L’apport économique de la femme immigrée

18 Avr 2017
91 times

“Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur ; elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries”, écrivait Marcel Proust.

Elles s’appellent Yaye Fatou, Aïssata, Adji, Marie, Sophie ou encore Khady. Elles viennent de Thiès, Bakel, Matam, Ziguinchor ou encore de Dakar. Elles sont en Afrique centrale, en Europe, en Amérique du Nord ou encore chez le proche voisin gambien. Elles sont étudiantes, travailleuses indépendantes, cadres sup’ ou encore candidate à une élection présidentielle. Considérées comme variables adjointes dans les chiffres sur l’immigration, aussi bien dans leur pays d’accueil que dans celui d’origine, elles sont pourtant au cœur du dispositif de socialisation et d’intégration de la diaspora.

Longtemps cantonnées à un rôle de fixation et de stabilisation d’une main-d’œuvre masculine immigrée jugée instable et longtemps perçues comme une catégorie sociale pas ou peu qualifiée, dépendantes et victimes à protéger, les femmes de notre diaspora se doivent en plus de faire face à l’obstacle d’une absence d’un cadre familial favorisant l’emploi des femmes immigrées.

La conjonction de toutes ces contraintes aurait due être le lit de désillusions professionnelles et familiales et la perte d’une dynamique constructive d’identité personnelle et sociale.
Il n’en est rien ! Les Femmes de la diaspora s’inscrivent plutôt dans une dynamique forte de réalisations sociale et économique.

Reconnaître la richesse de leur expérience, c’est appréhender leur rôle de vecteur d’intégration dans leur pays d’accueil. Reconnaître leur talent à soulever les obstacles dans leur pays d’accueil, c’est s’appuyer sur la singularité de leur parcours pour promouvoir l’entrepreneuriat féminin dans leur pays d’origine.

En réalité, s’appuyer sur le leadership des femmes immigrées pour promouvoir la condition féminine au Sénégal, c’est consolider le rôle moteur de nos mères, épouses, sœurs et amies dans la préservation du modèle socio-culturel sénégalais.

Papa Abdoulaye DIOP
Docteur en Économie et
enseignant-chercheur
Université Le Havre

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.