Etats-Unis d’Amérique : Les Sénégalais d’Amérique face à la hausse du loyer

27 Fév 2018
1829 times

Le prix du loyer continue  de grimper presque partout aux Etats-Unis d’Amérique. Selon une étude de Trulia, une plateforme de location d’appartements et de maisons, la hausse moyenne du prix du loyer était déjà  de 3,1 % en 2017. Mais, il a triplé dans certaines localités du pays.

De 2012 à 2017, le prix de la location a connu une hausse considérable de 19,6 %  aux Etats-Unis. Même si aucun Etat n’est épargné, la Côte enregistre l’une des plus grosses augmentations surtout dans l’Etat de la Californie. San Jose, San Francisco et Sacramento sont, en effet, dans le classement des 10 villes les plus chères en termes de loyer. Alors qu’il faut débourser plus d’argent pour se loger dans les grandes métropoles des Etats-Unis, les petites villes connaissent une hausse plus ou moins négligeable selon leur attraction.

« J’ai quitté New-York, il y a presque 10 ans, pour venir m’installer à Charlotte. Mes trois boulots ne me suffisaient plus pour vivre décemment et loger ma famille dans un bon environnement où elle pourrait s’épanouir pleinement »,  confie Abdoul Khadre Samb, un Sénégalais vivant au pays de l’Oncle Sam depuis plus de deux décennies. Selon notre interlocuteur, « la grande ville attirent les nouveaux immigrants parce qu’ils offrent plus d’opportunités et ont de meilleures propositions salariales. Toutefois, une bonne partie de ces revenus sont dépensés dans le loyer ».  Et pire encore, dans la plupart des cas, « on ne peut pas s’offrir le luxe d’habiter dans des endroits convenables parce qu’hors de portée à cause des prix du loyer », a martelé le quinquagénaire sénégalais qui a désormais un deuxième travail lui permettant de s’occuper décemment de sa famille.

A l’instar de M. Samb, son compatriote Cheikh Diankha qui vit à plusieurs heures de Charlotte,  précisément à  Dallas, dans l’Etat du Texas, est coutumier dans le jonglage des boulots. Il a quitté  New York il y a environ cinq ans. « C’est une ville avec une communauté sénégalaise et gambienne  grandissante. On s’entraide beaucoup là-bas dans les regroupements et les associations »,  affirme ce Sénégalais qui évolue dans le milieu médical. Il ajoute avoir  « subi et souffert de la hausse continue du loyer ».  Depuis l’année dernière, il a fait un prêt bancaire pour acheter une maison dont l’avantage principal est de ne plus se soucier de la fluctuation du prix de la location. « Les paiements mensuels de ma maison sont désormais fixes et, à terme, je serai propriétaire », se réjouit-il.

Mamadou Lèye, un autre Sénégalais vivant dans la métropole d’Atlanta, a vécu une situation similaire. « Ici, il faut faire un choix. Soit vivre dans un endroit dangereux et exposer sa famille à la criminalité, aux gangs, à la drogue et payer un loyer très bas, soit dépenser plus chaque mois  et vivre dans un quartier sécurisé et propre », fait-il savoir. Mamadou a choisit de vivre épanoui et en sécurité avec ses deux enfants et sa femme loin des quartiers d’Atlanta à fort taux de criminalité.  « A l’image des autres villes des Etats-Unis, Atlanta n’échappe pas à la règle. Chaque année, les propriétaires augmentent les prix du loyer, prétextant qu’ils vont réaménager les appartements sans réellement ajouter beaucoup de luxe », regrette-t-il. Selon le Bureau américain de la statistique, plus de la moitié de la population américaine loue un appartement ou une maison. Une étude annuelle du rapport national sur le logement, piloté par le Centre des études du logement de l’Université de Harvard, rapporte que « 11 millions d’Américains dépensent la moitié de leurs revenus dans la location de logement ».

Moustapha BIAGUI
Correspondant aux Etats-Unis

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.