C’est sénégalais, pardi !

24 Nov 2016
223 times

Du « moulay thieuguine » agrémenté par la « danse du ventilateur » lors d’une soirée sénégalaise, au début des années 2000, dans une cité universitaire en Normandie, où se sont incrustés dandy d’âge mur, rombières à la poursuite de leur jeunesse passée et vieux étudiants déjà nostalgiques. Pour le jeune étudiant néophyte, la scène semble surréaliste. Elle rappelle les contorsions corporelles qui soulevaient foule et poussière malgré le sol aspergé d’eau, par précaution, dans les « Coladeira » près de deux décennies plus tôt. 

On est au-delà du quart d’heure de rétro dans une soirée. Le passé fait tendance. « Le temps s’est arrêté ». Tarte à la crème sous d’autres cieux, l’expression évoque les effets du voyage avec son corollaire de repli sur soi d’une bonne partie de la diaspora. Pour de nombreux Sénégalais établis à l’étranger, le temps s’est définitivement arrêté le jour de leur départ du pays natal.

Comme figé à l’étranger, l’horloge continue à tourner au Sénégal. Ainsi, les diasporas sénégalaises sont atteintes du syndrome de la voiture (ou du train) d’à côté : c’est une sorte d’illusion qui arrive quand on est dans une voiture (un train ou un bus) à l’arrêt. On a l’impression de bouger quand la voiture, également arrêtée dans l’autre sens, se met en mouvement. A l’étranger, nous avons l’impression d’accompagner les avancées et mouvements du Sénégal. Illusion ! Généralement actifs dans l’économie de leur pays, progressistes au niveau des idées, du savoir-faire et de l’expérience, nous, membres de la diaspora, sommes parfois coupables de ce que nous sommes… pardon, de ce que nous étions. Dans nos sociétés traditionnelles, le voyage a toujours été source d’enrichissement à travers l’ouverture aux autres. Mais bizarrement, il n’est pas rare que la chienlit soit au rendez-vous des rencontres de la diaspora. Elle prend les contours de querelles manifestement marquées par un repli sur soi avec des divergences sur la langue à utiliser : « Pourquoi parler wolof ? » « Pourquoi le Pulaar est à la mode depuis mars 2012 ? »

« Et nous les Soninkés, toujours minoritaires ? »… Pour finalement finir par tenir les discours en français. Histoire de ne choquer personne. Et c’est très logique, bien sûr.

Par Moussa DIOP

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.