D'Ici et d'ailleurs (1)

Le jeune attaquant sénégalais de 22 ans, annoncé comme un véritable joyau, tarde à taire tous les doutes avec son club Monaco (Ligue1, France), au moment où son avenir en sélection du Sénégal s’assombrit pour cause de mauvais comportement.

Avec Keïta Baldé Diao, tout va très vite. Sur le terrain et en dehors. Aujourd’hui, sa carrière semble épouser les mêmes arabesques que ses foulées déconcertantes sur la pelouse. Promis à un bel avenir, le jeune international sénégalais est en train de vivre, une nouvelle fois, une situation délicate dans sa carrière construite sur des fulgurances et des coups d’éclats, mais aussi sur des bras de fer avec ses clubs. Lorsqu’il débarque pour 30 millions d’euros à Monaco à la fin du mois d’août, après avoir fait le forcing pour quitter la Lazio Rome, Keïta Baldé est tout de suite vu comme le remplaçant de Kylian Mbappé, parti au PSG contre la somme de 180 millions d’euros.

Après une moitié de saison à Monaco, le jeune Sénégalais a encore du mal à faire oublier l’international français du Paris Saint-Germain, avec un bilan qui ne reflète pas tout son potentiel (5 buts en 20 matches toutes compétitions confondues). « Je manque encore d’expérience, c’est ma première année ici en France, a expliqué Keïta Baldé en conférence de presse jeudi 30 novembre. J’apprends, j’écoute. Monaco a placé une grande confiance en moi, avec ce gros transfert. Je veux rendre cette confiance au club. Je n’ai pas trop de pression, mais c’est normal que les gens attendent plus de moi ».

Privé de Mondial
En équipe nationale du Sénégal également, « les gens » attendent beaucoup du natif d’Arbúcies (Espagne). Surtout au niveau du comportement. Car Keïta Baldé a montré un autre visage aux supporters des Lions, lors des derniers matches du Sénégal, alors que l’histoire d’amour entre eux avait si bien commencé. La première incartade ? Une bouderie lorsqu’il est remplacé à la 82e minute du match Cap-Vert - Sénégal (0-2) en août dernier. L’attaquant veut regagner directement les vestiaires avant de se raviser, non sans avoir montré à tout le monde qu’il n’était pas content. L’épisode pousse le sélectionneur et le président de la fédération à recadrer le joueur avant la double confrontation décisive contre l’Afrique du Sud au début du mois de novembre. Sans succès. Keïta Baldé est laissé sur le banc lors du premier match face aux Bafana Bafana (2-0), et en tribunes lors du second, quatre jours plus tard. Ce comportement en sélection vient mettre en lumière le caractère du jeune joueur de 22 ans qui n’en est pas à son premier clash. Alors qu’il n’a pas encore 18 ans, il tient tête au Barça, son club formateur, coupable de l’avoir envoyé en prêt à l’Union Esportiva Cornella en guise de punition pour avoir déclencher une bagarre lors d’un stage avec ses jeunes coéquipiers. Le gamin fait le forcing pour être transféré à la Lazio et réussit son coup. Rebelote en août 2017. Il est écarté du groupe professionnel de la Lazio après avoir entamé un bras de fer pour aller à la Juventus Turin. Ce sera finalement Monaco. S’il est toujours sorti plus ou moins gagnant de ses clashes avec ses clubs, la donne risque d’être différente en équipe nationale avec un sélectionneur et une fédération qui ont érigé la discipline et le bon comportement comme indispensables à la vie dans la Tanière. Keïta Baldé a donc six mois pour s’amender et s’adapter au code de discipline de la sélection pour ne pas voir le Mondial lui filer sous le nez. Pour quelqu’un qui a l’habitude d’accélérer sur un terrain, il est peut-être temps de mettre la pédale douce...


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.