Inhumanité

23 Nov 2016
3382 times

Vendredi dernier j'ai vu sur Facebook l'horreur à l'état pur : les photos d'un jeune garçon nigérian de 7 ans lynché puis brûlé vif par la foule pour avoir tenté de voler dans une boutique un peu de farine de manioc . J'étais saisi d'une rage impuissante et en même temps se bousculaient dans ma tête des questions qui peut-être ne trouveront pas de réponses. Comment peut-on laisser dans un pays commettre un crime aussi révoltant et odieux? Ceux qui l'ont perpétré avaient-ils une once d'âme ? Qui est le monstre qui a pris les photos de l'enfant martyrisé pour les mettre en ligne? Ce pauvre garçon sans doute tenaillé par la faim a voulu commettre ce menu larcin pour survivre dans un Nigeria frappé de plein fouet par la baisse des prix du pétrole et le désordre économique et social consécutif aux actions de Boko Haram. Une simple admonestation ou de petites claques auraient suffi pour lui faire comprendre que ce qu'il voulait faire est interdit. Mais au lieu de cela, la foule s'est acharnée sur lui avec une violence inouïe. En me remémorant le sacrifice du jeune Ikemefuma dans "Le monde s'effondre" le roman éponyme de Chinua Achebe, j'ai cru trouver une explication partielle à un acte qui avait peut-être de profondes racines sociologiques. On dit que la foule est bête car au moment où elle brûlait le corps du petit garçon à cause de quelques grammes de farine de manioc sait-elle combien de dizaines de milliards de dollars ont été volés au Nigeria par des politiciens, des officiers et des hommes d'affaires véreux ? De l'argent qui aurait pu assurer le ravitaillement du pays en farine de manioc pendant des décennies ou faire construire écoles, hôpitaux et routes à foison.

Enfin je ne peux m'empêcher de me poser une dernière question : quel est l'avenir d'une société où pour une pincée de farine on brûle vif un petit garçon dans la rue ?

Il faut également ajouter que la série de meurtres commis à Dakar et à l'intérieur du pays ces derniers jours peut être rangée dans un rayon voisin de ce qui est dénoncé plus haut.

Par Ibrahima MBODJ

Last modified on mercredi, 23 novembre 2016 09:19
Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.