Réintégration du Maroc à l’Ua : Un retour sur la scène africaine en plusieurs actes

30 Jan 2017
3527 times

Certains ont parlé de la revanche du Maroc, d’autre d’un retour normal de ce pays au sein de l’institution panafricaine. Pour ce 28ème Sommet des chefs d’Etats de l’Union africaine, prévu les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, siège de l’institution, le dossier du retour du Maroc sera l’un des premiers points de l’ordre du jour. Déjà ce retour du Maroc sur la scène de l’Union africaine s’est joué en plusieurs actes. A Kigali d’abord, en juillet dernier, pour le 27ème Sommet, le Maroc a fait part de sa volonté de revenir dans l’organisation panafricaine pour retrouver sa place de membre. Une qualité de membre qu’il avait quitté en 1984 suite à l’admission de la République arabe Sahraouie démocratique (Rasd à l’Oua.

La République Sahraouie, territoire coincée entre la Mauritanie et le Maroc, revendique, depuis longtemps, son indépendance alors que le Maroc estime que cette zone est une partie intégrante de son royaume. L’autre acte de la réintégration du Maroc au sein de l’Ua s’est joué en coulisse avec la transmission, par courrier, de sa demande officielle d’adhésion adressée à la présidence de la Commission de l’Union africaine. Une demande qui doit être avalisée par les chefs d’Etats dont un grand nombre est pour le retour du royaume chérifien au sein de l’organisation panafricaine. C’est lors de ce sommet d’Addis-Abeba que la décision sera prise. Pour l’instant, le roi du Maroc, Mohamed VI, est déjà à Addis-Abeba pour la concrétisation de cette réintégration. 28 pays avaient signé une pétition demandant l’exclusion de la République arabe Sahraouie démocratique (Rasd) de l’instance continentale suite à l’éventuelle réintégration du Maroc.

Ce 28ème Sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine, en plus de choisir le prochain président de la Commission africaine, devra aussi statuer sur cette question.

O. NDIAYE

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.