Impossible bonheur

14 Sep 2017
2186 times

Favori pour garder les buts de l’équipe nationale d’Allemagne de football à la coupe du monde 2010, le « goalkeeper » du club de Hanovre 96, Robert Enke, se suicidait le 10 novembre 2009 à l’âge de 32 ans en se jetant sous un train à quelques mois de ce rendez-vous. Cela suscita un certain émoi. A cause d’une fracture d’une côte, celui qui était appelé à le suppléer René Adler dut déclarer forfait. La Mannschaft perdit ses deux premiers gardiens. Manuel Neuer, troisième dans la hiérarchie des portiers, fut désigné titulaire du poste. Il devint l’indéboulonnable dernier rempart. Il tira parti de ces aléas pour écrire son histoire. Son talent a fait le reste. Que n’aurait-il pas entendu sous nos cieux ? On l’aurait déshonoré par des médisances. Les langues papelardes et malveillantes s’en seraient doucereusement émues. Les pique-assiette, entremetteurs auprès des charlatans vivant de nos anxiétés, se seraient servis de ces événements pour se mettre en lumière sur leur scène de prédilection : les intrigues.

Cette exaltation de l’irrationalité, vestige de notre aventure collective qui la légitime comme pratique convenable, traduit notre rapport au destin, nos appréhensions embrouillées ; brèche dans laquelle s’engouffrent des oiseaux de bons et de mauvais augures, marchands d’illusions et accusateurs inconsidérés de torts. « Dañ la ligëy » (on t’a jeté un mauvais sort). Cette affirmation lourde de conséquences est, sous nos tropiques, aussi banale que pernicieuse. Il n’est nullement question, ici, de nier l’existence du savoir ésotérique et des pratiques occultes qui ne sont point l’apanage des Africains et de la misère du monde. De valeureux hommes en ont été affectés.

Il y a parmi nous, pauvres mortels, des êtres d’une intelligence si épaisse que le Tout-Puissant Seigneur convierait au banquet de la peine et de la veine à distribuer aux gens d’ici-bas. Et eux, détenteurs d’une légitimité conférée par la pénombre de notre crédulité et de nos espoirs résidant dans notre « fléchissement mental » et par « quelque chose » qu’ils savent débiter ou gribouiller, décident de nos destins. Ils les prennent en main. Ils dessinent les visages malfaisants (la coépouse, le collègue, le voisin envieux, l’ami intime, peut-être même l’époux qui trahira) et nous bercent de douces illusions. L’espoir, le désespoir, les violentes angoisses et les ambitions dévorantes fondées sur un « moi à être » agissent sur notre faculté de discernement sans laquelle toute proposition est admise comme une évidence ; même si elle est émise par la bouche du charlatan qui trouve, sous nos cieux, un cadre propice d’expression de sa sordidité.

Nous développons une psychose chronique, souffrons de paranoïa et nous engageons dans une éternelle lutte intestine. Et nous oublions l’essentiel : vivre. Car, nous voyons « noon yi » (les ennemis) partout. Le jeune garçon, brillant élève, devra se prémunir contre le « Thiat » (mauvais œil) ! Il grandira et trouvera un travail. On lui dira que ses collègues sont un obstacle à la carrière que lui a promise le devin ! Il faudra aussi qu’il se « blinde » contre ses demi-frères, ses sœurs et ses voisins jaloux de le voir conduire une rutilante bagnole et d’avoir à ses côtés une aguichante dame que l’oracle avait choisie pour lui au détriment de l’autre qui lui aurait porté la poisse. La fraîche épouse, elle, se démène avec sa phobie des jaloux avant même de jouir de son mariage. Nous ne savourons pas le temps de bonheur. Pourquoi y aurait-il forcément des forces qui s’y opposent ? Aspirer à accéder à la plénitude ici est un mirage.

Par Alassane Aliou MBAYE

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.