La valse des courtisans

13 Jui 2017
1638 times

La diaspora sénégalaise vote depuis 1993 pour les présidentielles et les législatives. Il aura fallu un long chemin de 24 ans pour qu’elle puisse choisir ses propres représentants à la place Soweto. En effet, les élections législatives du 30 juillet 2017 vont consacrer les premiers députés de la diaspora. Au nombre de 15, ils seront chargés de porter les aspirations de cette entité virtuelle et disparate mais homogène dans la recherche d’un ailleurs meilleur. Avec la publication des différentes listes de candidats, l’apparence des futurs représentants commence à prendre forme mais les doléances de Sénégalais de l’étranger sont, elles, connues depuis longtemps. Les futurs députés ne devraient pas être des marionnettes plus à même d’applaudir et de valider les intérêts de leur camp politique au détriment de ceux des gens qui les sont élus. Ils seront des députés historiques car les premiers à représenter nominativement la diaspora. Historique ne rime pas avec courtisan. Pour marquer l’histoire, il faut souvent sortir de l’ordinaire.

Les retraités sénégalais de France attendent de ces députés qu’ils pèsent de tout leur poids pour changer la législation entre les deux pays notamment dans l’obligation qui leur est faite de montrer impérativement des signes de vie en France tous les trois ans afin de continuer à percevoir leur pension.

Alors que c’est possible de le faire dans les représentations diplomatiques de la France au Sénégal. Ces historiques députés doivent porter le réhaussement de l’âge des véhicules autorisées, de 7 à 10 ans, à entrer au Sénégal. Ils sont attendus pour une baisse des taxes aéroportuaires sur les billets d’avion, sur un changement de nos représentations diplomatiques à devenir moins des niches pour militants politiques en mal de poste. Ils doivent constituer des commissions parlementaires capables de s’intéresser aux questions liées à la diaspora comme la priorité faite à l’habitat mais aussi faire partie des renégociations des accords bilatéraux avec les pays occidentaux comme la France, l’Espagne ou l’Italie concernant les questions sociales.

Par Moussa DIOP

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.