Témoignages des amis et proches : Abdoulaye Bathily, un homme de principe, de rigueur et de conviction

30 Jan 2017
4923 times

Sur l’esplanade Amadou Aly Dieng de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), contigüe à la cafétéria, le Pr Abdoulaye Bathily a laissé le souvenir d’un homme de principe, de rigueur et de conviction. Ici, tous le connaissent ou l’ont côtoyé comme collègue ou comme étudiant.
C’est le cas du Pr Mamadou Ndiaye, médiateur de l’Ucad et enseignant au département de Linguistique, du Pr Yakham Diop, ancien ambassadeur du Sénégal en Guinée et enseignant au département de Géographie, du Pr Aboubakr Moreau, enseignant au département d’Anglais, et du Pr Chérif Daha Bâ, enseignant au département d’Histoire, directeur de l’Enseignement supérieur public et ancien étudiant d’Abdoulaye Bathily.

Le Pr Mamadou Ndiaye côtoie le Pr Bathily depuis les années 80 et remue ses souvenirs. « Il ne change pas dans son rapport avec l’autre : il prend toujours le temps de prononcer votre nom, de discuter, et de prendre des nouvelles de la famille. Il est humain et on peut faire confiance à l’homme de principes et de rigueur ». Le Pr Yakham Diop juge son collègue comme « un homme de conviction qui a construit beaucoup de choses à partir de principes ». Il estime que l’Union africaine a besoin de cette vigueur dans l’éthique. « Bathily a fait preuve d’intelligence pour offrir une synthèse de l’homme africain. Ses qualités intellectuelles, son combat politique et la délicatesse avec laquelle il a su entretenir des relations doivent lui permettre d’occuper de hautes responsabilités sur le plan continental. Nous avons espoir qu’il soit élu et nous prierons pour que ses actions futures rendent l’Afrique plus heureuse et plus optimiste », ajoute-t-il.

Son ancien étudiant, le Pr Chérif Daha Bâ, affirme que le Pr Bathily est « un homme à la fois imposant et très attachant ». Il se souvient qu’en première année, aucun étudiant ne voulait rater son cours sur l’Apartheid et que dans l’amphi, le Professeur ne prenait même pas de micro, tellement ses camarades et lui l’écoutaient dans un silence religieux. Les jours de grève, les étudiants s’organisaient en brigades de vigilance pour garder l’amphi et faire barrage à ceux qui voulaient les déloger. Cela en dit long sur l’homme. En plus de lui avoir inoculé la passion de l’Histoire, le Pr Bathily a aussi lu et annoté la thèse de Doctorat de son ancien étudiant.

Sur le plan des qualités morales, le Professeur Bathily est vu à l’Université de Dakar comme quelqu’un qui est « attaché à ses amitiés ». Sur l’esplanade, tous les enseignants témoignent qu’il ne vient jamais au département d’Histoire sans passer dire bonjour à Al Ousseynou Kane, le gérant de la cafeteria de la Faculté des Lettres et Sciences humaines. Ce qui en dit long sur l’homme, là aussi. « Il transcende, en effet, les catégories sociales. Il est transversal. Ses relations sont toujours horizontales, jamais verticales », dit le Pr Chérif Daha Bâ. Le jour où il prenait congé du département d’Histoire pour sa retraite d’enseignant, le Pr Bathily a ému tout le monde universitaire en informant qu’il ne demandera pas une prolongation de son contrat, pour qu’on puisse recruter un autre enseignant à son poste. Et qu’il souhaitait simplement que l’administration veille scrupuleusement au profil de son remplaçant.

Al Ousseynou Kane, justement, l’ami du Professeur, termine de remplir les petites bouteilles de « bissap » qu’il rafraîchit avant de les servir aux clients, pour l’essentiel des enseignants et des étudiants. Sur les murs de son troquet universitaire, des couvertures d’ouvrage édités par les enseignants de la Faculté, des affiches de publicité de spectacle des Frères Guissé et autres fanzines. Il enlève son tablier, s’essuie les mains dessus et vient me parler. Le Pr Bathily et lui se connaissent depuis 1972. A cette époque, se souvient-il, Abdoulaye Bathily était Assistant au département d’Histoire et chercheur à l’Ifan. Il venait chez lui comme client. Un jour, il lui demanda d’où il était originaire et lui promit qu’il viendrait lui rendre visite à son village d’Agnam Thiodaye. Mais, leur amitié a été scellée le 12 août 1972, lorsque surgit, dans la cour de la concession paternelle, Bathily et une délégation de la Ld/Mpt, parti dont il était le secrétaire général adjoint, le secrétaire général étant Babacar Sané.

Un panafricaniste
Al Ousseynou se souvient encore de cette date comme si c’était aujourd’hui. « Il m’avait honoré, il avait aussi honoré mon village », dit-il, ému. Les présentations sont faites entre le père du cafetier, chef du village, et Bathily accompagné, entres autres, de Mamadou Ndoye. Dès lors, Kane adhéra au parti et Bathily et lui ne se sont plus quittés. « Je le connais bien, dans toutes ses dimensions. C’est un homme de parole, un homme d’honneur, qui respecte l’amitié, respecte l’être humain et ses camarades de parti. Il respecte tout le monde, sans discrimination. Quand vous l’appelez au téléphone, et qu’il n’est pas disponible, il vous rappelle toujours. C’est un homme de bien, sa parole est sacrée », dit-il avec le sourire. Kane confie que chaque année après sa première visite, le Pr Bathily est repassé chez lui à Agnam Thiodaye, même quand lui-même ne s’y trouvait pas. Lorsqu’Abdoulaye Bathily est entré dans le gouvernement de majorité présidentielle élargie de Diouf, en 1993, comme ministre de l’Environnement, c’est à Agnam Thiodaye qu’il a tenu le premier Forum de l’environnement. A la Conférence de Rio (Ndlr : en réalité, le deuxième Sommet de la Terre sur l’environnement et le développement, à Rio en 1994, la seconde conférence des Nations unies après Rio 1992), Bathily a cité le forum et le village dans son discours, raconte-t-il avec fierté. De son côté, il a agrandi la popularité de la Ld/Mpt dans son terroir, de Oréfondé à Matam, en passant par Thilogne, Bokidiawé, Ourossogui et les Agnam. Au décès de son père, accompagné de leur camarade Yéro Deh, Bathily est venu présenter ses condoléances et réconforter la famille de son ami. « Il ne m’a jamais trahi et moi non plus. Et il passe toujours dans ma cafeteria pour me saluer. Selon les vœux de mon père, seule la mort nous séparera », affirme-t-il.

Kane prie Dieu que son ami soit élu à la tête de la Commission de l’Union africaine, car toute sa vie, dit-il, « Bathily a lutté pour l’Afrique et il est un panafricaniste convaincu ». Ses collègues de la Faculté des Lettres et Sciences humaines lui souhaitent d’obtenir le poste qu’il convoite, car « il le mérite » et s’il est élu, « il apportera beaucoup à l’Afrique, car il la connait bien ». Le Pr Chérif Daha Bâ dit que personnellement, il lui doit beaucoup, « parce qu’il nous a bien formés ». Il lui souhaite bonne chance et très longue vie pour pouvoir piloter les grands dossiers du continent.

Fiabilité et vision
Sur le plan politique, les idées avant-gardistes du Pr Bathily, son discours engagé et ses idées claires tranchent par rapport à la réalité sénégalaise. Pour les reporters de la grande époque de la Ld/Mpt, comme pour les étudiants de l’Ucad, Bathily est vu comme un homme courageux, qui n’hésitait pas à affronter la répression dans les manifestations politiques sans jamais dévier. Yéro Deh, ancien ministre de la Fonction publique, de l’Emploi et des Organisations syndicales, et compagnon politique du secrétaire général Bathily, au nom de la Ld-Mpt, dit de lui qu’il est « un homme fiable » et « un vrai panafricaniste ».

Grâce à Bathily, confie Yéro Deh, « notre parti a noué des relations avec beaucoup d’hommes politiques en Afrique, notamment dans les pays anglophones, justement en raison de son engagement politique lorsqu’il était étudiant à Dakar et en Angleterre. Il a connu ces anglophones en Angleterre et il y a tissé d’importants réseaux avec les camarades engagés dans la lutte contre l’Apartheid et pour la libération des colonies britanniques et lusophones. Ses convictions panafricanistes sont réelles, de longue date, et l’ont mobilisé sur plusieurs fronts, c’est indéniable. Même devenu Professeur d’histoire, il a continué d’effectuer des voyages dans plusieurs pays comme l’Afrique du Sud, l’Angola, le Mozambique, la Namibie, etc. Grâce à ses réseaux africains, nous avons tissé beaucoup de contacts et même avec certains mouvements politiques africains et leaders ».

Yéro Deh est certain qu’Abdoulaye Bathily a « une vision » et « ses convictions propres » de ce que doit devenir l’Afrique aujourd’hui. Le compagnon de Bathily pense que la dernière étape qu’il a faite au Mali (Minusma) et en Afrique centrale en tant que représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations unies et représentant spécial du secrétaire général de l’Onu lui a donné « une vision plus objective des difficultés auxquelles ces pays sont confrontés » et que s’il était élu, c’est une expérience qui pourrait lui être très utile. « Il a gardé les pieds sur terre et a une idée de la difficulté de changer les choses en Afrique », assure-t-il. De l’avis de son compagnon de route, Bathily possède un background et une expérience avérée des problèmes africains. « Il est déjà connu de beaucoup de chefs d’Etats africains qui sont ses amis. Il peut les aider au mieux à préparer leurs décisions, même si, en définitive, ce sont les chefs d’Etats qui décident et que lui aura la tâche de mettre en œuvre ».

Selon Yéro Deh, Bathily a des chances. D’abord, parce que l’Etat du Sénégal s’est bien mobilisé pour lui, que la Cedeao a donné son appui « sincère » et que certains autres chefs d’Etat soutiennent sa candidature. « Sans aucun doute, il pourra mener sa mission à bien. On espère et on prie. Et on est certain que s’il est élu, il fera le job ».

D. M. Fall

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.