La diaspora au cœur de la contestation du franc Cfa

13 Jui 2017
316 times

Le paroxysme a été atteint le 7 janvier dernier. Il y a eu des manifestations dans des capitales africaines comme Dakar, Abidjan, Kinshasa ou Bamako mais aussi occidentales comme Paris, Bruxelles ou Londres. L’objet de ce « courroux mondial » : réclamer la fin du FCfa, autrement dit le « Franc de la communauté financière africaine » dans l’Uemoa et du « Franc de la coopération financière en Afrique centrale » dans la Cemac. 

Quinze pays ont en commun le Franc Cfa, selon l’appartenance à l’Uemoa ou à la Cemac : Bénin, Burkina Faso, Comores, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale, Centrafrique et Tchad. Si le Franc Cfa ne pose généralement pas de grand problème pour la très nombreuse diaspora sénégalaise en Afrique, en dehors des incongruités entre les deux zones franc, c’est une monnaie qui a une autre image en Occident au sein de la diaspora africaine. Elle est considérée comme « l’un des instruments le plus discutable de ce qu’on appelle très communément aujourd’hui la Françafrique », pour Olivier Feiertag. Alors qu’il apparaît à Jean-Pierre Bat «comme le principal trait d’union entre l’âge colonial et postcolonial ». Une perception existante au sein de la diaspora africaine. Des figures autoproclamées d’un panafricain contemporain et agressif en ont fait leur cheval de bataille contre un Occident « malade de son désir d’emprise sur l’Afrique ». Si la bataille contre le franc Cfa est aussi engagée en Afrique, il paraît évident que les diasporas africaines en ont fait une affaire d’émancipation et d’identité, à tort ou à raison.

Moussa Diop

 

Last modified on mardi, 13 juin 2017 14:28
Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.