Amadou Kazaly Dabo : « Mes projets sont toujours guidés par des principes »

27 Jui 2017
363 times

Le Soleil Diaspora : Qu’est-ce qui vous a décidé à quitter la France pour vous installer au Sénégal ?
Pour un jeune qui vient de la banlieue comme moi, la France est un pays où il est très difficile de travailler et de développer une activité économique. C’était impossible pour moi de m’épanouir professionnellement sur place.

Au Sénégal, je me sens plus utile. Pour investir au Sénégal, les conditions me sont bien plus favorables. Actuellement, le pays a un Plan Sénégal émergeant (Pse) qui est porté sur le développement économique et rural. C’est exactement là que se situe mon projet. Je me sens donc plus à l’aise ici, surtout que dans le Pakao, ma région d’origine, ma famille m’appuie beaucoup.

LSD : Pourquoi revenir au Sénégal pour bâtir un projet, et que pensez-vous apporter dans votre pays d’origine ?
Je reviens au Sénégal pour m’épanouir professionnellement et en tant qu’homme. Beaucoup de jeunes voyagent vers l’Europe. Je pense apporter, via le développement d’une activité économique au Sénégal, des outils pour produire une énergie solaire, des emplois, et peut être un peu d’espoir.

Parlez nous de la chaîne de production des machines solaire. Où ont-elles été construites et qui les commercialisent ?
La machine est fabriquée en Israël et elle est produite par la société Blue Power. La société compte s’installer au Sénégal, afin d’avoir une chaîne de fabrication dans le pays.

Finalement, le profit n’est-il pas plus pour les Israéliens que pour les Sénégalais?
Il ne faut pas se voiler la face. Un entrepreneur quand il vient dans un pays c’est pour se faire de l’argent avant tout. Après d’un autre côté, ce projet a un aspect économique et social. C’est-à-dire qu’en formant des jeunes au Sénégal, on monte une nouvelle chaine de production, on crée des emplois, et on transfère les savoir-faire.

Peut-on envisager une fabrication 100% sénégalaise ? Si oui, la privilégieriez-vous ?
À l’heure actuelle, c’est très difficile d’envisager la fabrication de telles machines solaires 100% sénégalaises, compte tenu des infrastructures dans le pays et des technologies que requièrent ces machines.

En Afrique, il n’y a pas une société qui possède une telle technologie. J’espère qu’un jour ça arrivera mais pour le moment ce n’est pas d’actualité. L’objectif, c’est bien évidemment un transfert de technologie, un transfert de connaissances et un échange.

Comment trouvez-vous le développement de l’énergie solaire au Sénégal ?
Avec le Pse, le Sénégal investit de plus en plus dans le secteur des énergies renouvelables. Aujourd’hui l’un des objectifs écologiques du Sénégal est de diminuer les émissions de CO2 pour contribuer à la baisse du réchauffement climatique. L’énergie solaire c’est une bonne alternative surtout au Sénégal.

Professionnellement, où et comment vous projetez-vous dans l’avenir ?
Aujourd’hui j’investis dans l’énergie solaire. Avant j’avais un projet de commercialisation de l’huile de neem. Demain je ne sais pas quels seront mes autres projets.

Au bout du compte, quelles sont vos motivations ?
Bien sûr, il faut d’abord que mes projets soient viables économiquement. Mais j’ai toujours des principes qui accompagnent mes projets.
Je tiens à ce qu’ils aient tous une dimension responsable, écologique et sociale. Il est impensable que mes projets, quel qu’ils soient, ne remplissent pas ces 3 conditions. C’est le cas au Sénégal.

Propos recueillis par C. Portais

Last modified on mardi, 27 juin 2017 16:34
Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.