Consul honoraire du Sénégal à Freetown : Hamidou Dia : « Le manque de moyens donne une mauvaise image du Sénégal »

02 Avr 2018
2404 times

Hamidou Dia, Consul honoraire du Sénégal en Sierra Leone depuis 2010, mais présent depuis bien plus longtemps dans le pays, déplore le peu de moyens affectés à sa mission.

Depuis quand des Sénégalais se sont installés en Sierra Leone ?
Ça fait très longtemps que les Sénégalais se sont implantés ici. Mais au départ, comme nous n’avions pas beaucoup de relations avec la Sierra Leone, nous étions englobés dans la représentation diplomatique de la Gambie. Cela remonte à la fin des années 70. Quand la communauté grossissait, nous avons, par la suite, ouvert notre propre représentation.

Que représente la diaspora sénégalaise en Sierra Leone ?
Elle représente environ 1500 personnes, aussi bien à Freetown que dans les provinces. Il y a deux types de groupes dans la communauté : ceux qui s’installent ici et ceux qui viennent uniquement pour travailler, notamment pour des entreprises sénégalaises comme la Compagnie Sahélienne d’entreprises (Cse). Le nombre de Sénégalais présents ici aurait pu être encore plus important s’il n’y avait pas eu de nombreux départs durant la guerre civile.

Y a-t-il des échanges entre le Sénégal et la Sierra Leone ?
Pas à ma connaissance. Les autorités sénégalaises ne prêtent pas vraiment attention à la Sierra Leone. Ni à sa diaspora. Les autorités sénégalaises ont toujours pensé que tous leurs ressortissants avaient quitté le pays durant la guerre. En revanche, nos échanges ici avec les autorités sierra-léonaises sont assez réguliers.

Cette absence d’échanges est-elle une situation que vous regrettez ?
Oui, je le regrette. Si notre pays d’origine ne se préoccupe pas de la Sierra Leone, cela veut dire qu’il ne se préoccupe pas de nous, non plus, les Sénégalais qui vivent dans ce pays. D’ailleurs, lors des inondations meurtrières en août 2018, une délégation est venue du Sénégal mais aucun de ses membres n’est venu nous rendre visite, prendre des nouvelles des Sénégalais de la Sierra Leone.

Quel impact cela a sur votre mission ?
On ne nous donne pas les moyens de travailler ! Par exemple, mon adjoint et moi ne recevons aucun salaire. Nous travaillons bénévolement. Et pourtant, nous faisons tout pour le bien-être de la diaspora. Dès que quelqu’un a un problème, qu’il y a des tâches administratives pour des mariages ou des enterrements, nous répondons présents.

C’est une situation préoccupante…
Oui ! Heureusement que le gouvernement sierra-leonais nous aide sinon, nous n’aurions rien dans ce pays ! Nous attendons du Sénégal qu’il nous supporte davantage. Par exemple, nous avons besoin de véhicules pour aller à la rencontre de la communauté dans les provinces. Nous envoyons beaucoup de lettres pour exprimer nos besoins mais elles restent sans réponse. Avoir si peu de moyens pour un consulat donne une mauvaise image du Sénégal à l’extérieur.

Correspondance particulière de Maïla MENDY

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.