grandair

Abdoulaye Diallo, directeur-fondateur d’Harmattan Sénégal : Une vie pour le livre

24 Fév 2017
1350 times

Certaines personnes ne sont pas taillées pour une vie faite de routine et de calme. C’est le cas d’Abdoulaye Diallo, fondateur de la maison d’édition Harmattan Sénégal. Gérer une entreprise et être un bon père qui se réveille le matin pour s’occuper de sa famille, ça remplit bien les journées. Ce n’est pas assez pour un professeur d’université qui, entre la recherche et les cérémonies de dédicaces de livres, travaille toujours à donner plus d’amplitude à son occupation d’éditeur.

Dans son boubou prêt-du-corps à deux pièces qui ne le gène guère dans ses déplacements, il explore tous les recoins de l’entreprise pour nous la faire visiter. Une petite réorganisation avec l’arrivée d’un nouveau matériel d’impression. Les éditions se trouvent désormais au quatrième étage laissant la grande salle du rez-de-chaussée à l’imprimerie. L’harmattan s’est associé à deux autres partenaires pour se lancer dans l’impression à la demande avec un investissement initial de trois cents millions. « On a la possibilité, aujourd’hui, de faire un livre, un seul, au lieu d’en imprimer cinq cents, avec la même qualité que ceux qui sont faits en France. Cela veut dire que chaque livre imprimé est une œuvre déjà vendue », renseigne le doctorant en histoire moderne et contemporaine qui, à l'avenir, pourra contourner le grand stock de livres invendus. Mutation d’une entreprise qui s’est adaptée aux avancées technologiques pour satisfaire la demande dans un pays où aller en librairie n’est pas dans la culture des apprenants, en dehors des rentrées scolaires et universitaires. En effet, tous les ouvrages en vente dans les rayons de la librairie de l’Harmattan sont également disponibles en version électronique.

Devant la porte de son bureau qui donne sur un petit couloir pas bien éclairé, un monsieur d’un âge mûr attend. Venu pour déposer un livre à compte d’auteur, il ne pourra pas bénéficier des apports de ce nouveau matériel technique. Sans informatique et sciences du numérique ni aucune norme éditoriale, l’ouvrage ne sera pas imprimé.

De Point E à Amitié, son siège actuel, le parcours d’Harmattan Sénégal et de son fondateur n’a pas été un long fleuve tranquille. De la « censure bleue » des œuvres d’une génération d’écrivains récalcitrants assoiffés d’une seconde alternance à la cherté de l’édition en passant par la difficulté de percer le marché des manuels scolaires, la plupart de ses publications avaient fait les frais d’un régime hostile à la critique. A chaque période, ses difficultés, ses défis, ses contradictions mais aussi ses passionnés et ses résistants. Il y avait cru et y croit encore. La vie d’Abdoulaye Diallo est un combat pour la promotion du livre.

Un féru du livre
S’il n’est pas littéraire par sa formation initiale, il n’en est pas moins un amoureux du livre. Abdoulaye Diallo est un historien dans l’univers des bouquins. De la littérature. Un amour qui date des années de lycée et qui avait pris forme entre les meubles de bibliothèques à étagères du centre culturel français. Et il l’a nourri aujourd’hui, par le biais de la maison d’édition Harmattan Sénégal qui, selon lui, n’est point une filiale française. Sinon une société de droit sénégalais avec des actionnaires à majorité sénégalaise. Fondée en 2009, elle s’est enrichie de nouvelles collections avec un rythme de parution prolifique. En effet, l’enseignant-chercheur s’est attaché à l’idée de donner forme aux travaux de ses pairs et aux intellectuels à l’imagination fertile. Une idée qu’il a nourrie depuis l’université. Étudiant indocile qui ne buvait pas les paroles d’un brillant professeur, il a été choqué de voir un certain M. Admaillou remettre en cause toutes les théories qu’il avait apprises. Etaient-elles des hypothèses de recherche ou des savoirs déjà avérés ? Un nihiliste lui avait répondu en ces termes : « Jeune homme ! Je comprends votre question qui ne me surprend guère. Avant de faire ce cours, j’ai fait le tour de vos bibliothèques et je me suis rendu compte que vous travaillez sur la base d’une documentation qui n’est plus d’actualité. En France, elle n’est plus enseignée depuis longtemps », avait-il laissé entendre. Un vrai choc émotionnel au sortir duquel il avait décidé d’aller à la quête du savoir, surtout documentaire. Au beau milieu de Paris l’année suivante, il se redécouvre. A la main, une bibliographie dont il fallait s’imprégner. Sur cette dernière, soixante pour cent des ouvrages étaient écrits par les professeurs qu’ils avaient en face de lui. Alors que chez lui, deux ou trois de ses enseignants étaient les seuls à publier un livre. Pour cette Afrique des chercheurs qui cherchent sans les publier à grande échelle, il voulait donner un coup de pouce pour mettre à jour leurs travaux.

Aventure éditoriale
De passage à l’Harmattan de France, pour se former au métier du livre, une passion pour lui, il avait fini responsable du département Afrique de la maison d’édition L’Harmattan en 2006, plus particulièrement au service fabrication. Parti avec l’idée de faire quelque chose dans le livre pour son pays, le petit démissionnaire d’un poste en France était à la recherche d’une voie dans l’édition africaine, en particulier sénégalaise. Avec l’idée de création d’une maison d’édition nationale voire sous régionale, ce Sénégalais d’origine guinéenne avait bénéficié du fond de la librairie de la maison mère et d’un prêt pour voler de ses propres ailes. Avec le soutien d’intellectuels locaux comme le professeur Ousmane Sène du Warc, il n’a pas été seul dans cette aventure éditoriale.

A quarante et un an avec une grande expérience dans le domaine, le directeur de la maison d’édition Harmattan Sénégal, Abdoulaye Diallo peine encore à percer le marché des manuels scolaires. Un nouveau défi qu’il compte relever avec l’aide des autorités compétentes. « C’est avec les manuels scolaires qu’on aurait pu vendre les livres à des tarifs très abordables. Nous faisons de bons livres mais ils sont chers. En effet, l’Etat doit permettre aux éditeurs d’imprimer et d’éditer des livres à bas prix. A l’harmattan, si l’on avait des manuels scolaires d’un ou deux titres, ce serait un marché à milliards », se désole-t-il.

Diplômé de la galère
En un jour de février 2008, il avait publié « Les diplômes de la galère : de l’Afrique à la jungle française ». Un témoignage brûlant, poignant et drôle à l’endroit de tous les élèves et étudiants appelés à poursuivre leurs études en France. Dans la peau de Bouba, un étudiant sénégalais qui, arrivé à Paris après un véritable parcours du combattant, a compris que la France dont il a tant rêvé n'existait qu'en Afrique et dans la tête des Africains. Paris, la ville pour qui le savoir a de la valeur, l’avait pris dans ses bras mais l’homme de Paris raciste et parfois injuste l’avait plongé dans un inconfort. Après avoir soutenu son mémoire de DEA, il était sorti major de sa promotion. Avec une seule bourse qui, de fait, lui revenait, il doit faire face à la discrimination de son école doctorale qui en décide autrement en l’octroyant à un fils du pays. Il ne supporte pas cette injustice et refuse d’entamer les travaux pour la réalisation de sa thèse. Plongé dans une éternelle lecture, il tombe sur une œuvre de Natalie Zemon Davis, historienne américaine d’origine juive intitulée « Women on margins », un ouvrage qui lui rappelle son propre parcours. Tombé sous le charme de cette femme à qui l’Amérique xénophobe et discriminatoire n’a rien offert, il décide de reprendre ses études. Son amour pour la lecture a, en effet, porté ses fruits. Travaillant tantôt comme agent de propreté dans les cinémas tantôt comme manutentionnaire, il sert au bout de trois ans son dernier repas doctoral qui, selon les membres du jury, était consistant.

Enseignant aujourd’hui l’histoire politique, moderne et contemporaine à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, il est aussi le concepteur du « monde des livres », une émission pour et par les intellectuels qui vise à redonner au livre sa place dans le paysage médiatique qui met plus l’accent sur les débats politiques voire politiciens.

Marame Coumba Seck

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.