Festival de Gorée : L’ile, source de mémoire et de résilience

24 Nov 2016
1760 times

Du 25 au 27 novembre, Gorée va fêter la « diaspora noire et africaine » sous le thème de la résilience et de la mémoire. Mais les noms de ses rues font l’objet d’une incompréhension généralement partagée par la diaspora sénégalaise.

Du 25 au 27 novembre, Gorée va fêter la « diaspora noire et africaine » sous le thème de la résilience et de la mémoire. Mais les noms de ses rues font l’objet d’une incompréhension généralement partagée par la diaspora sénégalaise.

Les noms de rues de Gorée en question
Il y a des exceptions comme la rue des Bambaras, celle de Castel… Mais l’essentiel des noms de rues de Gorée renvoie à la colonisation et à des personnages y ayant joué un « rôle positif » pour la France. Ce que les visiteurs, notamment ceux de la diaspora, ne comprennent toujours pas. Cet été, la remarque d’un étudiant sénégalais en Lettres Modernes à Paris, visitant Gorée, symbolisait cette incompréhension : « C’est dommage ! Quand on arrive sur une île chargée d’histoire douloureuse et de mémoire, il y a mieux que d’être « accueilli » par un bâtiment qui porte le nom du chevalier de Boufflers (Ndlr, ancien gouverneur du Sénégal et de la colonie de Gorée au 18ème siècle) ». Un hôtel aux couleurs rouges vives portant ce nom se dresse en face du lieu de départs et des arrivées de bateaux faisant la navette avec l’embarcadère de Dakar.

Ne pas cacher les stigmates
« Il y a quelques années, nous avions eu ce débat, reconnaît Augustin Senghor, le maire de Gorée. Les noms de rues sont ceux de militaires français ou des répliques de noms de rues parisiennes ».

Ce « débat » avait abouti à la conclusion que « la traite négrière et la colonisation font partie de l’histoire de l’île. Enlever ces noms de rues, c’est enlever cette histoire même si elle a été violente et répréhensible ». L’édile de Gorée pense que c’est une manière de lutter contre ce qu’il s’est passé sur l’île. « Nous ne devons pas cacher les stigmates de la traite négrière ou du colonialisme. Chaque fois que les gens verront ces noms, ils comprendront que c’est l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire ». Donc, de la résilience, puis de la mémoire. Ce sont les thèmes centraux du Gorée diaspora festival, 8ème édition. « C’est un retour vers le passé pour lancer un appel à la diaspora noire (Usa, l’Amérique du Sud, les Caraïbes, mais c’est aussi l’Europe) issue de la traite négrière », confie Augustin Senghor, également président du Gorée diaspora festival. L’île de Gorée constitue le symbole de la traite négrière.

« Nous avons voulu, par le truchement de la mémoire, utiliser ce passé trouble et triste pour appeler la communion des frères de la diaspora qui doivent revenir aux sources. A travers ce retour dans le passé, nous souhaitons nous retrouver et chanter un nouvel hymne d’espoir et de paix ».

Plus attentif à la diaspora
Classé patrimoine mondial de l’humanité, symbole de la traite des Noirs, mais aussi patrimoine culturel, Gorée est le réceptacle d’une mémoire à partir de laquelle se développe un tourisme culturel et durable. « Il y a une baisse des visites ces dernières années qui tourne autour de 200 à 300.000 par an, alors qu’on en avait le double », renseigne M. Senghor, selon qui Gorée se tourne également « vers les autres qui ne font pas partie de la diaspora. La traite négrière est l’histoire du monde entier ».
Lors du festival, trois plaques symbolisant des pèlerins de la mémoire pour la paix seront dévoilées : Obama, Mandela et Jean Paul 2.

Il est également prévu un hommage à Houphouët-Boigny qui a étudié sur l’île. « A Gorée, on ne vient pas seulement en villégiature, on vient pour communier avec les ancêtres esclaves mais aussi transmettre un message de paix au monde entier ».

CONSERVATEUR DE LA MAISON DES ESCLAVES DE GORÉE : ELOI COLY, LA VOIE DU MAÎTRE
Il porte l’héritage de feu Joseph Ndiaye, notamment la Maison des esclaves. Actuel conservateur du site, Eloi Coly suit la voie tracée par le « père » auprès de qui il a passé vingt quatre bonnes années. Une voie qui consisterait à replacer Gorée dans son véritable contexte, malgré les vérités aléatoires sur le rôle que cette dernière a joué dans la traite transatlantique.
Presque la même intonation vocale, la même conviction, le même idéal. Ce qui les différencie, l’âge et le cursus. S’il n’est pas le fils biologique, il n’en est pas moins l’héritier. Joseph Ndiaye, Eloi Coly, un conservateur en engendre un autre.

D’ailleurs, on peut définir le second comme le continuateur du premier.
Dans son bureau, patrimoine matériel d’un passé esclavagiste, rien ne se perd. Tout ce qui a trait à la honteuse traite se conserve. Souci d’une authenticité ? Ou nostalgie d’un passé ? Comme son prédécesseur, Eloi Coly fait de la préservation de la mémoire un idéal, un devoir.
Gestionnaire du site de Gorée, patrimoine mondial, il est venu à une époque où l’autorité anticipait le départ du doyen. Le jeune Eloi est envoyé au près du « grand homme », comme il le nomme.

Au début, Joseph Ndiaye voyait en lui celui qui allait le pousser vers la sortie. « Ce n’est pas parce qu’il ne voulait pas partir, mais c’était une marque de son attachement à la Maison des esclaves, nuance-t-il. Aujourd’hui, je sais ce qu’il avait ressenti à cette époque ». Devenu également très amoureux de ce lieu qui, pour certains, notamment ceux de la diaspora, devraient être un sanctuaire de repentances, il s’y attache de plus en plus. En effet, il ne voit plus les années ni les heures passées. Son seul objectif, replacer Gorée dans son véritable contexte, malgré les polémiques, voire les vérités aléatoires, sur sa place dans la traite négrière.

Il est 20 heures passées en une douce soirée de vendredi, Eloi Coly est encore au travail. Il est seul dans ce lieu rempli d’histoire où les fantômes des âmes malmenées du fait de leur identité noire y demeurent peut-être encore en entendant recueillements et prières. L’homme est conscient de la grande mission qui lui est assignée, notamment préserver la mémoire. Ce qui suppose une bonne compréhension des mécanismes qui ont conduit à cet état de fait afin de faire une lecture contemporaine de l’histoire.

Un parcours particulier
Au début, il était destiné au théâtre. Ceux qui l’ont vu sur les planches du Théâtre national Sorano, lui traçaient un destin d’artiste-comédien. Dans cet univers, il a eu à participer à beaucoup de productions à l’instar de Café littéraire, une émission de la Rts qui faisait la promotion de la lecture. Par un heureux concours de circonstance, le ministère de la Culture l’avait engagé pour le mettre à la disposition de l’Education nationale. Onze ans au lycée Blaise Diagne, il est rappelé plus tard dans celui de la Culture pour un poste à la Maison des esclaves. Entre temps, un renforcement de capacités pour avoir une spécialisation en Arts du spectacle et Techniques de diffusion. De passage à l’Ecole nationale d’architecture et des arts visuels et à l’Institut des arts de diffusion (Iad) de Bruxelles, il en sort outillé. Une formation pluridisciplinaire qui a facilité son intégration au site historique.

Dans un contexte d’éparpillement des fils d’Afrique qui ont perdu l’estime d’eux, en s’offrant à une nouvelle forme d’esclavage avec les bateaux de migrants sur les côtes occidentales, Eloi Coly se veut gardien de la mémoire. En effet, il veut reconstruire le discours de plus en plus tronqué pour réconcilier l’Afrique avec ses fils établis dans la diaspora. Trente deux années passées à la Maison des esclaves, ce combat commence à porter ses fruits. La traite négrière est depuis inscrite au programme national. En effet, il est fait obligation aux enseignants de conduire leurs élèves à la Maison des esclaves, en complément de l’enseignement dispensé dans les classes. Car, selon lui, tout passera par l’éducation. Aujourd’hui, le site doit être réhabilité tout en gardant son authenticité. Enfin, le couronnement de vingt quatre années de compagnonnage avec Joseph Ndiaye, mu par une seule ambition : rétablir la vérité pour situer les responsabilités dans le but d’aller vers la réconciliation et le pardon.

Marame Coumba SECK

LA MAISON DES ESCLAVES : LA MÉMOIRE RÉHABILITÉE
C’est un site qui offre un point de vue différent des récits traditionnels sur la traite négrière. Autrefois une maison privée qui servait de cellule de détentions avant un départ vers les Amériques, la Maison des esclaves est, aujourd’hui, un patrimoine matériel mondial. Membre fondateur de la Coalition internationale des sites de conscience, elle a bénéficié d’un financement de la Fondation Ford et du ministère de la Culture pour être réhabilitée.

En tant que destination internationale, la Maison des esclaves est un passage obligé des trois quart de touristes du monde entier qui se rendent au Sénégal.

Des milliers d’élèves et étudiants y effectuent des visites pédagogiques, en complément des enseignements dispensés dans les classes. Désormais, le site peine de plus en plus à satisfaire les besoins de ce public international, national et local. Ainsi, en mars 2015, une mission de consultation a été financée par la Fondation Ford à travers la Coalisation internationale des sites de conscience.

Ce projet, qui a consisté à faire une évaluation de l’état physique et de l’architecture historique de la Maison des esclaves, avait débouché sur un programme de revitalisation du site. Lequel est étendu sur trois ans et vise à faire du site un centre international de recherche dans divers sujets liés à la liberté, à la migration et à l’esclavage. Dans ce projet d’élargissement, le ministère de la Culture a doté le site d’un bâtiment adjacent, notamment la maison d’Albis. Cet espace supplémentaire, selon le conservateur de la Maison des esclaves, Eloi Coly, va permettre d’optimiser le flux de visiteurs.

Estimé à un milliard trois cents millions de FCfa, ce projet de réhabilitation coûtera à l’Etat du Sénégal huit cents millions de FCfa. Le reste du financement sera pris en charge par la Fondation Ford.

Dossier réalisé par Moussa DIOP et Marame Coumba SECK

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.