banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Premier tour du baccalaureat général 2017 : Des résultats trop faibles enregistrés dans certains centres d’examens de Dakar…

15 Juil 2017
1881 times

Les résultats du premier tour du Baccalauréat 2017 sont loin d’être satisfaisants à Dakar. Dans les centres d’examen comme aux lycées John F. Kennedy, Blaise Diagne, Maurice Delafosse, le taux de réussite n’a pas atteint les 25%.

Dans l’ensemble, les résultats de la session 2017 du Baccalauréat général sont faibles. Dans l’académie de Dakar, la plupart des centres d’examen sont très loin des 25% pour le premier tour. Au lycée mixte Maurice Delafosse, au jury 1094, sur les 329 candidats de L2 ayant composé, seuls 44 ont réussi dès le 1er tour, soit un taux de 13%. Des résultats que le président de jury, Samba Dème, juge trop faibles. Dans ce jury, 72 élèves sont autorisés à subir les épreuves du second tour.

Au jury 1093, toujours pour la série L2, sur les 193 candidats ayant composé, 38 ont décroché leur diplôme dès le 1er tour et 71 vont passer le deuxième tour. Au lycée Blaise Diagne qui compte quatre jurys, la délibération a duré en longueur. Contrairement à ce qui se faisait, cette année, les présidents de jurys et leurs membres se sont regroupés en un seul groupe pour délibérer jury par jury. Ainsi, les candidats ont beaucoup attendu sous un soleil de plomb. Ici également, les résultats sont désastreux. Au jury 1080, 14 candidats sont admis d’office et une quarantaine envoyée au second tour.
Pour les arabophones, seuls 38 sont passés au 1er tour et 48 sont admissibles pour le deuxième tour.

Au centre du lycée John F. Kennedy qui a abrité trois jurys, au jury 1081, 222 candidats sont inscrits en L2, 113 en L’1, 3 en L1 A et 9 en L1B. En L2, 35 ont été déclarés admis d’office et 50 admissibles, les 127 candidats restants sont ajournés.

Pour la série L’1, seuls 6 candidats ont obtenu leur sésame et 82 sont programmés pour le second tour. Soit un taux de réussite de 18,58%. Par contre en L1A, tous les trois candidats de cette série ont réussi dès le premier tour, soit un taux d’admission de 100%.
Une réussite de 100% a également été enregistrée à la série L1B qui a compté 9 candidats.
Au regard de l’échantillon de résultats déjà proclamés entre jeudi et dans la matinée du vendredi 14 juillet, on peut affirmer que les  scores réalisés au Baccalauréat général de cette année sont très insuffisants.

Pape Coly NGOME

…3,86 % de réussite au premier tour
à Sédhiou…

A Sédhiou, le centre du Lycée Ibou Diallo enregistre, au 1er tour du Baccalauréat général 2017, 28 admis sur 724, soit 3,86 %. Un taux jugé très faible. Le taux de réussite au 2e tour serait de 16,81%, si tous les candidats admissibles passent avec brio leurs examens.

Les résultats du Baccalauréat 2017 au centre du lycée Ibou Diallo ont été proclamés hier en début de soirée. Sur 739 inscrits, 724 ont composé dans les deux jurys que compte le centre. Au jury 924, où ont composé les séries L’ et L2, sur 194 candidats ayant composé, 13 admis d’office ont été enregistrés, soit 6,7 %. Les 23 passeront le second tour. La série L’ compte 4 admis d’office, la L2 en a 9. Dans ce jury, 90 candidats sont appelés à passer les épreuves du second groupe. Au meilleur des cas, c’est-à-dire, si tous les candidats du 2e tour obtiennent leur diplôme, on aura un taux de réussite de 53,09 %.

Dans le jury 925, ils sont 153 candidats à avoir composé dans les mêmes séries avec 7 admis d’office en L2 pour 39 candidats devant passer le 2e tour, et 8 en série L’, soit un total d’admis d’office de 15 (9,8 %). Cinquante candidats sont admissibles pour les épreuves du second tour.
Le centre du Lycée Ibou Diallo enregistre, au 1er tour, 28 admis sur 724, soit 3,86 %. Un taux jugé très faible. Le taux de réussite au 2e tour serait de 16,81 % si tous les candidats passent.

L’inquiétude des autorités administratives relative au taux élevé des candidats libres (plus de 50 % cette année) est toujours d’actualité. Car les résultats de ces candidats noient parfois ceux jugés bons enregistrés dans les établissements publics. Un motif pour le préfet de Sédhiou de demander de recruter moins de candidats individuels.
Seulement, pour l’inspecteur d’académie de Sédhiou, cela est pratiquement impossible pour le moment, puisqu’un candidat peut déposer son dossier ailleurs et venir composer à Sédhiou.

Malamine KAMARA

…Des résultats appréciables qui cachent des déceptions à Bignona…
L’ambiance n’était pas à la fête aux centres d’examen Réné Coly et Haoune Sané de Bignona. Le taux d’admis est acceptable, même si dans certains jurys la catastrophe a été évitée de justesse.

Des cercles concentriques d’élèves se forment sur l’esplanade arborée du lycée Réné Coly de Bignona à 10 heures ce 14 juillet 2017. Sur l’estrade, les membres du jury sont prêts. Le temps est suspendu. Bien avant la proclamation des résultats, des larmes dégoulinent sur le visage des filles. Certains font des va-et-vient dans le vide. D’autres se tiennent le menton. Des candidats adossés aux arbres changent de positions. L’appel commence. Aïssatou Ndoye, une candidate longiligne, saute. Elle détale vers la porte. Elle crie. Elle vient de franchir une nouvelle étape dans ses études. Elle a arraché le bac avec une mention. Des candidats admis crient à tue-tête. Ceux qui n’ont pas entendu leur nom s’affalent. Des amis et ou des parents les consolent.
« Ce n’est pas la fin de la vie. Il faut se relever », entend-on une dame encourager une lycéenne du nom de Coly. Au fur et à mesure que ceux qui font l’appel épuisaient les listes, l’atmosphère devenait chargée. A cet instant, seuls les admis remercient le ciel. « Je rends grâce au bon Dieu. J’ai traité des sujets qui étaient pour moi les plus abordables. Mais je pense aussi à mes camarades », s’est exprimé Mohamed Fadel Sèye qui a obtenu la mention Très Bien, Série L-AR.

Les admis célèbrent modestement leur réussite. Sous leurs pieds, leurs camarades s’écrasent. Des garçons, comme des filles, pleurent à chaudes larmes. Leurs camarades jouent aux secouristes. Ils extraient ces candidats malheureux pour les mettre à l’écart. Ici, commencent les séances de consolation. Mais ce sont surtout des filles qui inspirent la compassion. On peut aussi voir leurs petites sœurs pleurer. C’est vrai le Baccalauréat n’est pas un diplôme individuel à l’heure des proclamations des résultats. C’est une question familiale. Avant-hier, une employée d’un restaurant s’est privée de nourriture en soutien à son grand candidat au baccalauréat. « De manière générale, les résultats sont appréciables au centre Réné Coly. Nous avons un taux d’admis de 92% dans la Série L-AR, 55,36% dans la série L’2, et 50% dans la Série L’A », note le président de jury, Abdoulaye Bâ.

De l’autre côté de l’artère principale de Bignona, une foule immense d’élèves est massée devant les grilles du lycée Haoune Sané. Il fait 11 heures. Le temps est nuageux. La fine pluie ne chasse pas les candidats et les curieux. A l’intérieur de la cour et dans les salles, les présidents de jury et les correcteurs se concertent. Ils font les dernières vérifications. Pendant ce temps, les vigiles testent la sonorisation. Les candidats ne sont pas là pour entendre les tests d’une sonorisation. « Nous voulons nos résultats, il ne faut pas nous fatiguer », s’impatiente un candidat. Les nuages s’accumulaient au-dessus de la ville. A midi, les professeurs ont pris les escaliers pour se mettre au balcon des anciens bâtiments de cet établissement d’enseignement secondaire. Le temps d’appel de la première liste n’a pas excédé 3 minutes. Lorsque le professeur prononce « fin de liste ». Une clameur assourdissante s’élève de la fourmilière. Des candidats se regardent dans les yeux. « Dans un jury, il y avait un seul admis. Nous avons repêché pour avoir 5 admis », m’a soufflé un professeur.

La suite des appels a été plus longue. Certains ne croient pas que les résultats des deux centres sont mauvais. Les acteurs de l’éducation ont salué la percée du lycée privé « Fankoun Fankoun ».

Idrissa SANE

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.