Point de mire : Lutter contre la corruption, un impératif en Afrique (Par Daouda Mané)

29 Jan 2018
8993 times

Durant ce 30ème Sommet de l’Union africaine, en Ethiopie, l’organisation panafricaine a enfin décidé de prendre le taureau par les cornes pour lutter contre la corruption, qui mine les efforts de développement du continent. En l’inscrivant dans son ordre du jour, elle donne un peu d’espoir aux Africains qui ne cessent de dénoncer le phénomène devenu un véritable fléau. Tant la corruption a atteint « des proportions alarmantes en Afrique » (dixit Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Ua. Selon lui, la corruption couplée avec les flux financiers illicites, prive l’Afrique d’à peu près 50 milliards de dollars américains, soit au minimum 25.000 milliards de FCfa par an. Un chiffre qui fait froid au dos. Et pourtant, on a l’impression que le phénomène est banalisé tellement il est présent dans notre quotidien. Cette corruption est à la fois active (proposer de l’argent ou un service à une personne en échange d’un avantage indu) ou passive (accepter cet argent).

Certes, la corruption existe dans tous les pays (riches ou pauvres), mais elle semble trouver un terreau fertile dans ceux plus pauvres marqués par la mal gouvernance, la racine du mal. Quoi qu’il en soit, elle transgresse toujours la frontière du droit et de la morale. C’est pourquoi la décision de l’Ua est à saluer, même si, il ne faut pas se voiler la face, certains de nos chefs d’Etat sont empêtrés dans des procès de corruption ou accusés d’enrichissement illicite.

Lutter contre la corruption est un impératif pour un continent si riche en matières premières (qu’il n’arrive pas à transformer), très riche de ses ressources humaines et de ses très imaginatifs jeunes, mais un continent si endetté. Or, cette manne financière qui échappe à nos trésors publics aurait pu servir à construire plus d’écoles, d’hôpitaux, de routes, à financer les projets continentaux, la sécurité, à éviter l’humiliation de la main tendue, mais surtout de créer des emplois aux jeunes et aux femmes, ce qui pourrait mettre fin à ces images insoutenables de Noirs agglutinés dans des barques de fortune pour essayer de rejoindre l’Europe, devenue de plus en plus inhospitalière. Faut-il rappeler aux Africains que c’est l’argent qu’ils cachent en Occident ou ailleurs qui est utilisé par ces derniers pour se développer et venir les dominer encore ?

Pendant ce temps, faute d’épanouissement des populations, la démocratie et l’Etat de droit sont sapés, les droits les plus élémentaires mais fondamentaux (éducation, santé, alimentation…) sont bafoués. La qualité de vie se dégrade et la criminalité organisée, le terrorisme et d’autres menaces pour la sécurité humaine s’intensifient. Nos pays deviennent alors de plus en plus instables, comme le fait remarquer l’Onu. Autant dire à nos dirigeants que cette lutte est celle qui vaille et que leur décision ne soit pas un simple vœu. La jeunesse africaine attend d’eux plus des actes que des vœux.

Par Daouda Mané

Last modified on lundi, 29 janvier 2018 13:36
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.