Energie renouvelable et efficacité énergetique : La Cedeao vise l’accès universel en 2030

12 Oct 2017
1417 times

La communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), dans un Forum lancé, hier, à Dakar, sur «les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique», a indiqué que l’objectif est d’atteindre l’accès universel à l’énergie en 2030 dans la zone. Pour ce, la Cedeao veut profiter des énergies renouvelables en augmentant leur part dans le mix énergétique.

Le Centre pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique de la Cedeao (Ecreee) organise, à Dakar, depuis hier jusqu’au vendredi, le Forum des énergies renouvelables. Compte tenu du potentiel en énergie naturelles que compte la sous-région, le Commissaire chargé de l’énergie et des mines de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), a indiqué que l’objectif de l’accès universel à l’énergie en 2030 est à portée de main.

Morlaye Bangoura a rappelé aussi que ces objectifs comprennent l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix de l’électricité globale de la région à 35% en 2020 et 48% en 2030 en intégrant les grandes centrales hydroélectriques. Dans ce sens, le Commissaire de la Cedeao, chargé de l’énergie et des mines, Morlaye Bangoura, a félicité les États membres pour les progrès impressionnants qui ont été réalisés dans l’élaboration de leurs prospectus d’investissement. «Cet effort est un élément essentiel de la mise en œuvre de la Politique des énergies renouvelables de la Cedeao (Erep) et de la politique d’efficacité énergétique de la Cedeao (Eeep), adoptées par la Conférence des chefs d’États et de gouvernements en juillet 2013, ainsi que l’Initiative énergie pour tous (SE4AII) dans la région», soutient le Commissaire de la Cedeao. Il poursuit que ces prospectus d’investissement dans la région permettent d’identifier et de développer un ensemble de programmes et de projets réalisables permettant ainsi aux États membres d’atteindre leurs objectifs en assistance technique et renforcement de capacité. Ces prospectus devraient aussi permettre, selon M. Bangoura, au secteur financier de saisir les formidables opportunités disponibles dans le secteur de l’énergie de l’Afrique de l’Ouest.

Destination pour les investissements énergétiques durables
Dans l’efficacité énergétique aussi, la Cedeao a comme objectif de mettre en œuvre les mesures permettant de libérer une capacité de production de 2000 mégawats d’ici à 2020 et de doubler le taux d’amélioration de l’efficacité énergétique d’ici à 2030. Le Commissaire en charge de l’énergie et des mines de la Cedeao révèle aussi que «l’ambition et de devenir la première destination pour les investissements énergétiques durables dans un avenir proche». Pour atteindre ces objectifs, il demande aux gouvernements de la zone de «fournir des incitations adéquates pour engager le secteur privé, s’efforcer de diversifier l’approvisionnement énergétique et d’encourager l’intégration régionale». Il invite aussi le secteur privé africain à se joindre aux financements de l’ensemble des projets estimés dans la zone Cedeao à plusieurs centaines.

A son tour, le spécialiste principal de la Banque mondiale en énergie, Raihan Elahi, a souligné que l’Afrique est un continent riche de ses ressources hydriques, éoliennes et solaires et c’est à elle de décider comment opérer la transition énergétique. Abondant dans le même sens, le chef de la Délégation de l’Union européenne (Ue) au Sénégal, Gonzalo Ducay, estime qu’il n’y a point de développement économique et social sans accès à l’énergie d’où la nécessité pour la Cedeao de profiter du secteur des énergies renouvelables. Pour lui, c’est un secteur qui, en plus de permettre l’accès universel à l’électricité, crée beaucoup d’emplois. A titre d’exemple, Ducay rappelle que les entreprises du secteur des énergies renouvelables de l’Ue ont un chiffre d’affaires annuel de 130 milliards d’euros. Invitant les pays de la Cedeao à avoir une stratégie commune, le chef de la Délégation de l’Ue au Sénégal rassure sur le soutien de leur institution. Toutefois, il prévient : «L’aide publique accompagne les efforts de développement, mais elle ne peut pas remplacer ces efforts. Le développement de l’Afrique viendra de l’Afrique et devra être porté par le secteur privé».

Le directeur de Cabinet du ministre du Pétrole et des Énergie renouvelables du Sénégal, Mouhamadou Diop, présidant le lancement du Forum, a regretté le fait que «notre sous région souffre d’une pauvreté énergétique alors qu’elle dispose d’un énorme potentiel d’énergie solaire, hydraulique, éolienne». C’est pourquoi, dit-il, nous devons nous engager à accélérer l’objectif de l’accès énergétique aux services énergétiques à l’horizon 2030. «Pour atteindre ces objectifs, le Sénégal, à l’instar des autres pays de la Cedeao, a développé et validé son plan d’actions sur les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et vient de finaliser son prospectus d’investissement», indique le directeur de Cabinet du ministère du Pétrole et des Énergie renouvelables du Sénégal.

Oumar KANDE

Last modified on jeudi, 12 octobre 2017 14:54
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.