Cherté des billets d'avion : Indignation collective de la diaspora

08 Nov 2016
605 times

Ses yeux de Chimène sont d’un coup voilés par la désillusion. Amorphe, Goumba s’enfonce un peu plus dans sa chaise. Il faut qu’il débourse 954 euros pour disposer d’un billet d’avion Paris-Dakar en juin. Le jeune père risque de rater le baptême de son nouveau-né au Sénégal, trois jours plus tard.

Devant son désespoir, Goumba, jeune quadra sénégalais, installé à Paris depuis 2003, voit l’horizon se refermer sur l’image de couleurs bariolées des tenues neuves pour le baptême de son fils, dans les rues sablonneux de Diacksao où vit sa famille. Quand soudain l’éclaircie arrive. « Vous savez que c’est possible de payer en trois ou quatre fois », glisse, d’un ton réconfortant, le chef de cette agence du 11ème arrondissement de Paris. « Ce système a été mis en place pour des personnes qui sont dans l’urgence d’un départ vers le pays d’origine, par exemple, et qui n’ont pas forcément les moyens de payer un billet d’avion au prix souvent cher ». Pour en bénéficier, il faut des garanties solides et un léger pourcentage supplémentaire qui s’ajoute au prix du billet. Comparés aux Maghrébins, Ivoiriens ou Maliens, les prix des billets d’avion vers le Sénégal sont très élevés. Cependant, le système D et les prévisions de longue date semblent être les solutions.

Terminal Sud de l’aéroport d’Orly de Paris, en plein mois d’août. Si l’incompréhension du moment porte sur le déplacement de la zone d’embarcation à cinq minutes à pied, le courroux des Sénégalais porte également sur le prix des billets d’avion. « J’ai payé le mien un peu moins de 600 euros, mais il y a près de deux mois », informe un passager sénégalais « pressé » de rejoindre sa famille à Dakar. « Nous avons payé près de 3.000 euros », affirme un couple franco-sénégalais, accompagné de leurs deux enfants », en route pour les vacances au Sénégal. Il y en a qui s’en sorte mieux que les autres. « Mon billet m’a couté moins de 500 euros, mais je l’ai pris il y a plus de cinq mois. C’est ce qu’il faut faire », conseille une jeune retraitée de la fonction publique française. Le discours est identique à la zone 13 du Terminal 2E de l’aéroport Charles de Gaulle de Roissy à Paris.

A quelques jours de la Tabaski (début septembre), la sociologie des passagers sénégalais n’est plus la même. Contrairement à juillet et août, on voit moins de grandes familles (avec enfants) en partance pour Dakar. Rentrée scolaire oblige. Mais cela n’a pas d’incidence sur le prix du billet d’avion. « Expliquez-moi comment un billet Paris-Dakar peut être cinq fois plus cher qu’un Paris-Casablanca ? Il faut m’expliquer », s’emporte presque Bintou, la trentaine, qui n’a « pas passé la Tabaski au Sénégal depuis ses 18 ans ». Sa colère se déverse sans retenue y compris sur la mise en place d’une haie de bambous au lieu d’enregistrement des passagers vers Dakar. « C’est un manque de respect supplémentaire. Pour les vols vers les pays arabes, l’Asie ou les Amériques, il y a des standards modernes avec des bornes d’enregistrements et des aller et retours libres de passagers et de leurs accompagnateurs. Pour aller en Afrique, ils nous ont mis une « haie de bambous ». Un constat partagé par beaucoup de passagers qui n’avaient pas forcément fait attention à la délicate décoration intérieure spécifique à la zone. Ce qui chauffe un peu plus les esprits.

Sous le soleil bleu lombard, on n’en est pas encore à cet état d’agitation. L’aéroport Malpensa de Milan (Italie) n’est pas à la hauteur de la réputation de cette cité de la mode. Mais malgré son caractère austère et un peu vieillot, on peut s’y émouvoir. Notamment quand une Jaguar vintage est transformée en taxi.

Son chauffeur ressuscite le stéréotype du play-boy italien : cheveux gominés, chemise ouverte, chainette en or autour du cou, et si prompt à en découdre quand on croise de trop près son regard. Au beau milieu de ce duel globuleux entre quatre yeux, un ange passe. Il prend la forme d’un véhicule du Consulat du Sénégal à Milan. Le chauffeur sénégalais est confronté au prix « cher » des billets d’avion. « Et en plus, il est très rare d’avoir un vol direct. Pour partir au Sénégal, beaucoup font escale en France ou en Belgique ». A la mythique place Loreto, au cœur de Milan, Omar ne dit pas autre chose. Le jeune homme a déjà acheté son billet d’avion pour ses vacances au Sénégal en décembre. Amary en est encore loin. Il fulmine de colère comme le volcan Vésuve le fait au dessus de sa tête depuis bientôt deux décennies. « Je suis arrivé à Naples en 1997, informe le vieux immigré qui a dépassé la cinquantaine. Cela fait trois ans que je ne suis pas reparti au Sénégal. A cause de la crise et du chômage, c’est difficile d’épargner pour un billet d’avion tout en continuant à assurer ses besoins et celles de la famille au pays ».

Les rares Sénégalais rencontrés à l’aéroport Capodichino, placé sur les hauteurs de Naples, en partance pour Dakar, savourent le prix de leur sacrifice pour retrouver leur famille.

Dossier réalisé par Moussa DIOP

Last modified on mardi, 08 novembre 2016 05:10
Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.