Anciens présidents de la Commission de l’Union africaine

30 Jan 2017
5571 times

Amara Essy, Côte d’Ivoire (2002-2003)
Amara Essy doit-il être considéré comme le premier président de la Commission ? Pour certains, oui, pour d’autres, non, parce que le diplomate ivoirien n’a assuré que l’intérim avec la transition de l’Organisation de l’unité africaine (Oua) à l’Union africaine (Ua). Secrétaire général de l’Oua à 2001, il devient président de la Commission en 2002. En 2003, l’ancien ministre des Affaires étrangères ivoirien est remplacé par Alpha Oumar Konaré.

Alpha Oumar Konaré, Mali (2003-2008)
Figure de proue de la renaissance démocratique malienne après la dictature de Moussa Traoré, Alpha Oumar Konaré a été presque le premier président de la Commission de l’Union africaine après l’intérim d’Amara Essy. Tout juste après son départ de la présidence malienne, en 2002, suite à ses deux mandats, il est choisi par les chefs d’Etat africains pour diriger la Commission de l’Union africaine pendant 5 ans.

Jean Ping, Gabon (2008-2012)
Longtemps ministre des Affaires étrangères de son pays, Jean Ping qui a été candidat malheureux à la dernière présidentielle au Gabon a eu à diriger la Commission de l’Union africaine. Suite au départ du malien Alpha Oumar Konaré, il lui a succédé et a géré, pendant 4 ans, la présidence de la Commission de l’Union africaine de 2008 à 2012.

Nkosazana Dlamini-Zuma, Afrique du Sud (2012- 2016)
Première femme à diriger une grande institution panafricaine, Nkosazana Dlamini-Zuma a la particularité d’être l’ex-femme du président Sud-africain, Jacob Zuma.
Depuis 2012, elle dirige la Commission de l’Union africaine. Après un seul mandat, elle quitte ainsi ce poste qui sera mis en compétition ce 31 janvier à Addis-Abeba.
Certains lient son départ à la préparation de la succession de son ex-mari à la tête de l’Afrique du Sud et dont elle serait une sérieuse prétendante.

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.