grandair

Fossoyeurs : « Promoteurs immobiliers » d’un autre monde

27 Fév 2017
1698 times

Son métier, creuser des fosses pour enterrer des corps sans vie. En effet, il gagne son pain sur le dos des morts. Immersion dans le milieu des « promoteurs immobiliers » d’outre-tombe où on trimballe notre plume pour déterrer des histoires de vie construites autour d’un mystère, la mort.

Conformément à l’article 77 du code civil, le gardien du cimetière de Hann Yarakh est autorisé à laisser inhumer le corps. Sur ces mots, il se lève de la chaise où il était adossé pour prendre la pelle cachée derrière la porte d’entrée du cimetière. Retourner à l’envers, deux coups pour bien serrer la tête. Quelques pelletées, le fossoyeur achève le creusement de la fosse.

Un petit corps raide bien ficelé déposé sur la table d’entrée qui sert d’habitude pour la collecte des aumônes. Une petite vérification pour se prémunir de toutes les éventualités, il est aussitôt plongé dans un trou automatiquement refermé. Quelques pelletées de sable ont suffi pour recouvrir la tombe de ce petit être qui n’a pu séjourner sur terre que 48 heures, après neuf longs mois de grossesse. Sans pierre tombale ni de tableau, il est classé dans le cercles des corps anonymes. Bébé n’a pas attendu d’être baptisé. En entendant, il se contentera du monticule de sable frais qui témoigne de la récence de sa nouvelle demeure. Son père venu l’inhumer avec ses trois amis ou parents aurait souhaité le voir courir dans les quatre coins de la maison, mais Dieu en a décidé autrement. Quoi de plus gai qu’un enterrement, dis-moins, celui d’un enfant. Sauf que son petit passage permettra au vieux Talla Mbaye de récolter un billet de 1.000 FCFA.

Un métier qui n’est pas de tout luxe
Le métier de fossoyeur n’est pas de tout luxe. Ceux qui le pratiquent, du moins ceux rencontrés, avouent y être entrés par accident. D’autres l’ont hérité de leur père. Passant la plupart de son temps à l’entrée des cimetières où le silence des morts se la dispute avec le gazouillement des oiseaux. Il est entre le monde immobile des cimetières et celui des vivants des alentours qui s’emballe dans une confusion de musiques cacophoniques. Les coups de marteaux des mécaniciens qui longent le mur des cette clôture, le bruit des machines à soudure, les cris des enfants qui, en ce week-end, jouent au ballon rond, affrontant les véhicules qui surgissent des deux voix de la route, viennent s’ajouter au désordre bruyant. Ont-ils oublié qu’ils sont à deux pas des cimetières ? « Je n’ai jamais voulu exercer ce métier. C’est le bon Dieu qui en a décidé ainsi », avoue-t-il. Son métier de fossoyeur donc, un coup du hasard et les largesses du destin. Par le biais de l’ancien gardien des cimetières de Hann, son ami, il avait hérité de ce métier comme il aurait hérité de la femme du défunt ami, à sa sortie bien évidemment de deuil. « D’ailleurs, quand le crépuscule se dessinait, je pliais bagage », d’après quelques réminiscences d’un « grand » fossoyeur qui a pelleté un peu partout dans le sable de cette citadelle du silence. Pourtant, il n’a pas encore déterré quelques trésors, sinon se contenter de la générosité des accompagnants de ses nouveaux « locataires ». « Nous faisons du bénévolat. C’est aux familles des défunts de voir ceux qu’ils peuvent donner. Parfois, ils organisent une petite quête en guise d’aumône, sinon on ne veut pas imposer une somme à des gens en situation de détresse », selon M. Mbaye sur les modalités de payement.

Cap aux Cimetières de Yoff. Un mur qui s'allonge et qui n'en finit pas de s'allonger. Un kilomètre de longueur et cent mètres de largeur. De quoi enterrer tout ce beau monde tombé sous le coup de l'ange de la mort qui ne distingue pas le nouveau-né de l'adulte encore moins des vieilles personnes. Il exécute la mission divine, comme le soldat sur le champ de bataille, emportant parfois de justesse des âmes à la jeunesse écourtée, aux bonheurs apostrophés aux rêves jamais réalisés laissant donc sur son chemin une vague de tristesse. A l’intérieur, le murmure des arbres sur le passage semble soudain donner à l’endroit un caractère apeurant. De nombreuses tombes... aux vieilles gravures à moitié effacées. « Repose en paix », « prier pour le repos de son âme », « al fatiha plus onze lihlass »...des mots parfois écrits en arabe pour bien enterrer son mort.

Autant en apporte l'inspiration et le poids social
Comme dans la vie quotidienne, les rangs sociaux se définissent. Trois quartiers se dessinent ainsi. Avec ironie, cela donne la bourgeoisie avec des mausolées qui peuvent coûter jusqu’à 250.000 FCfa, la classe moyenne aux logements de briques superposées parfois carrelés ou coquillés et un ghetto où les morts résidants vont se contenter des monticules de sables et de tableaux en fer plus accessible que le marbre pour graver leurs noms. Pas d’autorisation de construire qui leur coutera 14.000 FCfa ni un tableau de marbre de 15 centimètres sur 30 encore moins de 30 centimètres sur 30 qui reviendront à 5.000 ou 10.000 FCFA. Section 1 jusqu'à 56, séries une jusqu’à X, du premier enterré au dernier, des hommes tus à jamais mais des tombes qui parlent par leurs structures.

 En effet, autour de ces « départs » vers d’autres cieux, tourne une sorte de débrouille, celle de la mort. Elle n'est pas de tout luxe encore moins rentable. Sinon, le seul recours de survie pour des pères de famille qui n’ont que ça à faire.

En cet après-midi de samedi, les retombées des tombes pour faire vivre les foyers ne sont pas trop significatives. Un seul corps qui débarque depuis ce matin. Avant même son arrivée, le trou est déjà ouvert. Les proches l’ont devancé pour lui tracer une demeure moins chère que celles qui se dressent sur terre. Trois mille francs CFA à se partager entre deux voire plus, ici les tarifs sont définis et connus par la plupart. « Les trois mille francs sont facturés au petit matin pour permettre aux fossoyeurs de prendre leur petit déjeuner. Sinon, il arrive que des gens sollicitent vos services sans que vous ayez reçu rien au retour », renseigne, Bacary Koly qui, depuis 1998, est dans ce métier. Etant le plus ancien parmi les dix-sept (17) fossoyeurs qui interviennent dans ces cimetières de Yoff, il a longtemps porté le combat de la valorisation de leurs métiers de « Baye pelle » jusqu’ici en vain. Ancien boulanger, il a embrassé ce métier par hasard. D’abord gardien devant la porte des cimetières, son contrat s’était épuisé quatre ans après. A nouveau au chômage, il avait rejoint le cercle restreint des gens qui gagnent leur pain sur le dos des morts. Au bord de la retraite, son enfant a déjà fait cinq ans à ses côtés pour un métier, disent-ils, qui ne nourrit pas son homme. Donc, bons morts du fond de vos paradis, si vous voyez Dieu, dites lui mal leur a coûté leurs dernières pelletées pour couvrir vos tombes. Dans un isoloir à quelques encablures des lieux, ils se sont regroupés sous l’ombre d’un arbre. Dans leurs plus modestes habits pour ne pas dire bizarres. Ils ont vraiment des figures d’enterrement. Des têtes couvertes de bonnets, des yeux dissimulés derrières des lunettes de soleil, des pieds et des mains qui n’apparaissent point sous les chaussettes et les gans ocrés. Dans ce magma de balayeurs, de constructeurs et de fossoyeurs, seule la mort est respectée. Aucun salaire n’est encore validé pour la motivation de ses bénévoles. Ils doivent se contenter de la générosité des accompagnants, laquelle n’est pas toujours au rendez-vous.

« Nous avons été ce que vous êtes, vous serez ce que nous sommes »
Des notes sur la façade du mur à côté de la porte d’entrée des cimetières Saint-Lazare où une dame confectionne ses bouquets de fleurs destinés à la vente. Pas un de vendu, Aminata Gackou les plongent dans une bassine d’eau pour les maintenir à la vie en attendant le dimanche, jour des grande messes, des nombreuses visites par conséquent, des grandes ventes. Si l’on pouvait en faire autant avec nos disparus, il y aurait moins de tristesse peut-être. De la tristesse, de la gaieté et de la mélancolie, il n’en manque pas au milieu des fosses à jamais fermées ; de la beauté également. Dépouillés de tous adventices et de tous les corps solides étrangers à l’exception des feuilles, qui en ce début de petit froid instable, tombent sans cesse. Ce bout de mots signifie aux visiteurs ou simples passants que la mort prend en compte tous les êtres vivants. Le système de fonctionnement des sociétés lui, non. Les fossoyeurs ne dérogent pas à la règle. Comme ceux de Yoff et de Hann, ils font également dans le bénévolat. En ce samedi où les enterrements sont quasi inexistants, ils ont déserté les cimetières. Le seul à rester à côtés des morts est le gardien, Ibou Djiba. Il leur prête main forte quelques fois. « Je n’ai pas choisi ce métier, je suis arrivé par affectation par la mairie de Dakar », informe ce vivant qui s’isole de son monde pour veiller sur ceux d’outre-tombe. Un exercice qui le rapproche de Dieu et le prépare au moment décisif.

Par Marame Coumba Seck

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.