grandair

Angélique Kidjo : Talent africain

06 Jan 2017
128 times

Ses mots dans sa bouche courent comme elle dans la vie ; Angélique Kidjo ne tient pas en place, bondit, saute, rit à gorge déployée. « C’est ma joie instinctive, ma force positive, j’aime cet éparpillement, s’amuse-t-elle. J’ai tout pris de ma mère. À 88 ans, elle court et danse avec deux prothèses aux genoux ! » Qui peut arrêter ce Niagara vital ? Personne… Pas même Jean Hébrail, son bassiste de mari, le père de sa fille, Naïma (âgée aujourd’hui de 22 ans), compositeur et arrangeur de nombre de ses chansons, son alter ego, son complice de toujours qu’elle a rencontré un beau jour de 1985, dans une école de jazz parisienne.

Le fait d’être née le 14 juillet 1960 à Cotonou, au Bénin, sous le signe de l’éruption révolutionnaire française en quelque sorte, y est peut-être pour quelque chose… En tout cas, durant son enfance, Angélique la tornade fatiguera gentiment Papa, employé des postes, Maman, femme d’affaires avertie, et neuf frères et sœurs. Un milieu familial bien structuré et une scolarité quelconque qui s’effacera bientôt derrière sa passion pour la musique. Elle débute réellement à l’adolescence, dans un groupe monté par un de ses frères, les Sphinx. Choc radical. « Chanter, c’est une véritable transformation de votre être, avoue-t-elle. C’est comme un interrupteur qui déclenche une lumière quand on monte sur scène. »

Elle va s’imposer très vite comme une des grandes show-women d’Afrique, une madame 100 000 volts armée d’une voix impérieuse, entre technique de chant traditionnel et phrasé jazzy, une mini-James Brown en robe qui chanterait en fon ou en yoruba. Un premier album, Pretty, produit par la vedette camerounaise Ekambi Brillant, la consacre star en son pays en 1981. Et elle continuera de bondir, Angélique ! En 1983, elle s’enfuit pour Paris, elle étouffe dans le Bénin marxiste-léniniste de Mathieu Kérékou. En France, elle est découverte par Chris Blackwell, le producteur anglais ancien mentor de Bob Marley, qui la signe chez Island Records où elle se bâtit un début de carrière internationale au fil de quatre albums afro-funk et d’un succès, « Agolo ». De bondir et même de rebondir ! Car voilà notre Angélique partant, en 1998, à la découverte de l’Amérique ! Elle s’installe avec mari et enfant à New York. « C’était plus pratique d’y résider, se justifie-t-elle, puisque Columbia, ma nouvelle maison de disques, y était basée ».

Elle saura s’ouvrir les portes dorées du méga-show-biz local. Elle confrontera son feeling à ceux d’Alicia Keys, Carlos Santana, Peter Gabriel, Ziggy Marley, Gilberto Gil ou Branford Marsalis, pour ne citer que quelques-unes de ses collaborations. Virevoltant d’un soul-rock tropical (dont une version peu convaincante du « Voodoo Chile » de Jimi Hendrix, dans Oremi en 1998) à de l’afro-brésilien (Black Ivory Soul en 2002). Sautant d’une expérience salsa (Oyaya! en 2004) à un son vaudou new-look avec l’album Djin Djin (contenant une splendide version du Boléro de Ravel) en 2007. Pour enfin aboutir à cette récente incursion dans le monde du classique… Neuf albums « américains » au total, parsemés de hauts et de bas, conséquence logique d’une chanteuse risque-tout, qui pratique le grand brassage global au risque de se voir accusée d’occidentalisation excessive. « C’était un défi pour moi, rétorque-t-elle, que d’imposer aux États-Unis une autre vision de la musique africaine. » Et ce défi, elle l’a relevé haut la main puisqu’elle s’est offert le luxe de décrocher deux Grammys dans la catégorie du meilleur album de musique du monde : en 2007 pour Djin Djin et en 2014 pour Eve. Performance jamais réalisée auparavant par un artiste du continent ! Elle est désormais Miss Africa aux yeux de beaucoup de médias américains, participe aux plus grands concerts de la planète comme celui du lancement de la Coupe du monde de football 2010, à Johannesburg.

Et sa formidable énergie, elle va la mettre, cette fois-ci, au service de l’autre, notamment de l’émancipation féminine, son grand combat : « Les femmes font l’Afrique. Quand l’une d’entre elles est éduquée, c’est toute une collectivité qui progresse… Il faut instaurer une réelle égalité avec les hommes », écrit-elle dans son autobiographie, Spirit Rising (Harper Design, 2014). Nommée ambassadrice de bonne volonté de l’Unicef en 2002, elle sillonne le continent. Et comme rien n’épuise la volcanique citoyenne, elle a également fondé en 2007 sa propre association, nommée Batonga. Le principe : fournir à des jeunes filles issues de familles démunies uniformes, matériel scolaire et tutorat afin qu’elles poursuivent des études secondaires et supérieures. Une des 50 icônes du continent pour la Bbc. « La première diva africaine », selon Time Magazine. Une des 100 femmes les plus influentes au monde d’après The Guardian… Les qualificatifs élogieux à son propos pleuvent. « L’essentiel, c’est que je sois Africaine 24 heures sur 24, coupe-t-elle, et que lorsque je n’aurai plus cette énergie, je mourrai ! », lâche-t-elle, prête à rebondir ailleurs.

Par Oumar BA

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.