Bintou Traoré, séropositive : La crainte de dévoiler son statut sérologique

25 Mai 2018
8777 times

Atteinte du Vih en 2010, Bintou Traoré (nom d’emprunt) vit positivement sa maladie. Même si elle se dévoile auprès de ses pairs, elle cache son secret à sa famille et à son entourage, ne voulant pas que ses enfants et son mari soient stigmatisés.

Au Sénégal, des Personnes vivant avec le Vih (PvVih) se dévoilent de plus en plus au public. Fini donc le temps où les séropositifs se cachaient. Le Sida étant considéré par beaucoup d’experts comme une maladie chronique, il faut vivre positivement avec en respectant les rendez-vous et la prise des Arv. C’est ce qu’ont compris beaucoup de PvVih à l’image de Bintou Traoré.

Originaire de la Guinée et habitant à Sédhiou, la jeune dame a découvert son statut en 2010, lors d’une séance de dépistage. « A l’annonce de la nouvelle, on dirait que le ciel m’était tombé dessus. En quelques minutes, tout était sombre. Mais, il fallait que je me relève, parce que je ne peux pas abandonner à cause de mes enfants. En tant que croyante, j’ai accepté ma maladie », a-t-elle confié.

Mariée et mère de 5 enfants, la jeune femme a répondu aux questions des journalistes, parfois en les taquinant. Ce qui démontre qu’elle mène ses activités sans se soucier de son statut sérologique. Si ses pairs sont informés de sa séropositivité, son entourage ne l’est pas. « C’est à cause de la stigmatisation que je n’ai pas dévoilé mon statut à mon entourage. J’ai gardé le secret pour protéger ma famille. Je ne veux pas que mes enfants soient stigmatisés dans les rues et à l’école », a expliqué, avec le sourire, Bintou. Aujourd’hui, elle mène un plaidoyer auprès des responsables du Conseil national de lutte contre le Sida et des autres partenaires pour qu’ils viennent en aide aux PvVih. « Ces dernières souffrent, parce qu’en dehors de la prise en charge, elles doivent faire face aux charges liées aux examens et bilan concernant leur santé », a-t-elle soutenu.

Eugène KALY

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.