grandair

Le trafic d’influence, mode d’emploi

09 Jan 2017
366 times

La première dame du Sénégal, Mariéme Sall, s’offusquait, il y a quelques temps, de l’attitude de certains individus qui se prévalent d’une proximité avec le couple présidentiel pour en tirer certains dividendes de sympathie ou d’autres encore plus vils. Cela n’est qu’une manifestation, à un certain niveau, d’une banalité quotidienne dans la société sénégalaise, sphère de fourberies, de pompes. On se vante de ses « amitiés précieuses » - très souvent inexistantes - comme de vulgaires petites conquêtes d’un autre temps. On mange avec le président, papote avec son cercle, traîne avec ses mômes…

Les nouvelles possibilités technologiques, « fards sociaux », bonnes aubaines pour ceux qui développent un égotisme encombrant, donnent plus de marge aux illusionnistes. Une petite photo et une main chaleureuse de l’être « supérieur » suffisent à dérouler un scénario des plus imaginatifs. J’ai récemment rencontré une personne d’une vile réputation dans le temps en train de quémander une pose avec une personnalité dans un milieu où les « gueux » côtoient les privilégiés. Le soir, je me suis amusé à consulter sa page facebook. Il nous racontait, en effet, une autre histoire comme celle qu’il avait servie à de crédules dames quand sa pathologie avait commencé à sévir. Le récit du bonimenteur et de ces ingénues créatures est aussi long qu’invraisemblable…

Le drame du beau menteur, du hâbleur est de vivre dans une vaine et éternelle conquête de sa propre estime ; tirer de sa mystification maladive une grandeur aux yeux des autres ou plutôt l’illusion de sa noblesse d’âme et d’esprit.

Et pourtant, on dit de lui qu’il est un homme bon et parfois même munificent dans les jours de bonne grâce mais « dafa mana fen » (c’est un menteur). Il se la raconte un peu trop pour s’auréoler un peu de prestige. Le bonhomme fabrique sa propre misère existentielle en refusant de se rendre à l’évidence ; les « benêts », à force de l’entendre mentir, éprouvent désormais une méprisante pitié à son égard. Ses impostures ne convainquent plus ceux dont ils convoitent la sympathie, ses interlocuteurs éberlués par son affligeante pathologie : ce besoin irrépressible de se fabriquer des vies, de tirer gloire de ses inventions « romanesques ». Scientifiques, devrions-nous dire. Car, la contre-vérité est un méprisable art, un comblement chez ceux qui nourrissent des complexes d’infériorité. Elle témoigne de l’étroitesse de la ligne entre la ruse et l’intelligence.

L’on peut également se désopiler de cette faculté du bonimenteur de nous raconter ses « fantastiques » aventures et rencontres. Néanmoins, lui, c’est à peine s’il se rend compte des mimiques de commisération des âmes matures et des grimaces goguenardes des mômes au moment de ses envolées. Les histoires de « Tonton », ils n’y croient plus. Tonton se sent si indigne de ce que le Ciel lui a réservé qu’il n’espère le respect que dans l’incarnation d’autres personnages ; celui qui connaît l’autre que tout le monde veut fréquenter, aime ou craint.

Il mange avec le président de la République et le voit quand il veut (Dommage pour ceux qui ne saisissent pas l’ironie) ! Et sa majesté lui confie les secrets et les grands dossiers ! Mais, lui, puisqu’il mène une existence d’ascète, il préfère encore enfiler ses vêtements tombés en loques, « squatter » la remise de sa belle-famille, se suffire d’un « café Touba » pour tromper sa faim si le Seigneur ne met sur sa trajectoire d’errance une petite fête de réjouissance pour se gaver… C’est un homme du peuple, il aime mieux le « Car rapide » que les rutilantes bagnoles de la République ! Ce n’est pas un problème pour lui. De toute façon, le soir, les masseurs de la cour retaperont sa carcasse ambulante ! Mieux, son excellence le chef de l’Etat, lui-même, lui débarbouillera affectueusement la tronche et écoutera religieusement ses conseils ! C’est un stratège politique en période électorale. En 2019, « Sall Ngary les écrase tous au premier tour » ! Il est aussi un tacticien militaire. Il sait où crèche en ce moment Yaya, le Gambien aux amusantes et périlleuses loufoqueries !

Par Alassane Aliou Fèré MBAYE

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.