Chez les belges de Dakar : Une cordiale défaite

11 Juil 2018
1123 times
Olivier Serot Almeras, le Consul gé́néral de France et Michel François de l’Agence belge de développement. Olivier Serot Almeras, le Consul gé́néral de France et Michel François de l’Agence belge de développement.

« De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves », aurait-dit Jules César ! S’il y a un doute légitime sur la paternité de ces propos, on peut reconnaître sans ambages que les Belges (de Dakar, au moins) sont les plus festifs même devant la déroute.

Clos Normand. Drôle de nom pour un rendez-vous belge. Clos Normand est LE repère des Normands de Dakar. Ce peuple qui a la facétie de ne donner que des réponses se trouvant entre un oui franc du collier et un non dont la rigidité n’a rien à envier au fer sibérien. Dans ce temple dédié aux descendants de Guillaume Le Conquérant, les Belges arborent fièrement la gratuité de leurs légendaires frites qui assaillent le visiteur dès l’entrée puis leur couleur. Le Jaune-Noir-Rouge est à la conquête de la mode estivale. Les couleurs royales sont portées haut mais ils sont concurrencés, discrètement, par le Bleu-Blanc-Rouge comme le skaï se pavanait jadis devant le cuir. 

Concours d'esthètes 
De ses considérations esthétiques, Eric Nierdal n’en a cure. Maillot rouge sang sur un dos bien nourri, short assorti et chaussures de ville aux pieds, le jeune retraité vit au Sénégal depuis 2013 et est membre actif de l’Association des Belges de Dakar (Abs). « Nous sommes heureux d’être en demi-finale contre nos amis Français. Comme on les aime bien, on va les envoyer jouer la troisième place le 14 juillet, le jour de leur fête nationale », sourit-il hagard. Ce que ne veut, en aucun cas, entendre, Loïc Gourmelon, enseignant à l’école française de Mermoz. Maillot français estampillé Zidane, époque Coupe du monde 2006, sur les frêles épaules, il acquiesce sur la solidité de l’amitié entre Belges et Français. « Ce sont deux équipes africaines qui se retrouvent en demi-finale quand on regarde les origines des joueurs ». Un ange passe. Mais pas la chaleur étouffante de cette grande pièce de près de 50 m2 accueillant plus d’une centaine de personnes. Le coup d’envoi du match est donné. Loïc soupire : « Il n’y a pas d’air ». Les ventilos au plafond brassent du vent comme le ferait les moulins à vent dans un désert. Dehors, une bouffée d’air frais inonde ceux qui ont choisi le deuxième grand écran situé sur le terrain de basket de l’établissement. L’espace est aménagé pour l’occasion.  Un groupe de batteurs de tambours brésilien laisse croire un instant qu’on est au Carnaval de Rio. L’audience est ici aussi à majorité belge même s’il existe des poches d’irréductibles français. La première demi-heure du match se limite à un mano à mano entre Eden Hasard et Kylian Mbappé. Chacun montrant à l’autre qu’il est esthète dans l’art de maltraiter son vis-à-vis. De battre, les cœurs s’arrêtent puis repartent en fonction des ondulations et feintes de corps. Dans ce duel, Giroud paraît avoir un balai coincé à un mauvais endroit. Pataud, il vendange une occasion à la 33ème. « Benzema, il est où », lance un homme d’âge mûr. La foule est hilare. La taquin souhaite garder l’anonymat. La bonne planque, surtout quand on a un corps qui n’a rien à envier à Gérard Depardieu, l’acteur carpe diem français.
 
Au Clos Normand, l’heure est au trou normand
La légèreté de l’ambiance, Benjamin Pavard en est loin. Eden Hasard continue de le martyriser. C’est un bon signe pour les Français. La dernière fois que les Bleus ont été en finale d’une Coupe, la demi-finale s’était déroulée par un cassage de reins de l’ailier gauche (Cristiano Ronaldo) de l’équipe adverse (Portugal) sur le latéral français de l’époque (Willy Sagnol). Passées 45 minutes, l’arbitre siffle. Au Clos Normand, l’heure est au trou normand. Dans la tradition gastronomique de cette partie de France qui va du Havre à Caen en passant par Rouen s’étendant de la Seine Maritime au Calvados, le Trou Normand est un apéritif qui se situe entre deux plats censé redonner de l’appétit. Les différentes buvettes sont prises d’assaut. Les gobelets au liquide jaune sont entre toutes les mains comme ceux de café Touba dans un Dahira de Mourides. Côté diplomatie, l’équilibre de la terreur n’est pas de mise. 

Morne plaine
C’est l’entente cordiale. « Les Belges sont sur le bon tempo », analyse Michel François, représentant-résident de l’Agence belge de développement.

« Tout peut basculer d’un côté comme de l’autre, mais certainement ce sera du côté bleu », ose, à peine, piquer Olivier Serot Almeras, le consul général de France à Dakar, venu en « courageux » suivre le match avec ses « amis belges ». Il a vu juste.

Cinq minutes après la reprise, Umtiti refroidit les dernières velléités belges en marquant de la tête. Des décibels de joie intense parcourent les trois écrans de ce complexe de l’amicale des Normands de Dakar. Les Français jubilent. Les Belges font grise mine. Une « satisfaction » que ne renierait pas Mick Jagger au passage subliminal à l’écran. La morne plaine envahit le peuple du plat pays. Les occasions de se refaire deviennent rares surtout qu’entre temps, Pavard a trouvé la clé du cadenas du coffre Hasard.

Le troisième écran, coincé entre le hall d’entrée et la grande pièce, est le seul endroit où la présence française est dominante. On y entend du « chambrage » en règle. « Mais ils sont où les Belges ? », « Qui ne saute pas n’est pas Français » deviennent des types de l’été.

A la fin du match, les pronostics et souhaits pour une finale idéale prennent le pas sur les réjouissances de victoire.

Moussa DIOP

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.