Agenda 2030 des Odd : l’Afrique doit miser sur sa jeunesse

15 Avr 2017
1499 times

« S’il est vrai que la jeunesse soit un défaut, on s’en corrige bien vite ».

Cette maxime du penseur allemand Goethe excipe à la fois la sensibilité de cette phase fondamentale de notre vie, mais en célèbre pour autant sa capacité de résilience. Cependant, dans ce continent, la jeunesse continue d’être une problématique alors qu’en réalité elle est la solution. Sous le préau de la tradition, elle a été souvent malencontreusement réduite au silence. Nous avons vécu des meurtrissures dans le passé qui ont logé un fardeau dans la conscience collective de ce continent.

Nous avons la chance inouïe de prendre un autre départ dans ce siècle qui est dit le nôtre par tous les « experts » sérieux. La raison principale de l’implosion probable de ce potentiel en latence demeure la puissance démographique continentale qui est capable de se mouvoir en une force économique jamais égalée.

Avec ce millénaire, l’Afrique peut reprendre le témoin de la puissance en valorisant sa jeunesse, en lui dotant d’outils nécessaires comme l’éducation (Odd 4) qui lui permettra de compétir à armes égales avec le reste du monde. Rappelons-nous de l’injonction du savant Cheikh Anta Diop. « Accédez à la connaissance directe », aimait-il dire. Il faudrait ajouter à cela l’association de la majorité de l’effectif continental dans les décisions politiques qui impactent directement leur vie.

Par ailleurs, la jeunesse doit bousculer les lignes, s’inviter au débat concernant la trajectoire de ce continent, refuser de servir uniquement de remparts à certains politiciens en perte de vitesse arrivés au crépuscule de leur élan militant, mais de compter réellement avec une véritable capacité de propositions et d’actions en faveur de la communauté.

2015 fut un tournant décisif avec l’adoption, en septembre, des Odd à la suite des Omd. Nous y voilà pour le Gros plan du monde jusqu’en 2030. Devrons-nous encore demeurer spectateurs, juchés aux gradins de l’histoire et applaudissant perpétuellement ? Cette posture passive, qui est surtout plausible en Afrique francophone, doit cesser. Ces 17 Odd choisis auront, pour la plupart, l’Afrique comme théâtre d’opération. Nous sommes à une autre époque où le paternalisme est anachronique. La co-construction est le nouveau paradigme qui doit déterminer nos rapports avec le Nord.

L’efficience de cet agenda est possible sous nos cieux si on se l’approprie par une participation active dans l’application, le suivi comme l’évaluation. Bien sûr, le support de nos États est fort utile. Dans cette perspective, le Sénégal dont la diplomatie est fort dynamique est appelé à assurer le leadership de l’agenda en Afrique de l’Ouest.

Il est temps que l’on refuse, qu’on réfléchisse à notre place et qu’on nous impose un canal d’évolution. Les défis qui interpellent notre continent sont innombrables. La jeunesse coachée, consultée et valorisée peut porter nos rêves, car elle verra l’implication à égale dignité des femmes. Qui prend soin d’une femme, augure un avenir radieux à la communauté. Pilier de la famille, le progrès sur ce continent n’a pas encore suffisamment nanti la femme.

En effet, des milliers de femmes subissent, dans un silence absolu, des maux douloureux qui démangent leur psyché et affectent leur état physiologique. Au 21e siècle, dans les contrées lointaines de l’Afrique subsaharienne, subsistent des drames. Des femmes accouchent dans des conditions précaires, obligées de souffrir en silence et de porter en bandoulière leur dignité pour ne pas violer les piliers sociaux « machistes ».

Elles sont, par ailleurs, capables de tenir la barque familiale, « assimilant » rapidement leur douleur. Elles sont aussi capables de rejoindre les champs et de prendre soin des concessions. Ce qui relève d’une bravoure, voire d’un exploit, en comparaison à l’aisance dans laquelle évoluent certaines femmes sous d’autres cieux. Un saut massif de la jeunesse africaine, pour influer sur l’orientation de cet agenda, est attendu, afin que les décisions qui seront prises d’ici la mise en œuvre de cette feuille de route rencontrent nos intérêts.

Par Thierno Souleymane Diop NIANG
Délégué du Sénégal au Festival Mondial des Idées/Global Festival
of Ideas /Mars 2017 Bonn / Germany /
ODD agenda 2030 Email :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.