Repenser la Fidak

02 Jan 2018
1842 times

La 26ème édition de la Foire internationale de Dakar est officiellement clôturée ce 31 décembre 2017. Même si une prolongation d’une semaine est accordée aux commerçants qui souhaitent écouler leurs stocks. Seulement, l’édition de cette année a démarré avec beaucoup de perturbations dues notamment au retard accusé sur les bagages de bien d’exposants étrangers. L’ouverture de l’Aéroport international Blaise Diagne suivie de la grève des aiguilleurs du ciel sont passées par là.

Annoncé pour présider l’ouverture de la foire de cette année, le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, n’est finalement pas venu. Plusieurs membres du gouvernement semblent lui avoir emboîté le pas. Très peu de départements ministériels ont exposé cette année, à l’exception de l’Economie, des Finances et du Plan, de l’Environnement, de l’Education nationale, du Tourisme, de l’Artisanat, etc. Le pavillon Brun avait l’air d’une coquille vide. L’absence serait due à des contraintes budgétaires auxquelles ces ministères seraient confrontés à cette période de l’année.

Toutefois, cela ne peut guère justifier leur boycott de la foire. Car, aujourd’hui, plus que jamais, la Fidak a besoin d’être accompagnée et soutenue. Il s’agit de faire en sorte que cette foire de Dakar redevienne la vitrine commerciale qu’elle a été plusieurs années durant. Mais aussi, soutenir la Fidak c’est aussi faire la promotion du tourisme sénégalais, de notre artisanat, notre savoir-faire et faire de Dakar une place incontournable dans le domaine des échanges commerciaux. Pour le moment, tel n’est pas le cas.

Toutefois, pour redonner à la Foire de Dakar ce second souffle dont elle a besoin et attirer davantage de pays étrangers, il y a lieu de revoir un certain nombre de choses. La première c’est la périodicité de l’évènement, car l’annualisation de la Fidak n’a guère donné les effets escomptés. Ensuite l’organisation mérite d’être revue, corrigée même si cette année des efforts considérables ont été effectués sur l’hygiène. Enfin, le Cices qui abrite la foire a besoin d’un coup de neuf sur la plupart de ses infrastructures. Après une quarante d’années d’existence, il y a lieu de repenser la Foire, en tenant compte de l’évolution du monde.

A ce titre, on peut s’inspirer de la République d’Egypte qui a été choisie comme invitée d’honneur de cette année. Le pays des Pharaons a répondu à l’appel en mobilisant plusieurs de ses entreprises. Cette participation sans faute de l’Egypte nous rappelle le besoin impérieux d’être exigeant sur nous-mêmes. C’est le seul gage pour que les autres éditions soient une réussite totale.

Par Maguette NDONG

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.