Regards d'Ailleurs (6)

Le phénomène des « revenants » n’est pas prêt de s’arrêter. Face au chômage endémique en France qui touche en majorité les personnes issues de l’immigration, conjugué à la croissance africaine, le retour aux sources n’est plus simplement une affaire de cœur. L’Afrique et le Sénégal sont devenus attractifs économiquement pour leur diaspora. En plein Pakao, Amadou Kazaly Dabo en donne une illustration parfaite. A travers un projet d’énergie solaire, le jeune d’une banlieue française s’investit pour le développement économique rural. 

Amadou Kazaly Dabo est né dans une banlieue française mais son avenir y est bouché. Si le jeune entrepreneur de 30 ans ne renie pas son pays natal, il confie que la France « ne lui a pas apporté grand chose ». De cette frustration, avec un certain sens des affaires, il a décidé de venir s’installer au Sénégal, le pays d’origine de ses parents, pour y développer un projet d’énergie solaire en Casamance.

Amadou Kazaly Dabo est né en France, à Paris. « J’ai d’abord grandi dans le beau quartier de Montmarte dans le 18ème arrondissement, près du Sacré-cœur. Puis, à l’âge de mes 8 ans, j’ai déménagé dans la ville d’Epinay-sur-Seine, en Seine Saint-Denis dans le 93 (banlieue parisienne, ndlr) » explique-t-il. Le jeune entrepreneur vient d’une famille nombreuse. Il confie avoir 4 sœurs et 3 frères, et il tient à préciser qu’il est le deuxième enfant de la famille, après sa grande sœur.

Amadou revient sur son enfance, car pour lui, elle explique l’homme qu’il est aujourd’hui. « J’avais un père originaire du Pakao qui était un très grand marabout » lance-t-il non sans fierté. En France le père d’Amadou était guérisseur mais il travaillait aussi en intérim pour faire vivre sa famille. « C’était un vrai bosseur » affirme son fils. « Il a toujours tout fait pour qu’on soit à l’aise, car ma mère ne travaillait pas ». Mais à l’âge de 17 ans, à la suite du décès de son père, Amadou explique que les « difficultés financières ont commencé ». Cet évènement a marqué un tournant dans la vie du jeune mais fils ainé de famille. « Ca a été un moment très difficile, car j’étais jeune et j’ai dû très tôt prendre mes responsabilités pour aider ma mère, mes frères et mes sœurs ».

« J’ai mené une scolarité catastrophique »
Le directeur général de la société Blue Power au Sénégal parle de sa scolarité. « J’étais un brillant élève en primaire. Mon père était très strict donc j’étais assidu à l’école. Mais arrivé au collège j’ai commencé à être un élève turbulent » raconte-t-il. Pour lui, cette attitude s’explique par son environnement et les conditions de travail : « J’étais en zone d’éducation prioritaire (ZEP), dans un collège où il y avait 6 mois de grève par an, des agressions sur les professeurs, du racket, des bagarres etc... Les conditions pour étudier n’étaient pas favorables. Sur le plan national, on était toujours à la traine par rapport aux autres établissements ». Avec une pointe de nostalgie il se rappelle de ce qui lui plaisait à l’école : « J’étais sensible aux arts plastiques et j’adorais cette matière, mais je vous le dis honnêtement, j’ai menais une scolarité catastrophique.

Je n’ai même pas été à l’examen du brevet des collèges. J’avais le sentiment que je ne pouvais pas réussir en France via l’éducation nationale ».

Du CDD en France à l’entreprenariat au Sénégal
Après le collège, il a fait un BEP comptabilité. « Ce n’était pas un vrai choix, mais plutôt un refuge ». L’alternative était un CAP. C’est donc au décès de son père que Amadou a commencé à chercher du travail. « Je ne savais pas trop quoi faire, alors je suis parti à la mission locale pour les jeunes de ma ville, et j’ai eu un CDD de 6 mois en manutention dans une imprimerie offset. Finalement j’ai fait 7 ans dans cette société ».

Mais suite à un licenciement économique, il s’est lancé dans l’entreprenariat en ouvrant avec son associé de l’époque un centre de remise en forme à Paris dans le 16ème arrondissement. « C’est un domaine que je maîtrisais car en parallèle, je faisais beaucoup d’haltérophilie. J’ai même eu 5 titres de champion de France ». Puis, suite a une « brouille » avec son associé il fait sa route tout seul en montant sa propre centre de « remise en forme ».

Cependant il avoue que « cela n’a pas fonctionné ». Mais point de découragement. « Ensuite, je me suis lancé dans la commercialisation de l’huile de Neem sénégalaise en France mais n’ayant pas les appuis financiers nécessaires, j’ai laissé tomber ». Finalement, c’est en revenant en Casamance, sa région d’origine, qu’il s’est rendu compte d’un manque d’électricité pour les populations. Amadou en est à ses premiers pas dans la commercialisation de machines solaires.
Eloigné mais lié au Sénégal par sa famille

Ses parents ont toujours étaient le lien entre Amadou et le Sénégal. « On ne voyageait pas au Sénégal, mais ils m’ont inculqué la culture Mandingue.
Mes deux parents sont Socé, et ils m’ont enseigné ma langue maternelle dès que je suis né ».

C’est à l’âge de 25 ans qu’il a eu le besoin de venir au Sénégal. « J’ai financé mon voyage seul. C’était ma volonté de venir entreprendre en Casamance et d’aider ma communauté ». Le jeune homme affirme se « sentit plus utile qu’en France pour participer au développement de l’économie du Sénégal ».

Cora Portais

Last modified on mardi, 27 juin 2017 16:34

Le Soleil Diaspora : Qu’est-ce qui vous a décidé à quitter la France pour vous installer au Sénégal ?
Pour un jeune qui vient de la banlieue comme moi, la France est un pays où il est très difficile de travailler et de développer une activité économique. C’était impossible pour moi de m’épanouir professionnellement sur place.

Au Sénégal, je me sens plus utile. Pour investir au Sénégal, les conditions me sont bien plus favorables. Actuellement, le pays a un Plan Sénégal émergeant (Pse) qui est porté sur le développement économique et rural. C’est exactement là que se situe mon projet. Je me sens donc plus à l’aise ici, surtout que dans le Pakao, ma région d’origine, ma famille m’appuie beaucoup.

LSD : Pourquoi revenir au Sénégal pour bâtir un projet, et que pensez-vous apporter dans votre pays d’origine ?
Je reviens au Sénégal pour m’épanouir professionnellement et en tant qu’homme. Beaucoup de jeunes voyagent vers l’Europe. Je pense apporter, via le développement d’une activité économique au Sénégal, des outils pour produire une énergie solaire, des emplois, et peut être un peu d’espoir.

Parlez nous de la chaîne de production des machines solaire. Où ont-elles été construites et qui les commercialisent ?
La machine est fabriquée en Israël et elle est produite par la société Blue Power. La société compte s’installer au Sénégal, afin d’avoir une chaîne de fabrication dans le pays.

Finalement, le profit n’est-il pas plus pour les Israéliens que pour les Sénégalais?
Il ne faut pas se voiler la face. Un entrepreneur quand il vient dans un pays c’est pour se faire de l’argent avant tout. Après d’un autre côté, ce projet a un aspect économique et social. C’est-à-dire qu’en formant des jeunes au Sénégal, on monte une nouvelle chaine de production, on crée des emplois, et on transfère les savoir-faire.

Peut-on envisager une fabrication 100% sénégalaise ? Si oui, la privilégieriez-vous ?
À l’heure actuelle, c’est très difficile d’envisager la fabrication de telles machines solaires 100% sénégalaises, compte tenu des infrastructures dans le pays et des technologies que requièrent ces machines.

En Afrique, il n’y a pas une société qui possède une telle technologie. J’espère qu’un jour ça arrivera mais pour le moment ce n’est pas d’actualité. L’objectif, c’est bien évidemment un transfert de technologie, un transfert de connaissances et un échange.

Comment trouvez-vous le développement de l’énergie solaire au Sénégal ?
Avec le Pse, le Sénégal investit de plus en plus dans le secteur des énergies renouvelables. Aujourd’hui l’un des objectifs écologiques du Sénégal est de diminuer les émissions de CO2 pour contribuer à la baisse du réchauffement climatique. L’énergie solaire c’est une bonne alternative surtout au Sénégal.

Professionnellement, où et comment vous projetez-vous dans l’avenir ?
Aujourd’hui j’investis dans l’énergie solaire. Avant j’avais un projet de commercialisation de l’huile de neem. Demain je ne sais pas quels seront mes autres projets.

Au bout du compte, quelles sont vos motivations ?
Bien sûr, il faut d’abord que mes projets soient viables économiquement. Mais j’ai toujours des principes qui accompagnent mes projets.
Je tiens à ce qu’ils aient tous une dimension responsable, écologique et sociale. Il est impensable que mes projets, quel qu’ils soient, ne remplissent pas ces 3 conditions. C’est le cas au Sénégal.

Propos recueillis par C. Portais

Last modified on mardi, 27 juin 2017 16:34

Depuis la fin de l’Apartheid, l’Afrique du Sud est une alternative à l’Occident. Paco, Sénégalais vivant à Johannesburg, symbolise un parcours d’immigration sinueux.

« Je me souviens très bien de ma dernière journée au Sénégal, avant de partir pour l’Afrique du Sud », se remémore celui qui se fait appeler « Paco ». Il requiert l’anonymat. Près de vingt années se sont écoulées mais il se souvient avec précision de tous les détails de cette dernière journée au Sénégal. « C’était à Dakar, le 9 septembre 1997. Je n’ai pas fait grand-chose de cette journée, à part préparer mes bagages. Je suis aussi allé dire au revoir à ma maman ». Sur les conseils de sa mère, Paco finit par se résoudre à faire comme son père avec qui les relations n’étaient pas au beau fixe, non sans un mensonge. « Je lui ai dit que je partais pour l’Italie ». Mais sa destination était bien Johannesburg, avec une escale au Gabon. « A cette époque, il y avait encore « Air Afrique ». Je suis arrivé à l’aéroport O.R. Tambo le 10 septembre 1997 ». Mais c’est seulement quelques mois après qu’il a pu dire la vérité sur son pays d’accueil. « Maintenant, on s’appelle sur WhatsApp, Facebook, tout ça, tout ça… Les nouvelles technologies, ça aide beaucoup », affirme Paco, qui raconte une anecdote cocasse sur l’utilisation des nouvelles technologies. « La première fois que j’ai parlé avec ma maman à travers la vidéo de Skype, elle me disait qu’elle voulait rentrer dans l’écran pour m’enlacer car je lui manquais », s’émeut-il.

Une décision de jeunesse
Si Paco se souvient être « jeune en partant », sa mémoire flanche, par pure coquetterie, pour donner son âge exact. « La vingtaine », avoua-t-il sur un ton plaisantin. Partir du Sénégal, c’était un choix personnel pour Paco : « C’était une décision que je n’avais pas très bien préparée. Je suis ingénieur qualifié au Sénégal. En 1995, je suis parti au Mali pour travailler dans une mine d’or qu’on appelle « Sadiola ». C’est là que j’ai rencontré des Sud-Africains. A leur contact, j’ai vu leur manière de travailler et ça m’a plu. Du coup, je me suis dit : « dès que je finis le chantier au Mali, je rentre au pays, puis je pars pour l’Afrique du Sud avec l’espoir d’un avenir meilleur ». A mon retour au Sénégal en 1997, je me suis préparé en conséquence. Moins d’un mois après, j’avais réussi à réunir l’argent nécessaire ». A l’époque, il n’y avait pas de visa pour entrer en Afrique du Sud. Paco n’a eu qu’à payer le billet d’avion. Mais la suite ne fut pas aussi simple.

Déception
« Je souhaitais trouver, en Afrique du Sud, le même travail dans le secteur des mines qu’au Mali. Mais je n’ai pas pu. Raison pour laquelle je travaille dans la rue pour le change (cambiste, ndlr) ». Même si « ce n’était pas (s)on métier », le quadra sénégalais, sans se plaindre, dit « s’accrocher » et parvient « à satisfaire (ses) besoins, envoyer un peu d’argent au pays ». Malgré une précarité financière, l’espoir ne le quitte pas. Dans un murmure, Paco lance : « Le plus important, c’est que je n’ai pas perdu ma dignité ». Philosophiquement, Paco conclut le chapitre de ses rêves en s’adressant aux Sénégalais. Dans la vie, chaque personne a sa chance. Si un/une Sénégalais(e) me demande conseil pour venir en Afrique du Sud, je lui raconterai mon histoire. J’ai vécu au Sénégal et j’ai vécu en Afrique du Sud. Je suis prêt à partager mes analyses. Je suis resté 20 ans en Afrique du Sud, pas 20 jours. J’ai réellement vécu une grosse partie de l’Histoire de ce pays » depuis la fin de l’Apartheid. Un témoignage important sur les soubresauts d’une nation post-Apartheid qui peine encore à cimenter ses différentes entités et par conséquent, tout ce qui vient de dehors.

Cora Portais Ndiaye (Texte et photo)

Les prières
Chaque samedi soir, une partie de la communauté sénégalaise de Johannesburg se réunie pour célébrer le guide religieux Serigne Touba. Cette coupure permet à tous de se retrouver avant d’entamer une nouvelle semaine de travail. Telle une soirée, une fête, ou une cérémonie, ce rendez-vous spécial tombe un samedi ; ce qui permet à nombreux d’être présents. C’est dans le quartier de Bez Valley que ces réunions religieuses se tiennent. Les croyants ont, eux-mêmes, investi dans une maison afin de pouvoir se retrouver. Les prières commencent à partir de 20h30. Les femmes et les enfants peuvent assister aux prières, mais pas y participer. Certains hommes prient assis, d’autres, au centre de la pièce principale, récitent leurs prières debout tout en marchant en cercle. Après une heure de récitation, la mélodie et le volume sonore ne font qu’augmenter.
La réception
Aux alentours de 23h, les participants qui restent peuvent se restaurer. Dans une maison voisine, située à 5 minutes à pied du lieu de prières, des femmes ont préparé un copieux repas à partager. C’est dans la cour intérieure, peu éclairée, que se tient la réception. Une fois encore, les femmes et les hommes sont séparés. Chacun mange de son côté. Au menu, ce soir, ce sont des pâtes au bœuf, accompagnées d’une sauce qui s’apparente à celle du «yassa». L’atmosphère est légère et chaleureuse, comme si une petite part du Sénégal avait voyagé jusqu’en Afrique du Sud.
 
Texte et photographies par Cora Portais

Le Japon est un pays qui a fait face à de nombreuses tragédies allant des catastrophes naturelles comme les tremblements de terre et tsunamis à celles humaines avec la seconde guerre mondiale. Son potentiel à se remettre sur pied peut faire cas d’école.

Le pays du Soleil levant force le respect par son aptitude à toujours surmonter les défis géographique et physique qui se posent à lui. Pourtant, c’est l’un des rares pays au sein duquel toutes les formes de calamités naturelles existent.

Catastrophes
Le Japon est secoué régulièrement par des tremblements de terre.
Un mémorial est dédié à celui qui a dévasté la région du Kanto en 1923. Pour rappel, le Kanto est l'entité géographique qui se trouve dans la partie principale de l’archipel japonais. Il réunit les préfectures de Gunma, Tochigi, Ibaraki, Saitama, Tokyo, Chiba et  Kanagawa. Ces secousses avaient occasionné des incendies au lourd bilan avec près de 130.000 victimes, en plus d’importants dégâts matériels, selon une étude de Mai Denawa menée sous l'autorité du département d’Histoire de Brown University aux Etats-Unis. En août 1945, le monde assiste, avec effroi, aux bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Le 11 mars 2011, il y a eu un tremblement de terre à Fukushima, suivi d’un raz-de-marée sans précédent qui a provoqué un désastre humanitaire avec son lot de victimes (près de  18.000 morts et disparus), en plus des dégâts écologiques majeurs au niveau des centrales nucléaires de la ville.

Source de résilience
Pour chacune de ces catastrophes, les commémorations ont été des moments très importants pour les Japonais. Au delà du côté symbolique, le secteur de l’éducation a un rôle important dans la gestion de la mémoire des événements. Des institutions universitaires et de recherche ont alloué une partie de leurs ressources à des travaux sur ces événements. Des ingénieurs et techniciens ont présenté des expositions sur des solutions technologiques.

Les institutions scolaires font des sorties pédagogiques sur les lieux de drame. Les survivants sont des témoins qui donnent vie aux faits par les mots. Des activités de mobilisation communautaire ont lieu un peu partout pour contribuer à l’effort de reconstruction. Le volontariat a connu une véritable progression lors des événements de mars 2011. Mieux, des slogans et des messages de soutien sont distillés un peu partout pour montrer que la tragédie a été une opportunité d’union et de force pour la société nipponne. En réalité, la force d’un peuple va de pair avec sa capacité à s’enraciner dans sa culture pour bien comprendre le passé afin d’interroger le présent pour mieux aborder son avenir. La capacité de résilience d’un peuple ne peut se mesurer que via ces types de jalons qui sont à la base du ciment social d’une nation.

Au Japon, chaque tragédie est un moyen de montrer l’unité et le sens patriotique de la Nation.

Le Mois du Sénégal au Canada est organisé chaque année, en avril, par le Regroupement général des Sénégalais du Canada (Rgsc).

Les Sénégalais réclament plus d’accès aux documents administratifs

Pour Ibrahima Sakho, président de Rgsc, et son équipe, « c’est un clin d’œil à la fête d’indépendance du Sénégal ». L’édition de 2016, la 4ème du genre, a été rythmée par les débats sur l’économie, avec la présence de Pierre Goudiaby Atépa qui a animé une conférence au cours de la laquelle il a décliné ses douze propositions pour un Sénégal émergent. Les journées économiques ont été axées sur la diplomatie économique avec la recherche d’investisseurs canadiens au Sénégal. Les sciences, la diplomatie et la culture ont eu des manifestations dédiées, avec notamment le groupe éponyme Pape et Cheikh venus de Dakar mais aussi des artistes sénégalais établis au Canada, comme Omar Ndiaye Xosluman, Elage Diouf, Seydina Ndiaye, Assane Seck (fils de Zal Seck) et Diouncouda Ndiaye, ancienne pensionnaire du Théâtre Daniel Sorano.

Sory KabaSory Kaba : « Il y aura un bureau au Canada pour appuyer les investissements vers le Sénégal »
Le directeur des Sénégalais de l’extérieur avait également fait le déplacement avec une délégation d’agents venus du consulat sénégalais de New York pour confection de documents administratifs aux Sénégalais du Canada. Cependant, de nombreuses personnes venues de Montréal, Trois Rivières et même de Québec n’ont pas pu déposer leur demande de passeport où carte nationale d’identité, malgré les deux jours de présence de ces agents. L’épineux problème des documents administratifs, la spécificité des Sénégalais du Canada et leur apport dans le développement du Sénégal ont été au cœur de l’entretien que Sory Kaba nous a accordé.

M. Sory Kaba, quelles sont les principales préoccupations des Sénégalais du Canada ? Les problèmes, si on les priorise, c’est d’abord l’accès aux documents administratifs, notamment les cartes nationales d’identité et les passeports. Ce sont les premières préoccupations de nos compatriotes qui vivent au Canada. J’ai encore souvenance, en 2014, quand j’ai reçu les étudiants à travers leur association, cela était une forte demande. Nous leur avons, par la suite, envoyé systématiquement une équipe pour régler ce problème. Aujourd’hui encore (entretien réalisé le 29 avril, Ndlr), je suis arrivé avec une équipe pour faire les passeports et les renouvellements ; ce qui veut dire que nous partageons avec eux cette préoccupation, en l’identifiant comme priorité. Nous recevons les instructions du président de la République pour que cette sollicitation récurrente soit une vieille histoire et, à terme, il nous faut avoir une valise mobile et à défaut d’un centre de production à Ottawa, qu’on puisse faire l’enrôlement et que la production puisse se faire à New York. C’est une équipe de New York qui est dépêchée au Canada pour faire les documents ; l’option de la valise, nous y travaillons et l’avons expérimenté dans certains pays comme l’Italie. L’ambassade du Sénégal à Rome dispose d’une valise mobile mais la production se fait à Milan, au niveau du Consulat.

Va-t-on vers l’amélioration, avec une convention bipartite, de la prise en charge des droits sociaux des Sénégalais de Canada ? Nous avons revisité l’accord qui nous lie à la France. Nous avons également un accord avec l’Italie et l’Espagne où il y a au moins 3 générations (d’immigrés sénégalais, Ndlr). Ce qui n’est pas le cas encore, je crois, au Canada, mais c’est une question qui figure dans l’agenda du gouvernement du Sénégal pour que nous puissions faire prévaloir une vraie dynamique de protection sociale du migrant sénégalais et de sa famille. Au-delà de cette dimension sociale, il y a également celle économique qui est importante. La question du retour et de l’investissement est importante parce que l’image qu’on retient du Sénégalais qui vit au Canada, c’est un diplômé, un technocrate. C’est quelqu’un sur qui le gouvernement peut compter en termes d’Intelligentsia et d’expertise. On se rend compte qu’il y a des problèmes aussi à prendre en considération. Même s’ils ne comptent pas rentrer tout de suite ou n’ont pas encore d’offres d’emploi, les Sénégalais au Canada n’excluent pas le retour au pays. Pour ceux qui envisagent de rentrer au Sénégal, ils veulent se lancer, pour la majorité, dans le secteur privé et ils auront besoin d’accompagnement, parce que cela fait longtemps qu’ils se sont absentés du pays. Ils ont besoin d’être accompagnés pour identifier les niches ou les secteurs porteurs de croissance sur lesquels ils peuvent investir.

Qu’est-ce que vous comptez faire pour cet accompagnement ? Je viens de dire au chef du bureau économique à Ottawa (Zaccaria Coulibaly, Ndlr) que nous allons ouvrir en Italie le premier bureau d’Appui à l’investissement des Sénégalais de l’extérieur, et on va travailler pour ouvrir un bureau également au Canada. Suite à la rencontre que j’ai eu avec le Bureau du Rgsc, nous nous sommes entendus pour procéder à l’identification de tous les Sénégalais diplômés qui vivent au Canada. C’est aussi une demande du président de la République. L’ambassade va impulser la dynamique et le Rgsc sera mis à contribution pour que tous les membres puissent être identifiés et répertoriés. In fine diplômés ou pas, travailleurs ou pas, nous en avons besoin dans le cadre d’un répertoire qui sera mis à la disposition du chef de l’État.

Sur la question du retour et de l’investissement, quelle est la porte d’entrée pour les Sénégalais de l’extérieur ? Qui chapeaute tous les nombreux programmes ? Le point d’entrée de tous les Sénégalais vivant à l’étranger est le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur ; donc la direction générale des Sénégalais de l’extérieur.

Nous les orientons en fonction des centres d’intérêt parce qu’il est important que nous respections les questions de forme, car demain, si quelqu’un a des problèmes avec l’Apix, un autre bailleur ou une collectivité sur une question portant, par exemple, sur le foncier, c’est nous qui allons intervenir. L’idéal aurait été que nous soyons informés en amont pour pouvoir anticiper sur ces problèmes. Par ailleurs, l’Apix, le Fongip, la Bnde, le Fonsis ont des initiatives qui concernent les Sénégalais de l’extérieur, mais nous jouons le rôle de coordination pour fédérer l’ensemble de ces actions en faveur des Sénégalais qui vivent à l’étranger. Je pense donc que la  porte d’entrée, c’est nous, la direction des Sénégalais de l’extérieur. Ce qui justifie d’ailleurs notre présence à chaque fois que de besoin.

Pape et CheikhRencontre avec Pape & Cheikh : « Faire de Montréal notre Bercy avec un grand concert annuel »
Présents au Mois du Sénégal au Canada pour répondre, pour la deuxième fois, à l’invitation du Rgsc, le groupe s’est produit lors d’un concert au cours de la cérémonie de clôture devant ses nombreux admirateurs au Canada. Pape & Cheikh comptent perpétuer un concert annuel à Montréal comme les « Bercy » de Youssou Ndour.

Votre présence au Canada est-elle également un début pour une carrière internationale ? Pape : Actuellement, nous ne sommes pas dans une recherche active de contacts au Canada, mais nous le souhaitons, car nous apprécions vraiment le public canadien. Nous commençons à nouer certaines relations, cependant, c’est encore trop récent, environ 4 mois. A terme, cela nous permettra d’aller au-delà du public sénégalo-sénégalais. Il ne faut pas oublier que c’est notre  4ème venue au Canada, les 2 autres fois, c’était dans le cadre de festivals. Même si nous gagnerons à être mieux connus, je précise humblement que nous savons que nous sommes des artistes confirmés et reconnus. Notre premier album fut un album international avec Real One de Peter Gabriel, et à l’époque, nous avions fait une tournée internationale. Je vais vous raconter une anecdote. A l’aéroport, lors de notre arrivée, nous n’avions pas nos invitations sur nous. C’est en tapant notre nom sur internet que le douanier canadien a pu avoir confirmations de nos identités et de nos activités dans la musique. Je pense qu’une certaine notoriété s’installe à l’ère du numérique. Nous allons continuer à maintenir ces contacts et mettre Montréal dans notre agenda, et que cela puisse être un rendez-vous annuel et pourquoi pas devenir l’équivalent d’un Bercy de Youssou Ndour, d’autant plus que le public sénégalais nous témoigne une affection et un intérêt en répondant nombreux par leur présence à notre soirée.

Comment jugez-vous le public montréalais et les Sénégalais du Canada par rapport aux autres Sénégalais de la diaspora ? Cheikh : Je vois une entraide et une solidarité qui caractérisent le Sénégalais partout ou ils se trouvent dans le monde. J’espère que cela va continuer. Je les encourage à s’entraider, et prions qu’ils réussissent et puissent aider leurs familles restées au pays.

Pape : je vois une réelle implication des Sénégalais d’ici, ils viennent uniquement pour nous, et c’est pour cela que c’est toujours avec un grand plaisir que nous répondons à leur invitation, malgré la distance qui sépare les deux pays.

Dossier réalisé par Aminata Sow, Montréal (Canada)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.