banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Lutte contre la marchandisation et la privatisation de l’éducation : Des organisations francophones plaident pour une école publique de qualité

24 Oct 2017
1461 times

Une centaine d’organisations de la société civile et étatiques se sont mobilisées pour dire non à la marchandisation et à la privatisation de l’éducation. En conclave à Dakar, elles réfléchissent sur des solutions pour préserver une éducation publique de qualité accessible à tous.

Près d’une centaine d’organisations et de représentants étatiques de 26 pays francophones se liguent contre la marchandisation et la privatisation sans cesse croissante de l’éducation. Réunis depuis hier à Dakar, ils tenteront, jusqu’au 26 octobre prochain, d’apporter des réponses propres pour préserver le droit à l’éducation gratuite et de qualité pour tous, conformément au l’Objectif de développement durable (Odd) 4. En effet, un réseau francophone contre la marchandisation de l’éducation s’est constitué autour d’Ong, de syndicats d’enseignants, d’organisations communautaires et de chercheurs lors d’un séminaire de Paris tenu en mars 2016. Lancé en novembre de la même année, cet appel contre la marchandisation de l’éducation a eu un écho favorable auprès de plus de 300 organisations dans 38 pays. « La présente activité servira de base de rencontre et de mobilisation de la société civile francophone. Elle sera un socle solide pour le plaidoyer et le développement de politiques éducatives conséquentes. Il convient de signaler que si le phénomène de privatisation grandissante de l’éducation s’est accentué en particulier dans les pays anglophones, il n’épargne guère les pays francophones où malheureusement, il ne suscite que peu de recherches », a regretté le secrétaire général du ministère de l’Education nationale, M. Ousmane Sow.

Selon lui, eu égard au retard accusé sur les pays anglophones, il devient urgent que des réponses pertinentes soient proposées au sein de la communauté francophone. « La présence et l’adhésion d’une centaine de délégués représentants de la société civile et des Etats de 26 pays où le français est largement utilisé, montre combien ce sujet est devenu une préoccupation dans l’espace francophone », a noté le représentant du ministre de l’Education nationale. Pour sa part, le président du conseil d’administration de la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep), Moussa Mbaye, a mentionné que dans le contexte actuel, plusieurs institutions influentes au plan international mais aussi des lobbies poussent nos pays à aller résolument dans le sens d’une commercialisation du secteur de l’éducation. Ils avancent, selon M. Mbaye, que l’éducation de qualité est coûteuse et que nos gouvernements ne sont pas en mesure de l’assurer seuls. « Malheureusement, l’observation des pays où ce phénomène est déjà très accentué montre que les solutions proposées par une certaine frange d’acteurs du secteur privé ont des impacts négatifs clairs qui aggravent l’inégalité et la ségrégation conduisant à la discrimination, à la commercialisation et à la déprofessionnalisation de l’enseignement », a-t-il déploré.

Droit à une éducation de qualité
A l’en croire, l’accès à l’éducation de qualité est un droit, et l’Etat en est le garant. Pour le Pca de la Cosydep, les plus démunis doivent activement être accompagnés. « Les écoles dites privées peuvent bien jouer leur partition, mais ne peuvent pas remplacer le public. C’est plutôt un choix complémentaire offert aux familles dans un contexte où elles peuvent aussi bien choisir une école publique bien dotée et où la qualité est assurée », a précisé M. Mbaye.

En ce qui le concerne, le président du conseil d’administration du Réseau africain de campagne sur l’éducation pour tous (Ancefa), Samuel Dembélé, a constaté pour le déplorer que malgré l’engagement de la communauté internationale en adoptant les Odd en 2015 assurant une éducation inclusive, équitable et de qualité et promouvant des opportunités d’apprentissage tout au long de la vie, la recrudescence des écoles privées et la marchandisation de l’éducation s’aggravent de jour en jour. « Nous avons constaté que des entreprises sillonnent les pays les plus faibles comme ceux d’Afrique pour essayer d’imposer un type d’éducation nouvelle qui serait vendu à de bas prix et qui pourrait remplacer à long terme la pertinence d’une éducation de qualité », a ironisé M. Dembélé.

Ndiol Maka SECK

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.