banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Appui aux institutions supérieures de formation : Le Pacer de l’Uemoa pour des formations de qualité dans la sous-région

04 Déc 2017
490 times

Le Programme d’appui et de développement des centres d’excellence régionaux (Pacer) de l’Uemoa, qui est dans sa deuxième édition, veut renforcer les institutions supérieures de formation pour qu’elles puissent offrir des formations de qualité.

Initiative de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), le Programme d’appui et de développement des centres d’excellence régionaux (Pacer) est toujours dans sa deuxième édition. Lancé depuis 2008, ce programme cherche à renforcer des institutions supérieures de formation déjà existantes pour que, dans l’espace communautaire des pays de l’Uemoa, les jeunes puissent bénéficier de formations de qualité.

Selon Emmanuel Barry, du Département du développement humain de l’Uemoa, les jeunes font souvent l’objet de critiques et sont ainsi obligés de partir à l’étranger pour subir des formations de qualité. Ce constat a amené l’Uemoa à aider certaines institutions supérieures de formation. « La Commission de l’Uemoa a pensé renforcer des institutions déjà existantes pour que nous ayons, dans notre espace communautaire, des institutions de calibre international afin de permettre à ces jeunes d’avoir toutes ces formations de qualité dont notre économie a besoin », a expliqué M. Barry qui a pris part, à Dakar, à une rencontre de validation de l’évaluation prospective du Pacer.

Cet atelier est organisé en partenariat avec le bureau Afrique de l’Ouest de l’Agence universitaire de la Francophonie (Auf). Spécifiquement, le Pacer a accompagné 12 centres d’excellence de 2008 à 2012. Ces derniers sont répartis dans les pays de l’Uemoa. « Ces centres ont bénéficié d’accompagnement financier. Ce sont nos ressources qui ont été mises à contribution pour permettre à ces institutions de se renforcer sur le plan technique et scientifique, avec un accent fort sur la formation des enseignants, pour nous assurer que les enseignants qui assurent la formation dans ces centres ont le plus haut calibre et se recyclent régulièrement en participant à des missions », a-t-il ajouté. Au Sénégal, il y a des centres labellisés depuis la première édition comme le Cesag et Africa rice à Saint-Louis qui sont des centres dans le domaine de la gestion et de l’ingénierie. D’autres institutions comme l’Institut supérieur de management et l’Ecole supérieure de commerce (Sup de Co) ont aussi bénéficié de l’appui du Pacer. Selon toujours Emmanuel Barry, les centres ne sont pas répartis proportionnellement à chaque pays. C’est un appel à candidatures qui est lancé et les centres déposent chacun un dossier. Ces dossiers sont évalués de façon totalement séparés de la répartition spatiale au sein de l’espace Uemoa. « Les centres labellisés au Sénégal le sont parce qu’ils répondent aux critères qui sont au nombre de cinq : la qualité des formations, la qualité des enseignants, la vision stratégique, la gouvernance et les partenariats. Cela, parce que nous estimons que les centres doivent rayonner », a-t-il avancé.

Oumar NDIAYE

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.