grandair

Didier Claes : L’avenir de l’art…

27 Fév 2017
1444 times

Installé depuis 2002 au Sablon, le quartier bruxellois des antiquaires, Didier Claes est l’un des rares marchands d’art africain métis au monde. Sa spécialité ? Les œuvres originaires d’Afrique centrale, auxquelles il souhaite rendre leurs lettres de noblesse. Ces objets de « l’art classique africain », que l’on trouve dans son espace d’exposition, sont répertoriés et proviennent de collections privées. Et ce dynamique galeriste, né à Kinshasa il y a 44 ans d’une mère congolaise et d’un père belge qui travaillait pour l’ex-Institut des musées nationaux du Zaïre, mêle passion, travail, courage et…chance : « Le travail entraîne la chance et la passion fait le reste. L’expérience, la réputation et le sérieux se construisent au fil du temps et des épreuves ».

En plus de son activité de galeriste, Didier Claes est, entre autres, membre de la Chambre belge des experts en œuvres d’art et du Syndicat national français des antiquaires. Ce n’est donc pas un hasard si, depuis deux ans, il est aussi vice-président de la Brafa, la prestigieuse foire européenne d’art et d’antiquités de Bruxelles. Lors de son édition 2015, durant la dernière semaine de janvier, ce vaste musée éphémère où sont échangées des œuvres de toutes sortes – tableaux, mobilier, bijoux, livres anciens, photographies… –, a reçu 55.000 visiteurs et réuni 126 exposants, parmi lesquels neuf spécialisés dans l’art africain.

Sur son stand, l’atmosphère est feutrée. Présentée avec soin, chaque pièce retient l’attention par sa finesse ou son originalité. Le maître des lieux est en parfaite adéquation avec son époque et ses ambitions. Élégant, souriant et plein d’allant, cet esthète passionné est également un fin stratège quand il est question d’art. Ainsi, en bonne place, trône une plaque décorative du Bénin datant de la fin du XVIe siècle qui provient du palais royal du royaume du Bénin, dans le sud de l’actuel Nigeria. « Il y a deux types d’art africain : celui de la forêt et l’art de cour dont provient cette plaque. Les collectionneurs préfèrent celui de la forêt, le vrai, sauvage, dur, que j’appelle aussi "précontact", datant d’avant la rencontre avec les Blancs », explique Didier Claes.

« L’avenir de l’art est en Afrique », estime le curateur. Il est évident pour lui que le continent se dotera de plus en plus de musées et de galeries. « Des Africains me disent : "On nous a volés !" Et moi de leur répondre que si l’on veut avancer, on ne peut plus s’appesantir là-dessus. Il faut faire le deuil de tout cela et abandonner ces discours inutiles. Aujourd’hui, la vraie bêtise serait de refuser de progresser. Je pense que dans vingt ans, l’Afrique sera plus puissante que l’Europe ».

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.