Yahya Jammeh ressuscite Karl Marx !

05 Jan 2017
763 times

« Les grands événements se produisent toujours deux fois, la première fois comme une tragédie, la seconde comme une farce », disait Karl Marx.
Les récents évènements en Gambie vont dans le sens d’une confirmation des propos de Marx. Le coup de force de juillet 1994 ayant placé Yahya Jammeh à la tête de la Gambie a généré son lot de tragédies personnelles et collectives. Vingt-deux ans et d’innombrables tragédies plus tard, son dernier coup de force constitue une de ses grandes farces politico-militaires dont certains « officiers africains » ont la science. N’eussent été les dynamiques géostratégiques, sociales et économiques en interactions, la volte-face du président Jammeh aurait prêté à sourire, voire rire. Mais, l’incertitude qu’elle fait naître et la nature des enjeux rendent les larmes plus appropriées. Après les évènements de 1989 et la guerre de Bissau de 1998, le Sénégal est, de nouveau, confronté à un défi sécuritaire majeur à ses frontières. L’histoire et la géographie lui imposent d’adopter une position de leadership et de responsabilité. Responsabilité vis-à-vis de la diaspora sénégalaise en Gambie. Cette responsabilité de protéger et, si nécessaire, d’exfiltrer et d’accueillir tout membre de cette diaspora en cas de situation chaotique. Elle fut déléguée à des puissances étrangères en 1989. Certes, avec efficacité, mais aussi avec une certaine légèreté. Il y a une responsabilité vis-à-vis de l’histoire. Cette responsabilité d’anticiper, aujourd’hui et maintenant, sur le recyclage des faucons du régime Jammeh et des combattants du Mfdc à leur solde. Le président Jammeh et son régime n’étant pas éternels, le problème se posera aujourd’hui ou demain. C’est juste une question de temps. L’exemple des Touaregs maliens (dont le colonel Kadhafi était le mentor) suffit pour exiger des autorités sénégalaises pragmatisme et lucidité sur cette problématique. La responsabilité étatique ne doit cependant pas occulter le réalisme économique. Ce réalisme économique qui veut que le déficit organisationnel et logistique du Sénégal de 1989 soit perceptible en 2016. Ce réalisme économique qui veut que la Casamance et le Sine-Saloum, moteurs de l’agriculture et du tourisme sénégalais, ne soient pas en mesure d’absorber sans coup férir les coûts sociaux et économiques d’une instabilité démographique, politique et sociale en Gambie voisine. Ce réalisme économique qui, préférant le patriotisme au nationalisme, doit pousser à se poser la question, à savoir si le Sénégal dispose, en réalité, les moyens de ses ambitions (déclarées ou non) face au coup de force de Jammeh. Répondre à cette question, c’est, en un sens, écrire l’Histoire. Cette Histoire que l’on fait ou que l’on subit, et que Jammeh, pour l’instant, a choisi d’écrire, de manière unilatérale, pour la Sénégambie.

Papa Abdoulaye DIOP
Enseignant-chercheur à l’Université Le Havre

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.