La mort de Janus

27 Jui 2017
217 times

Lapidaire, la sentence tombe. Elle est sans appel. Coupable. Facteur aggravant : c'est avec préméditation. Une souillure qui ne mérite plus d'être des vôtres. Avec un manichéisme d'un autre âge, il fallait choisir. Être avec ou contre. Y’a pas d'autres choix possible. Et puis, ne pas être avec, ce n'est pas un choix. C'est une trahison. Devant l'immaculée d’une telle conviction et l'impérieuse inutilité d’une autre voie, c'est incompréhensible de vouloir voir ailleurs. Sauf que... sauf que la consanguinité, elle ne fait rarement que du bien. L'ouverture au monde est une richesse pas un boulet même si le voyage c'est souvent un déchirement. Pour beaucoup, c'est même le préalable à un déracinement qui ne se fait pas toujours avec plaisir. La bienséance n’en a cure de chercher les causes car trop prompt au verdict définitif. Cette entreprise de destruction massive qu'est souvent le Sénégalais, au regard déformé sur ce qui lui est étranger, ne capte pas tout de l'exilé volontaire. Encore moins quand une fois « acclimaté », il choisit d’endosser les habits de son pays d’accueil. Au prix de sacrifice sur une, deux ou trois générations, l'ex immigré peut devenir porte-étendard de sa société d'accueil. Il est dans la suite d’une trajectoire personnelle aussi unique qu’un Adn. Qu’ils s’appellent Jean-François Mbaye, né à Dakar mais arrivé en France après le bac ou Sira Sylla une avocate franco sénégalaise, il est devenu fun de leur jeter la pierre car ayant choisi d’être députés en France. « Je ne peux pas choisir entre ma mère et mon père », avait répondu Jamel Debbouze quand on cherchait encore à savoir s'il était plus Marocain que Français. J’aime bien Janus - que je cite peut être un peu trop -, le dieu romain des commencements et des fins qui a la particularité d’être représenté par deux têtes regardant dans deux directions différentes. Voudrait-t-on sa disparition ?

Par Moussa DIOP

Rate this item
(0 votes)
More in this category: « La valse des courtisans

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.