Burkini et fureurs

27 Aoû 2016
7365 times

Le Conseil d'Etat français, haute cour administrative, a mis un coup d'arrêt aux interdictions du burkini, à l'origine d'un débat fiévreux en France, en rappelant les maires au « respect des libertés garanties par les lois ». La France, qui se targue d’être le pays de la Liberté au point de l’inscrire dans sa devise, perd trop souvent la tête sur les sujets liés à l’islam. A gauche, à droite, au centre comme aux extrêmes, la manière de vivre des femmes musulmanes provoquent des éruptions colériques aux antipodes des traditions héritées de la philosophie des « Lumières ». Un ancien ministre de droite s’est même permis de dire stoïquement à la télé que « le burkini est un coup de canif porté aux valeurs de la République ».

Diantre, de quelle République parle-t-on ? De cette République qui tolère le nudisme sur certaines de ses plages, qui fait la queue dans les boites hot pour se rincer les yeux devant des strip-teaseuses… ? Quand on a la liberté de tout dévoiler, de se montrer nu(e) à la une de magazines grand public, bref de s’effeuiller comme un arbre en automne, on doit admettre le droit des autres à tout cacher. A moins que cette liberté clamée soit à géométrie variable. La philosophie des Lumières nous a appris que « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Une idée piquée au philosophe écossais John Stuart Mill et mal appliquée au pays de la « raison pensante ». Ici, au pays de Voltaire et de la guillotine, la part des uns n'est pas forcément la même que celle des autres. Cela dépend des rapports de pouvoir. Et c'est ce que l'on constate souvent lorsqu’il s’agit de traiter la question de l’Islam. Si on y respectait vraiment les libertés, la France serait à l’abri de beaucoup de fureurs.

Par Sidy Diop

Last modified on samedi, 27 août 2016 13:45
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.