Discours parallèle

11 Sep 2017
1116 times

« Le gouverneur du Sénégal et Dépendances a l’honneur de porter à la connaissance du public les événements survenus dans le Cayor pendant ces derniers jours. Le lundi 25 octobre (1886), Latdior recevait à Diadhe, près de Soguère, notification de l’ordre lui enjoignant de sortir du Cayor, conformément aux traités. Latdior feignit d’obéir et partait presque seul dans la direction de l’Est, à Dékhelé, où il avait envoyé déjà sa famille et ses guerriers.

Les hommes de Demba-War et des autres chefs, appuyés par 45 spahis sous les ordres de M. le Capitaine Vallois, suivaient Latdior à distance pour s’assurer qu’il quittait bien le Cayor, et surtout pour empêcher tout retour offensif vers la voie ferrée. La précaution n’était pas inutile, ainsi qu’on avait pu le croire tout d’abord. En effet, le 27 au matin, avant l’arrivée des spahis à Dékhelé, Latdior ramenait ses gens à Thilmakha, cherchant ainsi à revenir dans le Cayor. A midi, croyant surprendre les spahis, il se ruait sur eux avec la rage du désespoir. Le combat, très acharné, a été pour nous une victoire éclatante. Latdior, ses deux fils et 78 de ses guerriers sont restés sur le terrain. Les spahis sont rentrés à N’dande ». Le gouverneur du Sénégal et Dépendances, Genouille, nous livre son récit des événements paru dans « son » journal officiel, le « Moniteur du Sénégal et Dépendances »

Un autre avis, paru le 4 novembre 1886 dans cette même courroie de transmission, s’employa très vite à s’assurer contre le risque de mythification de cette figure guerrière du dix-neuvième siècle : « Quelques individus répandent le bruit que Latdior n’est pas mort. Ces individus mentent. Avant d’être enterré, Latdior a été reconnu par plusieurs Spahis et par des chefs du Cayor, tels que Demba-War Sall et Ibra-Fatim Sarr ». Les puissances de « formatage » nous ont habitués à leur narration. Cela ne semble pas avoir trop évolué. La question est moins le déboulonnement, par exemple, d’une statue qui fait partie de notre cheminement collectif. Car, quand l’horreur des sévices et de la dépossession est célébrée par ceux qui étaient censé apporter la civilisation, nous qui en sérions dépourvus, pouvons tirer fierté de notre humanité. Boulonnons de nouveau, rions de leur prétention et laissons-les s’accrocher à cette illusion. Que faisons-nous de notre mémoire, de nos héros ? Là est la question. Il ne s’agit pas seulement de les faire découvrir, dans des classes, à des mômes que cela ennuierait de toute façon dans un contexte d’abêtissement collectif.

Il faut les célébrer grâce à notre faculté de semer des graines dans les sillons des valeurs que les récits de leurs vies de refus promeuvent. Lat Dior Ngoné Latyr Diop est mort mais il ne doit pas disparaître, quels que soient les doutes légitimes que l’on peut exprimer sur son œuvre guerrière, ses ambitions…Il n’y a de mythe que celui-là fabriqué. Nous ne nous rapportons pas assez à notre mythologie pour bâtir notre « mémoire-accotoir ». Napoléon Bonaparte, l’empereur français, était un personnage trouble, de mœurs relâchées à en croire certains de ses biographes. Et pourtant… ! Il n’est point question ici de dire qu’il faut transformer le récit de notre aventure collective en des hagiographies ombrageuses. Il faut, à côté de la statue de Faidherbe, nous adresser à nous-mêmes un autre discours ; celui qui nous réconcilie avec nous-mêmes. Nous ne pouvons l’interrompre subitement mais nous sommes en mesure d’en proposer un autre et de le mettre en lumière.

Par Alassane Aliou MBAYE

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.