moricounda. Ses contours seraient plus nets si l’entreprise n’avait pas accusé de retard. A l’inverse, à Kolda, la probabilité que l’Eno soit livré dans les mois à venir est réelle.

L’Espace numérique ouvert (Eno) de Sédhiou est bien visible sur la route de Marsassoum, au quartier Moricounda. Son architecture se distingue de celle des concessions qui l’entourent. La structure ne sera pas en rupture avec son environnement. Les travaux auraient pu dépasser leur niveau actuel. La réalisation des salles de visioconférence et de télémédecine explique, en partie, le retard dans l’exécution du chantier. Ces contraintes ne sont pas une excuse pour ces entreprises qui repoussent les échéances de livraison. « Il y a une forte attente des populations. Cet Eno sera notre pied dans la région de Sédhiou », a souligné le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche qui a annoncé la construction d’un centre universitaire dans cette région.

Contrairement à l’Eno de Sédhiou, celui de Kolda véhicule son esthétique avec la partie supérieure qui sera vitrée. Les menuisiers ont déjà posé le système d’accrochage du faux-plafond. Les peintres ont déjà appliqué la première couche de la chaux. « Les gros œuvres sont terminés. Nous sommes dans la phase de la peinture et de la menuiserie. Nous avons prévu l’aménagement extérieur », décrit l’ingénieur Moussa Sarr, de l’Agence de construction des bâtiments et édifices publics (Acbep). L’Eno sera ouvert à la communauté. En plus des étudiants, les habitants de Sédhiou et les fonctionnaires pourront bénéficier des formations initiales ou continues dès son ouverture. « L’Eno, c’est aussi pour dispenser la formation à la communauté, la formation continue pour les agents de l’État », a informé Mary Teuw Niane. La salle de télémédecine aura toute sa place dans la prise en charge médicale des habitants. Les deux régions trainent un déficit de spécialistes. La télémédecine donne la chance aux malades d’être consultés par un spécialiste.

I. SANE

A l’Université Assane Seck de Ziguinchor, des chantiers, lancés il y a 6 ans, traînent en dépit de la disponibilité des fonds. Cette lenteur laisse place à toutes sortes de commentaires sur les critères d’attribution des marchés publics, notamment la préférence des entreprises nationales.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane, a perdu son calme, sa courtoisie, sa diplomatie lorsqu’il était sur le site de l’un des plus importants chantiers de l’Université Assane Seck de Ziguinchor. Il y avait peu d’ouvriers sur place. « Certains feignent de travailler », ironisent les délégués des étudiants. « Les chantiers, pilotés par une entreprise qui s’appelle Satar, posent problème. L’amphithéâtre de 150 places n’arrive toujours pas en phase d’achèvement », a dénoncé M. Niane.

La société invoque l’éloignement de Ziguinchor et le contournement par Tambacounda durant le blocus de la frontière avec la Gambie. Le ministre lui oppose le bon niveau d’exécution des autres chantiers démarrés bien après. « Rien ne peut justifier ce retard. C’est un projet de la Banque mondiale d’un montant de 6 milliards de FCfa. L’argent est disponible », argumente le Pr Niane.

Les constructions ont duré 6 ans. Sur l’espace universitaire, d’autres projets, démarrés en 2016, seront bientôt livrés. La lenteur a suscité toutes les interrogations, tous les commentaires. « C’est à voir si Satar n’a pas vendu ce marché ? » se demande le ministre.

Paradoxalement, le coût de construction d’un mètre carré de cette entreprise coûte le double du prix proposé par d’autres sociétés. « Les entreprises nationales demandent qu’on leur attribue des marchés publics, mais la lenteur notée dans l’exécution des travaux ne nous encourage pas. Si elles veulent des marchés, il faut qu’elles soient davantage exigeantes dans l’exécution des chantiers », a-t-il laissé entendre.

Aussi, le critère de moins disant est sujet à toutes les contestations. En réalité, une entreprise peut proposer le montant le moins cher sans avoir ni les moyens financiers ni les ressources humaines pour exécuter un marché. Conséquence : les travaux trainent. L’État est obligé, dans certains cas, de résilier le contrat, entraînant ainsi un surcoût du chantier. « Si vous lancez un appel d’offres, le Code des marchés veut qu’on l’attribue au moins disant. Je ne suis pas d’accord. Nous devons le revoir. Les marchés doivent être attribués au mieux disant.

L’entreprise peut remplir les critères de qualification sans pourtant être capable d’exécuter les marchés. Je pense qu’il faut voir le passé de l’entreprise à la Direction centrale des marchés publics (Dcmp). Avec le moins disant, quelqu’un arrive et gagne le marché sans être capable de l’exécuter », a défendu la directrice de l’Agence de construction des bâtiments et édifices publics (Acbep), Socé Diop Dione, dans une interview accordée au « Soleil ».

I. SANE

L’asthme, maladie dont souffre « plus de 8.000 personnes à Dakar », se caractérise par « une forte mortalité » qui en fait un problème majeur de santé publique, a soutenu, hier, le chef du service de pneumologie de l’hôpital de Fann, Pr Nafissatou Oumar Touré. 

 « Ce chiffre est bien en-deçà de la réalité, et ce qui est inquiétant, c’est que le nombre de cas augmente d’année en année », a-t-elle souligné en marge d’une conférence publique sur cette maladie, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’asthme. Celle-ci porte sur le thème : « Contrôlez votre asthme, ne le laissez pas vous dominer ». Elle est organisée par le ministère de la Santé et de l’Action sociale, en collaboration avec l’Association de soutien aux asthmatiques et la Société sénégalaise de pneumologie.

Le Pr Nafissatou Oumar Touré explique que l’asthme, dont souffrent 300 millions de personnes à travers le monde, est une maladie chronique qui atteint les bronches. « Une personne qui en est atteinte la porte pour toute sa vie », note-t-elle. « Quand un patient est asthmatique, ce sont ses voies aériennes qui sont touchées et lorsqu’il a des crises d’asthme, qui sont considérées comme une urgence, il faut le prendre en charge assez rapidement pour améliorer la qualité de vie du patient mais également éviter qu’il y ait une issue grave pouvant aller jusqu’à la mort », a encore relevé la spécialiste.

Elle a rappelé que parmi les causes pouvant provoquer les crises d’asthme, il y a « les facteurs déclenchants » tels que les allergènes, des produits se trouvant dans l’atmosphère que le corps du sujet atteint d’asthme ne supporte pas. Il y a aussi selon Mme Touré « les produits nocifs qui agressent les bronches, comme la cigarette ou la pollution, qui se trouvent dans l’atmosphère et que les patients respirent et sont, de fait, à l’origine de crises d’asthme mortelles ». D’après la pneumologue, l’asthme est une maladie qui ne se guérit pas, mais qui se contrôle. « C’est le corps du patient asthmatique qui ne supporte pas certaines choses. Donc, il faut un suivi, une connaissance de la maladie, connaitre les facteurs déclenchants, savoir tout ce qui l’aggrave et essayer d’avoir une bonne prise en charge », a-t-elle conseillé.

APS

Le Sénégal compte actuellement 80.000 boursiers qui coûtent, chaque année, 52 milliards de FCfa à l’État. L’information a été donnée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche qui a animé, samedi dernier, une conférence à l’Université Assane Seck de Ziguinchor.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane, veut que les étudiants reconnaissent l’effort du gouvernement en matière de satisfaction de leurs besoins. L’enveloppe globale des allocations d’études s’élève à 52 milliards de FCfa chaque année. « Au Sénégal, nous avons 80.000 boursiers. Nous dépensons, chaque année, 52 milliards de FCfa. C’est l’équivalent du montant dont le Sénégal a besoin pour atteindre l’autosuffisance en riz. Il faut que les étudiants saisissent l’effort du gouvernement. Les étudiants doivent comprendre qu’ils ne sont qu’une composante de la population et que l’État doit aussi prendre en charge les préoccupations des autres couches », a fait savoir M. Niane lors de la journée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche à l’Université Assane Seck de Ziguinchor qui avait pour thème : « Réformes de l’enseignement supérieur : bilan et perspectives ».

Cette enveloppe aurait explosé si le ministre n’avait pas, par hasard, demandé la comparaison de la base de données de la Direction des bourses et celles de la Faculté des Lettres. Ce qui a mis à nu les attributions fictives. L’élargissement de la comparaison avec les bases de données des autres Facultés et Ufr (Unité de formation et de recherche) a révélé l’ampleur des dégâts. « C’était difficile pour moi d’en parler. Il y avait un système d’affectation des bourses fictives. Lorsque nous avons comparé les bases de données, nous avons découvert 28.000 boursiers fictifs, dont 1.800 du troisième cycle. Ces allocations fictives coûtaient 11 milliards de FCfa à l’État », a déploré Mary Teuw Niane qui a décliné la nouvelle politique des bourses issue des Réformes de l’enseignement supérieur.

I. SANE

Les 6 et 7 juin prochains, la Fondation Kéba Mbaye « Éthique et Solidarité » organise, en collaboration avec la Faculté des Sciences juridiques et politiques (Fsjp) de l’Ucad, un colloque sur la vie et l’œuvre du juge Kéba Mbaye.

La Fondation Kéba Mbaye « Éthique et Solidarité », en collaboration avec la Faculté des Sciences juridiques et politiques (Fsjp) de l’Ucad et d’autres institutions républicaines, notamment le Conseil constitutionnel, la Cour suprême, l’Ordre des avocats et l’Association des femmes juristes, compte organiser un colloque sur la vie et l’œuvre du juge Kéba Mbaye les 6 et 7 juin prochains. Avec comme thème : « Kéba Mbaye, une figure de justice », cette manifestation veut faire la promotion des valeurs d’éthique et de solidarité, un des viatiques de la Fondation.

Dans le document détaillant les termes de référence du colloque, il est écrit : « A l’heure où la société sénégalaise est traversée par des déviations de toutes sortes dans les comportements (corruption, enrichissement illicite, biens mal acquis, fraudes, défiance à l’autorité), la figure du juge Kéba Mbaye apparait, à n’en pas douter, comme un modèle pour la jeunesse ». Le communiqué de poursuivre : « Par son comportement (l’éthique), sa passion (le sport) et son métier (la justice), le juge Kéba Mbaye s’est voulu être un grand serviteur de l’État, mais aussi un homme soucieux du respect des droits de l’Homme. C’est pour rendre justice de son action et témoigner de la justesse de son engagement au service de la société sénégalaise en demande de plus de justice sociale et de libertés que se situe la présente manifestation scientifique ».

Ce Colloque se déroulera sous forme de communications suivies de débats autour des questions abordées. Les communications seront structurées sur la base de thématiques qui permettent, de manière spécifique, d’appréhender plus profondément l’œuvre du juge Kéba Mbaye. Institution ouverte au monde universitaire et à la société en général, pour inscrire, dans la durée, les valeurs qui ont rythmé la vie du juge, la Fondation Kéba Mbaye intervient dans les domaines de l’éthique, de l’éducation, du sport et de la solidarité. Elle s’attache, en vue de développer, consolider et enseigner l’œuvre du juge Kéba Mbaye, à favoriser la formation, l’apprentissage et la perfection morale des jeunes en les préparant à une meilleure intégration dans la vie active.

Oumar NDIAYE

Suite au retrait des États-Unis dans le financement de la santé de la reproduction, notamment les programmes de planification familiale, la Belgique, les Pays-Bas, la Suède et le Danemark ont décidé d’octroyer, au Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), 180 millions d’euros soit 118 milliards de FCfa.

Après le Bénin, le vice-Premier ministre de la Belgique et ministre de la Coopération et du Développement, Alexander De Croo, a séjourné pendant deux jours (26 et 27 avril) au Sénégal. Cette visite intervient quelques semaines après la conférence internationale tenue à Bruxelles sur les droits des femmes, en particulier la santé de la reproduction. Au deuxième jour de son séjour, M. De Croo, accompagné de sa délégation et de la représentante-résidente du Fonds des Nations unies pour lapPopulation (Unfpa) au Sénégal, Andrea Wojnar Diagne, s’est rendu dans le district sanitaire de Popenguine. Sur place, ils ont visité la case de santé de Benteigner, située dans la commune de Diass, et le centre de santé de Popenguine. Au terme de cette visite, il s’est dit satisfait de l’engagement des chefs religieux et de la société civile à promouvoir la santé de la reproduction. Il a annoncé que la Belgique, les Pays-Bas, la Suède et le Danemark ont décidé, après le retrait du gouvernement américain, de financer la planification familiale. C’est ainsi que ces États vont mettre à la disposition de l’Unfpa près de 118 milliards de FCfa pour la planification familiale (Pf). Cette somme constitue une compensation des montants que les États-Unis versaient à cet organisme du système des Nations unies comme contribution à la Pf.

Les partenaires privés nationaux et internationaux sont aussi invités à soutenir ces questions. Surtout que, dans ce domaine, Alexander De Croo a constaté que les pays africains ont fait des progrès incroyables, parce qu’aujourd’hui un nombre important de jeunes a accès aux informations et services de planification familiale. Ce qui, à son avis, a réduit la mortalité maternelle et infantile dans beaucoup de pays africains. « Si l’on arrête de financer cet organisme qui s’occupe de la planification familiale, ce serait un pas en arrière pour les pays ayant bénéficié de cette aide. Nous sommes déçus de cette décision américaine, mais nous allons faire de notre mieux », a assuré le vice-Premier ministre belge. En attendant, la Belgique et les autres pays sont disposés à financer les questions liées à la santé de la reproduction pour diminuer davantage la mortalité maternelle et infantile en Afrique. La représentante de l’Unfpa au Sénégal a salué cette décision, rappelant que ce n’est pas la première fois qu’un de leurs partenaires décide d’arrêter son financement. « Nous avons déjà vécu cette situation. Mais, ce qui est important, c’est de trouver d’autres bonnes volontés qui acceptent de financer les programmes de santé de la reproduction », a souligné Andrea Wojnar Diagne.

Alexander De Croo a, par ailleurs, indiqué que l’objectif de sa visite au Sénégal est de voir aussi de quelle manière la Belgique va aider les femmes sénégalaises à mieux gérer leur vie en acceptant les méthodes de planification familiale. « Les femmes doivent décider elles-mêmes avec quelle personne elles doivent avoir un enfant et à quel moment. Mieux, elles doivent choisir le nombre d’enfants qu’elles veulent avoir. Je suis content de constater qu’il y a plein d’initiatives au Sénégal qui est en train d’engranger les succès en matière de planification familiale », a-t-il noté.

Popenguine affiche des indicateurs sanitaires satisfaisants
Le district sanitaire de Popenguine est présenté comme un bon élève en matière de santé de la reproduction. Selon son médecin-chef, le Dr Youssouph Tine, il présente un Taux de prévalence contraceptive (Tpc) de 23,36 % contre 20 % en 2015. « C’est le taux plus élevé de la région médicale de Thiès », s’est-il réjoui, révélant que le taux d’achèvement des consultations assistées par un personnel qualifié a augmenté, passant de 95 % en 2015 à 98,49 % en 2016. Celui des consultations prénatales est de 78,36 % contre 59,2 % en 2015.
Le district sanitaire de Popenguine a eu ces résultats grâce au soutien de l’Unfpa qui a participé au relèvement du plateau technique de la maternité. Présenté comme un bon élève en matière de lutte contre la mortalité maternelle et infantile, il polarise 10 postes, 17 cases et un centre de santé de référence.
 
Eugène KALY

Dans le cadre des festivités marquant ses 10 ans d’existence, l’Université Alioune Diop de Bambey (Uadb) a déroulé la journée de service à la communauté sur le site de Ngoundiane. Un lieu qui revêt un intérêt capital pour cette institution parce qu’abritant les disciplines scientifiques telles que les mathématiques, la physique et la chimie.

C’est sur le site de Ngoundiane qui abrite les disciplines scientifiques comme les mathématiques, la physique et la chimie que l’Université Alioune Diop de Bambey (Uadb) a déroulé la journée de service à la communauté, dans le cadre de son 10ème anniversaire. Selon le Pr Lamine Guèye, recteur de l’Uadb, Ngoundiane, par la diversité des formations, des effectifs d’étudiants, des taux de réussite et des taux de promotion, place leur université en bonne position sur l’échiquier national en matière d’enseignement des mathématiques, de la physique et de la chimie. Alors, en ce jour solennel, le recteur a tenu à remercier enseignants, administration, étudiants et personnel technique et de services pour leur engagement et leur esprit d’innovation.

Sur la même lancée, le directeur de l’Unité de formation et de recherche (Ufr) Sciences appliquées et technologies de l’information et de la communication, le Pr Moussa Dieng, un spécialiste en chimie, le site de Ngoundiane est au cœur de l’esprit de création des sites de l’Uadb résumé dans cette devise : « Porter le savoir auprès des populations ». Selon lui, l’encadrement des élèves de Ngoundiane par les étudiants en mathématiques, physique et chimie rentre dans la dynamique de la promotion des sciences auprès de ces apprenants qui peuvent ainsi profiter des démonstrations ou des expériences faites dans les laboratoires du site. « Cette plus-value qu’apportent nos étudiants aux élèves du village de Ngoundiane, en plus du recrutement des techniciens de surface et d’agents originaires des environs, sont des actes classés dans le domaine du service à la communauté qui sous-tend l’utilité sociale de l’université dans son environnement immédiat », a-t-il confié. Une approche confirmée par Galass Diouf, étudiant en Master II Chimie appliquée et président des étudiants du site de Ngoundiane. « Ici, il y a des formations innovantes. Avec des taux de réussite de plus de 76 %, notre université fait partie des plus importantes du pays », a-t-il martelé.

Avec 619 étudiants, le site de Ngoundiane souffre du manque de logements avec les effectifs qui augmentent d’année en année. « Or, le loyer est de plus en plus cher du fait du volume de la demande par rapport à l’offre », a-t-il noté.

Mbaye BA

Les femmes et les enfants des zones enclavées de la région de Kolda vont désormais bénéficier de soins de santé de qualité grâce à l’utilisation du e-Learning et de la télémédecine.

Le lancement du projet « Thiellal et Kissal » en langue pulaar (santé et bien-être) suscite beaucoup d’espoir dans la région de Kolda. Ce projet novateur, financé par l’Agence française de développement (Afd), pour un montant de plus 700 millions de FCfa, vise à améliorer la santé maternelle, infantile et néonatale. La région de Kolda a été choisie comme zone d’intervention de ce programme qui doit, en principe, s’achever l’année prochaine. « C’est un projet d’amélioration de la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant via un dispositif e-santé. C’est un dispositif de technologies de l’information et de la communication qui utilise le e-Learning pour former les prestataires, la télémédecine pour un appui aux diagnostics et à la prise en charge, la valise de télémédecine pour faire des stratégies avancées, réaliser des examens complémentaires et bénéficier d’une assistance à distance par un prestataire qui peut se trouver au niveau de l’hôpital de Kolda ou du centre de santé de Kolda, ou encore au centre de référence de Dakar », a déclaré le Dr Bara Ndiaye, directeur des programmes Amref/Afrique de l’Ouest. Le dispositif intègre également d’autres innovations dans la façon de faire et de communiquer, si l’on en croit le Dr Ndiaye. Pour réussir ce pari, les relais disposeront d’une application mobile introduite dans le projet pour démontrer qu’il est possible d’identifier des femmes enceintes, de les enregistrer dans le dispositif, de s’assurer qu’elles ne ratent aucun rendez-vous pour leurs consultations prénatales et qu’elles vont accoucher au niveau des structures sanitaires dans des conditions de qualité optimale.

Le médecin-chef de la région médicale de Kolda, Yaya Baldé, s’est félicité du choix porté sur le Fouladou pour la mise en œuvre de ce projet novateur qui permettra à la région d’atteindre les indicateurs de performance en matière de santé de la mère et de l’enfant. « Ce projet a cette touche particulière d’intervenir au niveau des communautés enclavées. Ces zones constituent des priorités en ce sens qu’elles sont souvent difficiles à atteindre par les stratégies classiques. Ce qui est important et innovant dans cette approche, c’est surtout l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication qui permettent d’enrôler les femmes enceintes et de les suivre... », a-t-il expliqué.

Mamadou Aliou DIALLO

Face à la forte demande en eau des populations des communes de Sédhiou, le gouvernement a apporté des solutions à Diacounda et Médina Wandifa. Ceci, grâce au partenariat avec le Programme d’eau potable et d’assainissement du millénaire (Pepam)-Ue ou dans le cadre du Bci (Budget consolidé d’investissement).

Avant de faire cap sur Sédhiou, le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, ainsi que les directeurs généraux de la Sones, Charles Fall, de l’Onas, Alioune Badara Diop, et de l’Ofor, Lassana Gagny Sakho, se sont rendu dans la commune de Diacounda pour s’enquérir du nouveau forage construit dans le cadre du partenariat avec le Programme d’amélioration de l’accès à l’eau et à l’assainissement dans trois zones rurales du Sénégal.

D’une enveloppe de 18 milliards de FCfa, ledit programme va permettre la construction d’ouvrages hydrauliques et d’assainissement individuel et collectif, ainsi que la réalisation de plans de gestion des ressources en eau. Kolda, Tambacounda et Sédhiou sont les trois régions concernées. A Sédhiou, il est prévu la construction de 16 forages, dont 3 à Diacounda. Ainsi, le forage de Diamamboli à Diacounda est d’une profondeur de 136 m3 et 64 m3/h. Il va polariser 7 villages, à savoir Yacko ouolof, Yacko diola, Kamoghone antenne, Kamoghone village, Diamamboli, Kankoulero et Diacounda.

Selon Marc Boucey, le chef de la coopération de l’Union européenne au Sénégal et en Gambie, le projet Pepam-Ue va contribuer au bien-être des populations sénégalaises et surtout à celles des régions de Tambacounda, Kolda et Sédhiou, les plus déficitaires en matière d’accès à l’eau potable.

A terme, il est prévu la réalisation de 10.000 ouvrages d’assainissement pour 60.000 bénéficiaires. Pas moins de 360 villages seront raccordés. Pour sa part, le ministre Mansour Faye a salué « l’appui constant » de l’Union européenne dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations.

« Promesse tenue »
Avant Diacounda, Mansour Faye s’était rendu à Médina Wandifa qui dispose d’un château d’eau flambant neuf financé dans le cadre du Bci. Pour le ministre de l’Hydraulique, la construction de cette nouvelle infrastructure est aussi « une promesse tenue » par le chef de l’État lors du Conseil des ministres déconcentré à Sédhiou. « Aujourd’hui, le château d’eau est opérationnel, l’eau est disponible et il ne reste que quelques détails à gérer », a dit M. Faye qui a en profité pour rassurer les populations sur la couleur de l’eau. « Ce n’est certes pas agréable à voir, mais l’eau n’est pas impropre à la consommation, mais nous allons tout faire pour améliorer sa qualité ». Pour Malang Seyni, maire de Médina Wandifa, le président de la République a maintenant soulagé les 14.000 habitants de sa commune avec la construction de ce château d’eau. Pour les autres localités, telles que Dienné, Karcia et Diassimandé, qui réclamaient un forage ou la réparation de celui existant, le ministre a donné les instructions fermes à ses différents services compétents, en particulier au directeur général de l’Office des forages ruraux (Ofor), pour apporter une solution définitive aux préoccupations des populations.

M. NDONG

Outre les infrastructures d’assainissement de la commune et celles destinées à la résorption du déficit en eau potable, le gouvernement est en train de faire d’autres efforts. Notamment en matière d’énergie. « Il y a quelques années, on déplorait le déficit électrique. Aujourd’hui, grâce au président Macky Sall, cette difficulté appartient au passé », a indiqué le maire de la commune de Sédhiou, rappelant les 10 km d’extension du réseau électrique rendant « autonome » la commune. Il s’y ajoute la construction d’un Espace numérique ouvert (Eno), d’une zone industrielle et d’une Chambre de commerce et d’industrie. Aussi, Sédhiou est un « pôle aquacole » dans le pays. Pour le maire, le gouvernement est également en train de travailler sur les routes pour faire de la localité une ville émergente. « Soyez notre interlocuteur auprès du président de la République pour lui dire que les Sédhiouois, vrais fils de cette région, le remercient », a signifié le maire au ministre de l’Assainissement.

M. NDONG

Le porte-parole du khalife général des Mourides a effectué une visite à l’Université Alioune Diop de Bambey (Uadb) dans le cadre de la célébration des 10 ans de cette institution. Il a magnifié les bons résultats et surtout les importants services rendus à la communauté.

Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké, chef religieux et porte-parole du khalife général des Mourides, a été, le 27 avril, l’hôte de l’Université Alioune Diop de Bambey (Uadb).
Accueilli, à son arrivée, par le recteur Lamine Guèye, il l’a remercié pour les contributions de l’Uadb au Grand Magal de Touba. De même, il a transmis au recteur le satisfecit et les encouragements du khalife général, notamment les services rendus à la communauté avec les étudiants et les personnels dans les domaines de la santé, de la recherche, de la communication, des Tic, de l’économie, de l’hydraulique, de la prévention, de la logistique… Le président de l’Assemblée de l’université a remercié son hôte pour cette visite qui s’inscrit dans le cadre de la célébration des 10 ans de l’Uadb. L’engagement de poursuivre ce travail a été pris et le chef religieux a béni l’assistance avant d’effectuer sa prière dans le bureau du recteur.

Mamadou Aicha NDIAYE

Le secrétaire d’État à l’Hydraulique rurale, Diène Faye, l’ambassadeur de Corée du Sud au Sénégal, Hyo-Eun Kim, le directeur général de l’Ofor et Lansana Gagny Sakho, ont lancé, le 25 avril, à Sinthiou Mbadane Peulh, dans la commune de Malicounda, la deuxième phase du projet d’amélioration des systèmes d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement. Les forages de Sinthiou Mbadane Peulh et Takhoum auront des effets d’entrainement sur la relance des activités maraîchères et l’élevage.

L’eau coule sur le champ de captage du forage de Sinthiou Mbadane Peulh ce 25 avril 2017. On est pourtant au lancement des travaux. L’entreprise concessionnaire a pris une longueur d’avance. Le temps presse dans la commune de Malicounda. Ici, des envolées lyriques, avec des sonorités sérères ou peulh, conjurent à jamais la corvée. Le vieux Mbodiane Bakhoum vit depuis une soixantaine d’années à Sinthiou Mbadane. Il croit gagner plus de revenus dans les prochains mois. « Ce n’était pas facile de pratiquer le maraîchage. Nous n’avions pas d’eau pour arroser toutes nos plantations. Avec ce forage, ceux qui acceptent de travailler auront une vie meilleure », confesse-t-il. Entre les deux tentes, des femmes et des filles chantent et dansent. C’est un jour de fête. La corvée a trop duré. L’espérance d’une transformation sociale est palpable. L’eau qui coule du forage est le gage que l’espoir ne va pas s’envoler. Le chef de village de Sinthiou Mbadane Peulh n’attendra pas de voir pour croire. « Nous devons remercier les autorités, en particulier le président Macky Sall pour tout ce qu’il est en train de faire pour nous. Nous avons vu nos conditions de vie s’améliorer depuis son accession à la magistrature suprême », clame El Hadj Gallo Dia. L’eau est source de vie. Mais, pour le chef de village de Sinthiou Mbadane Sérère, l’eau, c’est la source de stabilité. Ces futurs ouvrages hydrauliques auront tout leur poids sur la relance des activités économiques dans les contrées environnantes. « L’eau, c’est la vie.

Amadou Dia n’a pas voulu rater cette cérémonie. Exhibant ses paumes couvertes de cloques, il nous lance : « Vous voyez nos mains. Elles sont enflées. Ce n’est pas facile de puiser pour faire abreuver une centaine de bœufs », affirme ce jeune éleveur. Désormais, avec les deux forages, celui de Sinthiou Mbadane Peulh et celui de Takhoum, c’est une nouvelle étape qui s’ouvre pour une dizaine de villages. Ce basculement vers un nouveau régime, avec une disponibilité permanente de l’eau, n’occulte pas un passé chargé d’incertitudes. « Ce liquide précieux est une ressource indispensable à l’existence au développement et à la vie de l’homme. Et pourtant, elle est malheureusement une denrée rare pour bon nombre de villages parmi lesquels figurent Sinthiou Mbadane Peulh et Takhoum », a constaté le maire de Malicounda, Maguette Sène, qui a remercié les autorités pour ce qui a été fait en vue d'améliorer les conditions de vie des populations de sa commune.

La deuxième phase du projet d’amélioration des systèmes d’eau et d’assainissement, soutenue par la Corée du Sud, vient d’être lancée pour une enveloppe globale de 2,5 milliards de FCfa. Des forages seront construits dans les régions de Thiès, Fatick et Kaolack. « Je suis convaincu que ce projet contribuera au renforcement de la première phase, avec l’augmentation du taux d’accès à l’adduction à l’eau potable dans le monde rural, et aidera à la prévention et à la réduction des maladies hydriques, mais aussi à l’amélioration des revenus des populations », laisse entendre la représentante-résidente de l’Agence de coopération internationale de la Corée du Sud, Eunju Cha. L’accès à cette denrée rare est une priorité des autorités. Dans le monde rural, la réforme est entrée dans une nouvelle phase. Le secrétaire d’État à l’Hydraulique rurale, Diène Faye, a fait référence à cette nouvelle feuille de route lorsqu’il déclare : « Dans notre nouvelle politique d’hydraulique rurale, le forage est considéré comme un pôle de développement devant toucher le maximum d’usagers pour garantir sa rentabilité d’exploitation. Il doit créer les conditions d’une gestion pérenne de proximité du service public de l’eau en milieu rural ».

De l’eau pour plus de 40.000 personnes et 100.000 bêtes
Avec les travaux du projet Koica2, ce sont plus de 40.000 personnes et 100.000 bêtes qui auront bientôt accès à l’eau potable. Ce projet, j’en suis persuadé, permettra d’améliorer les conditions de vie, la santé des habitants et la production agricole », a magnifié l’ambassadeur de Corée du Sud au Sénégal, Hyo-Eun Kim.

Idrissa SANE

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.