grandair

Soleil Grand Air (322)

Une exquise recette aux saveurs du Ndiambour : des pigeons bien dodus, capturés dans les environs de Louga, farcis d’oignon, d’ail et de persil, mijotés dans une sauce à la tomate. Ce plat, appelé « soosi pitakh » (sauce aux pigeons), est délicieux. En accompagnement, une purée de pomme de terre. Vous vous lécherez les babines de plaisir lorsque vous aurez terminé de le déguster. Voilà un mets dont on se souviendra. Nous vous proposons le récit d’un vol plané de pigeons à Louga : des airs à nos assiettes.

Nous n’allons pas, ici, à Louga, nous limiter seulement à déguster des pigeons. D’abord, faut-il en savoir sur le mysticisme qui lui est rattaché dans la lutte sénégalaise. Pourquoi les lutteurs libèrent-ils un pigeon lors de leur combat ? En tout cas, c’est une pratique très courante chez nos « gladiateurs ». Nombreux sont les lutteurs qui entrent dans l’arène en tenant un pigeon entre les mains. Le volatile sera libéré avant l’entame du combat. Selon les connaisseurs, un pigeon remis en liberté prie pour son bienfaiteur et s’envole, emportant avec lui le mauvais sort que l’adversaire a jeté à son libérateur.

Après le volet mystique, consacrons-nous au côté loisirs avec le pigeon voyageur. Son introduction, dans notre pays, a commencé avec la colonisation. Les militaires de l’armée française seraient les premiers à l’amener à Dakar. Plus tard, des Sénégalais, intéressés, ont commencé à en importer. Le pigeon voyageur, cette race d'oiseau de l'espèce du pigeon biset (columba livia), est spécialement sélectionné pour effectuer des concours au sein d'associations colombophiles. Aujourd’hui, dans beaucoup de grandes villes de notre pays, l’on compte de nombreux éleveurs de pigeons voyageurs et de race. Mais, ils sont peu à connaitre le sport colombophile. Ils sélectionnent, pour la plupart, les pigeons pour leur beauté, la couleur, la taille, etc. Nous avons cherché, en vain, à rencontrer des membres d’une association colombophile à Dakar. Sans risque de nous tromper, l’on peut dire que les éleveurs sénégalais sont moins actifs que leurs amis européens, notamment belges et français, qui pratiquent fréquemment la colombophilie comme activité de loisirs. A côté de ceux-là qui, au Sénégal, s’intéressent aux pigeons voyageurs et de race pour les raisons déjà invoquées, il y a d’autres qui, à la différence des Sow de Louga dont ledit volatile est un business, s’adonnent à la chasse du pigeon pour améliorer leur quotidien ou, sur des zones amodiées, pour le simple plaisir. Bref, de la famille des colombidés, le pigeon est un oiseau sauvage ou domestique granivore.

Riche en fer
Il se nourrit ainsi exclusivement de grains et se distingue des autres oiseaux par son bec grêle, courbé et renflé, ses ailes courtes et son plumage abondant. Il existe plusieurs espèces de pigeon. Toutes se mangent et toutes ont un goût apprécié des connaisseurs. La viande de pigeon est une viande rouge, serrée et maigre. Riche  en fer, elle est conseillée aux convalescents et anémiques. Le peu de gras se trouve sur la peau et autour du croupion. Dans la cuisine lougatoise, voire sénégalaise, le pigeon n'a sans doute pas la place qu'il mérite. Quelques rares restaurants le proposent à leur clientèle. Aussi faut-il en être friand pour l’avoir dans son assiette à la maison. Partout, il gagne à être mieux reconnu pour être mieux apprécié !

Ce n'est certes pas une viande que l'on consomme tous les jours, mais le pigeon présente pourtant une valeur nutritionnelle intéressante qu'il convient de remettre en lumière. Trop rares sont les occasions, au Sénégal, d'avoir du pigeon dans son assiette. Et c'est bien dommage tant cet oiseau parvient à allier harmonieusement qualités gustatives et nutritionnelles. Que ce soit un pigeon sauvage ou bien d'élevage, adulte ou jeune (pigeonneau), le volatile présente, dans tous les cas, une viande maigre avec une chair très fine et pauvre en graisses.

C'est pourquoi il convient tout à fait à un régime hypocalorique, à l'inverse d'autres viandes rouges beaucoup plus "riches". Le principal atout du pigeon réside dans sa teneur en fer, de l'ordre de 20 mg pour 100 g.

Un plat de roi
C'est d'ailleurs une viande conseillée pour les personnes souffrant d'anémie, à savoir un manque de fer dans l'organisme. Riche également en protéines, potassium, phosphore ou vitamines B3 et B6, le pigeon a toutes les qualités pour prendre une place de choix dans notre alimentation. Sa chair moelleuse, en particulier celle du pigeonneau, ne nécessite pas une cuisson très longue. Il est, de fait, assez simple et agréable à cuisiner, et de nombreuses recettes mettent le pigeon en valeur. Plats en sauce, pigeons rôtis à la broche, à l'ail, etc., il se décline au gré des envies, des saisons et des créativités culinaires. Réconcilier l'art de la gastronomie et les bienfaits nutritionnels, voilà qui n'est pas donné à toutes les viandes. Rôti, grillé, farci, le volatile se prête à toutes les cuissons et accompagnements. Ni volaille ni gibier, il est d’une saveur exquise. Quiconque s'est assis à la table d'un connaisseur peut en témoigner : le pigeon est un mets de choix. Il est très recherché par un confrère lougatois pour sa chair unique, tendre et ferme, fine et corsée à la fois. Chez lui, le pigeon est un incontournable. Sa famille raffole de cette viande rouge et subtile qui se marie aussi bien avec les petits pois qu'avec, l'ail, les légumes ou les céréales. Son épouse sait le cuire rôti, grillé, farci, en ragoût, etc. Le pigeon est un symbole de la bonne cuisine de l’épouse de notre confrère lougatois. Selon elle, il y a plusieurs façons de cuisiner le pigeon. En tout cas, des pigeons bien dodus, capturés dans les environs de Louga, farcis d’oignon, d’ail et de persil, mijotés dans une sauce à la tomate, c'est un plat de roi !

Une affaire de famille : Les Sow, ces oiseliers de père en fils
Cheikh Sow, 66 ans, habite un quartier périphérique de la commune de Louga. C’est là, assis au milieu de ses petits-fils, qu’il nous reçoit pour parler de son business : la capture et la vente d’oiseaux, principalement des pigeons.

Un vendredi de début février, dans l’après midi. L’équipe de « Grand air » se rend dans la périphérie de Louga. Là où Cheikh Sow vit paisiblement avec sa famille. Sur place, on le trouve assis sur une chaise pliable et tenant un bébé. Tout autour de lui, une dizaine d’enfants. « Comme vous pouvez le constater, je me plais en compagnie de mes petits-fils », lance Cheikh Sow, en guise de bienvenue. L’homme qui a bâti sa réputation dans la vente d’oiseaux offre de bonnes dispositions pour échanger.

Le sujet le passionne. Cela se voit et se lit sur son visage. Normal. Cheikh Sow ne connait que ça : attraper des oiseaux pour les revendre. Il le fait depuis l’âge de 17 ans, sous l’œil protecteur de son père, Pathé Sow, aujourd’hui disparu. Agé de 66 ans, notre interlocuteur ne compte arrêter ce lucratif commerce. « Je ne suis pas capable de faire autre chose. C’est Dieu qui l’a voulu ainsi. Je l’accepte », convient le chef de famille. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé d’autres secteurs. Cheikh Sow a d’abord été paysan. Ensuite, il s’est lancé dans l’élevage de gallinacées, de moutons et de chèvres. Et, enfin, dans le petit commerce.

Faire fortune en vendant des oiseaux
De multiples centres d’intérêt qui se sont tous soldés par un échec. « Je ne m’y retrouvais pas. Il fallait que je change de métier. C’est ce que j’ai fait », souligne Cheikh qui dit avoir tout abandonné pour se consacrer à la vente d’oiseaux. Ce business, dit-il, a un avantage réel. Moins de travail, plus d’argent. Et comment faisait-il ? C’est simple. Cheikh avait un piège à oiseaux qu’il mettait autour des marigots, des rivières. Et le tour était joué. Il ne rentrait jamais les mains vides. « Il m’arrivait de revenir avec 150, 200 et même 300 oiseaux », se souvient Cheikh Sow. Une fois à la maison, les oiseaux pris sont cédés à un certain Demba Diallo. Et ce dernier, à son tour, prenait le train pour Dakar. Plus précisément à Thiaroye, chez Amadou Diallo, plus connu sous le nom de « Diallo Pithie ». Parfois, Cheikh Sow recevait directement la commande de Diallo Pithie. « Cela est arrivé à plusieurs reprises. J’avais de bonnes relations avec lui ». Cheikh Sow a perdu ses forces avec l’âge. Il ne va plus en brousse, mais continue pourtant son business. Se contentant de racheter « quelques paires » de « pitakh » (pigeons de brousse) sur place. Oui, les « pitakh », c’est sa trouvaille quand Diallo Pithie a cessé de passer commande.

Une reconversion dictée donc par le marché. « Les gens ne venaient plus de Dakar pour acheter les oiseaux. Et pour continuer de vivre, je me suis rabattu sur les « pitakh » prisés par une certaine catégorie de consommateurs ». Il faut dire que Cheikh Sow a bénéficié du soutien indirect des acteurs de la santé recommandant vivement la consommation de « pitakh » pour ses vertus. Aujourd’hui, restauratrices, personnes anodines et malades souffrant d’anémie viennent se ravitailler dans son oisellerie. Et quand Cheikh ne peut plus satisfaire la demande, il fait appel à son fils aîné, Alassane.

Celui-ci bénéficie déjà du riche carnet d’adresses de son père. Rien d’étonnant. Chez les Sow, ce business se transmet de père en fils. « C’est normal. Il l’a hérité de son papa. Aujourd’hui, je suis ses traces. Et demain, mes enfants feront le même business. C’est une affaire de famille », explique Alassane Sow. Son oisellerie, érigée juste derrière sa chambre, est une merveille.

On y voit des oiseaux de tout genre, petits et grands, dont certains viennent du Maghreb. Les nouvelles commandes pleuvent. Alassane s’en félicite. Son rêve : asseoir une renommée nationale et faire fortune en vendant des oiseaux. Exactement comme l’ex patron de son Papa, Amadou Diallo dit « Diallo Pithie ».

Par Cheikh Aliou AMATH, Abdoulaye DIALLO (textes) et Mbacké BA (photos)

Radio cancan

20 Fév 2017
36 times

Qui d’entre nous n’a pas, ne serait-ce qu’une seule fois de sa vie, été victime de racontars émanant de rumeurs parmi les plus folles. C’est sournois, une rumeur. On ne sait jamais d’où sort-elle à l’origine. Devant son emprise, on cogite, on se demande comment se crée-t-elle, sur quels fondements, pourquoi ? Comme un virus, il n’est pas aisé de retracer parfaitement son origine. Face à la rumeur, la victime est souvent désemparée.

Faut-il en parler pour démentir au risque qu’elle se propage ? Laisser courir ? Avouer, si c’est vrai, même si cela relève de la vie privée ? Le choix à adopter pour faire face est toujours compliqué. La commère, souvent à l’origine de la propagation de cette tendance faite de rumeurs, se montre menteuse et secrète, hypocrite et conspiratrice. Il devient, dès lors, difficile de la dévisager au grand jour. La commère aime répandre ces rumeurs, voire en rajouter en inventant parfois. C’est essentiellement une personne curieuse dont le plus grand plaisir consiste à rapporter les malheurs des autres.

En règle générale, il se passe très peu de choses dans la vie d’une commère. Cette dernière est surtout motivée par le besoin d’être acceptée et de se sentir importante. Mais, si elle adore tout raconter sur tout le monde, la commère ne divulgue jamais rien sur elle-même. Sa vie est le seul secret qu’elle garde. Quand vous traitez avec une commère, il faut surtout vous rappeler ceci : quiconque vous raconte des choses sur les autres en raconte sur vous également. Soyez donc sur vos gardes. La commère est extrêmement dangereuse parce qu’elle peut transformer votre vie en un véritable cauchemar.

Si elle rapporte des potins sur quelqu’un que vous connaissez ou aimez, coupez-lui la parole en lui disant: « Je n’ai pas envie d’écouter cela » ou « cela ne m’intéresse pas ». Peut-être recourir à la technique de l’humour et user d’une répartie comme : « Sais-tu quel sort on réservait aux commères au Moyen-âge ? On leur mettait un masque de fer fermé à clé. A bien y penser, un masque comme cela t’irait bien ».

Par Oumar BA

Me Assane Dioma Ndiaye est l’un des avocats les plus médiatisés du Sénégal. Connu pour son engagement dans la défense des droits humains, il n’en demeure pas moins adepte des « gros dossiers ». La notoriété du président de la Ligue sénégalaise des droits humains transcende les frontières sénégalaises. Découverte d’un homme qui dit tout le temps s’engager « pour défendre la cause des sans voix ».

C’est l’histoire d’un jeune apprenant qui s’inspire d’une référence et l’assume pleinement. Chose plutôt rare par ces temps. Souvent, les hommes cachent, en effet, leurs  « individus rois » derrière un « je n’ai besoin de personne » quand on leur demande leurs références admirées, les exemples auxquels ils s’identifient, ceux à qui ils aspirent ressembler. Ce n’est point le cas de ce jeune étudiant en Droit rencontré à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Amadou a déjà fait son choix : il veut être avocat à l’image de Me Assane Dioma Ndiaye. La précision est importante à ses yeux. Il suit l’homme depuis quelques années et a fini par prendre cause pour lui.

Pas besoin d’arpenter longtemps les couloirs du Palais de justice de Dakar pour entendre évoquer « sa capacité à prendre plusieurs dossiers à la fois ». Réfléchis par toi-même, remets en cause le point de vue dominant, il ne renferme pas toujours la vérité, voilà ce qui pourrait être le devise de Me Assane Dioma Ndiaye.

On l’observe dans l’un des rares moments de pause, un visage bien garni, couvert sur un teint d’ébène, laisse entrevoir un physique en embonpoint. Il dépasse le mètre quatre vingt. Habillé d’un costume, comme c’est souvent le cas chez lui, il ne manque pas de s’arrêter ici et là pour de brefs échanges avec ses collègues. Me Assane Dioma Ndiaye dit, entre autres, avoir voulu être avocat parce que c’est un métier où « même si on fait face aux plus puissants, on peut quand même espérer gagner à force de travail et de persévérance ». Pas d’esprit de revanchard ni d’ambitions mondaines. Non, c’est autre chose. C’est la passion du challenge plutôt que du triomphe. L’amour de la défense et du défi relevé. Une belle rage donc !

Me Assane Dioma Ndiaye est un homme occupé. C’est parce qu’il est sur plusieurs fronts à la fois. Avocat de profession, il n’en demeure pas moins très engagé pour la cause des droits humains. Il s’est plus d’une fois illustré en prenant la défense de victimes. Il s’est, par exemple, constitué partie civile dans l’affaire Hissene Habré du nom de l’ex président du Tchad. Cette affaire n’est qu’une parmi tant d’autres. Passionné du droit, déjà très jeune, Assane Dioma Ndiaye a toujours rêvé arborer un jour cette robe noire dans le but de « défendre la cause des sans voix ». A la base, c’est la fibre humaniste qui a prévalu et guidait les pas d’un rêve, lequel n’a fait que se consolider au fil des années. Enfant studieux à l’école, il s’est toujours donné les moyens pour figurer parmi les premiers de la classe. A cet égard, son curriculum vitae est très expressif : « Il obtient en 1981 son baccalauréat avec la mention « Très Bien » et est le major du centre », lit-on dessus. Une fois le baccalauréat en poche, le jeune Assane pouvait bel et bien aller poursuivre ses études en Occident, comme cela était d’usage à l’époque. Il a tout simplement préféré rester dans son pays. « Je ne voyais pas la nécessité d’aller poursuivre mes études ailleurs, d’autant plus que l’époque l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar figurait parmi les meilleures au monde », souligne-t-il. C’est là donc qu’il passe tout son cursus universitaire jusqu’à l’obtention du Diplôme d’étude approfondies (Dea) en Droit.

Homme de défis
Me Assane Dioma Ndiaye est réputé endosser des dossiers où tout semble flou au début. Que d’improbabilités. Un adepte du risque, en d’autres termes. « C’est à l’image d’un footballeur sur un terrain de jeu. Il doit se dire que tant que le match est en cours, il est nécessaire de se donner à fond pour atteindre son objectif. Avec Assane, c’est pareil. Il a horreur de perdre, voilà pourquoi une fois engagé, il se donne tous les moyens nécessaires pour remporter un procès », témoigne un de ses confrères. « Un avocat gagne bien sa vie suivant sa carrière, ses objectifs. Selon la spécialité, on peut beaucoup voyager. Ce n'est pas monotone, car les dossiers sont divers et variés. C’est un métier passionnant, guidé par l’envie de défendre la cause des autres », dit-il.

Malgré un travail où il passe le plus clair de son temps à défendre des causes, Me Ndiaye se refuse de juger les autres. L’image lui est devenue familière : tous les jours, il voit des ombres furtives qui descendent des fourgonnettes de l’administration pénitentiaire pour rejoindre le box des accusés afin de connaitre le sort que la justice leur réserve. Certains s’engouffrent à nouveau dans ces voitures, car étant maintenus dans les liens de détention. D’autres, au contraire, recouvrent la liberté. C’est le quotidien des tribunaux.

Cette réalité est devenue une routine des habitués du barreau. Pour autant, Me Ndiaye traine cette réputation de ne jamais s’avouer vaincu d’avance. Quelque soit la complexité du dossier, il est prêt à l’endosser pour faire triompher la justice, témoigne un jeune avocat qui a eu à effectuer son stage dans le cabinet de cet avocat émérite. Il aime briser les résistances, les positions établies avec cet acharnement qui fait qu’aucune difficulté ne le décourage. Il a ce côté révolutionnaire, résume-t-il.

Me Assane Dioma Ndiaye est né le 13 Août 1961 à Kaolack. Il fait ses études primaires entre 1968-1975 à l’école régionale de Diourbel. Il passe son cycle secondaire au collège Saint Gabriel de Thiès. Comme susmentionné, il obtient son baccalauréat en 1981 et passe ses études supérieures à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar ou il sort avec un Dea en Droit privé, option judiciaire. Me Ndiaye est, en 1988, lauréat au Concours d’aptitude à la profession d’avocat (Capa). Il est aussi président de l’Organisation nationale des droits de l’Homme du Sénégal (Ondh) et directeur de la Justice internationale. Depuis 2010, il est coordonnateur de la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh). En 2014, il devient membre permanent du Comité de discipline de la Cour pénale internationale.

C’est un avocat vif. Il s’engage à défendre un dossier selon qu’il juge qu’une des parties a été lésée. Il n’appartient à aucun clan, si ce n’est celui qu’il consent à défendre corps et âme. « Il sait combien la justice permet aux individus d’échapper au déterminisme, de faire face aux régimes totalitaires, de s’ériger pour rétablir l’ordre normal des choses », ajoute son confrère avocat. Assane Dioma Ndiaye fait partie des rares personnes à avoir dénoncé haut et fort la situation qui prévalait en Gambie, alors qu’un certain Yahya Jammeh en était encore le dirigeant. Après le départ du pouvoir de ce dernier, il fait encore partie de ceux qui réclament justice. Un procès en vue ? Wait and see !

Par Oumar BA

Selon deux nouvelles études, avoir un plus grand nombre d'enfants pourrait augmenter le risque de maladie cardiovasculaire non seulement pour la mère, mais aussi pour le père.

Selon Vera Regitz-Zagrosek, professeur, présidente du groupe de travail "Gestion des maladies cardiovasculaires au cours de la grossesse" de la Société européenne de cardiologie, deux études récentes suggèrent que le risque de maladie cardiovasculaire chez la femme pourrait être aggravé par le nombre d'enfants qu'elle a et, dans certains cas, pourrait être un facteur de risque cardiovasculaire également pour le père.

Dans la première de ces deux études, qui a suivi un demi-million de Chinois, l'équipe de chercheurs a découvert l'existence d'une relation statistiquement significative en "J" entre le nombre d'enfants et le risque de maladie coronarienne et d'accident vasculaire cérébral ; ce qui signifie que "le risque diminue lorsqu'on a un enfant, puis augmente avec deux enfants ou plus", explique le professeur Regitz-Zagrosek.

Elle souligne également avoir été "frappée", en lisant cette étude, par le fait que cette relation était observée pour les femmes comme pour les hommes. À noter que d'autres recherches ont, en outre, constaté que le nombre d'enfants était également lié selon une courbe en "J" au risque de diabète chez les femmes et les hommes.

Par ailleurs, une étude publiée dans la revue Circulation suggère qu'avoir connu plusieurs grossesses pourrait accroître le risque de fibrillation auriculaire (c'est-à-dire une arythmie cardiaque, augmentant le risque d'accident vasculaire) chez la femme, plus tard au cours de sa vie.

Un enfant unique, meilleur pour la santé ?
Toutefois, le professeur Regitz-Zagrosek indique que "dans cette étude, aucune courbe en "J" n'a pu être observée de façon statistiquement significative, sans doute parce qu'elle concernait environ 34.000 femmes et était relativement réduite par rapport à l'étude chinoise".

Sur les causes possibles de l'augmentation du risque cardiovasculaire avec le nombre d'enfants, le professeur Regitz-Zagrosek explique que les auteurs des deux études considèrent que des facteurs socio-économiques sont en jeu.

"Avoir un seul enfant est protecteur, car les parents bénéficient d'un soutien social dans la vieillesse", explique-t-elle, "mais dans le cas d'un grand nombre d'enfants, cet avantage disparaît, car cela augmente la pression économique et sociale subie par les parents".

Le professeur Regitz-Zagrosek ajoute : "Il est prouvé que la grossesse conduit à des altérations qui modifient la réponse du corps face à d'autres facteurs de stress cardiovasculaire. Et il est possible que cela soit à cause de mécanismes épigénétiques. Mais, les résultats concernant les hommes chinois favorisent l'explication socio-économique."

Elle ajoute que des recherches supplémentaires sont nécessaires afin d'étudier les mécanismes biologiques et socio-économiques impliqués afin de mieux comprendre le lien entre le nombre d'enfants et les risques cardiovasculaires.

AFP/Relaxnews

Adopté par 396 députés (123 ont voté contre), le rapport propose de clarifier les règles de responsabilité en cas de dommages causés par des robots, surtout par « la nouvelle génération de robots, qui peut être équipée de capacités d’adaptation et d’apprentissage qui entraînent une certaine part d’imprévu dans leur comportement ». Dans le cas d’un accident causé par une voiture autonome, une assurance obligatoire pourrait ainsi permettre de garantir un dédommagement, y compris en l’absence de couverture.

Le rapport contient également une charte éthique, des mesures sur la protection de la vie privée et des données, et invite à la création d’une Agence européenne pour la robotique. Mais deux de ses idées phare ont été complètement supprimées, et ce sont précisément celles qui avaient inspiré Benoît Hamon : la taxe robots, et le revenu universel. Le rapport proposait de « créer un impôt sur le travail réalisé par des robots », afin de compenser la destruction des emplois, et envisageait « l’introduction d’un revenu universel de base », « afin de maintenir la cohésion sociale et le bien-être social ».

Par le surfeur

En 1979, de jeunes artistes « dissidents » du Cercle de la jeunesse ont mis en place une troupe, le « Ngalam ». Ce groupe a aussi été sacré à plusieurs reprises champion du Sénégal en théâtre.

On est en 1970. Le Cercle de la jeunesse de Louga qui avait fini de se faire connaître au niveau mondial est déclaré « hors concours » par les autorités compétentes. Une décision durement ressentie à Louga. Les artistes voient leur avenir en noir. Le malaise s’installe. « Le découragement était total. Pas de répétition, aucune réunion. Le Cercle entre en crise », se souvient Youssou Mbargane. Le groupe ne participait plus aux compétitions. Cela a duré presque dix ans. Préoccupés, mais surtout soucieux de leur avenir, des jeunes de Louga décident de prendre leurs responsabilités. Ils entrent en dissidence et créent le « Ngalam » en 1979.

« En réalité, on ne voulait pas créer cette dissidence. Mais, on n’avait pas le choix. On était stressé de ne plus pouvoir exprimer nos talents », explique Youssou Mbargane. Babacar Sarr, président du Fesfop, lui, refuse le terme « dissident ». Il parle de création « normale » d’un groupe émanant de jeunes qui ont grandi et qui ont voulu s’assumer. « Quand une troupe ne se produit plus, elle s’endort. C’est ce qui est arrivé au Cercle de la jeunesse de Louga. La vérité, c’est que le « Ngalam » a été créé juste pour permettre aux jeunes artistes lougatois de participer aux concours », explique Babacar Sarr qui dit être président fondateur du « Ngalam ». « L’objectif était donc d’assurer une relève au Cercle de la jeunesse même si aujourd’hui, à la lumière du bilan, on se rend compte que les résultats escomptés ne sont pas atteints », soutient Babacar Sarr.

Youssou Mbargane relativise. « Six mois après sa création, le « Ngalam » a été champion du Sénégal. Par la suite, il a été, plusieurs fois, vainqueur des coupes mises en compétition », argue le communicateur traditionnel, ancien du Cercle de la jeunesse et membre fondateur du « Ngalam ». Et pourtant, les deux se rejoignent sur un point. Tous sont d’accord que le « gigantesque » Cercle de la jeunesse qui a fait tant rêver n’a pas eu de relève. Les raisons de cet « impair » sont multiples : les nouveaux acteurs ne sont pas suffisamment imprégnés des réalités du terroir, ne vivent pas pour l’art mais veulent vivre de l’art et, surtout, ils manquent de professionnalisme et de charisme. « Tout cela réuni, ajouté au contexte qui n’est plus le même, ne peut donner que ce que l’on voit aujourd’hui, c’est-à-dire plusieurs groupes, mais sans aucune qualité », déplore le président Babacar Sarr.

Birahim Dieng, directeur artistique du Cercle en 1953, est du même avis. Il soutient : « On ne fait plus rien par amour ou par plaisir. Tout ce qu’on fait, maintenant, c’est pour de l’argent. Et cela change tout et impacte négativement sur la qualité des prestations ». Toujours est-il que Louga peut compter sur Babacar Sarr qui a réussi une belle idée, celle de fédérer toutes les troupes de Louga en une : la troupe communale. Celle-ci regorge de talents et voyage de temps en temps. Elle est sur la bonne voie. De même que le Cercle de la jeunesse version Zaccaria Niang, le « Ngalam », le Vec (Volontaires des échanges culturels) du jeune artiste Lébou, etc. Mais, la vérité c’est que ces groupes et troupes ont encore un long chemin à faire pour mériter le titre de « digne continuateur » de l’œuvre immense réalisée par le Cercle du génie Mademba Diop et compagnie.

RENCONTRE AVEC FATOU KASSE : La voix berceuse de « Mademba »
Fatou KasséL’équipe de « Grand air » est allée à Kébémer à la rencontre de mère Fatou Kassé, la voix d’or du Ndiambour. Cette dame est restée célèbre à travers sa chanson « Mademba », reprise aujourd’hui par plusieurs artistes.

C’est une matinée pas comme les autres. On a rendez-vous avec celle que tout le Sénégal appelle fièrement « Mère Fatou ». L’enthousiaste est réelle. Tout le monde est pressé de rencontrer cette dame de renom. Dans la voiture qui nous mène à Kébémer, ville où mère Fatou vit paisiblement sa retraite, les échanges sont assez riches. Notre chance, c’est qu’un membre de l’équipe, grand Amath, connaît relativement bien la diva. On se familiarise avec certains de ses chansons. Il nous parle surtout du succès national de « Mademba », titre repris par plusieurs artistes dont Viviane Ndour et Daro Mbaye. « C’est une grande dame de la musique. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle la voix d’or du Ndiambour », conclut grand Amath. On vient juste d’arriver à Kébémer. Mbacké, le photographe avait déjà avisé sa cousine Dieynaba. Celle-ci nous attendait à la station Total. C’est elle qui nous emmène au quartier Gala des Hlm. En réalité, on pouvait y aller sans aide. Mère Fatou Kassé est une icône à Kébémer et environs. Tout le monde la connaît. Elle est accessible, sa maison ne se fermant presque jamais. Nous venons de franchir les portes de la demeure. Constat frappant : la dimension de la cour. Une vaste cour. Encore quelques pas de marche. Et nous voici devant Mère Fatou Kassé. Assise sur un petit lit, posé juste en face de la porte du salon. Elle se lève à l’aide d’une canne. Tient absolument à serrer la main à tout le monde. « Dal lene Diam (soyez les bienvenus) », dit-elle, cordialement. L’accueil est à la fois chaleureux et émouvant. Une fois le but de la visite déclinée, mère Fatou, en une femme soumise, nous demande de venir au salon. Sur place, son époux, malvoyant, est confortablement assis dans un divan. « Ce sont des journalistes du "Soleil", ce grand journal. Ils viennent m’interroger sur mon parcours », ainsi parle mère Fatou au patriarche. Celui-ci répond : « Ah ok, d’accord. C’est bien. Soyez les bienvenus ». Feu vert donné, les échanges peuvent maintenant démarrer.

Chevalier de l’Ordre national du Lion
« J’ai fait mes premiers pas au Cercle de la jeunesse de Louga en 1958 à l’âge de 16 ans », nous apprend Fatou Kassé. A l’époque, dit-elle, le contexte était difficile. Le Cercle venait de remporter son premier trophée majeur. La coupe du Conseil de la jeunesse de l’Afrique occidentale française (Aof) en 1957. Tous les jeunes artistes rêvaient d’intégrer ce groupe. « Le talent ne suffisait pas. Il fallait aussi et surtout être rigoureux, disciplinés, à la recherche permanente de la perfection », se souvient mère Fatou. Elle avait peur de ne pas convaincre. Finalement, tout s’est bien passé. « Mass me fait appeler. J’arrive, il m’écoute chanter. Il est séduit. J’en était fière », se réjouit aujourd’hui encore mère Fatou. Elle venait ainsi d’obtenir son ticket pour entrer dans le Cercle.

Sur place, elle côtoie de grands noms : Baba Diallo, Ibrahima Ndiaye et Birahim Dieng, le directeur artistique. Mais sa plus grande fierté reste d’avoir eu comme coach Mademba Diop. « Je dois tout à Mass Diop, le président du Cercle de la jeunesse », souligne mère Fatou, très reconnaissante. Avec lui, elle « apprend tout ». « J’avais la voix mais je devais être rassurée, soutenue parce que la musique, c’est d’abord et avant tout un art qu’il faut maîtriser », se plaît-elle à rappeler. Rapidement, elle obtient du plaisir s’éclate et partage son talent. Fin 1959, c’est la consécration. Le Sénégal entier découvre la belle et puissante voix de Fatou Kassé avec « Mademba ». Cette chanson également appelée « la berceuse » célèbre la naissance d’un bébé.

Il faut dire qu’à l’origine, « Mademba » est un poème, poème qui pose la question « Pourquoi mon bébé pleure-t-il ? ». Beaucoup l’ont déclamé et chanté. Mais c’est Fatou Kassé qui l’a rendue populaire. « Quand je chantais « Mademba », les gens écoutaient religieusement. L’émotion était palpable », se souvient Fatou. Les photos qu’elle garde et qu’elle aime montrer sont le témoin vivant de ce succès. « Tout le monde parlait de moi. Ce sont des souvenirs inoubliables ». Et pourtant sa carrière a subitement ralenti. Mère Fatou, victime de son succès, va quitter le Cercle en 1962. Quatre ans seulement après l’avoir intégrée. A la demande de ses parents. « Je devais me marier et fonder un foyer », soutient la dame à la voix d’or.

Plus tard, elle fera un bref comeback dans la musique avec la troupe de Sorano. C’est que Fatou avait finalement décidé de suivre les directives de son Papa qui ne voulait pas qu’elle reste dans la musique. Un choix qu’elle dit ne pas regretter aujourd’hui. « Je vis ma retraite paisiblement. Je n’ai aucun problème. Dieu merci », laisse-t-elle entendre. L’entretien tire à sa fin. Mais mère Fatou tient à partager son plus beau souvenir. Son élévation par Abdou Diouf, en 1998, au rang de Chevalier de l’Ordre national du Lion. « Cette médaille vaut tout l’or du monde ».

Ce n’est pas tout. Mère Fatou nous fait savoir qu’elle vit mal la situation qui prévaut actuellement au Parti socialiste, son parti. « Ce que je vois à la télé et entend à la radio n’est pas le Parti socialiste », confie-t-elle, préoccupée. Son souhait : que les jeunes se retrouvent autour de Ousmane Tanor Dieng. « C’est la moindre des choses que nous devons au père fondateur Senghor ».

Par Cheikh Aliou AMATH, Abdoulaye DIALLO (textes) et Mbacké BA (photos)

Last modified on vendredi, 17 février 2017 12:32

D’ex-rupins à la retraite, en mal d’« audience » et d’exutoire, prennent plaisir à transformer  tous les petits coins de nos  exigus quartiers en  « échoppe » ; sphère d’expression de leur écœurante avidité. La mosquée, espace de dévotion, est ainsi muée en un fief où le seigneur (nous faisons ici référence à l’autorité féodale) et ses amis, exerçant un commerce avec Dieu, mènent un jeu à la fois amusant et fourbe. Le procédé est simple et tortueux.

On garnit son dressing-room de frous-frous, de grands boubous empesés. Le falzar et la chemise de l’ex-petit bureaucrate présomptueux et dédaigneux sont mis au frigo. On s’achète un chapelet, plus gros qu’un boa, dont on s’entiche subitement et curieusement. On marmonne en saluant les bonnes dames sur lesquelles étaient jadis braquées les lorgnettes. On dégotte un imam à la rhétorique savoureuse. C’est une aubaine pour lui. Il n’a jamais rien fait dans sa vie. C’est lui qui séparait les ménagères qui se crêpaient le chignon quand ses nouveaux « copains » étaient encore au boulot !

La bande des ex-coquets et coquins à la retraite le sort de son ennuyeuse existence et le met au centre des crédules dévots. Il leur faut bien un imam « compagnon » fidèle de la galère, prêt à les accompagner dans leur subite repentance et qui ne leur ressasserait pas inlassablement les paroles divines (sauf en présence d’une innocente âme à accompagner dans son élan de foi). Ce n’est d’ailleurs pas sûr que l’Imam en sache bien davantage qu’eux. Il a juste dû apprendre à mieux débiter la Sourate Fatiha et quelques petits versets (« Julli day gaaw, waruño teye mboolo mi », la prière doit être brève, on ne doit pas retenir les fidèles trop longtemps) qu’une bouche dépeuplée de ses dents ne réciterait guère moins bien que lui.
Pas de bougie et de cola !

Un peu de tintamarre ne ferait pas de mal à un nouveau « commerce » tenu par une vieille garde décidée à le rentabiliser. Il faut bien que le quartier soit tenu au courant de la nouvelle « gouvernance religieuse ». Pour commencer, des « laay laay lal-la » criés (le participe « psalmodiés » aurait été insultant pour les êtres férus de bonnes notes) à tue-tête pour avec un haut-parleur ! L’oreille du Seigneur est devenue dure ! Il faut hurler ! Les micros amplifieront « l’horreur ». Le compagnon sans grade, viveur sans le sou de la belle époque, s’emploiera à « ameuter » les fidèles. Il est le nouveau muezzin. Et passer de Peter Tosh ou Ray Charles à Abdallah Soudais… ça craint ! Ou encore de « chauffeur » de bal musette à muezzin insomniaque ! Ça sonnaille beaucoup, mal et fort. Et à envie. La transition n’est jamais évidente. Une embardée effraie toujours.

Soyons indulgents avec les nouveaux « fous de Dieu ». Désormais, le peuple de Dieu et de Satan se réveillera tôt. Les oreilles siffleront. Les « pestiférés » peu exaltés pesteront. La gérontocratie s’en moque éperdument. Elle doit bien vendre sa cabane, l’entretenir. Il y aura toujours un « machin à acheter » : une moquette, un plafonnier, un micro, « def ci jakk ji, man kaana lillahi kanal lâhu lahu ». Les patriarches stimuleront l’élan de commisération des âmes bienfaitrices à l’égard de…leurs pauvres, « dimbali neew ji doole yi ». Attention, les bougies et les colas, ils n’aiment pas trop. On ne pratique pas le misérabilisme ici ! C’est un temple de la haute société.

Les vieux copains, « accotés » au discours mystificateur de leur recrue d’imam, créent une forteresse pour défendre ce que la cupidité leur permet d’acquérir au grand dam de leur estime propre. Et comme dans toutes les histoires où l’absurde fait chemin avec l’impertinence, l’union des malfamés se dissout dans les petites ambitions éhontées des uns et des autres. L’Imam, se bonifiant avec quelques versets, se prend un peu trop au sérieux (ce n’était pas ça le but de la machination !) et commence à snober ses acolytes soucieux de préserver leur rang. Car, ils ont été bien là quand les choses se tramaient ! Quand l’imam était encore un petit oisif, amuseur des mômes et de leurs dames ! Le business de la charité est rendu lucratif par les âmes charitables. Il faut avoir l’œil sur les comptes. La mosquée « neegu Yalla » devient ainsi à la fois le lieu d’une ostentation de la vertu, de la dévotion et le réceptacle de nos compassions, de notre générosité montrée avec apprêt. Les menues monnaies récoltées çà et là ne sont, en définitive, qu’une gratification du Seigneur satisfait de la bonne tenue de sa « maison » jamais aussi bien animée ! Et cela a un coût ! Le devis estimatif est laissé à la discrétion absolue de l’Imam !

Par Alassane Aliou Fèré MBAYE

A soixante-dix ans, sa présence sur la scène théâtrale n’est plus à démontrer. Un après-midi de dimanche, loin des planches de Dianiel Sorano et des séances de casting, il fait ses prestations chez sa deuxième devenue première car la devancière n’est plus. Sous une couverture, pour se protéger du froid, il nous reçoit. L’odeur de l’encens embaume la chambre plongée dans un clair-obscur. « Goor », comme on l’appelle familièrement, nous invite, d’un signe de la main, à nous asseoir.

Nous l’avons connu à travers le petit écran, notamment dans les téléfilms de la célèbre troupe « Daraay Kocc » dirigée par feu Cheikh Tidiane Diop et dans l’adaptation télévisée des planches du caricaturiste T.T.Fons, un portrait ironique mais juste de la société sénégalaise, par le réalisateur Moussa Sène Absa. Dans la peau du « Goorgorlu », un débrouillard au quotidien, il a fait rire plusieurs générations. Au moment des vicissitudes qu’a connues et connaît encore le théâtre, il tient encore. Entre spots publicitaires et dramatiques de moins en moins, avec  « Baye Eli », l’adage wolof « Goorgorlu moy takha done goor » revêt de l’évidence.

Entre la réalité et le monde virtuel des fils interconnectés des images, l’homme d’humour exceptionnel, avec son argot lébou qui lui est propre, apporte autant à sa posture de comédien. Sauf que chez mère Lô, sa deuxième, son nom à l’état civil demeure. Plus connu sous le pseudonyme de « Baye Eli » qu’il arbore enfin comme un nom de scène, ce diminutif d’Elimane est né de la pièce théâtrale « Quatre vieillard dans le vent » avec la troupe « Daraay kocc ». Des surnoms, il en a beaucoup. Avec son béret de petit écolier turbulent et sautant en hauteur, il était appelé « Boy para ». « Quelle que soit la hauteur d’un mur je m’y mettais pour ensuite sauter », conte l’artiste-comédien.

Une vie de comédien
Face à la fureur et la folie du monde, le rire est un exutoire, un refus contre l’angoisse. Cela, le comédien l’a bien compris. Déjà sur les planches à l’âge de sept ans, le clown est presque né avec la fibre artistique. En effet, il a très tôt quitté les bancs de l’école pour le septième art. Sa première apparition sur le petit écran, notamment dans « Liberté I » de Sembène Ousmane comme figurant, date des années 1960. Saut générationnel, mais aussi matériel et financier. Les cachets, en pièces sonnantes de 300 ou 600 FCfa la nuit, qui lui permettaient de dispenser ses parents d’un devoir écrasant, se comptent désormais en billets. Un esprit entrepreneur qui l’a habité dès le bas âge.

« A mon retour de cinéma, je reprenais les scènes des films en y ajoutant mon « feeling ». Notre maison étant le dépotoir des filets de pêche, j’en prenais pour créer ma propre salle de théâtre avec l’aide de quelques bambous. Ce qui me permettait de collecter des pièces de cinq FCfa par individu », renseigne l’artiste. Son père, au début, s’était opposé à sa carrière d’artiste. Un manteau qui, selon ce dernier, n’allait pas bien dans la peau d’un Lébou qui devait plutôt affronter les vagues et non pas le grand public. Une hostilité qui avait demeuré jusqu’au festival de Carthage de Tunisie. Son fils enfin dans les airs dans un avion spécial. La bénédiction en main !

Intégrant en 1980 la troupe « Daraay Kocc », sortie des flancs de « Diamano Tey » de feu Abdoulaye Seck, on le retrouve dans « Quatre vieillards dans le vent », « Seybi dou am », « un Dg peut en cacher un autre », un « Baye Eli » aussi à l’aise dans la peau d’un Imam, d’un Don Juan, d’un « Goorgorlu » que dans celle de l’oncle négociateur des mariages impossibles « Apolo ». Ancien militaire, même au sein de l’armée, il avait continué d’arborer sa veste de comédien. Affecté au génie militaire de Bargny, il a joué dans les compétitions inter-corps.

Du théâtre de conscientisation, on assiste de plus en plus à des séries qui sont presque une imitation des télénovélas dans lesquels tout est permis : insultes, mots déplacés. Des comportements qui, selon le comédien, a fait que le théâtre n’a plus une forte audience. « Quand tu interpelles quelqu’un pour lui donner une partie de toi, tu ne dois point insulter car c’est comme si tu l’insultes lui-même. En effet, le théâtre est une œuvre d’homme et doit être filtrée avant d’être diffusée au risque de ne pas être consommée par le grand public », défend le septuagénaire qui soutient que certains jeunes ne font plus le théâtre par passion mais, pour être, exister, faire le buzz, avoir des fans et s’enrichir.

« Baye Ganar »
Dans un sous-vêtement, l’artiste est encore dans ses œuvres. Dans son spectacle à domicile, il nous emmène dans l’imagination d’un féru de « ganar » qui faisait trembler les gallinacés turbulents, indociles qui avaient déserté le poulailler. Une fois repérés, ils allaient finir, le week-end, dans les ventres de jeunes polissons qui bravaient les profondeurs de la nuit pour quelques bons morceaux de viande blanche. « Dans ce paysage touffu des anciens quartiers de Colobane Hock, on creusait un trou à l’intérieur duquel on mettait du bois. Le poulet était bien emballé puis introduit dans ce four circonstanciel. A l’aube, il est déterré. Pour le reste, je n’ai besoin de vous le dire», lance-t-il dans un éclat de rire.

Ce que vous ignorez, chahute le comédien, c’est que le sous-vêtement d’un vrai amoureux du poulet lui arrive à peine au nombril. Un amour d’enfance du coq qui est resté en lui et qu’il transpose dans ses pièces théâtrales. Ainsi, avec « Goorgorlu » c’est la tyrannie du rire. A son contact, il vous offre un concentré de rire et d’émotion dont on sort l’esprit léger et le sourire aux lèvres. Ancien chauffeur de la Poste à la retraite, il mène aujourd’hui une vie paisible dans sa famille.

Par Marame Coumba SECK

En 2015, on estime à plus de 380 000 le nombre de nouveaux cas de cancers et à près de 150 000 le nombre de décès en France. Les cancers les plus fréquents sont ceux de la prostate, du sein, du côlon-rectum et du poumon. Les taux d'incidence et de mortalité chez l'homme (-1,5%), et d'incidence chez la femme, ont tendance à baisser depuis quelques années.

Diagnostiquer la maladie par prise de sang
Les tests sanguins appelés Iset ("Isolation by size of tumor cells" : isolement par taille des cellules tumorales) vont sans doute révolutionner le diagnostic des cancers. Développés par la cancérologue française Patrizia Paterlini-Bréchot de la faculté de médecine Necker-Enfants malades, ils permettent par une prise de sang de déceler la présence de cellules cancéreuses (selon le principe de la biopsie liquide). Pour trouver le lieu précis de la tumeur, des examens d'imagerie médicale sont nécessaires. Dans le futur, il sera possible de pouvoir dire de quel organe elles proviennent et gagner ainsi du temps. Les premiers tests ont commencé à être commercialisés au prix de 486 euros, non remboursés par la Sécurité sociale. Pour toute information sur cette technologie et les conditions et lieu pour réaliser le test, visitez le site : http://www.isetbyrarecells.com/fr/. Le Pr Patrizia Paterlini-Bréchot est également auteure du livre "Tuer le cancer", édité chez Stock, où elle raconte son parcours et ses motivations pour arriver à vaincre le cancer.

Cancer du poumon, un diagnostic plus rapide et ciblé
Le 28 novembre dernier, l'hôpital Tenon dans le XXe arrondissement à Paris a ouvert les portes d'un nouveau centre de diagnostic rapide du cancer du poumon, première cause de décès par cancer. Chaque année, 40 000 cas sont déclarés en France. Ceux qui présentent une image suspecte de cancer après radio ou scanner sont vus en consultation d'onco-pneumologie en moins de 7 jours. Par ailleurs, une prise de sang pourrait renseigner sur la capacité des patients atteints d'un cancer du poumon à bien tolérer le traitement par chimiothérapie, selon une étude publiée dans Nature. En analysant les cellules cancéreuses, isolées dans le liquide de la biopsie, ils ont constaté que différentes anomalies génétiques mesurées avant le traitement pouvaient déterminer la manière dont le patient allait répondre au traitement.

Cancer de la peau, une approche par photo
Dans un avenir proche, il sera sans doute possible de reconnaître un cancer de la peau via un simple cliché. Des chercheurs de l'université de Stanford ont mis au point un algorithme de reconnaissance d'images de Google déjà basé sur 129 000 photos de lésions cutanées, associées à environ 2 000 maladies de peau différentes. Au fil de l'expérience, la machine a notamment réussi à discerner les mélanomes malins de ceux bénins, posant les mêmes diagnostics que ceux de 21 dermatologues diplômés sur les mêmes cas.

Cancer de la prostate, vers un diagnostic par imagerie
La biopsie actuellement pratiquée pour diagnostiquer le cancer de la prostate chez l'homme peut donner lieu à des traitements avec des effets indésirables (infections), sans aucun avantage de survie pour le patient. Un diagnostic par IRM multiparamétrique vient de se montrer concluant, selon une étude parue dans The Lancet, en fournissant des informations sur la taille du cancer, la densité de ses cellules et ses liens avec la circulation sanguine. Des éléments qui peuvent aider à distinguer les cancers agressifs nécessitant une biopsie immédiate et un traitement de ceux considérés comme a priori inoffensifs. Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme avec près de 54 000 nouveaux cas en 2011.

Cancer du sein, une refonte du système de dépistage
Le gouvernement a redéfini fin décembre 2016 les modalités du dépistage en matière de cancer du sein. Tous les deux ans, les femmes âgées de 50 à 74 ans recevront un courrier, les invitant à se rendre chez un radiologue agréé dont les coordonnées figurent dans la liste jointe au courrier. L'examen comprend une mammographie (deux clichés par sein, face et oblique) et un examen clinique des seins, pris en charge à 100 % par l'Assurance maladie. Si aucune anomalie n'est décelée, la mammographie est ensuite systématiquement relue par un second radiologue expert. Les radiologues assurant la deuxième lecture doivent, quant à eux, s'engager à lire au moins 1 500 mammographies supplémentaires par an (contre 500 pour les premiers lecteurs). Le cancer du sein cause encore près de 12 000 décès par an en France. Lorsqu'il est détecté tôt, il est guéri dans 9 cas sur 10, rappelle toutefois le ministère.

Le réseau social veut concurrencer YouTube, et, potentiellement, Netflix et CNN...

Facebook produira-t-il un jour ses propres séries télé, comme Netflix et Amazon? L'entreprise a fait un pas dans cette direction, mardi, avec l'annonce du lancement d'une nouvelle application pour regarder des vidéos sur un téléviseur. Par ailleurs, le réseau passe aux vidéos en autoplay avec le son sur smartphone. L'app sera disponible «bientôt» et compatible avec les boîtiers Fire TV d'Amazon et Apple TV, qui permettent de regarder des contenus en streaming sur un téléviseur, ainsi que sur les télévisions connectées de Samsung, précise le réseau social. D'autres plateformes devraient suivre prochainement. Elle permettra au départ simplement de regarder plus facilement des vidéos publiées par les contacts de l'utilisateur sur Facebook ou sur les pages qu'il suit, ainsi que les vidéos en direct les plus populaires sur le réseau, ce qui pourrait permettre à Facebook de concurrencer les chaînes d'informations.

Des contenus maison ?
Cela pourrait toutefois être un petit pas vers un plan plus ambitieux évoqué par certains médias et visant à faire à terme de Facebook un concurrent sérieux pour YouTube (la plateforme de vidéo en ligne de Google/Alphabet), voire Netflix, et d'ainsi récupérer une part du lucratif marché de la publicité télévisée. Même Apple s'est récemment lancé sur le front des productions vidéos. Facebook a beaucoup investi dans la vidéo ces dernières années, et son patron-fondateur, Mark Zuckerberg, a de nouveau insisté sur son caractère prioritaire lors de la présentation des derniers résultats trimestriels du groupe début février. Il a assuré y voir «une méga tendance du même ordre (d'importance) que le mobile», qui a servi de locomotive au groupe ces dernières années.

L'indestructible téléphone Nokia 3310 devrait bientôt faire son grand retour
Avant l’iPhone, on ne jurait que par lui : le 3310. Indestructible, simple et fiable, le célèbre téléphone de Nokia demeurera à jamais inégalable. Bonne nouvelle : le 3310 devrait ressusciter, et une nouvelle version du modèle devrait prochainement être commercialisée.
Un reboot bon marché.

Le 3310 nouvelle génération devrait être présenté à la fin du mois de février lors de l’exposition du Mobile World Congress à Barcelone, tel que l’a révélé le blogueur américain Evan Blass, repéré notamment par sputniknews.com. Vendu au prix de 59 euros, le téléphone devrait fortement ressembler à son ancêtre des années 2000. Plus efficace et plus robuste qu’un iPhone, beaucoup moins cher (de loin), pourquoi s’en priver ? Sans oublier l’atout ultime du 3310 : le Snake.

Un humoriste britannique créé une appli de rencontre sur laquelle il est le seul homme inscrit
ntitulé « Shinder », en référence à l’application Tinder, le site permet à chaque internaute de s’inscrire via Facebook. Seule différence, seule les femmes peuvent accéder à l’application, les hommes eux reçoivent un message d’accueil expliquant que Shed Simove n’est « pour l’instant » hétérosexuel. Résultat, quand les nouvelles inscrites tentent de faire défiler les profils de célibataires, elles tombent systématiquement sur le profil du Britannique âgé de 45 ans. Interviewé par le tabloïd anglais, The Mirror, Shed Simove a expliqué avoir lancé cette application après avoir constaté qu’il était « difficile de se démarquer et de se faire remarquer.

Par le surfeur

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.